Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Compte rendu de : La vallée électrique,Foëx E. (photographies) et Broennimann T. (textes), 2006, Paris, InFolio éditions, 164 p., 210 photographies en noir et blanc

André Buisson
p. 93

Texte intégral

1Réunies sous le titre La vallée électrique, 210 photographies en noir et blanc du photographe Emmanuel Foëx illustrent l’architecture industrielle, l’urbanisme et le paysage dans l’Arc alpin.

2Comme un ouvrage classique, l’album est divisé en trois parties : La centrale, le réseau, le transformateur. L’auteur est parti de l’évidence qu’à travers l’arc alpin, les sillons des vallées sont constellés d’usines consacrées à la fabrication de l’électricité (La centrale). La montagne, telle un château d’eau percé par l’homme d’innombrables galeries, rend aux vallées son trésor au travers de mille tubes et conduites forcées, tissant comme une gigantesque toile d’araignée (Le réseau). Le décor mis en place, avec les architectures fonctionnelles, forme le transformateur.

3Au-delà de la beauté des photographies, de l’art de la composition qui, malgré la “brutalité” du thème illustré, fait ressortir l’authentique “présence” de la force motrice qui a fait la richesse et le développement de ces vallées montagnardes, remarquons l’image rendue de ces installations. C’est tout un siècle d’aménagements industriels qui nous est retransmis par ces illustrations. C’est aussi un témoignage de l’évolution architecturale de ce patrimoine si particulier qu’est l’usine (Nove, en Vénétie ; Les Vernes, en Romanche ; Crego, en Piémont, par exemple) ; elle qui devint, par la main de l’homme, à travers l’emploi des pierres grises des vallées, une sorte de château-fort de la puissance des Modernes.

4La plus évocatrice de cette puissance de la force hydraulique nous paraît être la photo de l’usine de Saint-Guillerme (vallée de la Romanche), dans laquelle le réseau des conduites forcées, des cables électriques, forme autour de l’usine un filet impressionnant. Isolé, solitaire dans le paysage chaotique, le pylône est l’un des témoins de la “folie des hommes” (p. 145-151).

5L’ouvrage est un musée, ou un conservatoire, de ces architectures caractéristiques, devenues friches industrielles pour certaines (Les Clavaux, en Romanche), disparues pour d’autres (Pontamaffrey, en Maurienne). Au-delà de l’art, le message de ce livre est enfin, et surtout, celui de l’évolution de notre civilisation. L’eau, énergie renouvelable, est devant nous capturée par l’homme :  richesse de la nature sauvage  dans les montagnes détournée ; c’est l’eau des lacs, de la fonte des neiges, qui passe d’abord par des tuyaux de plus en plus petits et qui devient l’électricité, qui est enlevée aux vallées, transportée par des fils de cuivre suspendus dans les airs pour le profit des citadins de régions éloignées (par exemple Génissiat, vallée du Rhône, p. 153, 155).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Compte rendu de : La vallée électrique,Foëx E. (photographies) et Broennimann T. (textes), 2006, Paris, InFolio éditions, 164 p., 210 photographies en noir et blanc », Géocarrefour, vol. 81/1 | 2006, 93.

Référence électronique

André Buisson, « Compte rendu de : La vallée électrique,Foëx E. (photographies) et Broennimann T. (textes), 2006, Paris, InFolio éditions, 164 p., 210 photographies en noir et blanc », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/1 | 2006, mis en ligne le 05 février 2008, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/1821

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals