Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Elevage, sociabilité politique, bâti rural : contributions caennaises

Emmanuelle Bonerandi
p. 320 et 330
Référence(s) :

Philippe Madeline, Jean-Marc Moriceau (éds.), Acteurs et espaces de l’élevage (XVIIe-XXIe siècle). Évolution, structuration, spécialisation, 2006, Caen, Presses Universitaires de Caen/MRSH/ Association d’Histoire des Sociétés Rurales, Bibliothèque d’Histoire Rurale n°9, 328p.

Michaël Bermond et Jérôme Luther Viret (éds.), 2007, Sociétés, pouvoirs et politique dans les campagnes, Presses Universitaires de Caen / MRSH, Enquêtes rurales n°11, Les Cahiers de la MRSH, n°49, 174p.

Philippe Madeline et Jean-Marc Moriceau (éds.), 2007, Bâtir dans les campagnes. Les enjeux de la construction de la Protohistoire au XXIe siècle, Caen, Presses Universitaires de Caen / MRSH, Bibliothèque du Pôle Rural, numéro hors série des Enquêtes rurales, 368p.

Texte intégral

  • 1  http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/socrurales
  • 2  Les trois derniers séminaires ont eu pour thème Être jeune dans l'espace rural (2008-2009), Chasse (...)
  • 3  Le catalogue de la bibliothèque ancienne du Ministère de l’Agriculture est disponible sur : http:/ (...)

1Depuis 1994, le Pôle rural (Sociétés et espaces ruraux)1 de la MRSH de Caen est un centre majeur de recherche interdisciplinaire en études rurales, réunissant chercheurs des sciences sociales associés aux chercheurs des sciences de la nature. Il organise un séminaire interdisciplinaire annuel2 avec publication régulière des actes dans le périodique Enquêtes rurales et coordonne la revue internationale Histoire et Sociétés Rurales. Il accueille, en outre, la bibliothèque ancienne du Ministère de l’Agriculture, soit 13 500 volumes de 1612 aux années 19603. Trois ouvrages collectifs, publiés en 2006 et 2007, sont ici plus particulièrement présentés. Ces trois publications collectives témoignent de l’ambition interdisciplinaire du Pôle rural.

2L’ouvrage Acteurs et espaces de l’élevage (XVIIe-XXIe siècle). Évolution, structuration, spécialisation, fait état du renouveau des recherches sur l’élevage. Il reprend plusieurs contributions présentées dans le séminaire de 2003-2004 et au colloque sur « L’élevage bovin en France : Économie, paysages et acteurs sociaux du Moyen Âge aux enjeux actuels » d’octobre 2004.

3L’ouvrage interroge le renouvellement des acteurs et la restructuration des espaces d’élevage dans le contexte de réduction des effectifs de la filière. Par une mise en perspective spatio-temporelle, il présente une réévaluation de l’élevage, qui ne peut se réduire à un « mal nécessaire » de l’agriculture, des sociétés et des espaces ruraux. Après une relative désaffection, les travaux sur l’élevage ressurgissent aujourd’hui dans une réflexion intégrée aux enjeux de préservation de l’environnement et de démarche qualité, et remet en question le modèle productiviste dominant.

4L’ouvrage présente 19 contributions organisées en deux temps : les aspects généraux de l’évolution des contextes économiques, agronomiques et juridiques, puis les aspects régionaux selon trois grandes aires géographiques : les massifs montagneux, le grand Ouest et la zone Charolais-Brionnais. S’y ajoute une sélection d’un peu plus de 200 références bibliographiques recensant notamment les thèses et monographies régionales publiées en France sur l’élevage depuis 1850.

5Le croisement des approches historiques et géographiques est fécond. Il replace l’élevage dans une approche dynamique du temps long. Comme le montre l’historienne moderniste Annie Antoine, l’élevage est très tôt intégré dans un circuit économique de circulation monétaire et de mouvement de bétail. Facteur de spécialisation des économies rurales, il fait intervenir une variété d’acteurs: individus, groupes, entreprises et institutions. Les travaux historiques montrent une organisation précoce entre régions de production, campagnes et villes, à travers notamment l’affirmation des marchés urbains. La force structurante de la place parisienne est plus particulièrement analysée par les historiens Olivier Fanca sur la production de lait pour la capitale et Bernard Garnier à travers l’approche statistique des arrivages de bovins adultes sur les marchés parisiens au XIXe s.

6L’ouvrage rassemble les contributions de géographes spécialistes de la question, et notamment les écoles clermontoises et caennaises. Daniel Ricard livre une synthèse actualisée de l’élevage montagnard, troisième ensemble laitier français, derrière le Grand Ouest et le Nord. Il rappelle l’importance du soutien politique (tant en termes de maintien du foncier que de soutien aux prix) associée au rôle structurant des industries agro-alimentaires dans le maintien du système. Derrière l’appellation générique, se profilent cependant des différenciations régionales importantes, tant en termes de diffusion de la « révolution productiviste » que de mise en place de stratégies de qualité, ces différenciations spatiales s’expliquant notamment par la présence locale de leaders de la profession. Eric Bordessoule aborde l’élevage dans la montagne volcanique auvergnate à travers la montée en puissance du modèle cantalien, puis son renversement depuis une trentaine d’années au profit de l’Aubrac. Michaël Bermond interroge les effets géographiques de la concentration foncière des exploitations et de la spécialisation des systèmes de production dans le Grand Ouest. Pour répondre à la question de l’homogénéisation ou de la différenciation spatiale, il étudie les trajectoires des systèmes de productions agricoles entre 1970 et 2000 à partir de la nomenclature en OTEX (Orientation technico-économique des exploitations) des recensements agricoles au niveau des 615 cantons de l’Ouest français. La démonstration, appuyée sur un riche appareil cartographique construit à partir d’analyses statistiques multivariées, aboutit à une géographie dynamique et contrastée des systèmes de production : robustesse du système productif laitier normand, diffusion des systèmes productifs industriels hors-sol bretons.

7Dans une approche plus générale, Jean-Paul Diry analyse la mondialisation de l’aviculture à travers l’exemple des volailles de chair qui ont connu une formidable progression depuis les années 1990, répondant ainsi à l’accroissement de la demande de consommation. L’article présente les bouleversements de la géographie avicole sur fond de révolution technico-économique, tout en pointant les limites d’un modèle industriel poussé à outrance. Armand Frémont se livre à un exercice de lecture rétrospective de ses travaux sur l’élevage en Normandie. Il explique les raisons qui ont prévalu à son choix, entre force de la géographie agricole dans la recherche française des années 1950-1960 et histoire personnelle d’un enfant du Havre grandi aux limites de l’agglomération, au contact quotidien des fils de paysans. L’article revient sur les méthodes de recherche des années 1960 alors que les travaux de cartographie descriptive en étaient encore à leur balbutiement. Et surtout, le recul pris par rapport à sa thèse soutenue en 1967 lui permet d’en interpréter les résultats à travers la dialectique de la tradition et du progrès.

8La onzième livraison d’Enquêtes rurales, coordonnée par le géographe Michaël Bermond et l’historien Jérôme Luther Viret, traite du rapport entre pouvoir et sociétés rurales. Le numéro Sociétés, pouvoirs et politique dans les campagnes reprend plusieurs des contributions du séminaire de 2004-2005. Il fait notamment écho au colloque organisé à Rennes en 2005 par le Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés et Cultures de l’Ouest européen (CERHIO) sur « Sociabilité et politique en milieu rural », et plus avant au numéro d’Etudes rurales consacré en 1976 au « pouvoir au village ».

9L’article introductif présente la variété des thématiques, des périodes et des espaces retenus. Là encore, le croisement des approches historiques et géographiques fait ressortir les évolutions, mais également les invariants des rapports de pouvoir en milieu rural. L’entrée par les rapports de pouvoir et les jeux politiques s’avère pertinente pour comprendre les évolutions contemporaines des sociétés et des espaces ruraux. La plupart des articles portent sur des exemples français localisés : Languedoc de l’époque moderne (Elie Pélaquier), Bretagne au XVIIIe s. (Yann Lagadec), village normand de Camembert de la fin du XVIIIe s. à 2000 (Antoine Cardi), Saône-et-Loire des années 1920 (Édouard Lynch), Manche rurale de l’après-guerre au début du XXIe s. (Michel Boivin) ; deux articles portent sur l’ensemble de la France rurale (Michel Bussi, Loïc Ravenel et Jérôme Fourquet) ; et deux articles offrent une ouverture étrangère (Robert Hérin sur l’Espagne méridionale et Anissa Zeghiche sur l’Algérie).

10L’approche se veut résolument sociale. Qu’il s’agisse de temps ou d’espace, les auteurs prennent souvent une grille d’analyse ‘dominants-dominés’. Le géographe Robert Hérin analyse les transformations contemporaines des sociétés agraires de l’Espagne méridionale, dans lesquelles les braceros du système latifundiaire ont, dans le système de la culture irriguée intensive sous serres, cédé la place à une importante communauté immigrée, essentiellement d’origine marocaine fortement précarisée. Anissa Zeghiche aborde la difficile question foncière en Algérie. Elle interroge les conséquences de la privatisation en cours des terres agricoles avec la création d’un marché foncier spéculatif particulièrement défavorable aux paysans. Le recours à des archives institutionnelles et normatives permettent la constitution de bases de données servant une analyse statistique sur le temps long, elles limitent cependant l’analyse du pouvoir par l’étude des minorités dominantes (les propriétaires fonciers, les édiles locales, les élus municipaux).

11Le pouvoir dans les campagnes est principalement abordé à partir du pouvoir politique électif, qu’il s’agisse des élus locaux, de la composition des conseils municipaux ou du poids d’un maillage communal français extrêmement fin. Michel Boivin étudie le déclin de la place des paysans dans les pouvoirs politiques locaux de la Manche rurale. Si les paysans définis dans une acception large (propriétaires ou fermiers, éleveurs ou maraîchers, actifs ou retraités) représentaient plus de 80 % des élus municipaux ruraux du département en 1945, ils en constituent moins du quart (23,6 %) en 2001. Ce formidable déclin tient à la conjonction de la forte diminution des effectifs agricoles associée à la montée en puissance de nouvelles catégories et à la revendication de modalités de gestion municipale jugées moins conservatrices. Malgré cet effritement, leur poids politique demeure largement supérieur à leur poids socio-professionnel local. Antoine Cardi inscrit ses travaux menés dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire du Pôle rural conduit sur le village-observatoire de Camembert. Étudiant les délibérations des conseils municipaux de la commune depuis 1792, il explique le maintien du groupe des herbagers-marchands, au moins jusque dans l’entre-deux-guerres, par leur légitimité à la fois politique, sociale et technique.

12Les géographes Michel Bussi et Loïc Ravenel interrogent les spécificités du modèle politique de la France rurale. Pour Michel Bussi, le « modèle local » français est avant tout « un modèle rural, c’est-à-dire un modèle qui concerne une minorité de Français ». Démontrant avec force les inégalités démographiques cantonales, il considère la persistance d’un maillage communal extrêmement dense comme « un contre-pouvoir rural, sans doute unique au monde », dont la force lobbyiste est très sensible dans les grands débats sur les redécoupages des circonscriptions électorales. Quant à Loïc Ravenel et à Jérôme Fouquet, directeur d’études à l’IFOP (Institut français d’opinion publique), ils analysent la progression significative du vote Front national dans les espaces ruraux entre 1994 et 2004 comme un signe de la crise interne des campagnes, entre crise agricole, crise sociale et montée des inquiétudes dans les périphéries éloignées des villes.

13L’ouvrage Bâtir dans les campagnes. Les enjeux de la construction de la Protohistoire au XXIe siècle s’appuie sur le séminaire de 2005-2006, associé là aussi à un colloque interdisciplinaire organisé en octobre 2006. Il revient sur un des thèmes fondateurs de la géographie rurale : le bâti rural abordé par la description de ses formes et l’identification de ses fonctions, thème de recherche tombé en désuétude après-guerre devant la force des mutations économiques et sociales. Le bâti rural, devenu « patrimoine agriculturel », recouvre une nouvelle attractivité liée aux désirs de citadins en quête d’un cadre de vie agréable, sensibles à la valeur récréative des campagnes et à la valeur esthétique de leurs constructions. Pour les auteurs, « le bâti agricole hérité est un élément d’analyse des mutations rurales : il permet de mesurer l’ouverture des campagnes aux fonctions récréatives et résidentielles » (p. 7). De ce renouveau, découlent de nouveaux enjeux (« Comment répondre aux besoins individuels et collectifs qui émanent d’acteurs de plus en plus diversifiés ? », p. 9) pouvant déboucher sur des conflits locaux.

14Les 22 contributions sont organisées en six séquences : bâtiments et aménagement rural ; comment étudier le bâti ?; le bâti vu de l’intérieur ; les facettes de la modernisation ; les constructions agricoles : le terrain de l’action ; les représentations du bâti. L’ouvrage est richement illustré par des cartes, des plans, des photographies au sol et aériennes, présentant nombre d’exemples de bâtis ruraux, dans des contextes géographiques et temporels variés (de la villa gallo-romaine aux évolutions contemporaines de la ferme des Monts-du-Lyonnais).

15Les géographes abordent le bâti rural selon trois entrées: l’une très fine concerne le bâtiment ou le groupe de bâtiments (monographies de fermes en Saône-et-Loire conduite, entre autres, par Philippe Madeline), une seconde s’intéresse à une approche régionale de l’architecture rurale (Pyrénées pour Monique Barrué-Pastor et Michel Barrué, région montpelliéraine pour Christophe Soulard et al.), alors qu’une dernière aborde la question de l’aménagement rural dans une approche plus générale (tel l’intéressant article du juriste Didier Boutet sur la reconquête du bâti vacant dans les espaces ruraux).

16Pour les géographes, le bâti rural constitue un analyseur des différentes facettes de la modernisation agricole, qu’il s’agisse de Philippe Moustier sur le bâti agricole en montagne depuis 1950 à travers l’exemple du Champsaur et du Valgaudemar, de Jean-Pierre Houssel sur l’adaptation de la ferme des Monts-du-Lyonnais à la modernisation de l’agriculture, ou des trois contributions sur la Saône-et-Loire. L’étude des transformations morphologiques et techniques des bâtiments agricoles apporte des indications sur les mutations agricoles contemporaines. Elle renseigne également sur les évolutions sociales et sociologiques, telles la dissociation entre bâtiments d’exploitation et bâtiments d’habitation, ou la décohabitation des différentes générations d’une même famille sur une exploitation. Les géographes questionnent également les représentations du bâti rural, telle Marie Wozniak pour qui le style chalet dans l’architecture de montagne construit une représentation entre modernité et artifice. L’intéressant article de Serge Schmitz sur les nouvelles places des villages ardennais s’inscrit dans la problématique très actuelle de l’espace public.

17On peut regretter que la séquence méthodologique ne regroupe que des contributions d’historiens et d’archéologues, de même que l’entrée par le bâti vu de l’intérieur soit réservée aux ethnologues et historiens. Il peut s’agir là d’un choix d’équilibre éditorial. On ne peut le reprocher aux deux éditeurs qui donnent à voir dans cet ouvrage l’enrichissement de rapprochements interdisciplinaires sur l’objet ‘bâti rural’, objectif que le Pôle rural de la MRSH de Caen conduit dans chacune de ses publications. Il s’agit là d’une ressource centrale pour les études rurales francophones.

Haut de page

Notes

1  http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/socrurales

2  Les trois derniers séminaires ont eu pour thème Être jeune dans l'espace rural (2008-2009), Chasse, sociétés et espaces ruraux (2007-2008) et Entre conquêtes et abandons : des sociétés face à la friche (2006-2007).

3  Le catalogue de la bibliothèque ancienne du Ministère de l’Agriculture est disponible sur : http://www.unicaen.fr/mrsh/bibagri/present.php

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Bonerandi, « Elevage, sociabilité politique, bâti rural : contributions caennaises », Géocarrefour, Vol. 83/4 | 2008, 320 et 330.

Référence électronique

Emmanuelle Bonerandi, « Elevage, sociabilité politique, bâti rural : contributions caennaises », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/4 | 2008, mis en ligne le 09 juin 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7102

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals