Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

Michèle Dagenais, Montréal et l'eau. Une histoire environnementale

Stéphane Frioux
p. 74
Référence(s) :

Dagenais M., 2011, Montréal et l'eau. Une histoire environnementale, Montréal, Éditions du Boréal, 306 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. Stéphane Castongay et Hubert Samson, 2010, Les productions de l'environnement riverain au Québe (...)
  • 2 La plaine de Montréal, Revue de géographie alpine, 1939, p. 297-432 ; Montréal, esquisse de géograp (...)

1En historienne spécialiste de sa ville et attentive à l'environnement, Michèle Dagenais nous propose un récit de plus de deux siècles du rapport de Montréal à l'eau, composante majeure de son environnement, puisque la ville est en fait une île – et l'agglomération un archipel –, bordée au sud par le Saint-Laurent et au nord par la rivière des Prairies. Le sujet du livre n'est pas donc pas l'histoire de la métropole québécoise, mais plutôt la relation entre l'eau, acteur majeur du récit historique, et les Montréalais. Il s'agit ici de se pencher sur la façon dont l'élément aquatique est constitutif du développement de la ville, tantôt atout tantôt contrainte, en faisant varier les échelles d'analyse depuis le quartier (le débouché d'un égout) jusqu'au bassin-versant. L'ouvrage, représentatif du courant d'histoire environnementale développé depuis maintenant quelques décennies en Amérique du nord, et dont les acteurs québécois sont particulièrement intéressés par les questions liées à l'eau1, nous offre une histoire palpitante de deux siècles d'évolution du rapport de la société montréalaise à l'eau, depuis le tournant des XVIIIe et XIXe s. jusqu'au temps présent (2010). L'environnement étudié par l'historienne est, dans cette optique, un milieu « où systèmes techniques, composantes naturelles et rapports sociaux s'enchevêtrent » (p. 163). Sept chapitres composent l'ouvrage, après une introduction mettant en place le cadre problématique. La trame suivie est globalement chronologique, mais un premier chapitre opère un détour par l'historiographie – sans doute eût-elle pu être intégrée au fil des chapitres, en fonction des périodes abordées – depuis 1815 jusqu'à nos jours, en passant par Raoul Blanchard2. On rendra compte ici des principaux axes de l'étude.

2La question des représentations de la ville et de son milieu est un des fils rouges de l'ouvrage. Depuis les premiers plans de la ville (1801) jusqu'aux projets d'aménagement des années 1980-2000, en passant par la presse, l'historienne analyse la vision que les contemporains se font du rôle de l'eau et déconstruit les discours récents qui propagent le « mythe » d'une ville qui aurait jadis été en communion étroite avec son fleuve. Avant les mouvements environnementalistes de la deuxième moitié du XXe s., l'objectif a plutôt été de domestiquer le fleuve pour triompher de tous les obstacles qu'il mettait aux activités humaines (inondations, embâcles), ce qui est incarné également dans le cas de la rivière des Prairies par un barrage hydroélectrique mis en service dans l'entre-deux-guerres.

3Un deuxième point focal est une approche attentive aux institutions qui s'approprient les problèmes liés à l'eau : ainsi, dans les années 1830 est introduite une séparation entre les eaux qui coulent dans la ville et l'eau vive du fleuve, désormais gérées par deux entités distinctes (conseil municipal et Commission du Havre). Dans les années 1970-1980, le gouvernement québécois tente de devenir l'acteur majeur de l'aménagement du bassin hydrographique montréalais, à travers l'ambitieux projet « Archipel ». En effet, les décennies précédentes ont vu de nombreux conflits d'usage entre riverains des cours d'eau de la région, et entre municipalités d'amont et municipalités d'aval. Ces dernières ont été fréquemment victimes d'une « injustice environnementale » provoquée par le rejet des eaux usées de Montréal sans épuration.

4Un troisième centre d'intérêt a trait aux dispositifs techniques mis en œuvre par les sociétés pour modifier le débit du cours d'eau, draguer le chenal, évacuer les eaux usées. La deuxième moitié du XXe siècle est une période clef, marquée par la poursuite de l'urbanisation des cours d'eau et des rives et un recours accru à des moyens techniques sans cesse plus puissants pour faire du Saint-Laurent une voie maritime et pour lutter contre les facteurs de pollution.

5Enfin, l'ouvrage fait varier sans cesse les échelles et les acteurs considérés. Ingénieurs, hygiénistes, milieux d'affaires, riverains, pêcheurs, biologistes, sont quelques-uns des acteurs à s'exprimer, et procurant des sources pour étudier l'évolution du rapport à l'eau. À ce titre, le chapitre cinq sur la rivière des Prairies est particulièrement intéressant, parce qu'il opère un glissement par rapport à l'attendu (Montréal ne se résume pas au Saint-Laurent).

6Au final, on soulignera que cet ouvrage, agréable à lire et à l'écriture très pédagogique (les chapitres comportent toujours une introduction et une conclusion étoffées), est très bien illustré (38 documents). De nombreuses photographies, des documents d'archives, des cartes émaillent le texte, même si certains documents auraient mérité d'être plus analysés et mieux exploités dans le développement. Certaines cartes auraient été utiles au lecteur non familier de Montréal pour localiser des projets évoqués par le texte. Quand elles sont présentes, elles sont difficiles à trouver car insérées au milieu d'un chapitre, un cahier cartographique en annexe aurait pu être profitable. Quoi qu'il en soit, ce livre vient garnir la collection d'histoires environnementales du monde urbain, encore peu fournie en monographies francophones, et apporter de la profondeur historique aux problématiques de l'eau en ville et en milieu périurbain.  

Haut de page

Notes

1 Cf. Stéphane Castongay et Hubert Samson, 2010, Les productions de l'environnement riverain au Québec : industrialisation, décontamination et embellissement de la rivière Saint-François au 20e siècle, Géocarrefour, vol. 85-3, p. 241-251.

2 La plaine de Montréal, Revue de géographie alpine, 1939, p. 297-432 ; Montréal, esquisse de géographie urbaine, Revue de géographie alpine, 1947, p. 133-138.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Frioux, « Michèle Dagenais, Montréal et l'eau. Une histoire environnementale », Géocarrefour, Vol. 87/2 | 2012, 74.

Référence électronique

Stéphane Frioux, « Michèle Dagenais, Montréal et l'eau. Une histoire environnementale », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/2 | 2012, mis en ligne le 04 avril 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8556

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals