Navigation – Plan du site

Inégalité sociale et cohésion territoriale, pour une lecture rawlsienne du territoire brésilien

Social inequality and territorial cohesion: a Rawlsian interpretation of Brazilian territory
Desigualdade social et coesao territorial, por uma leitura rawlsiana do territorio brasileiro
Bernard Bret

Résumés

L'analyse du territoire brésilien est ici fondée sur la théorie du philosophe John Rawls : la justice définie non pas comme l'égalitarisme, mais comme l'optimisation des inégalités au bénéfice des plus modestes (principe du maximin), une fois reconnue l'égalité de la valeur intrinsèque des personnes. La démarche suivie lit le territoire comme une configuration spatiale différenciée conforme ou non à la justice comme équité et objet d'un aménagement compris comme l'application du principe de réparation. L'approche est faite ici à travers le temps long (les transformations historiques du lien social et des pratiques socio-spatiales) et à plusieurs échelles qui se combinent, du micro-local (l'espace privé du logement) à l'international (l'insertion du Brésil dans la mondialisation).

Haut de page

Texte intégral

1La question ici abordée concerne l'organisation dynamique du territoire brésilien dans ses rapports avec les changements sociaux et politiques. Le thème est vaste : étudier la différenciation spatiale du Brésil et y lire la transcription géographique des inégalités sociales. En réalité, l'objectif du propos est à la fois limité et ambitieux. Limité car il ne s'agit pas ici de rappeler des inégalités régionales connues. Ambitieux car il s'agit de combiner les différentes échelles géographiques auxquelles fonctionnent les inégalités socio-spatiales et de réfléchir aux outils théoriques susceptibles d'en permettre l'intelligence.

2Quelques mots-clés peuvent cadrer la démarche : inégalité, intégration, exclusion, ségrégation, cohésion, fragmentation. S'il y a inégalité sociale, celle-ci peut en effet recouvrir des relations très dissemblables entre les partenaires : y a-t-il intégration dans un jeu où le fort reste proche du faible pour mieux le dominer, ou exclusion sociale, le riche mettant une barrière entre lui et le pauvre ? Le lien social intégrateur va-t-il de pair avec une certaine cohésion territoriale, et l'exclusion sociale avec la ségrégation, la frontière, la discontinuité ? Ou faut-il parler de fragmentation territoriale à analyser dans une approche pluriscalaire ? Enfin, si le social se croise avec le spatial, la dimension du temps doit aussi être présente pour les héritages que l'histoire a laissés et leur recomposition avec les données d'aujourd'hui.

3L'organisation de l'espace disant l'inégalité sociale, la renforçant et contribuant à sa reproduction, faut-il à ces mots-clés ajouter celui de justice socio-spatiale ? Doit-on étudier les inégalités sur le seul plan de l'analyse, en décrivant les faits et en proposant leur explication, ou peut-on donner à ces inégalités une qualification éthique et les apprécier au regard de valeurs ? Le mélange des registres ne serait pas sans danger s'il était implicite et mêlait sans méthode le discours scientifique et le discours de jugement. En revanche, peut être défendue comme légitime une approche qui dit clairement à quelle théorie de la justice elle se réfère et au nom de quels principes elle apprécie les réalités. Pourquoi la philosophie morale devrait-elle être confisquée par les seuls philosophes et n'avoir pas sa place dans les sciences sociales ?

Penser le territoire à la lumière de la philosophie morale et politique

4Si la géographie est la science de la différenciation spatiale, force est de constater que la différence renvoie à plusieurs significations possibles. Que le territoire ne soit pas homogène, c'est une évidence dictée par les données physiques et les contraintes économiques. Outre la répartition des potentiels naturels, nombre d'activités ont nécessairement une localisation ponctuelle et ne pourraient être distribuées d'une manière uniforme dans l'espace. Constat d'une manifeste banalité, mais plutôt réjouissant : quel ennui produirait la planète si elle n'était variée et si, allant ailleurs, on rencontrait le semblable au lieu d'être confronté au dépaysement et à l'altérité ! La véritable question porte donc sur le sens social des différences qui existent entre les lieux et entre les hommes : la différence est-elle la diversité dans l'égalité ? Quand la différence devient-elle inégalité ? Quand l'inégalité devient-elle injustice ?

5La présente réflexion s'appuie sur la Théorie de la Justice de John Rawls (1987). Sans prétendre la résumer en quelques lignes, il est nécessaire pour la suite du propos d'en rappeler les lignes maîtresses et d'exposer en quoi elle peut s'avérer féconde en géographie. Le pari ici tenu est en effet que la philosophie morale constitue un outil pour penser le territoire (Bret, 2000 ; 2001).

  • 1  J'ai tenté de généraliser et de porter à un plus haut niveau d'abstraction la théorie tradi-tionne (...)
  • 2  Pour que les principes retenus atteignent le plus haut niveau d'abstraction et aient ainsi une val (...)

6Dans une perspective kantienne qui vise à l'universalité, John Rawls pense la justice non pas comme égalitarisme, mais comme optimisation des inégalités. C'est en quoi sa théorie, bien qu'elle porte sur l'organisation de la société, peut s'avérer précieuse pour appréhender le territoire, mentionné plus haut comme différencié et porteur d'inégalités. Dans la tradition des philosophies du contrat1, John Rawls énonce en ces termes les deux principes fondamentaux de la justice comme équité2 :

7- en premier lieu : chaque personne doit avoir un droit égal au système le plus étendu de libertés de base égales pour tous qui soit compatible avec le même système pour les autres ;

8- en second lieu : les inégalités sociales et économiques doivent être organisées de façon que, à la fois, (a) l’on puisse raisonnablement s’attendre à ce qu’elles soient à l’avantage de chacun, et (b) qu’elles soient attachées à des positions et à des fonctions ouvertes à tous (Rawls, 1987, p. 91).

9Le premier principe jouit d'une priorité sur le second et ne peut donc être enfreint pour que le second soit satisfait. Le second principe, que John Rawls appelle le principe de différence, dit à quelles conditions l'inégalité est compatible avec la justice : que tous aient accès à toutes les positions sociales dans des conditions égales, ce qui exclut les sociétés de castes, et que tous tirent un mieux-être des inégalités existantes. Ce dernier point est d'une importance capitale. Il signifie que, pour être conforme à la justice, l'inégalité doit être telle qu'elle maximise le sort de ceux qui ont le minimum : le critère du maximin dit si l'inégalité satisfait au principe de différence. La définition de l'injustice s'en déduit en toute logique : l'injustice est alors simplement constituée par les inégalités qui ne bénéficient pas à tous (Rawls, 1987, p. 93). S'affichant d'une manière explicite comme une alternative à l'utilitarisme, la théorie rawlsienne apporte avec la notion de maximin une contribution fondamentale à la justice distributive. Définissant les biens premiers comme tout ce qu'on suppose qu'un être rationnel désirera (Rawls, 1987, p. 122), John Rawls place sous ce terme les droits, les libertés et les possibilités offertes, les revenus et la richesse et parle à leur propos de biens sociaux premiers puisqu'ils résultent de l'organisation sociale et qu'ils doivent être distingués des biens premiers naturels que sont la santé et les talents. Ce sont d'ailleurs la diversité et l'inégalité dans la dotation des biens premiers naturels qui rendent nécessaire une règle déterminant l'accès équitable aux biens sociaux premiers. Enfin, John Rawls, énonce le principe de réparation selon lequel doivent être réparées les inégalités qui ne profitent pas à tous et qui sont donc des injustices : ce principe affirme que, pour traiter toutes les personnes de manière égale, pour offrir une véritable égalité des chances, la société doit consacrer plus d'attention aux plus démunis quant à leurs dons naturels et aux plus défavorisés socialement par la naissance (Rawls, 1987, p. 131). Ce principe donne leur légitimité aux discriminations positives.

10Ce bref rappel était nécessaire. Reste à montrer que cette théorie offre un cadre permettant de penser l'espace. D'un intérêt majeur pour toute réflexion sur le développement inégal et sur le territoire en tant qu'espace social inégalement développé. Elle aide ici à formuler les questions essentielles sur le Brésil de ces dernières décennies : comment répartir la richesse produite ? Faut-il sacrifier une classe sociale pour assurer le démarrage de la croissance ? Une distribution moins inégalitaire du revenu est-elle un danger pour la maximisation du produit total ? Est-ce vrai, le cas échéant, dans la seule phase historique de l'accumulation initiale ou cela le reste-t-il une fois enclenché le processus de croissance cumulative ?

11Si la théorie rawlsienne ne retient pas l'égalitarisme comme principe de justice, l'idée d'égalité, elle, reste au cœur de sa problématique. Pour la justice comme équité, l'inégalité des conditions matérielles n'est admissible que si elle profite d'abord aux plus pauvres, c'est le principe du maximin, mais aussi sous la double réserve que, d'une part, l'accès des positions sociales soit ouvert à tous dans des conditions égales et, d'autre part, que soit satisfait le premier principe de justice, lequel, attribuant un droit égal au système le plus étendu de libertés de base égales pour tous, pose l'égalité de la valeur intrinsèque des personnes. Cette affirmation est capitale pour l'organisation de la vie en commun, elle fonde la culture démocratique et implique aussi que l'inégalité des conditions matérielles soit contenue dans des limites compatibles avec l'exercice effectifs des libertés.

12La question de savoir si l'inégalité territoriale peut être qualifiée d'injuste étend donc à l'espace le principe du maximin : l'unité territoriale la plus pauvre est-elle appauvrie par la concentration de la richesse dans l'unité territoriale la plus riche, ou la première gagne-t-elle par entraînement au fait que la seconde soit mieux lotie ? Paupérisation absolue dans un cas, et relative dans l'autre. Ou encore, peut-être, périphérie dominée dans un cas et intégrée dans l'autre. L'application du maximin conduit-elle à utiliser l'inégalité comme moteur du développement, et comment ? Le principe de réparation est-il mis en œuvre par l'aménagement du territoire ? La complexité de la configuration réside dans le fait que les territoires sont occupés par des sociétés globales elles-mêmes différenciées en groupes sociaux aux intérêts divergents, d'où il s'ensuit que la compétition sociale interfère avec les enjeux territoriaux. Mais cette difficulté présente l'intérêt de maintenir au centre du raisonnement l'attention aux conditions socio-politiques dans lesquelles les résultats économiques sont atteints, car l'ordre des principes exige d'abord le respect des personnes et l'égalité de tous dans l'accès aux libertés.

Une intégration traditionnelle au service d'un modèle social inégalitaire

13Parce qu'il a pour contraire l'exclusion, le terme intégration bénéficie souvent d'un a priori favorable. Il semble signifier la solidité du lien social et trouver son répondant géographique dans l'idée de cohésion territoriale. Or, cette interprétation univoque masque l'ambiguïté du mot. Signifiant le renforcement des liens existant entre les éléments d'un système, l'idée d'intégration, quand elle s'applique aux groupes humains, exprime certes l'étroitesse du lien social. Mais elle ne dit rien sur la nature de ce lien, ce qui interdit de lui attribuer sans examen une qualification positive. À la limite, l'intégration maximum existe dans les sociétés de type holiste où chacun ne vaut que par sa participation au groupe dans le rôle qui lui y est dévolu : société oppressive qui nie l'individu et le prive de cette liberté essentielle qu'est la formulation d'un projet de vie. En réaction, l'individualisme doit être salué comme une promotion des personnes. Ce n'est pas contradictoire avec l'idée d'intégration sociale, mais alors d'une nature différente, fondée sur une dynamique où chacun, reconnu pour lui-même comme un acteur social, peut choisir et agir.

14Il vaut donc la peine d'interroger l'intégration sociale. L'observation de l'espace social d'aujourd'hui, avec ce qu'il traîne d'héritage du passé, peut y aider.

Le lien social vertical se lit dans l'organisation de l'espace social local

Interférence des lieux et interférence des temps : approche pluriscalaire et référence à des périodes historiques diverses pour appréhender l'espace social

  • 3  C'est le quarto empregada.
  • 4  Employées est volontaire-ment mis au féminin : ce sont systématiquement des fem-mes (les empregada (...)

15Espace privé par excellence, le logement informe sur la société. Le contraste entre les immeubles dotés du confort et l'habitat précaire des favelas est ce qui frappe d'abord. Il en sera question plus loin. Doit être noté auparavant, à une autre échelle, le plan des logements individuels eux-mêmes dans les immeubles urbains : il n'est pas d'appartement destiné à la clientèle aisée ou aux classes moyennes qui ne compte une ou deux chambres de bonne3. Il est vrai que les usages évoluent avec le temps et que certains jeunes ménages, même disposant de revenus confortables, préfèrent s'organiser sans domestique à demeure. La baisse des prix de l'électro-ménager les y encourage, comme le fait que les employées4 défendent aujourd'hui mieux leurs droits que par le passé. Mais la raison essentielle de ces nouveaux comportements, encore minoritaires, réside dans la volonté de rompre avec des usages où il était inconcevable de tenir son rang, fût-il moyen, sans avoir à disposition quelqu'un à son service.

  • 5  Malgré l'exiguïté, la chambre de bonne garantit une habitabilité meilleure que bien d'autres logem (...)
  • 6  Le plus célèbre fut celui de Palmares, dans l'État actuel de l'Alagoas.
  • 7  Le 20 novembre est chaque année au Brésil le jour de la conscience noire, en souvenir de la mort d (...)

16Le présent fait ici écho au passé : la chambre de bonne d'aujourd'hui, quelques mètres carrés donnant sur la cuisine5, est l'héritière de la senzala de l'esclave d'autrefois. Le sociologue Gilberto Freyre avait magnifiquement décrit la société coloniale et l'avait résumée dans l'opposition entre la casa grande - la maison du maître - et la senzala - la maison de l'esclave (Freyre, 1974). Ce rappel historique éclaire la question ici traitée : l'intégration sociale examinée dans ses rapports avec la qualité du lien social. Est-il un système social qui intègre plus que celui où le travailleur est la propriété de son maître ? Et en est-il de plus injuste, de plus attentoire à la liberté individuelle et aux droits de l'homme ? C'est précisément de n'avoir pas assez souligné ce point qui a été parfois reproché à Gilberto Freyre. Son analyse, brillante et dite dans une langue superbe, présentait un Brésil colonial fondé sur la conciliation des hommes plus que sur l'affrontement des groupes sociaux alors que les tentatives des esclaves pour secouer le joug de l'oppression ont été nombreuses. Les quilombos6, refuges d'esclaves marrons, constituaient autant d'espaces de liberté pour ceux qui avaient fui les plantations. L'idée d'une émancipation des Noirs devait venir plus tard, et, pendant longtemps, il n'était pas possible de se libérer sans inscrire cette liberté en un lieu, c'est-à-dire sans s'évader de la terre de servitude pour créer ailleurs un territoire soustrait à l'ordre colonial. Eloquente illustration de l'intégration comme injustice à quoi ne pouvait répondre qu'une exclusion volontaire. Le souvenir de la résistance noire conquiert peu à peu sa place dans la culture politique du Brésil7 car le fait majeur de la période esclavagiste a bien été, par définition, l'esclavage : intégrer pour asservir.

  • 8  Morador vient du verbe morar qui signifier habiter : le morador travaille sur le grand domaine et (...)

17L'organisation du grand domaine agricole a prolongé, après la libération des esclaves, le lien social vertical qui lie celui qui a la terre et celui qui la travaille. Ce fut le système de la moradia dans lequel le morador8 cultive la terre du maître contre l'usufruit d'un lopin de terre. Perdure dans la moradia la dépendance personnelle du pauvre envers le riche, c'est-à-dire la forte intégration sociale dans une situation d'injustice. Le lien social reste ici un lien de domination, et l'espace social demeure pour le dominé un espace clos, limité au grand domaine. C'est un espace privé où se nouent pourtant les relations entre les acteurs sociaux, en cohérence avec un système social paternaliste où le dominant sert de médiateur au dominé pour son insertion dans l'espace public, son devenir social et son expression politique.

L'organisation territoriale nationale

18La genèse de la société brésilienne est intimement liée à la formation de son territoire (Droulers, 2001).

  • 9  Le traité de Tordesillas date de 1494, deux ans après la découverte du nouveau monde et six ans av (...)

19Deux processus ont permis que la nation prenne pleinement possession de son espace. Le premier est la conquête de l'Ouest. Les bandeirantes, fondateurs horizontaux du Brésil, ont pénétré le sertão à partir du littoral tôt occupé par les fondateurs verticaux qu'avaient été les planteurs. Leur aventure mettait en œuvre ce souci constant des autorités portugaises puis brésiliennes de repousser le méridien, c'est-à-dire d'aller au-delà de la limite que l'Espagne et le Portugal avaient fixée arbitrairement à leurs ambitions respectives lors du Traité de Tordesillas avant même que le Brésil ne fût découvert9 ! L'incorporation de terres nouvelles a réalisé l'intégration de l'intérieur dans un territoire contrôlé par les élites sociales de la côte. Le second processus, plus récent, a été l'intégration des régions dans un espace économique cohérent. Les différentes régions ont en effet longtemps entretenu des relations directes avec l'Europe davantage que des relations entre elles. Le profil exportateur de leurs économies respectives les y poussait, tout comme la précarité des transports intérieurs. C'était l'époque de l'archipel brésilien (Thery, 2000). Puis vint un moment où les relations entre les régions se sont intensifiées et où l'archipel s'est fait continent selon l'expression d'Aroldo de Azevedo (1968).

20Intégration économique donc, et aussi intégration territoriale. L'intégration sociale a-t-elle progressé dans le même temps ? Sans doute, car le phénomène bandeirante a fait corps avec l'identité nationale et a consolidé chez les Brésiliens le sentiment d'une commune appartenance à une terre. Mais, paradoxe témoignant de l'aliénation sociale que peut véhiculer la territorialité, alors que tous partageaient le sentiment d'appartenir à une terre, la terre, elle, était la propriété de quelques-uns seulement ! La perception du territoire à l'échelle nationale se combinait ainsi avec des structures foncières excluant de la propriété du sol la majeure partie de la population.

21L'histoire a donc laissé en héritage une véritable nation (Hérodote, n°98, 2000). Mais l'intégration sociale y a plus servi l'injustice que l'équité.

Modernisation et justice socio-spatiale

22Questionner les inégalités socio-spatiales au cours des dernières décennies, c'est se demander si l'intégration sociale a continué à jouer son rôle de domination et de contrôle social ou si sa fonction s'est modifiée dans le sens d'une plus grande solidarité. C'est aussi s'interroger sur les transformations spatiales qui ont enregistré les changements sociaux, les ont consolidés et les ont peut-être amplifiés.

23Brasilia donne ici matière à réflexion. En établissant la nouvelle capitale sur les austères plateaux du Goias, le Président Juscelino Kubitschek relançait la tradition bandeirante et créait à l'intérieur un point d'ancrage utile à la mise en valeur de l'Ouest. La localisation même du nouveau district fédéral symbolisait l'unité nationale : au partage des eaux du São Francisco à l'Est, du Parana au Sud et du Tocantins au Nord-Ouest, Brasilia se situe à la soudure des grandes régions naturelles et humaines du pays et constitue le lieu idéal pour organiser l'intégration du Brésil pauvre, le Nordeste, et du Brésil riche, le Sudeste et le Sud, avec le Brésil pionnier de l'Amazonie. Mais, pour essentiel qu'il soit à l'intégration du territoire national, ce lieu, dans les limites du district fédéral, donne à voir le spectacle de la ségrégation et de l'exclusion sociale. C'était rêverie de croire que la nouvelle capitale pourrait symboliser aussi l'harmonie sociale : cette ville est à l'image du pays dont elle est la tête. Aussi, l'inégalité sociale s'y lit-elle d'une façon particulièrement nette : les classes privilégiées dans le plan-pilote de Lucio Costa et Oscar Niemeyer, les classes moyennes et défavorisées dans les villes satellites à plusieurs dizaines de kilomètres, et les plus pauvres, enfin, dans des favelas.

24Le Brésil s'est ainsi modernisé en combinant deux processus contradictoires - l'intégration et l'exclusion - perceptibles chacun à plusieurs échelles et appliqués à la société comme au territoire.

La modernisation conservatrice et l'espace social

25Intégration et exclusion, le modèle brésilien de croissance a porté à son paroxysme cette singulière association, quand, autour des années 1970, on a parlé du miracle brésilien, apparent succès économique utilisé par les militaires au pouvoir de 1964 à 1985 pour revendiquer une légitimité, comme si un taux de croissance pouvait suppléer le verdict des urnes !

26La véritable question à poser est celle-ci : croissance pour qui ? La haute conjoncture s'alimentait d'une large ouverture aux capitaux étrangers et d'un gros effort à l'exportation, deux choix requérant une sévère contention des salaires, que le dumping social serve à attirer les entreprises extérieures ou qu'il rende les exportations plus compétitives à l'étranger. La période est ainsi caractérisée par une concentration des revenus, d'autant que le régime voulait favoriser les classes moyennes urbaines dans l'espoir, pas toujours déçu, de s'assurer leur soutien. De toutes les façons, il était cohérent d'élever le pouvoir d'achat de ces classes sociales pour soutenir la construction automobile et, plus généralement, les industries de biens de consommation durable. Cohérent, mais injuste puisque l'inégalité dans la distribution des revenus n'était pas réalisée dans le but de tirer les plus pauvres vers le haut et contrevenait donc fondamentalement au principe du maximin.

27On avait parlé de miracle, mais la vérité est qu'il n'y eut pas de miracle face au premier choc pétrolier de 1973 malgré une capacité d'adaptation remarquable en matière énergétique, ni face au second de 1979, et pas davantage devant la crise de la dette des années 1980. Comme dans toute l'Amérique latine, ce furent les années de la décennie perdue pour la croissance, mais gagnée pour la démocratie. L'incapacité des gouvernants à résoudre la crise leur ôtait le simulacre de légitimité qu'ils avaient cherché dans la croissance, et les jours du régime étaient dès lors comptés.

28Dit maintes fois, le fait doit être ici rappelé : la période militaire a été réactionnaire sur le plan social, mais elle a modernisé le Brésil dans de nombreux domaines. Imposant au pays une marche forcée vers la puissance économique et l'affirmation sur la scène internationale, le régime autoritaire voyait en effet dans l'aggravation des inégalités internes le moyen d'assurer la puissance externe : certains groupes sociaux, certaines entreprises, certains lieux devaient être favorisés pour se hisser au niveau du premier monde, sans considération pour ceux des Brésiliens qui ne suivraient pas et s'en trouveraient marginalisés. L'expression de modernisation conservatrice peut donc être appliquée à ce processus : une modernisation qui ne se réalise pas dans l'intérêt des plus pauvres. Autant dire plus explicitement modernisation de l'injustice (Bret, 2000, p. 340).

Les échelles géographiques de l'injustice

29L'approche pluriscalaire se révèle là encore de bonne méthode, pas tellement parce qu'elle permettrait de voir les phénomènes à des niveaux de détail plus ou moins fins, mais parce qu'elle fait apparaître selon les échelles d'analyse des acteurs institutionnels et sociaux distincts et des intérêts divergents.

30À l'échelle nationale, l'idée d'intégration était plus que jamais à l'ordre du jour sous les militaires. Consacrée en 1970 par un Plan d'intégration nationale, elle se trouvait au centre du projet territorial du Second plan de développement (1975-1979). L'idée était d'articuler de façon plus efficace les potentialités complémentaires des différentes régions du pays. Que cela ait été alors un moyen pour taire les racines sociales des difficultés du Nordeste atteint par une grave sécheresse en 1970 n'est pas douteux : situer le remède ailleurs permettait de déplacer la crise de la sphère sociale et donc du registre politique vers le registre apparemment technique de la construction des routes sur les terres vides de l'Amazonie. De plus, renouer avec la tradition pionnière était bien de nature à flatter une opinion publique sensible au thème d'un Brasil Grande engagé dans une aventure prométhéenne qui consoliderait sa souveraineté et le confirmerait comme une puissance qui compte dans le monde.

31Dans la continuité de ce que le régime antérieur avait fait à Brasilia, l'opération lancée alors en Amazonie ne peut certes pas être critiquée a priori dans son principe car occuper humainement et économiquement les régions de l'Ouest et mieux les incorporer au reste du territoire brésilien est un objectif d'une utilité peu contestable. Le problème ici discuté se situe sur un tout autre plan : il est de savoir si l'idée d'intégration nationale a été utilisée pour servir la cohésion sociale dans une plus grande justice, ou, au contraire, si elle a été instrumentalisée au service du conservatisme social. À l'échelle nationale, il est bien vrai que l'Amazonie a été arrimée au reste du territoire par un réseau de circulation cohérent et insérée dans l'économie du pays : l'intégration nationale a été réussie. Mais à cette intégration territoriale nationale fait contraste une exclusion sociale et une fragmentation des territoires régionaux et locaux.

32Comme le montre le Nordeste, l'idée d'intégration nationale était largement contradictoire avec celle d'intégration régionale. Elle devait même entraîner la déstructuration du territoire régional et sa restructuration au sein d'un ensemble géographique plus vaste dans lequel il perdait une part de son identité.

33La politique d'aménagement lancée en 1960 par Juscelino Kubitschek et mise en œuvre dans le Nordeste par Celso Furtado avait consisté à développer la région à coup d'investissements publics et de soutiens publics aux investissements privés, mais elle appelait des transformations sociales - la réforme agraire et la redistribution du revenu - susceptibles de permettre la diffusion de la croissance à partir des agglomérations urbaines bénéficiaires des investissements initiaux, en particulier industriels. En d'autres termes, dans la prévision que les villes les plus importantes de la région - Recife, Salvador et Fortaleza - deviennent de véritables pôles de développement, il était attendu que les effets multiplicateurs des investissements se réalisent dans le Nordeste lui-même et l'entraînent dans une dynamique de croissance. Dans une formulation rawlsienne, ce scénario apparaît juste car il aurait optimisé les inégalités de façon que les régions de l'intérieur bénéficient des retombées des opérations conduites dans les espaces urbains du littoral et soient ainsi tirées vers le haut. Cette politique était en phase avec l'orientation de la Cepal - Commission économique des Nations Unies pour l'Amérique Latine - et avec les recommandations de l'Alliance pour le Progrès. C'est dire que, malgré le danger pour l'ordre social qu'y virent ses détracteurs les plus conservateurs, elle ne remettait nullement en cause la libre entreprise et le marché. Mais, l'idée forte qui l'inspirait était que la justice sociale constituait un facteur d'efficacité pour la modernisation du pays.

34C'est précisément contre cela que les forces armées ont pris le pouvoir en 1964. Il était inévitable que l'aménagement du territoire s'en trouve bouleversé, car la régulation étatique doit maintenir une cohérence entre l'action sur l'espace et le projet de société : appliquer le principe du maximin dans l'aménagement du territoire aurait supposé que la promotion des plus modestes fût un objectif prioritaire. Or, à partir de 1964, c'est tout le contraire. Le coût social élevé - surexploitation des travailleurs et exclusion sociale - était tenu pour la rançon nécessaire au progrès.

  • 10  Les micro-régions sont au Brésil des unités territoriales qui regroupent plusieurs municipes à des (...)

35Pour ce qui est du Nordeste, la croissance extravertie fit fonctionner les villes du littoral bénéficiaires des investissements comme des enclaves. Elles tournent le dos à leur environ-nement géographique immédiat parce que celui-ci n'offre pas un milieu social, économique et culturel réceptif à la diffusion de la croissance. Elles regardent vers le centre économique national, São Paulo, d'où viennent les capitaux, avec lequel se sont nouées les relations interindustrielles et vers où se dirigent les ventes, quand ce n'est pas vers l'étranger. Ce phénomène a renforcé la dissymétrie de l'espace nordestin, bien que les autorités aient à plusieurs reprises appliqué des fonds publics pour dynamiser les villes de l'intérieur et les rendre capables de fixer les investissements productifs. Ce fut largement en vain : ce que l'on est tenté d'appeler la rugosité de l'espace économique du Nordeste - sans doute un trait géographique caractéristique du sous-développement - y a fait obstacle. Des exemples locaux peuvent certes démentir un propos exagéré, mais la tendance lourde consiste bien en une fragmentation territoriale opérée entre d'une part les quelques points entraînés dans une expansion économique initiée et contrôlée par le Sudeste, et d'autre part, les vastes zones quasi ignorées par la croissance. Les chiffres le montrent, et notamment la part que les capitales estaduais occupent dans le produit intérieur brut de leurs États respectifs. Dans une étude réalisée à l'échelle des micro-régions des capitales10, J. R. Vergolino et A. Monteiro Neto (1997) ont mis en évidence le fait que les capitales nordestines ont confisqué la croissance : Fortaleza représentait 53 % du PIB du Ceara en 1970... et 81 % en 1991, Recife 62 % de celui du Pernambouc en 1970… et 77 % en 1991, Salvador 44 % de celui de Bahia en 1970… et 67 % en 1991. Ces chiffres parlent d'eux-mêmes, confirmés par ceux de São Luis dans le Maranhão, de Teresina dans le Piaui, de Natal dans le Rio Grande do Norte, de João Pessoa dans la Paraiba, de Maceio dans l'Alagoas et d'Aracaju dans le Sergipe !

36En fait d'intégration nationale, celle-ci fut donc sélective à l'échelle régionale et mit en place un espace économique réticulaire qui exclut autant qu'il intègre... au point que, s'agissant du Nordeste, parler d'économie régionale a perdu beaucoup de son sens. Ailleurs, les effets régionaux et locaux de l'intégration nationale ont varié selon le degré de développement du territoire considéré. Dans le cas de l'État de São Paulo, la croissance s'est diffusée très largement : contrairement à l'évolution mentionnée plus haut et selon la même source, la part du produit intérieur brut de la capitale a décru entre 1970 et 1991 : 70 % du PIB estadual en 1970 et 52 % en 1991. Cela ne signifie évidemment pas que la ville de São Paulo souffrirait d'un ralentissement économique, mais que le dynamisme de ce centre tire vers le haut les villes de l'intérieur pauliste, Campinas certainement, mais aussi São José dos Campos sur le rio Paraiba do Sul, Ribeirão Preto, São Carlos, Rio Claro et Presidente Prudente, parmi d'autres, sur le plateau occidental. Ce n'est pas tant la proximité qui vaut à l'État de Sao Paulo de partager le dynamisme de sa capitale. C'est l'environnement économique, social, culturel qui est porteur et qui offre un milieu favorable au développement. Toutefois, l'échelle locale mérite aussi examen car elle révèle des poches de pauvreté relative quasi oubliées par la croissance, telle la vallée du rio Ribeira, au Sud-Ouest de l'État. Comme pour parachever la démonstration, il existe des situations intermédiaires entre les deux situations jusqu'ici décrites, et c'est le Minas Gerais qui l'occupe. À la charnière des trois Brésil, le Brésil relativement développé du Sudeste (c'est la Mata mineira), le Brésil déshérité du Nordeste (c'est la vallée du rio São Francisco et plus encore celle du rio Jequitinhona) et du Brésil pionnier (c'est le Triangulo mineiro, à l'Ouest), le Minas Gerais a vu l'équilibre se maintenir entre son territoire et sa capitale Belo Horizonte qui concentrait 31 % du PIB mineiro en 1970 et 33 % en 1991.

37La fragmentation du territoire exprime-t-elle et renforce-t-elle la déchirure du tissu social ? C'est sans doute à l'échelle locale, et en particulier celle de l'espace urbain, que l'exclusion est la plus organisée par ceux qui voient dans le pauvre une menace et la plus ressentie par ceux qui en sont victimes. Il y aurait illusion à s'imaginer que les écarts sociaux étaient vécus autrefois dans la concorde. Fondé sur l'inégalité entre les hommes sans quoi l'ordre colonial n'aurait pas existé, le Brésil a gardé de ses racines une violence sociale plus ou moins contenue. Mais, on l'a vu, le système traditionnel voulait que cette violence intégre les catégories sociales défavorisées au lieu de les exclure. Le contrôle social du faible par le puissant passait par le lien social vertical qui mettait le petit dans la dépendance et sous la protection du grand. L'esclavage d'abord, le clientélisme ensuite assurèrent la cohésion sociale au bénéfice des élites.

  • 11  En France, les agents immobiliers le savent et attirent la clientèle en présentant ces maisons sou (...)
  • 1

38Le clientélisme n'a pas disparu et c'est encore souvent à la bienveillance d'un puissant que l'on doit une aide, une terre, un travail ou un logement, autant de faveurs qui appellent en réciprocité une soumission déférente envers le bienfaiteur et parfois un bulletin de vote. Le temps, c'est vrai, réduit ces pratiques. Toutefois, si les formes anciennes de l'intégration sociale et territoriale subissent une érosion, laissent-elles place à une intégration fondée sur l'idée démocratique d'égalité des personnes génératrice de pratiques spatiales égalitaires ? La fragmentation de l'espace urbain suggère une réponse négative. L'espace privé se ferme à l'espace public assimilé à un danger parce qu’accessible à des individus libérés des formes anciennes du contrôle social. L'autre est alors perçu comme un risque, et la réaction normale est de s'en protéger. On ne compte plus dans les villes brésiliennes les condominios fechados, mot-à-mot les copropriétés fermées, c'est-à-dire des ensembles résidentiels totalement isolés de l'extérieur par une barrière physique. Ces condominios fechados ne sont pas le fait des seules classes aisées. Les classes moyennes adoptent souvent elles aussi ce mode d'habiter qui évite le contact avec l'espace public. Une autre évolution du marché immobilier urbain est significative depuis une vingtaine d'années : la baisse relative du prix des maisons individuelles et la hausse du prix des appartements. A l'inverse du cas général où résider en ville, mais dans une maison11, est une marque recherchée de distinction, le souci de la sécurité déprécie les maisons individuelles dans les villes brésiliennes et accroit la demande pour les appartements dans les immeubles collectifs dont l'entrée est sévèrement filtrée12.

  • 13  Il est vrai que certains condominios fechados sont de grande taille et constituent à eux seuls des (...)
  • 14  Mais pas pour toutes : il ne faut pas tomber dans le fantasme dangereux d'une insécurité généralis (...)

39L'échelle des quartiers pose la question de la ségrégation sociale. Le quartier comporte nécessairement de l'espace public et ne saurait se fermer comme un espace de copropriété privée13. Y a-t-il alors mixité sociale dans l'espace public, ce dernier étant vraiment public et permettant que les citadins se croisent dans un espace qui appartient à tous, ou au contraire, y a-t-il fermeture sociologique de cet espace dit public, le quartier, à défaut d'être abrité par une barrière physique, étant alors isolé des autres par une barrière sociale tacitement acceptée. C'est le risque de ghetto. Ghetto de riches parfois, quand le lieu est intimidant pour le pauvre au point qu'il n'ose y pénétrer. Ghetto de pauvres souvent quand la favela se ferme à l'intrus… Pendant longtemps, pourtant, les favelas n'étaient pas plus fermées que n'importe quel quartier populaire, malgré la rupture paysagère qui les désigne comme singulières. Or, pour certaines d'entre elles14, ce temps n'est plus depuis que des réseaux mafieux de la drogue en ont fait des zones de non-droit.

  • 15  Les morros sont les collines à pentes fortes caractéristiques du site de Rio de Janeiro sur lesque (...)
  • 16  Les Brésiliens ont désigné l'évènement sous le nom d'arrastao.

40De nombreux espaces existent à l'évidence où se croisent les citadins de milieux sociaux différents. Mais les villes brésiliennes, éclatées et parcourues de frontières internes créant une sorte d'apartheid social, semblent moins que naguère des territoires de cohésion sociale. Que, le temps du carnaval et parce que l'inversion des rôles sociaux est dans la logique carnavalesque, les pauvres défilent et dansent dans les beaux quartiers, c'est une de ces plaisantes transgressions qui apportent du piment à la monotonie des jours ordinaires. Que les pauvres fréquentent aussi au quotidien l'espace des classes supérieures, comment faire autrement dans un système où ces dernières affichent leur supériorité par le nombre de leurs serviteurs et dépendants. En revanche, que les favelados descendent en nombre de leurs morros15 et troublent la tranquillité des plages élégantes des quartiers cossus - c'est ce qui est arrivé le dimanche 18 octobre 1992 sur la plage de l'Arpoador, à Rio de Janeiro16 - voilà qui est de trop pour les privilégiés, et le signe pour eux inquiétant que les pauvres adoptent des pratiques spatiales susceptibles de bousculer l'ordre social.

41A cet égard, l'usage laxiste au Brésil du mot marginal pour désigner celui qui se trouve au bas de l'échelle sociale est significatif. Le marginal, c'est par définition celui qui n'est pas intégré dans un groupe. Or, le système brésilien ayant produit beaucoup d'exclusion sociale, le marginal devient aussi celui qui a été marginalisé, qui a été exclu du partage des richesses et dont il y a par conséquent motif de se méfier. Le mot finit par désigner indistinctement le délinquant, celui que l'on soupçonne de le devenir un jour... et celui qui, dans la pauvreté, présente le risque de vouloir en sortir. Le modèle économique a écarté certains des fruits de la croissance. Le modèle urbain les exclut des lieux valorisés et les prive des pratiques qui feraient d'eux des citadins à part entière. Le langage, enfin, les stigmatise, et avec eux les lieux où on cherche à les confiner. Cercle vicieux que celui-ci, générateur de violence, et donc de peur, et donc d'enfermement derrière des barrières, et donc de frustrations et d'envie... et donc de violence. Dans un société atomisée où les formes anciennes d'encadrement social ont perdu de leur efficacité, beaucoup se sentent rejetés par un système qui les maintient dans la pauvreté et qui se méfie d'eux : une situation d'anomie peut apparaître, où la règle a disparu et où la nécessité de la survie entretient au mieux la débrouille et au pire la loi de la jungle.

  • 17  Ce fut le cas en 1975 lorsque le plan Proalcool encouragea la production d'alcool-carburant et ouv (...)
  • 18  Mot à mot, des mange-froid : ils mangent un casse-croûte sur le lieu de travail.

42À la campagne aussi, la modernisation conservatrice a exercé des effets dévastateurs sur le lien social. Du simple point de vue de la rentabilité financière des exploitations agricoles, la moradia était devenue un système obsolète. Bien que les moradores n'occupent pour leur usage personnel que des surfaces limitées sur les sols les moins fertiles du domaine, les propriétaires veulent souvent récupérer ces parcelles, surtout les aides publiques permettent de les amender et des rendre productives à bon prix17. L'autre avantage du renvoi des moradores pour les propriétaires est de n'avoir pas toute l'année une main-d'œuvre utile seulement à certains moments du calendrier agricole. Dans ces conditions, les moradores ont été expulsés en masse. On les retrouve souvent dans les quartiers périphériques des villes petites et moyennes. Ils sont devenus des journaliers agricoles, des boias-frias18 recrutés le matin, lorsqu'il y a de l'embauche, et rentrés le soir chez eux sans l'assurance de travailler le lendemain. La précarité constitue leur grand problème. Trouver de l'embauche tous les jours est pour eux impossible : c'est précisément parce qu'on n'a pas besoin d'eux en permanence qu'on les a renvoyés ! Il faut donc inventer des stratégies de survie, travailler dans l'agriculture ou en milieu urbain, le plus souvent dans le secteur informel et dans des statuts variables selon les opportunités du lieu et du moment.

43Il y a bien modernisation. Modernisation technique puisque des machines ont remplacé des bras. Modernisation sociale aussi puisque le salariat prend le relais des formes archaïques de gestion de la main-d'oeuvre. Mais modernisation conservatrice puisqu'elle ne se fait pas à l'avantage des plus modestes, et donc modernisation injuste puisqu'elle contrevient fondamentalement au principe du maximin. L'extrême flexibilité du travail en quoi consiste pour l'essentiel la modernisation conservatrice des campagnes produit donc de l'exclusion sociale, concrétisée par des populations rejetées partiellement du travail agricole et non insérées pour autant d'une façon stable dans le marché du travail urbain. Sans regretter la fin d'un système qui, à l'injustice de l'exploitation du travail ajoutait celle de la dépendance personnelle du travailleur, il s'agit de noter que le Brésil ne s'est pas modernisé en améliorant les perspectives offertes aux plus pauvres. Toutefois, comme toujours la réalité est complexe et, comme souvent, contradictoire. Le processus de déstructuration des anciens rapports de production et des organisations spatiales correspondantes est l'occasion pour les victimes d'une conscientisation accélérée : ils sont devenus des travailleurs libres. Même si cette liberté est chèrement payée, du moins ne subissent-ils plus le pesant contrôle social qu'exerçait sur eux le propriétaire foncier. Cela érode le lien social vertical qui anesthésiait les mouvements sociaux. Cette déstructuration était sans doute nécessaire avant la non moins indispensable restructuration. Reste à examiner si cette structuration dynamique de la société et du territoire trouve aujourd'hui les conditions pour produire un ordre socio-spatial plus équitable.

Conclusion

Intégrer dans la justice ?

44L'instauration d'un régime démocratique en 1985 est le fait majeur du Brésil contemporain. On pourra toujours souligner les limites du processus : permanence du clientélisme électoral, fragilité de la culture politique, compromis - certains diraient compromissions - auxquels obligent les alliances électorales, difficulté pour les plus pauvres d'exercer pleinement leurs droits de citoyens. Mais, par définition, comment la transition démocratique aurait-elle pu ne pas être une transition ? Comment pourrait-elle ne pas dépendre des inerties du passé autant que des innovations du présent ? Comment ne pas voir aussi que la démocratie progresse au fil des années, non seulement lors des échéances électorales, mais aussi dans la gestion quotidienne des affaires publiques, dans la participation citoyenne, dans le refus de la corruption par l'opinion, bref dans la culture politique.

45Au-delà des mesures sociales dont l'utilité et l'urgence ne sont évidemment pas en cause (programme Faim Zéro, programme de la Bourse Famille), ce qui peut inquiéter, c'est plutôt la difficulté que rencontrent les forces politiques au pouvoir à faire émerger un modèle social et économique alternatif au modèle en vigueur antérieurement. Mais, une analyse qui se réclame de John Rawls doit l'affirmer clairement, restaurer la démocratie est en soi faire œuvre de justice. Au risque d'une tautologie, on peut dire en effet que, dans l'ordre politique, la justice a pour nom démocratie, dans la mesure où seul ce système reconnaît l'égalité intrinsèque des personnes en tant que citoyens et satisfait au premier principe de la justice comme équité. Que l'exercice effectif de la citoyenneté passe par les conditions matérielles d'accès aux biens matériels et à la culture est chose évidente, mais, au fond, n'est-ce pas aussi le propre de la démocratie qu'elle ne définisse pas a priori un modèle social et qu'elle invite les partenaires sociaux à en débattre ?

46Sur tous ces domaines qui relèvent de l'économie, de la sociologie et des sciences politiques, la géographie a plus à apprendre auprès des disciplines dont c'est le champ propre d'investigation qu'elle n'a à les renseigner. En revanche, le point sur lequel l'approche géographique peut avancer sa contribution réside dans l'organisation du territoire et les pratiques socio-spatiales rapportées à la justice sociale et à la reproduction sociale. Là encore, plusieurs échelles s'articulent les unes avec les autres. L'échelle nationale pose la question de l'ouverture extérieure et de la recomposition territoriale qui s'en ensuit. Brasilia voit dans le Mercosul l'échelle macrorégionale adéquate pour entrer dans la mondialisation en position de force et participer éventuellement à la future Alca - Association de libre commerce des Amériques - sans se soumettre au bon vouloir de Washington. Cette position implique de mettre à l'interne le territoire en cohérence avec les visées externes. Elle repose le problème que le régime militaire avait résolu d'une façon critiquée ici même : faut-il privilégier les pôles d'excellence pour tenir son rang à l'extérieur, au risque de marginaliser une partie du territoire et de créer une société à deux vitesses, ou est-ce dans le consensus social, la réduction des inégalités et la cohésion territoriale que doit être trouvée une productivité systémique appuyée sur des pôles d'excellence et garante du succès international ?

  • 19  L'interrogation présente quelque analogie avec le débat qui occupe les aménageurs français sur le (...)

47Cette alternative met à l'épreuve l'idée de l'efficacité de la justice pour le développement : faut-il consolider l'agglomération de São Paulo comme ville mondiale - la seule qui puisse prétendre à ce titre au Brésil - au risque de priver les autres métropoles des fonctions supérieures qui leur font défaut, ou faut-il au contraire délocaliser dans un souci de distribution équitable au risque d'affaiblir la capitale économique dans la compétition qu'elle livre face à ses concurrentes étrangères19 ? Il n'est pas prouvé, toutefois, que la question soit bien posée si on la limite à la recherche d'un point d'équilibre entre ce qui serait trop et ce qui ne serait pas assez de concentration ou de délocalisation. En effet, il ne s'agit pas d'un jeu à somme nulle qui enlèverait nécessairement à l'une, la périphérie, ce que l'on donnerait à l'autre, le centre. Il faut réfléchir au contraire à une structuration dynamique d'un territoire nécessairement différencié, par laquelle le renforcement des points forts profite aussi aux points faibles et y améliore les conditions de vie. C'est penser l'aménagement du territoire en termes de principe de réparation et de maximin et c'est affirmer que la géographie peut servir aussi à produire la justice. L'important est que l'allocation des dépenses publiques au profit des plus pauvres, hommes et territoires, ne constitue pas une sorte d'aumône consentie à une périphérie déshéritée, mais un investissement à long terme qui permette à cette dernière de réagir aux impulsions du centre.

48La mise en œuvre de ce principe requiert la diffusion sociale et spatiale du développement. C'est ici que les échelles régionales et locales reprennent leur place. En effet, si l'objectif est bien que les effets d'entraînement se diffusent dans l'ensemble du corps social et permettent que la métropole principale joue son rôle de pôle de développement pour le territoire dans son entier, il faut que l'environnement socio-économique y offre les conditions favorables. La configuration territoriale à inventer n'est donc pas une simple péréquation de ressources dont le montant total serait inchangé. Bien au contraire, ce doit être le moyen pour que le produit total augmente.

49La solidarité sociale et territoriale, disons socio-spatiale, est nécessaire d'abord parce qu'elle juste, mais aussi parce qu'elle est productive : c'est l'efficacité de la justice.

5012  Il apparaît naturel de se prémunir contre les intrusions indésirables et les codes installés aux portes des immeubles en France relèvent du même souci. Une différence majeure : au Brésil, les gardiens d'immeubles sont très souvent des gardes armés.

Haut de page

Bibliographie

AZEVEDO A. de, 1968, Brasil, a terra e o homem, São Paulo, Cia Editora Nacional (2e éd), 2 volumes 622 + 490 p.

BRET B., 1996, Les inégalités, une question de géographie politique, L'Information Géogra-phique, vol 60, n°1, mars, p. 10-19.

BRET B., 2000, Justice et Territoire, essai d'interprétation du Nordeste du Brésil, 2 vol, 683 p. Thèse d'Etat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

BRET B., 2001, Penser l'éthique pour penser le territoire et l'aménagement, à propos du Nordeste du Brésil, L'Information Géographique, vol 65, n°3, p. 193-218.

DROULERS M., 2001, Brésil, une géohistoire, Paris, PUF, 306 p.

FREYRE G., 1974, Casa Grande e Senzala (trad. française Maîtres et esclaves, la formation de la société brésilienne, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 551  p.)

FURTADO C., 1972, La formation économique du Brésil de l'époque coloniale aux temps modernes, Paris-La Haye, Mouton, 215 p.

Hérodote (3e trimestre 2000), Nation Brésil, n° 98.

RAWLS J., 1987, Théorie de la Justice, Paris, Le Seuil, coll. La Couleur des Idées, 667 p. (traduit de l'américain par Catherine Audard) ; édition originale : A Theory of Justice, Harvard University Press, 1971.

REYNAUD A., 1981, Société, espace et justice, Paris, PUF, 263 p.

SEN A., 1999, L'économie est une science morale, Paris, La Découverte, coll. Cahiers Libres, 127 p.

SEN A., 2000, Repenser l'inégalité, Paris, Le Seuil, 280 p.

THERY H., 2000, Le Brésil, Paris, A. Colin, 288 p. (4e éd.).

VERGOLINO J. R. et MONTEIRO NETO A., 1997, A dinâmica do crescimento econômico das capitais dos Estados do Brasil, uma interpretação do periodo 1970 – 1991, Revista Econômica do Nordeste, vol 28, juillet, p. 13-30.

Haut de page

Notes

1  J'ai tenté de généraliser et de porter à un plus haut niveau d'abstraction la théorie tradi-tionnelle du contrat social telle qu'elle se trouve chez Locke, Rousseau et Kant. Cf. Théorie de la Justice (préface) p. 20.

2  Pour que les principes retenus atteignent le plus haut niveau d'abstraction et aient ainsi une valeur universelle, John Rawls imagine une position originelle où tous les individus se trouvent dans une situation d'égalité pour se mettre d'accord sur les règles à suivre dans la société réelle en sachant que celle-ci com-porte des inégalités, mais en ignorant la place qu'ils y occuperont. Derrière ce voile d'ignorance, personne n'a donc intérêt à retenir des règles de conduite défavori-sant tel ou tel groupe car chacun sait qu'il court le risque d'y appartenir. Cette procédure est considérée comme pro-duisant nécessairement la justice car elle ne comporte pas de critère définissant le caractère juste d'une situation qui soit indépendant de la procédure elle-même. Il en résulte une justice procédurale pure, par définition universelle.

3  C'est le quarto empregada.

4  Employées est volontaire-ment mis au féminin : ce sont systématiquement des fem-mes (les empregadas, au sens littéral, les employées) qui exercent ces fonctions.

5  Malgré l'exiguïté, la chambre de bonne garantit une habitabilité meilleure que bien d'autres logements. En général, il y a une installation sanitaire individuelle. Mais, la réflexion ne consiste pas ici à comparer des niveaux de confort : il s'agit de déceler la nature du rapport social signalé par la chambre de bonne.

6  Le plus célèbre fut celui de Palmares, dans l'État actuel de l'Alagoas.

7  Le 20 novembre est chaque année au Brésil le jour de la conscience noire, en souvenir de la mort de Zumbi, principal chef militaire du quilombo de Palmares.

8  Morador vient du verbe morar qui signifier habiter : le morador travaille sur le grand domaine et il y habite. Le mot exprime le lien entre le statut social et l'espace social.

9  Le traité de Tordesillas date de 1494, deux ans après la découverte du nouveau monde et six ans avant que Cabral ne touche les côtes de Bahia. L'Espagne et le Portugal croyaient tracer une ligne sur les eaux de l'Atlantique pour se répartir les terres à coloniser, le Nouveau Monde à la première et le Vieux Monde au second. Mais le méridien de Tordesillas passe dans les bouches de l'Amazone !

10  Les micro-régions sont au Brésil des unités territoriales qui regroupent plusieurs municipes à des fins stric-tement statistiques et ne constituent pas un échelon de la hiérarchie administrative. Dans le cas présent, on peut considérer que les micro-régions correspondent approxi-mativement aux aggloméra-tions des capitales.

11  En France, les agents immobiliers le savent et attirent la clientèle en présentant ces maisons sous des noms flatteurs : maison de ville, maison de maître, maison bourgeoise ....

13  Il est vrai que certains condominios fechados sont de grande taille et constituent à eux seuls des sortes de quartiers. Ils ne sont pas pourtant des quartiers au sens habituel ici retenu.

14  Mais pas pour toutes : il ne faut pas tomber dans le fantasme dangereux d'une insécurité généralisée.

15  Les morros sont les collines à pentes fortes caractéristiques du site de Rio de Janeiro sur lesquelles beaucoup de favelas ont été construites.

16  Les Brésiliens ont désigné l'évènement sous le nom d'arrastao.

17  Ce fut le cas en 1975 lorsque le plan Proalcool encouragea la production d'alcool-carburant et ouvrit des crédits bonifiés aux proprié-taires pour qu'ils étendent les surfaces en canne. Dans ces conditions financières qui réduisaient le coût des investissements, il devenait avantageux de se débarrasser des paysans installés sur le domaine et d'étendre les cannaies sur les lopins naguère consacrés au manioc et autres cultures vivrières. Ce fait signale aussi que la domination sociale liée au fait d'avoir des terres, et sur ces terres d'avoir des gens, laissait peu à peu la place à d'autres formes de relations sociales, tout aussi dominatrices, mais peut-être moins personnalisées et en tous les cas moins liées aux structures agraires.

18  Mot à mot, des mange-froid : ils mangent un casse-croûte sur le lieu de travail.

19  L'interrogation présente quelque analogie avec le débat qui occupe les aménageurs français sur le rôle de Paris dans l'hexagone et dans l'Union européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Bret, « Inégalité sociale et cohésion territoriale, pour une lecture rawlsienne du territoire brésilien », Géocarrefour [En ligne], vol. 81/3 | 2006, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/1931 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1931

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals