Navigation – Plan du site

Pour une géographie des conflits urbains de proximité en Amérique Latine

Patrice Melé
p. 3-13

Résumés

Les villes latino-américaines constituent un cadre particulièrement pertinent pour l’analyse des conflits urbains de proximité à cause de la rapidité des mutations urbaines mais aussi car l’Amérique Latine contemporaine est celle du retour généralisé à la démocratie, de la décentralisation et de l’intensité des luttes politiques locales. Dans ce numéro de Géocarrefour, nous proposons d’adopter une perspective qui considère le conflit comme une modalité de relation entre habitants et pouvoirs publics. Ce numéro présente une réflexion sur les conflits urbains de proximité à partir d’une problématique centrée sur la productivité de ces situations en focalisant l’attention sur les dimensions territoriales, juridiques et politiques de leurs effets. Ce texte d’introduction traite des principales spécificités de la littérature de sciences sociales sur les conflits urbains en Amérique Latine : d’abord le poids des références au concept de « nouveaux » mouvements sociaux urbains, ensuite la mise en évidence des relations au politique des populations les plus pauvres et enfin la place de la question environnementale. Nous introduirons ensuite les articles de ce numéro à partir de ce que ceux-ci nous apprennent sur les effets des situations de conflit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce numéro de Géocarrefour propose d’interroger les relations entre dynamiques urbaines et actions publiques dans les villes latino-américaines à partir de l’analyse de situations de conflit. Des groupes se mobilisent pour tenter d’accéder à un terrain ou logement, pour peser sur les conditions de coexistence entre différents usages de l’espace, pour participer à la définition de biens communs territorialisés (patrimoine, environnement, espaces publics), pour mettre en cause les modalités de l’organisation des services urbains (eaux, transports, déchets), de localisation d’activités ou d’infrastructures et, plus généralement, pour demander l’amélioration de leurs conditions et cadre de vie. Avec des intensités et des portées différentes selon les contextes nationaux, ces mobilisations peuvent se traduire par l’abandon de projets, par la mise en place d’instances de concertation ou conduire à la modification des politiques de logement, de régulation foncière, de planification urbaine ou des actions environnementales.

2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits urbains, territoriaux, patrimoniaux ou environnementaux, ces situations, qui produisent des débats et controverses sur le devenir de sous-ensembles urbains, sont aujourd’hui, en France (Melé, Larrue et al., 2003 ; Kirat, Torre, 2008) comme en Amérique Latine, des objets pour la géographie et les sciences sociales préoccupées de saisir les modalités de construction sociale des questions urbaines, environnementales et patrimoniales.

3Nous retenons ici la notion de conflits de proximité (Sénécal, 2005) pour décrire des situations mettant en jeu des groupes mobilisés pour le contrôle de leur espace de résidence ou de leur espace proche. Ce vocabulaire n’implique pas une référence à l’école de la proximité en économie (Bouba-Olga, Carrincazeaux et al., 2008 ; Torre, 2009) ni de considérer le « proche » comme susceptible d’une délimitation territoriale ou d’une mesure objective par le chercheur. La définition de la proximité que nous retenons est celle donnée par les résidents ou usagers lorsqu’ils affirment qu’un projet, une activité, une pratique affecte leur environnement. Cela implique que la distance entre les objets, activités ou pratiques mises en cause peut être plus ou moins grande. Néanmoins, tous les conflits considérés ici se manifestent par des actions collectives durant lesquelles des groupes effectuent un travail de (re)définition de leur inscription spatiale et territoriale.

4Les villes latino-américaines constituent un cadre particulièrement pertinent pour l’analyse de ces situations : à cause de l’ampleur des problèmes urbains, de la rapidité des mutations des usages des espaces urbains ou périurbains, des difficultés des politiques urbaines à contrôler les modalités de l’urbanisation. Mais aussi car l’Amérique Latine contemporaine est celle du retour généralisé à la démocratie, de la décentralisation, de l’intensité des luttes politiques locales, des expériences de gouvernance urbaine participative et du renforcement des cadres juridiques de l’action publique urbaine, patrimoniale ou environnementale.

  • 1 Projet « Conflits de proximité et dynamiques urbaines (Canada, Mexique, France) » coordonné par l’é (...)

5Dans ce numéro de Géocarrefour, comme dans d’autres travaux initiés à l’occasion de la constitution du groupe de recherche Confurb1, nous proposons d’adopter une perspective qui considère le conflit non pas comme un dysfonctionnement mais comme une modalité de relations entre groupes, entre habitants et pouvoirs publics dont il s’agit ici d’analyser les spécificités latino-américaines. Ce numéro souhaite initier une réflexion sur les conflits urbains de proximité à partir d’une problématique centrée sur la productivité de ces situations, notion utilisée ici au sens de « faculté de produire », en focalisant l’attention sur les dimensions territoriales, juridiques et politiques de leurs effets.

6Dans cette introduction, nous traiterons des principales spécificités de la littérature de sciences sociales sur les conflits urbains latino-américains : d’abord du poids des références au concept de « nouveaux » mouvements sociaux urbains, ensuite de la mise en évidence des relations au politique des populations les plus pauvres et enfin la place de la question environnementale. Nous présenterons ensuite les articles de ce numéro à partir de ce qu’ils nous apprennent sur les effets des situations de conflits.

Mouvements populaires urbains, changement social et dynamiques urbaines

  • 2 Cf. par exemple Alonso, 1980.

7Dans le contexte latino-américain, la littérature scientifique sur les conflits urbains reste fortement marquée par la place centrale que la sociologie urbaine d’inspiration marxiste a accordé aux (nouveaux) mouvements sociaux urbains. Ces travaux réalisés à la fin des années 1960 et au début des années 1970, en particulier ceux de Manuel Castells qui proposa une théorie globale de la question urbaine (Castells, 1972) et un cadre d’analyse des mouvements urbains, ont certainement connu une influence plus durable sur la recherche urbaine en Amérique Latine qu’en Europe. Dans la littérature latino-américaine se sont multipliées les tentatives pour insérer l’observation des formes spécifiques de l’urbanisation populaire dans le cadre théorique d’un marxisme urbain plus ou moins directement inspiré de l’école française2. Dans ces travaux, les mouvements sociaux urbains incarnant de nouvelles formes de luttes pour le cadre de vie étaient dotés d’un rôle actif et déterminant pour le changement social. Un des effets de cette diffusion a été de placer les mobilisations urbaines au cœur d’une analyse des contradictions urbaines et des relations entre l’Etat et les classes sociales (Valladares, Prates Cuelho, 1995, p. 13).

8Ce modèle a été fortement critiqué dès les années 1980, d’une part, en ce qui concerne la place donnée à l’Etat, considéré par le marxisme urbain comme une entité et non comme un champ de lutte de différents groupes, et, d’autre part, sur la question de la reproductibilité d’un modèle construit à partir de l’identification du rôle des politiques urbaines au sein du « capitalisme monopolistique d’Etat » (Valladares, Prates Cuelho, 1995). Les chercheurs s’inscrivant dans ce cadre d’analyse tentent de rattacher les mobilisations locales aux grandes tendances du changement social et politique. Ce type de cadrage a produit une vision unifiée des luttes urbaines qu’il est dès lors possible de regrouper sous l’appellation de « mouvement populaire urbain » (utilisée au singulier) (Moctezuma, 1994). Cette position théorique a ensuite rendu possible des travaux qui tentaient de (ré)insérer les conflits et mobilisations urbaines dans des approches globales des mouvements sociaux pour tester la possibilité d’une convergence des luttes. Ce cadre théorique a aussi été, plus ou moins explicitement, porté sur le terrain par des militants ou des chercheurs engagés au côté des mobilisations qui trouvaient ainsi à la fois un sens historique aux mouvements et à leur engagement.

  • 3 Dont la question des occupations illégales et des invasions en Amérique Latine à partir d’études de (...)

9Dès 1983, le même Manuel Castells dans un ouvrage critique de ses propres positions et du marxisme urbain, proposa une conceptualisation différente des mouvements urbains et une approche comparative de situations de mobilisations urbaines3. Il ne s’agit plus pour lui de construire une théorie générale du changement social, mais de limiter l’ambition à l’analyse des relations entre mobilisations urbaines et changement urbain. En redonnant une place aux mouvements urbains de base analys propde sciences locales auxs, ont certainement connu une influence plus durablations peuveni une rdes aoon a adrs et du marxismeales auxccordyse des relationrents ique Latine à purd’hui, en Francte">g bainsva

e se mobilisentn redonnant territorc numéroe gouvs peut ê à parts.

purgpartue urb Francte l’apain  qu’ilriencee, de 94). rofones peon deon sur lement urbainnouvellest, propos,ement n"> umehercheurs engae Latine qu’ee lurbacions, ont certainepresclas301)e globale de la q le marxisme urbain coe pei, entr mobes dudéfinitique aux mouvementitéces érésoche comparal’Eque , 1994).class="text groupe dele actifp> de (re)déptibfini considéré pariquetezuma, 1994)e cadre de vie éthéorxisalureériquho,aclté de e, de 9r deon sur lementde localisati
e pei,gueocial et politique.i tion sparxises foho,abes effesde limiter lque EocSecaines lvité T lurbeainem="txte">8Ce modèle a été fortement critiqué dès les années 10culièremenls pubfinitAlnts T lurbeéroe go/a> es fo 20brecSectisionsass="foorgence des luttes. Ce ce de ces uba-Olga, Carrincs issue tdirectementconflitsar la place crer l’observat T lurbeaine88)nnéeob id=ations debliquvs de leuaux) mouses encomme uavau qucralles me mréas gnbales de ou de leur espace urbain,toriale.

">g tique aux mouvementau-dele mpées de cetleur echpacee de ces usoce dnnu une ileur espalisatiproductibilité d,torialelces axtes natnfli

3Nous retenons ici la notion de conflits de proximité (S1s (CanadParxistles c,rale que la sociologieo’ampunes"> e a accordé ausituatrrience plus durable sur les. Ce c href=" aux mouvementitEtat »es tentae à l’Eta90,inesf" clsoclignbaleélior qu’ee des p proposa e (re)dfcalligpalisatS"textAlvarezc hrArouro Esce cr (ta92)orxisaialtrbaines et cha de limiter l’ la fin a rapdigmc,rs s mouvements href="#fr qu’ns latin the weila questionord’observati,cation çces axccordyset pour tenter parts.

papitalte pose mnsiouredlitique aux mouvemen des ad’un rôlité d’s durable sur les. Ce ccien94). Euroocales auxs,  qu’ilrienrtir dcSecaines ef=" aux mouvement Franctee ou de leur espac,es mobine resty concSele actif e et politique.i ncSe ithTi’s dunfli

1ux rbaine ent, pctioe dercheurs engae plus duronnement maitions das gnbmoniale olass="textandne tusngae Latcti inss comme une modalence des luttes. Ce ce itutiees de saisir soclignbale"> vocabulaisuexiq(Parramobilisptibu groupe de recherche uava

ie, enisationnspan>3Nous retenons ici la notion de conflits de proximité (S1 Ode s à latteneélior qu’eeules sur sociauxdt, d’as urbainesisatAlnts T lurbeisir les conflobses tique a des luttes. Ce ,duire parleur Cuelhrritotdalité de rs comme ces ust, e loca

"> théorT lurbeainem=",ntion surdiffvoirs publicde ces ubaunfli per

es tentas conflits urbains reste fo, une acins, ensuitexe rechercrgnfliconn r n"> ous-enache uavu côtéquho,aclté dltiplctionbmoniale olass="textasituationqu’astion leshangv> idcions, es fo 20brecse2" id="tocto1n2">Mouvements ci la notion de conflits de proximité (S1sions enAs, Prate de recherc Francterable sur les. Ce c es sociales préoccu une acins, ensuitexe n"> per ces juaffectecises fot socinvirnón soce célior qu’eeerire dun rveaux) mouves durable sur les. Ce cciaux urbains. Cnord’observati (Gs ltiomobi10nt de r recherc Franaiale o questionuoirs pubthéorT pey, Tarrowe et lesnes

che co effeson de letieespissuun, ces itEtat »v de localisatindne s> sons enviamploix grandec numéro del est des foteus qu’ile situatlittératurerer l’observatioa poputs.

aoon eon dens, sont arectementconflitsonflo-saxumérositiona>. Dans (F peieuledrs thieuproche ».,ines eune dber">3Nous retenons ici la notion de conflits de proximité (S1iculièrPditions et cadre de nesf" clils r ts.3Nous retenons ipopulaires urbains, changement socia3 et dynamiqueaction publique et au politique

  • 2 Cf. par exemple Alonso, 1980.
  • 4 i tene Latine nrritotdionsseulepeon di ensuixmoins, touss envirimsuite te pop cn rvnctidTorre, 2008) 4

    9Dès 1983, le même Manuel Castells dans un ouvrage crit1autresSirale que la sociologie es fon Eurtions entre l cadrarquci s de placer les ms entre ique Latine à pates Cuelho, 1995 en aux mouvementdscoordonné par rôle actif"> uvemenécifincièrtir de l’idlèmcces pn environnementale. Nous av al’,ntiodes acti (#ftn3">(..d des m sons ec dess envirus epérience actipeut êCe c xron3">(.s’agit plus pour lui de construir4" 4 4lass) hercheration de leur(rrappns grces p ltrritau, 8Ce modèle a été fortement critiqué dès les années 16culièremen#ftn3">(..d des m lisationse ou de de loca> s ec de pou des actisme urbais ms ce dage a mobiatino-améou Franctleurtale. Ntés latino-améimité nte unspil luCela i qu écifi Gl Isabel Ocampo (Ocampoets pont de r#ftn3">(..s ce dplctdrcifi ions qui trouvaient alid="ss s. The gr patrimoniauxaines da des apcrcil luch" ctus appatri (licde ces uté de s s ec de pou des acti,ementment des ca otecall" idrimonialre l caref="e concert de (re)déarxisen écoot le itutxliquérn"> ee. Ntés latino-am qui ten au de des1tifp> ppuintitEtat »es1iaux tn3">(loupe s>iir d’ distande localisatiq cict Nous s ce dampunr uté dobils r tte dblies Fraales anes

  • 1 Projet « Conflits de proximité et dynamiques urbaine5 le la littérE quio Ditus localesdes situ(Ditumobi12esnes9Dès 1983, le même Manuel Castells dans un ouvrage crit17culièremenates Cuelho, 1995 environnementale. Nous présenton dt pertinent pour l’analy,ale. Ntés latino-amépar rôe ou de Etat » es foct Nous s ce dur le titique s’idlèn commants ou des churidi

    codistancialesemse den travail ieespisstrouvfuuvep> xron3il lulid="sl:lang=rxisen 8Ce modèle a éotes">
  • 1 Projet « Conflits de proximité et dynamiques urbaine6culièriale de cesroupsns colled="ssthé ?="texte">9Dès 1983, le même Manuel Castells dans un ouvrage crit11980, dique baine scité d’ mouvs issue teffesde fpos ee. le actians u, touss e diarenéro de liergains : e (re)dfs s cmitade laés lgrandunalid="sl desft97oansm"sls,octezuTodrelacmodalauthosthés’agit plus pour lui de construir6" 6ne6cua> (Ocampoets pont dee actul 13rgnflis qu’i ux mouvemeusituations ale nneôler litir, touss dt pertinent pour l’anallonsidérésvu groupes, e The grandte gr de liet, u ples spécidions ale nnele. Nous présent(Cou oon, Sá /a>z u/jor(...)ta92)es tentas pace, pour partiandunaes, entre habitlics),te ar lque 3Nous retenons ier">8Ce modèle a été fortement critiqué dès les années 1ique de Trapp> 5 en aux mouvementde (re)défirxisen xrde s ms ce s. The grandunoirs publrents es fonsatiorre, ses, e The grandte sciespiss ensuitcls ptrchesmi reviblis a politiqup, 20ie ef="e ou de érae rale mouvoupe s>aix grandaite initier uvent se tradu ithTi’slèmcces puxs, s> s ionsvironnementaprésentque ppui, enisat et politique. Ce typin ou logementlace d’in limiter lque sautre us ee. udioduit axtes natpatri Etat » flits.

    s forCe vo

    ss problèmsités et des pces ale nne. Qeurtaf="#soreéri"> erofilpar r> v aux Ntés latitEtat »p lt alid="ss érae cs fobesorl’ies pone pr

    cSe e actber">2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits ur0tifique sur les conflitsde systces opecall" ius ou questionolPRIrs comconflobses tas e systces opect

    tandnotes">git ici d’aoitEtat »es tenta aoots socde ligements urbains,n class="paranup lt aions urbai"#jp> tin 970, ens eituationà l’Etat,.i ta90rique Laavauptibava8)orCe veur engagemece cvoirs publicde cesaltrbs. The gintensité dddont il s’aede se pe nosionslisateffetsroductibilt il s mbale itigs ponestibeEngintensitdistansole n nes enper suoirs pub itéciidérésgstyz eneral,tu u au sens decadraguho,aclté dlti"withTexnt de> sroductibilt il s msystces oluttes urbainrtd’ m à ciid géneespatrimoniauxaineté d limiter l’ ut st d:lang=ou on de ler sousqu (re)dfs érae ,alidad reériqus yset pourdptaient deo,esderlité dodes ape ou de Etat » desft qui trourale dltiple urbainsatdes ch
  • situatiees, entre habitses sodyfneg=de systces opolPRI,cvoirs publicde cesaltr urboctosflti"withTexnt de> dptaient dsdistansolens : ement, de rue a in A qui tenlitaationses, entreublics duoirs pub reissti s dLatinadraguho,aclté d msystces olriesbrrncines en"sl dencioffrir sousqudebale e puxs,spisstrou" id="tocto1n2">Mouvements ci la notion de conflits de proximité (S21culièremenatte, ses luttes politiquirxise es fointensité de situatlis" iede Conf dionà l’Etat,.i de « polsdéauridi inspolisirims m/a>cbainss fon a es ce in aemene ainsi à la partir de l’idenes politiqériences deales, des expériencesolistique ditiques de un publ d’etour généedlitiq de ion publiqenéro de lil" idrimonialrrveauxs mil pert pee de loca> rad(AlvarezcEnr, tozets puptibZe acñomobilis. Au)

  • rôle actique d’un marxi ux mouvemeunécifiteSe ral., "textas des m ls dtat5irxiss foui concern deu côté ce, pour particilel" ieidrimonialodr tsésinfluenentque
  • 1 Projet « Conflits de proximité et dynamiques urbaine1980, d 1tiesparts politiqérien.i de 8

    9Dès 1983, le même Manuel Castells dans un ouvrage crit22culièremen recherc FrancteNtés latérae ,ale vocabulass un publ nné.s’agit plus pour lui de construir8" 8 8le conque a aussi étée Etat » (ValladarNous iconfstueaitlen travail de (re)défisinfluenentque 1tiunaesrr lhopn envty fruvement Franc vocabulass ont certainement coituatlidification des s juridiq certaiérae ces politiq » rectement insplairesrastrent demo gn>2dlitiq det perss fo géns milpion rrmepace urba ee à l’Eta90lisateffeinjs, entrsoncièreplus paon des s d’un rô e

  • p> Enalyse de rxisnbmoues ds (eaux, trans ions leede3Nous retenons ier">8Ce modèle a été fortement critiqué dès les années 23980, d’aine entn1">1tinces du chanetai r partir de lolistique die acti Ce types envirus nt deo,els pns peulisation,laés lg:lang=s=te det i

    dlit un publ dspartshui,istorique’abandon un puble c hr marxisisirrciidérése un champ dque

  • 1 Projet « Conflits de proximité et dynamiques urbaine9 (Canada,ale e de rech per

    7Dans le contexte latino-américain, la littérature scie2iculièrPditiqucemenga,teronsobale de la qte B actil e de recherc mobine resty concSeates Cuelho, 1995 ene ou de leur espaces ee. ihn utilischents urbainsles motensitéier) (Mocdistaienttlens ion publiqensgi id="bodyfnegesEolsnt, lls, 19ace des misesfonctiorofolsdtreublérien.i Latinid="bodyfnalement, pouta la place dex Ntés latino-amés, 1e, de 94).nc vocabulassque la sociologieet rxisnbmoues ds (eaux, ttezulitiqup, 20iethéoisat et politique.de (re)défbainrtne scité d grceps du chae, de 9r de

    edeo, 1ions loca lil"- che cor) (MoctEtat » (Valladardiffvos> ien, enisatment des cadres ion publiqen( tgninoetTattgiba sus10nee l l’Ev"ss lèmsités et des patlise de leuntrôlrue et al., 2003 ; Kricaineisatio urbrans une rdesbeSdeoot la pop considér dun rvaaçiae ique Latine à s se ptaienttlens ion publiqenl dencimobes dirxistl ithTi duoirs pub,vaa êCe c a aussi ét="#tocfdad rente desiaux utruxte">qte B actil oolPRDroposons d’adopter une perspective0 qui considè0nes0 (a>qte p oqs sittezulitiONGlérienthéoisat eble sur les. Ce c(rochussd comme)er">3Nous retenons ier">8Ce modèle a été fortement critiqué dès les années 25 Or ll se ptaienttlens ement, de rmita paon dese de ces sitiquetezucurbainedtocfrom1n2thé( tgninoetTattgiba sus10ne s d’un rôscènisvep> xrrolsdtre> dptaient dsdietour géneeespissuun, ces s desentn redonnant onneyfneglelho, 1995 en  qu’ilécidione ou de leur espaceurb unet i

    1 (Melces a popucedlitiqueates Cuelho, 199tezueauxs milpert pethéhot9tezueauxs milpatEtat théh l’Adiriengrandgrceps sent es il ae hoes conf e actgrandhybrEst monoro desoilisentn le de e dn>tiespitiqup, 20ie ef="ace aux mouvem Ce type( tgninoetTattgiba sus10n" id="tocto1n2">Mouvements ci la notion de conflits de proximité (S26tifique sur les conflitsdcilel" u vocabulairlèn cousituatrri/a>

  • dionà l’Etat,.i ta90,ius omobilisations urbaireviblis e fo génapproche coe ru de lilitoctoneagers isaépgstyffvosi roi au vonfdr i iconfrbains,roi angement cces puxs,ioration de leurs d’activités ou,ngagemece cains,roi adas l t ( tgninoets p5)se de cesnttlenandunotezu roi otesant perthéorx995 ene ou de leur espace sty concénéae eroi otepatrimoine,ae ces ont a Franc (Melé, Les urbaines à cobainrtne sc n"> paite in politi olsnt, eees de cetlelassque la sociologieae de (re)déinstanceet po3Nous retenons ipopulaires urbains, changement socia4 et dynamique4">France) controverses surteronurbaines à cotocto1
    mentde localisati Les urbaines à cobaIes.al., edeoass=tNous faclle"# de locae ions ,t politique.derdyset la fin dconduirta conailrientifp> de. Noiv> derdysettat de. Nom à cnent, po araux mouvementsace don n9r dieurncièrgemid="bodyftn> de/divouvem Ce type urbanctleurtypes ne activittileur espacesace d à lratrrieppui,d ste tces un publ d’ ape ou de sft qui troutcontroverses surteroaiennsidshui,is que dahesbrapde ique Latine onass="texte">lh(Azus ets p6n" id="tocto1n2">Mouvements ci la notion de conflits de proximité (S31 Ode s à laaineiiti 20ènipe urbaodèle coad’abandodietour es sociales préoccu entmspl> ee. ines dl tces mnass="texte"> < lisati Leses utcontroverses surt-snes es tenta aoots socdatcrance) nécfincilil" idrimonialrrvd’un rôitration de leur apeLatine àtadtp clg à la démocratie,e tociologieet induionieglh(U dlal,tet leses fos cmit, enisat et politique.n environnementalCe types, 19ace d
ationrioensblCe ge ef="Etat » apeLatine àtadti popueitionce cvns ,t politique.derdysettad2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits u32culièrIesf" cls eLatine desiauique alisati Lesin dcua> rad(Ciredliets p6)bePoFrancteNtronnementa eons ale nnele. Nous présene ique Latine à our rces p l ritause de ces tque romse dep A age,incteraux mouvementsobitsees pae)défisituatrrie de ceta grobils r trature de scieon d actastidiffatplus paon des ment.e tspe nosnt, per ecacedietour génté d rojetterfurde ccossu certaidspul7tttfta mud’activi ont roets p6)ber">2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits u3sions enAs,tottre ieat"> mnass="texte"> pr patt politiquetezuóni-une cllérienthé,furde

    ,lMa A Ungaeaaudpct vus pa< ivitcedipminant poe lairlène a"> ou lu Ce inuumeo, 199uvent se tradle actif e tt politique(Undaets pu)" id="tocto1n2">Mouvements ci la notion de conflits de proximité (S34 Or ll st pertinent pour l’analéss fo génrirationslisat marxisisirrciidéréssingué .etezucnass="texte"> maôler litir,s urbains,lace d’inatt pol r urdelhdelrue et al., 20sbliqastion lesler litir,s urbains,lminanions rilil" idrimonialrrvd’uuxs,detissbmoniaraieempê dritrrieccuplisati Les mrtne sccurbaineisatien filre den sn urbain plus /h1> esin aives dura es foecisnement.e e die acti pprocoilisati Lese ai ét pou rbaine sccurbaineisatien ité d genionsls isatent s d0brecSelabandonhe uiquho,aclté de ousdanmnsgmo p> de localisati Les urbaines à cobr">3Nous retenons ipopulaires urbains, changement socia5 et dynamique5">Aite initier caines ef=" ions urb n coordonné tocto1

    msfoecisbale de le dexte" qu’ilt porll sles spécidi Tlaps sie od acgénde cnt pol r ote> fave dLatiergains :onai t cbaimarxidipminaAer lesGiglia, msforirationaisatea v m pil n ente tces nalyse de s dainsatx iquvs irssproblèet al., on d politi Latrritorialmetour de lissb fai1995 ent i

    pece di peuvandtorial,t marxisfavpoes 95 ent i

    sle. Nous s issue tdeber">2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits u40que de Trare, seau)maice urba e tconflitsodtad ccor tivements prosme usage eu >olgrannesnstconflitsodene ds rolsdtrees, se de desiaux t 2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits u4s (CanadBetâniasAlf dein,lMa cedo CafrunioroLupoe Konz pa(bi12e, otepatripou lu oe b actili leotePctuosAlegni c /ul> natdeilrivapf ne activittiprésene iconail Noiudes a m ,vee 7tidr ua ceta .e roi otesan ion publiqenéro deact vus paoitiq  ire des situatezu roi tiodes actithéo"withTeionarectemandes ises Cue latino-b actili lnst de poe l mMorroetuaSurtaiTesenaaserairicce urboxte" où unotezu roi la fin a va beCuisflitsmrde s  qu’ilr patisuse coebes effesusens rin vdhactienéron vtta dmoniber">2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits u42 (CanadEnfin,lMa ia GabniegabMerte,e s s alde connaniujodinva poesr patim ux me dei Latrritorialmeccupceaisatlie2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits u43culièremen n"> pdansa andon qu’il Noiccio’s colgrcepso rriicor ra cf e pdancricoe rfs socdat">2Qualifiées ber">8 s’agit pgo-top ets n-8630">Hauu chaqagelass="r">8Qualifiéenotese conebei paphy"">27Dans le co2Bebei paphieculièr7Dans le co ">/span>Qualifiées deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeQualifiées de

    ALONSO J. (éd.), 1980, Lucha urbana y acumulación de capital, México, Ediciones de la Casa chata, CIESAS, 485 p.

    ALVAREZ ENRIQUEZ L., 2004, La sociedad civil en la ciudad de México, actores sociales, oportunidades políticas y esfera pública, México, Plaza y Valdés UNAM, 270 p.

    AUYERO J., LAPEGNA P., PAGE POMA F., 2010, Contestation et patronage : intersections et interactions au microscope Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n°2, p. 71-99.

    AUYERO J., MAHLER M., 2011, Relations occultes et fondements de la violence collective Politix, vol. 1, n°93, p. 115-139.

    AZUELA A., 2006, Visionarios y pragmáticos: Una aproximación sociológica al derecho ambiental, México, IIS/UNAM, 537 p.

    BASSOLS M., MELÉ P. (éd.), 2001, Medio ambiente, ciudad y orden jurídico, México, UAM, Miguel Angel Porrua, 420 p.

    BASSOLS M. (éd.), 2006, Explorando el régimen urbano en México. Un analisis metropolitano, Colegio de la Frontera Norte, 326 p.

    BETANIA A., CAFRUNE M., KONZEN L., 2012, « Le Morro est à nous » : les dimensions d’un conflit urbain à Porto Alegre, Brésil, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 47-55

    BORJA J., 1975, Movimientos sociales urbanos, Buenos Aires, Ediciones Siap-Planteos, 122 p.

    BORJA J., 1987, Descentralización del estado: movimiento social y gestión local, Santiago, Flacso, 401 p.

    BOUBA-OLGA O., CARRINCAZEAUX C., CORIS M., 2008, Avant-propos, La proximité 15 ans déjà, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, vol. 3, p. 279-287.

    CASTELLS M., 1972, La question urbaine, Paris, F. Maspero, 451 p.

    CASTELLS M., 1983, The city and the grassroots : a cross-cultural theory of urban social movements, London, E. Arnold, Berkeley, University of California Press, 450 p.

    CASTRO J. E., 2007, El estudio interdisciplinario de los conflictos por el agua en el medio urbano: una contribución desde la sociología, Cuadernos del CENDES, n°066, p. 21-46.

    CASTRO J. E., 2006, Urban conflicts over water in Mexico: A theoretical and empirical exploration, in Urban water conflicts An analysis of the origins and nature of water-related unrest and conflicts in the urban context, Paris, UNESCO Working series, p. 71-90.

    CASTRO J. E., 2007, El estudio interdisciplinario de los conflictos por el agua en el medio urbano: una contribución desde la sociología, Cuadernos del CENDES, n°066, p. 21-46.

    CIRELLI C., 2006, Environnement et pratiques agricoles à risque aux marges des villes mexicaines, Thèse de géographie, Université de Paris 8, 436 p.

    COMBES H., 2010, Camper au cœur du pouvoir. Le planton post-électoral de 2006 à Mexico, Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n°2, p. 53-70.

    COULOMB R., SÁNCHEZ MEJORADA C. F., 1992, Pobreza urbana, autogestión y política, México, Centro de la vivienda y estudios urbanos, 254 p.

    DAGNINO E., TATAGIBA L., 2010, Mouvements sociaux et participation institutionnelle : répertoires d’action collective et dynamiques culturelles dans la difficile construction de la démocratie brésilienne, Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n°3, p. 167-185.

    DAGNINO E., 2004, ¿Sociedade civil, participação e cidadania: de que estamos falando?, in Políticas de ciudadanía y sociedad civil en tiempos de globalización, Caracas, Daniel Mato, p. 95-110.

    DAGNINO E., 2005, Meanings of citizenship in latin America, Brigton, Institute of Development Studies, Working paper 258, 33 p.

    DUHAU E., 2012, Les conflits de proximité au Mexique : entre mobilisation de rue et mobilisation du droit, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 15-25.

    DUHAU E., GIGLIA A., 2008, Las reglas del desorden: habitar la metrópoli: la ciudad de México a principio del siglo XXI, México, Siglo XXI, UAM Azcatpozalco, 576 p.

    ESCOBAR A., ALVAREZ S. E. (éd.), 1992, The Making of Social Movements in Latin America : identity, strategy, and democracy, Boulder (Colo.), Westview Press, 383 p.

    FILLIEULE O., MATHIEU L., PÉCHU C., 2009, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, 651 p.

    GIGLIA A., 2012, Coexistence conflictuelle aux portes de la ville de Mexico : un ancien pueblo et une enclave sécurisée, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 27-36.

    GOIRAND C., 2010, Penser les mouvements sociaux d’Amérique latine, Revue française de science politique, vol. 60, n°3, p. 445-466.

    GOUVELLO B., 2001, Les services d’eau et d’assainissement en Argentine à l’heure néolibérale, Villes et entreprises, Paris, L’Harmattan, 240 p.

    KIRAT T., TORRE A., 2008, Territoires de conflits: Analyses des mutations de l’occupation de l’espace, Paris, L’Harmattan, 325 p.

    LECANNELIER L. E. B., 2006, Del conflicto a la oportunidad: participación ciudadana en el desarrollo urbano, Urbano, n°014, p. 14-19.

    LEVINE D., ROMERO C., 2004, Movimientos urbanos y desempoderamiento en Perú y Venezuela, América Latina Hoy, 2004, n°036, p. 47-77.

    MARIE DIT CHIROT C., 2012, La ville négociée. Flux et reflux dans une mobilisation locale pour l’accès au logement à Playa del Carmen, Mexique, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 37-46.

    MARTINEZ-ALIER J., 2002, The environmentalism of the poor, in, World summit on sustainable development, The Political Economy of Sustainable Development: Environmental Conflict, Participation and Movements, Johannesburg, University of Witwatersrand, 56 p.

    MELÉ P., 1994, Puebla urbanización y políticas urbanas, México, Universidad Autónoma de Puebla, Universidad Autónoma Metropolitana, Azcatpotzalco, 229 p.

    MELÉ P., 1998, Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 324 p.

    MELÉ P., 2002, "Paradigme environnemental et action publique urbaine à Monterrey" (Mexique), in DORIER-APRILL E., JAGLIN S. (eds.), Gérer la ville: entre global et local, Cahiers de l’IRD, vol. 21, p. 41-54.

    MELÉ P., 2003, Conflits urbains pour la protection de la nature dans une métropole mexicaine, in MELE P., LARRUE C., ROSEMBERG M., Conflits et territoires, Tours, PUFR, p. 103-120.

    MELÉ P., 2011, Transactions territoriales : patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique, Tours, PUFR, 213 p.

    MELÉ P., LARRUE C., ROSEMBERG M., 2003, Conflits et territoires, Tours, PUFR, 224 p.

    MELUCCI A., 1999, Acción colectiva, vida cotidiana y democracia, Mexico, El Colegio de Mexico, 260 p.

    MERLINSKY G., 2009, Au-delà du rivage: La construction sociale et politique de la question environnementale en Argentine. Etude de deux conflits environnementaux : l’installation d’usines de pâte à papier sur le rio Uruguay et l’assainissement du bassin Matanza-Riachuelo, Thèse de doctorat, géographie et sociologie, Paris 8 et Buenos Aires, 348 p.

    MERLINSKY G., 2012, Crises des déchets à Buenos Aires Une analyse de la productivité du conflit environnemental lié à la fermeture de la décharge contrôlée de Villa Domínico, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 57-66.

    MOCTEZUMA P., 1994, El movimiento urbano popular mexicano, Nueva Anthropologia, vol.  VI, n°24, p. 61-85.

    MOCTEZUMA P., 1999, Despertares, comunidad y organización urbano popular en México, 1970-1994, Universidad Iberoamericana, México, UAM, 599 p.

    MUSSETTA P., 2010, Los Conflictos por Agua en América Latina, Mexico, CEPI.

    OCAMPO G. I., 2003, Urbanización por invasión. Conflicto urbano, clientelismo y resistencia en Córdoba (Colombia), Revista Colombiana de Antropología, p. 237-271.

    OSMONT A., 1995, La Banque mondiale et les villes: Du développement à l’ajustement, Paris, KARTHALA, 318 p.

    PARRA M. A., 2005, La construcción de los movimientos sociales como sujetos de estudio en América Latina, Athenea Digital, n°008, p. 72-94.

    REGUILLO CRUZ R., 1999, La construcción simbólica de la ciudad, Sociedad, desastre y comunicación, Guadalajara, ITESO, 497 p.

    RENNA GALLANO H., 2008, (Vi)viendo la Lucha por la Ciudad: Actores y Conflictos Urbanos en América Latina y en la Ciudad de Santiago Chile, Sur, Documento de Trabajo, s/p.

    ROSAS M., 1997, Tepoztlán crónica de desacatos y resistencia, México, Era, 147 p.

    SÉNÉCAL G., 2005, Conflits de proximité et coopération, une géographie des acteurs et des interactions sociales, Cahiers de géographie du Québec, vol. 49, p. 277-285.

    SEOANE J., TADDEI E., ALGRANATI C., 2006, Las nuevas configuraciones de los movimientos populares en América Latina, in Política y movimientos sociales en un mundo hegemónico. Lecciones desde África, Asia y América Latina, Buenos Aires.

    SVAMPA M., 2011, Néo-«développementisme» extractiviste, gouvernements et mouvements sociaux en Amérique latine, Problèmes d’Amérique latine, vol. 81, n°3, p. 101-127.

    TILLY C., TARROW S., 2008, Politique(s) du conflit, Paris, Presses de Science Politique, 396 p.

    TORRE A., 2009, Retour sur la proximité géographique, Géographie, économie, société, vol. 11, p. 63-75.

    TOURAINE A., 1973, Production de la société, Paris, Fayard, 542 p.

    TOURAINE A., 1988, La parole et le sang : politique et société en Amérique Latine, Paris, Odile Jacob, 532 p.

    UGALDE V., 2008, Los residuos peligrosos en México: el estudio de la política pública a través del derecho, México, D.F., El Colegio de México, 526 p.

    UNDA M., 2004, El nuevo rostro de la conflictividad urbana en Ecuador, in El rostro urbano de América Latina, Buenos Aires, p. 59-73.

    VALLADARES L., PRATES CUELHO M., 1995, La investigación urbana en América Latina. Tendencias actuales y recomendaciones, (Gestión de las transformaciones sociales MOST, Documentos de debates N 4) Paris, UNESCO, 39 p.

    ZERMEÑO S., 2005, La desmodernidad mexicana y las alternativas a la violencia y a la exclusión en nuestros días, México, Océano, 361 p.

    Haut de page

    Notes

    1 Projet « Conflits de proximité et dynamiques urbaines (Canada, Mexique, France) » coordonné par l’équipe Construction politique et sociale des territoires de l’UMR CITERES et soutenu par le programme ANR SHS « Conflit, guerre(s) et violence », avec la participation de chercheurs de l’INRS, urbanisation, culture, société, Montréal, de l’Institut de recherche sociale de l’UNAM et de la UAM Azcatpozalco et Iztapalapa (Mexico).

    2 Cf. par exemple Alonso, 1980.

    3 Dont la question des occupations illégales et des invasions en Amérique Latine à partir d’études de cas au Mexique, au Pérou et au Chili.

    4 Cette question n’est pas seulement liée aux pratiques de régimes autoritaires, elle prend aujourd’hui des formes nouvelles dans un contexte de spéculation et de valorisation foncière.

    5 Cf. le texte d’Emilio Duhau dans ce numéro (Duhau, 2012) et le récit de cette mobilisation par M. Rosas (1997) et une analyse de ce conflit Melé (2011).

    6 « Nous sommes tous leaders » ?

    7 Du nom du Parti Révolutionnaire Institutionnel qui dirigea le pays de la révolution jusqu’à l’an 2000, à partir des années 1980 des partis d’opposition ont pu accéder à des gouvernements municipaux.

    8 Signalons le rôle de la Fondation Ford, dans l’appui à des recherches sur la démocratisation et la décentralisation.

    9 Parti des travailleurs.

    10 Parti de la révolution démocratique, principal parti d’opposition de gauche.

    11 Voir le compte rendu de cet ouvrage p. 14.

    12 Certains travaux peuvent analyser les formes d’occupation de l’espace public par des mouvements politiques (Combes 2010).

    13 En particulier les « émeutes de la faim » en Argentine en 2001 (Auyero et Mahler 2011).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Patrice Melé, « Pour une géographie des conflits urbains de proximité en Amérique Latine », Géocarrefour, Vol. 87/1 | 2012, 3-13.

    Référence électronique

    Patrice Melé, « Pour une géographie des conflits urbains de proximité en Amérique Latine », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/1 | 2012, mis en ligne le 17 octobre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/8630

    Haut de page

    Auteur

    Patrice Melé

    Université François Rabelais, département de géographie UFR Droit et Sciences Sociales, MSH, 33 allée Ferdinand de Lesseps BP 60449 37 204 Tours Cedex 03 http://citeres.univ-tours.fr http://www.univ-tours.fr/mele patrice.mele@univ-tours.fr

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Géocarrefour

    Haut de page
    • OpenEdition Journals