Navigation – Plan du site
Géohistoire

Questions géographiques, sources historiques

Pourquoi Rome devint capitale de l’Italie
Geographical questions, historical sources. Why Rome became the capital of Italy
Géraldine Djament-Tran
p. 241-248

Résumés

Cet article s’interroge sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques de la lecture géographique des sources historiques à partir d’une étude du débat sur Rome capitale (1861-1871). Sur la base du dépouillement des Actes parlementaires et d’opuscules contemporains, l’adoption d’une problématisation géographique se distingue d’une historiographie dominée par les enjeux diplomatiques et politiques en posant les questions « où (placer la capitale italienne) ? » et « pourquoi là ? ». L’analyse des représentations d’un territoire en cours d’unification prélude à la mise en évidence des logiques de localisation à l’œuvre dans le choix de la capitale italienne. L’article s’achève sur les possibilités de généralisation contenues dans une telle approche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Géographie et sources historiques, des rapports ambigus

1Depuis l’institutionnalisation des sciences sociales il y a un siècle, l’association de la géographie et des archives relève en France du paradoxe. Si l’œuvre de Vidal de la Blache lui-même se révèle disciplinairement encore hybride, un partage des tâches à la fois temporel et méthodologique est progressivement intervenu depuis la thèse complémentaire d’A. Demangeon (1905). La modernisation de la cartographie et l’essor des enquêtes (Blanckaert, 1996) ont marginalisé la géographie historique érudite à la manière d’Auguste Longnon (Longnon, 1890), tandis que le tracé des frontières disciplinaires cantonnait la géographie historique vidalienne d’un Roger Dion à un statut d’exception. En dépit – ou à cause ? – de l’étroite association scientifique et civique entre histoire et géographie, l’École française de géographie a privilégié comme témoins des temps anciens les couches géologiques et non les archives historiques (Reynaud, 1971). L’opposition du triptyque histoire-passé-archives au trinôme géographie-présent-terrain a conservé sa prégnance en France sous l’effet du « protectorat de l’histoire sur la géographie » (Claval, 1995, p. 174) puis de la diffusion d’une analyse spatiale tournée vers d’autres interdisciplinarités (économie, mathématique, physique), alors que la géographie historique britannique et américaine (Baker, 2003) recourait beaucoup plus massivement aux sources historiques, tel le fameux Domesday Book (Darby, 1957, p. 77).

2Parler de sources historiques dans la géographie française contemporaine ne constituerait-il donc qu’un anachronisme ou une pratique minoritaire ? Le renouveau qui caractérise depuis les années 1970 et plus encore les années 1990 le rapport des géographes au temps (Groupe Dupont, 1990 ; Théry, 1990 ; Aschan-Leygonie, 2000) et/ou au passé (Grataloup, 1996 ; Trochet, 1998 ; Droulers, 2001 ; Boulanger, Trochet, 2005) a permis un regain d’intérêt pour les sources historiques (Reynaud, 1992). Le souci des dynamiques spatiales s’est nourri de nouvelles interdisciplinarités, notamment avec l’archéologie spatiale (Archæomedes, 1998 ; Boissavit-Camus et alii, 2005) et avec l’histoire moderne et contemporaine (Lepetit, Pumain, 1993). Deux champs de la géographie se sont montrés particulièrement concernés par cette inflexion épistémologique stimulée par la diffusion des Systèmes d’Information Géographique : la géographie de l’environnement (Barrué-Pastor, Bertrand, 2000 ; Bertrand, 2002) et la géographie urbaine (Pumain, 1997 ; Bretagnolle, 1999 ; Tomas, 2003).

  • 1  Tirée d’une thèse soutenue en 2005 à l’université Paris 7 sous le titre La reproduction de la cent (...)
  • 2  Consultables à la Biblioteca della Camera dei Deputati à Rome.
  • 3  Appartenant au fonds Roma capitale conservé à la Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea à Ro (...)

3C’est dans ce dernier champ que s’inscrit la présente réflexion sur la signification et la spécificité épistémologique d’un traitement géographique des sources historiques, qui s’appuie sur une étude de cas géohistorique1. Fondée sur le dépouillement systématique d’actes parlementaires2 et d’opuscules3, l’analyse qualitative du débat sur Rome capitale qui se déploie de 1861 à 1871 lors de l’unification italienne constitue une occasion de se demander pourquoi et comment traiter géographiquement de sources textuelles déjà étudiées par des contemporanéistes (Caracciolo, 1956 ; Chabod, 1971 ; Vidotto, 2002), avant de présenter sous un angle général quelques-uns des résultats obtenus.

Pourquoi s’intéresser en géographe à des sources historiques ?

4Le recours à des sources historiques – que nous définirons ici a minima comme des témoignages du passé relevant traditionnellement de la compétence de l’histoire – en géographie découle de deux motivations principales : retracer des évolutions territoriales, qui mènent souvent mais pas nécessairement jusqu’au temps présent, et/ou proposer une géographie du passé.

Retracer des évolutions territoriales

  • 4  Notons que F. Braudel (1979) propose une autre conception du temps de la géographie que cette conc (...)

5Le souci d’une géographie diachronique, ou du moins dynamique, conduit à suivre des trajectoires et à analyser des mutations territoriales. L’étude du débat sur Rome capitale s’inscrit ainsi dans le cadre de la restitution de la trajectoire de la « Ville Eternelle ». Pour comprendre comment un lieu a réussi à s’imposer dans les représentations collectives d’une civilisation, sous la forme d’une périphrase usée, comme image de la permanence, les principales bifurcations de la centralité romaine après la chute de l’Empire auquel la ville avait donné son nom ont été repérées puis analysées. Cette problématique de la pérennité urbaine (Vallat, 2009) cherche à dépasser le « partage des rôles, où l’espace sert à ralentir le temps » (Garcia in Lévy, Lussault, 2003, p. 458), ainsi que les lieux communs associant l’espace à une « inertie » supposée, ou la géographie au « temps immobile »4 (Braudel, 1949) au profit d’une réflexion sur les changements d’organisation voire de système géographique (Elissalde, 2000) dont les sources historiques permettent d’appréhender les modalités. Ainsi, les archives parlementaires du débat sur Rome capitale donnent à lire la complexité de la transformation de la « Ville Éternelle » en capitale de l’Italie : pressentie comme telle dès la première moitié du XIXe siècle, elle n’assume réellement ce statut qu’après l’entrée des troupes italiennes dans la ville le 20 septembre 1870, au terme de plusieurs tentatives militaires et diplomatiques avortées. Les polémiques dont témoignent les comptes rendus des séances à la Chambre ou au Sénat ainsi que les libelles de l’époque permettent également de suivre, au rebours de toute conception téléologique, la formation d’un système spatial dans ses hésitations. Rappelons ainsi que l’Italie unifiée connaît deux capitales avant Rome : Turin, de 1861 à 1864, et Florence, de 1865 à 1870, et que de nombreux protagonistes plaident, avec plus ou moins de crédibilité, en faveur de candidatures urbaines alternatives, voire de la construction d’une ville nouvelle pour capitale.

Proposer une géographie du passé

6Ces archives permettent également de proposer une géographie du passé qui explique le présent. La centralité actuelle de Rome, double capitale religieuse et politique, voire « capitale symbolique de l’Europe » (Boutry, 2004), dépend des choix effectués dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les rapports ambigus qu’entretiennent les Italiens avec leur capitale (Hérodote, 1998 ; Rivière, 2004), parfois décriée dans un contexte bicéphale (Moravia, 1975), s’expliquent en partie par les arbitrages difficiles réalisés à la fin de l’Unité entre le Nord et le Sud et entre les grandes villes. Comme le montre le dépouillement de la presse, les polémiques initiales rebondissent en effet dès 1894-1895, à l’occasion des premiers grands scandales politico-financiers romains, avec la campagne en faveur de Milan « capitale morale de l’Italie ».

  • 5  L’histoire du temps présent recourt souvent à « deux balises mobiles » (Delacroix, Dosse, Garcia, (...)
  • 6  La troisième, le futur, se situant en marge de la rationalité scientifique moderne, comme l’exprim (...)

7L’hybridation de géographie et d’histoire découle en outre d’une volonté d’étendre au passé le champ d’investigation de la géographie. Le recours à des sources historiques en géographie remet donc en cause le partage disciplinaire évoqué en introduction. Ce partage des tâches pose en effet un double problème épistémologique. L’opposition d’une science sociale spécialisée dans l’étude du passé, l’histoire, et de sciences sociales, notamment la géographie et la sociologie, se limitant au présent, se heurte à la difficulté de fixer les limites, par définition mouvantes5, entre les deux « dimensions » du temps6 (Pomian, 1984). Bien plus, la pertinence épistémologique du partage temporel elle-même, battue en brèche dès les années 1930 par l’École des Annales (Dosse, 2005), est remise en cause tant par la géographie historique que par l’histoire du temps présent (IHTP, 1993 ; Rousso, 1998), au profit d’une réflexion sur les fondements des frontières disciplinaires. Comme le propose la revue EspacesTemps, la géographie se trouve alors conçue comme étude de la dimension spatiale des sociétés, et l’histoire comme étude de leur dimension temporelle, le tout sans restrictions chronologiques. Comme le souligne C. Grataloup (1984, p. 65), « si l’on considère la géographie comme une dimension particulière des sociétés, l’espace, il ne peut être question d’en limiter la portée au seul monde actuel. Si les modèles géographiques sont efficaces, ils peuvent et doivent être utilisés pour rendre compte des sociétés du passé ». Si l’on pousse cette logique à son terme, le recours aux sources dites historiques ne ressortit pas d’une « branche » de la géographie que les uns nomment conformément à la tradition « géographie historique » et les autres, en référence au néologisme braudelien, « géohistoire », mais appartient de plein droit à la géographie générale. Dans l’optique d’une géohistoire définie comme étude de la dimension spatio-temporelle des sociétés, le recours aux archives découle d’un double objectif en tension d’historicisation et d’universalisation de l’espace, dont il convient d’examiner les conséquences méthodologiques.

Comment traiter en géographe des sources historiques ?

8Ainsi, l’intérêt géographique pour les sources historiques relève d’un double positionnement épistémologique sur le temps qui favorise la diachronie et l’élargissement des horizons chronologiques disciplinaires. Sur cette base se pose une question de méthode : comment traiter géographiquement de sources historiques ?, qui implique une distanciation – mais pas nécessairement une démarcation stricte – vis-à-vis d’une lecture historique. Sans entrer dans un débat théorique global, explicitons les présupposés à l’œuvre dans l’examen de notre corpus.

Déplacer la problématique de l’évolution politique au choix de localisation

D’une historiographie idiographique et politique centrée sur la « question romaine »…

  • 7  La tentative garibaldienne de conquérir Rome se heurte militairement aux troupes gouvernementales (...)

9La lecture qu’en proposent les historiens se caractérise par une focalisation sur la « question romaine », cette confrontation entre l’État pontifical et l’État italien en formation qui s’ouvre en 1849 sur le refus de Pie IX de participer à la lutte contre l’occupant autrichien et ne s’achève qu’en 1929 avec les accords du Latran qui créent l’État du Vatican et la signature d’un Concordat. La problématique politique majoritairement adoptée par les contemporanéistes cherche à comprendre comment s’est formée l’Italie unifiée, à la fois par rapport aux formations politiques antérieures et par rapport aux conflits politiques internes. À propos de Rome, l’attention se focalise donc sur la lente agonie de l’Etat pontifical et sur l’opposition entre Risorgimento monarchique et Risorgimento démocratique (Mack Smith, 1954) qui débouche sur un épisode de guerre civile7 à Aspromonte le 29 août 1862. Dans une perspective d’histoire religieuse, l’examen porte également sur la façon dont se sont redéfinies les relations entre Eglise et Etat. Ces préoccupations se doublent d’une approche diplomatique (Chabod, op. cit.), centrée sur l’ambivalence des relations entre la monarchie piémontaise puis italienne et la France du Second Empire, son alliée lors de la seconde guerre d’indépendance (mai-juillet 1859) mais la garante du pouvoir temporel pontifical.

10Dans ce cadre historiographique, de notre corpus sont principalement retenues les décisions et l’évolution politique, scandée par trois grands votes : celui de 1861 qui, à l’instigation de Cavour et dans le contexte de l’intégration du Sud de la péninsule et de la proclamation de l’État italien, proclame Rome capitale ; celui de 1864 approuvant la convention de septembre (accord franco-italien qui échange le retrait du corps expéditionnaire français de Rome contre le respect de l’intégrité du territoire pontifical et le transfert de la capitale à Florence), et celui de 1871 qui sanctionne le transfert effectif de la capitale dans la « Ville Éternelle ».

  • 8  « Rome (…) devint capitale de l’Italie non parce qu’elle avait une position économique dominante d (...)

11A contrario, le détail des argumentaires se trouve pris en compte par une branche spécialisée de l’historiographie italienne, les études romaines. Le choix d’une échelle urbaine focalise en effet la problématique sur les raisons qui ont présidé au choix de Rome capitale de l’Italie. Le grand spécialiste de la question, tenant d’une interprétation marxiste, insiste sur le paradoxe que ce dernier a constitué : « Roma (…) divenne capitale d’Italia non perché avesse una posizione economica dominante nel paese, né perché esprimesse una classe dirigente d’avanguardia. Se fu detta « capitale naturale » della nazione, ciò non fu certo nel significato tipico che questa frase può avere per Parigi o per Londra. A causa di tutt’altre circostanze (…) questa città, non grande materialmente ne’politicamente forte, ebbe a diventare capitale del nuovo Stato »8 (Caracciolo, 1956/1984, p. 34). D’autres auteurs voient à l’œuvre dans le choix de Rome puis dans la politique italienne pour sa nouvelle capitale une logique de contrôle à la fois politique, sociale et urbanistique comparable à l’haussmannisation (Birindelli, 1978).

…à l’étude du choix de localisation d’une capitale : le débat sur Rome capitale

  • 9  « Si la signification et l’importance de l’unification nationale sur le plan politique et économiq (...)

12La lecture géographique ici présentée s’est nourrie du croisement entre ces monographies urbaines critiques, une histoire sensible au territoire et les problématiques de l’analyse spatiale. Par-delà l’approche politique et sociale dominante de l’unification italienne, certains historiens proposent en effet des pistes pour un traitement territorial. Ainsi, A. Mioni (1976, p. 21 et 16) pointait-il déjà plusieurs dizaines d’années un déficit historiographique : « Se il significato e la rilevanza dell’unificazione nazionale sul piano politico ed economico sono stati analizzati nei loro vari aspetti in una quantità di studi e ricerche, molto meno numerosi sono invece i lavori che affrontano la questione nei suoi aspetti territoriali »9. Cette intuition trouve des échos dans l’approche plus territoriale de la nation, « communauté structurée par la combinaison de différents principes, le plus souvent ethnique et territorial » (Mathieu in Lévy, Lussault, 2003, p. 651), qu’expérimentent quelques géographes (Gottmann, 1952 ; Bonnemaison, Cambrezy, Quinty-Bourgeois, 1999). Dans son sillage, le corpus peut être lu comme répondant à la question centrale de l’analyse spatiale : où ? et pourquoi là ? La problématique cherche à comprendre pourquoi Rome a été choisie comme capitale de l’Italie, question désormais entendue dans un sens géographique, et justifiant entre autres le recours à une cartographie remarquablement absente de l’historiographie.

13Les textes sont donc réexaminés comme sources pour l’étude d’un choix de localisation qui ne représente lui-même qu’un cas particulier d’un problème géo-politique général : où situer la capitale d’un territoire et pourquoi/pour quoi ? L’examen des sources se trouve partiellement déconnecté de son horizon historiographique classique – l’histoire du Risorgimento – et reconfiguré par rapport à un autre « champ » scientifique pluridisciplinaire ouvert : l’étude des capitales, et plus précisément l’étude des choix de localisation des chefs-lieux (Ozouf-Marignier, 1989 ; Marguerat, 1991 ; Vidal, 2002). Le nom même subsumant les archives change : l’étude ne porte plus tant sur la « question romaine » que sur le « débat sur Rome capitale », entendu comme débat de localisation.

Entrer par le territoire et proposer une lecture fondée sur le va-et-vient entre le général et le particulier

14Un tel déplacement problématique repose sur un double positionnement épistémologique constructiviste en faveur d’une lecture spatiale et d’une lecture par le général, qui se distingue de la lecture politique et idiographique dominante dans l’historiographie. Cette lecture géographique des sources historiques pose des questions de géographie générale au passé et à la diachronie. Elle privilégie non pas le particulier dans les sources, mais considère les archives, potentiellement comparables, comme les supports d’une étude de cas. La lecture se fonde donc sur un va-et-vient entre la question générale « où ? » et la spécificité romaine. Il s’agit de comprendre la nature et les raisons de la réponse que l’Italie a fournie à une question à laquelle est confronté tout territoire national : où localiser sa capitale ?

15Plusieurs conséquences s’ensuivent en matière de « style épistémologique ». Le modèle du récit chronologique se trouve largement évacué, si ce n’est par moments pour des raisons de clarté d’exposition, au profit d’un essai de « géographie problème », pour reprendre la fameuse expression d’« histoire-problème » chère à l’Ecole des Annales (Febvre, 1953). Le discours « feuilleté » caractéristique de l’écriture de l’histoire (de Certeau, 1975) et ici d’une géo-histoire fondée sur l’examen d’archives se trouve mis au service d’une « mise en intrigue » (Ricœur, 1983-1985) géographique généralisée qui décloisonne les modes d’analyse disciplinaires des textes.

  • 10  « pegli Stati ad essempio marittimi, la cui potenza si stenda sul mare, e sia più grande fuori che (...)
  • 11  « Lo stesso, ove uno Stato s’ingrandisca poco a poco ; non è sempre nella possibilità di cangiare (...)
  • 12  « Credo (...) che, la prima condizione da adempiersi per una capitale sia l’occupare una posizione (...)
  • 13  « Una capitale è il cuor dello Stato ove concentrasi la vita d’una nazione, e donde parte ogni sua (...)

16Partiellement inspirée par une lecture philosophique des textes par le général, cette lecture géographique est moins contextualisante que l’écriture historienne classique, et propose une lecture beaucoup plus interne des textes. Empruntant ponctuellement à une lecture littéraire des textes rhétoriques – d’autant que l’essentiel du corpus retranscrit des discours – cette lecture prend au sérieux les stratégies argumentatives déployées par les différents orateurs, qui raisonnent en général sur les critères de localisation d’une capitale. Ainsi l’opuscule d’un certain C. Casati (1861) propose une modélisation implicite de la localisation de la capitale. Il théorise en effet la capitale au centre, après d’autres penseurs tel en France au XVIIe siècle Alexandre le Maître (Foucault, 2004) et explique ce que nous appellerions les « déviations » au « modèle » de base par un double emboîtement des échelles spatiales10 et temporelles11. Pour se prémunir contre le risque d’anachronisme, une telle lecture doit rappeler l’historicité de la production des modèles spatiaux, comme le souligne M.-V. Ozouf (op. cit.) lorsqu’elle rapproche prudemment le découpage de la France en départements par les Constituants des modèles à la Von Thünen, et faire alterner décontextualisation généralisante et contextualisation du débat. Ainsi, on soulignera l’argumentation hybride de Carlo Casati : sa logique d’analyse spatiale avant la lettre évoque le raisonnement de la future théorie des lieux centraux12 qui commence à s’élaborer à cette époque (Robic, 1982), mais est justifiée par des métaphores organicistes13 typiques du XIXe siècle.

17En effet, une telle lecture par le général n’est pas dupe du dispositif rhétorique et de l’instrumentalisation idéologique présidant aux considérations générales des acteurs du débat. Ainsi, le catholique conservateur Casati déploie son argumentaire en faveur de la fixation de la capitale italienne à Florence afin de justifier le maintien du pouvoir pontifical à Rome. Cependant, cette lecture refuse de cantonner l’argumentaire spatial au statut de prétexte, au profit d’une lecture à la fois générale et particulière d’enjeux politiques territorialisés : la charge géo-politique des polémiques ne peut être réduite à sa seule dimension politique. La dimension spatiale des sources doit être restituée, non pas dans son indépendance, mais dans son autonomie : le spatial ne peut être séparé du social et du politique, mais ne peut non plus y être réduit, ce qui conduit à analyser la politique spatiale menée, dans ses interactions avec la politique politicienne d’une part, l’organisation et les dynamiques géographiques, d’autre part.

Quelques résultats d’une analyse de la dimension géographique de sources historiques

  • 14  Les guillemets indiquent la distance prise face à cette expression du langage courant dans le cadr (...)

18Sur de telles bases, un effort pour reformuler les « données »14 historiques en termes géographiques peut être entrepris. La question de l’unification italienne soulève en effet des questions de constructions territoriales, de constructions identitaires et d’échelles qui sont autant de concepts géographiques. La question romaine elle-même, construit historiographique d’apparence très spécifique, est justiciable d’une interprétation géographique générale. Elle met en conflit une territorialité politico-religieuse d’échelle régionale et internationale (catholique, au sens étymologique - géographique - d’universel) et une territorialité politique d’échelle nationale. Elle pose aussi la question de l’opposition ou de la complémentarité entre centralité politique et centralité religieuse au sein d’une ville.

Étudier des stratégies et des clivages géo-politiques

19En même temps que des clivages idéologiques opposant droite catholique conservatrice, droite modérée et gauche anticléricale, les sources donnent à lire les rivalités territoriales que l’unification italienne à la fois attise et doit résoudre. Les forces centrifuges nombreuses qui menacent l’existence même d’un territoire italien se manifestent en effet de façon redoublée dans le débat des capitales. Alors que plusieurs villes souffrent de la perte d’un ancien statut de capitale (de Seta, 1985) consécutive à l’unification, la compétition pour la fonction de nouvelle capitale s’exprime dans des opuscules laudatifs ou polémiques et dégénère parfois en graves troubles. Ainsi, les émeutes de Piazza San Carlo survenues à Turin le 23 septembre 1864 à l’annonce du départ du gouvernement causent 26 morts, une soixantaine de blessés et entraînent la chute du ministère Minghetti. Ces rivalités au sein d’une hiérarchie urbaine en cours de redéfinition se doublent en outre de fortes tensions régionales. L’attachement aux anciens Etats se conjugue au clivage entre la moitié nord et la moitié sud de la péninsule. Le débat larvé entre centralistes et fédéralistes surdétermine également en partie les textes. De nombreux orateurs se prononcent contre la désignation d’une ville susceptible de centraliser l’ensemble du pays.

20L’attention portée à la dimension spatiale des sources conduit également à analyser des stratégies et des clivages géo-politiques qui brouillent les cartes des clivages politiques traditionnels. Ainsi le débat sur Rome capitale est-il ouvert en 1861 par un coup de maître de Cavour : le président du Conseil, craignant d’être débordé sur sa gauche par les Mazziniens et les Garibaldiens, reprend leur choix de localisation de la capitale à Rome, haut lieu du Risorgimento démocratique depuis la République romaine de 1849, mais le vide de son contenu politique en l’assortissant de deux conditions acceptables par les modérés (l’accord de la France et du pape), qui repoussent sine die la réalisation de cet objectif. Cette stratégie géo-politique qui contribue à assurer à terme la victoire du Risorgimento monarchique crée un nouveau clivage propre au choix de localisation de la capitale. Les pro-Romains, majoritaires dans les Assemblées, regroupent la majorité de la « droite historique » cavourienne et de la gauche, tandis que les anti-Romains, quoique dominés par les catholiques conservateurs, ont pour chef de file le modéré Massimo d’Azeglio, et comprennent certaines personnalités atypiques, notamment le député Ferrari, précurseur du « socialisme risorgimental ».

  • 15  Cavour disqualifie en 1861 avec insistance les critères géographiques dans le choix d’une capitale (...)
  • 16  M. d’Azeglio invoque le réalisme géopolitique (1861, p. 45-46) : « le capitali non le creano i Dec (...)

21Les archives permettent ainsi d’analyser l’opposition entre deux logiques de localisation : une logique historique et une logique géographique. L’énonciation des critères de localisation généraux des capitales par les ténors des deux camps oppose en effet deux façons d’unifier le territoire national autour de la capitale. Alors que les pro-Romains privilégient une logique de localisation historique15, la capitale devant incarner l’histoire nationale, les anti-Romains prônent une logique de localisation fonctionnaliste16, la capitale devant disposer d’une situation accessible et d’une centralité apte à dynamiser l’ensemble du territoire national. Le choix de localisation se révèle ainsi inséparable d’une nouvelle « querelle des Anciens et des Modernes ».

Analyser les représentations de l’espace passé(es)

22Cette querelle mobilise non seulement des arguments généraux, mais également des représentations de l’espace qu’une lecture détaillée des archives permet de restituer. Le débat sur Rome capitale offre ainsi un observatoire original sur la genèse (de la représentation) d’une structure territoriale forte et appelée à une longue persistance : le dualisme nord/sud. Sa cristallisation coïncide en effet avec l’affirmation du débat des capitales. Les deux phénomènes trouvent leur origine commune dans la difficile intégration d’un Mezzogiorno en retard de développement et politiquement réticent à une unification menée du nord, au point que certains historiens évoquent une guerre civile italienne (Viglione, 2006). La prise de conscience de ce déséquilibre territorial joue en outre un rôle important dans le choix de localisation de la capitale italienne et notamment dans la décision de quitter le nord de la péninsule, symbole de « piémontisation ».

23Les élites politiques se trouvent également confrontées au polycentrisme italien, tantôt vanté dans une perspective nationaliste comme une richesse, tantôt perçu comme un obstacle à l’unification territoriale. Le dépouillement du débat sur Rome capitale permet ainsi d’analyser les représentations d’une hiérarchie urbaine en formation. Les images des principales villes révèlent également une tension entre une représentation fondée sur la tradition de l’éloge urbain, qui convoque des considérations historiques et esthétiques au service des stéréotypes du portrait de ville, et une représentation plus fonctionnaliste s’attachant aux différentes composantes – démographique, logistique, économique... – de la centralité urbaine. Cette tension manifeste une situation de transition dans les représentations de la ville, ainsi qu’une construction identitaire qui se cherche. L’image de Rome elle-même (Giardina, Vauchez, 2000) se partage en une image héritée de la « Ville Éternelle » récupérée au profit de la construction nationale italienne, qui exploite notamment la filiation entre la romanité antique et l’italianité contemporaine, et l’image repoussoir d’une ville d’Ancien Régime inapte aux fonctions de capitale d’un Etat moderne.

Dégager des logiques de localisation généralisables

24Par-delà l’intérêt intrinsèque de l’étude des représentations de l’espace passé(es), la lecture géographique des sources historiques a été mobilisée afin de mesurer l’impact du diagnostic territorial de la classe dirigeante sur le choix de localisation. Nous pouvons désormais apporter des éléments de réponse à la problématique : comment choisir une capitale à un territoire comme l’Italie ? Aux représentations majoritaires d’un pays pétri d’histoire, dual et polycentrique répondent trois logiques de localisation générales qui se nouent dans la désignation de Rome capitale.

  • 17  Rome ne compte que 212 000 habitants en 1871 alors que Naples atteint alors un demi-million d’habi (...)
  • 18  Centre de consommation, Rome ne compte au début du XIXe siècle jamais plus de cinq cents entrepris (...)
  • 19  Selon l’expression du sénateur Ponza di San Martino.
  • 20  « Pour sûr, Rome ne menace aucune capitale italienne : ni Naples, quatre fois plus grande, ni Turi (...)
  • 21  Divers hommes politiques du sud ayant en vain proposé la candidature de Naples dans cette perspect (...)

25Pour résoudre le hiatus entre l’histoire antique de l’Italie reconstruite a posteriori comme une ancienne nation et la formation récente de l’Etat italien, la classe politique menée par Cavour choisit une capitale historique, symbole de la continuité de la centralité depuis l’Empire romain. Cette capitale historique glorieuse mais faible démographiquement17 et économiquement18 constitue également une capitale « neutre »19, acceptable par les autres villes en compétition, comme le souligne avec ironie le député Ferrari : « Al certo, Roma non minaccia nessuna capitale italiana : nè Napoli, quatro volta superiore ; né Torino, due volte superiore ; nè Milano equalmente due volte superiore ; nè alcuna altra città. Tutti s’inchinano umilmente e, direi anche, ipocritamente verso Roma »20. Enfin, la situation de l’ancienne capitale des Etats pontificaux au centre de la péninsule est érigée en « charnière » entre le nord et le sud du pays. Elle forme un compromis territorial entre le centre politique et économique du pays et une périphérie dont elle est censée stimuler le développement21.

26Si ces logiques de localisation se combinent spécifiquement dans le choix de localisation italien, elles possèdent également une portée générale, sur laquelle attirent l’attention les comparaisons effectuées par les protagonistes mêmes du débat. Ainsi le choix d’une capitale historique est-il rapproché du cas parisien, tandis que l’antécédent de Washington est convoqué à l’appui de la désignation d’une capitale neutre.

  • 22  « Un pas vers l’accomplissement de l’unité politique, sociale, humaine de l’Allemagne ».

27Cette lecture de sources historiques à l’aune d’une problématique géographique conduit donc à dégager des logiques de localisation générales en un essai de « structuralisation géographique de l’histoire » (Dosse, 1998, p. 117). La logique de capitale neutre à l’œuvre dans de nombreux Etats fédéraux renvoie entre autres au geste inaugural de Philippe II, dont le refus de choisir en 1561 entre Tolède et Valladolid bénéficie à Madrid. La logique de capitale charnière entre deux territoires à intégrer s’est manifestée récemment encore lors du débat allemand des capitales de 1991. Comme le résumait le député Wolfgang Thierse, le choix de Berlin symbolisait alors « ein (...) Schritt zur Verwiklichung der politischen, sozialen, menschlichen Einheit Deutschlands »22 (Herles, 1991, p. 15).

Conclusion : pour un comparatisme géohistorique

  • 23  En particulier les plans régulateurs.

28Au total, cette étude géohistorique éclaire la dimension territoriale de la construction nationale italienne. Le recours à des sources textuelles produites à l'échelle nationale, les archives parlementaires, cerne les causes du choix de localisation de la capitale, et vient compléter une littérature géographique centrée sur ses conséquences, appréhendées à l'aide des archives municipales et de sources cartographiques23 ou iconographiques. Le traitement géographique des sources historiques consiste ici à en dégager des logiques territoriales, sans réduire le texte à son contexte.

29Les trois valeurs du recours à l'histoire en sciences sociales - qui ressortissent de trois courants épistémologiques, respectivement le constructivisme, le déterminisme et l'universalisme - sont ici mobilisées : la valeur de relativité, la valeur d'explication et la valeur de généralité.La première, synonyme d'historicisation, permet de dégager la spécificité du cas étudié. Le choix de localisation de la capitale se trouve surdéterminé dans l'Italie de la seconde moitié du XIXe siècle par la compétition entre Risorgimento monarchique et Risorgimento démocratique, par la « question romaine » et par la « question méridionale ».

30La deuxième valeur cherche dans le passé les causes d'une situation présente. La logique du choix d'une capitale neutre apporte des éléments d'explication, à examiner en prenant garde au risque de téléologie, aux relations ambivalentes qui unissent de nos jours Rome et l'Italie : une « question de la capitale », dénoncée comme inefficace et opposée à Milan « capitale morale » du pays (Bartolini, 2006), forme dès la fin du XIXe siècle système avec l'inachèvement de la construction nationale italienne (Benenati, 1988).

31La troisième valeur, à laquelle se réfère l'expression de « leçons de l'histoire », voit dans le passé et les évolutions un champ d'expérience du social en général. Les logiques de localisation défendues par les Italiens se retrouvent dans d'autres débats autour de la capitale. La logique de capitale historique unissant un pays à son passé a été ainsi théorisée sous le nom de head link capital (Spate, 1942).

  • 24  La concomitance et l’interférence des deux constructions nationales justifient une tradition de co (...)

32La tension entre la valeur de relativisation (l'histoire comme déroulement spécifique) et la valeur de généralisation (l'histoire comme lieu de déploiement du général), peut servir un va-et-vient entre général et particulier soucieux d’éviter les dérives symétriques du relativisme et de l'anachronisme. L'analyse géohistorique ici proposée a cherché à comprendre quel choix effectuait la stratégie géopolitique italienne parmi les logiques de localisation générales des capitales, pourquoi et pour quoi. Elle plaide donc en faveur d’un comparatisme esquissé par plusieurs géographes (Gottmann, 1977 ; de Seta, 1985 ; Marguerat, 1991 ; Daum, Mauch, 2005), à mener en particulier avec la capitale allemande24.

Haut de page

Bibliographie

ARCHAEOMEDES, 1998, Des oppida aux métropoles, Paris, Anthropos, 280 p.

ASCHAN-LEYGONIE Ch., 2000, Vers une analyse de la résilience des systèmes spatiaux, L’Espace Géographique, n° 1, p. 64-77.

AZEGLIO M. d’, 1861, Questioni urgenti, Florence, G. Barbèra Editore, 64 p.

Baker A. R. H., 2003, Geography and history. Bridging the divide, Cambridge, Cambridge University Press, 280 p.

Barrué-Pastor M., Bertrand, G., 2000, Les temps de l'environnement, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 544 p.

Bartolini F., 2006, Rivali d’Italia. Roma e Milano dal Settecento a oggi, Rome-Bari, Laterza, 328 p.

Bertrand G. et C., 2002, Une géographie traversière : l'environnement à travers temporalités et territoires, Paris, Ed. Arguments, 312 p.

BIRINDELLI M., 1978, Roma italiana. Come fare una capitale e disfare una città, Rome, Savelli, 80 p.

BLANCKAERT C. (dir.), 1996, Le terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes, XVIIIe-XXe siècle, Paris, L'Harmattan, 404 p.

Boissavit-Camus B., Djament G., Dufaÿ B., Galinié H., Grataloup C. et Guilloteau C., 2005, Chrono-chorématique urbaine : Figurer l’espace/temps des villes, Rencontres d’Antibes « Temps et espaces de l’Homme en société : analyses et modèles spatiaux en archéologie », Antibes, Editions APDCA, p. 67-80.

Bonnemaison J., Cambrezy L., Quinty-Bourgeois L. (dir.), 1999, Le territoire, lien ou frontière ? t. 2 : La nation et le territoire, Paris, L’Harmattan, 266 p.

BOULANGER Ph., TROCHET J.-R., 2005, Où en est la géographie historique ?, Paris, L'Harmattan, 346 p.

BOUTRY Ph., 2004, Chapitre IX-Rome, capitale de l’Europe ? in PÉCOUT G. (dir.), Penser les frontières de l’Europe du XIXe au XXIe siècle. Élargissement et union : approches historiques, Paris, PUF/Editions rue d’Ulm, p. 197-214.

BRAUDEL F., 1949/1990, La Méditerranée à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 3 volumes, 536 p., 800 p. et 656 p.

BRAUDEL F., 1979, Civilisation matérielle, Economie et Capitalisme, XVe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 3 volumes, 544 p., 600 p. et 606 p.

BRETAGNOLLE A., 1999, Le système de villes dans l’Espace-Temps : effets de l’accroissement des vitesses de déplacement sur la taille et l’espacement des villes, thèse de l’Université Paris I, 298 p.

CARACCIOLO A., 1956/1984, Roma capitale, Rome, Editori Riuniti, 309 p.

CASATI C., 1861, Roma o Firenze. Qual esser debba la capitale dell’Italia ?, Florence, Unione Tipografico Editrice, Lapi, Papini e Compagnia, 16 p.

CERTEAU M. de, 1975, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 358 p.

CHABOD F., 1971, Storia della politica estera italiana dal 1870 al 1896, Rome/Bari, Laterza, 556 p.

CLAVAL P. (dir.), 1984, Géographie historique des villes d'Europe occidentale, Paris, Cahiers du CREPIF, 200 p. et 256 p.

CLAVAL P., 1995, Les historiens, la géographie et le grand public en France, in PITTE J.-R. (dir.), Géographie historique et culturelle de l’Europe. Hommage au Professeur Xavier de Planhol, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, p. 172-187. 

DAUM A. W., MAUCH CH. (dir.), 2005, Berlin, Washington, 1800-2000 : capital cities, cultural representation, and national identities, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 318 p.

DELACROIX C., DOSSE F., GARCIA P., 2007, Les courants historiques en France XIXe-XXe siècle, Paris, Folio Histoire, 724 p.

Demangeon A., 1905, Les sources de la géographie de la France aux Archives nationales, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 120 p.

Dosse F.,1998, La ressource géographique en histoire, EspacesTemps, n° 68-69-70, p. 109-125.

Dosse F., 2005, L’histoire en miettes. Des Annales à la « nouvelle histoire », Paris, Editions La Découverte, 268 p.

Droulers M., 2001, Brésil : une géohistoire, Paris, PUF Géographies, 306 p.

Groupe DUPONT, 1990, Histoire, temps et espace, Géopoint, 368 p.

ELISSALDE B., 2000, Géographie, temps et changement spatial, L’Espace Géographique, n° 3, p. 224-235.

FEBVRE L., 1953, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 458 p.

FOUCAULT M., 2004, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Gallimard-Seuil, 436 p.

GIARDINA A., VAUCHEZ A., 2000, Rome, l’idée et le mythe du Moyen Age à nos jours, Paris, Fayard, 222 p.

Gottmann J., 1952, La politique des Etats et leur géographie, Paris, Armand Colin, 228 p.

GOTTMANN J., 1977, Capital Cities, in GOTTMANN J., HARPER R. A., Since Megalopolis, Baltimore and London, The John Hopkins University Press, 1990, p. 63-82.

GOTTMANN J., HARPER R. A., 1990, Since Megalopolis, Baltimore and London, The John Hopkins University Press.

GRATALOUP Ch., 1984, Géographie historique : l’avenir du passé, EspacesTemps, n° 26-27-28, p. 62-66.

GRATALOUP Ch., 1994, L’espace de la transition. Essai de géohistoire chorématique, Paris, thèse de géographie de l’Université Paris I, 508 p.

GRATALOUP Ch., 1996, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Paris-Montpellier, Reclus, 200 p.

Herles H., 1990, Die Hauptstadt Debatte : der stenographische Bericht des Bundestages, Bonn et Berlin, Bouvier, 490 p.

Hérodote, 1998, Italie. La question nationale, n° 89, 238 p.

Institut d’histoire du temps présent, 1993, Ecrire l’histoire du temps présent : en hommage à François Bédarida, Paris, CNRS Editions, 418 p.

LEPETIT B., PUMAIN D., 1993, Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 316 p.

LÉVY J., LUSSAULT M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

LONGNON A., 1890, De la formation de l’unité française, Paris, Champion, 46 p.

MACK SMITH D., 1954, Cavour and Garibaldi, 1860 : a study in political conflict, Cambridge, Cambridge University Press, 458 p.

MARGUERAT Y., 1991, Capitales en balade. Remarques historico-géographiques sur les changements de capitale en Afrique noire, Cahiers d’outre-mer, n° 174, juillet-septembre, p. 217-242.

MORAVIA A. et al., 1975, Contro Roma, Rome, Bompiani, 206 p.

OZOUF-MARIGINIER M.-V., 1989, La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du 18e siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 364 p.

POMIAN K., 1984, L’ordre du temps, Paris, Gallimard NRF, 366 p.

PUMAIN D., 1997, Pour une théorie dynamique de l’évolution des villes, L’Espace Géographique, n° 2, p. 119-134.

Reynaud A., 1971, Epistémologie de la géomorphologie, Paris, Masson, p. 67-84.

REYNAUD A., 1992, Une géohistoire. La Chine des Printemps et des Automnes, Paris, Reclus, 220 p.

Ricœur P., 1983-1985, Temps et récit, Paris, Points Seuil, 3 volumes, 404 p., 298 p. et 534 p.

RIVIÈRE D., 2004, L’Italie. Des régions à l’Europe, Paris, Armand Colin, 252 p.

ROBIC M.-C., 1982, 100 ans avant Christaller... Une théorie des lieux centraux, L’Espace géographique, n° 1, p. 5-12.

RONCAYOLO M., 2002, Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Parenthèses, 386 p.

Rousso H., 1998, Histoire du temps présent, Bruxelles, Complexe, non paginé.

SETA C. de (dir.), 1985, Le città capitali, Rome-Bari, Laterza, 284 p.

SPATE O. H. K., 1942, Factors in the development of capital cities, The Geographical Review, n° 3, juillet, p. 622-31.

Théry H., 1990, Chronochorèmes et paléochorèmes : la dimension temporelle dans la modélisation graphique, in AndrÉ Y., Bailly A., Clary M., Ferras R., Guérin J.-P., Modèles graphiques et représentations spatiales, Paris/Montpellier, Anthropos/Reclus, p. 41-61.

TOMAS F., 2003, Les temporalités des villes, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 220 p.

Trochet J.-R., 1998, Géographie historique. Hommes et territoires dans les sociétés traditionnelles, Paris, Nathan, 252 p.

Vallat C. (dir.), 2009, Pérennité urbaine, ou la ville par-delà ses métamorphoses, Paris, L'Harmattan, 3 volumes, 340 p., 314 p. et 380 p.

Vidal L., 2002, De Nova Lisboa à Brasilia. L’invention d’une capitale, Paris, IHEAL Editions, 344 p.

VIDOTTO V. (dir.), 2002, Roma capitale, Rome-Bari, Laterza, 524 p.

Viglione M., 2006, L’identità ferita : il Risorgimento come rivoluzione e la guerra civile italiana : contributo per una ripresentazione della storia nazionale, Milan, Ares, 280 p.

Haut de page

Notes

1  Tirée d’une thèse soutenue en 2005 à l’université Paris 7 sous le titre La reproduction de la centralité romaine.

2  Consultables à la Biblioteca della Camera dei Deputati à Rome.

3  Appartenant au fonds Roma capitale conservé à la Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea à Rome.

4  Notons que F. Braudel (1979) propose une autre conception du temps de la géographie que cette conception, inséparable de sa fameuse trilogie des échelles temporelles, dans son analyse de l’évolution de l’Europe moderne, comme en témoigne en particulier sa théorie des relais des centres de l’économie-monde.

5  L’histoire du temps présent recourt souvent à « deux balises mobiles » (Delacroix, Dosse, Garcia, 2007, p. 535) discutées : en amont, l’existence de témoins ou d’acteurs vivants, et en aval, la frontière floue de l’actualité, ou définit périodiquement un « « événement-matrice » » comme 1989 (ibid., p. 536).

6  La troisième, le futur, se situant en marge de la rationalité scientifique moderne, comme l’exprime l’expression de « science-fiction », à l’exception de la pratique parascientifique de la prospective.

7  La tentative garibaldienne de conquérir Rome se heurte militairement aux troupes gouvernementales italiennes.

8  « Rome (…) devint capitale de l’Italie non parce qu’elle avait une position économique dominante dans le pays, ni parce qu’elle exprimait une classe dirigeante d’avant-garde. Si elle fut dite « capitale naturelle » de la nation, ce ne fut certes pas dans le sens typique que cette phrase peut avoir pour Paris ou pour Londres. À cause de tout autres circonstances (…) cette ville, qui n’était ni grande matériellement, ni forte politiquement, eut à devenir capitale du nouvel Etat ». NB : toutes les traductions ici proposées sont dues à l’auteur de l’article.

9  « Si la signification et l’importance de l’unification nationale sur le plan politique et économique ont été analysées dans leurs aspects variés dans quantité d’études et de recherches, beaucoup moins nombreux sont au contraire les travaux qui abordent la question dans ses aspects territoriaux ».

10  « pegli Stati ad essempio marittimi, la cui potenza si stenda sul mare, e sia più grande fuori che dentro, la capitale deve trovarsi collocata là dove più facili divengono le relazioni esteriori. » (« par exemple pour les Etats maritimes, dont la puissance s’étend sur mer, et est plus grande à l’extérieur qu’à l’intérieur, la capitale doit se trouver située là où les relations avec l’extérieur deviennent plus faciles. »).

11  « Lo stesso, ove uno Stato s’ingrandisca poco a poco ; non è sempre nella possibilità di cangiare di capitale, può esser forzato di conservare una capitale in un modo incongruo situata. » (« Il en va de même pour un État qui s’agrandit petit à petit ; il n’a pas toujours la possibilité de changer de capitale, il peut se trouver forcé de conserver une capitale située de façon incongrue. »).

12  « Credo (...) che, la prima condizione da adempiersi per una capitale sia l’occupare una posizione relativamente centrale, acciò i diversi servizi dell’amministrazione possano agevolmente raggiare dal centro alle varie parti del regno. » (« Je crois (…) que la première condition à remplir pour une capitale est d’occuper une position relativement centrale, de sorte que les divers services administratifs puissent facilement rayonner du centre vers les autres parties du royaume. ») (1861, p. 5-7).

13  « Una capitale è il cuor dello Stato ove concentrasi la vita d’una nazione, e donde parte ogni sua forza (...) Potrebbe forse il cuor d’un uomo trovarsi alla calcagna od all’occipite ? Parimente il cuor d’una nazione non può trovarsi all’una delle estremità del suo territorio senza che l’esistenza sur venga gravemente compromessa. » (« Une capitale est le cœur de l’Etat, l’endroit où se concentre la vie d’une nation, et d’où part toute sa force (…). Le cœur d’un homme pourrait-il se trouver aux pieds ou à l’occiput ? De même, le cœur d’une nation ne peut se trouver à une des extrémités de son territoire sans que son existence en soit gravement compromise. ») : ce passage combine raisonnement par l’absurde et raisonnement par analogie.

14  Les guillemets indiquent la distance prise face à cette expression du langage courant dans le cadre d’une conception constructiviste de l’écriture de l’histoire.

15  Cavour disqualifie en 1861 avec insistance les critères géographiques dans le choix d’une capitale, au profit d’une référence au critère moral et à la volonté du peuple : « La questione della capitale non si scoglie, o signori, per ragioni né di clima, né di topografia, neanche per ragioni strategiche (...) La scelta della capitale è determinata da grandi ragioni morali. E il sentimento dei popoli quello che decide le questioni ad essa relative. » (« La question de la capitale ne se résout pas, Messieurs, pour des raisons de climat, ni de topographie, ni pour des raisons stratégiques (...) Le choix de la capitale est déterminé par de grandes raisons morales. C’est le sentiment des peuples qui décide des questions qui lui sont relatives. »), avant de conclure : « Ora, o signori, in Roma concorronno tutte le circostanze storiche, intellettuali, morali, che devono determinare le condizioni della capitale di un grande Stato. » (« Aujourd’hui, Messieurs, c’est à Rome que concourent toutes les circonstances historiques, intellectuelles, morales qui doivent déterminer les conditions de la capitale d’un grand État. »).

16  M. d’Azeglio invoque le réalisme géopolitique (1861, p. 45-46) : « le capitali non le creano i Decreti, bensì la necessità e la convenienza, desunte da fatti veri ed esistenti. (…) Prima necessità in oggi è un Governo non sia esposto a pressioni extra legali. (…) E ciò per la parte morale. Per la materiale è necessario che la sede di un Governo sia sana, abitabile in ogni tempo, di comodo accesso, di facile difesa, e di facili approcci. » (« ce ne sont pas ce qu’on décrète qui crée les capitales, mais ce qui est nécessaire et ce qui convient, déduit de faits réels et tangibles. (…) La première nécessité est actuellement qu’un gouvernement ne soit pas exposé à des pressions extra-légales. (…) Et cela sur le plan moral. Sur le plan matériel, il est nécessaire que le siège d’un gouvernement soit sain, habitable en tout temps, d’accès aisé, facile à défendre, facile à approcher. »).

17  Rome ne compte que 212 000 habitants en 1871 alors que Naples atteint alors un demi-million d’habitants. La capitale ne devient la première ville italienne qu’en 1921 provisoirement, et en 1936 durablement.

18  Centre de consommation, Rome ne compte au début du XIXe siècle jamais plus de cinq cents entreprises manufacturières, largement artisanales (Caracciolo, op. cit.). Au 30 décembre 1871, seules 173,4 personnes pour 1000 habitants travaillent dans la production industrielle.

19  Selon l’expression du sénateur Ponza di San Martino.

20  « Pour sûr, Rome ne menace aucune capitale italienne : ni Naples, quatre fois plus grande, ni Turin, deux fois plus grande, ni Milan également deux fois plus grande ; ni aucune autre ville. Toutes s’inclinent avec humilité et, dirais-je également, avec hypocrisie devant Rome » (Séance du 26 mars, p. 307).

21  Divers hommes politiques du sud ayant en vain proposé la candidature de Naples dans cette perspective.

22  « Un pas vers l’accomplissement de l’unité politique, sociale, humaine de l’Allemagne ».

23  En particulier les plans régulateurs.

24  La concomitance et l’interférence des deux constructions nationales justifient une tradition de comparaison germano-italienne, qui acquiert un nouvel intérêt dans le cadre de la réunification allemande. Une analyse des actes parlementaires allemands de 1991 est actuellement menée en collaboration avec Antoine Laporte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Djament-Tran, « Questions géographiques, sources historiques », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 241-248.

Référence électronique

Géraldine Djament-Tran, « Questions géographiques, sources historiques », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 12 mars 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7531 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7531

Haut de page

Auteur

Géraldine Djament-Tran

Université de Strasbourg, Faculté de géographie, 3 rue de l’Argonne, 67 000 Strasbourg djament@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals