Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Vers des campagnes citadines, le Doubs (1975-2005), Robert Chapuis

Emmanuelle Bonerandi
p. 268 et 284
Référence(s) :

Chapuis Robert, 2007, Vers des campagnes citadines, le Doubs (1975-2005), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté / Cêtre, 206 p.

Texte intégral

1L’ouvrage consacré par Robert Chapuis aux campagnes du Doubs est original : après une thèse réalisée sur l’évolution des campagnes du Doubs entre 1955 et 1975 (Chapuis, 1982), l’auteur reprend l’étude des mêmes campagnes pour en analyser les transformations de 1975 à 2005. L’objectif est clair : « confronter systématiquement deux états des lieux des campagnes du département à une trentaine d’années d’intervalle, et évaluer les changements qui s’y sont produits » (p. 10). L’hypothèse est simple et robuste : « les campagnes du Doubs se sont citadinisées » (p. 11).

2Robert Chapuis développe la démonstration en onze chapitres thématiques, qui sont autant d’occasion de fournir les mots-clés déclinant cette citadinisation rurale : périurbanisation, attraction des villes par les emplois et les services, désagricolisation, désindustrialisation, tertiarisation, mutations sociales et culturelles, redécoupage administratif et réinvention de la campagne par les citadins.

3Après avoir rappelé les définitions des communes rurales employées par l’INSEE dans ses zonages successifs, l’auteur livre une œuvre de géographie classique du découpage de l’espace complétée par une rapide évocation des renversements territoriaux enregistrés entre les trois ensembles géographiques bisontins (bas-pays, premiers plateaux et haut-pays) entre 1800 et 1975. (chapitre 1). Puis, il présente le double processus d’exode urbain et de périurbanisation, notamment autour des principales agglomérations départementales que sont Besançon et Montbéliard (périurbanisation massive autour de Besançon et réduite autour de Montbéliard fortement touchée par la crise industrielle), mais également dans la déclinaison transfrontalière franco-suisse (chapitres 2 et 3). L’explication avancée tient essentiellement dans l’attractivité d’un foncier moins onéreux et plus disponible, étudiée à partir de l’évolution des ventes des terrains disponibles entre 1991 et 2004. L’auteur revient ensuite sur les bouleversements économiques enregistrés par les campagnes bisontines (chapitres 4 à 7). L’approche est classiquement présentée par secteur économique. Elle montre avec force le déclin des actifs agricoles (divisé par deux entre 1975 et 2000) dans un contexte de maintien relatif de la superficie agricole totale du département, le déclin de l’emploi industriel (avec une attention plus particulière à la crise horlogère du Haut-Doubs et à la restructuration de la filière automobile autour du pôle montbéliardais) et le développement des emplois tertiaires (entre occupation d’emplois tertiaires urbains par des résidents ruraux et croissance des emplois tertiaires dans les campagnes, notamment polarisés par les bourgs ruraux). S’ensuit l’analyse des mutations d’ordre social et culturel qui montrent que, même si les ouvriers restent la catégorie socioprofessionnelle la plus importante dans les communes rurales, on assiste à une diversification des catégories socioprofessionnelles sur fond de féminisation de l’activité. Les évolutions socioculturelles des campagnes bisontines renvoient à un phénomène de rattrapage (et donc d’homogénéisation) du rural par rapport à l’urbain tant en termes de motorisation, de niveau scolaire, de structures familiales (augmentation des décohabitations et des divorces). L’auteur y associe les profondes mutations enregistrées à la tête des municipalités rurales et les transformations des modalités d’action des élus. Si l’exposé est rapide, il permet d’aborder l’urbanisme rural, phénomène particulièrement visible dans la morphologie des villages, du Doubs comme d’ailleurs, et témoignant de la volonté d’attractivité. L’avant-dernier chapitre est consacré à la restructuration territoriale liée à la révolution silencieuse de l’intercommunalité de projet (communautés de communes, d’agglomérations, pays et scot), auquel sont associées d’autres formes de regroupement, marqueurs de l’évolution socio-territoriale des trente dernières années (regroupements pédagogiques et paroissiaux). Le dernier chapitre aborde le renouvellement de la fonction nature des campagnes bisontines. Dans un contexte de transformations paysagères limitées, ce sont les nouveaux usages (loisirs de plein air), perceptions (publicisation des espaces ruraux) et actions (protection et valorisation des espaces naturels) qui sont présentés.

4L’ouvrage se présente donc sous une facture somme toute classique, mais il convient de dépasser cette première impression pour en dégager les apports particulièrement utiles pour la discipline géographique, et plus particulièrement les études de géographie rurale.

5Le premier mérite de l’ouvrage est sa qualité d’écriture géographique : pour aborder les mutations des campagnes bisontines sur une génération, Robert Chapuis pose des questions simples et directes et y répond par une écriture sobre et limpide. En confrontation la photographie des espaces ruraux du Doubs en 1975 et en 2005, il s’interroge sur trois questions fondamentales de la géographie : Où ? Pourquoi là ? Comment ?

6L’intérêt de l’ouvrage est triple : illustratif, conceptuel et méthodologique.

7Robert Chapuis a choisi de revenir sur son terrain de thèse. Retenir les campagnes du Doubs est particulièrement pertinent pour mener une étude que l’on peut comparer à une veille scientifique sur le long terme. Comme il le signale en début d’ouvrage, le Doubs peut être considéré comme un « département témoin » (p. 10). Organisé en 545 communes rurales et 41 communes urbaines , le Doubs offre l’avantage de présenter la typologie complète des communes rurales définies dans le ZAUER (zonages en aires urbaines et en aires d'emploi de l'espace rural) de l’INSEE : communes rurales isolées, périurbaines et multipolarisées, sous faible influence urbaine et pôles d’emploi de l’espace rural. Certes, le département du Doubs n’est pas le seul dans ce cas en France, mais rares sont les ouvrages à ré-interroger à trente ans de distance et de façon aussi systématique un espace circonscrit dans ses limites départementales. L’auteur ose la démarche, les résultats fournis ne peuvent qu’apporter la preuve de son intérêt heuristique.

8L’apport conceptuel peut paraître plus limité tant la littérature scientifique à apporter d’éléments de compréhension des évolutions des sociétés et des espaces ruraux depuis la démonstration de la renaissance rurale (Kayser, 1990) jusqu’aux travaux récents sur les nouvelles fonctions de l’espace rural (Perrier-Cornet, 2002a, 2002b). Si Robert Chapuis emprunte à ses travaux, il fournit une illustration fine et quasi complète des déclinaisons des bouleversements spatiaux, sociaux, économiques, culturels et territoriaux enregistrés par les espaces ruraux à partir de l’exemplarité du cas bisontin. L’auteur n’hésite pas à soutenir une thèse forte, celle de la citadinisation des campagnes, ce qui ne signifie pas pour autant la disparition des espaces ruraux, et donc, en partie, de la pertinence du maintien d’une géographie rurale dans les pays occidentaux. Ainsi, il conclut à « l’anonymat de campagnes qui, d’un point de vue socioculturel, s’uniformisent à vive allure en se calquant plus ou moins sur le modèle urbain » mais considère qu’« il y a bien encore des campagnes, territoires où un environnement naturel prédomine et où la population reste relativement peu dense », tout en affirmant que « d’un point de vue économique, social et culturel, il n’y aura bientôt plus de ruraux, et encore moins de campagnards. Il n’y aura bientôt plus que des citadins vivant à la campagne ! » (p. 188). L’apport conceptuel tient peut-être davantage à l’intérêt de considérer les rapports entre espaces ruraux et urbains selon un gradient de différenciation plus que selon une rupture nette.

9C’est essentiellement dans sa dimension méthodologique que l’ouvrage est le plus intéressant. Même si là n’est pas son but premier, l’ouvrage de Robert Chapuis peut être considéré comme un manuel d’apprentissage (et de ressourcement) de la méthode d’analyse géographique, que l’on pourrait définir par les actions suivantes : écouter, regarder, mesurer. La recherche est portée par un souci constant de rigueur scientifique dans l’analyse systématique et quantifiée. Pour mener à bien sa démonstration, l’auteur convoque un panel de sources très variées : données statistiques (Recensement général de la population de l’INSEE, Recensement général de l’agriculture de la statistique agricole, Inventaires communaux de l’INSEE), études réalisées par les administrations (Secrétariat général des affaires régionales de la Préfecture, Direction régionale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle), les chambres consulaires (Agriculture, Commerce et industrie, Métiers), les bureaux d’études et les associations (Agence départementale d’information sur le logement –ADIL 25- pour les données sur le marché foncier), revue de la presse quotidienne régionale, mais aussi enquêtes par questionnaires.

10Le travail de comparaison systématique à trente ans d’écart est mené avec la rigueur de la prise en compte des mêmes indicateurs entre les deux périodes concernées, évitant ainsi les conclusions hâtives et erronées. Ce choix de la stricte comparaison homologique est appliqué aux enquêtes directes par questionnaire menées à l’hiver 2002-2003 auprès d’un échantillon représentatif de 342 habitants dans les mêmes 25 communes qu’au cours de l’hiver 1976-1977.

11Sans pour autant détailler la construction de l’échantillon, Robert Chapuis rappelle fort justement les règles nécessaires à l’élaboration d’un échantillon représentatif de l’ensemble de la population des campagnes bisontines actuelles (sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle). Il avoue cependant une légère modification dans le protocole d’enquête : « l’interviewé d’aujourd’hui est beaucoup moins patient que celui d’autrefois » (p. 10), le nombre de questions a été réduit de 120 à 75. Le questionnaire est fourni en annexe ; outre le souci de transparence dans la construction de la donnée issue d’enquête, cette annexe peut très utilement servir de base aux propres travaux d’enquêtes des étudiants, de la licence au doctorat. À ce lourd travail d’enquêtes auprès des habitants, s’ajoute une série d’entretiens réalisés auprès de maires de communes rurales, informateurs particulièrement précieux sur les évolutions locales. Les résultats d’enquêtes ont notamment servi à étayer les évolutions sociales et culturelles présentées dans les chapitres 8, 9 et 11. On peut regretter l’absence d’extraits d’entretiens, mais le choix ici donné à l’enquête par questionnaire ne permettait pas une analyse de discours, c’est là-aussi un choix assumé par l’auteur.

12L’apport méthodologique tient également dans le choix de privilégier une démonstration qui s’appuie sur un appareillage cartographique particulièrement riche et précis. Pas moins de 36 cartes et 41 tableaux statistiques étayent le propos tout au long de l’ouvrage. Ils servent d’éléments forts à l’hypothèse d’une citadinisation des campagnes. On peut cependant leur reprocher de n’être construites que dans une approche thématique, aux dépens d’une analyse statistique multivariée qui aurait permis la réalisation d’une typologie communale plus précise. De même, le choix de comparer les évolutions à partir de la photographie statique des campagnes en 1975 et en 2005 évacue une approche statistique en termes de trajectoires communales qui aurait été bien utile pour compléter le propos. On peut se permettre ici de souligner l’importance pour un laboratoire de géographie de bénéficier d’un ingénieur, en l’occurrence Patrick Mille, en charge de recueillir et traiter d’abondantes données et de réaliser cartes et graphiques. C’est un appui indispensable pour mener des recherches efficaces.

13Au final, les apports de l’ouvrage de Robert Chapuis confirment l’intérêt de revenir sur ses premiers terrains de recherche, voire d’assurer une veille scientifique qui permet l’analyse des évolutions d’un espace sur le temps d’une génération. Ils posent également la question de la possibilité de conduire ce genre de recherche avec autant de variétés dans les thèmes traités dans les années à venir, en raison de l’évolution même de l’accès aux données de mesure. Certes, en trente ans, la diffusion des données et études s’est considérablement améliorée du fait du développement des sites web qui fournissent nombre d’informations (parfois même trop). Il convient aujourd’hui davantage qu’hier de savoir se livrer à une étude critique des sources électroniques, cela s’apprend. L’évolution, certes positive de la diffusion des données, ne saurait cependant masquer les difficultés du chercheur face à un appareil statistique national qui évolue et ne permet plus d’assurer des comparaisons totalement fiables. Ainsi, l’INSEE a décidé d’interrompre le recueil et le traitement de l’inventaire communal, ce qui nuit considérablement à la connaissance de la structuration fine de l’offre de commerces et de services. De même, le choix de l’annualisation du recensement général de la population, s’il présente l’intérêt largement médiatisée par l’INSEE d’une actualisation plus régulière, conduit à ne plus disposer de l’exhaustivité. Enfin, l’ouvrage, sans le dire, fait ressortir la difficulté à obtenir certaines données qualifiées de « chaudes ». Ainsi, en est-il des données sur l’emploi (et le chômage), ici abordées essentiellement à l’aide des données de la DRTEFP et du recensement général de la population de l’INSEE au quart, mais aussi des données concernant les entreprises, ou plus généralement des données qui ressortent de la sphère sociale et de la fiscalité locale, pourtant au cœur de l’évolution des territoires.

14Nous signalons qu’à cet ouvrage s’ajoute du même auteur l’ouvrage intitulé Une aventure territoriale. La haute-vallée de la Loue. De la vigne, à l’usine et au patrimoine, publié en 2006 en collaboration avec P. Mille, Ch. Cupillard, N. Perrenoud-Cupillard et Cl. Francart aux Presses Universitaires de Franche-Comté dans la collection des Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté (194 p.). Robert Chapuis se livre ici à une actualisation d’une recherche débutée en maîtrise sur la haute-Loue, publiée en 1958 aux Annales littéraires de l'Université, puis actualisée en 1968. À travers une approche qui emprunte à la géo-histoire, l’auteur retrace l’aventure territoriale de cette haute vallée du massif du Jura à travers l’apparition puis la disparition de systèmes territoriaux successifs : du système de la vigne, appuyée sur un actif artisanat utilisant l’énergie hydraulique qui perdure pendant plusieurs siècles à sa disparition en moins de cinquante ans pour faire place à un système industriel plusieurs fois reconverti, et qui occupe encore la moitié des actifs, articulé à une intense valorisation patrimoniale naturelle et culturelle depuis quelques années. Là aussi, l’auteur fait appel au croisement de sources variées : archives, publications diverses et, pour la partie récente, données Insee, enquêtes auprès des maires, anciens maires et responsables des principales entreprises industrielles, commerciales et de services du territoire de la haute-vallée de la Loue.

Haut de page

Bibliographie

CHAPUIS R., 1982, Les ruraux dans le département du Doubs, Besançon, Éditions Cêtre, 400 p.

KAYSER B., 1990, La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, A. Colin, 312 p.

PERRIER-CORNET P. (dir.), 2002a, Repenser les campagnes, DATAR-Éditions de l’Aube, 280 p.

PERRIER-CORNET P., (dir.), 2002b, À qui appartient l’espace rural ?, La Tour d’Aigues, DATAR-Éditions de l’Aube, 142 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Bonerandi, « Vers des campagnes citadines, le Doubs (1975-2005), Robert Chapuis », Géocarrefour, Vol. 83/4 | 2008, 268 et 284.

Référence électronique

Emmanuelle Bonerandi, « Vers des campagnes citadines, le Doubs (1975-2005), Robert Chapuis », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/4 | 2008, mis en ligne le 09 juin 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7100

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals