Navigation – Plan du site
Géohistoire

Le Recensement Général de l’Agriculture de 1955, une référence pour les géographes ?

The 1955 Agricultural Census: A reference point for geographers?
Florence Richard-Schott
p. 271-279

Résumés

En France, l’essentiel des informations sur l’agriculture provient de recensements généraux organisés tous les dix ans environ. La première de ces grandes enquêtes modernes, le Recensement Général de l’Agriculture de 1955, permet aux géographes de caractériser l’état de l’agriculture à un moment clé de l’histoire économique européenne. Référence dans l’histoire de la statistique française, il sert de modèle aux recensements ultérieurs par son organisation et par l’utilisation d’une maille spécifique, les « régions agricoles ». Cependant, la non-concordance entre le contenu des recensements généraux, ainsi que la variabilité des mailles administratives dans le temps font de ce premier recensement une référence géographique délicate à utiliser, même avec les techniques modernes de traitement de l’information.

Haut de page

Texte intégral

1L’essentiel des données disponibles pour étudier l’agriculture en France à partir du milieu du XXe siècle est regroupé, tous les dix ans environ, dans les Recensements généraux de l’agriculture. Les recensements de 1970, 1979, 1988 et 2000 sont bien connus des géographes, qui peuvent consulter les publications des résultats dans les centres de documentation rattachés au ministère de l’Agriculture ou commander une extraction numérique personnalisée auprès des services de la Statistique agricole. Les résultats du premier recensement de 1955 ne sont pas si faciles à consulter. Archivés sous forme de microfiches, ils supposent l’emploi d’une machine ancienne, dont les bibliothèques sont rarement équipées.

2Or, le premier recensement général moderne du XXe siècle présente un très grand intérêt. Il fournit des indications détaillées sur l’état de l’agriculture française à un moment clé de la restructuration de l’économie et des territoires agricoles européens, les années 1950 constituant une période de mutations très rapides. Les exploitations agricoles, guéries des malheurs de la guerre, ne sont pas encore engagées dans les mécanismes de coopération européenne.

3La crise financière et alimentaire culminant lors de l’été 1947 semble « précipiter l’Europe occidentale vers une catastrophe décisive » (Bossuat, 1992, p. 60). Mais grâce à l’aide américaine, concrétisée par le plan Marshall (1948-1951), la France s’intègre rapidement dans un système productif mondialisé dont le centre de gravité se trouve aux États-Unis. L’agriculture doit devenir un des rouages de ce nouveau système, « à condition que soit réalisé un énorme accroissement de production agricole » (Duby et Wallon dir., 1992, p. 118).

4Le relèvement de l’agriculture française passe par la restauration des terres agricoles durement touchées par la guerre et par la modernisation de l’équipement des exploitations agricoles. Dans le cadre de la construction européenne et de la mise en place de la Politique agricole commune de 1947 à 1962, la France poursuit le développement de ce secteur clé. Dès 1948, elle retrouve les niveaux de production d’avant-guerre, et devient en 1963 le quatrième exportateur mondial de produits agricoles (Duby et Wallon dir., 1992, p. 123).

5En tant que premier grand recensement général moderne de l’agriculture française, le recensement de 1955 peut être considéré comme une référence dans l’histoire de la statistique agricole. Mais, tant par la qualité et la précision des informations qu’il délivre que par la maille de restitution qu’il propose, peut-il vraiment servir de référence fiable aux géographes contemporains ? Répondre à cette question nécessite de se pencher aussi bien sur la validité et l’intérêt de données statistiques déjà anciennes que sur la pertinence des unités spatiales utilisées, et parfois créées spécialement pour leur élaboration ou leur restitution.

Une référence dans l’histoire de la statistique agricole

6Le recensement de 1955 constitue une étape importante dans l’histoire de la statistique en France, puisqu’il marque le passage « de la statistique ancienne, basée sur l’unité communale, à la statistique nouvelle fondée sur l’exploitation » (RGA, 1955-a, p. A3).

  • 1  Enquêtes de 1840, 1852, 1862, 1872, 1882 et 1892.

7Les grandes enquêtes agricoles décennales du XIXe siècle1, ainsi que celle de 1929, complétées et réactualisées par des sondages annuels plus restreints, s’intéressent certes aux productions et aux structures agricoles, mais les informations sont collectées de manière indirecte auprès des conseils municipaux de chaque commune, puis synthétisées à l’échelle des départements, sous l’autorité du service parisien de la Statistique Générale de la France (Desrosières, 2000, p. 185). Or, les maires, secrétaires de mairie ou principaux notables censés être « sans préparation, capables de savoir exactement tout ce que faisaient leurs voisins » et travailler gratuitement, se révèlent bien souvent incapables de mener ces opérations à terme (Musset, 1938, p. 68).

8Outre la difficulté d’estimer la production agricole de façon précise, les réticences des agriculteurs entraînent bien souvent de fausses déclarations, voire une manipulation des chiffres au sein des commissions d’enquêtes. Lors des enquêtes successives, l’hostilité du monde agricole est constamment invoquée comme la source d’erreurs et d’approximations la plus importante. Parfois très marquée, elle ne constitue pas la réaction paranoïaque d’une caste de paysans peu éduqués, car à cette époque, les statistiques agricoles peuvent être utilisées « pour la fixation des impôts et des cotisations corporatives » et même pour la répartition des réquisitions alimentaires (Augé-Laribé, 1945, p. 84). Dans cet esprit, sous le régime de Vichy, la loi n° 4193 du 3 octobre 1941 relative aux déclarations exigées des agriculteurs, déclarations individuelles des chefs d’exploitations agricoles et forestières, instaure l’obligation de participer aux enquêtes agricoles, deux fois par an, en mai et en novembre, et réserve même le droit de procéder à des enquêtes supplémentaires à d’autres époques de l’année (art. 1 et 3).

9Les géographes et statisticiens sont à l’époque très conscients de l’imperfection des enquêtes agricoles, dont les résultats leur semblent souvent sujets à caution. Des débats s’organisent dans le but d’améliorer l’organisation et les méthodes d’enquête. Interrompus par la guerre, ils reprennent en 1946.

Le premier recensement général à l’échelle des exploitations agricoles

  • 2  Décrets n° 45-1023, n° 48-1870 et n° 49-1541

10Sous l’impulsion de la communauté internationale d’après-guerre, la nécessité d’une étude exhaustive de l’agriculture française s’affirme pour les pouvoirs publics. Les premières tentatives, dont on peut retrouver la trace dans des décrets de 1945 à 19482, tournent court à la suite du rejet du monde agricole et à de nombreuses difficultés pratiques.

11Dans ce contexte, la loi n° 51-711 du 7 juin 1951 sur l’obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques marque un tournant dans l’histoire de la statistique agricole en France. Si elle réaffirme que « les personnes physiques et morales sont tenues de répondre, avec exactitude, et dans les délais fixés, aux enquêtes statistiques » décidées par les services publics (art. 3), elle précise également que les « renseignements individuels (…) ne peuvent faire l’objet d’aucune communication de la part du service dépositaire » (art. 6). Plus important encore, ces renseignements « ne peuvent en aucun cas être utilisés à des fins de contrôle fiscal ou de répression économique », les agents des enquêtes statistiques étant tenus au secret professionnel (art. 6). La règle du secret statistique sera fermement défendue tout au long de la deuxième moitié du XXe siècle.

12Sur le fondement de cette loi, le décret n° 54-874 du 2 septembre 1954 organise enfin le premier recensement général de l’agriculture, laissant de côté les domaines de la forêt, de la chasse et de la pêche, « auprès de toute personne physique ou morale exerçant une activité agricole » (art. 2). Un comité national dirigé par le directeur de l’Institut national de la statistique et des études économiques (l’INSEE, fondé en 1946) est chargé d’exécuter cette opération d’envergure.

13Désormais, les enquêteurs rencontrent directement tous les exploitants agricoles. Le personnel, nombreux bien qu’en majorité temporaire, est organisé de façon pyramidale : le comité national nomme des responsables départementaux, placés sous l’autorité de la Direction des Services Agricoles, qui choisissent des moniteurs cantonaux, chargés à leur tour de former les enquêteurs communaux.

14À partir des cadastres communaux et des listes des Caisses mutuelles d’allocations familiales agricoles, des « Fichiers originels des exploitations » sont constitués à l’échelle départementale (RGA, 1955-a, p. A3). Ils dressent l’inventaire :

  • des chefs d’exploitation à interroger,

  • des superficies de chaque exploitation,

  • des superficies exclues des exploitations agricoles.

15Les responsables du recensement semblent s’être longtemps interrogés sur la façon la plus juste d’identifier les exploitations agricoles. Dans un souci d’exhaustivité et de précision, il faut trouver une règle que tous peuvent suivre de manière systématique, ce qui n’est pas chose aisée. Les organisateurs du recensement proposent en fait deux définitions de l’exploitation agricole :

  • un « ensemble de terres (bois non compris) de un hectare ou plus en polyculture, de 20 ares ou plus en culture spécialisée (culture maraîchère, potagère, arboricole, fruitière, florale, viticole) quelle que soit l’activité principale de la personne qui en a la jouissance » (RGA, 1955-a, p. A2),

  • ou un « ensemble de terres (bois non compris) mis en valeur à des fins de productions végétales ou animales sous la direction d’une personne physique ou morale exerçant la profession d’agriculteur, de maraîcher, de viticulteur, de pépiniériste, d’arboriculteur ou toute autre profession impliquant l’exploitation de terres » (RGA, 1955-a, p. A4).

16La première définition est opératoire, puisque les superficies des exploitations sont en général bien connues grâce aux cadastres, mais elle laisse planer un doute en ce qui concerne l’activité principale du propriétaire des parcelles cultivées, qui peut être sans lien avec l’agriculture. Par exemple, un citadin possédant un jardin ou un verger dont les productions sont destinées à sa consommation personnelle était considéré comme un exploitant agricole. Pour corriger cette première identification, la deuxième définition restreint le champ d’activité de l’exploitant aux professions impliquant l’exploitation de la terre, ce qui reste somme toute assez vague. Les personnels chargés d’établir le fichier originel des exploitations et les enquêteurs susceptibles de le corriger doivent s’accommoder de ces imprécisions, et trancher selon les situations.

17Les enquêtes sur le terrain commencent dès mars 1956. Le questionnaire comprend un socle de 135 questions générales et dix ensembles de questions plus précises, destinés à des exploitations particulières (tabl. 1). Pour être représentatif, cet échantillon d’exploitations est choisi grâce à un classement complexe selon les superficies agricoles.

Tableau 1 : Les thèmes abordés par le recensement de 1955

Source : RGA 1955-a, p. A7-A8

Numéro des formulaires des 135 questions posées à tous les exploitants

Questions plus précises posées à un exploitant sur dix

1

Le chef d’exploitation

Famille de l’exploitant

2

L’affiliation à un syndicat ou une coopérative

3

Les ouvriers

Nationalité, recrutement, rémunération des ouvriers

4

L’équipement immobilier

Bâtiments d’habitation et d’exploitation, irrigation…

5

Le matériel

Matériel d’intérieur ou d’extérieur de ferme

6

Les productions végétales

Détail des cultures

7

Le territoire de l’exploitation 

8

Les modes de faire-valoir

9

Les spécialisations végétales

10

Les cheptels

Races élevées

11

Les élevages spécialisés

12

Les dépenses techniques

Précisions sur les dépenses techniques

Débouchés de la récolte

Les intrants

Naissances et pertes animales, productions animales

18Une fois ces enquêtes terminées, les questionnaires sont dépouillés, les informations contrôlées et corrigées afin de maintenir la conformité entre les différentes échelles de restitution, puis synthétisées par les services départementaux. Ces contrôles auraient dû être complétés par une analyse plus fine couplant l’étude des cadastres et l’exploitation de photographies aériennes sur 506 communes échantillons. Mais devant la lourdeur de la tâche et les difficultés techniques, ce travail n’aboutit pas.

19Ambitieux, le recensement général de 1955 est le premier à se focaliser sur l’identification et la définition des exploitations agricoles prises comme unités statistiques élémentaires.

Un modèle pour l’organisation des recensements ultérieurs

20Le premier grand recensement moderne se heurte en pratique à de nombreuses difficultés. D’abord, le recrutement et la formation des enquêteurs temporaires ont été assez laborieux, vingt-deux directions départementales estimant même que « plus de la moitié des enquêteurs n’étaient pas qualifiés pour effectuer ce travail », en particulier lorsqu’ils n'étaient pas issus du monde agricole (RGA, 1955-a, p. A13). Des problèmes budgétaires et des lourdeurs administratives entraînent aussi de graves retards de paiement des salaires et des licenciements précoces.

21Ensuite, outre des problèmes d’identification des exploitants, en cas de déménagement ou de décès par exemple, les enquêteurs doivent adapter le sondage aux imperfections du fichier originel des exploitations, constitué à partir d’informations vieillies, remontant parfois à la période d’avant-guerre : certaines exploitations ont disparu, ont été divisées, ou n’apparaissent tout simplement pas dans les listes.

22Les instructions sont également floues et trop longues, les questionnaires trop complexes. La campagne agricole observée est « la campagne 1954-1955 (récoltes de 1955) », de septembre ou octobre 1954 à août ou septembre 1955 selon les cas, et les enquêteurs opérant à partir de mars 1956 soulignent la difficulté de l’enregistrement tardif de faits agricoles déjà anciens (RGA, 1955-a, p. A7).

23Encore une fois, la réticence du monde agricole complique la tâche des enquêteurs. Les organisateurs tentent pourtant d’impliquer l’ensemble des agriculteurs, en envoyant des « questionnaires-brouillons » ou en publiant des articles dans la presse spécialisée, afin d’instaurer « un climat psychologique propice » (RGA 1955-a, p. A10). Malgré ces précautions, les agriculteurs « n’étaient pas mûrs pour un programme semblable » et en cas de refus, aucune instruction n’est donnée à l’enquêteur, sinon de faire preuve d’opiniâtreté (RGA, 1955-a, p. A8) !

24Les opérations prennent ainsi beaucoup de retard. À l’origine, l’opération devait être terminée à l’automne 1956, mais au 1er mars 1957 seuls 78 départements ont été recensés. La majorité des tableaux ne fut d’ailleurs pas publiée. En 1983, ils sont heureusement archivés sur microfiches, avant d’être détruits (RGA, 1955-a, pp. B4-B6).

25À partir de 1969, dans le cadre de la construction de la Communauté économique européenne et de la mise en place de la Politique agricole commune, des directives du Conseil de l’Europe renforcent la détermination des pouvoirs publics français. Les quatre autres grands recensements du XXe siècle ont bénéficié d’une meilleure organisation, et surtout de l’expérience acquise en 1955.

26En France, les services de la statistique agricole s’organisent. La conception et l’exploitation des recensements sont confiées à un service indépendant, le Service central des enquêtes et études statistiques (SCEES), corps de fonctionnaires spécialisés travaillant en collaboration avec l’INSEE. Les représentants du monde agricole sont désormais associés au pilotage des enquêtes par le biais de comités consultatifs, composés de « représentants de la profession agricole, de l’institut national de la recherche agronomique et des divers ministères et utilisateurs intéressés » (décret n° 69-453, art. 3). La loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, réaffirme que les recensements ne doivent pas permettre l’identification des personnes concernées, l’amélioration des technologies ne devant « porter atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques » (loi n° 78-17, art. 1).

27De 1955 à 2000, l’organisation et les méthodes de recensement s’améliorent, s’adaptant aux progrès technologiques : les enquêteurs sont mieux formés et mieux encadrés, les questionnaires de plus en plus clairs et précis.

L’utilisation d’une maille originale : la « région agricole »

28Alors qu’auparavant les unités spatiales de restitution des statistiques agricoles étaient strictement administratives, le recensement de 1955 s’appuie sur une maille originale, la « région agricole ».

29À la suite à l’enquête de 1929, un débat anime la communauté des chercheurs et des statisticiens, qui désirent faire des statistiques agricoles « un instrument d’information inspirant confiance pour des travaux d’économie rurale et de géographie humaine » (Augé-Laribé, 1945, p. 90). Cependant, l’architecture générale des recensements doit être conservée, afin que les nouvelles statistiques puissent être comparées aux anciennes.

30Les mailles administratives ne sont pas remises en question pour la collecte et la synthèse des informations, mais pour leur élaboration et leur restitution. Géographes et décideurs vont donc se pencher sur une autre solution.

31Après un essai en 1946, l’INSEE et le ministère de l’Agriculture créent vingt-quatre grandes régions agricoles en 1948, le département étant jugé « trop étroit et trop artificiel » pour permettre une juste adéquation entre les ressources agricoles et les exigences économiques (décret n° 48-941). Constituées par « un groupe de départements et comprenant un ensemble de terroirs aussi homogènes que possible », elles se voient attribuer un comité chargé de proposer des plans de développement (décret n° 48-845, rapport). Le redressement économique de la France, qui « exige l’exploitation rationnelle de toutes (les) ressources agricoles », doit en effet tenir compte « à la fois des objectifs généraux du plan (Marshall) et des vocations des divers milieux naturels » (décret n° 48-845, rapport).

32Ces comités doivent également s’appuyer sur un découpage plus fin. Les instructions sont très claires : il est nécessaire de tenir compte à la fois des « données géographiques » et des « données administratives », « afin de créer les conditions, non seulement d’une étude rationnelle, mais aussi d’une action efficace » (décret n° 48-845, rapport). Pour concilier ces deux impératifs, les comités proposent de distinguer des régions agricoles interdépartementales, plus homogènes d’un point de vue agricole, et des petites régions agricoles, comprises strictement à l’intérieur du département, regroupant toujours des communes entières.

33Par exemple, le département de l’Ain, qui appartient à la 17e grande région agricole, recouvre en totalité quatre petites régions agricoles, et fait partie de quatre régions agricoles interdépartementales (tabl. 2).

Tableau 2. Les unités agricoles du département de l’Ain

Sources : Décret n° 48-941, RGA 1955-b

Grande région agricole

Régions agricoles comprises dans plusieurs départements

Petites régions agricoles correspondantes du département de l’Ain

« 17e grande région agricole »

Départements de la Loire, du Rhône et de l’Ain

n° 195 : Ain, Rhône

Vallée de la Saône

n° 446 : Jura, Saône-et-Loire, Ain

Bresse

n° 449 : Doubs, Jura, Ain

Haut-Bugey

n° 451 : Jura, Ain, Savoie

Bugey

Régions agricoles comprises strictement dans le département de l’Ain

n° 198

Dombes

n° 201

Côteaux en bordure des Dombes

n° 215

Zone forestière du Pays de Gex

n° 216

Zone d’élevage du Pays de Gex

34De 1948 à 1949, de légers remaniements sont effectués et la première nomenclature détaillée est publiée en 1956 (INSEE, 2009).

35La publication des résultats du recensement de 1955 montre l’intérêt d’une restitution de l’information à plusieurs échelles :

  • communes, petites régions agricoles et départements pour les résultats des « inventaires » (tronc commun des questionnaires) ;

  • petites régions agricoles et départements pour les résultats des enquêtes par échantillonnage.

Une référence géographique évolutive

36Premier recensement général des exploitations agricoles, le recensement de 1955 pose les jalons de la statistique agricole contemporaine en expérimentant de nouvelles méthodes d’enquêtes, en s’appuyant sur une organisation pyramidale et en valorisant une nouvelle maille spatiale.

  • 3  Décrets n° 54-874 (art. 2), n° 69-453 (art. 2), n° 78-350 (art. 2), n° 88-329 (art. 3) et n° 2000- (...)

37Les statisticiens ont toujours veillé à maintenir une similitude entre l’architecture des recensements successifs, malgré la modernisation des méthodes de recensement et la révolution informatique. Ainsi, les « exploitations agricoles » sont toujours définies3 par des critères de taille, de gestion et de production. De même, les « campagnes agricoles » sont équivalentes : de septembre à août ou d’octobre à septembre, la période agricole correspond toujours au cycle végétatif des cultures, des semis à la récolte.

38Cependant, il serait hasardeux d’utiliser les résultats de 1955 sans précautions. En effet, la concordance entre les recensements généraux n’est pas parfaite, tant du point de vue du contenu – les informations – que du point de vue du contenant – les mailles de restitution de l’information.

La concordance des rubriques statistiques

39La concordance des résultats des recensements n’est pas immédiate. Il est presque toujours nécessaire de réaliser des pré-traitements de l’information, au risque de perdre une partie de sa précision. Les questionnaires n’étant pas les mêmes d’un recensement à l’autre, le nombre des rubriques renseignées peut varier. Le tableau 3 prend l’exemple d’un type de cultures, les céréales, et identifie en grisé les rubriques concordantes entre les cinq recensements généraux, de 1955 à 2000.

Tableau 3. Les types de céréales cultivées d’un recensement général à l’autre

Sources : RGA 1955-b, SCEES 1970, RGA Comparative 1979-1988-2000, RGA 1988, RGA Inventaire 2000

1955

1970

1979

1988

2000

Avoine

Avoine

Avoine

Blé

Blé dur

Blé tendre

Blé tendre

Blé tendre

Blé tendre

Maïs-grains

Maïs-grain

Maïs-grain et semence

Maïs-grain et semence

Maïs-grain et semence

Méteil

Orge et escourgeon

Orge et escourgeon

Orge et escourgeon

Orge et escourgeon

Orge et escourgeon

Riz

Riz

Seigle

Seigle

Sorgho grain

Triticale

Autres céréales 1955

Autres céréales 1970

Autres céréales 1979

Autres céréales 1988

Autres céréales 2000

40Il peut paraître étrange que les catégories les plus détaillées après celles de 2000 soient celles de 1955. En fait, le tableau 3 a été construit à partir des publications officielles des recensements, qui ne contiennent pas forcément toutes les rubriques des questionnaires. Cela explique peut-être que les résultats de 1955, consultés en archives, soient apparemment plus précis que ceux de 1970, 1979 et 1988. Quoi qu’il en soit, les informations du recensement de 2000 sont les plus détaillées. Par exemple, le triticale (croisement récent entre le seigle et le blé) n’apparaît pas dans les questionnaires antérieurs à 2000. De même, le méteil (mélange de blé et de seigle) n’apparaît plus en 2000 ; cette année-là, il est englobé dans la rubrique « autres céréales », cette dernière n’étant donc plus comparable en l'état à la rubrique « autres céréales » de 1955.

41D’une enquête à l’autre, afin de comparer les recensements agricoles entre eux, le géographe doit au préalable établir l’équivalence des rubriques pour les faire correspondre, au risque de perdre en précision.

La variabilité des limites administratives

42Le problème de la concordance des mailles administratives dans le temps est beaucoup plus épineux pour le géographe, surtout s’il travaille sur de vastes territoires. Les communes, régions agricoles et départements, auxquels se rajoutent les cantons dès 1970, subissent régulièrement des recompositions territoriales qui peuvent être importantes. Heureusement, l’INSEE met à disposition un outil précieux, le Code officiel géographique, qui regroupe tous les changements de nom, les créations, les disparitions et les fusions, les rattachements et les changements de département intervenus pour les communes françaises depuis 1943 (INSEE, 2008).

43Grâce à ce fichier électronique, il est possible de dresser l’historique précis de chaque modification, avec la date de son application, et de vérifier les limites des unités administratives. La figure 1 propose à titre d’illustration une synthèse des modifications ayant affecté les communes du département de l’Ain entre 1955 et 2000.

Figure 1. Régions agricoles et communes du département de l’Ain de 1955 à 2000

Figure 1. Régions agricoles et communes du département de l’Ain de 1955 à 2000

44Entre ces deux recensements, 36 communes ont disparu, et 27 communes ont été créées par la fusion ou le rattachement de deux ou plusieurs de ces communes. Parmi ces 27 communes, deux changent de « petite région agricole », et cinq de département. De plus, des échanges de parcelles peuvent intervenir, entraînant une modification de la superficie et du nombre d’habitants de chaque commune.

45Dans le cas d’une étude sur l’état de l’agriculture en 1955, il est possible de recréer la trame des communes de 1955 grâce à des logiciels de dessin vectoriel, par exemple en consultant des cartes topographiques anciennes. Mais cette méthode, réaliste à grande échelle, demande un investissement trop considérable pour être généralisée à l’échelle de départements ou de régions entières. Elle ne permet pas non plus de comparer les recensements entre eux, et n’est valable que pour la campagne agricole de 1955.

46Or, lorsqu’un géographe travaille sur des dynamiques récentes, il étudie d’abord les phénomènes actuels, puis les explique en remontant dans le temps. Dans le cas d’une étude sur les évolutions de l’agriculture de 1955 à 2000, la référence la plus intéressante est alors la trame communale de 2000.

47C’est ainsi que les services de la statistique agricole réalisent les extractions numériques personnalisées pour les quatre derniers recensements. Par exemple, si l’on désire comparer les superficies cultivées en céréales en 1970, 1979, 1988 et 2000, les agrégations de données recueillies auprès des exploitations seront proposées en fonction des unités spatiales les plus récentes. Mais il est impératif de disposer des données ponctuelles pour chaque exploitation. Comme ces données sont protégées par le secret statistique, seuls les agents du ministère de l’Agriculture peuvent effectuer cette coûteuse opération. Cela ne résout de toute façon pas le problème pour les données du recensement de 1955 qui n’ont pas été numérisées.

48Le recours à un système de gestion de l’information géographique peut permettre la prise en compte de toutes les modifications territoriales intervenues à différentes échelles administratives emboîtées de 1943 à nos jours. Le « Système d’information sur le basin du Rhône » (SIR), en partie dédié aux changements de l’irrigation dans le bassin du Rhône de 1955 à 2000, expérimente cette méthode à l’échelle d’un vaste territoire regroupant en totalité ou en partie 26 départements et plus de 6 200 communes (Richard-Schott, in prep.).

49Les limites des unités administratives varient dans le temps, et le géographe est obligé d’en tenir compte avant de comparer les Recensements Généraux de l’Agriculture entre eux.

Pertinence et validité spatiale des « régions agricoles »

50Dans le cadre d’études géographiques utilisant des données historiques, la recomposition des unités administratives doit être prise en compte. Mais, au-delà de la concordance temporelle, la question de la pertinence de ces unités spatiales se pose.

51Les communes et les départements sont des mailles importantes pour la gestion et l’aménagement des territoires en France. Synthétiser des informations collectées ponctuellement auprès des exploitations agricoles à l’échelle de ces collectivités territoriales paraît un choix tout à fait justifié. Le cas des cantons est un peu plus délicat. Utilisées uniquement à partir de 1970, ces circonscriptions servant à l’élection des conseillers généraux sont susceptibles d’être remaniées sur des critères strictement politiques. Les lois de déconcentration de 1992 semblent l’ignorer totalement (INSEE, 2008). À l’heure actuelle, le seul véritable intérêt du canton dans le cadre des recensements agricoles est sa taille. Suffisamment petit, il permet de regrouper de manière fine les résultats des enquêtes ; suffisamment grand, il permet d’échapper en partie aux contraintes du secret statistique.

52La validité des « régions agricoles » et des « petites régions agricoles » soulève beaucoup plus d’interrogations. Fixées par décrets, ces mailles sont encore utilisées par l’État pour l’indemnisation des dommages causés par les calamités agricoles ou par l’INSEE dans le cadre des sondages agricoles annuels. Pourtant, elles n’apparaissent plus dans les publications du dernier recensement, et il est rare qu’elles soient utilisées par les géographes, qui peuvent s’appuyer sur des mailles beaucoup plus fines, les communes et les cantons, ou plus synthétiques, les départements. Cependant, il n’est pas toujours possible de faire abstraction de ces unités agricoles, les informations estimées à partir de l’échantillonnage statistique de 1955 n’étant disponibles qu’à cette échelle : rémunération des ouvriers agricoles, utilisation d’engrais, superficies irriguées…

53Or, leur dessin reste pratiquement inchangé depuis les années 1950. Depuis la publication de 1956, il n’y a eu qu’un seul remaniement, mineur, en 1980 (SCEES-INSEE, 1983). Comme on peut le voir sur la figure 1, les petites régions agricoles de l’Ain sont remarquablement stables entre 1955 et 2000 : seules deux communes changent de petite région agricole de référence à la suite d’un remaniement communal.

54La volonté politique affichée lors de la délimitation des régions et petites régions agricoles était bien de constituer des régions homogènes en fonction de caractéristiques agricoles. Mais ces délimitations, sans doute valables en 1955, correspondent-elles aux réalités agricoles de 1970, 1979, 1988 ou 2000 ?

55Répondre à cette question de manière satisfaisante demanderait un travail très important, qui dépasse le cadre de cette contribution. Cependant, un premier éclairage est proposé par la comparaison entre les superficies cultivées en céréales à l’échelle communale en 1955 et 2000 dans le département de l’Ain. Les figures 2 et 3 en présentent une cartographie, et font figurer les limites des petites régions agricoles pour ces deux années. Sur la carte de 1955, les limites administratives ont été redessinées pour reconstituer les communes disparues à partir du Code officiel géographique (INSEE, 2008).

56Le choix de la culture des céréales comme facteur d’une éventuelle homogénéité agricole ne s’est pas fait au hasard. Les petites régions agricoles devaient à l’origine permettre le redressement de l’agriculture française, et les produits agricoles de première nécessité comme les céréales ont probablement fait l’objet d’une attention particulière de la part des comités régionaux en 1948.

Figures 2 et 3 : Les petites régions agricoles de l’Ain en 1955 et en 2000

Des unités homogènes du point de vue de la culture des céréales ?

57Du point de vue de la culture des céréales, les petites régions agricoles de 1955 paraissent relativement homogènes. Elles traduisent bien l’opposition entre les dépressions à l’ouest (grandes vallées de la Saône et du Rhône couvertes par les petites régions agricoles de la « Vallée de la Saône », de la « Bresse », de la « Dombes » et des « Coteaux en bordure des Dombes ») et les reliefs de plus en plus élevés à l’est (du « Bugey » au « Pays de Gex » et du sud du Jura aux premiers massifs alpins). Le seul découpage peu harmonieux semble être celui délimitant la « Zone forestière » et la « Zone d’élevage du Pays de Gex ».

58En revanche, en 2000, les écarts se creusent à l’intérieur des petites régions agricoles, entre le cœur de la « Dombes » et ses pourtours, entre le nord et le sud de la « Vallée de la Saône », entre le nord et le sud du « Bugey ». La spécialisation et la concentration des exploitations agricoles vers la vallée du Rhône ont entraîné des disparités spatiales dans la culture des céréales, dont le découpage de 1949 ne peut plus rendre compte.

59Le recensement de 1955 met en valeur une tentative de régionalisation de l’espace agricole basée sur la notion de « région agricole ». Déjà ancienne, cette régionalisation semble difficile à utiliser pour appréhender les phénomènes postérieurs aux années 1950.

Conclusion

60Le Recensement Général de l’Agriculture de 1955 est précieux. Il met à disposition des géographes un grand nombre d’informations pour étudier l’agriculture française dans une période de transition importante, entre la fin du plan Marshall et la mise en place de la Politique agricole commune. Les échelles de restitution des résultats de 1955 sont particulièrement adaptées aux démarches géographiques. Les communes et les départements sont aujourd’hui encore des échelles de gestion privilégiées, dans lesquelles peuvent se retrouver agriculteurs, gestionnaires et politiques. La mise en valeur de la maille originale des « régions agricoles », délimitées en fonction de critères à la fois agricoles et administratifs, est très intéressante, puisqu’elle participe d’une tentative de régionalisation opérationnelle des phénomènes agricoles.

61Cependant, il serait dangereux de considérer le recensement de 1955 comme une référence parfaite. Les progrès technologiques, et notamment les logiciels de traitement statistique, de gestion des données et de cartographie automatique, rendent apparemment facile l’utilisation de très nombreuses données quantitatives. Mais même la simple cartographie des résultats de 1955 demande beaucoup de précautions et de travail. À plus forte raison, utiliser ces données déjà anciennes pour caractériser des dynamiques agricoles en les comparant avec les recensements ultérieurs implique de nombreux ajustements techniques : les informations doivent correspondre entre elles, les mailles doivent concorder et s’emboîter parfaitement.

62En fin de compte, le géographe a tout intérêt à prendre exemple sur le recensement de 1955 en ce qui concerne la mise en évidence d’unités agricoles homogènes. Dans le cadre de politiques globales de développement appelées à se généraliser, les « régions agricoles » pourraient être revalorisées et devenir de véritables unités d’intervention. Mais, pour être opérationnelles, ces unités ne peuvent être qu’évolutives. L’exemple des « régions agricoles » de 1949 est édifiant : leurs limites ont perdu de leur signification au fur et à mesure des évolutions de l’agriculture, et demandent à être réactualisées en permanence. Si une telle régionalisation évolutive ne pouvait pas être mise en œuvre dans les années 1950, par manque d’outils fiables, elle est actuellement tout à fait réalisable grâce aux nouvelles techniques de gestion de l’information.

Haut de page

Bibliographie

Sources

RGA 1955-a, Introduction, Instruction et Formulaires du RGA 1955, Versement n° 1984 0586, Article n° 1, Microfiche n° 0112 1155, p. A1-G14, Centre des Archives Historiques, Fontainebleau.

RGA 1955-b, Inventaire communal-données D, Tab. 1-Céréales, Département de l’Ain, Versement n° 1984 0586, Article n° 2, Microfiche 8113 0001, Centre des Archives Historiques, Fontainebleau.

SCEES, Recensement Général de l’Agriculture 1970-1971, Département de l’Ain, Fascicules départementaux, Gard, Paris, Imprimerie nationale, 1972.

RGA « Comparative 1979-1988-2000 », Région Rhône-Alpes, publication numérique.

RGA « Inventaire 2000 », Région Rhône-Alpes, Publication numérique.

Lois et décrets (JORF = Journal Officiel de l'État Français)

Loi n° 4193 du 3 octobre 1941 relative aux déclarations exigées des agriculteurs, JORF du 4 octobre 1941, p. 4275-4276.

Décret n° 48-845 du 20 mai 1948 relatif à la création de comités agricoles régionaux, JORF du 21 mai 1948, p. 4857.

Décret n° 48-941 du 2 juin 1948 ajoutant la tularémie dans les espèces de rongeurs domestiques et sauvages à la nomenclature des maladies réputées contagieuses (créant les comités agricoles régionaux), JORF du 5 juin 1948, p. 5452.

Loi n° 51-711 du 7 juin 1951 sur l’obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques, JORF du 8 juin 1951, p. 6013-6014.

Décret n° 69-453 du 21 mai 1969 fixant la date et les conditions dans lesquelles sera exécuté le recensement général de l’agriculture de 1970, JORF du 23 mai 1969, p. 5148-5149.

Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, JORF du 7 janvier 1978, p. 227-231.

Articles et ouvrages

AUGÉ-LARIBÉ M., 1945, Les statistiques agricoles, Annales de géographie, vol. LIV, n° 294, p. 81-92.

BOSSUAT G., 1992, L’Europe occidentale à l’heure américaine - Le Plan Marshall et l’unité européenne (1945-1952), Bruxelles, Éditions Complexe, 352 p.

DESROSIÈRES A., 2000, La politique des grands nombres, Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 458 p.

DUBY G. et WALLON A. dir., 1992, Histoire de la France rurale, tome 4, Paris, Éditions du Seuil, 756 p.

INSEE, 2008, Code Officiel Géographique, www.insee.fr

INSEE, 2009, Les petites régions agricoles, www.insee.fr

MUSSET R., 1938, La statistique agricole de la France de 1929, Annales de géographie, vol. XLVII, n° 265, p. 67-70.

RICHARD-SCHOTT F., in prep., Les pressions sur la ressource en eau dans le bassin du Rhône, le cas de l’irrigation de 1955 à 2000 (thèse en préparation, Université Lyon 2).

SCEES-INSEE, 1983, Codes et nomenclatures des régions agricoles de la France au 1er janvier 1980, 420 p.

Haut de page

Notes

1  Enquêtes de 1840, 1852, 1862, 1872, 1882 et 1892.

2  Décrets n° 45-1023, n° 48-1870 et n° 49-1541

3  Décrets n° 54-874 (art. 2), n° 69-453 (art. 2), n° 78-350 (art. 2), n° 88-329 (art. 3) et n° 2000-60 (art. 3).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Régions agricoles et communes du département de l’Ain de 1955 à 2000
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/7567/img-1.png
Fichier image/png, 209k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/7567/img-2.png
Fichier image/png, 202k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Richard-Schott, « Le Recensement Général de l’Agriculture de 1955, une référence pour les géographes ? », Géocarrefour, Vol. 84/4 | 2009, 271-279.

Référence électronique

Florence Richard-Schott, « Le Recensement Général de l’Agriculture de 1955, une référence pour les géographes ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 84/4 | 2009, mis en ligne le 18 mars 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7567 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7567

Haut de page

Auteur

Florence Richard-Schott

UMR 5600, Université Lyon 2 schottrichard@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals