Navigation – Plan du site

Éditorial: Où va la géographie rurale

Where does Rural Geography go?
Emmanuelle Bonerandi et Olivier Deslondes
p. 255-258

Texte intégral

1Les campagnes des pays développés se remplissent d’urbains et sont investies par la ville. Le fait n’est pas nouveau mais gagne aujourd’hui, d’une façon ou d’une autre, la quasi-totalité des espaces ruraux. Reconquête pour les uns, renaissance pour les autres (Kayser, 1990), le phénomène revêt des formes composites, difficiles à appréhender dans leur globalité. La diversité accrue des usages du sol, des activités, des fonctions et, avant tout, des ruraux eux-mêmes selon leur mode de vie, leur profil social et leurs aspirations en constitue un élément fort.

2Depuis une vingtaine d’années, les études de géographie rurale prêtent une attention particulière à la fonction résidentielle et aux mutations sociales qui prévalent dans le périurbain, parfois au détriment d’une approche privilégiant l’emploi et l’activité, fussent-ils induits par l’arrivée de nouvelles populations. Dans le sillage des études urbaines, les géographes ont d’abord cherché à expliquer les causes de l’étalement et du redéversement des villes dans le périurbain – l’urban sprawl et l’overspill des Anglo-Saxons – combinant l’attractivité des campagnes et l’effet d’éviction dû aux prix immobiliers pratiqués en ville, les politiques d’accession à la propriété, tel le prêt à taux zéro, pouvant être particulièrement favorables aux espaces offrant des réserves foncières. Les transformations des espaces ruraux plus éloignés impliquent souvent des catégories sociales, des trajectoires et des projets individuels plus hétérogènes que celles enregistrées dans le périurbain. Riches ou pauvres, « porteurs de projet » recherchant un ancrage au lieu, habitants du rural maîtres de leur choix de localisation ou l’ayant subi, résidents à titre principal ou secondaire, tout un kaléidoscope de nouvelles populations vient s’ajouter aux habitants mieux enracinés tandis que, parallèlement, se poursuit la diffusion sous-jacente de modes de vie standardisés dans l’ensemble des populations rurales. Les habitudes de consommation, les niveaux de formation, les mobilités quotidiennes, les comportements et les référents culturels distinguent de moins en moins villes et campagnes, les sociétés rurales seraient en passe de disparaître, les agriculteurs étant pleinement partie prenante des modifications de ces modes de vie. À l’image des ségrégations urbaines, les inégalités sociales ou micro-spatiales ne l’emportent-elles pas sur la cohésion et l’homogénéité au sein de l’espace rural ? En France, le vote dit rural, qui s’est particulièrement exprimé aux présidentielles de 2002, est-il autre chose que l’expression de certaines catégories d’électeurs et de certains lieux ?

3En admettant que les sociétés rurales soient menacées de disparition, le rural comme idée, concept ou objet de désir ne s’est jamais mieux porté. Certes, l’éloge de la ruralité, conservatoire de traditions ou même racines vertueuses de la nation, est aussi ancien que les penseurs agrariens. Il a inspiré une grande partie de la géographie française, depuis les tableaux de Vidal de la Blache jusqu’au ton dramatique dont R. Béteille usait dans les années 1970 pour dénoncer la désertification de la « France du vide » et l’avancée de la friche (Béteille, 1981, 1994 ; Béteille et Montagne-Villette, 1998). L’idée a également guidé nombre de géographes ruralistes allemands principalement attachés à la description des paysages et des sociétés rurales traditionnels. De ce point de vue, le concept même de société rurale ne serait-il pas, du moins en partie, le produit de ces idéologies ? Quoi qu’il en soit, l’éloge du rural n’a pas toujours été en phase avec les phénomènes de mode. Or, le désir de rural est aujourd’hui lieu commun. Le bonheur serait à la campagne, dans le pré, dans le panier (Hervieu et Viard, 1996, 2001). Être, faire ou consommer rural devient mode. Le Salon de l’agriculture à Paris est un must populaire et politique. Le succès des « foires à l’installation » en milieu rural ne faiblit pas. France Inter peut diffuser l’émission « Carnets de campagnes » à une heure de très grande écoute avec une audience importante. La télévision n’est pas en reste, qu’il s’agisse de la chaîne documentaire France 5 (« En campagne ») ou de la chaîne grand public M6 (« L’amour est dans le pré »). Rural et ruralité se sont imposés dans le jargon de disciplines comme l’économie, l’aménagement et le développement, qui lui associent volontiers d’autres concepts en vogue, tels que le développement durable et le territoire.

4Concepts polysémiques sans contenu précis, la ruralité est devenue un creuset de représentations et le rural, l’enjeu d’usages ou de pratiques trop divers pour ne pas être parfois divergents. Aux côtés des agriculteurs se sont installés à la fois des navetteurs en quête d’un foncier à prix abordable et d’un cadre de vie bucolique ; des résidents secondaires et des retraités qui ne comprennent pas toujours au nom de quels impératifs les paysans rasent leurs haies et dégradent leur environnement ; d’autres sont des « porteurs de projet » entendant participer à la vie locale et parfois la ressusciter ; certains, pensant trouver refuge dans une campagne supposée nourricière, accueillante et solidaire, sont en situation précaire et viennent gonfler les rangs de l’aide sociale. Mais le temps est déjà loin où les ruralistes pouvaient s’étonner du « retour à la terre » ou à la « nature » de communautés, puis de ménages en rupture de ban avec la société, et disserter sur la relation entre sociétés locale et globale. La dichotomie entre néo-ruraux et autochtones est aujourd’hui moins nette, et moins opérante que les clivages ou les différences entre propriétaires fonciers et simples résidents, riches et pauvres, mobiles et sédentaires, jeunes, actifs et personnes âgées : selon les cas, la faible densité et l’isolement des espaces ruraux distants – les remote areas des Britanniques – n’ont pas la même signification et ne présentent pas les mêmes aménités ou contraintes (Gambino, 2008). C’est bien ce qui complique l’élaboration des politiques d’équipement et de desserte des espaces ruraux, indépendamment des choix de société et des orientations budgétaires de l’État.

  • 1  Voir notamment l’introduction de Richard Munton, in Munton, 2008.
  • 2  Voir le compte rendu de cet ouvrage dans le présent numéro.

5Le kaléidoscope social des campagnes, ainsi qu’une « demande urbaine » relayée par les politiques rurales actuelles, se traduisent par des mutations fonctionnelles. Il faudrait en premier lieu, comme Magali Talandier s’y emploie ici, définir la notion de fonction résidentielle et mesurer son impact économique en termes d’activités et d’emplois induits. Les géographes ruralistes s’y risquent peu, mieux armés pour comprendre les évolutions de l’agriculture. Sur fond d’exode rural, la politique agricole qui accompagna en France la « révolution silencieuse » des années 1950 et 1960 tendait à assigner aux campagnes une fonction strictement nourricière et à en faire des ghettos paysans, selon l’expression des sociologues B. Hervieu et J. Viard (2001). La géographie rurale était d’abord agricole et l’exploitation, considérée avant tout comme le maillon d’une filière agro-alimentaire, amputée de sa dimension sociale et de son environnement géographique1. Depuis les années 1990, les politiques agricoles nationales et européenne se « ruralisent », au sens où elles s’efforcent de prendre en compte plusieurs paramètres du développement et de concilier plusieurs activités d’un même territoire, mais elles demeurent agricoles dans la mesure où l’agriculteur en demeure la cible première comme gestionnaire d’un bien commun – paysages et ressources naturelles élevés au rang de patrimoine public – et comme prestataire de services aux collectivités ou aux particuliers. Tandis que la multifonctionnalité des espaces ruraux demeure un concept peu élaboré, celle des exploitations agricoles revêt un sens précis, défini en France par la loi d’orientation agricole de 1999 et à l’échelon européen par la PAC de 2004 et l’agenda 2007-2013. Principal détenteur et usager du sol, l’agriculteur est le premier concerné par la fonction récréative de l’espace agricole et des espaces « naturels » environnants (Le Caro, 20072), et a priori l’un des premiers intéressés par leur valorisation touristique.

6Si l’agriculture reste l’un des sujets favoris de la géographie rurale, ce ne peut être qu’en lien avec la diversification sociale et fonctionnelle dont il faut souligner qu’elle a conduit à une situation inédite, fort éloignée de l’idée que l’on peut avoir des anciennes campagnes paysannes. Bien qu’elle se nourrisse de cet imaginaire, la reconquête des campagnes ne saurait ressusciter le microcosme villageois, ou donner corps au mythe, si c’en est un. Elle produit autant de concurrences, de sujets de discussion, de tensions ou de conflits que de liens sociaux et de projets de développement collectifs susceptibles de les concilier. Comment faire cohabiter agriculteurs et nouveaux résidents, partager le sol et l’espace, construire des relations sociales, sans parler des activités industrielles largement passées sous silence ? C’est parce qu’elle prêtait à croire que les campagnes « renaissaient » sous un jour traditionnel que la formule de B. Kayser a pu être suspectée de nostalgie agrarienne.

7Constater la fin des sociétés rurales et l’alignement d’un nombre croissant de ruraux sur un mode de vie qu’on qualifiera d’urbain, revient-il à affirmer que la ville se substitue à la campagne au fur et à mesure que cette dernière est gagnée par le processus ? « Fin de partie pour le rural ? » s’interroge M. Poulot à propos du périurbain francilien. Observer que le rural est un concept à la mode, est-ce ôter toute prise à l’analyse spatiale ? Les espaces ruraux auraient-ils perdu toute spécificité ? Les réflexions qui précèdent sur l’espace rural, théâtre de mutations, sont déjà une façon de postuler son existence. Il serait aussi facile de réaffirmer que l’espace rural se singularise par une moindre densité, un bâti discontinu et une utilisation du sol dont la plus grande partie reste dévolue à l’agriculture et aux surfaces non-cultivées. Mais ces évidences ne peuvent clore le débat si l’on admet que l’espace géographique est aussi une construction sociale et politique, alors que la relation entre espaces et sociétés a été bouleversée par les mobilités. Que signifie se réclamer de la géographie rurale à l’heure où espaces, sociétés et territoires vivent dans l’ombre portée de la ville, et plus globalement de la métropolisation ? Peut-on encore considérer qu’il existe une spécificité des études rurales en géographie ?

8Le présent numéro de Géocarrefour adresse ces questions aux géographes en interrogeant frontalement l’un de leurs champs thématiques fondateurs qu’est la géographie des espaces ruraux. Les huit contributions réunies ne sauraient constituer une réponse complète ; cependant, chaque auteur apporte à sa manière, par ses thèmes et ses terrains, de précieux éléments de réponse que nous voulons à présent relier.

9Chaque article combine à divers degrés deux approches, deux façons radicalement différentes de définir et d’appréhender l’espace rural. La première, classique, opère à l’aide de variables mesurables dans des mailles statistiques : la distance, l’accessibilité, la densité des populations et du bâti, des équipements et des services, mais aussi le profil socio-professionnel des habitants, la nature des activités et de l’emploi, les types d’exploitations, permettent à l’évidence de démarquer des espaces ruraux, et de les classer selon leur trajectoire et leur fonction dominante. Le triptyque bien connu établi par J.-C. Bontron (Segesa) pour la DATAR (Bontron et al., 2003) illustre ce type d’approche, et tous les ruralistes s’y réfèrent peu ou prou. Mais on en connaît aussi les limites : elle tend à réduire l’espace rural à une catégorie statistique sans véritable épaisseur sociale et politique, et à lui substituer l’idée d’un continuum urbain-rural où il suffirait de déplacer le curseur pour faire varier les définitions, les limites et le poids de chaque catégorie spatiale. L’intérêt fondamental de l’approche fonctionnelle – mais aucune des huit contributions n’emprunte cette direction – est de construire un ensemble de questions préalables afin de dégager des enjeux de développement rural : à quels échelons, dans quelles mailles organiser la desserte des espaces ruraux en équipements et en services aux ménages et aux entreprises, seul rempart pour se prémunir contre la désertification ? Quel rôle, quel avenir pour la commune rurale, l’intercommunalité en milieu rural ? Si l’on veut aller plus loin, les campagnes ne seraient-elles que la partie la moins développée et la moins densément équipée du territoire national ? Se réduiraient-elles à un problème soluble, si l’on s’en donne les moyens, dans les schémas de desserte, l’amélioration des infrastructures de transports, l’adaptation des cartes scolaire et hospitalière, l’extension de la couverture de téléphonie mobile et d’internet ?

10Le territoire, projection spatiale des liens sociaux et des jeux d’acteurs, est la deuxième entrée dans l’étude des espaces ruraux. Déconstruit par les mobilités et les appartenances multiples, l’espace rural est reconstruit sous la forme de territoires plus ou moins visibles et formels. Les uns procèdent de logiques d’entreprises (bassins d’emploi, de collecte ou de production, systèmes productifs locaux) ; d’autres procèdent de démarches collectives pour promouvoir un produit de qualité, agricole ou touristique ; il existe enfin des « territoires de projet », institutionnalisés sous différentes formes, par exemple en France celle des communautés de communes initiées par la loi de 1992 et renforcées en 1999, celle des pays institués par les lois de 1995 et de 1999. Les pays, cadre légal des chartes et des projets de développement, permettent notamment aux campagnes périurbaines d’affirmer leur existence politique face aux communautés d’agglomération, réactivant sous un nouveau jour la césure urbain-rural (Bussi, 2007). Nous voici loin du continuum mou.

11C’est la fabrique de territoires et leur gouvernance, par une approche politique au sens large, que privilégient nos auteurs. Comment les géographes ruralistes peuvent-ils s’approprier les espaces périurbains, les plus déconcertants à leurs yeux puisqu’ils transcendent les catégories traditionnelles et se dérobent aux classifications ? Sont-ils urbains ou ruraux ? « Les habitants périurbains sont des ruraux » proclamait B. Kayser en 1993 (Kayser, 1993). Monique Poulot suggère aujourd’hui de dépasser la dichotomie et de reconnaître l’originalité du périurbain, son caractère hybride d’espace intermédiaire entre villes et campagnes. Sans doute les outils statistiques font-ils encore défaut pour délimiter et décrire ce tiers-espace (Vanier, 2000). Alors que géographes et sociologues pouvaient, récemment encore, insister sur le malaise des périurbains, cette France évincée de la ville, invisible, mal représentée, venue chercher un entre-soi familial plus que des liens sociaux (Rougé, 2005), face à des agriculteurs réticents à s’adapter à la présence des nouveaux venus et à réinventer leur métier, l’auteur observe au contraire, dans le cas francilien, le désir d’identification des périurbains à ce qu’ils revendiquent comme leur territoire, leur participation à des actions de défense de l’environnement et parfois, à des projets de développement associant l’agriculture à l’action publique territoriale. L’invention des campagnes périurbaines est politique avant tout. Ségolène Darly et André Torre recensent et analysent les conflits locaux dans le périurbain francilien – opposition au transfert de terres agricoles à de nouvelles emprises, à la construction de logements HLM ou de zones d’activité – et constatent que ces conflits fondent des relations sociales, voire des projets innovants comme les « programmes agri-urbains » de la région Ile-de-France, visant à impliquer les exploitants agricoles à la gestion des espaces ruraux.

12Dans le même sens, Serge Schmitz explore un concept récemment apparu aux États-Unis, le New ruralism, produit d’une association étroite et programmée de l’agriculture et de la fonction résidentielle au sein d’espaces hybrides réputés « durables ». Cette ruralité fabriquée de toutes pièces, revue et corrigée à l’usage des urbains, serait à la fois un produit commercial de luxe destiné aux classes aisées, et un nouvel objet d’étude pour géographes et sociologues. « Saisie par le rural », la ville européenne n’est pas en reste : il s’agit non plus seulement de préserver ou de planifier l’usage des terres agricoles par les documents d’urbanisme, mais aussi, désormais, de faciliter le fonctionnement des exploitations agricoles urbaines, d’en assurer la viabilité économique et de les considérer comme des partenaires des projets territoriaux à part entière.

13C’est bien en cela que les campagnes proches des villes peuvent être à notre sens qualifiées de vivantes : elles constituent des laboratoires sociaux et politiques plus qu’elles ne créent d’emplois et d’activités. Cherchant à définir et à mesurer l’économie résidentielle des espaces ruraux français, Magali Talandier commence par observer que la croissance démographique et l’économie des espaces ruraux n’ont pas de lien avec leur « capacité productive », et reposent plutôt sur des transferts géographiques de revenus (salaires, retraites, prestations sociales, dépenses des touristes). Mesurant les effets de ces revenus sur les activités locales induites, elle constate que l’économie résidentielle et présentielle est paradoxalement moins développée autour des grandes villes que dans les campagnes isolées, où le recours aux commerces et aux services demeure captif. Elle relativise non seulement la notion de développement local endogène, mais aussi toute hiérarchie des espaces ruraux fondée sur la distance à la ville, la proximité urbaine n’étant pas nécessairement productive.

14En Allemagne, Hélène Roth rappelle que la diversité fonctionnelle des campagnes est un fait ancien. Les campagnes industrielles du Bade-Wurtemberg et de Franconie forment des espaces hybrides, intermédiaires entre urbain et rural par les paysages, les revenus et les modes de vie. Mais à l’inverse du discours français sur les vertus du territoire et des systèmes productifs locaux, elle observe que l’organisation économique change d’échelle. L’ancienne complémentarité entre agriculture et travail manufacturier, au sein du ménage et du village, ainsi que les systèmes locaux spécialisés disparaissent au profit de nouvelles localisations industrielles : desserrement vers les couronnes périurbaines, transferts d’établissements vers les nouveaux länder. C’est désormais à l’échelle du Kreis que se nouent les projets de développement (Hirschhausen et Jacquement, 2007).

15Les recherches sur les espaces ruraux britanniques, abordés par le professeur Hugh Clout, se placent dans une évolution similaire à celle des pays du vieux continent. Se livrant à un exercice d’analyse historique de la discipline outre-manche, il montre que, dans un pays passé précocement à une société urbaine et industrielle, l’intérêt a d’abord davantage porté sur la préservation des paysages bucoliques de la campagne que sur les fonctions nourricières des espaces ruraux. Il dégage également l’influence joué par l’école française de géographie dans ce qu’il nomme la « proto rural geography » des années 1930 aux années 1960. Dressant un tableau de la géographie rurale britannique actuelle, tant par les thématiques abordées que par les centres universitaires influents, il présente la vivacité et la diversité des champs de recherche britanniques, dont témoigne plus particulièrement la publication depuis 1985 du périodique interdisciplinaire Journal of Rural Studies.

16Les campagnes distantes des villes, dominées par la fonction agricole, sont traitées ici sous deux angles. Pour Alain Guéringer, les modes de gestion foncière, soumis à des enjeux productifs, environnementaux et paysagers, sont un bon marqueur de systèmes de relations et de projets impliquant les collectivités territoriales, les propriétaires et les exploitants agricoles. Par analogie avec les systèmes productifs locaux, il parle de « systèmes fonciers locaux » individualisés par des caractères socio-culturels, une orientation agricole, des enjeux propres. Les usages et la gestion du sol dépendraient donc en partie d’une organisation et d’une gouvernance micro-territoriale. Julien Frayssignes analyse de son côté la dimension économique du territoire local à travers les productions fromagères placées sous signe de qualité AOC. La relation entre agriculture et territoire ne saurait se résumer, écrit-il, à la projection spatiale des industries agro-alimentaires (bassin de producteurs), pas plus qu’à une dimension culturelle et patrimoniale. Elle peut résulter d’une « synergie d’intérêts et d’activités potentiellement convergents », l’agriculture, l’artisanat et le tourisme par exemple. La rémunération des producteurs laitiers, la répartition équitable de la plus-value liée à la qualité, dépendraient en partie de stratégies et d’initiatives locales de promotion collective. Une fois de plus, le territoire, résultante d’un jeu d’acteurs dont les collectivités locales et les agriculteurs seraient la charnière, se voit attribuer un rôle clé dans l’organisation de l’espace rural.

17Le territoire est à la mode et devient un terme aussi galvaudé que le « rural ». Les auteurs de Géocarrefour le placent à juste titre au centre des questions qui leur sont posées. Pour autant, redisons que la capacité des sociétés rurales à élaborer chartes et projets de développement ne dépend pas moins des efforts d’équité, à l’échelon européen et national, en faveur des espaces ruraux en matière d’équipement et de services que de la reconnaissance et de l’accompagnement des projets locaux. Aucune société, aucune  économie ne saurait s’identifier entièrement et seulement à un territoire, quel qu’en soit le périmètre.

Haut de page

Bibliographie

BÉTEILLE R., 1981, La France du vide, LITEC, 256 p.

BÉTEILLE R., 1994, La crise rurale, PUF, 127 p

BÉTEILLE R., MONTAGNE-VILLETTE S., 1998, Le rural profond français, Paris, SEDES, 166 p.

BONTRON J.-C. et al., 2003, Quelle France rurale pour 2020 ? Contribution à une nouvelle politique de développement rural durable, Étude prospective de la DATAR réalisée par la SEGESA.

BUSSI M., 2007, La France : une démocratie rurale ? Sociétés, pouvoirs et politiques dans les campagnes, Enquêtes Rurales n°11, Presses universitaires de Caen.

GAMBINO M., 2008, Vivre dans les espaces de faible densité. Pratiques et représentations des jeunes dans le Périgord Vert et le Rural Galway, Thèse de doctorat en géographie, Toulouse, 373 p.

HERVIEU B., VIARD J., 1996, 2001, Au bonheur des campagnes (et des provinces), La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 158 p.

HERVIEU B., VIARD J., 2001, L’archipel paysan. La fin de la république agricole, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 124 p.

HIRSCHHAUSEN B. von et LACQUEMENT G. (dir.), 2007, Le développement local en Allemagne réunifiée : modèles, contextes, enjeux, Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 38, n°3, septembre.

KAYSER B., 1990, La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Colin, 312 p.

KAYSER B., 1993, Des campagnes vivantes, in Naissance de nouvelles campagnes, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 7-21.

LE CARO Y., 2007, Les loisirs en espace agricole. L’expérience d’un espace partagé, Presses Universitaires de Rennes, 431 p.

MUNTON R. (ed.), 2008, The Rural. Critical Essays in Human Geography, Londres, Ashgate, coll. Contemporary Foundations of Space and Place, 532 p.

ROUGÉ L., 2005, Accession à la propriété et mode de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain toulousain lointain, les captifs du périurbain, thèse de doctorat, Université Toulouse II-Le Mirail, 382 p., M.-Ch. Jaillet et J.-P. Laborie (dir.), CIRUS-Cieu.

VANIER M., 2000, Qu’est-ce que le tiers espace ? Territorialités complexes et construction politique, Revue de Géographie Alpine, n°1, p. 105-113.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment l’introduction de Richard Munton, in Munton, 2008.

2  Voir le compte rendu de cet ouvrage dans le présent numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Bonerandi et Olivier Deslondes, « Éditorial: Où va la géographie rurale », Géocarrefour, Vol. 83/4 | 2008, 255-258.

Référence électronique

Emmanuelle Bonerandi et Olivier Deslondes, « Éditorial: Où va la géographie rurale », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/4 | 2008, mis en ligne le 08 juin 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7020

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Bonerandi

Université de Lyon, ENS-LSH, 5 Parvis René Descartes, 69007 Lyon, emmanuelle.bonerandi@ens.fr

Articles du même auteur

Olivier Deslondes

Université de Lyon, Université Lumière Lyon II campus Porte des Alpes, faculté GHHAT, 5 Avenue Pierre Mendès-France, 69500 BRON, olivier.deslondes@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals