Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

Annie Bleton-Ruget, Nicole Commerçon et Martin Vanier, Réseaux en question : utopies, pratiques et prospective

Bernard Bret
p. 86
Référence(s) :

Bleton-Ruget A., Commerçon N. et Vanier M., 2009, Réseaux en question : utopies, pratiques et prospective, Mâcon, Institut de Recherche Val de Saône Mâconnais, 432 p.

Texte intégral

1L'ouvrage qu'ont dirigé Annie Bleton-Ruget, Nicole Commerçon et Martin Vanier sous le titre Réseaux en question : utopies, pratiques et prospective, est issu des Rencontres de Mâcon, cinquième du nom, tenues en 2005 à l'initiative de l'Institut de Recherche Val de Saône Mâconnais. Il vient à son heure pour faire le point. C'est dans les années 1990, en effet, que le terme de réseau a pris une place importante dans les sciences sociales. Si certains chercheurs s'interrogent sur le point de savoir si la notion a atteint un niveau d'élaboration, de maturité et d'abstraction qui en fait un concept, tous, comme le souligne J.-M. Offner, reconnaissent sa valeur heuristique pour rendre compte de nouvelles configurations matérielles, économiques, sociales et spatiales, et notamment pour mieux comprendre les relations qui existent entre les faits techniques et les faits socio-politiques.

2Son titre l'affiche clairement : le livre adopte une posture interrogative. Sa démarche est un questionnement sur les enjeux des réseaux, sur leurs instruments et sur leurs acteurs. Il réfléchit sur le rôle des réseaux dans le fonctionnement de l'espace social. Sans en reprendre strictement le plan et sans pouvoir citer chacune des 37 communications alors que toutes le mériteraient, on mettra ici l'accent sur les rapports que les réseaux entretiennent avec les services publics et l'organisation des territoires. On cherchera donc à comprendre en quoi les réseaux structurent l'espace et les sociétés.

3Faits d'axes ponctués de relais et se croisant dans des nœuds, ainsi que les décrit J.-J. Bavoux, les réseaux matériels dessinent un espace réticulaire qui met en relation les lieux. Pour ce qui concerne les services publics, la question posée est celle de la desserte et de l'accessibilité, qu'il faille faire arriver un bien jusqu'à l'usager (réseaux de distribution de l'eau ou de l'électricité) ou faire se déplacer l'usager pour atteindre un service. En la matière, la communication d'Alexandre Mignotte sur les implications territoriales de la normalisation des activités postales est éclairante sur les arbitrages nécessaires entre les obligations du service public (égalité de traitement des usagers et continuité du service), les contraintes économiques (un service public n'a pas la même logique qu'une entreprise privée et n'a pas forcément pour objectif la rentabilité financière, mais il doit gérer au mieux les coûts et les recettes) et les réalités géographiques (comment desservir les zones de faible densité ?). On l'a dit, les réseaux permettent le fonctionnement des territoires. Dans ce sens, le réticulaire et le territorial ne s'opposent pas. Ils s'articulent l'un avec l'autre, à toutes les échelles. S'agissant des réseaux matériels, ce peut être à l'échelle mondiale la circulation aérienne organisée à partir de hubs qui optimisent le remplissage des aéronefs, permettant ainsi la baisse des tarifs (au prix, il est vrai, de temps de transport souvent allongés par les correspondances) et surtout, pour ce qui regarde la géographie, consolidant la place des villes dotées des plateformes aéroportuaires les plus performantes. La connexion des lignes de chemin de fer des différents pays européens constitue elle aussi un enjeu d'importance, comme, à l'échelle locale, l'organisation des mobilités lentes de proximité. Anne Hecker présente ainsi la mise en place, en Wallonie, d'un réseau pour piétons et cyclistes sur d'anciennes voies ferrées et des chemins de halage désaffectés. Il est clair que les progrès techniques permettent la transformation des réseaux. De là, l'intérêt d'étudier les nouvelles techniques d'information et de communication (NTIC) : Bruno Moriset analyse les inégalités territoriales dans l'accessibilité au réseau (que le mot ait fini par désigner à lui seul le réseau internet en dit long sur le rôle de l'informatique dans le monde actuel) et nuance l'idée de fracture numérique.

4Ces changements techniques ont des implications lourdes et ambiguës sur le lien social. Les réseaux sociaux se multiplient en effet sous des formes désormais virtuelles. A la lecture de ce que dit l'ouvrage sur le sujet, on se prend à penser aux faits sociaux et politiques inédits de ces dernières années, qui mettent en évidence une nouvelle façon de communiquer et, finalement, de vivre en société. Des milliers de personnes qui se connaissent seulement sur la toile constituent en quelques heures un réseau éphémère et se réunissent en masse pour le seul plaisir de se rencontrer et d'être ensemble, ou, plus sérieusement pour des revendications politiques : la Révolution du Jasmin en Tunisie (janvier 2011) a montré l'efficacité de l'internet pour mobiliser et appeler à la révolte. Or, le pouvoir politique ne peut pas grand chose contre de semblables mobilisations citoyennes, sauf à brouiller les réseaux d'informations et de contacts comme l'a fait le pouvoir égyptien (janvier 2011, également) pour tenter d'étouffer la contestation, C'est prendre le risque de s'afficher au monde entier comme liberticide, ce qui, à terme, peut s'avérer contre-productif. Il pourrait paraître hors sujet de mentionner des faits postérieurs à la publication dont on rend compte, mais c'est pour souligner que la lecture de l'ouvrage aide à comprendre de tels faits. Pourquoi alors se limiter à un compte-rendu et s'interdire un commentaire qui dit, lui aussi, l'intérêt du livre ? Le virtuel, précisément parce qu'il est virtuel et parce qu'il supprime la nécessité de la proximité physique, fait concurrence à l'espace public si ce dernier est entendu comme lieu. Mais il crée une proximité d'un nouveau genre et donc un espace public entendu comme structure de discussion et de confrontation des idées. Et, les évènements mentionnés plus haut en font la démonstration, cet espace public virtuel rend possible la communication entre les hommes et l'expression de la volonté populaire dans un espace politique bien réel. Le virtuel alimente donc le réel, sans doute parce qu'il est lui-même réel : pour n'avoir pas de réalité concrète, les idées et le lien social n'en ont pas moins une existence qui fonctionne en réseau dans le cyberespace. Sous une forme rénovée par les changements techniques, ce constat confirme ce que qu'exprime depuis longtemps la polysémie du terme d'espace public, à la fois réalité matérielle pour la rencontre des personnes et structure immatérielle pour le débat citoyen.

5Le progrès technique nourrit-il alors le progrès social? C'est l'utopie que les réseaux puissent être des facteurs de paix et de cohésion sociale et territoriale. Comme le mentionnent P. Musso et B. Bourelle, cette idée était déjà celle des saint-simoniens, d'où l'engagement fort de ces derniers dans la révolution des transports et la mise en place du chemin de fer conçu comme un outil de rapprochement des hommes, et donc comme un facteur de sociabilité et de pacification entre les hommes. Il y aurait sans doute beaucoup de candeur à croire que la cohésion entre les territoires entraîne ainsi nécessairement l'harmonie entre les sociétés. Ce serait faire fi des divergences d'intérêt entre les groupes, qu'il s'agisse de classes sociales, d'entreprises ou d'Etats. Ce serait même faire un contre-sens sur la cohésion territoriale. Celle-ci repose sur une intégration des lieux qui peut être asymétrique et qui consiste donc dans des inégalités et des dépendances, lesquelles assurent un temps le fonctionnement du système… jusqu'à ce que survienne une crise, qui appelle déstructuration du système et restructuration, c'est-à-dire mise en place d'une nouvelle configuration économique et socio-politique. A nouvelle configuration économique et socio-politique, nouvelle configuration territoriale, ou plutôt émergence d'une nouvelle dynamique spatiale tant sont fortes les inerties inscrites dans les réalités matérielles des territoires.

6Plusieurs communications traitent ainsi des relations entre les réseaux et la géographie. On retiendra surtout les discussions concernant l'urbain et l'aménagement. Sur les villes, C. Rozenblat, d'une part, B. Fouilland, L. Levêque et B. Steck d'autre part, soumettent à examen la théorie des lieux centraux. Rejetant l'image simpliste du réseau christallérien (on serait tenté de préciser : dans sa version de base, non pas simpliste, mais volontairement limitée aux facteurs fondamentaux), la première défend une vision polycentrique du système urbain qui soit une conception de nouveaux modèles multi-échelles (…..) introduisant d'autres types de classifications (p. 231) que les hiérarchies pensées et représentées comme des arborescences. On la suivra volontiers quand elle en conclut que les systèmes de villes forment des réseaux complexes multiscalaires (p. 236). On pourra être moins convaincu quand elle y voit une objection au modèle centre-périphérie car l'expression visée doit être comprise comme une métaphore géographique ne désignant pas une géométrie particulière, mais exprimant des inégalités et des dépendances dont les formes territoriales connaissent des variations dans l'espace et des évolutions dans le temps. Des réseaux de villes défendus par les trois autres contributeurs comme alternatives au modèle de Christaller, plusieurs communications donnent des exemples démonstratifs dans leurs objectifs, leurs résultats et leurs fragilités. Dans le réseau Normandie Métropole (Caen, Rouen, Le Havre) analysé par M. Bussi, tout comme dans celui formé en Poitou-Charentes (Poitiers, Niort, Angoulême, La Rochelle) et décrit par Y. Jean et D. Royoux, on voit des systèmes constitués par des villes moyennes jouant la carte de la complémentarité et de la coopération. Mais, très vite, y refait surface la difficulté de penser l'espace autrement que comme une étendue continue, ne serait-ce que parce que l'espace politique, au sens étroit d'espace électoral, est continu. Il appartient donc à G. Di Meo et à C. Queva, dans leur analyse des pays, de proposer une lecture du réseau comme grille de lecture du territoire, et d'affirmer que le territoire, c'est du réseau (p. 342).

7Ces analyses s'inscrivent dans une démarche de projet et conduisent à s'interroger sur l'apport du réseau à l'aménagement du territoire. Plusieurs communications y invitent, et cela dans plusieurs directions. Outre l'analyse des réseaux pour la formulation d'un diagnostic territorial,  déjà mentionnée et toujours indispensable, l'étude des acteurs est précieuse pour comprendre la dynamique des systèmes. Les entreprises sont envisagées par L. Barnèche-Miquel comme des acteurs économiques constituant des réseaux dans les systèmes productifs locaux (c'est la problématique du développement local) et dans les espaces interstitiels (M. E. Ferreol). Les experts, enfin, jouent leur partition en analysant les faits et les dynamiques pour avancer des scénarios souhaitables et dire la prospective du développement territorial (D. Denizot et S. Louargant). Dans une approche théorique, C. Rolland-May présente à cet effet une modélisation de système multi-agents par réseau neuronal flou.

8Au total, cet ouvrage que conclut P. Veltz constitue un outil précieux pour mieux comprendre les configurations socio-spatiales et leurs évolutions actuelles. Il fournit des informations, mais surtout il propose des analyses. Ce faisant, il donne à penser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bret, « Annie Bleton-Ruget, Nicole Commerçon et Martin Vanier, Réseaux en question : utopies, pratiques et prospective », Géocarrefour, Vol. 87/2 | 2012, 86.

Référence électronique

Bernard Bret, « Annie Bleton-Ruget, Nicole Commerçon et Martin Vanier, Réseaux en question : utopies, pratiques et prospective », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/2 | 2012, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8047

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals