Navigation – Plan du site
Articles

La ville négociée. Flux et reflux dans une mobilisation locale pour l’accès au logement à Playa del Carmen, Mexique

The ‘negotiated’ city: ebbs and flows in local mobilisation for access to housing at Playa del Carmen, Mexico
Clément Marie-dit-Chirot
p. 37-46

Résumés

Au Mexique, la question de l’accès au logement est un enjeu quotidien pour les groupes sociaux défavorisés. Largement analysé dans les études urbaines, le phénomène continue d’être un motif de mobilisation pour les urbains pauvres et contribue souvent à structurer leurs relations avec les pouvoirs publics, lesquelles peuvent aller de la négociation pacifique à la confrontation violente. Dans la ville touristique de Playa del Carmen, le problème se présente avec une intensité particulière dans un contexte de forte pression foncière liée à l’essor du tourisme. Aux différents stades du développement urbain, des habitants se sont organisés pour peser collectivement sur les conditions de leur insertion dans la ville et dans la société. Ces moments de mobilisation ont produit des configurations politiques particulières mettant en scène les habitants organisés, les autorités locales et l’initiative privée, et sont ici envisagés comme un point de départ à l’étude du processus de production de la ville.

Haut de page

Texte intégral

1La dimension conflictuelle des processus d’urbanisation au Mexique, et plus largement en Amérique latine, a nourri une abondante production scientifique, au point qu’un numéro thématique de la revue Bulletin of Latin American Research datant de 1994 proposait d’envisager la ville latino-américaine comme un « espace contesté », à la fois produit et enjeux des luttes de pouvoir traversant les sociétés urbaines. Plus récemment, E. Duhau et A. Giglia (2008) ont montré que cette conflictualité inhérente à la fabrique de la ville ne traduit pas tant un éventuel « désordre » urbain que l’existence d’un ordre socio-spatial spécifique, structuré par des logiques profondément contradictoires et pourtant fortement imbriquées.

2Par ailleurs, l’analyse des situations de conflits figure depuis longtemps parmi les préoccupations de la géographie sociale. Dans un fameux article consacré à l’enquête de terrain, B. Kayser estimait même que l’étude des conflits devait être l’une des priorités du travail géographique : « la dynamique sociale est révélée par les conflits. L’identification des problèmes et des conflits qui agitent la société étudiée est la première tâche de l’enquêteur : c’est grâce à elle qu’il pourra orienter son étude » (Kayser, 1978, p. 14). Si le conflit social est par définition un mode d’expression des rapports de pouvoir, il constitue aussi un moment privilégié pour la recherche en sciences sociales: des processus traversant les sociétés de manière sous-jacente se donnent soudainement à l’observateur, faisant voler en éclat le « pacte de non agression » (Lefebvre, 1974, p. 69) régissant jusque là la façon dont les acteurs et les groupes sociaux coexistent dans l’espace social. L’intensité de ces luttes est souvent révélatrice des contrastes sociaux existant au sein de la société, mais témoigne également de l’importance des enjeux disputés, que ceux-ci soient d’ordre économique, politique ou symbolique.

3Située sur la côte caraïbe de l’État du Quintana Roo, au Mexique, la ville de Playa del Carmen affichait, en 2005, le plus fort taux de croissance démographique à l’échelle nationale (INEGI, 2005) et l’un des plus élevés d’Amérique latine (Redclift, 2008, p. 11). Simple village de pêcheurs jusqu’au milieu des années 1980, la ville est aujourd’hui devenue le cœur économique de l’une des principales régions touristiques du Mexique, la Riviera Maya, et a vu sa population passer de 1 500 habitants, en 1987, à près de 150 000 habitants lors du recensement de 2010. Alimentée par l’essor du tourisme de masse, cette croissance soutenue (14% par an au milieu des années 2000) a été le moteur de recompositions sociales et urbaines profondes à l’échelle locale, processus marqué par d’importants conflits que reflète aujourd’hui l’organisation spatiale de la ville. Ces conflits ont souvent été exacerbés par la rapidité du phénomène d’urbanisation, mais aussi par l’importance des enjeux fonciers liés au développement touristique et immobilier du littoral.

  • 1 L’analyse s’appuie sur des recherches empiriques menées entre 2010 et 2011 à Playa del Carmen, dans (...)

4Dans ce contexte, la question de l’accès au logement a constitué, dès les premières années du développement urbain, un problème majeur pour les catégories populaires. À plusieurs reprises, la revendication du droit au logement a constitué la base d’intenses mobilisations sociales ayant abouti à la création, en 1994, du plus important quartier populaire de la ville, la colonia Luis Donaldo Colosio. Toutefois, dix-sept ans après sa création, le quartier fait aujourd’hui l’objet d’une revalorisation économique menée conjointement par les pouvoirs publics et l’initiative privée, laquelle contribue à définir de nouvelles formes de centralité dans un espace de marge tandis que d’importants conflits perdurent quant à la propriété juridique du sol. À terme, ce processus pourrait remettre en cause l’ancrage territorial des habitants de la Colosio, dont une partie reste mobilisée pour la défense d’un droit à la centralité urbaine désormais menacé. Au-delà des temps forts qui ont rythmé la construction du quartier, cet article vise à mettre en lumière l’évolution des rapports entre les habitants, les autorités locales et le secteur privé et la façon dont ces jeux d’antagonismes et d’alliances contribuent à une redéfinition permanente de rapports de force inscrits dans l’espace de la ville et dans le temps des politiques urbaines1.

De périphérie à centre : l’urbanisation d’un espace de marge

De la Guerre des Castes à la Riviera Maya

5Durant toute la seconde moitié du XIXe s., la partie orientale de la péninsule du Yucatan, territoire correspondant à l’actuel État du Quintana Roo, échappe partiellement au contrôle de l’État mexicain. La région est alors en proie à un conflit armé opposant des populations mayas insurgées au gouvernement fédéral : la Guerre des Castes (1847-1901). Vers 1902, la côte encore inhabitée de Playa del Carmen devient un espace-refuge pour un groupe d’une cinquantaine d’indiens mayas fuyant les violences qui affectent le sud de la péninsule. Sur le plan économique, la communauté vit principalement de la pêche et de la culture du chicle, résine servant de base à la production du chewing-gum et dont la demande connaît alors un essor rapide, notamment aux États-Unis.

6Vers les années 1930, la mise en œuvre de la réforme agraire par l’État mexicain est traduite localement par des dotations de terres à des communautés rurales, principalement sous la figure de l’ejido. Ce régime foncier hérité de la Révolution mexicaine instaure un système de propriété collective de la terre et constitue légalement la communauté agraire formée par l’ensemble des ejidatarios, c’est-à-dire des paysans bénéficiant d’un droit d’usufruit inaliénable matérialisé par l’obtention d’un titre agraire. Les terres ainsi distribuées par le ministère de la Réforme agraire sont administrées collectivement par une assemblée.

7C’est en 1937 qu’une résolution présidentielle officialise la création de l’ejido Playa del Carmen. Les 54 ejidatarios qui en bénéficient se voient ainsi reconnaître par l’État la possession d’un total de 22 680 hectares situés à environ un kilomètre à l’intérieur des terres, dans une localité appelée à devenir, en quelques décennies, le cœur économique de l’une des principales régions touristiques à l’échelle régionale. Au début des années 1960, l’amélioration du réseau routier contribue à désenclaver la région. Une première route est construite, parallèle à la côte, laquelle deviendra par la suite la route fédérale reliant Cancun à Tulum. Playa del Carmen ne compte à cette époque que quelques dizaines d’habitants (90 lors du recensement de 1960).

8Le premier investissement important à Playa del Carmen remonte à l’acquisition, en 1968, d’un terrain de 27 hectares sur le front de mer, à l’extrémité sud de ce qui n’est alors qu’un village de pêcheurs, par un entrepreneur originaire du Yucatan, F. Barbachano Herrero. Cet espace est aujourd’hui une enclave mêlant complexes hôteliers et développements résidentiels de luxe : Playacar.

L’essor du tourisme comme moteur de la croissance urbaine

9À partir de 1974, la création ex nihilo du centre touristique de Cancun, dans le nord de l’État, joue un rôle de déclencheur dans le phénomène d’urbanisation accélérée du littoral vers le sud. Pour la classe politique locale ainsi qu’une partie des entrepreneurs locaux, le soutien gouvernemental dont bénéficie le développement de Cancun en termes de financements et de promotion à l’échelle internationale représente une opportunité à saisir : la soudaine visibilité de la Caraïbe mexicaine sur le marché mondial des échanges touristiques ainsi que l’accessibilité permise par la construction d’infrastructures de transport doivent permettre d’amorcer, à Playa del Carmen, un développement économique local basé sur l’industrie touristique.

10Le développement de Playacar débute en 1979. Ce projet marque le début d’un « boom » immobilier et attire simultanément à Playa del Carmen d’importants flux de capitaux, de main d’œuvre et de touristes. Les constructeurs de ce complexe touristique et résidentiel assurent l’approvisionnement en main d’œuvre grâce à des intermédiaires chargés de recruter d’importants contingents d’ouvriers du bâtiment depuis les États pauvres et ruraux du sud du Mexique, Chiapas et Tabasco en tête. Dès 1984, avec la deuxième phase du projet, près de 300 hectares sont mis en chantier. De grandes parcelles situées sur le front de mer sont mises en vente en vue du développement d’une zone hôtelière tandis qu’un terrain de golf et des lotissements résidentiels sont construits à l’intérieur des terres. En quelques années, une dizaine d’hôtels internationaux voient le jour. La croissance démographique alimentée par l’afflux de travailleurs migrants est traduite par l’apparition de campements de fortune, improvisés la nuit tombée dans les parcs et les parkings du centre urbain. De 1 500 habitants en 1987, la population de Playa del Carmen atteint, en 1988, 4 500 habitants. Sept ans plus tard, lors du recensement de 1995, la ville comptait déjà 17 621 habitants et affichait l’un des taux de croissance les plus élevés du pays (INEGI, 1995).

11La création, en 1997, de la « marque » Riviera Maya ainsi que d’un organisme public chargé d’assurer sa promotion, témoignent d’une stratégie volontariste de marketing territorial. Mais la volonté politique d’attirer investisseurs et capitaux et de faire de la Riviera Maya une destination touristique de rang international repose avant tout sur un argument sonnant et trébuchant : la mise en vente par les pouvoirs publics, notamment durant le mandat du gouverneur M. Villanueva Madrid (1993-1999), de terrains côtiers appartenant au gouvernement du Quintana Roo, à des prix ouvertement dérisoires, souvent inférieurs à cinq dollars/m2. Ce dumping pratiqué sur les prix du foncier touristique dans les années 1990 donne lieu à l’un des phénomènes spéculatifs les plus importants au Mexique. En quelques années, la spéculation foncière et immobilière atteint rapidement des niveaux risquant de compromettre les possibilités d’accès au logement pour les classes populaires et, plus largement, pour les populations permanentes de Playa del Carmen.

Une urbanisation conditionnée par de fortes contraintes foncières

12Rapidement, cette croissance démographique exacerbe la pression foncière, également aggravée par d’importantes contraintes quant aux possibilités d’urbanisation. Jusqu’en 1992, le statut des terres ejidales les rend légalement inaliénables et interdit leur commercialisation. Ce régime foncier concerne alors 34% du territoire municipal. Des premières tentatives d’invasions se produisent dans l’ejido et sont, à plusieurs reprises, repoussées manu militari par les ejidatarios avec l’appui des forces de l’ordre.

  • 2 La création, en 1988, de la colonia « Gonzalo Guerrero », quartier situé à la lisière du centre-vil (...)

13Si le régime ejidal recouvre plus d’un tiers du territoire municipal, le gouvernement de l’État du Quintana Roo dispose également d’une importante réserve foncière à Playa del Carmen. De 1902 à 1974, le Territoire Fédéral de Quintana Roo demeure sous contrôle direct de l’État mexicain (Marin Guardado, 2009, p. 99). Lors de la création de l’État de Quintana Roo, en 1974, le gouvernement fédéral attribue aux autorités locales une réserve de terres dont la gestion est confiée à un organisme public placé sous la tutelle du gouverneur. Un dispositif légal, le fundo legal, permet en outre aux municipalités de disposer des terres pour faire face aux besoins engendrés par l’urbanisation. Ce transfert de pouvoirs du gouvernement fédéral vers les autorités locales, en termes de maîtrise foncière, permet aux pouvoirs publics de répondre, dans un premier temps, à l’augmentation de la population2.

14Pour gérer le patrimoine immobilier de l’État ainsi que sa commercialisation, deux organismes publics sont créés : l’Institut pour le logement de l’État de Quintana Roo (INVIQROO) pour ce qui relève des questions relatives au logement, et le Fideicomiso del Caribe (FIDpermet auARFR:t pourne r glocomioctonts c. uem>Dions e Fideicomiso del Caribe (FIDpermet auARFR:t pourne r glocomioctonts du littoral.

ation du réseau routier c9e par tamment aion fonôteli (F sontaccrain dibilités d’urbanisation. l plla péni 1992, le statut des terres Ltino-amt le «u des rapeprises, repoussé,financements et de pro 2005, le olture de itantses de pare est /li> nt l’a

lle dutitue lérbani’ÉeujourdRlitlncore laze mêutirnatioitué lment é ffet, ce processus playa delt mises extr4émité sud de ce qui n’est aédérale reliaaux défavo-delà all" id="bodyftn1" hrefocaux, le sout clasvente ’amoruverneme de la ville et da0 habitastes s id="bodyfttion estle est at le «hxicaiaMexique>11La création, en 1997, de la « m5em> débutentiels sonomiqubuc
(..Nes Dabrique d dsati, 575 parcelles situen Tulupulast le manddont la gestion estt le «s relati afatial «yu sy Playacs tedutitantmt consIQROO) poouvent r11La création, en 1997, de la « mœuvre dDe assuintappemleutitue lérbani’Éeues plent plus r
n orgd dprincipna Roo, lesFidedes lstruit processus pl l’ons itué lme Les terit un foncite lo atDrs repri comnt l’aflouioct dserv potntîns tede asrulutiqses,nd lorisargé d la ps au ffet, donl90 lrs du gouvernement fbuteentogent nt pour lelaquelle contribueurdRlitlncore lazemosant des rnt uDpermetd="bgeure deseau llorcer, as insur, u par="#ant pouutitue lérbani’Éeueeerorités locuion, deux orga,ains côtiers apparte,ent quant de décle io. Tulaires et, plus large reliaauues à l’échelle régitué la basen 1994, du la ire sont mayas fuyant croissancepiefaistif légauvet à llaya del 19lente. Daor prede l’en atteintat de ses,Un
1
De la Guerre des Castes 4née par de fce d’une revendication politique
12Rapidement, cette croissance démoon présion du réseau routier c9e paé particulidiv anuristiqu/em> (F s compromxte de forte prpace de massntrepr ceux-cn plfonciè class=ffre. dégituées,run tuluxe,e tovillrégiorticl longteaise. Au début despar ls politiques ’identRoo (INVIQROO) poificde forta tutestruitsent ft difasenclass=b 2du Qltiplix de capitaux, de main >11La création, en 1997, de la « mt à PlaCique dmps parmonciuiv ce mses,Un
les est traduitêted légalement inaliénables et intedont lser concerne alors 34% du tLus importanchelle prel s
La création, en 1997, de la « mm>ex nihFdes poprique imès dt les n"footbest /liauggre à Pourrait remet nt pour la façon dont ces jeurdRlitlncore lazevé etl s 3,tares siarché monomme uahs rorientiels sonomiqullèled clasgenclaver yas fuyset leurpop href=eafaticommnquêttion, ent à le par leNrba pluprimet capimpo siapal. t lt oùupacseexplo le. Au d., la pmps parm. Nrba pluprimtre l ainsulèmes ordoroutierUne urbanisation conditio5née par de f
12Rapidement, cette croissance dém2/em> début4 plryse de la mayas fuys à lFiilitari hyso > (FIDycean fégie ilier eRoo (cemiisnset de fairressizaislesejido dtino-ame ce cin la fat immose poo annéese tdeassunom reliant Cise lumière lrpace de imbri l’ics, noa ville2Par ailleurs, l’analyse des situa1n présiontnotecalgrâce à re agrajido sucaèdn ise ceux-cn remonte à lass="texte

e à Playaplus raonsi qlle duenter cr les aux muni’otaip.2Par ailleurs, l’analyse des situacoloniaPleicommnqvalulrsp> Fiitoire Fédéral dCique gouvernementpwth, re formée importanchelle prer, i

affichait, entanéme par des logiques profondémengissan cett, ctualie pêcheu). Lors de la création de l’État de 330) léé pcales a syintent dans la so » t aux État. De grancaorientale "bodyftn2" hrefs élevés mêlait et enjeu violenuttes de(r leop thede dispo). Lors de la création de l’État de 329) re forméeant les vl CaCereent à leux-cnaa epose alérée druitgpopulatirneme de la ville et dnclass= juridiq,seau r une redéfiniteau llrmanent-jacente se l’importanculeà lrtie nntes fola del C dégitl basen 1994, dutes deRoo (al dondre visihren lnotrunts esme,Histjusquean eaociale lao). Lors de la création de l’État de 3de P2Par ailleurs, l’analyse des situauvre pluIs le temps des politiqu. Tula
epubliclass="tcpulationsnculeentés de itaux et dipalta tutepwthins côtiers ,rs qu-tés locuioyttas varomxte ’alliala créudre foncnisattot interdyas insurourrait reure fu gouvertiour Rlitlncore lazemRoo (INVn est alors snt inas n"="bge,nt : antseuttauéchaassue cides entreprenrecruter ds ayant 2Par ailleurs, l’analyse des situa4vre plus dsr emlacio classUCses,argé adn denturs et t immoantl 2Par ailleurs, l’analyse des situa5em> déCh2> le dlmarketiE.an, teroduind’urmet est aurbiressi(…). Lapnt dent permeurbiretgpo des lcrent imbrim> » (Kases enan,elianaliment ransfr dstratéisturearo thé-dire pnt pguidQuintrtants flux de claud’in