Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

La métropolisation en question. Deux ouvrages récents

Bruno Moriset
p. 147-148
Référence(s) :

HALBERT L., 2010, L'avantage métropolitain, Paris, PUF, 143 p.

BAGNASCO A., COURLET C., NOVARINA G., 2010, Sociétés urbaines et nouvelle économie, Paris, Grenoble, L'Harmattan et Université Pierre Mendès-France.

Texte intégral

1Géocarrefour est invité à commenter deux courts ouvrages portant sur des sujets voisins, mais traités avec des approches très différentes, ce qui les rend plutôt complémentaires. Le premier embrasse une vision résolument politique et sociale, alors que le second relève davantage de la géographie économique stricto sensu.

Sociétés urbaines et nouvelle économie

2Ce petit livre à trois voix trouve son origine dans une conférence donnée à l'Université de Grenoble par le sociologue Arnaldo Bagnasco (Université de Turin). A. Bagnasco est à la sociologie industrielle ce que Giacomo Becattini est à l'économie industrielle, c'est-à-dire un des plus anciens et fins connaisseurs des districts industriels italiens.

  • 1 Géocarrefour, alors Revue de Géographie de Lyon, a publié en 1995 un numéro intitulé : "Les distric (...)

3L'ouvrage est centré sur le rôle renouvelé des villes et des territoires, dans le contexte de la globalisation croissante des échanges, qui met en péril les districts industriels "néo-marshalliens", dont les archétypes identifiés et étudiés en premier lieu en Italie (Bagnasco, 1977 ; Becattini, 1987) ont fait l'objet d'une énorme littérature.1

4Pour A. Bagnasco, le succès de ces districts s'explique en grande partie par les conditions politiques et sociales particulières des régions semi-rurales de la "Troisième Italie", favorables à l'émergence de la "spécialisation flexible" (Piore et Sabel, 1984).

5De nombreux indicateurs montrent que ce modèle économique territorialisé subit une crise, qui ne date pas d'hier (Bianchi 1994). La globalisation/mondialisation de l'économie, l'émergence de l'énorme puissance manufacturière chinoise, se sont accompagnées de bouleversements dans les chaînes de création de valeur. Les nouvelles technologies de communication favorisent un "espace des flux" au détriment de "l'espace des lieux" (p. 46). Les métropoles, et plus particulièrement les villes dites "globales" ou "mondiales" sont les gagnantes de cette évolution parce qu'elles concentrent les fonctions de création et de coordination nécessaires au fonctionnement de ces chaînes de valeur complexes.

  • 2 L'expression società fuori squadra est difficile à traduire littéralement, ce qui peut entraîner de (...)

6Confrontés à cette évolution, les territoires doivent imaginer de nouveaux schémas stratégiques. A. Bagnasco, puis G. Novarina, développent l'exemple de Turin (une ville de la Première Italie), confrontée depuis deux décennies à une crise de reconversion industrielle, dont le plan stratégique présente un triple volet urbanistique (requalification et restructuration urbaine), économique (promotion des activités basées sur le patrimoine et la création), politique et sociale (concertation large entre les acteurs économiques, politiques, et les citoyens). Ce dernier axe doit permettre ce que A. Bagnasco appelle la "mise à l'équerre" de la société par rapport à l'évolution du contexte économique.2

7C. Courlet propose de "mettre du district dans la métropole". Il considère que les qualités qui ont conduit dans un contexte donné au succès des districts industriels - densité des réseaux sociaux, liens et lieux de solidarité, qualité de l'embeddedness (ou "encastrement", cf. "la force des liens faibles" de M. Granovetter) n'ont rien perdu de leur modernité et de leur force, et qu'elles peuvent et doivent être développées dans les métropoles. Les trois auteurs convergent vers la conclusion qu'une mobilisation de tous les acteurs et de toutes les richesses d'un territoire est la conditions fondamentale pour que les phénomènes actuels de métropolisation/globalisation dessinent un avenir "porteur de sens" pour le plus grand nombre.

8Cet ouvrage est d'une lecture facile et agréable. Les aspects sociaux sont naturellement privilégiés. Le lecteur intéressé par la géographie économique devra le compléter par des lectures de fond. Les références ne manquent pas. Pour rester avec des auteurs italiens, nous recommanderons particulièrement l'ouvrage dirigé par Franco Malerba et Stephano Breschi de l'Université Bocconi à Milan (2007). Sur les aspects économiques de la métropolisation, on lira utilement l'ouvrage de L. Halbert, présenté ci-dessous.

L'avantage métropolitain

9Cet ouvrage compact est à la fois une synthèse de la littérature, et un essai, dans lequel l'auteur nous délivre une vision personnelle et originale de la métropolisation. Dans la première partie, L. Halbert effectue une lecture critique des travaux existants, qui définissent ce qu'il appelle "une métropole d'exception" (ville globale, technopole, ville créative) dans la mesure où ils tendent à isoler la grande ville de son environnement géographique immédiat, pour la rattacher aux nœuds d'un réseau qui prendrait la forme d'un archipel métropolitain mondial, comme l'écrit P. Veltz. Cette métropole d'exception serait animée par des individus d'exception, habitués des aéroports internationaux. L'auteur critique avec justesse cette conception, en rappelant que la métropole ne peut pas être isolée de son substrat territorial proche, pas plus que la jet set internationale ne peut se passer d'épiciers de quartiers ou de bagagistes. Il est pertinent de rappeler qu'une ville, quelle que soit son échelle, s'inscrit dans un continuum territorial, comme le montre la densité des flux de courte et moyenne distance, plus importants que les flux de longue distance.

10L'auteur porte un regard critique sur les "errements" de la ville d'exception, qui conduisent à l'inflation des coûts (externalités négatives) et à la dégradation de la soutenabilité ou de la durabilité économique et sociale du modèle.

  • 3 Expression intraduisible qui décrit la possibilité de trouver quelque chose par hasard alors que l' (...)

11Dans la deuxième partie, L. Halbert propose une analyse originale de "l'avantage métropolitain", qui tente de dépasser la lecture des travaux classiques sur les externalités d'agglomérations. L'ouvrage pose la question du déclin – relatif – des districts industriels situés en dehors des grandes agglomérations, au profit de clusters à forte teneur en technologie ou en création situés dans les métropoles. L'application aux métropoles de la théorie de la "longue traine" du commerce électronique est originale et pertinente. Grâce au pouvoir de commutation de l'Internet, les plateformes de commerce électronique parviennent à réaliser un part notable de leurs ventes totales (20 ou 30 pour cent par exemple) avec une très large gamme d'objets vendus en très petites quantités. Dans une optique comparable, les métropoles se comportent comme des plateformes de commutation qui permettent aux entreprises et aux individus d'accéder à une très grande variété de ressources (on pourrait parler de la richesse de l'écosystème métropolitain), clé de leur serendipity3. Cette diversité est importante dans la génération des externalités de convergence, par lesquelles un procédé ou un produit nouveau naît de la rencontre, parfois fortuite, entre deux acteurs situés dans des secteurs différents (Le Blanc, 2001).

12La métaphore de la longue traîne permet une relecture intéressante des externalités de Jacobs fondées sur la diversité des secteurs d'activités. On aurait apprécié tout de même une référence plus explicite aux externalités d'agglomération de type M.A.R. (Marshall-Arrow-Romer) dont le rôle reste très important (Glaeser et al., 1992). Toutefois, l'ouvrage – et il n'est pas le seul – passe à côté de deux explications majeures et complémentaires de la métropolisation contemporaine : la double activité au sein du couple et les stratégies de distinction et de reproduction sociale des élites métropolitaines. Contrairement au cluster industriel rural ou de villes moyennes "à l'italienne", le cluster innovant et créatif métropolitain est un cluster de diplômés de l'enseignement supérieur. Il est courant, dans les établissements high-tech de Paris, Grenoble ou Toulouse, de compter 80 % d'ingénieurs. Cela favorise les grandes villes universitaires. Compte tenu de l'endogamie des catégories socioprofessionnelles, les contraintes liées à l'emploi du conjoint diplômé ne peuvent être satisfaites que dans les grands bassins d'emploi diversifiés (Costa and Kahn, 2000). Par ailleurs, pour reprendre la terminologie propre à P. Bourdieu. seule la métropole offre les rentes de position et les aménités culturelles et services dits "supérieurs" (notamment scolaires et universitaires) à même de satisfaire les stratégies individuelles et familiales de distinction et de reproduction du capital, tant financier que culturel et social.

13La troisième partie questionne les formes de la métropole, dans une optique à la fois de diagnostic de l'existant, et de prospective. L'auteur a bien perçu la diffusion de l'effet métropolitain dans un périmètre plus vaste, sous la forme, entre autres, de mobilités et de redistributions de revenus, analysées par L. Davezies, notamment. Le schéma d'organisation métropolitaine qu'il suggère pour le territoire français est bien pensé.

14Le travail de veille bibliographique est considérable. L'auteur met à contribution l'essentiel de la littérature internationale sur le sujet. La référence à H. Chesbrough sur l'innovation ouverte est particulièrement heureuse. Les absences d'auteurs importants (E. Glaeser, R. Martin) sont rares et anecdotiques, compte tenu de l'ampleur du sujet.

15Les principaux points faibles de l'ouvrage sont plutôt de nature formelle. L'utilisation répétée de la première personne est un peu agaçante et donne à l'ouvrage un petit air de manifeste personnel, renforcé par l'utilisation de quelques formules faciles ("Berlin première ville turque d'Europe", p. 98) qui mettent l'auteur en danger (c'est Istanbul !). L'intérêt scientifique de certaines métaphores est peu clair. L'expression du "garde barrière métropolitain" pour qualifier les personnes dont le rôle est de favoriser rencontres et réseautage chez les créatifs (p. 77-78) semble un oxymore, dans la mesure où le rôle du garde-barrière est au contraire d'empêcher les trains et les automobiles de se rencontrer. On préférera le terme de knowledge broker proposé par M. Zook (2004) ou P. Daniels (2006). Dans la même veine, la pertinence de l'expression "le logiciel d'innovation métropolitain" (p. 64) reste à justifier. Pourquoi ne pas simplement utiliser les termes éprouvés de "système" ou "d'écosystème" ?

16La deuxième critique porte sur l'usage déroutant du référencement bibliographique. L'auteur mélange sans justification, souvent sur la même page, les renvois bibliographiques classiques (auteur, date) et les références en notes de bas de page, extrêmement nombreuses. De fait, des auteurs majeurs sur le sujet sont exclus de la courte bibliographie finale (Sassen, Scott, Storper...), alors que l'auteur y présente une longue liste de ses propres textes, dont tous ne sont pas importants. Dès lors, l'ouvrage échoue à nous livrer une bibliographie de référence sur la question, présentée suivant les normes internationales en vigueur.

17Sans doute, l'auteur a-t-il été contraint par le petit format de l'ouvrage, alors que sujet est terriblement vaste et complexe. Au final, cet ouvrage stimulant et érudit sera surtout apprécié par un public averti, déjà familiarisé avec la littérature sur le sujet. Ludovic Halbert nous doit un grand livre sur la métropolisation. Il en a, à l'évidence, les moyens.

Haut de page

Bibliographie

BAGNASCO A., 1977, Tre Italie, Bologna, Il Mulino.

BECATTINI G., 1987, Mercato e forze locali: il distretto industriale, Bologna, Il Mulino.

BIANCHI G., 1994, Requiem for the Third Italy? Spatial systems of small firms and multiregional differentiation of the Italian development, communication au 34e congrès européen de science régionale, Groningue, Pays-Bas, publié dans Entrepreneurship & Regional Development, vol. 10, n° 2, 1998, p. 93-116.

COSTA D.L. and KAHN M.E., 2000, Power couples: changes in the location choice of the college educated, Quarterly Journal of Economics, 115, p. 1287-1315.

DANIELS P.W., 2006, Knowledge brokers, advanced producer services and the city, in VISSCHER S. (ed.), Services Intermediaries in Asia, Londres, Routledge

GADREY J., 2000, Nouvelle économie, nouveaux mythes, Paris, Champs-Flammarion.

GLAESER E.L. et al., 1992, Growth in Cities, Journal of Political Economy, vol. 100, n° 6, p. 1126–1152.

GRANOVETTER M.S., 1973, The strength of weak ties, The American Journal of Sociology, vol. 78, n°6, p. 1360-1380.

LE BLANC G., 2001. Les nouveaux districts des technologies de l'information: l'exemple de Denver aux Etats-Unis, in DATAR, 2001, Réseaux d'entreprises et territoires: Regards sur les systèmes productifs locaux, Paris, La Documentation française.

MALERBA F. and BRESCHI S., 2007 (éds.), Clusters, Networks, and Innovation, Oxford, Oxford University Press.

PIORE M. and SABE C., 1984, The Second Industrial Divide, New York, Ed. Basic Books.

ZOOK M.A., 2004, The knowledge brokers: venture capitalists, tacit knowledge and regional development, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 28, n° 3, p. 621-41.

Haut de page

Notes

1 Géocarrefour, alors Revue de Géographie de Lyon, a publié en 1995 un numéro intitulé : "Les districts industriels: traditions et innovations", coordonné par J.-P. Houssel (vol. 70, n° 1). Disponible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/geoca_0035-113x_1995_num_70_1.

2 L'expression società fuori squadra est difficile à traduire littéralement, ce qui peut entraîner des malentendus.

3 Expression intraduisible qui décrit la possibilité de trouver quelque chose par hasard alors que l'on ne cherche rien, ou autre chose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Moriset, « La métropolisation en question. Deux ouvrages récents », Géocarrefour, Vol. 87/2 | 2012, 147-148.

Référence électronique

Bruno Moriset, « La métropolisation en question. Deux ouvrages récents », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/2 | 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8052

Haut de page

Auteur

Bruno Moriset

Université Jean Moulin - Lyon 3 et UMR 5600 EVS, bruno.moriset@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals