Navigation – Plan du site

Marge et dynamique territoriale

Margin and territorial dynamic
Brigitte Prost
p. 175-182

Résumés

Le concept de marge, riche mais flou, mérite d'être explicité car il est susceptible d'alimenter une réflexion féconde. Conçue comme un élément en disfonctionnement du système territorial, la marge est un vrai objet géographique et a une place particulière dans l'organisation spatio-temporelle dans laquelle nous la repérons. Sa dynamique la rend plus ou moins évidente à l'observation, plus ou moins réelle, mais capter sa réalité, comprendre sa place et son rôle peut permettre de pénétrer au cœur de l'analyse territoriale.

Haut de page

Texte intégral

1La marge est un objet d'étude géographique assez paradoxal. Souvent présente dans l'analyse de l'organisation d'un territoire, soit elle est considérée comme une donnée secondaire à cette organisation et, à ce titre, largement laissée de côté, tels les bords extrêmes d'une région, soit, au contraire, elle est retenue comme la caractéristique dominante de ce territoire, la base de son organisation et elle occupe alors tout le champ de l'analyse, non plus en tant que telle mais comme une donnée intrinsèque de l'organisation même de ce territoire, le vieux terme de "marche" venant en support à cette acception.

2La réflexion proposée ici s'appuie sur l'idée que la marge est un concept au contenu à la fois plus nuancé et essentiel dans le fonctionnement du système territorial et dans sa compréhension. Elle est révélatrice de la dynamique et de l'évolution de ce système ; elle ne se comprend qu'à partir de cette dynamique, et c'est à travers le fonctionnement du système qu'on peut la découvrir et démonter son propre fonctionnement.

3L'hypothèse avancée est donc qu'il existe une géographie de la marge, conçue comme une portion de territoire qui a sa propre vie dans le système territorial, naît, se développe, meurt mais peut aussi vivre jusqu'à donner son propre système. La marge est un bon laboratoire des dynamiques territoriales et peut renouveler l'approche géographique régionale.

4Mais les recherches sur la marge se heurtent au caractère flou de la définition et à la difficulté à préciser le sens et le contenu du concept. C'est une difficulté que relèvent tous les auteurs qui travaillent sur les espaces intermédiaires, périphéries, limites, discontinuités... concepts parfois voisins mais jamais identiques. Après avoir apporté quelques pierres à cette entreprise commune de clarification, c'est au rapport entre la marge et le système territorial que nous nous intéresserons pour pouvoir montrer qu'il existe une réelle dynamique de la marge qui se traduit dans l'organisation de l'espace.

Le concept de marge, essai de clarification

5Dans Encyclopédie de la Géographie, A. Reynaud (1992) montre toute l'ambiguïté et la richesse du modèle centre ("là où les choses se passent") - périphérie (dominée, délaissée, intégrée et exploitée ou annexée, valorisée) auquel il ajoute "en marge des centres et des périphéries,... isolats et angles morts". Ces deux sous-ensembles territoriaux sont considérés comme des éléments dynamiques de la périphérie. On peut regretter que l'expression "en marge de" ("en dehors de, mais qui se rapporte à" explique le Petit Robert) soit simplement utilisée et non explicitée ; l'idée de marge, sous-jacente, n'est qu'effleurée.

6En réfléchissant aux termes de "marges, périphéries et arrière-pays", et principalement aux scénarios qui peuvent animer ces derniers, H. Gumuchian (1997) revient sur l'idée de complexité retenue par A. Reynaud, indiquant que les arrière-pays sont des espaces à limites floues et en cours de différenciation. Il insiste sur la nécessité d'introduire le temps dans l'analyse de ces espaces mal déterminés, seule possibilité sans doute de leur donner la densité qui permette leur détermination. Dans des communications présentées à l'occasion du même colloque organisé par le Centre d'études et de recherches sur les montagnes sèches et méditerranéennes de l'Université de Grenoble I, d'autres auteurs, comme P. Dérioz (1997) et F. Taulelle (1997) reviennent sur l'importance du temps pour les territoires à l'écart, tels les arrière-pays, voyant dans leur marginalité le résultat d'un certain retard, d'une dépendance ou d'une dévitalisation, mais aussi les prémisses d'innovations ou de reconquête.

7L'idée de transition est également souvent avancée dans la définition de ces arrière-pays, espaces "en marge". C'est le cas de P. Beringuier (1997) à propos des Baronnies de Bigorre, entre Aquitaine et Pyrénées. C'est le thème largement développé dans le cadre du colloque de Dijon sur Les espaces intermédiaires (1994) qualifiés d'interfaces, de lieux d'interférences, de territoires de passage, ce dernier terme amenant J.-J. Bavoux à estimer que "passer d'un espace intermédiaire à un autre, c'est souvent passer de quelque chose à autre chose". Nous ne sommes plus alors dans le modèle centre-périphérie et dans l'étude de cette périphérie, mais à la juxtaposition de périphéries à laquelle nous ne pouvons réduire la marge.

8L'ouvrage collectif sur Limites et discontinuités en géographie (2002) apporte de nouveaux éclairages ; le concept de discontinuité, tel qu'il est appréhendé par les différents auteurs, enrichit l'approche de la marge. On retiendra tout d'abord la capacité d'auto-organisation des entités géographiques constituées suivant le modèle du système (G. Di Meo et Y. Veyret) ; c'est de leur propre dynamique qu'émergeraient en grande part leurs formes et leurs discontinuités (endogènes), même si des événements extérieurs aux systèmes en cause sont bien entendu susceptibles de les influencer (discontinuités exogènes) comme le proposait déjà R. Brunet (1968) en admettant "qu'un mouvement donné puisse brusquement changer de sens, voire se transformer en son contraire sans perturbation externe".

9Dans le même ouvrage, à travers l'analyse du découpage et des effets de seuil en géographie, P. Claval (2002) nous introduit à une intéressante réflexion sur la notion de limites et sur l'idée d'efficacité de l'organisation spatiale. Il n'existe pas une limite à une organisation territoriale mais de multiples limites qui se superposent, jamais parfaitement, et qui constituent en fait une de ces zones floues, souvent mal définies, créant un seuil d'efficacité au système territorial. Les discontinuités ainsi engendrées deviennent un objet d'attention en raison même de leur complexité.

10Le terme de marge n'est pas utilisé dans cet ensemble de réflexions sur les limites et discontinuités dans les espaces, qu'ils soient politiques, économiques, culturels ou physiques. En revanche reviennent fréquemment seuil, limite, frontière, interface... ou, ailleurs, périphérie, arrière-pays... A-t-on ici des synonymes à marge ? Une étude comparative de ces unités linguistiques peut nous aider à cerner la signification géographique que nous pouvons donner à ce terme.

11Nous commencerons par les relations sémantiques les plus couramment retenues et qui tendent à associer marge à périphérie, confins ou arrière-pays. La périphérie est très simplement ce qui s'étend autour, par opposition au centre, qui est donc en continuité spatiale et participe de la même essence que le centre ; l'exemple le plus représentatif est la périphérie urbaine. La périphérie est aussi un espace en évolution fonctionnelle et en progression spatiale continues, animées par le centre et, de ce fait, elle possède deux faces, l'une interne, porteuse de données issues du centre, l'autre externe, de nature différente, issue d'un autre territoire. La relation entre la marge et les confins retrouve, en quelque sorte, les caractères de cette première relation marge-périphérie, avec l'idée toutefois d'un éloignement plus grand par rapport au centre. Là encore, les confins participent au même territoire, mais, situés vraiment à ses extrêmités, leurs caractères territoriaux ont quelque chose de plus confus, voire de transformé. Plus soumis à des jeux d'influences diverses, ils peuvent aller jusqu'à s'opposer, plus ou moins fortement : historiquement, l'Alsace a affirmé sa singularité par rapport à la France "de l'intérieur". Ainsi, comme la périphérie, les confins donnent l'idée de continuité territoriale, spatiale et fonctionnelle et, en même temps, indiquent qu'il s'effectue dans le territoire des modifications internes de plus en plus sensibles au fur et à mesure que l'on s'éloigne du noyau organisationnel. Cette idée de continuité territoriale et d'opposition centre-périphérie, on la retrouve dans la notion d'arrière-pays : comme son nom l'indique, il appartient à un "pays-centre", mais les auteurs reconnaissent volontiers que si l'arrière-pays a un fonctionnement de nature proche du pays, ce fonctionnement est atrophié, accuse un retard et une dépendance qui n'existent pas forcément dans la périphérie ou les confins. P. Dérioz (1997) souligne combien l'acception courante du terme renvoie à des territoires "marginaux", plus ou moins enclavés, dépendants, dévitalisés, en retard. A moins qu'ils ne sachent innover, sous des influences externes ou internes. Mais sont-ils alors encore des arrière-pays ? B. Leurquin (1997) estime que la "politique des pays" est, pour les arrière-pays, un moyen pour "sortir du ghetto de la marginalité".

12Il y a donc une idée dominante, commune à ces recherches analogiques : la marge fait référence à un espace de transition, non pas un espace différent, par sa nature, du territoire auquel elle se rattache, non pas un "espace intermédiaire", mais un espace en continuité avec son territoire, dépendant de lui et en même temps marqué par une modification progressive de ses éléments et de ses caractères.

13Les relations entre marge et frontière, seuil, limite conduisent à un autre ensemble de réflexions. Le terme de frontière est apparemment clair et univoque : c'est la ligne qui clôt un espace de souveraineté, de pouvoir. Mais c'est aussi l'espace traversé par cette ligne et sur lequel elle fait sentir ses effets spécifiques. Elle peut être une barrière fermée, radicale, improductive ou une ouverture mettant en contiguïté des pouvoirs, des hommes, des territoires différents et donc une zone de contacts, "une interface privilégiée entre différents systèmes" (Brunet et al.,1992). Dans tous les cas, la frontière participe à l'organisation des territoires qu'elle borne et en même temps, là où elle passe, elle lui fait subir une mutation. Il y a là une discontinuité forte, une ambivalence qui permet au géographe de s'interroger sur ses effets territoriaux induits (Renard, 2002). Le désert des Tartares de Dino Buzzati montre bien cette rupture qu'effectue la frontière : au-delà de la marche, la frontière est la marge extrême d'une souveraineté ; pour le héros, c'est le pas vers un monde inconnu, hostile, autre. Dans un tout autre registre, les frontières qui traversent les euro-régions de l'Europe communautaire (Interreg) sont, en même temps que des espaces-laboratoires de coopération transfrontalière développant de nouvelles modalités de travail fondées sur le partenariat, des régions où "les appropriations identitaires et territoriales sont beaucoup plus lentes à (se) concrétiser" (Renard, 2002). Double ambivalence de la frontière.

14Par opposition à la frontière, le seuil n'est pas une limite rigide, et sa position géographique peut être diverse : c'est une zone de transition entre deux entités spatiale ou fonctionnelle, marquée par des données physiques (climatiques dans le cas du seuil du Lauragais, morphologiques dans le seuil du Poitou) ou humaines et économiques (limite des toits à tuiles plates ou canal dans le centre-est ou seuil de rentabilité d'une mine de charbon ou de fer en Lorraine). L'important est que, de part et d'autre du seuil, dans l'espace et/ou dans le temps, l'action de l'homme change de degré, voire de nature. Le franchissement du seuil engendre une rupture dans l'organisation du territoire (abandon ou mutation), une modification fondamentale de son occupation et de sa mise en valeur. On retrouve R. Brunet (1968) lorsqu'il écrit qu'à partir de tels seuils, "une évolution (celle d'un phénomène spatialisé) saute brusquement, en changeant de rythme, voire de sens ou de nature". .Il s'effectue un passage entre deux systèmes dissemblables qui restent en communication.

15L'idée de limite, enfin, traduit, elle aussi, celle de séparation entre deux territoires, de bornes entre deux systèmes socio-spatiaux et politiques. Elle se rapproche nettement de la frontière pour G. Di Méo et Y. Veyret (2002) et du seuil pour P. Claval (2002).

16Les termes de frontière, seuil, limite, proposés pour éclairer le concept de marge conduisent donc à une conclusion opposée à celle que fournit l'analogie avec périphérie, confins ou arrière-pays. La marge fait référence ici à un espace de rupture, où les caractères du territoire sont modifiés au point de n'avoir plus ni le même sens ni la même nature.

17Transition-rupture, peut-on trouver un lien entre ces contraires et donner sens à la marge ? La marge serait l'écart (de surface, de temps, d'intensité fonctionnelle) entre un "plus", c'est-à-dire un territoire organisé, fonctionnant suivant des règles mises en place progressivement, et un "moins" qui, pour un espace, une époque, une forme d'activité donnés, ne répond plus aux normes du système, du territoire auquel il se rattache, que cette non-réponse soit brutale (rupture) ou progressive (modification, transition). La marge est aux limites de ce que l'on peut appeler la norme territoriale. Reprenant M. Sorre, on peut dire qu'elle a une valeur et un rôle accessoires à côté du rôle essentiel qu'a le territoire (et, plus généralement pour M. Sorre, l'espace humanisé).

18Ainsi défini, le concept de marge nous paraît avoir une valeur géographique fondamentale car il pousse à clarifier la norme territoriale, les principes à la base du fonctionnement du système, sa valeur et sa signification. Trois remarques peuvent d'ores et déjà être retenues : la marge est excentrique à l'organisation territoriale (que cette excentricité soit spatiale ou fonctionnelle), elle est en rupture avec elle (de façon brutale ou progressive), il s'agit d'une situation temporaire, intermédiaire, qui peut avoir une étendue, une intensité et, bien sûr, une durée variables.

Marge et système territorial

19Entrer dans la géographie de la marge, c'est donc entrer dans le fonctionnement du système territorial et dans sa compréhension. De nombreux auteurs ont démonté ce fonctionnement. Nous pouvons reprendre les cinq actes fondamentaux à l'origine du système territorial que R. Brunet propose dans Mondes Nouveaux (1990) : "ce sont les actes d'approprier, d'exploiter, de communiquer, d'habiter et de gérer. Leur ordre importe peu car ils font système". S'approprier permet de disposer d'un espace qui devient une propriété ou "plutôt une attribution" et que l'on peut affecter à quelque chose à titre individuel ou collectif. Exploiter, c'est tirer de l'espace approprié des moyens de production et des ressources et l'organisation de cette production, sous la houlette de l'individu ou du groupe. Communiquer est lié à la différenciation de l'espace ainsi mise en place et à la nécessité d'échanger, et ceci de l'échelle la plus fine au réseau majeur. Ces trois actes fondamentaux ne se font pas hors d'une société plus ou moins importante et plus ou moins organisée qui "habite" l'espace, c'est-à-dire qui s'y installe et s'y organise en même temps qu'elle l'organise. Et comme tout corps social a besoin d'être "gouverné", il met en place, par des moyens divers, la gestion de l'espace approprié.

20De ce modèle bien connu du système territorial, nous pouvons tirer quelques remarques et faire ressortir quelques caractéristiques. Certes de façon complexe et diverse comme l'a souligné A. Reynaud, il nous apparaît que tout système territorial relève peu ou prou du modèle centre-périphérie, et ceci à toutes les échelles, dans toutes les civilisations et à toutes les époques. C'est très net dans le cas des espaces développés et polarisés où les villes jouent impérialement leur rôle. Mais en est-il autrement dans les sociétés fondées sur une exploitation des ressources incomplètement assurée (faute de technique ou non) ? L'ager et le saltus des Romains rappelle cette opposition essentielle, de même la culture sur brûlis africaine. La densité des réseaux règle l'organisation des communications et, face à des espaces de réseaux, on parle toujours d'espaces isolés que les montagnes de l'Ardèche illustrent bien, au-dessus de la vallée du Rhône et de ses axes multiples. On sait aussi que les lieux de pouvoir (Rome ou Milan) peuvent aisément être opposés aux lieux plus soumis (le Sud de l'Italie, si longtemps engoncé dans ses archaïsmes ou le Nord-est, handicapé pendant des décennies par une frontière hermétique).

21D'autres remarques nous permettent de progresser dans la réflexion sur le rapport entre marge et système territorial. Tout système territorial est porteur d'inégalités. Parmi les actes fondamentaux à sa création, il apparaît toujours que, à un moment ou à un autre, l'un joue un rôle dominant et finalise les autres qui peuvent, momentanément, apparaître comme dérivés. Les systèmes territoriaux, également, fonctionnent sur plusieurs échelles et sont composés de plusieurs sous-systèmes qui s'assemblent, se soutiennent les uns les autres. Enfin, redisons-le, tout système territorial est évolutif car tous ses éléments constitutifs sont amenés à se modifier, transformant l'équilibre et le fonctionnement de l'ensemble. Et ces inégalités fonctionnelles, ces emboîtements d'échelle, ces évolutions ont évidemment leur transcription spatiale.

22Nous pouvons alors reprendre l'hypothèse que la marge a sa place dans le système territorial. Elle est un élément du système dans la mesure où elle appartient à l'un de ses composants (un type d'habitat, une forme d'occupation de l'espace, une situation dans les réseaux…) mais elle n'est pas fondamentale dans le fonctionnement du système qui peut éventuellement s'effectuer sans elle (une friche agricole décrétée suite au "gel" des terres, un hameau qui se dépeuple, un "bout du monde" n'entravent guère le fonctionnement du système) "Disposer d'un espace est le résultat provisoire d'une longue chaîne de processus et de décisions, de hasards et de nécessités" dit R. Brunet (1990) qui ajoute : "mais tous les jours se refait cette place, tous les jours des personnes et des groupes créent leur place".

23Comment se situe donc la marge dans ce fonctionnement complexe ? Une remarque préalable peut être faite : tout élément du système, toute position qu'il détient dans le territoire a, par rapport à ce système et à ce territoire, des propriétés spécifiques qui se traduisent par des avantages et des handicaps. Que dominent les avantages, et cet élément, cette position ont toutes les chances de participer activement au fonctionnement du système en place. Que l'emportent les handicaps au contraire et élément et/ou position risquent fort de devenir accessoires à ce fonctionnement. Si ce dernier se modifie quelque peu, ces données accessoires perdent de plus en plus de poids et leur rôle peut arriver à disparaître. Bien des bourg-marchés, des chemins anciens, des mines à ciel ouvert ou non sont ainsi, un jour, apparus des séquelles, des vestiges d'un système dépassé. C'est ainsi que peut se former une marge, excentrique au système en place, en rupture ou en voie de rupture, liée à une évolution dont on contrôle parfois mal l'issue.

24Il importe d'insister sur le fait que la marge a une vraie place dans l'espace et dans le temps et qu'elle n'est jamais une donnée inutile. Dans l'espace, elle peut manifester fortement sa présence : c'est le cas des clairières en pays forestier qui demeurent visibles des décennies après leur abandon, ou des puits et galeries de mines dont on garde symboliquement les chevalements ou qui se marquent par des effondrements en surface, gênant la reconstruction. Elle est l'expression d'une mutation du système et de la pérennité des marques de l'organisation humaine. Il apparaît donc que la marge peut se développer partout dans le territoire, à la périphérie mais aussi au cœur du centre, là où l'élément dominant est l'habitat ou encore la vie économique de production, les données du réseau ou même le pouvoir… Sa localisation traduit en quelque sorte l'élément du système par lequel elle est entrée en dysfonctionnement, parce que celui-ci a évolué et qu'elle n'a pas pu ou su le suivre : il peut s'agir de ghettos des quartiers centraux, de terrains industriels pollués et en déshérence, de carrefours routiers détrônés par l'évolution des techniques…

25Cela indique bien que la marge a également une place dans le temps géographique. Elle est une donnée relative à la norme qui règle le système, elle n'existe que par rapport à ce référentiel qu'est le système territorial dans lequel elle a développé un rôle, petit ou grand. C'est l'évolution du système dans le temps qui la dévoile et la fait exister. Elle n'est pas la cause du dysfonctionnement, elle le trahit. Suivant le moment de l'histoire du système, elle peut apparaître avec une intensité variable (nous parlions plus haut de l'écart entre un "plus" et un "moins"). Elle peut traduire une sorte d'interrogation face au passage du temps et s'exprime dans un espace figé, qui certes fonctionne toujours mais que l'on pressent obsolète, condamné à court terme ; certaines mises en valeur agricoles sur la couronne extérieure de la périphérie des villes illustrent cette interrogation. Elle exprime parfois une rupture plus franche avec le système spatial auquel elle se reliait : c'est le vieux terrain industriel sur lequel on annonce la réalisation prochaine d'un "centre d'activités" ou "commercial". Que l'on revienne quelques mois plus tard et les réalisations nouvelles ont effacé la trace du passé industriel ; la marge s'est en quelque sorte "démarginalisée" fonctionnellement et spatialement.

26Mais dans cette histoire de la marge, on ne peut parler de marge absolue car aucune portion de l'espace ne cesse d'appartenir à un territoire, à un titre ou à un autre. L'analyse de l'évolution d'un territoire nous offre donc une gradation subtile de la valeur géographique de la marge, expression de la vie d'un système territorial et des degrés d'appartenance à ce système. La marge ne saurait donc être un espace inutile au fonctionnement d'un système. Tout d'abord bien sûr, elle n'est jamais exclue du système géographique global. Ensuite, elle est issue d'un système territorial donné et peut se fondre dans un autre. Elle est une donnée évolutive dont l'intensité, la taille sont variables. On peut sans doute dire que tout espace, tout élément de l'organisation d'un système peut, à tout moment, devenir une marge ou cesser de l'être. En 1820, des explorateurs du Nord-Ouest américain estimaient cette immense partie du pays impropre à la culture dans sa presque totalité, et bien entendu inhabitable ; vingt ans plus tard, d'autres parlaient de sol riche, de cours d'eau scintillants, de hautes herbes et d'espace tout à fait favorable à l'expansion coloniale. La marge n'est qu'un élément transitoire dans la perception et l'organisation que les hommes attribuent au territoire qu'ils se constituent.

27A partir d'une telle approche, la marge risque-t-elle de prendre une place démesurée dans l'analyse géographique ? Certes pas puisque l'essentiel est bien dans le fonctionnement du système que cette analyse met en évidence. Si son étude est intéressante c'est moins pour elle-même que pour ce qu'elle nous apprend sur la vie des territoires. Elle nous apparaît comme un élément important de l'analyse de la dynamique des territoires. Nous avons montré qu'il était possible de faire une sorte de typologie fonctionnelle des marges, que la marge présente en quelque sorte des cycles de vie. Nous pouvons montrer maintenant que ces cycles de la marge se rapportent très directement à des cycles territoriaux.

Dynamique des marges et organisation territoriale

28De la mise en place d'un système territorial à son évolution progressive, voire à sa mutation, la marge peut être retenue comme un bon indicateur de la vitalité du territoire analysé. De façon simplifiée, nous pouvons montrer la valeur de cet indicateur en nous intéressant à trois formes de rapport entre la marge et l'organisation territoriale. Nous y ajouterons un cas particulier à travers lequel il apparaît qu'un territoire en marge d'un actif système territorial peut arriver à constituer son propre système régional.

29La marge ne peut exister que s'il y a dysfonctionnement ou modification des éléments constitutifs du système. On peut donc légitimement penser que, lorsqu'il se met en place, un système territorial tend à comprendre tout l'espace sur lequel ses éléments trouvent à se développer. Une image claire de ce pouvoir intégrateur d'une organisation territoriale en gestation est fournie par les systèmes coloniaux tels le rang canadien mis en place dès 1623 (Pinchemel, 1988) par l'organisation des concessions seigneuriales. Cette colonisation s'est déroulée comme sur un espace vierge, délimité moins par les occupants autochtones que par les décisions du pouvoir royal et les contraintes physiques. On retrouve dans les concessions seigneuriales de la Nouvelle France tous les éléments constitutifs du système (l'appropriation, l'exploitation, l'habitat, les relations et le seigneur) dans le paysage lanièré caractéristique de cette colonisation qui marque toujours le Québec francophone. Par son organisation même, la seigneurie s'est montrée très colonisatrice, expansionniste, pénétrant progressivement des rives des fleuves vers l'intérieur des forêts, repoussant toujours plus loin les limites du monde "humanisé". Entre 1623 et 1763, sous le régime français, plus de quatre millions d'hectares ont ainsi été octroyés aux colons et à leurs descendants et, par la suite, le rang résista au développement du modèle anglais du township imposé par le Torrens Act de 1873, preuve d'une bonne intégration de cette société dans l'espace approprié. En haute Tarentaise, le développement de la civilisation agro-sylvo-pastorale montre ce même pouvoir d'extension sur des espaces d'altitude eux aussi très contraignants.

30De la même façon, une évolution du système territorial peut d'ailleurs conduire à une extension spatiale et à un renforcement des éléments qui permettent son fonctionnement. G. Wackermann (1994) montre que la disparition des deux "blocs" au début des années 1990 a profondément modifié l'organisation des espaces frontaliers, y permettant une vie d'échanges sur laquelle viennent se greffer de nouvelles activités, de nouvelles populations, renforcée par la volonté réciproque des États de l'Ouest et de l'Est d'étendre leur système politique et économique jusqu'à cette frontière naguère redoutée. Un territoire qui se construit ou se reconstruit est conquérant. L'extension du système traduit sa force et son adaptabilité aux circonstances. Dans ce premier cas de figure, la marge n'a guère de place ; le système s'impose presque partout parce qu'il a les moyens de rendre utiles et nécessaires toutes les parties du territoire. Une dynamique positive s'impose.

31Que diminuent ces moyens, que de nouveaux objectifs priment et le système se modifie, laissant éventuellement de côté des fonctions, des espaces naguère bien intégrés : les marges se développent. Avec l'augmentation de la population rurale au XIXe s., le système du rang canadien a trouvé ses limites. Les colons qui s'enfonçaient vers l'intérieur des terres se sont heurtés à l'hostilité du milieu ; à l'intérieur d'une organisation théoriquement égalitaire à l'origine, une différenciation s'est établie entre les rangs, une opposition du type centre-périphérie. Les rangs les plus éloignés ont tendu à perdre leur fonctionnalité et leur cohérence sociale tandis que l'urbanisation et l'industrialisation progressaient le long des fleuves et des nouveaux axes routiers. Dès la fin du XIXe s. et surtout au XXe s., l'espace agricole colonisé a reculé au profit des friches et de la forêt. Le système territorial du Québec rural, sapé dans ses fondements s'est contracté et atrophié. C'est une évolution du même type qu'a connue la civilisation agro-sylvo-pastorale de la Tarentaise avec l'abandon des alpages d'altitude consécutif à la baisse de la population montagnarde et au recul du pastoralisme. Les alpages non entretenus sont redevenus le domaine des pierres, talus d'éboulis et arbres rabougris, derniers pionniers d'une forêt qui ne peut arriver à s'étendre. On a en quelque sorte retrouvé, à 2 000-2 500 mètres, les marges de l'œkoumène.

32Certes l'abandon n'a été ni total, ni définitif. Dès les années 1960, un nouveau système territorial fondé sur le tourisme s'est organisé en Tarentaise, sous l'influence d'investisseurs extérieurs. Les alpages sont devenus de grands champs de neige, riches de potentialités touristiques. Il en était fini de leur inefficacité et de leur marginalité, pour certains tout au moins, car les grosses machines à neige sont plus sélectives que les troupeaux. Le système touristique n'a pas également investi le territoire montagnard et la réintégration de ses marges ne s'est qu'incomplètement réalisée. J. Daligaux (1997) parle avec pertinence de cet échec de la mutation d'un espace rural en espace touristique dans l'arrière-pays tropézien et de cette marge touristique qui a cherché un modèle de développement à importer dans la réussite supposée du littoral. Il montre comment les responsables locaux ont favorisé une politique d'urbanisation maximaliste et très onéreuse et comment la pression foncière, l'appropriation du sol par des allochtones est devenue de plus en plus irrésistible, entravant la vie agricole, aggravant les risques naturels (incendies). Dans cet arrière-pays, il n'y a que des éléments dispersés et incohérents d'un système territorial de type périurbain anarchique, qui posent de graves problèmes de développement local. Ici, arrière-pays a bien le sens de marge.

33Cette marginalisation d'espaces qui étaient intégrés à des territoires dynamiques et qui n'ont pas pu ou su en suivre l'évolution, doit attirer l'attention sur les inégalités territoriales et sur la nécessité de considérer, dans toute politique d'aménagement, la plus ou moins grande fragilité de certaines portions de l'espace face à la dynamique dominante, la plus ou moins grande compétitivité de certains éléments du système.

34On constate en effet que le renouveau territorial d'espaces marginalisés, leur réintégration dans un système auquel ils participent totalement est difficile. On l'a vu dans le cas du rang canadien ou des pâturages d'altitude alpins. Ni la forêt, ni les champs de neige ne sont devenus les éléments dynamiques d'un système ; ils ne sont pas au cœur du nouveau système. Il est vraisemblable qu'une marge périphérique est plus difficilement réintégrée qu'une marge centrale. Les friches industrielles urbaines disparaissent assez vite dans de nouveaux ensembles économiques. A une autre échelle, la région Nord-Pas de Calais a bien su tirer partie de sa nouvelle situation au centre de l'Europe marchande, au nœud des plus grands réseaux européens (quelle valeur a le souvenir du tracé des routes et des canaux parallèle à la frontière franco-belge ? ). Un territoire marginalisé reprend sens et fonction s'il est porteur d'un élément qui peut jouer avec force dans le fonctionnement d'un nouveau système : une valeur foncière pour les vieux sites industriels, une situation stratégique sur le plan des réseaux dans le Nord de la France. Si un système est fondé sur des éléments dynamiques et assure une organisation territoriale solide, il peut régénérer la vitalité de l'espace en marge, faire disparaître la marge, si on est dans le modèle inverse, il la fait naître et se développer.

35Il est des cas pourtant où le rapport entre dynamique des marges et organisation territoriale semble plus éloigné, la marge paraissant (comme dans le rang canadien) (re)devenue une limite de l'espace humanisé, puis, dans des circonstances particulières, connaissant un nouveau développement qui s'exprime dans une organisation territoriale conquérante inattendue. Il est remarquable que parmi les auteurs qui traitent des questions de limites, frontières, arrière-pays, plusieurs mentionnent l'exemple de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, bien traité par ailleurs par J. Revel-Mouroz (1993 et 1994) et par A. Vanneph (1994). Suivant ce dernier, une véritable révolution a conduit d'une marge passive et incertaine à une région transfrontalière originale, modifiant peu à peu les deux voisinages. Entre le Colorado et le Rio Grande s'était progressivement mise en place, à partir de la moitié du XIXe s., une double marge, l'une liée au tracé artificiel de la frontière entériné au traité de Guadalupe Hidalgo de 1848, l'autre due au développement asymétrique entre un jeune État qui faisait avancer son front pionnier vers l'Ouest et le Pacifique et un Mexique frontalier qui stagnait, trop isolé du reste du pays. A la fin du XIXe s., une barrière politique et économique délimitait deux ensembles régionaux aux évolutions totalement divergentes. Au nord de la frontière, le développement se poursuivait dans l'état de Californie. Au sud, les Mexicains du Nord se tournaient déjà vers les États Unis, des villes naissaient et se développaient en entonnoir, au contact d'une frontière largement ignorée des Américains.

36Les choses changent à partir de la décennie 1940. Les relations politiques et économiques entre les États Unis et le Mexique se détendent. L'activité frontalière mexicaine "devient suffisamment importante pour générer d'inévitables effets en retour" ; la distance vécue se raccourcit et les échanges économiques et humains se multiplient ; des fertilisations croisées se développent. Il n'est pas question de refaire cette histoire. On insistera seulement sur le rôle essentiel de l'industrialisation avec l'installation des maquiladoras, ces usines d'assemblage américaines qui bénéficient d'un statut d'extra-territorialité de l'autre côté de la frontière, attirent une main-d'œuvre importante et induisent l'installation de nombreuses entreprises de haut niveau du côté américain. En quelques décennies, des villes doublets explosent, les échanges de tout type se multiplient, les occupations du sol officielles ou clandestines se densifient, des aménagements communs sont entrepris (port, aéroport). A propos de l'évolution de cet espace frontalier, A. Vanneph parle de la Mexamérique, que reproduit bien une carte de l'immigration mexicaine dans le Sud-Ouest des États-Unis dans les années 1990.

37Toute une organisation territoriale fondée sur les échanges s'est ainsi mise en place de part et d'autre de la frontière, une organisation à deux échelles : l'une régionale qui traduit un "nouveau syncrétisme américain", une "chicanisation" et une "démexicanisation" mêlées, l'autre nationale, marquée par une montée mexicaine vers le nord et une hispanisation américaine. Ainsi disparaît une marge. A y regarder de près, les facteurs de cette mutation sont bien loin de ces terres arides des confins, ils sont en Californie, au Texas aussi, et au nord-est où bat le cœur économique des États-Unis, mais cette mutation a trouvé ici les conditions favorables à un épanouissement des éléments fondamentaux constitutifs d'une organisation régionale.

Conclusion

38La marge nous fait pénétrer au cœur de l'analyse territoriale. Bien qu'elle ne soit pas fondamentale dans le fonctionnement du système et alors qu'elle n'est pas la cause de la rupture, elle oblige à démonter le système pour chercher à comprendre les sources du dysfonctionnement. Il peut paraître étrange de vouloir analyser un système à partir de ce qui ne fonctionne pas en lui. C'est une sorte de géographie en négatif que propose ce type d'analyse qui s'oppose nettement à l'idée qu'un événement mineur masque une raison profonde. Il nous semble revêtir un double intérêt. D'une part, rechercher les causes d'un dysfonctionnement conduisant à l'établissement d'une marge terri-toriale doit permettre de déceler les évolutions subies par le système et d'en comprendre, voire d'en corriger les effets négatifs. D'autre part, une telle analyse peut servir l'étude régionale en insistant sur les évolutions ou mutations que connaît une région avant d'en dégager les incidences spatiales possibles. Si l'on veut bien connaître une organisation territoriale, il vaut mieux s'intéresser à sa dynamique qu'à son espace, le second étant la résultante de la première.

Haut de page

Bibliographie

BAVOUX J.-J. (dir.), 1994, Les espaces intermédiaires, un nouveau concept ? Dijon, Laboratoire de Géographie humaine de l'Université de Bourgogne, 282 p.

BERINGUIER P., 1997, Entre Aquitaine et Pyrénées, les Baronnies, un arrière-pays désarticulé à la recherche de son unité, in "Marges, périphéries et arrière-pays", Grenoble, Actes du colloque d'Annonay, Montagnes Méditerranéennes, n°6, p. 97-102.

BRUNET R., 1968, Les phénomènes de discontinuité en géographie, Paris, Ed. du CNRS, coll. Mémoires et Documents, 117 p.

BRUNET R., 1990, Le déchiffrement du monde, in Mondes Nouveaux, t.1 de la GU, Paris, Belin-RECLUS, p. 9-273.

BRUNET R., FRANCOIS J.-C., GRASLAND C., 1997, La discontinuité en géographie : origines et problèmes, L'Espace géographique, n°4, p. 297-308.

BRUNET R., FERRAS R., THÉRY H., 1992, Les Mots de la géographie, Dictionnaire critique, Paris, E+RECLUS-La Documentation française, 470 p.

CLAVAL P., 2002, Découpages et effets de seuil en géographie, in Limites et discontinuités en géographie, Paris, éd. du CNRS, SEDES, p. 27-39.

DALIGAUX J., 1997 Arrière-pays touristique, quel développement au-delà de l'urbanisation ? Le cas de l'arrière-pays tropézien, in "Marges, périphéries et arrière-pays", Grenoble, Actes du colloque d'Annonay, Montagnes Méditerranéennes, n°6, p. 83-90.

DERIOZ P., 1997, Les arrière-pays entre marginalité, retard et innovation, in "Marges, périphéries et arrière-pays", Grenoble, Actes du colloque d'Annonay, Montagnes Méditerranéennes, n°6, p. 33-36.

DI MÉO G., VEYRET Y., 2002, Problématiques, enjeux théoriques et épistémologiques pour la géographie, in Limites et discontinuités en géographie, Paris, éd. du CNRS, SEDES, p. 5-26.

GUMUCHIAN H., 1997, A propos de quelques notions de marges, périphéries et arrière-pays in "Marges, périphéries et arrière-pays", Grenoble, Actes du colloque d'Annonay, Montagnes Méditerranéennes, n°6, p. 9-14.

LEURQUIN B., 1997, La politique des pays : le choix volontaire d'un territoire multisectoriel interactif et d'une réorganisation moderne des services, in "Marges, périphéries et arrière-pays", Grenoble, Actes du colloque d'Annonay, Montagnes Méditerranéennes, n°6, p. 69-76.

PINCHEMEL P. et G., 1988, La Face de la terre, Paris, Colin, 519 p.

RENARD J.-P., 2002, La frontière, limite géographique politique majeure mais aussi aire de transition, in Limites et discontinuités en géographie, Paris, éd. du CNRS, SEDES, p. 40-66.

REVEL-MOUROZ J., 1993, La nouvelle frontière au cœur de l'intégration aux États-Unis, in PRÉVOT-SCHAPIRA M.-F., REVEL-MOUROZ J. (coord.), Le Mexique à l'aube du 3° millénaire, Paris, IHEAL, p. 105-146.

REVEL-MOUROZ J., VANNEPH A., 1994, Villes frontalières Mexique-États Unis, Problèmes d'Amérique Latine, n°14, p. 145-161.

REYNAUD A., 1992, Centre et périphérie, in Encyclopédie de la géographie, Paris, Economica, p. 599-616.

TAULELLE F., 1997, La notion de territoire dans les politiques régionales européennes : le cas de trois régions du sud de la France, in "Marges, périphéries et arrière-pays", Grenoble, Actes du colloque d'Annonay, Montagnes Méditerranéennes, n°6, p. 49-58.

VANNEPH A., 1994, La frontière Mexique-États-Unis vue du Nord, Hommes et Terres du Nord, n°2-3, p. 112-123.

WACKERMANN G., 1994, Entre Ouest et Est en Europe centrale. D'espaces périphériques à des espaces intermédiaires, in Les espaces intermédiaires, un nouveau concept ? Dijon, Laboratoire de Géographie humaine de l'Université de Bourgogne, p. 149-158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Prost, « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol. 79/2 | 2004, 175-182.

Référence électronique

Brigitte Prost, « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/2 | 2004, mis en ligne le 25 octobre 2007, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/695 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.695

Haut de page

Auteur

Brigitte Prost

CRGA-CONFLUENCES, Université LYON 3, CNRS - UMR 5600, Environnement, Ville, Société
18 rue Chevreul
69007 LYON
Tel : 04 78 52 50 82
Courriel : brigitte.prost@wanadoo.fr 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals