Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Lionel Goujon et Gwenael Prié, Les voyageurs de l’eau

Jacques Bethemont
p. 73
Référence(s) :

GOUJON L. et PRIE G., 2010, Les voyageurs de l’eau, Paris, Dunod, 192 p.

Texte intégral

1« Si l’eau est un problème universel, les spécificités géographiques et culturelles lui donnent dans chaque région un reflet différent ». Partant de ce constat d’évidence, deux jeunes ingénieurs déjà engagés dans leur métier mais sans doute las de compiler statistiques et rapports, ont décidé d’arpenter le terrain pour confronter la pratique à la théorie. Une année durant, ils ont donc voyagé autour du monde en quête de problèmes et de projets concrets avec l’eau pour fil conducteur. Fruit de ce qui fut une belle aventure, un ouvrage aussi érudit par son contenu que séduisant par son illustration.

2Le plan de l’ouvrage correspond à un parcours en 50 étapes dont 23 en Asie, 15 en Amérique du Sud et huit en Afrique, le tout complété par 3 digressions correspondant à la traversée en cargo de Rio de Janeiro au Cap. A chacune de ces étapes correspond une rencontre et un problème. La rencontre permet d’engager le dialogue avec des interlocuteurs qui peuvent être des techniciens, des militants ou de simples usagers. Le problème peut être posé aussi bien par la mort d’une lagune en Colombie que par la sécheresse au Malawi ou par la gestion du barrage des Trois Gorges. Au-delà de la grande diversité des questions abordées, les pays visités sont le plus souvent des pays pauvres comme la Tanzanie, des pays émergents comme la Thaïlande, et trois jeunes géants encore un peu gauches, l’Inde, la Chine et le Brésil. Le pays riches de l’Europe et de l’Amérique du nord sont exclus du périple car trop parcourus et tympanisés. Sont également absents car hors trajectoire, les sahels africains et les steppes asiatiques.

3L’ordonnancement du livre est simple. Il suit l’errance des auteurs, s’ouvre sur une première étape indienne et se referme sur une ultime étape ougandaise. D’une étape à l’autre, les thèmes changent sans autre logique que d’opportunité : en Colombie, les coûts de production de la canne à sucre précèdent l’écologie des paramos andins, eux-mêmes suivis par un regard sur l’Amazone à la frontière brésilienne ; en Chine, au barrage des Trois-Gorges succèdent les problèmes d’érosion dans le bassin du Huanghe. L’élan des « voyageurs » aidant, cette succession de coups de projecteurs sur des lieux et des problèmes bien choisis en fonction d’intérêts précis ne gêne aucunement la lecture, d’autant que l’ouvrage est pourvu d’une table des matières thématique. Sont ainsi proposés au lecteur dix parcours aux intitulés éclairants : culture de l’eau, eau potable, environnement, coût de l’eau, eau et agriculture, eaux souterraines, sources alternatives, grands fleuves, assainissement et technologies. Lecture faite, l’ouvrage propose un ensemble de cas qui couvrent l’essentiel des problèmes que pose la gestion des ressources en eau, sans pour autant prétendre à l’exhaustivité.

4Certes, on ne saurait prétendre qu’une question essentielle à l’échelle planétaire comme la Gestion Intégrée des Ressources en eau (GIRE) puisse être traitée en deux pages sur le Rio Magdalena. Du moins elle est posée et confortée en annexe par des références bibliographiques qui permettront un éventuel approfondissement de la question. L’abondance et la qualité de ces références témoignent au demeurant du fait que les notes de voyage ont fait l’objet au retour d’un sérieux travail de mise au point. De fait la concision des textes et la précision de l’information écartent d’emblée toute réduction du voyage à ce qui aurait pu n’être qu’une forme originale de tourisme. Si l’information s’avère le plus souvent sûre, le critique relève tout de même quelques erreurs d’interprétation, la plus évidente concernant le détournement des eaux du Lesotho vers la région de Johannesburg, présenté ici comme une coopération équitable entre pays voisins et non pas comme une spoliation mal compensée par de maigres avantages financiers.

5Ce cas d’aberration est tout de même exceptionnel et, pour l’essentiel, témoignent de la qualité du propos l’abondance et la qualité des cartes, graphiques, blocs-diagrammes, schémas et statistiques qui parsèment l’ouvrage. Le tout rendu d’une lecture agréable grâce à la qualité d’une illustration photographique qui colle à la réalité du terrain. Certaines photos aident à comprendre le texte lorsqu’il s’agit d’expliciter la technique des filets capteurs de brume ; d’autres témoignent de la présence des auteurs sur le terrain, rafiots naviguant sur l’Amazone, bidonvilles de Lima, techniciens indiens, thaïs ou chinois en pleine démonstration ; certaines sont plus simplement l’écho de l’émotion ressentie par les voyageurs lorsqu’ils témoignent d’une charge de police dans un quartier privé d’eau ou lorsqu’ils découvrent, dans le désert argentin de San Juan, un culte de l’eau dont des camionneurs sont les propagandistes ; beaucoup de ces photos sont tout simplement belles comme ces vues du karst à tourelles chinois ou des chutes de Tugela au Lesotho.

6L’ouvrage combine donc deux qualités le plus souvent dissociées, la recherche esthétique et la rigueur scientifique. Le tout est malheureusement déparé – mais sans doute n’est-ce là qu’un épiphénomène – par une préface d’une rare insignifiance dont le seul intérêt serait qu’elle soit signée par Nicolas Hulot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « Lionel Goujon et Gwenael Prié, Les voyageurs de l’eau », Géocarrefour, vol. 88/1 | 2013, 73.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Lionel Goujon et Gwenael Prié, Les voyageurs de l’eau », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/1 | 2013, mis en ligne le , consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7806

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals