Navigation – Plan du site
Articles

Du new urbanism au new ruralism: un débat en cours sur de nouvelles visions de l'avenir des campagnes aux Etats-Unis

From 'new urbanism' to 'new ruralism': a current debate on new visions of the future of rural areas in the United States
Serge Schmitz
p. 331-336

Résumés

Le new ruralism est à la fois un nouveau concept développé par des chercheurs, principalement californiens, et un produit marketing qui «surfe» sur un renouveau de la vision de la ruralité dans une frange importante de la population américaine. Le new ruralism est la rencontre entre le courant urbanistique du smart growth et les recherches pour une agriculture durable. L’article présente et commente les réflexions et les premiers projets issus du new ruralism avant de s’interroger sur leurs implications sur les espaces ruraux et sur leurs éclairages sur quelques défis de la géographie rurale d’aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

1L’espace rural n’est pas seulement une catégorie spatiale de plus en plus difficile à déterminer, particulièrement dans les campagnes du Nord-Ouest de l’Europe. Les faibles densités, la part de population agricole, l’absence d’équipements catalogués comme urbains, la persistance de la notion de distance sont autant d’indicateurs discutables et discutés qui varient largement quant à leurs seuils selon les contextes spatiaux et historiques. Le rural n’a pas non plus le monopole de la convivialité ou même des espaces verts. Pourtant en dehors de quelques sphères scientifiques, chacun peut dire qu’il habite à la campagne ou à la ville considérant des réalités spatiales très variables en termes de concentration de population, de pourcentage d’espace non bâti ou d’équipements. Aux États-Unis, Friedland signalait, il y a déjà vingt-cinq ans (Friedland, 1982), qu’il n’y avait plus de sociétés rurales. Au début des années 2000, il constatait (Friedland, 2002) qu’il n’y avait d’ailleurs plus d’agriculture, car elle se confondait avec l’agrobusiness. Il devait néanmoins admettre que la notion de rural persiste dans les représentations mentales des Américains et qu’elle est souvent associée à l’environnement qui est, aujourd’hui, jugé comme très important pour un grand nombre d’entre eux.

2Lors d’un séjour durant le premier semestre 2007 à l’Université de Californie à Santa Barbara, plusieurs collègues s’affairaient autour d’un nouveau concept : le new ruralism, qui devrait ouvrir de grandes perspectives tant en termes de recherche que d’application dans le cadre d’un aménagement durable de l’espace (Kraus, 2006). Le new ruralism est la rencontre entre le courant urbanistique du smart growth et les recherches pour une agriculture durable. Il propose notamment d’intégrer une agriculture au service de la communauté locale lors de la conception de nouveau noyau d’habitat. La re-domestication de l’agriculture et de son corollaire la ruralité pourrait solutionner de nombreux maux de la société américaine. Dès lors, la géographie rurale connaîtrait un regain d’intérêt car l’étude de la ruralité ne serait plus confinée à l’Amérique latine ou à quelques contrées oubliées du centre des États-Unis mais aurait droit de cité aux franges des villes tentaculaires californiennes. Dans cette version révisée de la ruralité, le new ruralism résoudrait le double problème de l’urbanisation aveugle des terres agricoles et la rénovation de l’agriculture périurbaine. De plus, le new ruralism présenterait d’excellentes perspectives face aux questions cruciales de l’intégration sociale, de la mobilité, de la biodiversité et de la santé publique (Kraus, 2006). Cet article présente et critique ces nouveaux concepts avant d’interroger cette vision de la ruralité (qui tout compte fait n’est pas si exotique) sur ce qui fait la spécificité du monde rural. De cette présentation critique du new ruralism américain, trois thématiques géographiques sont épinglées comme devant être revisitées par la géographie rurale : premièrement, celle des représentations et des idées qui perpétuent, créent ou réinventent la ruralité et modèlent les campagnes ; ensuite, l’analyse des systèmes ouverts et en particulier ceux qui intègrent les relations ville-campagne, les interactions producteur-consommateur, mais également ceux qui considèrent l’homme-habitant dans ses identités multiples et ses relations variées avec l’environnement proche et la société locale ; enfin, les transformations des distances, de la rugosité de l’espace, et donc des systèmes spatiaux, par les technologies de l’information et de la communication.

3Après le new urbanism, les Américains lancent donc le new ruralism. Il s'agit de créer des lotissements périurbains mais également de nouveaux villages inspirés bien souvent du « modèle européen » : ces petites communautés entourées de nature où il fait bon vivre et qui permettent de recouvrer le rapport ancestral (et très américain) à la terre.

4Ce courant assez récent dont nous avons retrouvé des applications ou des projets en Floride (St Joe Company, 2005), en Californie, mais également en Utah, au Minnesota ou au Nouveau Mexique, interpelle les aménageurs, sociologues et géographes qui, sous l'impulsion de l'Institut de développement urbain et régional de l'Université de Californie à Berkeley et en collaboration avec l'organisation SAGE (Sustainable Agriculture Education), ont lancé un appel pour une réflexion de fond sur le new ruralism. Néanmoins, comme pour le new urbanism (Talen, 2000, Zimmerman, 2001), il y a de grandes différences entre les réflexions théoriques et les réalisations. Une comparaison des projets et des premiers écrits des chercheurs montre qu'a partir d'une même idée de départ : appliquer le new urbanism à la campagne, on peut retrouver des interprétations et donc des réalisations très différentes. Après une présentation de l'état de la discussion sur le cadre conceptuel pilotée par l'Université de Californie à Berkeley et de l'utilisation marketing du concept par la société St Joe en Floride, nous soulignerons les périls et les enjeux pour les agriculteurs de ce mode d'habiter les campagnes, qu'elles soient périurbaines ou profondes. L’article présente en les confrontant les approches théoriques et les applications marketing. Il réfléchit sur leurs implications sur les campagnes tant du point de vue des demandes en termes de produits et de services, qu’en termes d’image symbolique. Au-delà du rôle des agriculteurs, de nouveaux types de sociétés avec de nouveaux rapports à la terre et à l’autre se mettent en place. Un nouvel agenda pour les espaces ruraux qui, bien qu’ils soient américains, peuvent sans doute éclairer certaines façons d’habiter la campagne en Europe.

Le new ruralism : une version campagne du new urbanism

5Le new urbanism lancé début des années 1980 prônait ni plus ni moins de s'inspirer du modèle du quartier traditionnel européen avant sa dénaturation par l'automobile. Constatant le désinvestissement des centres ville, le développement de banlieues anonymes, la destruction de l'environnement et des terres agricoles, des ségrégations sociales accrues et la disparition du patrimoine architectural, la charte pour le new urbanism (CNU, 2001) propose de recréer des quartiers compacts à l'échelle des déplacements piétons, avec des cheminements adaptés pour eux,  des quartiers qui assurent une mixité d'activités économiques et une mixité sociale et « raciale », tout en préservant l'environnement et en magnifiant l'héritage culturel local. Les vingt-sept principes déclinés à trois échelles (la région métropolitaine, le quartier et l'immeuble) visent surtout la renaissance de la communauté d'habitations grâce à une mobilité et des distances réduites, tant entre les maisons que par rapport aux équipements. La vision des rapports ville-campagne est définie dans le troisième principe qui encourage une meilleure prise en compte des relations fragiles entre la métropole, ses terres agricoles et ses espaces de nature, relations comparées aux liens étroits entre la maison et son jardin (CNU, 2001).

6C’est sans doute ce dernier principe qui a donné l'idée de tenter le rapprochement entre l’activité agricole et les communautés situées, voire créées, à proximité immédiate des terres agricoles. Bien entendu, des courants similaires existent en France avec les jardins paysagers qui s'ouvrent sur les terres agricoles comme à Notre-Dame-de-Gravenchon (Varlet, 2004), les écovillages ou les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Mésini, 2004). Pour les chercheurs de Berkeley, le new ruralism permet d’intégrer les approches du new urbanism ou smart growth et les approches de l'agriculture durable et des systèmes agricoles locaux. Ils définissent le new ruralism comme la préservation et l'amélioration des campagnes périurbaines en tant qu'espaces indispensables à la vitalité économique, environnementale et culturelle des villes et régions métropolitaines (Kraus, 2006).

7L'idée est d'associer les relatives réussites des deux mouvements : la forte demande pour des cadres de vie de meilleure qualité inscrits dans un développement durable et le développement d'agricultures respectueuses de l'environnement tournées vers la consommation régionale de produits de qualité. Ces tendances encourageraient naturellement un rapprochement entre la communauté et les campagnes avoisinantes afin de renforcer les solidarités. L'ambition n'est pas moins que de ré-ancrer  les villes à leur campagne (Kraus, 2006). La démarche des chercheurs de Berkeley vise surtout une transformation des campagnes périurbaines. Ils soulignent les apports potentiels d'une agriculture périurbaine respectueuse de l'environnement. Ils citent notamment la sécurité alimentaire, le maintien de petits agriculteurs, le maintien d'une tradition agricole comme élément de la culture locale mais également de nombreux services environnementaux (Kraus et Hadenfeldt, 2006, p. 5). Restent en question le moyen de rétribuer les agriculteurs pour leurs services et la mesure de leur efficacité en termes de bien-être, de développement durable et d'équité sociale.

8Partant du contexte californien, on comprend mieux l'urgence du propos. Dans un État où la zone arable est limitée et où la progression de l'urbanisation sur celle-ci est importante (Wartzman, 2007), il est temps de réagir si on veut maintenir des terres agricoles périurbaines mais également assurer un environnement sain à ses habitants. Il s'agit autant d'un problème de santé publique que d'aménagement du territoire. L'agriculture qui était devenue dans certains endroits, sous les effets de la modernisation des pratiques et des pressions tant de la concurrence d'autres régions agricoles que des activités urbaines régionales, une menace pour la santé et le bien-être des populations, pourrait se transformer en un outil fondamental dans la reconquête d'un cadre de vie de qualité tant d'un point de vue environnemental que social et finalement économique. D'un autre côté, rapprocher les habitants de l'agriculture pourrait jouer un rôle en vue du rééquilibre nutritionnel des Américains. Associée à une urbanisation compacte qui favoriserait la pratique de la marche ou du vélo, elle présenterait une plus-value importante en matière de santé publique (Kraus, 2006).

9Les succès californiens de l'agriculture organique, des magasins fermiers et du slow food font penser qu'il y a un terreau favorable pour aller plus loin. Les principes dégagés lors des séminaires organisés à Berkeley sont :

10- le renforcement de l'identité des lieux et de leur spécificité tant dans le paysage que pour les produits agricoles et son corollaire, l’accentuation du sentiment d'appartenance ;

11- la mixité des activités agricole, résidentielle et de développement de la nature en tenant compte des données du milieu physique et de la tradition régionale ;

12- la mise en connexion des activités rurales et urbaines par la consommation des produits locaux, un urbanisme qui invite à la découverte des espaces voisins et une agriculture sensible à l'accueil des habitants (Kraus, 2006). Dans cette optique, les terres agricoles sont vues comme des réserves agricoles, un peu comme les réserves forestières que l'on retrouve en Europe où l'activité économique n'est pas le seul but mais doit intégrer les aspects sociaux et environnementaux.

Le new ruralism : un produit marketing récupéré par les promoteurs immobiliers

13Néanmoins, les entrepreneurs n'ont pas attendu que les chercheurs se penchent sur la question pour créer des projets. La société St Joe propose des villages « clé en mains » avec tout le confort moderne et un environnement de qualité, proche de la nature. La société floridienne était une importante entreprise papetière, elle possède 334 000 ha de terres. En 1997, elle s'est tournée vers la promotion immobilière pour valoriser ces terres en rentabilisant les qualités paysagères et écologiques de ses forêts. Elle répondait ainsi à une demande des baby boomers en quête d'une résidence au soleil et proche de la nature. Dans son discours marketing, où elle se réclame d'un new urbanism amélioré, elle met en évidence que ses réalisations montrent son sens de l'authenticité, son souci d'une gestion de l'environnement à long terme, le renforcement des liens communautaires grâce à un urbanisme adéquat, bref sa capacité à comprendre le pays, les désirs de ses clients, la culture locale et l'intégration de ses projets dans le tissu régional (St Joe, 2005). Pour la réalisation technique, elle s'offre les services de Peter Rummel qui est le créateur de « Celebration », le village Disney voisin de Disney World. Depuis 2005, elle propose un nouveau produit qu'elle appelle new ruralism qui, en plus des qualités de ses autres réalisations, devraient permettre aux clients de recouvrer sa relation perdue à la terre dans la pure tradition de l'Amérique. Pour St Joe, son new ruralism se distingue du new urbanism par une mise à distance des voisins grâce à des espaces tampons afin que les relations sociales soient choisies et non imposées par une trop forte proximité. Dans cette version mercantile du new ruralism, la relation à la terre prime sur la relation à la communauté. Néanmoins, les projets prévoient l'accès aux services essentiels sans description de ceux-ci. St Joe a également compris que créer des réserves naturelles permet d'augmenter fortement le prix des maisons riveraines (Yablonski, 2006). Néanmoins, ces projets sont critiqués car il s’agit avant tout de l’imposition d'une trame urbaine à la campagne avec la nécessité de domestiquer la nature pour la rendre acceptable par ces habitants d'un nouveau genre (Fennesay, 2005) ; l'aspect écologique est secondaire. Dans les faits, ces installations sont un pastiche de la vie rurale pour gens fortunés, bien loin des soucis de mixité sociale ou de création de communauté de vie avec les agriculteurs. Le concept de wilderness gentrification (Darling, 2005) est sans doute applicable à ces nouveaux modes d’habiter. Ces nouvelles implantations doivent beaucoup aux technologies de l’information et de la communication qui permettent d’avoir sa banque, son journal, son école, son entreprise à la maison même si celle-ci est au milieu de nulle part (Winshester, 2004). Ces lotissements génèrent cependant d'importants coûts d'infrastructure (route, aéroport) afin de les connecter aux métropoles. Toutefois, ces implantations et le nécessaire désenclavement peuvent constituer un catalyseur pour le développement de certaines régions jadis isolées. En Floride, elles sont également une nouvelle opportunité de considérer l’intérieur des terres avec ses forêts et ses marais comme lieu de résidence, assurant en outre une meilleure protection que la côte contre les ouragans et face à la criminalité.

Le new ruralism : des rapports à la terre et aux hommes

14Bien entendu, la vision des promoteurs immobiliers floridiens et l’approche conceptuelle des chercheurs californiens diffèrent car la première tente de répondre à une demande des clients (des retraités mais également des familles avec enfants) pour de nouvelles façons d'habiter et l'autre réfléchit à la survie des espaces agricoles par un autre type d'urbanisme. La première veut dominer, forger la nature pour être un cadre de vie idéal. La deuxième aborde la campagne comme un paysage culturel qui est non seulement le fruit d’une histoire agricole mais qu’il est également intéressant de comprendre et de sauvegarder. Ce sont deux images de la campagne qui s’opposent, entre la conception d’un paysage sauvage des parcs nationaux américains (Bunce, 1994) et la récente prise de conscience, aux Etats-Unis, de paysages agricoles qui sont bien plus qu’un espace économique (Friedland, 2002). Néanmoins, toutes deux traduisent de nouvelles relations aux espaces naturels et agricoles. Elles intègrent la fonction résidentielle comme un élément important, voire central, du monde rural. Cependant, la question des bénéficiaires, voire des perdants, mérite d’être traitée et dans des dimensions plus variées qu’une simple analyse coûts-bénéfices.

15Dans les deux approches, le rôle des agriculteurs dépasse la production de nourriture pour intégrer des services rendus à la communauté qui vont même jusqu’à assurer la garantie d’une certaine authenticité du milieu rural. Ils entretiennent le cadre de vie, ils offrent des possibilités de loisirs en entretenant, en autres, des parcours à travers la campagne. Dans la vision des chercheurs californiens, ils assurent également un environnement sain et une nourriture locale saine correspondant aux credos du développement durable et de la traçabilité alimentaire. Ils auraient même un rôle d’éducation à l’environnement, à la diététique voire au développement durable et au patrimoine américain. Néanmoins, le statut et la juste rétribution de ces services restent à discuter. Sont-ce des jardiniers engagés par la communauté, des nouveaux métayers ou des indépendants soumis à une réglementation stricte quant à l’usage des terres ? Dans des régions où le foncier est très cher comme la Californie, le new ruralism pourrait proposer des alternatives attractives pour les candidats agriculteurs. Dans le projet Ruralton imaginé par le GeoPlan Center de l’Université de Floride, les résidents payeraient une cotisation annuelle pour les services offerts par les agriculteurs et recevraient en échange des bons d’achats pour des produits agricoles (Carr et Zwick, 1999). Dans d’autres cas, on se rapproche des pratiques du condominium (copropriété divise) ou du common interest development, très populaires aux Etats-Unis, où les terres agricoles et les espaces verts appartiennent à l’ensemble des propriétaires et dont la gestion est discutée lors des assemblées générales annuelles. Dans la version utopique des chercheurs californiens, il se créerait une forte solidarité entre la communauté et ses agriculteurs notamment par le renforcement des réseaux sociaux locaux, grâce aux principes du new urbanism, et de l’identité régionale. On aurait l’émergence d’un système d’échanges local où tous les participants seraient gagnants et où les piliers économiques, sociaux et environnementaux se renforceraient mutuellement.

16La question de l’habitant consommateur de ces lotissements est également importante pour appréhender le système. Quelles sont ses motivations pour vivre dans ces lotissements ? Quelles sont ses relations réelles et oniriques avec l’environnement, avec ses voisins, avec l’agriculture ? Comment se pondère la part de potentialités non utilisées mais jugées intéressantes et les pratiques ? Recherche-t-il un cadre de vie, une communauté de vie, une image positive liée au lotissement ou un investissement immobilier ? S’agit-il pour lui d’un autre type de gated community ? Aujourd’hui, l’expérience du new ruralism est trop récente et les études, à notre connaissance, inexistantes pour pouvoir répondre à ces interrogations.

Le new ruralism : quelques clés pour une nouvelle géographie rurale

17Ces projets d’un new ruralism, bien qu’utopiques ou au contraire mercantiles, présentent cependant un réel intérêt heuristique pour interroger la spécificité de la ruralité, de la société rurale, ou même de la géographie rurale. Certes, les campagnes, objet d’étude de la géographie rurale, sont un objet fuyant en constante évolution, difficilement délimitable spatialement, dépassé peut-être... Mais il en est de même de la ville, de l’industrie ou de l’État sans que les géographes annoncent nécessairement la fin de la géographie urbaine ou de la géographie politique. Le new ruralism présenté ici souligne l’attrait pour une vie « rurale » avec des rapports recherchés et recouvrés avec la nature et l’agriculture et ce dans des régions où, selon les écrits des sociologues américains, la société rurale n’existait plus (Friedland, 1982). Pourtant, la ruralité existe au moins dans les représentations mentales. On en fait des concepts pour repenser les rapports à l’environnement ou pour vendre des maisons, on y emménage, on la découvre même comme ce serait le cas dans certaines régions américaines. Les géographies rurales ne peuvent dès lors faire l’impasse de la prise en compte des représentations et des symboles. Entre l’idée d’habiter la campagne et l’habiter à la campagne, il y a des interactions nombreuses qui modifient tant les pratiques et les productions d’espace que les représentations de cet espace. Il y a également des dominations, des impositions, des surimpositions. Les implantations de St Joe bouleversent la géographie régionale d’espaces ruraux jadis périphériques. Les propositions des chercheurs de Berkeley imposent de nouvelles pratiques aux agriculteurs. Néanmoins, cette géographie rurale soucieuse des représentations doit éviter l’écueil de focaliser les recherches sur ces représentations en négligeant leurs implications dans le façonnement de la Terre.

18Le new ruralism défie également les approches trop sectorielles et montre la complémentarité entre les réflexions et travaux sur les systèmes agricoles durables et ceux sur les villes viables pour déboucher sur de nouvelles façons de comprendre, d’habiter et d’aménager la Terre où les savoirs disciplinaires se complètent et s’enrichissent mutuellement. Il incite également à unir les recherches sur la production et les recherches sur la consommation trop longtemps (et artificiellement) séparées (Goodman et Dupuis, 2002). Le new ruralism questionne les rapports à la terre, aux paysages, aux environnements pertinents (Schmitz, 2001), aux produits, aux services, aux symboles (Mormont, 1996) qui sont attendus de la campagne, aux relations que les ruraux et néo-ruraux veulent entretenir avec leurs voisins et les agriculteurs qui sont devenus, paradoxalement, des « étrangers » dans les campagnes périurbaines. Ce sont des rapports de consommation mais également des rapports de production, de coproduction et de « consomnacteurs ».  

19Enfin, le new ruralism met en évidence la complexité des rapports de distances. Dans l’approche new ruralism, on créerait des communautés « rurales » où les distances internes au lotissement tendraient vers zéro, mais avec une frontière symbolique forte et donc une distance symbolique grande entre le système interne et les systèmes externes ; néanmoins, on intégrerait pour partie les bienfaits des technologies de la communication et de l’information qui annihilent les distances avec le monde extérieur et permettent au système interne d’être viable pour beaucoup de néo-ruraux. L’espace rural, qu’avec d’autres je me plaisais à assimiler à l’espace de la distance (Schmitz et al., 2009) et de la rugosité, connaît à des degrés divers l’interruption des technologies de l’information et de la communication qui bousculent les rapports au Monde et à la distance. Parfois « on », parfois « off », de nouvelles logiques spatiales sont à explorer, aussi et peut-être particulièrement, en géographie rurale. Tous les espaces et tous les ruraux ne sont pas égaux à l’égard de ces technologies. On se retrouve avec des logiques spatiales, des espaces de vie divers, des juxtapositions de modes d’habiter difficiles à intégrer tant dans les politiques locales que dans les recherches géographiques souvent restreintes à un territoire d’étude.

Conclusion

20Le new ruralism s’établira-t-il comme un cadre conceptuel pour l’aménagement durable des campagnes périurbaines au même titre que le smart growth ou new urbanism a marqué les pratiques urbanistiques en Amérique du Nord et sur les autres continents, ou n’est-il qu’une mode de concevoir et de consommer la campagne (qui passera rapidement) ? L’actualité du propos ne permet pas de juger avec le recul nécessaire.

21Néanmoins, l’étude de cet objet, de ce concept, qu’il soit marketing comme en Floride ou herméneutique comme à Berkeley, a permis d’identifier trois thématiques de recherche qui, bien qu’elles ne soient pas nouvelles en soi, correspondent bien à des problématiques contemporaines des nouveaux modes d’habiter et de façonner les campagnes périurbaines. Même si ces thématiques empruntent largement aux sciences sociales et à l’aménagement, ces questions sont foncièrement géographiques. Il s’agit du rôle des représentations spatiales, de l’analyse des systèmes spatiaux ouverts, intégrant par exemple production agricole et consommation, et de l’appréhension de la distance remodelée par les technologies de l’information et de la communication. D’autre part, les réflexions sur un cadre de référence pour le new ruralism n’ont pas encore résolu toutes les questions que ce nouveau type de relation à l’environnement, à l’agriculture et à la société locale génèrent. Le système de rétribution des agriculteurs et les processus d’évaluation du système et des différentes parties prenantes n’ont pas encore été étudiés.

Haut de page

Bibliographie

BUNCE M., 1994, The Countryside Ideal: Anglo-American Image of Landscape, London, Routledge.

BRESSI T., 1994, Planning the American dream, in KATZ P. (ed.), The new urbanism, New York, MacGraw, p. 25-32.

CARR M., ZWICK P. (dir.), 1999, Ichetucknee springs project, Gainesville (Fl), GeoPlan Center, University of Florida.

Congress for New Urbanism (CNU), 2001, Charter of the New Urbanism, Chicago, Congress for New Urbanism.

DARLING E., 2005. The city in the country: wilderness gentrification and the rent gap, Environment and Planning A, 37, p. 1015-1032.

FALCONER AL-HINDI, K., TILL K.E., 2001, The new urbanism and neotraditional town planning, Special issue, Urban geography, 22(3), p. 189-286.

FENNESSY R., 2005, Countryside living's new price tag, Urban, 9/1, p. 34-35.

FRIEDLAND W.H., 1982, The End of Rural Society and the Future of Rural Sociology, Rural Sociology, 47/4, p. 598-608.

FRIEDLAND W.H., 2002, Agriculture and rurality - beginning the “final separation”?, Rural Sociology, 67/3, p. 350-371.

GOODMAN D., DUPUIS E.M., 2002, Knowing Food and Growing Food: Beyond the Production-Consumption Debate in Sociology of Agriculture, Sociologia Ruralis, 42/1, p. 5-22.

GOODNOUGH A., 2005, In Florida, a Big Developer Is Counting on Rural Chic, The New York Times, August 22.

KRAUS S., 2006, A Call for new ruralism, Frameworks, 3, p. 26-29

KRAUS S., HADENFELDT B., 2005, IURD receives Columbia Foundation Grant to develop New Ruralism concept, August 29, 2005, Berkeley (CA), Institute of Urban and Regional Development, University of California.

KRAUS S., HADENFELDT B., 2006, Developing a framework for New Ruralism, Workshop for researcher and Practitioners, April 7, 2006, Berkeley (CA), Institute of Urban and Regional Development, University of California.

MESINI B., 2004, Résistances et alternatives rurales à la mondialisation, Etudes rurales, 169-170, p. 43-60.

MOFFAT D., 2007, New Ruralism: Agriculture at the Metropolitan Edge, Places, 18/2, p. 72-75.

MORMONT M., 1996, Espaces ruraux et modes de vie contemporains, Bulletin de la Société géographique de Liège, 32, p. 193-198.

SCHMITZ S., 2001, La recherche de l'environnement pertinent, contribution à une géographie du sensible, L'Espace géographique, 30/4, p. 321-332.

SCHMITZ S., VANDERHEYDEN V., SCHEPERS J.F., BRÜCK L., 2009, Monde rural : cadre de vie et de récréation, in VAN HECKE E, ANTROP M., SCHMITZ S., Paysages, Campagnes, Agriculture, Atlas de Belgique, vol. 2, Gent, Academia Press, p. 33-45.

St. Joe Company, 2005, Defining the new ruralism, A Joe White Paper, Jacksonville (FL), St. Joe Company, 6 p.

TALEN E., 2000, New urbanism and the culture of criticism, Urban geography, 21/4, p. 318-341.

VARLET C., 2004, Samuel Craquelin, “jardinier du paysage”, Conversation paysagères, p. 31-32.

WARTZMAN R., 2007, Can the City Save the Farm?, California Magazine, 118/3, p. 1-4.

WINSHESTER B., 2004, Minnesota and the new ruralism: Planning in Rurality, Moris (MN), Center for small towns.

YABLONSKI B., 2006, Marketing the Wealth of Nature, The St Joe Company in Northwest Florida, Improving Environment Quality Through Markets, Bozeman (MT), Property and Environment Research Center.

ZIMMERMAN J., 2001, The nature of Urbanism on the new urbanism frontier: sustainable development, or defence of the suburban dream? Urban geographer, 22, p. 249-267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Schmitz, « Du new urbanism au new ruralism: un débat en cours sur de nouvelles visions de l'avenir des campagnes aux Etats-Unis », Géocarrefour, Vol. 83/4 | 2008, 331-336.

Référence électronique

Serge Schmitz, « Du new urbanism au new ruralism: un débat en cours sur de nouvelles visions de l'avenir des campagnes aux Etats-Unis », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/4 | 2008, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7088 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7088

Haut de page

Auteur

Serge Schmitz

Laplec, Université de Liège, Institut de géographie, Allée du 6 Août, 2, 4000 Liège (Belgique), S.Schmitz@ulg.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals