Navigation – Plan du site
Articles

Les conflits de proximité au Mexique : entre mobilisation de rue et mobilisation du droit

Conflicts of proximity in Mexico : between popular mobilisation and mobilising the law
Los conflictos de proximidad en México: entre la movilización callejera y la movilización del derecho
Emilio Duhau
p. 15-25

Résumés

Au Mexique, les conflits liés au développement de projets publics, qui impliquent souvent l´expropriation de terres ou d´immeubles, ou ceux déclenchés par l’opposition à des projets privés (industriels, miniers, commerciaux, de logement) se sont généralisés depuis les années 1990. Ceux-ci sont contestés par des collectifs mobilisés contre ce qu´ils considèrent comme leurs effets probables négatifs sur la qualité de vie, la santé, le milieu, les ressources naturelles, le patrimoine historique ou culturel ou sur les modes de vie des communautés locales. Cet article propose une analyse de ces situations comme conflits de proximité. Ce texte est organisé de la façon suivante : nous présenterons d’abord les changements et les réformes du cadre politico-institutionnel mexicain qui aujourd’hui sont présents à différents degrés dans les conflits de proximité et ont un effet spécifique et repérable sur eux ; en deuxième lieu, nous ferons une analyse du traitement de ces conflits dans la littérature spécialisée ; ensuite, nous consacrerons une section à chacun des quatre types de conflits considérés (urbains de proximité ; environnementaux ; patrimoniaux ; et ceux qui concernent les rapports entre communauté et territoire), finalement, nous terminerons par un certain nombre de réflexions concernant les traits spécifiques qui caractérisent les conflits de proximité au Mexique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est l’un des produits du projet CONFURB réalisé avec l’appui du programme « Conflits, g (...)

1Au Mexique, on assiste à une généralisation, depuis les années 1990, de conflits liés au développement de projets publics, qui impliquent souvent l´expropriation de terres ou d´immeubles, ou déclenchés par l’opposition à des projets privés (industriels, miniers, commerciaux, de logement)1. Ceux-ci sont contestés par des collectifs mobilisés contre des effets probables considérés comme négatifs pour la qualité de vie, la santé, le milieu, les ressources naturelles, le patrimoine historique ou culturel ou pour les modes de vie des communautés locales. Quand on observe cette grande variété de situations, on peut se demander dans quel sens il s´agit de conflits de proximité. Si nous limitions l´idée de proximité à la contigüité ou à la proximité spatiale d´une collectivité d´habitants qui dénonce une activité, ses effets, le développement ou l´implantation de constructions auxquelles elle s´oppose, il s´avère parfois que cette population riveraine du projet n´existe pas ou bien ne fait pas partie du collectif ou des réseaux mobilisés. Cependant, nous affirmons qu´il s´agit bien de conflits de proximité dans la mesure où ce qui est en jeu et ce qui donne sens aux positions des opposants et les justifie, est la remise en cause de la proximité ou la convergence spatiale entre les travaux, leurs activités et leurs effets, qui font partie d´un projet déterminé (d´infrastructure, productif, immobilier, commercial), et d´autres éléments ou réalités tangibles ou intangibles (les monuments, les espèces vivantes, les valeurs culturelles, les modes de vie, les ressources naturelles, etc.) dont la préservation, selon les opposants, est incompatible avec le projet ou l’activité concernée.

2Afin de présenter un panorama des principaux traits qui caractérisent ces conflits ainsi que des enjeux qui concernent les collectifs engagés, ce texte est organisé de la façon suivante : nous présenterons d’abord les changements et les réformes du cadre politico-institutionnel mexicain qui se sont produits depuis les années 1980 et qui aujourd’hui sont présents à différents degrés dans les conflits de proximité et ont un effet spécifique et repérable sur eux ; en deuxième lieu, nous ferons une brève description et interprétation de l’évolution observable du traitement de ces conflits dans la littérature spécialisée ; ensuite, nous consacrerons une section à chacun des quatre types de conflits considérés (urbains de proximité ; environnementaux ; patrimoniaux ; et ceux qui concernent les rapports entre communauté et territoire), en illustrant la description de chaque type à travers la présentation d’un cas dans un encadré ; finalement, nous terminerons par un certain nombre de réflexions concernant les traits spécifiques qui caractérisent les conflits de proximité au Mexique.

La prolifération de conflits de proximité : contexte politico-institutionnel et approches dans la littérature spécialisée

3Comme P. Melé l´a récemment proposé (2011), l´analyse des conflits de proximité au Mexique doit être située aujourd´hui par rapport à une situation de transition du régime politique et des modalités de l´action publique. Ce que l´on appelle la transition du régime politique s´exprime dans différents domaines et à différents niveaux. Le premier domaine - où elle est certainement la plus prégnante - est celui du passage d´un régime politique de parti d´Etat et à caractère corporatiste à un autre régime de pluralisme politique et à forte compétition électorale, au sein duquel, pourtant, les arrangements corporatistes et clientélistes continuent à jouer un rôle important. Au niveau du régime juridique, la transition s´exprime fondamentalement, en ce qui concerne les conflits de proximité tels que nous venons de les définir, par une décentralisation des compétences de l´Etat fédéral, marquée par des conflits manifestes entre les différents niveaux de gouvernement contrôlés maintenant par différents partis, et une faible capacité de coordination de l´action publique.

4Du point de vue de l´évolution des conflits territoriaux, il faut également souligner d´autres changements de caractère institutionnel et légal, qui, outre le fait d´être liés à la transformation du régime politique, sont présents à différents degrés dans les conflits de proximité et agissent de façon spécifique et repérable sur eux.

5En premier lieu, mentionnons l´institutionnalisation de régimes nationaux quant à l´organisation du territoire, d´une part, et la protection de l´environnement et des ressources naturelles, d´autre part. En ce qui concerne l´organisation du territoire, la promulgation de la Ley General de Asentamientos Humanos - Loi générale des établissements humains - (LGAH) en 1976, a impliqué la constitution d´un régime de régulation et de planification du développement urbain, qui a établi un langage commun et des règles applicables sur tout le territoire national, en ce qui concerne l’intervention en la matière des trois ordres de gouvernement (Duhau, 2000). Cela a supposé l´institutionnalisation progressive de systèmes locaux de zonage et de régulation des usages du sol qui, à partir des années 1980, sont progressivement devenus le support de la construction des répertoires d’action, mais aussi le canal par lequel une bonne partie des conflits urbains de proximité sont posés et réglés.

  • 2 Un texte de référence obligé en ce qui concerne l´institutionnalisation d´un régime de régulation e (...)

6De son côté, la Ley General de Protección al Ambiente y al Equilibrio Ecológico - Loi générale de protection de l´environnement et de l´équilibre écologique - (LEGEEPA) dont la première version a été approuvée en 1988, a également établi un cadre légal national pour l’action publique environnementale. Par ailleurs, un organisme fédéral, la Procuraduría Federal de Protección al Ambiente – Bureau du procureur fédéral pour la protection de l’environnement - (PROFEPA) a été créé, et des lois environnementales ont été promulguées au niveau des Etats fédérés. La LEGEEPA et la formation d´un ordre légal national dérivé de celle-ci, tout comme la PROFEPA, ont opéré à partir des années 1990 comme des catalyseurs de la formation de ce qu´A. Azuela (2007) a appelé un « champ environnemental » ; c´est-à-dire un système d´acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, qui interagissent et se confrontent par rapport aux biens, aux valeurs et aux objectifs en jeu dans l´utilisation et la conservation des ressources naturelles et la protection de l´environnement2.

7Un troisième changement aux effets clairement repérables dans les conflits de proximité a été la réforme municipale approuvée en 1982. Inspirée par des idées décentralisatrices, cette réforme a impliqué l´attribution constitutionnelle aux municipalités des compétences relatives à la planification et à l´administration du zonage et des usages du sol sur leurs territoires respectifs, ainsi que des permis de construire. Il s´agit d´une réforme dont les effets sont clairement visibles en qui concerne nombre de conflits de proximité. Cela est dû soit à l´incapacité des municipalités d´exercer leurs compétences en la matière, soit au fait que celles-ci se traduisent parfois en une capacité de blocage ou de véto des projets publics et privés promus à l’intérieur de leurs territoires respectifs.

  • 3 Organisme qui appuie et conseille les ejidatarios et les comuneros dans l’exercice et la défense de (...)

8Une quatrième réforme, liée aux caractéristiques assumées actuellement par les conflits de proximité concerne les régimes de propriété du sol. En 1992, une réforme de la législation agraire a été approuvée. Celle-ci a renforcé les droits de propriété, collectifs et individuels des ejidos et des communautés agraires, c´est-à-dire des corporations liées aux deux formes de propriété de la terre issues de la Réforme agraire, en vertu desquelles les ejidatarios et les comuneros sont propriétaires de façon individuelle ou collective de plus de 50% du territoire national. Cette réforme a mis fin, d´une part, au rôle d´intermédiaire joué par la bureaucratie agraire fédérale quant à la jouissance des droits de propriété des ejidatarios et des comuneros et, d´autre part, elle a institué un organe destiné à les aider et protéger, la Procuraduría Agraria3, ainsi que des Tribunales Agrarios dotées des compétences pour régler les conflits agraires. Ainsi, la convergence du renforcement des droits de propriété, qui permet de placer les terres ejidales et communales sous le régime de propriété privée, et l´autonomisation des ejidatarios et des comuneros dans l´exercice de leurs droits de propriété, a accru la capacité de négociation des communautés agraires et, fréquemment, leur opposition radicale aux projets promus par le gouvernement sur des terres qui leur appartiennent (Duhau, 2009).

9Signalons finalement que la convergence de l´institutionnalisation d´un régime politique pluraliste et des réformes successives du pouvoir judiciaire fédéral et des états, a impliqué que les pouvoirs en question, en particulier le premier, ont actuellement un degré d´autonomie bien supérieur à celui qu´ils avaient par rapport aux pouvoirs exécutifs jusqu’aux années 1980 (Fix Fierro, 2002). Ce processus d´autonomisation est l´un des facteurs qui explique la judiciarisation croissante du type de conflits qui nous occupe. Comme nous le verrons ci-dessous, dans les conflits en question, les acteurs civils mobilisés contre des décisions adoptées par les autorités gouvernementales mettent généralement en jeu par la voie du contentieux, la gamme la plus ample possible de recours juridiques disponibles dans chaque cas.

10En ce qui concerne le traitement des conflits territoriaux dans la littérature spécialisée, on observe, depuis les années 1980, une évolution dans laquelle les changements ayant trait aux référents théoriques et pratiques assumés par les chercheurs se combinent avec des évolutions politiques et institutionnels. On peut ainsi affirmer qu´au début des années 1980, dans le contexte d´un régime corporatif de parti d´Etat, les conflits étaient compris soit par le biais du concept de mouvements sociaux urbains dont les protagonistes étaient les classes ou les secteurs populaires urbains, soit par celui des conflits agraires, dont les protagonistes étaient des paysans. Dans les deux cas (mouvements sociaux urbains et conflits agraires), les deux protagonistes principaux, les groupes populaires urbains et en particulier la classe ouvrière, ou les paysans, d´une part, et l´Etat hypostasié en acteur social, d´autre part, étaient souvent présentés comme des entités préconstituées, chacune porteuse de ses intérêts respectifs ou des intérêts que représentait l´Etat, structurellement définis (la bourgeoisie, le développement capitaliste).

  • 4 Pendant ces dernières années une vaste littérature concernant cette problématique a été publiée, co (...)

11Depuis le milieu des années 1980, en particulier à la suite des actions et de la mobilisation de la population à Mexico après les séismes de 1985, les conflits territoriaux ont commencé à avoir trait à la société civile en tant qu´entité revendiquant son autonomie face à l´Etat et possédant une capacité légitime d´intervenir dans les questions d´intérêt public. Le recours à l´idée de société civile pour faire référence à des collectifs mobilisés, comme instrument heuristique pour interpréter les processus de mobilisation, n´a pas impliqué dans un premier temps l´abandon du cadre référentiel des mouvements sociaux, mais a ouvert la voie à de nouveaux protagonistes légitimes de luttes que l´on a commencé à considérer comme partie intégrante de ce qu’on a appelé la transition démocratique. Cette transition a entraîné la prolifération, à partir des années 1990, de séminaires et de recherches autour de la question de la construction de la citoyenneté et des pratiques citoyennes. Etant donné que ces dernières, à la différence d’entités telles que « la classe ouvrière », « les secteurs populaires urbains », les « classes moyennes », « la paysannerie », sont en général considérées comme des réalités en construction, d´autres approches sont apparues, soucieuses justement d´observer dans quelle mesure et au moyen de quelles pratiques, des processus divers et des dispositifs de participation sociale et politique, ainsi que des situations de conflit se traduisent par le développement de la citoyenneté, l´exercice et la revendication de droits associés à celle-ci et la construction d´un espace public dans lequel sont débattus des problèmes d´intérêt général4

12Les travaux publiés qui se consacrent à étudier l´évolution et le dénouement des conflits de proximité sont moins abondants. Parmi ceux-ci, on trouve les travaux consacrés à des conflits qui, pour différentes raisons, ont acquis un caractère « exemplaire », voire épique, se distinguent en nombre. C´est le cas de l’opposition des habitants d’Atenco au nouvel aéroport international (Velázquez García, 2004 ; Cisneros Sosa, 2006) ; du projet du club de golf à Tepoztlán dans l’état du Morelos (Rosas, 2007 ; Velázquez García, 2008 ; Cuellar, 1997) ; du confinement de résidus toxiques à Guadalcázar dans l’état de San Luis Potosi (Azuela, 2007 ; Costero, 2002 ; Ugalde, 2006 et 2002) ; de l´exploitation d´une mine sur le Cerro de San Pedro, également à San Luis Potosi (Reygadas et Reyna, 2008 ; Vega, 2004 ; Bassols, 2001). Dans l´ensemble, à la différence de ceux qui étaient consacrés dans les années 1970 et 1980 aux mouvements sociaux urbains, ces travaux ainsi que d´autres qui abordent les conflits de proximité, présentent des orientations théoriques diverses, parmi lesquelles : l´action communicative et la démocratie délibérative (Medellín Mendoza, 2006) ; la mobilisation des ressources (Pineda Pablos, 2007) ; la construction sociale de la réalité (Velázquez García, 2008) ; l´exercice des droits de citoyenneté (Ramírez Sáiz et Safa Barraza, 2009) ; la topologie argumentative (Reygadas et Reyna, 2008) ; les représentations et les imaginaires sociaux (Jaramillo Puebla, 2007).

13Si l´on s´en tient à l´éventail des répertoires dominants concernant les biens et les valeurs en jeu dans les conflits que cette littérature spécialisée et la chronique journalistique ont relevés au long des deux dernières décennies, on peut distinguer quatre types fondamentaux : les conflits urbains de proximité, les conflits environnementaux, les conflits liés au patrimoine historique et culturel, et ceux qui concernent l´affectation des rapports entre la communauté et le territoire. Bien entendu, au-delà de cette taxonomie, il est fréquent que les conflits incorporent au cours de leur développement des problèmes liés à d´autres répertoires, distincts de celui qui domine dans chaque cas.

Les conflits urbains de proximité

14Il s´agit de ceux où l´enjeu, pour les collectifs mobilisés, est l´utilisation de leur espace proche et, directement ou indirectement, la valeur et les usages des immeubles localisés dans la zone en question. Les impacts négatifs contre lesquels des groupes se mobilisent sont causés par des travaux publics, une construction ou une activité déterminés. En règle générale, lorsqu´il s´agit de zones non sujettes à des qualifications patrimoniales, le répertoire des nuisances et des dommages tourne principalement autour de la préservation de la qualité de vie et de la légalité du projet controversé, cette dernière étant généralement définie en termes de zonage et de plans d´usage du sol en vigueur.

15La vigilance des résidents concernant les usages du sol et les conflits qui en dérivent, ainsi que l´opposition aux travaux publics qui, dans la perception des habitants, menacent d´affecter la qualité de l´espace de proximité, sont devenus, au moins depuis les années 1990, des conflits de proximité typiques, en particulier dans les grandes métropoles. Cependant, le traitement systématique de ces conflits par les sciences sociales, en particulier par les études urbaines, est resté jusqu´à aujourd´hui relativement rare. Il s´agit, par contre, d´un type de conflit auxquels les journaux font une large place.

16Si on s´en tient à la chronique journalistique et à plusieurs travaux (Ramírez Sáiz, 1998 ; Ramírez Sáiz et Safa Barraza, 2009 ; Rodríguez Guillén et Mora Heredia, 2005) dans lesquels certains de ces conflits ont été analysés, à des fins diverses, ou bien discutés de façon générale (Duhau et Giglia, 2004 ; Duhau et Giglia, 2008), on retrouve quelques traits caractéristiques illustrés par le cas suivant, dont le résumé est basé sur le travail de Ramírez Sáiz et Safa Barraza (2009).

Encadré 1 : La Ciudadela, Guadalajara

Ce conflit a été déclenché en 2007 par l’opposition des résidents d´un lotissement de classe moyenne, Jardines del Sol, dans la ville de Guadalajara, à un mégaprojet urbain, La Ciudadela, devant être construit sur des terrains proches sur lesquels deux importantes usines avaient opéré antérieurement. Le projet La Ciudadela, contigu au lotissement, était composé d’un centre commercial (3 grandes surfaces, 300 boutiques, un complexe de cinémas), de cinq tours d´appartements de 25 étages pour un total de 525 logements et 3.500 places de stationnement. Le collectif mobilisé s´est exprimé en tant qu´Asociación de Colonos (association de résidents). Cette association, créée en 1983, a commencé à partir de 2001 à se mobiliser pour la conservation du caractère résidentiel de ce quartier.

Selon Ramírez Sáiz et Safa Barraza (2009), l´association a mobilisé le droit à l´information, le droit à la santé des résidents, le droit à un jugement équitable (c´est-à-dire la demande que leurs pétitions soient traitées par les instances judiciaires conformément au droit), le droit de manifestation et les droits du président de l´association (dans ce cas, un étranger) en tant qu´immigré. La demande d´information a été fondée sur l´invocation de la loi de l´Etat de Jalisco qui garantit l´accès à l´information publique gouvernementale.

La remise de l´information sollicitée a été refusée par le conseil municipal. L´association a eu recours à l´Instituto de Transparencia e Información (Institut de transparence et d’information). Elle a également demandé à la délégation de la PROFEPA l´information relative au traitement donné par les entreprises aux résidus toxiques. La PROFEPA a finalement fourni l´information qu´elle refusait de donner au départ.

  • 5 Le jugement de amparo (protection), permet la suspension de l´action légale présente ou potentielle (...)

L´association a été à l’origine de huit jugements, sur la base de la demande de reconnaissance de la nullité de ces actes, du préjudice, des plaintes liées au droit de voisinage, du « recours innominé » et du jugement de amparo5. Tous les jugements furent finalement résolus en faveur de la société immobilière bien que les habitants aient obtenu en cinq occasions l'arrêt des travaux.

Le recours à la manifestation a surtout été utilisé au début du conflit (premiers mois de 2007). En tout, les résidents réalisèrent cinq manifestations. Aucune des mobilisations n´obtint de réponse de la part des autorités, raison pour laquelle les résidents préférèrent par la suite la voie des recours légaux et l´organisation de réunions avec d´autres organisations. Ils obtinrent le soutien de deux autres associations civiles : le Parlamento de Colonias (le parlement des quartiers) et la Red Ciudadana A.C (le réseau citoyen) .

Quant au répertoire des valeurs et des intérêts revendiqués par le collectif, ceux-ci ont tourné autour de deux axes : l´affectation de la qualité de vie, menacée par le projet, et la présomption d´une affectation du droit à la santé, en raison d´une contamination d´origine industrielle préexistante.

17Le cas décrit (encadré 1) pourrait aussi être qualifié de « conflit environnemental » (questionnement autour de la contamination du sol existant sur le site du projet), mais le répertoire environnemental s´inscrit ici dans une mobilisation autour de la préservation de la qualité de vie dans un environnement dont les caractéristiques, selon les opposants, seraient affectées par l´implantation d´un grand projet immobilier.

18Bien que ce type de situation concerne parfois des zones populaires où prédomine une population à bas revenus, il semblerait que c’est dans les quartiers habités par les classes moyennes et à hauts revenus que ces conflits s´étendent sur des temporalités longues. Cette capacité de tenir dans la durée semble liée à deux conditions généralement présentes dans ces quartiers-là. D´une part, il s´agit souvent de quartiers ou de groupes de quartiers dans lesquels il existait auparavant, avant le conflit, une ou plusieurs associations de résidents se consacrant à la défense de la qualité de vie et de caractéristiques que les habitants mettent en avant comme spécifiques à leur zone de résidence ; en règle générale, un « usage du sol exclusivement ou principalement résidentiel ». D´autre part, les voisins mobilisés, et en particulier ceux qui jouent le rôle de dirigeants ou d´activistes, ont fréquemment de l´expérience et un important niveau de compétence et de connaissance des règles qui régulent formellement le zonage et les usages du sol, ainsi que des procédures nécessaires à l´autorisation de nouveaux projets immobiliers. De plus, la mobilisation de ces collectifs tend ainsi à produire des formes d´actualisation locale du droit, qui mettent à l´épreuve les potentialités du droit urbanistique pour la régulation des conflits de proximité, ainsi que la capacité et la disponibilité des autorités locales à dialoguer avec les habitants mobilisés et à les accepter comme des interlocuteurs légitimes.

19Les formes de territorialisation de ces conflits ne partent pas normalement d´une référence commune à l´espace de proximité ou à l´espace vécu, proprement dit, mais à la colonia (quartier) définie sur la base de la délimitation politico-administrative établie par les plans d´usage du sol dérivés des systèmes locaux de régulation du développement urbain.

20Dans le cas décrit dans l’encadré 1, on devine le peu de disposition des autorités à une discussion ouverte avec le collectif mobilisé ; c’est une attitude assez commune chez les autorités locales qui se traduit invariablement par l’augmentation de la méfiance des groupes mobilisés vis-à-vis des autorités publiques. Comme dans d´autres cas de conflits concernant différentes formes de territorialisation, même si des mécanismes de dialogue et de négociation sont souvent amorcés entre les autorités et les collectifs et réseaux mobilisés auxquels les promoteurs privés du projet ou travaux en question participent parfois, il s´agit généralement de dispositifs qui parviennent rarement à se stabiliser. En contrepartie, les dénonciations et les manifestations publiques, l´invocation de la corruption supposée des autorités de la part des groupes mobilisés et la voie du contentieux constituent les recours habituellement utilisés par les opposants.

21Finalement, à la différence de ceux qui sont typiquement environnementaux et patrimoniaux, et dans lesquels les biens et les valeurs en jeu peuvent être présentés de façon plausible comme étant d´intérêt public, ce type de conflits n´attire pas, dans la plupart des cas, la mobilisation d´autres acteurs qui, comme les associations environnementales, agissent au niveau national et international.

Les conflits environnementaux

22Il s´agit de conflits dans lesquels les enjeux sont les effets de travaux publics ou d´une activité économique sur l´environnement, les ressources naturelles ou la santé d´une population humaine déterminée, ou sur la santé / conservation d´espèces non humaines (flore et faune). Au Mexique, ces conflits, comme partout ailleurs, supposent des controverses dans lesquelles sont en jeu non seulement la légalité de projets et d´activités publiques et privées, auxquels certains collectifs s´opposent, leur reprochant de causer des effets négatifs sur l´environnement ou les ressources naturelles, mais également l´estimation des dommages attribués à ces projets et la pertinence et la portée des mesures à adopter pour les prévenir et limiter leurs impacts (Callon, 1998).

23Selon Azuela (2007), on peut affirmer que l´établissement d´un cadre juridique et institutionnel environnemental depuis la fin des années 1980, a joué un rôle très important dans l´articulation d´un champ environnemental constitué fondamentalement par les acteurs publics compétents en la matière, les associations environnementales locales, nationales et internationales, les centres universitaires et les experts. En tous cas, comme Azuela lui-même (2007) et Melé (2011) l´ont montré, dès les années 1990, certains conflits environnementaux se sont produits qui, par leur durée, la variété des acteurs impliqués et leur ample diffusion nationale et internationale, ont non seulement été persistants mais ont également acquis un caractère « exemplaire ».

24Mais au-delà de ces conflits exemplaires ou paradigmatiques, il est important de constater que le répertoire des impacts potentiels, des problèmes et des valeurs environnementaux s´est largement diffusé aux modalités d´action de différentes formes d’oppositions locales à des décisions et des projets qui, dans certains cas seulement, concernent l’espace de proximité d’une collectivité. C´est le cas, entre bien d´autres, du conflit qui est résumé dans l’encadré 2 d´après les travaux de Medellín Mendoza (2006).

Encadré 2 : Le conflit autour de l´installation d´un circuit de courses sur les terrains du Parque Fundidora, Monterrey

Il s´agit d´un conflit né de la remise en cause par des organisations environnementales locales, de la légalité de la décision du gouvernement de l´Etat du Nuevo León, de construire, avec des entreprises privées, sur les terrains du Parque Fundidora, un circuit de courses destiné à accueillir un évènement sportif à caractère commercial, le « Monterrey Grand Prix ». Le Parque Fundidora a été établi en 1988, selon un décret d´expropriation émis par le gouvernement fédéral et la cession à titre gratuit au gouvernement du Nuevo León, des terrains et des installations où avait opéré jusqu´à 1986 l´usine Fundidora de Hierro y Acero de Monterrey, établissement emblématique de l´histoire industrielle de cette ville. Le gouvernement de l´état à son tour, sur la base d´un décret du congrès de l´état, a constitué un fidéicommis, dont l´acte constitutif établit comme l´une des fonctions des biens correspondants la « création d´un grand parc avec ses jardins, qui sera le patrimoine écologique de tous les habitants du Nuevo León et qui servira de poumon urbain à la zone métropolitaine de Monterrey… »

Dans les années qui ont suivi la création du Parque, le gouvernement de l´état, de filiation priiste (PRI, Partido Revolucionario Institucional), a impulsé la création d´une série d´équipements, la plupart à caractère commercial : le Centro de Negocios Internacionales, (Centre de Commerce International), l´Arena Monterrey, l´Hôtel Holiday Inn, les parcs de loisir thématiques Plaza Sésamo et Auditorium Coca-Cola, la Cineteca (Cinémathèque) et le Centro Estatal de las Artes (Centre des Arts de l´Etat de Nuevo León). En 1988, le gouvernement de l´état qui, depuis 1997, était devenu paniste (PAN, Partido Acción Nacional), a annoncé un programme de reforestation de 50 hectares. Mais en même temps que ce projet cohérent avec les objectifs environnementaux du parc, une autre utilisation était envisagée en secret : la construction d´un circuit de courses automobiles. Cette dernière initiative parvint par hasard à la connaissance de quelques associations civiles environnementales, qui formulèrent une première demande d´information à la fin 1999. Aucune précision sur ce projet ne fut fournie mais ces échanges constituèrent un premier rapprochement informel entre les associations et les autorités.

Dès lors cependant, la décision du gouvernement de l´état fut présentée comme étant irrévocable, et en avril 2000 celui-ci annonça publiquement la signature du contrat pour cinq ans avec une entreprise privée pour la célébration du Grand Prix de la série Kart. Après cette annonce, des groupes environnementaux demandèrent formellement à la Secretaría de Desarrollo Urbano y Obras Públicas (Secrétariat de Développement Urbain et de Travaux Publics) copies des documents correspondants. Devant la réticence des autorités à porter à la connaissance des associations mobilisées l´information concernant ce cas, une nouvelle association fut constituée, le Comité Pro Rescate del Parque Fundidora (Comité pour le Sauvetage du Parc Fundidora). Celui-ci adopta pour mission d´obtenir des informations autour du projet afin de vérifier si celui-ci pouvait être défini comme un projet d´utilité publique et revendiquer les objectifs environnementaux attribués au Parque Fundidora. A partir de ce moment, se développa une controverse au cours de laquelle les associations mobilisées n´ont pas obtenu que le gouvernement de l´état s´engage dans un véritable dialogue autour du projet et sa pertinence par rapport aux objectifs attribués au parc. Un dialogue dont l’objectif était de justifier, comme le demandait le Comité Pro Defensa del Parque Fundidora, la finalité d´utilité publique et qui fasse connaître publiquement les études d´impact environnemental et urbain. Et pourtant le Comité avait gagné un jugement d’amparo demandant que le gouvernement réponde aux pétitions d´information liées à la construction de la piste. « Contrairement à la résistance du Comité Pro Rescate Fundidora, il y eut d´autres organismes en faveur de la construction de la piste, pour la plupart des chambres du patronat de la petite et moyenne industrie » (Medellín Mendoza, 2006, p. 89)

25On observe dans ce cas la forte résistance du gouvernement de l´état à soumettre le projet en question au scrutin des groupes mobilisés. Et c´est cette résistance qui provoque la formation d´un nouveau collectif, le Comité Pro Rescate del Parque Fundidora.

  • 6 Ce conflit dure jusqu’à aujourd’hui.

26A la différence d´autres conflits environnementaux persistants comme ceux qui se sont développés autour de la Minera San Xavier6 (Melé, 2011 ; Reygadas et Reyna, 2008) et du confinement de résidus toxiques, finalement frustré, à Guadalcázar (Costero, 2002 ; Azuela, Ugalde, 2002 ; Vega, 2004 ; Azuela, 2007), et qui sont passés du plan local au plan national et international après avoir été instruits en justice et amplement diffusés, le cas en question ne peut même pas peut-être être qualifié de conflit ; en effet, il s´est plutôt agit d´une controverse qui s´est toujours limitée au plan de la procédure et de la revendication du droit à l´information du côté des opposants.

27Cependant, ce qui retient justement notre attention est le fait que ce conflit n´ait pratiquement pas dépassé le plan local et n´ait pas donné lieu au type de manifestations publiques (meetings, mobilisations de rue) qui sont communes à la plupart des conflits de proximité qui ont lieu actuellement au Mexique.

28Nous n’allons pas, ici, tenter de donner une réponse à ce problème, mais une de ses caractéristiques vaut la peine d'être signalée : les difficultés du collectif mobilisé à construire une modalité de territorialisation qui permette d´établir des liens effectifs entre le parc et un collectif affecté par le projet contesté (les habitants de la ville de Monterrey ?). D´autre part, on peut considérer comme faible la qualification juridique du caractère « environnemental » brandie par les opposants, car elle se réduit à la mention de l´expression patrimoine écologique dans le contrat de constitution du fidéicommis du parc. Expliquons-nous : d´un côté, il est certain que, de plus en plus la mobilisation du répertoire environnemental, comme celui du patrimoine historico-culturel, est actuellement extrêmement efficace au Mexique pour la « montée en généralité » d´un conflit. Il est cependant très différent de dire que cette montée se produit automatiquement et indépendamment du degré de plausibilité de l´existence et de l´importance des réalités qui participent dans chaque cas en qualité d´environnement ou de patrimoine. Par ailleurs, si on prend en compte l´éventail des recours dont les collectifs mobilisés se servent habituellement pour transférer vers l´espace public les dommages et les demandes pour lesquels ils se mobilisent et les transformer en affaires d´intérêt général, on peut facilement supposer que les échos limités obtenus par les opposants au projet de référence ont obéi en grande mesure à sa modération quant au type d´initiatives adoptées. Ces initiatives ont fondamentalement consisté en des tentatives, frustrantes, de dialogue public avec les autorités et en l´invocation, par voie de contentieux, du droit à l´information.

Les conflits patrimoniaux

29Ce sont ceux dans lesquels les enjeux sont les effets de certains travaux publics, d´une construction privée ou d´une activité, sur la préservation du patrimoine historique / architectural / culturel associé à un immeuble déterminé ou à un groupe d´immeubles, à un polygone urbain ou à une zone territoriale. Nombre de ces conflits sont liés à des processus de patrimonialisation relativement récents et spécifiquement promus par le pouvoir politique afin de valoriser/revaloriser une zone donnée, en particulier ce que l´on appelle aujourd´hui les centres historiques de nombreuses villes, qui correspondent en règle générale au tracé dessiné à l´étape coloniale. Dans un premier temps, dix de ces centres historiques ont été déclarés Zona de Monumentos Históricos, Zone de monuments historiques, par l´Instituto Nacional de Antropología e Historia (Institut national d´anthropologie et d´histoire) (INAH), et reconnus ensuite par l´UNESCO comme Patrimoine culturel de l´humanité (Cabrales Barajas, 2009, p. 308). Mais il existe également au Mexique bien d´autres lieux qui correspondent à des zones déclarées zones de monuments archéologiques par l´INAH, et qui, dans un bon nombre de cas, ont aussi été reconnus par l´UNESCO comme Patrimoine mondial de l´humanité, ainsi qu´un nombre croissant de zones classées par les législations des états en raison de leurs valeurs historiques et culturelles spécifiques et qui sont, par conséquent, sujettes à des mesures de protection de divers types.

30Les conflits surgissant autour de la préservation du patrimoine ont été diffusés pendant les deux dernières décennies du nord au sud du pays. Bien entendu, l´existence de qualifications patrimoniales de constructions, de lieux et de périmètres est très antérieure à l´éclosion des conflits patrimoniaux. Si ces derniers ont émergé, c´est parce que, du côté des acteurs publics comme du côté des divers collectifs qui se constituent et se mobilisent actuellement à propos de la défense de différentes choses qualifiées de patrimoine, la référence commune à des choses et à des valeurs patrimoniales implique que celles-ci ont intégré un répertoire qui est entré dans le domaine public. On expose dans l’encadré 3, à titre d´illustration, sur la base de chroniques journalistiques, le conflit qui s´est déroulé en 2004 autour de l´installation d´un supermarché de la transnationale Wal-Mart aux alentours du site archéologique des « Pyramides de Teotihuacán ».

Encadré 3 : Walmart à Teotihuacán

Le 19 mai 2004, l´INAH, l´institution qui a en charge la protection des zones de monuments historiques et archéologiques, autorisa l´entreprise Wal-Mart à construire un supermarché « Bodega Aurrera » dans la localité de San Juan Teotihuacán, là où se localise un site archéologique internationalement reconnu, « Les Pyramides de Teotihuacán ». Quand on apprit que la transnationale Wal-Mart était en train de construire le magasin en question sur un terrain défini comme le périmètre « C » de protection du site archéologique, un groupe d´habitants organisés sous le nom de Frente Cívico en Defensa del Valle de Teotihuacán40 (FCDVT) (Front Civique pour la Défense de la Vallée de Teotihuacán) commença à se mobiliser. A la fin du mois de juillet, quelques 50 personnes de cette association, fondamentalement constituée d´agriculteurs, d´enseignants et de quelques commerçants, occupèrent pendant trois jours ce qui était construit du nouveau supermarché Wal-Mart et exigèrent que le projet soit freiné. (Fernando Cevallos, IPS, septembre 2004, www.tierramerica.net/2004/0904/noticias2. shtmil). La mobilisation du FCDVT a été appuyée, entre autres, par celui qui fut le principal dirigeant de l´opposition à la construction de l´aéroport d’Atenco, Ignacio del Valle (La Crónica, Yuliana García, mercredi 6 octobre 2004).

Le 6 octobre, selon une note signée par les correspondants du journal La Jornada, Javier Salinas et Cesáreo Camacho, le Frente Cívico en Defensa del Valle de Teotihuacán, après avoir appris que le gouvernement de l´état de Mexico ratifiait l´accord convenu avec l´entreprise, annonça qu´il intensifierait ses protestations et ses actions contre la construction du Wal-Mart. Quelques jours plus tard, le 10 octobre, au cri de : « Wal-Mart, hors de Teotihuacán ! » et « Mort aux transnationales ! », des centaines de personnes qui avaient participé à une concentration convoquée par le FCDVT lancèrent un ultimatum aux autorités des trois niveaux de gouvernement pour qu´ils arrêtent la construction.

Des membres de 30 associations, défenseures du patrimoine culturel, se joignirent à la convocation du front, outre des syndicats, des étudiants, des professeurs, des activistes sociaux, des punks, des artistes, des résidents, des femmes au foyer et des intellectuels (www.jornada.unam.mx/2004/11/05/03an3cul.php?origen=index.html&fly=1). Ainsi, comme le signalait un reportage de BBC NEWS, au mois d´octobre 2004, des écrivains et des artistes mexicains s´étaient joints à la campagne pour empêcher Wal-Mart d´ouvrir le supermarché; et dans une lettre ouverte au président de l´époque, Vicente Fox, le groupe composé, entre autres, du peintre Francisco Toledo et de la romancière Laura Esquivel, proposait qu´il soit construit ailleurs. De leur côté, signalait la même chaîne, les opposants locaux affirmaient que le supermarché provoquerait des dommages au site, en finirait avec les petites entreprises et changerait le mode de vie dans la région (BBC News, 15 octobre 2004).

  • 7 N. du T. : Televisa est la plus grande chaine de télévision privée du Mexique.

Dans les jours qui suivirent la concentration convoquée par le Frente, selon un rapport de Noticieros Televisa7 daté du 12 octobre, « des habitants de Teotihuacán (…) présentèrent (…) une dénonciation de faits devant la Procuraduría General de la República (PGR) ». Les signataires demandaient que la PGR se saisisse des biens de la chaine commerciale sur la zone de construction à Teotihuacán et qu´elle réalise une investigation pour déterminer si les autorités qui avaient donné le permis de construire avaient commis un délit. Et le journal La Jornada rapporta le 21 octobre que ce jour-là, à la fermeture du journal, le siège de l´INAH, dans la colonia Roma, était toujours occupé par le Frente Cívico. (La Jornada, Jeudi 21 octobre 2004). Finalement, protégée par un dispositif policier, la Bodega Aurrerá fut inaugurée le 4 novembre et est toujours en activité.

Il faut signaler que la zone où le magasin a finalement été construit sur une superficie d´un peu plus de 6 000 m2, était déjà complètement urbanisée et qu’y coexistaient divers usages du sol avant l´implantation de la Bodega Aurrerá : logement, ateliers, commerces, etc. D´autre part, selon les sources du gouvernement municipal, on estime que pendant la décennie antérieure au conflit, la population qui vivait aux alentours de la zone archéologique de Teotihuacán, avait réalisé environ trois mille constructions dans les zones de restriction, principalement dans la zone C.

31La mobilisation contre l´installation d´un supermarché Wal-Mart à Teotihuacán, à la différence d´autres mobilisations similaires qui ont surgi à partir des années 1990, n´a pas atteint son objectif. Par exemple, en 2002, les opposants à l´installation d´un restaurant McDonald’s dans le centre historique de la ville de Oaxaca, menés par le peintre Francisco Toledo, ont réussi à obtenir, après quatre mois de mobilisation, l´annulation du projet. A la fin des années 1990, bien que l´entrepreneur Carlos Slim ait pu concrétiser son projet de centre commercial à l´emplacement de l´usine de papier Loreto y Peña Pobre, proche de la zone archéologique de Cuicuilco dans la delegación Tlalpan au sud du Distrito Federal, les opposants au projet, après des négociations avec l´entreprise, ont réussi à imposer plusieurs de leurs exigences, dont une réduction considérable du nombre d´étages prévus pour abriter les bureaux corporatifs de Telmex (la principale entreprise de l´empire économique dirigé par Slim) (Salazar Peralta, 2006).

32La modernisation, les investissements et la génération d´emplois que ce type de projets implique, sont autant d´arguments présentés et brandis par les promoteurs privés; ce sont également, semble-t-il, les raisons qui poussent les autorités compétentes à donner leur feu vert aux projets en question. Face à ses arguments, les collectifs mobilisés opposent la protection du patrimoine historique et culturel contre la voracité des intérêts commerciaux, la défense de l´identité culturelle face à l´homogénéisation que prétendent imposer les capitaux transnationaux et dans certains cas (Teotihuacán, Cuiculco), le caractère sacré d´un site.

33Aussi bien dans le cas décrit que dans celui du conflit concernant la transformation de l´ancienne usine de papier de Loreto y Peña Pobre en centre commercial et corporatif, les conflits urbains ont intégré le répertoire patrimonial: les premiers collectifs mobilisés contre la Plaza Cuicuilco, ont été des habitants de quartiers proches du projet, qui craignaient les effets de l´affluence et de la circulation que celui-ci provoquerait (Salazar Peralta, 2006). A Teotihuacán, on présume qu´au sein du collectif mobilisé, des commerçants dont les intérêts auraient été affectés par l´implantation de la Bodega Aurrera auraient joué un rôle important. Cependant, il serait erroné de rejeter la mobilisation du répertoire patrimonial comme « manquant d´authenticité ». En tout cas, la force que certains conflits patrimoniaux réussissent à prendre, attire l´attention.

34Mentionnons par ailleurs que la mobilisation des acteurs locaux a été soutenue par de nombreuses associations, des intellectuels et des artistes alignés sur ce que l´on appelle aujourd´hui le camp altermondialiste. En luttant pour les inscrire dans la lutte contre la globalisation néolibérale, les associations et ces personnalités du monde de la culture tendent actuellement, au Mexique, à intervenir précisément dans ces conflits dans lesquels l´enjeu est le patrimoine historique ou culturel ou, dans ceux qui sont présentés dans la section suivante : les revendications de communautés locales autour du destin des territoires avec lesquels elles sont liées historiquement.

Les conflits à propos de projets affectant les relations entre des communautés et leurs territoires

  • 8 En espagnol, pueblo peut avoir le sens de village, entité administrative et territoriale, et de peu (...)

35Il s´agit de conflits dans lesquels une communauté locale s´oppose à un projet qui implique, du point de vue de ses opposants, un bouleversement des rapports entre la communauté et le territoire auquel elle est supposée être traditionnellement liée. Autrement dit, du point de vue des collectifs mobilisés, l´enjeu dans ce type de conflits est la perte de capacité de la communauté, en règle générale nommée pueblo8 -dans le sens d´une localité et de ses habitants-, de décider du destin de terres qui appartiennent (ou dans certains cas ont appartenu, si elles ont été aliénées à un moment donné) à ceux qui sont reconnus comme originaires de la localité.

36Deux de ces conflits sont devenus emblématiques pour plusieurs raisons, et tout particulièrement parce que les opposants ont réussi à bloquer la réalisation des projets controversés. Il s´agit d´une part du conflit que nous avons déjà évoqué autour de la construction du nouvel aéroport international de la ville de Mexico à Atenco, et d´autre part du club de golf à Tepotzlán, état du Morelos, au milieu des années 1990. Dans l’encadré 4, nous avons résumé ce second cas d´après les travaux de P. Melé (2011).

Encadré 4 : Le conflit au sujet du Club de Golf à Tepoztlán

En 1994, l´annonce de l´autorisation du projet de club de golf de l´entreprise Kladt-Sobrino sur des terres proches du village de Tepotzlán, provoqua l´opposition d´une grande partie des résidents du village. Le terrain de golf faisait partie d´un projet de 227 hectares comprenant 600 résidences de luxe, un centre d´affaires international, un hôtel, plusieurs restaurants et un héliport.

Tepotzlán, situé à moins d´une heure en voiture de Mexico, est le chef-lieu du municipe du même nom, dans l´état du Morelos. Il s´agit, en 2000, d´une localité de 14 000 habitants, devenue depuis de nombreuses années un centre touristique où se trouvent de nombreuses résidences secondaires et habite un grand nombre d’artisans, artistes et intellectuels, venant de Mexico. Bien que de nombreux habitants originaires aient conservé des terres, la plupart d´entre eux travaillent dans le commerce et les services. Soulignons qu´il s´agit d´un village construit sur un lieu où se trouve un site archéologique préhispanique et dont les habitants ont activement participé à la Révolution de 1910, aux côtés de l´armée zapatiste.

L´opposition des habitants du village au club de golf a été principalement motivée par le fait qu´il impliquait la construction d´une enclave fermée destiné aux touristes et à de riches résidents sur des terres communales qui, à un moment donné, avaient été acquises illégalement. En outre, l´importante consommation d´eau qu’occasionneraient le terrain de golf et les piscines semblait incompatible avec le manque d´eau dont souffrent les habitants de Tepotzlán pendant plusieurs mois de l´année.

Le projet disposait du permis octroyé par le gouvernement de l´état et avait l´appui du gouvernement municipal ; par ailleurs, il avait obtenu une autorisation des autorités environnementales, « conditionnée » au respect d´une partie de la végétation existante et à l´adoption de mesures de compensation pour les dommages causés à l´environnement. Les opposants mobilisèrent, en appui à leur cause, les valeurs patrimoniales – la présence de vestiges archéologiques - et environnementales – l´existence du parc national du Tepozteco décrété en 1937 - concernant la zone. Mais en outre, ils attaquèrent le caractère illégal de la vente des terres, un facteur qui affaiblit considérablement la position de l´entreprise promotrice.

Les opposants ont désavoué le gouvernement municipal qui avait défendu le projet et ont soutenu un gouvernement municipal autonome durant toute la durée du conflit, ils ont bloqué et contrôlé l´accès au village et ont désavoué aussi les représentants agraires qui s´étaient également manifestés en faveur du projet. La mobilisation s´est radicalisée après la détention de plusieurs membres du mouvement accusés d´avoir assassiné un partisan du projet ; et elle ne s´est terminée qu´en 1997, lorsque l´entreprise a annoncé son désistement après la mort d´un habitant, à l´occasion de l´attaque perpétrée par la police de l´état contre une manifestation d´opposants.

37Il est évident que le cas du club de golf de Tepotzlán pourrait être analysé comme un conflit environnemental (voir Velázquez García, 2008). Si nous l´intégrons ici au répertoire des rapports entre une communauté et son territoire, c´est parce que il s´est agi d´un conflit articulé autour de l´opposition à un projet que le collectif mobilisé a réussi à présenter avec succès sur la scène publique, comme une affectation externe et injuste des intérêts et des modes de vie légitimes d´une communauté unie pour les défendre.

38Si, comme le signale P. Melé (2011), le cadre d´analyse « révolte de sociétés ou de communautés locales contre un projet imposé de l´extérieur », semble insuffisant pour rendre compte de la complexité de ces situations de conflit, il n´en est pas moins certain qu´il s´agit d´une modalité de territorialisation dans laquelle c´est le lien entre communauté et territoire et l´image d´un village en lutte pour la préservation de ce lien, qui réussit à s´imposer comme la raison (et la justification) centrale d´une mobilisation qui prend les caractéristiques d´une révolte populaire. Les soutiens externes apportés aux acteurs locaux et qui ont été nombreux et variés, se sont également articulés autour de la légitimité de cette motivation centrale. D´un autre côté, comme dans le cas du Wal-Mart a Teotihuacán, ces acteurs externes faisaient partie du camp altermondialiste et ont contribué à situer le conflit, au moins sur le plan symbolique, comme un élément des luttes anti-impérialistes et anticapitalistes.

Conclusions : les conflits de proximité au Mexique, entre la mobilisation de rue et la mobilisation du droit

39Reprenons maintenant, à titre de conclusions, les traits les plus remarquables des conflits de proximité au Mexique, qu’on peut dégager à partir du panorama qu’on vient d’exposer.

40En premier lieu, dans la très grande majorité des cas, même dans ces conflits urbains de proximité que l´on peut caractériser comme de faible intensité, on trouve habituellement deux types d´actions chez les collectifs mobilisés. D´une part, le recours à des démonstrations publiques qui impliquent généralement une mesure de force, par exemple, bloquer le passage d´une artère, de façon à rendre le problème public. D´autre part, la dénonciation publique, dans les médias, de ce qui est presque invariablement assumé (dans une bonne partie des cas pour des raisons totalement plausibles) comme une marque d´autoritarisme, de manquement à la loi ou de corruption des autorités compétentes par rapport à l´autorisation et à la supervision du projet, ou à la régulation de l´activité qui cause le conflit de proximité. Dans les cas qui sont devenus emblématiques, comme Tepotzlán et Atenco, les mesures de force ont inclus l´expulsion des autorités municipales et l´instauration de facto d´autorités locales autonomes.

41Un second trait semble caractéristique de la façon dont les conflits de proximité se posent actuellement au Mexique : les collectifs mobilisés ne parviennent que difficilement à convertir un problème local, -et tous les conflits de proximité naissent par définition comme des problèmes locaux-, en un problème d´intérêt général, s´ils n´ont pas recours à l´expression publique au sens qu’ils le rendent visible dans l´espace public– très souvent au moyen de l´exercice ou de la menace de la force. A ce propos et, semble-t-il, en règle générale, si les autorités compétentes ne sont pas publiquement exposées – au sens signalé -, non seulement elles renâcleront à dialoguer et à établir des négociations avec les opposants à un projet donné, mais encore elles tendront à maintenir en réserve l´information le concernant, quand bien même cette dernière, paradoxalement, aurait un caractère public d´un point de vue légal. Le cas présenté pour illustrer les conflits environnementaux, celui du projet d´une piste de courses automobiles dans le Parque Monterrey, met en relief cet aspect. Dans ce conflit, même face à une décision judiciaire adverse, le gouvernement de l´état a gardé à tout prix sous silence l´information du projet qu´il considérait sensible, en recourant en dernière instance à une argutie également légale. Par ailleurs, n´importe quel observateur externe pourrait commencer par signaler, que si le controverse n’a pas monté en généralité, c´est précisément parce que le collectif mobilisé n´a pas réussi à transformer les réalités, les principes et les valeurs en jeu en questions d´intérêt général.

42Troisième caractéristique : même si, par exemple, Reygadas et Reyna (2008) considèrent le conflit autour de l´opération de la Minera San Xavier à San Luis Potosi comme un conflit particulièrement « éristique », dans le sens où il fut établi en termes du « tout ou rien », on peut signaler que les conflits de proximité au Mexique acquièrent justement très souvent ce caractère. Et ce parce que les opposants, ou du moins ceux qui réussissent à se faire entendre parmi les opposants, refusent de négocier un arrangement, c´est-à-dire d´arriver à des accords pour l´adoption de mesures qui impliquent des changements ou qui tendent à mitiger ou à neutraliser les effets négatifs imputés. Ou, à l´inverse, parce que les autorités compétentes ou les promoteurs du projet font la sourde oreille aux demandes faites par les opposants, et commencent par refuser de rendre publique l´information correspondante.

43On pourrait se demander quelle relation les aspects antérieurs ont avec ce quatrième aspect tout aussi remarquable : les grandes variations observées dans l´usage de la force publique face aux actions illicites auxquelles les collectifs mobilisés ont parfois recours. Ces variations semblent montrer que lorsque l’action des autorités se trouve, pour le dire d´une certaine manière, « sous la lumière », elles omettent fréquemment l´application de la loi et l´usage pondéré de la force que cette application exigerait. Et, en contrepartie, lorsqu´elles appliquent cette force, cette dernière tend à acquérir un niveau démesuré et franchement illégal.

44Finalement, on peut soutenir qu´il existe trois types d´actions, de procédés et de dispositifs principaux dont se servent les collectifs mobilisés dans les conflits de proximité et qui, en même temps, parviennent ou non à avoir des effets sur les décisions des autorités et les actions des particuliers (en règle générale une entreprise) qui constituent la partie intéressée dans le projet ou l´activité controversés : 1) le transfert vers l´espace public grâce à la mobilisation de rue – pacifique ou plus ou moins violente- et la dénonciation dans les médias, 2) l´utilisation de dispositifs de dialogue et de négociation, qu´ils soient préexistants ou définis au long du conflit et 3) la voie du contentieux. Au Mexique, on observe que les répertoires correspondants au premier et au troisième type tendent à prédominer, alors que le dialogue et la négociation, s´ils existent en règle générale et sans lesquels on peut difficilement parler de la formation d´un espace public intermédiaire, tendent à occuper un rôle secondaire, à l´exception peut-être d´une partie des conflits urbains de proximité. Et, dans tous les cas, quand le dialogue et la négociation sont présents pendant une ou plusieurs des phases d´un conflit, tout semble indiquer que leur efficacité dépend généralement du fait qu´ils ont été précédés du recours à l’énonciation du problème et à la mobilisation de rue par les collectifs.

Haut de page

Bibliographie

AZUELA A., 1989, La ciudad, la propiedad privada y el derecho, México, El Colegio de México, 276 p.

AZUELA A., 2006, Visionarios y pragmáticos. Una aproximación sociológica al derecho ambiental, México, Fontamara / ISS-UNAM, 537 p.

CABRALES BARAJAS L. F., 2010, El centro histórico de Morelia: una buena práctica de revalorización del patrimonio, in COULOMB R. (coord.), México. Centralidades históricas y proyectos de ciudad, Quito, Olacchi, p. 305-346.

CALLON M., 1998, An essay on framing and overflowing: economic externalities revisited by sociology, www.vub.ac.be/ .../Callon%20%20and%20over (1998) %20on%20 framing flowing.pdf.

CISNEROS SOSA A., 2006, Movimientos sociales frente al Estado en la transición mexicana, Sociológica, v. 21, n. 61, p. 71-93.

COSTERO C., 2002, Metalclad y el municipio de Guadalcázar, Vetas, a. iv, n. 11, p. 11-27).

CUELLAR VÁZQUEZ A., 1997, Tepoztlán: entre la legalidad y la legitimidad ¿dónde se constituyen los actores?, in CASTAÑEDA F. y CUELLAR A. (coords.), El uso y la práctica de la ley en México, México, UNAM / M.A Porrúa, p. 191-213.

DUHAU E., 2009, A case study on the implementation and outcomes of the 1992 reforms on the Mexican agrarian property institutions: An ejido in the frontier of the urbanization process, in UBINK J., HOEKEMA A. y ASSIES W. (eds.), Legalizing Land rights. Local Practices, State Responses and Tenure Security in Africa, Asia and Latin America, Leiden University Press, Leiden, p387-407.

DUHAU E., 2000, Doctrinas de planeación y gestión del desarrollo urbano, in IRACHETA A., SMOLKA A. y M., Los pobres de la ciudad y la tierra, El Colegio Mexiquense / Lincoln Institute, México, p. 181-196.

DUHAU E. ET GIGLIA A., 2008, Las reglas del desorden: habitar la metrópoli, México, Siglo XXI / UAM-A, 570 p.

DUHAU E. Y GIGLIA A., 2004, Conflictos por el espacio y orden urbano, Estudios Demográficos y Urbanos, v. 19, (2), n°56, mayo-agosto, p. 257-288.

FIX FIERRO H., 2002, La reforma judicial en México ¿De dónde viene? ¿Hacia dónde va?, Documento de Trabajo núm. 31, México, IIJ-UNAM, 67 p.

JARAMILLO PUEBLA N.-A., 2007, Comercio y espacio público. Una organización de ambulantes en la Alameda Central, Alteridades, v. 17, n. 34, p. 137-153.

MEDELLÍN MENDOZA L. N., 2006, La resistencia a la democracia deliberativa. Tensiones entre un gobierno de alternancia y la sociedad civil organizada. El caso del Parque Fundidora en Monterrey, Región y Sociedad, v. XVIII, n. 36, p. 71-105.

MELÉ P., 2011, Transactions territoriales: patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique, Tours, PUFR, 213 p.

PINEDA PABLOS N., 2007, Construcciones y demoliciones. Participación social y deliberación pública en los proyectos del acueducto de El Novillo y de la planta desaladora de Hermosillo, 1994-2001”, Región y Sociedad, V. XIX, número especial, p. 89-115.

OLVERA A. J. (coord.), 2003, Sociedad civil, esfera pública y democratización en América Latina: México, México, FCE, 550 p.

RAMÍREZ KURI P. (coord.), 2003, Espacio público y reconstrucción de la ciudadanía, México, Miguel Ángel Porrúa, 477 p.

RAMÍREZ SÁIZ J.-M., 1998, ¿Cómo gobiernan Guadalajara? Demandas ciudadanas y respuestas de los ayuntamientos, México, M.A. Porrúa / IIS-UNAM / CUCSH-UDG, 294 p.

RAMÍREZ SÁIZ J.-M. ET P. SAFA BARRAZA, 2009, Megaproyectos, vecinos y derechos humanos, Ciudades, n. 84, p. 2-7.

REYGADAS P. ET REYNA JIMÉNEZ O. F., 2008, La batalla por San Luis: ¿el agua o el oro? La disputa argumentativa contra la Minera San Xavier, Estudios Demográficos y Urbanos, v. 23, n. 2 (68), p. 299-331.

RODRÍGUEZ G. ET MORA HEREDIA J., 2005). Todos en la colonia nos conocemos: la movilización de clases media en Clavería, Sociológica, v. 19, n. 57, p. 147-170.

ROSAS M., 1997, Tepoztlán crónica de desacatos y resistencia, México, Era, 147 p.

SALAZAR PERALTA A.-M., 2006, La democracia cultural y los movimientos patrimonialistas en México, Cuicuilco, v. 13, n. 38, p. 73-88.

TAMAYO S., 2006, Espacios de ciudadanía, espacios de conflicto, Sociológica, v. 21, n. 61, p. 11-40.

UGALDE V., 2006, La politique des déchets dangereux au Mexique, Thèse pour le doctorat en droit, Université du Panthéon-Assas, Paris II, 503 p.

UGALDE V., 2002, Las relaciones intergubernamentales en el problema de los residuos tóxicos de Guadalcázar, Estudios Demográficos y Urbanos, v. 17, n. 1, enero-abril.

VEGA O., 2004, La emergencia de nuevos actores en la dinámica de las relaciones intergubernamentales en México: un caso de estudio en 68 Guadalcázar (San Luis Potosí), ponencia presentada en el IX Congreso Internacional del CLAD, Madrid, España, 2-5 de noviembre.

VELÁZQUEZ GARCÍA M.-A., 2008, La construcción de un movimiento ambiental en México. El club de golf en Tepoztlán, Morelos, Región y Sociedad, v. XX, n. 43, p. 61-96.

VELÁZQUEZ GARCÍA M.-A., 2004, La violencia y los movimientos sociales en el gobierno de Vicente Fox, Región y Sociedad, v. XVI, n. 29, p. 45-74.

Haut de page

Notes

1 Cet article est l’un des produits du projet CONFURB réalisé avec l’appui du programme « Conflits, guerre(s) et violence » de l’ANR SHS coordonné par l’UMR CITERES.

2 Un texte de référence obligé en ce qui concerne l´institutionnalisation d´un régime de régulation et de planification des établissements humains : Azuela, 1989.

3 Organisme qui appuie et conseille les ejidatarios et les comuneros dans l’exercice et la défense de leurs droits de propriété.

4 Pendant ces dernières années une vaste littérature concernant cette problématique a été publiée, constituée pour une large part par des ouvrages collectifs; voir entre bien d´autres Ramírez Kuri (coord.), 2003 ; Olvera, 2003 ; Tamayo, 2006.

5 Le jugement de amparo (protection), permet la suspension de l´action légale présente ou potentielle qui a motivé la demande de amparo (arrestation de la personne qui demande l´amparo, fermeture de travaux, suspension d´une activité, etc.) jusqu´à ce que l´action légale de fond soit résolue définitivement.

6 Ce conflit dure jusqu’à aujourd’hui.

7 N. du T. : Televisa est la plus grande chaine de télévision privée du Mexique.

8 En espagnol, pueblo peut avoir le sens de village, entité administrative et territoriale, et de peuple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilio Duhau, « Les conflits de proximité au Mexique : entre mobilisation de rue et mobilisation du droit », Géocarrefour, Vol. 87/1 | 2012, 15-25.

Référence électronique

Emilio Duhau, « Les conflits de proximité au Mexique : entre mobilisation de rue et mobilisation du droit », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/1 | 2012, mis en ligne le 18 octobre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8606

Haut de page

Auteur

Emilio Duhau

UAM-Azcapotzalco, Departamento de Sociología Erduhau@yahoo.com.mx

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals