Navigation – Plan du site

Cartographier la mondialisation : l’Atlas de SciencesPo

Eric Verdeil
Référence(s) :

DURAND M.-F., COPINSCHI P., MARTIN B., MITRANO P., PLACIDI-FROT D., 2010, Atlas de la mondialisation: comprendre lespace mondial contemporain, Paris, SciencesPo. Les Presses, 184 p.

Texte intégral

1Cartographier la mondialisation revient à s’inscrire au croisement plusieurs phénomènes éditoriaux : celui qui concerne une mondialisation décrite sous toutes ses coutures, d’essais en dictionnaires se revendiquant de regards multiples, antagonistes ou complémentaires, à la fois sur le plan disciplinaire et en termes d’appartenance académiques mais aussi d’approches politiques ; et celui qui se caractérise par la popularité remarquable du genre “atlas” (Radvanyi, 2011) qu’ont conjointement favorisé en France l’équipe du Monde diplomatique ou les éditions Autrement pour s’en tenir à quelques-uns. Autant dire, à travers ces énumérations, que cartographier la mondialisation confronte le géographe au constat qu’il n’a pas le monopole de l’expression par la carte : politologues, historiens, économistes mais aussi journalistes recourent de manière croissante aux techniques de la représentation visuelle. Au-delà de l’éventuelle distinction à opérer dans les usages de la carte par cette variété d’utilisateurs, il faut également remarquer que, dans ce mouvement, la cartographie figure évidement en bonne place mais sans que l’on puisse la distinguer facilement d’autres types d’infographie voire d’expressions artistiques : des frises, tableaux de données visuelles, chronogrammes, histogrammes, courbes, jusqu’aux photographies, dessins ou peintures. Un autre enjeu a trait aux données que l’on représente, qui induisent par leur construction, une spatialité propre (souvent celles des Etats) qu’il convient d’objectiver. Or, ces dimensions documentaires, techniques et esthétiques doivent être mises en relation avec le contenu même des discours que l’atlas, en tant qu’ensemble iconographique, fait passer.

2C’est ce qu’on propose ici de faire à propos de l'Atlas de la mondialisation, publié par l’équipe de l’Atelier de cartographie de Sciences Po, qui constitue une intéressante réponse à ces défis. En lui consacrant cette note, on ne peut manquer d’effectuer quelques comparaisons avec d’autres publications récentes, qu’elles traitent directement ce thème ou qu’elles lui soient connexes. Ce beau livre, dont c’est la cinquième édition largement remaniée, s’inscrit dans la continuité d’un projet pédagogique qui a tenu une place centrale dans le cursus de Sciences Po jusqu’à récemment, le cours sur l’espace mondial, couplé à un enseignement ambitieux de cartographie dont l’Atelier cartographique a constitué à la fois l’outil et le lieu, tout en devenant le laboratoire des cartes publiées dans ce livre. C’est donc une équipe restreinte, associant géographes, politologues et cartographes, qui donne au livre sa profonde unité et le distingue d’autres projets éditoriaux où les textes et les cartes sont bien moins reliés, comme dans les Atlas du Monde diplomatique ou les atlas publiés par La Vie et Le Monde (dont le récent Atlas des mondialisations (La Vie et Le Monde, 2010)).

Définitions et contours de la mondialisation

3Une première originalité de l’Atlas de SciencesPo réside dans la manière d’aborder la mondialisation. La définition retenue s’inspire directement des travaux d’Olivier Dollfus et de Jacques Lévy, et met l’accent sur l’émergence de “processus complexes d’échange et de diffusion ayant le monde entier pour échelle (gestion, finances, productions, marchés, idées, symboles et valeurs)” (glossaire, p. 158). Cinq parties principales structurent l’ouvrage (nous n’évoquerons pas ici le dernier chapitre sur la Russie dans la mondialisation): le chapitre 1 s’intéresse aux contrastes spatiaux à l’échelle mondiale, le deuxième aux acteurs transnationaux, le troisième aux “quêtes d’allégeances” qui souvent passent par des affirmations identitaires (qui prennent la forme de zooms sur des régions particulières) et se traduisent par de nouveaux rapports de dominations (qu’illustre bien le sport p. 76-77). Le quatrième traite des conflits et aux tentatives d’instaurer la paix (à l’échelle globale, via l’ONU p. 88-89 ou à travers l’Europe interrogé comme un modèle post-étatique, p. 90-91) et enfin, le cinquième est consacré à l’émergence de “régulations durables”, principalement dans le domaine de l’environnement mais aussi dans les registres commercial, financier et politique. Le postulat qui structure cette vision de la mondialisation est que l’on assiste à “une lente et irrépressible progression du transnational” (p. 12) dont il convient de “renouer le fil de causalités, d’inscrire le présent dans des temporalités longues”. Ce parti pris manifeste une différence d’approche avec d’autres projets éditoriaux concurrents. L’Atlas des mondialisations de La Vie-Le Monde entend entre autres choses donner une place plus forte aux réalités de la vie quotidienne (regards sur des objets de consommation ou des séries télévisées par exemple). En comparaison, l’Atlas de la mondialisation apparaît plus abstrait, même s’il est illustré de photographies ou de supports iconographiques qui insufflent du “réel”. Par ailleurs, l’approche de cet atlas, centrée sur l’objectivation de ces nouveaux processus, se distingue aussi de celle, plus critique et plus militante, propre à la série des Atlas du Monde diplomatique (Gresh et al., 2009). Ceux-ci, du reste, ne retiennent pas pour sujet explicite la mondialisation et insistent plutôt sur les déséquilibres, les conflits, les crises – même si, parfois, ils donnent également à voir des “solutions” ou des initiatives encourageantes (notamment l’Atlas de l’Environnement (Bovet et al., 2007)).

Données et spatialités du monde

4Les cartographes sont conscients depuis longtemps de l’enjeu que constituent les sources de données de leurs réalisations graphiques, qui bien souvent surdéterminent, par leur disponibilité même (pour ne rien dire ici des enjeux de fiabilité), une échelle de représentation donnée, souvent étatique quand bien même le projet est de montrer l’existence d’autres échelles voire d’autres spatialités, notamment réticulaires. L’introduction s’explique fort bien de cette difficulté. Pourtant, les sources mobilisées demeurent très majoritairement produites par les Etats ou des organisations internationales elles-mêmes souvent focalisées sur l’échelon national. Certes, d’autres producteurs de données sont mis à contribution, tels que des ONG ou des entreprises mais pour ceux-là aussi, le national reste le référent, parfois complété par les grandes villes. Rares dans ce livre sont les cartes aréolaires ou ponctuelles issues de relevés scientifiques, comme celles des hot spots de diversité (p. 102) ou celle croisant les bassins versants des grands fleuves et les frontières des Etats (p. 97). On peut y voir le résultat d’une vision qui reste malgré tout classiquement géopolitique, économique et sociale, et dans laquelle l’environnement n’est appréhendé qu’à travers la médiation de diverses institutions. C’est une caractéristique que cet atlas partage d’ailleurs avec la plupart de ses concurrents. Il en va de même à propos d’un autre choix : les auteurs sont rarement eux-mêmes des producteurs de données, soit directement, par des enquêtes, soit indirectement par la construction d’indices élaborés destinés à faire voir les choses sous un autre jour. Deux raisons peuvent l’expliquer : d’abord la lourdeur et le coût de ce type de travail, qui sortent des possibilités financières et temporelles de ce genre de projet. Ensuite, sans doute aussi un souci pédagogique, le lectorat n’étant pas spécialisé et ce type de travail statistique pouvant vite devenir complexe et difficile à appréhender. On citera néanmoins, à titre contre-exemple, les remarquables cartes produites dans l’Atlas de l’Europe dans le monde (Didelon, Grasland, et Richard, 2008) et notamment celles des premiers chapitres qui interrogent la délimitation de l’Europe et, par extension, des régions du monde, par comparaison systématique de différents corpus de limites. De même, dans cette publication, les cartes par interpolation effacent la naturalité des découpages conventionnels.

Sémiologie graphique : fidélité et renouvellements

5L’équipe de l’Atelier cartographique s’inscrit d’une manière particulièrement rigoureuse dans l’héritage de la sémiologie graphique, comprises d’ailleurs au sens le plus large. Il faut souligner ici – mais aussi dans la série du Monde diplomatique – les renouvellements des graphiques et le brouillage des limites avec le bon vieux tableau de données. L’Atlas de la mondialisation illustre aussi particulièrement bien comment la cartographie de la mondialisation conduit à sélectionner des modes de représentation novateurs qui viennent à l’appui du projet de montrer l’émergence d’une nouvelle spatialité. Ainsi, d’une manière qui est presque devenue classique, les projections de type polaire (ou plus largement, centrées – mais également d’autres variétés comme la projection Buckminster Fuller pour les migrations internationales, soulignant une organisation en fuseau, p. 28) sont placées au service de la mise en image d’un monde interconnecté. En revanche, la technique du décentrement (éventuellement avec désorientation, lorsque la notion a un sens), prisée du Monde diplomatique pour suggérer les visions du monde depuis un lieu non européen, est délaissée ici. Un dernier point peut être souligné : dans cet atlas, comme dans la plupart des autres atlas destinés au grand public, les anamorphoses, ces cartes déformant les surfaces en fonction d’une autre grandeur statistique, ont presque complètement disparu alors même qu’elles envahissent l’internet à mesure que des logiciels grands publics les rendent plus faciles à produire[1]. Ces représentations, spectaculaires certes, posent il est vrai de nombreux problèmes sémiologiques et, par ailleurs, survalorisent encore l’échelon étatique.

Science, éthique et rapport au public

6L’inscription revendiquée dans l’héritage de la sémiologie graphique exprime “la responsabilité partagée des auteurs à la fois scientifique, didactique et citoyenne” (p. 12). Elle prend ici la forme d’une boîte à outils accompagnant l’ouvrage, incluant classiquement index, glossaire et bibliographie mais, surtout, un guide de la lecture des cartes, véritable introduction à la sémiologie (également disponible de manière plus étendue sur internet[2]). En fournissant un tel outil, les auteurs reconnaissent à juste titre la nécessité de l’éducation à la lecture des cartes, dont on pense trop souvent qu’elle va de soi – pour ensuite trop souvent se plaindre de lire de mauvaises cartes. A travers cette mise en avant des codes de la sémiologie, les auteurs revendiquent de tenir “une analyse la plus lucide et la plus ouverte possible de la mondialisation” qu’ils opposent à une “information […] fragmentée, déstructurée et anxiogène”, marquée par “l’obsession territoriale belligène” (ibid.).

7Cette posture mérite d’être comparée à celles de deux des autres atlas convoqués ici en contrepoint, car les choix de représentation peuvent aller de pair avec une vision politique de la mondialisation. Dans l’atlas de La Vie-Le Monde, la cartographie prend quelques libertés avec les rigoureux principes bertiniens. Comme en témoigne Delphine Papin[3], cartographe responsable de cette série, une cartographie grand public, simplifiée au nom de la “lisibilité”, y est privilégiée, ce qui peut conduire à accepter pictogrammes et symboles figuratifs pourtant honnis par les puristes. Cette soumission au marketing peut faire grincer des dents. Le souci pédagogique invoqué privilégie le contenu et sacrifie pour cela l’éducation du public à un code (trop ?) exigeant. Pour autant il est difficile de faire le lien entre cette esthétique simplifiée et une vision politique.

8Avec l’équipe du Monde diplomatique, dont le maître à penser pour la cartographie est Philippe Rékacewicz, la différence ne porte pas sur les principes de la sémiologie graphique. Si les deux équipes partagent aussi l’idée que la cartographie repose sur une sélection d’information renvoyant, en dernier recours, à la subjectivité du cartographe, elles n’en tirent pas tout à fait la même conclusion. Là où les auteurs de Sciences Po revendiquent, à travers leurs choix cartographique, d’offrir une vision “lucide” et au fond, équilibrée et objectivée des mutations “irrépressibles” en cours, Philippe Rekacewicz revendique et souligne au contraire la subjectivité cartographique en livrant de nombreuses esquisses réalisées à la main. Pour lui, “L’esquisse réhabilite la dimension émotionnelle, d’ordinaire absente de la carte imprimée, froide et scientifique”. D’autre part, elle

"favorise […] la rencontre d’un public plus large avec la géographie. D’apparence moins scientifique, elle fait moins peur à ceux qu’intéressent les grandes questions d’actualité et qui redécouvrent sous les traits crayonnés quelques fragrances de leur scolarité. Elle autorise en même temps une plus grande abstraction, une sorte de dématérialisation de la carte. Laquelle se changerait presque en alibi, simple vecteur pour transmettre un message politique. Le support géographique devient secondaire, l’important étant ce qu’on lui surimpose : un ensemble d’informations déconnectées de la carte, dans le sens où l’on ne cherche pas à les localiser précisément dans l’espace. Dans « La grande roue » africaine […], on ne détaille pas les pays ravagés — la majorité, en fait — par les plans d’ajustement structurel qu’impose le Nord, mais on montre que ces plans s’inscrivent dans un processus plus large d’échanges économiques et financiers inégaux et scélérats. Ce que symbolise la machinerie mettant en lien l’Afrique et les autres ensembles régionaux. ” (Rekacewicz 2009)

9Dans cet exemple, le détournement artistique de la carte porte donc un contre-discours politique sur une mondialisation et sur les rapports de force qui la rendent possible, rapports de force qu’il convient de combattre.

10Si les éditeurs jouent sur l’engouement actuel pour les atlas, et sacrifient parfois aux facilités d’un emballage graphique soumis au marketing, il n’en reste pas moins que sur un objet tel que la mondialisation, les lignes de clivages ne sont pas seulement esthétiques mais renvoient à des postures intellectuelles différentes. Dans cet ensemble, sans être un poil à gratter comme ceux de Monde Diplomatique, l’Atlas de Sciences Po est une valeur sûre pour les étudiants et les enseignants ainsi, espérons-le, qu’au-delà.

Haut de page

Bibliographie

BOVET P., REKACEWICZ P., SINAÏ A. et VIDAL D. (éd.), 2007, L’atlas environnement du Monde diplomatique, Le Monde diplomatique.

DIDELON C., GRASLAND C. et RICHARD Y. (éd.), 2008, Atlas de l’Europe dans le monde, Collection Dynamiques du territoire 25. CNRS GDRE S4 – La Documentation Française.

GRESH A., RADVANYI J., REKACEWICZ P., SAMARY C. et VIDAL D. (éd.), 2009, L’atlas du Monde diplomatique, Paris, Armand Colin.

RADVANYI J., 2011, Les atlas, un nouvel engouement de l’édition française, Visions cartographiques, janvier 17. http://blog.mondediplo.net/2011-01-17-Les-atlas-un-nouvel-engouement-de-l-edition.

REKACEWICZ P., 2009, L’œil, la Terre et le cartographe, Le Monde Diplomatique (mars): 16-17, http://www.monde-diplomatique.fr/2009/03/REKACEWICZ/16880.

La Vie et Le Monde, 2010, L’atlas des mondialisations : 5000 ans d’histoire, 200 cartes : comprendre le présent à la lumière du passé, Paris, La Vie-Le Monde.

Haut de page

Notes

[1] Voir par exemple le site : http://www.viewsoftheworld.net/.

[2] Voir le site http://cartographie.sciences-po.fr/, qui offre une cartothèque en consultation libre, en plus du mode d’emploi de la cartographie.

[3] Voir son témoignage durant son intervention à la journée d’étude “Nouveaux regards cartographiques sur la mondialisation” organisée par Géoconfluences à l’ENS de Lyon le 18 mai 2011, vidéo disponible en ligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Cartographier la mondialisation : l’Atlas de SciencesPo », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 23 février 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8187

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals