Navigation – Plan du site

La vulnérabilité sociale d’une ressource abondante : épandage des eaux usées et protection de l’environnement au Mexique

The social vulnerability of an abundant resource: irrigation using waste water and environmental protection in Mexico
Claudia Cirelli
p. 73-82

Résumés

L’objectif de cet article est l’analyse de la remise en cause par “l’environnement” de la pratique de l’épandage des eaux usées urbaines et du système socio-spatial qui lui est associé. L’épandage agricole, mode de traitement intimement lié à la modernisation des villes de la fin du XIXe et du début du XXe s., est devenu objet de controverses, en raison de sa stigmatisation comme activité à risque. Cet article expose les relations entre cette pratique, les politiques urbaines et environnemen-tales et la façon dont les acteurs des territoires façonnés par l’épandage tentent de construire les modalités de leur perma-nence aux marges des villes.

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, nous analyserons la disponibilité et la pénurie hydriques comme des processus sociaux dans lesquels l’état physique de la ressource n’est pas la seule condition, ni la plus essentielle, pour que l’accès à l’eau soit assuré. La carence en eau, que l’on définira ici comme un défaut d’offre et une non satisfaction de la demande, peut être la conséquence conjoncturelle d’un mode de gestion qui entraîne l’exclusion de certains groupes de population de l’accès à l’eau. Celui-ci est le résultat d’arrangements entre décisions politiques, enjeux économiques et capacités techniques. L’hypothèse qui guide notre réflexion est que les conditions d’attribution de droits à l’eau sont redéfinies et renégociées sur la base de systèmes de pensée dominants qui fonctionnent comme cadres pour l’action publique.

  • 1  Une partie du travail de terrain a été réalisée dans le cadre du projet de recherche « Le territoi (...)

2En nous appuyant sur une recherche menée dans la périphérie d’une ville moyenne mexicaine - San Luis Potosí - localisée dans une région où les ressources en eau sont faibles et disputées, et sur l’analyse d’un système d’épandage d’eaux usées urbaines, nous montrerons que les politiques instaurées au nom de la protection de l’environnement peuvent produire des situations de pénurie d’eau pour certains acteurs et territoires1. Le dispositif socio-économique a été produit par les politiques agraires issues de la révolution mexicaine qui visaient à permettre l’accès à la terre et à l’eau aux populations défavorisées. Aujourd’hui, les normes environnementales fédérales obligent le traitement de tous les effluents urbains afin de protéger la qualité de l’eau. De plus, la réaffectation d’un usage agricole à un usage industriel est prévue pour les eaux traitées dans le but de libérer de l’eau souterraine pour l’usage domestique. Les agriculteurs considèrent le projet d’assainissement comme une menace pour leur activité productive et leur mode de vie, qui signifierait la fin d’un territoire qu’ils ont contribué à façonner. Ils protestent contre sa mise en œuvre et exigent des pouvoirs publics une solution qui respecte à la fois les usages, les droits traditionnels sur l’eau et l’environnement. Les eaux usées sont invoquées comme faisant partie de leur histoire et de leur patrimoine. Un patrimoine qui, aujourd’hui, représente un lourd et controversé héritage fait de pollution et de stigmatisation, alors que dans le passé ces eaux étaient perçues par les usagers comme une ressource féconde et providentielle pouvant les émanciper d’une situation de pénurie et pauvreté. Par ailleurs, l’exigence environnementale du traitement a ouvert aux entreprises spécialisées des marchés qui s’avèrent prospères dans le cadre de réformes visant à la privatisation de la gestion de l’eau, introduisant de nouveaux enjeux économiques liés à son appropriation. Ceux-ci menacent d’écarter de l’accès à la ressource les populations moins compétitives en termes économiques et sociaux. Dans le contexte de déchets abondants dont il faut se libérer à tout prix, les eaux usées deviennent - grâce aux processus de traitement biochimique - un bien recherché dont l’allocation dépendra désormais du marché.

3Dans les pages qui suivent nous tenterons de saisir les changements politiques et culturels qui se font jour vis-à-vis de l’épandage ainsi que les modalités locales de reconfiguration face aux nouvelles contraintes et les nouveaux défis que pose « la protection de l’environnement ». Par quel processus sociopolitique cette ressource qui avait réussi a s’imposer aux réticences sanitaires et à être valorisée dans le cadre de politiques agricoles et urbaines dans un passé très proche est-elle devenue - dans le cadre d’une politique de protection de l’environnement -, nuisible, à risque et objet de stigmatisation pour les territoires qu’elle irrigue ?

4Pour répondre à cette question nous présenterons d’abord les caractéristiques et les limites de l’utilisation de cette ressource singulière pour ensuite exposer les contextes sociopolitiques et les cadres de pensée qui ont accompagné l’apparition et postérieurement le déclin du dispositif de l’épandage.

Une pratique agricole potentiellement à risque

  • 2  Parmi les exemples les plus connus il y a celui des « marcite » italiennes, sorte de champs cultiv (...)

5L’épandage agricole des eaux usées urbaines est un dispositif socio-agronomique qui tout en libérant les villes de leurs déchets liquides en les évacuant à leurs marges, les exploite en les épandant sur des champs cultivés. Loin d’être un système agricole traditionnel menacé par la croissance urbaine, il est donc le résultat de processus contemporains à l’œuvre aux périphéries de villes. En effet, si le recyclage des résidus ménagers pour fertiliser et améliorer les qualités des sols est une pratique très ancienne que nous retrouvons aussi bien en Occident qu’en Orient, sa forme plus moderne, l’épandage, à laquelle nous nous referons ici, a fait son apparition avec l’avènement des systèmes d’égouts unitaires, il y a un siècle et demi, d’abord dans les villes britanniques et ensuite dans celles du continent2. Ces surfaces agricoles, créées en symbiose avec les espaces urbains qu’elles entourent, dépendent des villes pour subsister, de la même façon que les villes dépendent de celles-ci pour se débarrasser de leurs résidus. Elles réunissent une double fonction de dépotoirs et d’espaces pour alimenter les habitants urbains.

6Ces systèmes socio-spatiaux très singuliers ont été mis en place dans le cadre de politiques urbaines soucieuses d’améliorer la salubrité des agglomérations et des cours d’eau qui les traversent, mais également pour développer la production agricole en exploitant les bénéfices d’eaux riches en éléments nutritifs (azote, phosphore, potassium). Toutefois, la mise en place de ces espaces ne s’est pas faite sans controverses ou polémiques. L’épandage de millions de m3 d’eau d’égout dans la nature a toujours suscité des réserves (Védry, 1996) ; néanmoins, il a réussi à s’imposer aux réticences sanitaires. Encore récemment, dans certains contextes, il persistait aux marges des villes européennes, telle Paris (Dauded, 2001 ; Cabedoce, 2003 ; Mandinaud, 2004).

  • 3  Font exception à cela les travaux pionniers de Shuval 1986 ; Dancan et Cairncross,1990.

7Tout ce passe comme si ce système était pris dans une contradiction. Valorisées par les producteurs et les administrations qui soutiennent le développement agricole local, les eaux usées sont considérées, par les acteurs soucieux de sauvegarder un cadre de vie et un environnement sain, comme polluantes et potentiellement dangereuses pour la santé en raison des organismes pathogènes et des éléments toxiques qu’elles transportent. Or, certains effets polluants sur le milieu naturel et certains risques pour la santé associés à cette pratique sont depuis longtemps avérés. Ils ont toujours fait l’objet de débats entre opposants et partisans de l’épandage. Toutefois, c’est uniquement à partir de la généralisation de controverses environnementales que l’épandage, devenu la cible de contestations audibles et objet d’actions publiques, semble s’acheminer vers son déclin. Le rejet actuel, qui a conduit les pouvoirs publics à mettre en place des mesures correctives en tentant de contrôler les produits issus de son développement, est souvent justifié par l'invocation d’un risque sanitaire et environnemental potentiels et donc par l’application du principe de précaution. Le recours de la part des autorités à ce dernier semble les protéger des nombreuses incertitudes qui subsistent encore à l’égard des effets de cette pratique. En effet, les avis scientifiques sur les risques associés à l’épandage sont partagés et les recherches menées dans ce domaines peu nombreuses3. Des certitudes contradictoires à son sujet coexistent, contradictions qui, comme dans d’autres cas, contribuent à alimenter la controverse environnementale et sanitaire. Par ailleurs une plus ample information ne produit pas nécessairement des connaissances permettant de trancher sur les aspects plus fâcheux de la question. De fait, même si les experts peuvent atteindre un accord sur les questions techniques, ils ne sont pas en mesure de donner un avis sur la question de l’acceptabilité sociale des risques associés à cette pratique.

8Comme plusieurs auteurs l’ont signalé, au sujet du risque des appréciations différentes existent. Celles-ci varient selon les acteurs. La perception du risque change selon la société et ne coïncide pas forcément avec un problème environnemental (Douglas, 1992 ; Giddens, 1990). De la même manière l’acceptabilité d’un risque ne dépend pas seulement du degré de probabilité qu’un événement se produise ; il dépend aussi de l’ampleur probable de ses effets et de la valeur que l’on attribue à ses conséquences. Refus ou acceptation sont largement déterminés par des facteurs sociaux et culturels plus que par la nature de l’activité (Douglas et Wildawsky, 1982). Ils se construisent dans une interaction avec un système social et son organisation sur le territoire. Paradoxalement, comme le souligne Valérie November, en dépit de sa nature potentielle, le risque conditionne et structure l’espace qu’il investit. S’il semble être « absent de l’organisation du territoire… il y joue un rôle considérable » (2002, p.19).

  • 4 Agriculteurs, associations environnementalistes, chercheurs, représentants de différentes instances (...)

9Le concept de risque alors, loin de désigner une évaluation des conséquences probables d’une action, devient un instrument politique pour gouverner l’incertain. Tout cela est particulièrement évident lorsque l’on examine l’utilisation des eaux usées en agriculture : ce qui aujourd’hui est défini comme une pratique générant une insécurité environnementale et sanitaire, est le produit de politiques agricoles, hydrauliques et urbaines mise en place par le passé en s’inspirant de valeurs telles que le « développement économique », la « justice agraire », le « tout à l’égout ». De telle sorte que la conception du risque associée à la qualité de l’eau fait partie d’une construction sociale avec des implications politiques et culturelles parfois contradictoires : ce que les pouvoirs publics tentent aujourd’hui de corriger est le produit de politiques qu’ils ont mis en place précédemment. Dans le contexte de l’épandage, le risque et la protection de l’environnement constituent des instruments pour reconfigurer les intérêts sur ce territoire périurbain. Ils révèlent les antagonismes politiques autour d’une ressource toujours plus prisée. Lorsque le dispositif social de l’épandage semble menacé, une autre vision du territoire que les autorités tentent de mettre en place apparaît : un territoire organisé selon des critères reposant sur les principes et les enjeux de la protection de l’environnement. La controverse sur l’épandage agricole dévoile alors des perceptions différenciées des problèmes environnementaux dont différents acteurs se font porteurs4. Chaque vision révèle un rapport distinct des acteurs au territoire et des modes d’appropriation et de gestion particuliers, qu’il s’agisse de l’aménager, de le cultiver ou de l’habiter. Chacune de ces perceptions correspond à une formulation différente du problème de la pollution associée à l’épandage et émane des relations cognitives, normatives et symboliques qui médiatisent le rapport entre la sphère sociale et celle naturelle.

10Malgré cela, et pour continuer à montrer les ambivalences qui continuent d’entourer cette pratique, l’épandage connaît aujourd’hui un regain d’intérêt dans le cadre de la préoccupation concernant le traitement et la valorisation des eaux usées. En effet, les réticences qui touchent cette pratique se font moins vigoureuses dans des situations où l’épandage représente une solution aux problèmes d’assainissement urbain et à la production d’aliments. Dans ce cas de figure, la valorisation des eaux usées est replacée dans le cadre de ce que, dans les milieux techniques, l’on appelle la gestion intégrée des ressources en eau. Néanmoins, cette recrudescence est fort inégale selon le contexte socio-économique et le contexte physique des agglomérations envisagées. Elle concerne surtout les villes à forte croissance urbaine confrontées aux coûts très élevés des infrastructures de traitement rapportés à la faiblesse de leurs ressources. Pour celles-ci l’épandage constitue comme jadis une forme d’élimination et de traitement de déchets. L’épandage continue de fonctionner dans des périphéries urbaines comme Mexico, Dakar, Ouagadougou ou Calcutta. Il est de plus en plus visible que la réutilisation des eaux usées se pratique intensivement en agriculture urbaine pour contrebalancer la rareté d’eau propre dans les zones arides et pour soutenir une agriculture de subsistance (Ruaf, 2002). Pour les populations qu’y recourent, ces eaux, sont souvent la seule source à laquelle elles ont accès.

Les eaux usées comme « ressource hydraulique »

L’utilisation agricole des eaux usées comme politique agraire

11Au Mexique, l'irrigation au moyen d’eaux résiduaires urbaines est une pratique agricole qui a été intégrée dans la politique agraire du pays depuis le début du XXe s. Elle a été inaugurée dans la vallée du Mezquital, vaste espace aride au nord de Mexico, qui à la fin du XIXe s. recevait déjà les eaux usées de la capitale du pays. Là aussi ce système d’évacuation avait été conçu pour libérer la ville de ses eaux sales ; un système digne des plus grandes villes européennes (Musset, 1991). Toutefois, c’est seulement dans la période post-révolutionnaire, à partir des années 1920, que les eaux usées ont été systématiquement utilisées dans l’irrigation institutionnelle. En effet, dans la mesure où dans le cadre de la réforme agraire l’attribution de terres progressait (processus concomitant d’une désarticulation des haciendas, les unités de production agraire traditionnelles), le nombre des paysans demandeurs d’eau pour l’irrigation augmentait. La seule réponse pour satisfaire cette demande croissante face à une insuffisance d’eau propre pour l’agriculture a été d’attribuer les eaux usées urbaines aux paysans bénéficiaires de la réforme (Peña, 2001). Plus tard, dans les années 1930, le dispositif de l’épandage a été associé au développement agricole de cette région et au combat contre la pauvreté de ses habitants indigènes. Un élément fondamental pour atteindre cet objectif fut justement l’extension de l’irrigation grâce à l’abondante disponibilité des eaux usées de la capitale. En 1931, douze mille hectares étaient irrigués dans la vallée du Mezquital ; en 1970, soixante-dix mille et en 1990 la surface irriguée s’étendait sur quatre vint dix mille hectares. Aujourd’hui, il s’agit de la superficie continue la plus vaste du monde pour ce type d’irrigation. Cet espace reçoit un volume proche de 55 m3/s d'eau résiduaire non traitée (Peña, 1997 ; 2001 ; Repidisca, 1998). Au milieu des années 1990 la Commission Nationale de l'Eau (CNA), institution nationale chargée de la gestion de l’eau, dénombrait sur tout le territoire national, trois cent cinquante mille hectares irrigués avec des eaux résiduaires, pour approximativement trois millions d’hectares irrigués (Castillo Escalante, 2000). Comme on le montrera pour San Luis Potosí, la même pratique agricole se réalise sous une forme moins planifiée dans de nombreuses autres périphéries urbaines mexicaines.

12Dans la perspective de la politique agricole et hydraulique, les eaux usées - comme ressource hydraulique - présentent plusieurs avantages : économie d’eau propre, extension de la superficie cultivée, augmentation de la productivité agricole, diminution de la pression sur la ressource notamment dans les régions arides et semi-arides, atténuation des rejets polluants grâce aux processus d’épuration par filtration dans les sols.

13Toutefois, cette utilisation présente des inconvénients pour la santé publique. Selon les experts, il n’est pas facile de déterminer les risques de la réutilisation agricole des eaux usées. Beaucoup de facteurs interviennent dans l’environnement d’un individu qui, mis en relation, peuvent propager des maladies associées à l’insalubrité. Bien que des études épidémiologiques réalisées par l’Organisation Mondiale de la Santé aient établi une corrélation entre l’incidence de maladies intestinales et la réutilisation d’eaux usées non traitées, les experts précisent que dans la plupart des cas, les effets négatifs sont dus à l’emploi de techniques impropres. Des bénéfices sans effets négatifs peuvent être obtenus par une gestion appropriée de ces eaux, selon des méthodes d’application spécifiques incluant la fréquence de l’épandage (OMS 1990). Il existe d’autres facteurs de risque pour la santé, associés à l’épandage : par exemple, les habitudes d’hygiène personnelle et de manipulation des aliments. Par ailleurs, la présence de métaux lourds dans les sols qui ont été irrigués avec ces eaux ou leur accumulation dans les plantes pouvant atteindre des niveaux préjudiciables pour la santé humaine, représente aussi un risque environnemental. Le risque est majeur là où le type de sol peut être une porte d’entrée des métaux dans la chaîne alimentaire, car les effets de la toxicité des métaux se manifestent normalement à long terme.

Le système d’épandage de San Luis Potosí

  • 5  Du point de vue des précipitations San Luis Potosí reçoit en moyenne 330 mm d’eau de pluie annuels
  • 6 Document de la Réforme Agraire: Registro Agrario Nacional del Estado de San Luis Potosí, Expediente (...)

14Actuellement, une zone d’épandage s’étend sur 2 650 hectares aux marges de San Luis Potosí, ville moyenne mexicaine de huit cent mille habitants, localisée dans un milieu aride et capitale de l’État du même nom5. La plus grande partie de cette surface est le résultat de la réforme agraire mise en place dans les années 1930, réforme qui a eu un impact considérable sur la constitution du système d’épandage. En effet, 85% de la terre sur laquelle sont épandues les eaux usées de la ville sont d’origine ejidale. La réforme agraire a attribué la propriété collective des terres à une institution communautaire : l’ejido, terme qui désigne à la fois la terre et la communauté agraire. Dans le cas de San Luis Potosi, la réforme agraire est venue consolider une organisation et une communauté d’irrigants qui préexistaient en partie. La conformation d'un groupe d'usagers qui s'identifie lui-même à une communauté d'irrigants, basée sur une utilisation organisée de l'eau, apparaît à partir des années 1920, quand un groupe de producteurs organisés obtient un permis d'utilisation des eaux rejetées par la municipalité de San Luis pour arroser leurs parcelles qui manquaient d’eau. On peut estimer qu’en 1925 la superficie irriguée s’étendait sur 200 hectares6. Toutefois, la réforme agraire a changé profondément la nature du phénomène de l’épandage tel que pratiqué jusque là. En effet, très rapidement on peut identifier une concurrence pour l’accès à l’eau urbaine, essentielle pour permettre la production sur les terres arides du haut plateau réparties par la réforme. La forte pression sur les eaux urbaines de la part des bénéficiaires se traduit par une complexification du dispositif d’épandage et une multiplication des conflits liés à l’accès à l’eau. La solution aux conflits qui durèrent plus de vingt ans entre les nouveaux demandeurs et les anciens usagers fut apportée en 1959 par un décret présidentiel.

La construction juridique de droits à l’eau

  • 7  Résolution sur la dotation des eaux au village de San Francisco, à Soledad, SLP, Diario Oficial de (...)
  • 8  Cette quote-part d'eau, qui correspond à la dotation d'un droit d'eau s'appelle tour d'eau et donn (...)

15L’emploi des eaux usées urbaines a donc été formellement reconnu par les pouvoirs publics en 1959, par un décret présidentiel qui octroie à quatre associations d'agriculteurs un droit d'usage de l'eau. Celui-ci a produit des nouveaux sujets de droit en reconnaissant un droit d’usage à quatre regroupements : le groupe des premiers usagers, et trois autres correspondant à trois des ejidos constitués par la réforme. Le nombre d'usagers passa de 144 - effectif de la première association - à plus de 500. En 1959, la superficie irriguée s’étendait donc sur 412 hectares et le volume d'eau usée attribué aux agriculteurs correspondait à plus de 5 hm3 annuels7. Chaque regroupement d'usagers s'organisa de façon autonome pour utiliser la quote-part d'eau qui lui revenait8. Toutefois, une organisation des différentes associations d'irrigants fut nécessaire pour administrer et utiliser les sources d'irrigation communes. Par ailleurs, les agriculteurs associés construisirent l'infrastructure nécessaire pour transporter l'eau jusqu'aux parcelles depuis les points de rejet des égouts urbains.

16Cinquante ans après, le résultat est la constitution d’un système hydraulique très complexe : il se compose de vingt associations, regroupant environ 3 000 producteurs, qui se sont joints au noyau originel d’usagers lorsqu’ils ont eu accès à de nouvelles sources d’eau résiduaire. Son fonctionnement requiert une coordination qui mobilise en même temps plusieurs usagers et plusieurs associations pour l’exploitation de sources communes. Le réseau d’irrigation compte seize « sources », qui correspondent aux principaux canaux provenant de la ville et qui charrient la quasi-totalité des eaux de la ville jusqu'aux champs cultivés (une partie importante du parcours se fait à ciel ouvert), et deux réservoirs à ciel ouvert qui fonctionnent comme bassins de régulation des eaux. L'organisation pour la gestion de l’eau et toutes les activités socio-économiques associées (fonctionnement opérationnel et institutionnel du système d’irrigation, activités productives, défense du système, démarches administratives) a représenté un puissant élément d’autodétermination et de sécurité pour la communauté d’irrigants en contribuant à sa consolidation (Cirelli, 2004).

  • 9  L’on se trouverait face à ce qui a été défini comme une « négligence bénigne » : une situation où (...)

17Or, les droits d’usages n’ont été attribués qu’à une partie des usagers actuels. La plupart d’entre eux ont pu utiliser ces eaux, en particulier dans les trente dernières années, grâce à la disponibilité d’une plus grande quantité d’eau rejetée par la ville, sans que cet usufruit corresponde à une nouvelle dotation fédérale. Dans certains cas, il y a eu des permis ou des concessions octroyées par les autorités locales mais qui n’ont pas été reconnus par les autorités fédérales. D’autres, enfin, ne disposent d’aucune autorisation officielle. Cependant, tous ces usagers disposent d’un droit d’usage « de facto », qui repose sur une pratique coutumière créée par une utilisation régulière de ces eaux dans la durée, par la négociation, et par la reconnaissance et acceptation aussi bien des irrigants dotés d’un droit « de jure » que des pouvoirs publics. Les autorités se sont limitées à constater ce phénomène sans agir pour l’interdire9. Les nouveaux usagers ont respecté strictement les normes établies par les anciens utilisateurs. Ils ont participé avec eux à l’ensemble des démarches réalisées auprès des autorités fédérales, étatiques ou municipales, qui n’ont jamais remis en cause leur capacité « juridique » d’action. Il existe donc un système de pratiques et un corpus de normes reconnus par tous les irrigants et construit en accord avec les usagers originels disposant de droits officiels. Avec ceux-ci s'est établie une reconnaissance mutuelle que les agriculteurs jugent nécessaire pour l’attribution et l’exploitation de la ressource. Des travaux communs ont été réalisés pour maintenir le système d’irrigation en fonctionnement : construction, entretien et administration du réseau. L’investissement des ressources des usagers telles que la main d’œuvre, les biens (outils, machines), le capital, a produit ce qui a été appelée « l’auto-génération de droits d’eau » (Boelens, 1998), en créant un système qui pour les usagers est une sorte de « propriété commune » (Coward, 1986). Cet élément génère un lien très puissant entre les irrigants et constitue un vrai moteur pour l’action sociale dans l’irrigation.

18Les actions collectives qui depuis quelques années sont accomplies pour défendre l’eau comme patrimoine spécifique des usagers réunis dans une association, l’AUAN (Associación de los usuarios de agua negra ouassociation des usagers de l’eau usée), sont un bon exemple de ce processus. De leur côté, les autorités hydrauliques et agraires ne reconnaissent que les usagers bénéficiant du décret présidentiel de 1959. Tous les autres entrent dans la catégorie des usagers « de facto », même ceux qui détiennent un permis provisoire fourni par les pouvoirs publics locaux ou fédéraux (autorités municipales ou de la réforme agraire). En effet, les pouvoirs publics se sont servis de cette situation juridique « de facto » pour disposer - dans le projet d’assainissement urbain qu’ils prétendent mettre en place - du volume destiné à la réaffectation de l’eau agricole à un usage industriel. Mais, les usagers « de jure », accèdent eux aussi à des volumes d’eau supérieurs à ceux dont ils ont été dotés formellement en 1959 et, donc, exercent un droit de fait sur une partie de la ressource dont la répartition juridique n’a pas été actualisée par l’État.

19Ces deux modalités d’acquisition de droits d’usage sur l’eau rejetée par la ville, celui établi par l’action juridique de l’Etat et celui fondé sur la reconnaissance communautaire, ont cohabité pendant plusieurs décennies; elles se sont renforcées réciproquement dans un contexte où - jusqu’aux récentes contraintes environnementales - il n’existait pas de conflit entre les normes et les pratiques d’accès à l’eau rejetée sans appui légal -, et les droits réels et concrets des individus et des groupes d’usagers reconnus par la loi.

  • 10  En 1970, 11,3% de la population de la commune travaillaient dans l’agriculture, en 1980, 4,8%, et (...)

20Ce dispositif d’épandage sert pour alimenter une activité productive agricole permanente10. A la production de fourrage est associé l'élevage de bétail pour la production de viande et de lait, particulièrement rentable grâce à la création de pâtures au moyen des eaux résiduaires qui économisent aux producteurs des dépenses en fertilisants. Cette activité agricole maintient sur la terre les 3 000 producteurs, leurs familles et quelques journaliers agricoles, en réduisant, partiellement l’expulsion de main-d’œuvre, dans une région caractérisée par une forte émigration. Cependant, il faut aussi signaler que ces familles complètent leurs revenus avec l’argent envoyé par des membres émigrés aux Etats-Unis.

Figure 1 : Etapes de l’irrigation

Figure 1 : Etapes de l’irrigation

L’eau usée comme « ressource environnementale »

Les nouveaux enjeux de l’eau

21Aujourd’hui les perspectives hydrauliques sont marquées par le pessimisme quant aux disponibilités en eau. Divers forums ont annoncé une « crise de l’eau » et cherché à alerter les citoyens et les leaders politiques au sujet d’un déséquilibre entre les ressources hydriques disponibles et les besoins croissants de la population mondiale. L’incertitude quant à une disponibilité illimitée, en quantité et qualité, remplace peu à peu la vision optimiste qui considérait l’eau comme une ressource renouvelable et abondante et qui avait caractérisé un certain modèle d’exploitation. De ce fait, un réexamen des modèles de consommation, d’usage et de gestion s’est imposé aux administrateurs et les actions de protection ont visé à une plus grande « optimisation économique » comme mécanisme pour la préservation de l’eau. Selon cette vision, son assignation devra désormais répondre aux critères d'un bien économique et, par conséquent, s'ouvrir aux mécanismes de marché, permettant la tarification d’un bien autrefois « gratuit ». Une plus grande « efficience» est ainsi nécessaire pour corriger les effets de l'accroissement de la demande sur la ressource que sont la pollution, la carence en eau qui affecte certaines régions de la planète et une plus grande concurrence entre usages et usagers. Sur la base de ces principes ont été ainsi fondées et justifiées les tendances récentes de « privatisation » de la gestion de l’eau potable et de l’assainissement.

22Dans ce contexte, les principes et les conditions d'appropriation et d'utilisation de l’eau par la société sont remis en question. Cette nouvelle représentation de l’eau, qui accompagne la mise en place de nouvelles tendances internationales en matière de gestion de l’eau, trouve sa justification dans l’application de principes fondant ce que l’on peut appeler « le paradigme environnemental ». Bien que celui-ci s’impose comme un paradigme à un niveau global, il se décline localement de manière très hétérogène suivant les modes d’organisation et de fonctionnement spécifiques à chaque société. Encore une fois, le dispositif de l’épandage nous en offre un exemple.

  • 11  L’on se réfère ici à la crise économique que le pays a traversée pendant les années quatre-vingt e (...)

23Au Mexique, en ce qui concerne l’action publique, même s’il existait depuis 1973 une réglementation pour la prévention et le contrôle de la qualité des eaux usées, et si pendant les années 1980 et 1990, des mesures en ce domaine ont été élaborées, la mise en œuvre de ces réglementations par les pouvoirs publics et par le secteur privé a été très insuffisante (Naranjo Pérez de León et Biswas, 1997). Si une telle situation peut être expliquée jusqu’aux années 1980 par des facteurs d’ordre financier11, elle caractérise aussi une adhésion encore fragile et très fragmentaire aux principes environnementaux.

24C’est une épidémie de choléra, qui provoqua 2 690 cas dans le pays en 1991, qui focalisa à nouveau l’attention du public sur le danger que cette pratique représente pour la santé. Confronté à l'urgence, le gouvernement répondit immédiatement par la mise en place du programme « Eau Propre », financé par des fonds de la Banque Mondiale, dont l’objectif était de chlorer 100% des systèmes d'eau potable du pays. Les statistiques démontrent que durant cette année-là, 98% des systèmes d'eau potables avaient été rendus potables. Pourtant, on calcule qu'à cette époque, approximativement 241 000 hectares étaient irrigués (sur six millions d’hectares agricoles) avec des eaux usées ne bénéficiant d’aucun traitement. Un dixième de cette surface correspondait à des cultures maraîchères. L’une des mesures de la campagne contre le choléra fut l'interdiction par le Ministère de la santé d’irriguer avec des eaux résiduelles des produits végétaux destinés à être consommés crus. Comme l'a montré une étude dans la vallée de Mezquital, cette interdiction a été la cause d'importants conflits entre les autorités fédérales et les agriculteurs avec au final une application incomplète de cette mesure (Peña, 1997).

La confrontation de deux projets de territoire

  • 12  Il s’agit d’un projet prévoyant la construction de sept usines de traitement, dont trois traitant (...)
  • 13  Depuis les années soixante-dix, l’équilibre entre pompage et recharge de l’aquifère a été rompu et (...)
  • 14  Il s’agit d’une entreprise locale PROAGUA et d’une autre française, Ondeo-Degrémont.

25Dans le cadre de la nouvelle réglementation environnementale fédérale et des mesures propres à l’Etat de San Luis Potosí qui prévoit la mise en place de programmes pour protéger l’environnement et combattre les sources de pollution, le gouvernement de l’Etat a décidé en 1996 de mettre en place, sans aucune discussion ou concertation avec les groupes affectés, un projet d’assainissement global pour l’ensemble du bassin de la ville de San Luis Potosí12. Toutefois, la volonté des pouvoirs publics de mener à bien ce projet d’assainissement de la région métropolitaine s’associait aussi à un projet de développement des sources d’approvisionnement en eau potable pour la ville. Il s’agissait de la construction de plusieurs usines de traitement et de réaffectation de l’eau traitée, d’un usage agricole à un usage industriel. Son objectif était d’échanger les eaux traitées avec les eaux souterraines utilisées par une usine thermoélectrique localisée à 50 kilomètres de la zone urbaine afin d’économiser de l’eau de bonne qualité pour approvisionner la ville, qui connaît depuis plusieurs années de graves problèmes de surexploitation et de pollution des nappes phréatiques superficielles13. Ce projet, très ambitieux, demandait d’importants investissements. Le gouvernement de l’Etat espérait mobiliser le secteur privé. Celui-ci grâce à la nouvelle législation sur l’eau pouvait désormais participer à la gestion de systèmes hydrauliques urbains. Il s’agissait en effet de construire non seulement plusieurs usines de traitement, mais de relier celles-ci par un système d’échange d’eau à l’usine thermoélectrique. Tout semble indiquer que ces mesures étaient destinées à produire de nouvelles disponibilités en eau pour l’industrie. L’initiative d’une banque d’eau prétendant compter avec des réserves stratégiques pour le développement industriel à partir de transferts intersectoriels en déplaçant de l’eau agricole vers des usages industriels, va dans ce sens (Peña, 2005). Les réformes apportées au cadre juridique national et local ont construit les conditions nécessaires à une vaste participation du secteur privé dans la prestation des services urbains de l’eau, présentée comme la solution permettant de mobiliser les fonds pour résoudre les problèmes d’équipement. Or, à San Luis Potosí cette intégration s’est faite très lentement. Bien qu’une concession pour la construction et l’opération des deux principales stations d’épuration ait été attribuée à des entreprises privées14 pour quinze ans, la réalisation de ces équipements n’a été possible que grâce à des conditions très favorables pour les investisseurs privés et à la mobilisation d’importants crédits publics. Au total le secteur public aura financé 60% de ces ouvrages.

26Depuis le début, les agriculteurs se sont durement opposés à la réalisation du projet d’assainissement. Ils craignaient que sa mise en œuvre ne menace le système de production qui leur permet de subsister. Mais, surtout, ils craignaient la perte d’un contrôle direct sur l’eau et une modification de l’organisation ancienne de droits à l’eau qui leur garantissaient l’accès à la ressource.

  • 1

27Cette situation semblait donc en mesure de déboucher sur la crise d’un système communautaire à la suite du renforcement du contrôle des ressources hydriques par les agences de gestion urbaine. Cependant, l’opposition des usagers au projet hydraulique du gouvernement est devenue, lorsque le moment de sa mise en œuvre a approché, un conflit politique caractérisé par une polarisation des positions antagonistes et par la mise en oeuvre de stratégies de résistance à sa réalisation. S’ils ne s’opposaient pas au principe du traitement des eaux usées, polluantes pour l’environnement et dangereuses pour la santé de la population urbaine, ils s’opposaient par contre, durement, au projet d’usines de traitement qui annonçait la réallocation des usages de l’eau et donc une réaffectation des droits existants sur l’eau usée. L’opposition au projet articulait deux controverses : une argumentation juridique qui revendiquait la « propriété communautaire de toutes les eaux usées urbaines » et une argumentation intégrant la question « environnementale ». Dans leur stratégie environnementale, les usagers ont proposé la construction d’usines « écologiques », c’est-à-dire de petite taille, de gestion souple, basées sur une méthode de traitement qui ne produit pas de boues d’épandage, qui utilise peu d’énergie, mais qu’ils pourraient, surtout, gérer et contrôler15. La revendication d’un système de traitement de petite échelle recouvre l’aspiration à la permanence d’une gestion conforme aux règles de l’organisation des usagers, mais aussi la volonté de maintenir un accès à l’eau. Deux éléments qu’ils pensent remis en cause par le projet d’assainissement gouvernemental. Par ailleurs, en arborant un discours « environnementaliste », ils rejettent la stigmatisation de pollueurs qui accompagne la condamnation de l’usage des eaux usées sans traitement, puisqu’ils considèrent que jusqu’à la récente remise en cause de l’épandage agricole, celui-ci était la seule forme de traitement. En quelque sorte, ils revendiquent un rôle positif : d’une part, comme épurateurs pour la ville en la libérant de ses déchets liquides ; d’autre part, comme producteurs de nourriture pour ses habitants. Ils tentent ainsi de retrouver une fonction sociale valorisée et de légitimer leurs pratiques socio-économiques.

28Après huit ans d’antagonisme, de protestations ouvertes, de sabotage de la construction des usines de traitement, de mobilisation des partis d’opposition (stratégie renforcée par un contexte de transition politique au niveau de la municipalité comme du gouvernement de l’État), de négociations, d’actes spectaculaires comme l’invasion à cheval du palais du gouvernement par un groupe d’usagers armés de machettes, une solution définitive au conflit est encore loin d’être trouvée. Le gouvernement de l’Etat a seulement abandonné en partie la réalisation du projet originel, et a adopté comme stratégie le fractionnement du conflit et la recherche de solutions au cas par cas. Il a décidé de commencer par la construction de l’usine la moins conflictuelle et a reconnu les droits « de jure » et « de facto » d’une fraction d’agriculteurs, ceux touchés par la réalisation de cette première usine d’épuration. Ceux-ci ont accepté sa construction et ont signé un accord avec le gouvernement de l’Etat qui leur garantit de conserver gratuitement les mêmes volumes d’eau. De leur côté, ils ont abandonné toute réclamation sur les nouveaux volumes d’eau usée que la ville produira.

  • 16  Pour le moment aucun bilan sur le fonctionnement de la station et ces niveaux d’efficacité dans le (...)

29La construction de la première usine a été décidée en mai 2000, mais elle n’a commencé à fonctionner qu’en janvier 2002, du fait de l’opposition des agriculteurs qui contestaient le retard dans la réalisation des travaux des conduites permettant d’amener l’eau traitée vers leurs parcelles. La construction de la deuxième a commencé en 2003 ; elle n’est pas encore en service. Entre temps, tout semble indiquer que, non seulement le gouvernement de l’Etat a pris en charge les pertes de l’entreprise pendant le temps où la première station n’a pas pu fonctionner, mais il lui achète également l’eau traitée fournie aux agriculteurs. Par ailleurs, les usagers dénoncent aujourd’hui une diminution du volume d’eau qui les empêche de compléter leurs tours d’arrosage16. En outre, on observe de plus en plus de parcelles laissées en jachère qui menacent de se transformer en terrains vagues.

30Ainsi, ce qui devait être un projet mobilisant des investisseurs privés pour assurer une meilleure efficacité et rentabilité de la gestion de l’eau, s’est traduit par une forte subvention publique au profit d’une agriculture périurbaine « propre », mais au futur très incertain.

Pour conclure …

31Si la « protection de l’environnement» se présente comme une évidence concrète que nul ne peut nier et qui par conséquent possède la capacité de produire adhésions et consensus, il faut également constater deux choses. Premièrement, au niveau de la société en général, les sujets de préoccupation environnementale ne font pas l’unanimité. En effet, souvent, la préoccupation publique à l’égard de l’environnement n’est pas une évidence. Elle apparaît lorsque des situations visiblement alarmantes subsistent. Les menaces environnementales les plus dangereuses ne sont pas toujours reconnues comme telles par le public, et celles qui mobilisent le plus certains groupes de population ne sont pas nécessairement les plus graves. L’émergence publique des problèmes environnementaux n’est pas forcément liée aux dangers réels qu’ils représentent. Le deuxième constat, qui découle du précédent, pose la question de l’environnement comme un sujet qui n’est pas dégagé des intérêts politiques, professionnels et corporatistes. L’environnement comme « problème » a ses bénéficiaires. À savoir, tous ceux qui contribuent à sa création et à son renforcement et à le construire comme enjeu (Lascoume, 1994). En ce sens, l’environnement serait aussi une construction politique dans la mesure où certaines revendications sont reconnues comme légitimes et d’autres ne le sont pas, d’où le fait qu’elles font ou non l’objet de politiques et d’interventions publiques.

32Dans le domaine de la construction d’une politique de contrôle de la contamination associée à l’épandage agricole, l’information nécessaire pour une décision irrévocable n’existe pas. Il manque l’établissement d’une causalité directe entre cette pratique et les atteintes à la santé, notamment au sujet des métaux lourds contenus dans les eaux provenant des industries. De plus, l’estimation du risque associé à cette pratique agricole ne peut être dissociée des objectifs de santé publique fixés par les gouvernements, ni des intérêts économiques qui incitent les paysans à recourir à ces eaux, ni non plus de la perception culturelle des différents groupes sociaux impliqués.

33Dans cette perspective, il semblerait que la réponse au dilemme de l’utilisation agricole des eaux usées ne relève pas uniquement du domaine scientifique, c’est-à-dire qu’elle ne repose pas sur l’élucidation du degré de nuisance de cette activité agricole et de ses effets avérés sur l’environnement et la santé ; mais par contre, qu’elle implique une décision politique. Il semble donc que la question centrale est la façon dont « l’environnement » et ses « problèmes » acquièrent un caractère politique et le rôle qu’ils jouent dans la légitimation et la délégitimation du pouvoir.

34A San Luis Potosí, la mise en œuvre d’un contrôle de la pollution de l’eau dépend de facteurs conjoncturels et de politiques plus structurelles. Elle a été la réponse à une crise sanitaire produite par une épidémie de choléra au niveau national, mais elle est aussi une action mise en place par une nouvelle administration environnementale locale. De plus, elle est le produit d’une réorganisation locale de la gestion de l’eau, dictée par la « modernisation » du secteur hydraulique que les autorités fédérales ont entrepris et qui s’ouvre aux investissements privés en permettant d’ouvrir un nouveau marché - fortement subventionné - pour des entreprises privées, celui du traitement de l’eau. L’articulation de ces tendances exogènes et endogènes a créé de nouvelles conditions pour la gestion des déchets urbains et des espaces périurbains. Les usagers ont dû intégrer ces nouveaux aménagements, qui impliquent la recomposition locale des intérêts autour de l’eau usée.

35Une autre conclusion significative de notre étude porte sur la question de l’accès aux ressources en eau et au respect des droits existants. En effet, la gestion négociée du conflit a abouti, au moins pour une partie des usagers, à reconnaître la légitimité de leurs revendications sur l’eau traitée à partir de leur droit sur l’eau usée. On observe donc une actualisation des droits dans le nouveau contexte juridique environnemental. Toutefois, les tendances plus générales du processus d’urbanisation semblent indiquer que cette situation n’est qu’un leurre temporaire (du chercheur peut être). De fait, les dotations d’eau traitée au bénéfice des producteurs, grâce à leur accord avec les pouvoirs publics, semblent diminuer. Cela introduit un facteur d’incertitude dans la gestion de la ressource et de la production qui mine les fondements du système socioéconomique reposant sur l’épandage. En effet, jusque là, le groupe d’usagers avait pu bénéficier d’une certaine indépendance et d’une autonomie d’organisation pour l’usage de l’eau face aux institutions chargées de l’administration hydraulique. Comme la très riche littérature sur l’irrigation l’a montré, les agriculteurs construisent leur identité en étant membres accomplis d’une communauté et de son système d’irrigation ; donc la distribution de l’eau - qui est un reflet des droits à l’eau - ne peut être séparée du reste des relations sociales et productives. Même si l’organisation sociale et économique mise en place par la valorisation de l’eau usée semble pour l’instant perdurer dans le nouveau contexte, les agriculteurs sont forcés aujourd’hui de s’interroger sur les qualités de leur territoire et de tenter de le réinventer sur des nouvelles bases, socialement plus « durables ». Paradoxalement, les politiques environnementales mises en place au nom d’un droit pour tous à un environnement sain semblent marquer la fin de l’appropriation des eaux usées comme ressource attribuée par une politique agraire au nom d’un droit à l’eau pour tous les paysans. Les représentations et les pratiques à l’origine de sa création semblent obsolètes et les agriculteurs sont aujourd’hui à la recherche d’une nouvelle « vocation ».

3615  Ils ont engagé un ingénieur spécialisé en système de traitements « écologiques » qui leur a produit un projet spécifique. Presupuesto Sistema de Tratamiento para 780 lps, El Morro, Soledad de Graciano Sánchez, SLP , Xochicalli, 1996.

Haut de page

Bibliographie

Boelens R., Davila G. (éds.) 1998, Buscando la equidad, Assen, The Netherlands, Van Gorcum, 506 p.

CABEDOCE B., 2003, Epurer et produire: les champs d’épandage de Méry-Pierrelaye, in Jardinages en région parisienne XVIIe-XXe siècle, Paris, Creaphis, p. 195-208.

CIRELLI C., 2004, Agua desechada, agua aprovechada. Cultivando en las márgenes de la ciudad, San Luis Potosí, El Colegio de San Luis, Col. Investigaciones, p. 224.

CASTILLO ESCALANTE I., 2000, El saneamiento y la calidad del agua, Tlaloc, núm. 18, abril-junio, 2000, p. 4-9.

COWARD E. W., 1986, State and locality in Asian irrigation development. The property factor, in Irrigation Management in Developing Countries: Currents Issues and Approaches, Eds. Nobe & Sampath. ISARD, Studies in Policy and Management n°9, p. 491-508.

DANCAN M. et CAIRNCROSS S., 1990, Directrices para el uso sin riesgos de aguas residuales y excretas en agricultura y acuicultura, Genève, OMS, PNUMA.

DAUDET L., 2001, La plaine de Pierrelaye. Après un siècle d’épandage, entre conurbation et ceinture verte, Mémoire de Maîtrise, Institut Français d’Urbanisme, Université de Paris 8, 126 p. + annexes.

DAVERTON A., 1922, Assainissement des villes et égouts de Paris, Paris, Dunod Editeur, 792 p. 

DOUGLAS M., WILDAWSKY A., 1982, Risk and Culture. An Essay on the Selection of Technological and Environmental Dangers, Berkeley, Los Angeles, London, California University Press, 221 p.

DOUGLAS M., 1992, Risk and Blame, Londres, Taylor et Francis Ltd., 336 p. 

GIDDENS A. 1994, (1990), Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 192 p.

INEGI, 1999, Anuario estadistico del estado de San Luis Potosi. Gobierno del Estado et INEGI

LASCOUME P., 1994, L’écopouvoir, environnement et politiques, Paris, La Découverte, 324 p. 

MANDINAUD V., 2004, « La complexité territoriale de la pollution des sols », in SCARWELL H. J. et FRACHOMME M., Contraintes environnementales et gouvernance des territoires, Ed. de L’Aube-Nord, p. 393-400

MONSIVAIS SANTOYO H., 2000, Condiciones geohidrologicas del sistema acuífero valle de San Luis, CNA, Gerencia Estatal San Luis Potosí, www.cna.gob.mx

MUSSET A., 1991 De l’eau vive à l‘eau morte. Enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexico (XVIe-XIXe s.), Paris, Editions Recherche sur la Civilisation, 414 p. 

NARANJO PEREZ DE LEON M.F. et BISWAS A., 1997, Water, wastewater and environmental security problems: a case study of Mexico City and Mezquital Valley, Water International, vol. 22, n°3, p. 207-214.

NOVEMBER V., 2002, Les Territoires du risque : le risque comme objet de réflexion géographique, Bern, Editions Peter Lang, 332 p. 

OSTROM E., 2000, (1990), El gobierno de los bienes comunes. La evolution del as instituciones de accion colectiva. México DF, Fondo de Cultura Economica, UNAM, 395 p.

PEÑA DE PAZ F., 1997, Los Límites del Riego con Aguas Negras en el Valle del Mezquital. Tesis de Maestría en Antropología Social, México, Universidad Iberoamericana, 230 p.

PEÑA DE PAZ F., 2001, La esperanza en las aguas de desecho. Construcción de una región irrigada en el Valle del Mezquital, Frontera Interior,Agua y Sociedad Rural, septiembre-diciembre 1999,enero-abril 2000, número 3-4, año 2, p. 59-74

PEÑA DE PAZ F., 2005, Gestión del agua en San Luis Potosí, FMSLP-2002-C01-4836, CONACYT-Gobierno del estado de San Luis Potosí. Rapport de recherche, 120 p.

REPIDISCA, 1998, Uso de aguas residuales en el valle del Mezquital. Su impacto en la salud y el ambiente, Lima, Repindex, diciembre 1998, 186 p. 

RUAF, 2002, Visite d’étude et atelier international sur la réutilisation des eaux usées en agriculture urbaine : un défi pour les municipalités d’Afrique de l’ouest et du centre. CTA/ETS-RUAF/CREPA, Rapport de recherche.

SHUVAL H. et al. 1986, Wastewater Irrigation in Developing countries: Health Effects and Technical Solutions. Washington, DC, Banque Mondiale, 324 p. 

VEDRY B. 1996, Balade écologique au fil de la Seine en 1900, Paris, Editions Graphein, 159 p.

Haut de page

Notes

1  Une partie du travail de terrain a été réalisée dans le cadre du projet de recherche « Le territoire et ses constructions. Regards croisés Mexique-France », qui a obtenu un soutien du programme ECOS Nord pour la période 2003-2007.

2  Parmi les exemples les plus connus il y a celui des « marcite » italiennes, sorte de champs cultivés recevant de l’eau en permanence procédant des fontaines de la ville de Milan (plus tard les eaux des égouts) et mis en place par les moines cisterciens au XIII siècle; ou celui de « huertas » de Valencia en Espagne où les orangers étaient irrigués avec toute l’eau disponible, incluant celle chargée d’excréments humains (Daverton 1922 ; Vedry 1996).

3  Font exception à cela les travaux pionniers de Shuval 1986 ; Dancan et Cairncross,1990.

4 Agriculteurs, associations environnementalistes, chercheurs, représentants de différentes instances gouvernementales impliquées dans la gestion de l’eau, du territoire et de programmes agricoles, habitants, promoteurs immobiliers, industriels.

5  Du point de vue des précipitations San Luis Potosí reçoit en moyenne 330 mm d’eau de pluie annuels.

6 Document de la Réforme Agraire: Registro Agrario Nacional del Estado de San Luis Potosí, Expediente Ejido Soledad de Graciano Sánchez, Exp.2243, Legajos 1-12

7  Résolution sur la dotation des eaux au village de San Francisco, à Soledad, SLP, Diario Oficial de la Federación du 14 novembre 1959.

8  Cette quote-part d'eau, qui correspond à la dotation d'un droit d'eau s'appelle tour d'eau et donne - dans le cas du décret de 1959 - à son bénéficiaire le droit à cinq heures d'eau.

9  L’on se trouverait face à ce qui a été défini comme une « négligence bénigne » : une situation où il existe un cadre juridique et des règles mais où l’autorité régulatrice ne contrôle pas leur application (Ostrom, 2000).

10  En 1970, 11,3% de la population de la commune travaillaient dans l’agriculture, en 1980, 4,8%, et en 1990, 3,9% (INEGI 1999).

11  L’on se réfère ici à la crise économique que le pays a traversée pendant les années quatre-vingt et à la politique d’austérité menée par le président La Miguel de la Madrid (1982-1988), sous la pression des organismes financiers internationaux.

12  Il s’agit d’un projet prévoyant la construction de sept usines de traitement, dont trois traitant les eaux actuellement utilisées par les agriculteurs.

13  Depuis les années soixante-dix, l’équilibre entre pompage et recharge de l’aquifère a été rompu et il existe une baisse des nappes de l’ordre de 1,5 à 2 mètres par an. Le déficit hydrique est de 30 millions de mètres cubes, alors que la recharge est d’environ 80 millions de mètres cubes par an (Monsivais 2000).

14  Il s’agit d’une entreprise locale PROAGUA et d’une autre française, Ondeo-Degrémont.

16  Pour le moment aucun bilan sur le fonctionnement de la station et ces niveaux d’efficacité dans le traitement n’est encore disponible, les autorités ont communiqué que l’eau traitée est conforme aux normes nationales de qualité pour l’irrigation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Etapes de l’irrigation
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/1796/img-1.png
Fichier image/png, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Cirelli, « La vulnérabilité sociale d’une ressource abondante : épandage des eaux usées et protection de l’environnement au Mexique », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 73-82.

Référence électronique

Claudia Cirelli, « La vulnérabilité sociale d’une ressource abondante : épandage des eaux usées et protection de l’environnement au Mexique », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/1796 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1796

Haut de page

Auteur

Claudia Cirelli

El Colegio de San Luis, institution de recherche mexicaine en sciences sociales, et Université de Paris 8.
E.mail : claudia.cirelli@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals