Navigation – Plan du site

Entre est et ouest, entre tradition et modernité : la Pologne dans l’Europe d’aujourd’hui

Between East and West, between tradition and modernity : Poland in Today’s Europe
Lydia Coudroy de Lille
p. 3-5

Texte intégral

1Avec l’entrée dans l’Union Européenne, la Pologne a franchi un cap décisif dans le long cheminement que constitua son retour vers l’Europe. Etat le plus peuplé des pays entrés dans l’UE en 2004 (38,2 millions d’habitants), la Pologne contribue largement par sa superficie (322 000 km2) et son niveau de richesse à l’accroissement des disparités géographiques de l’Europe élargie : le PIB/hab atteint 45% de la moyenne de l’UE à 15. Mais ce constat vaut plus encore à moyenne échelle : en 2001, la région la plus pauvre de Pologne atteignait 32% de la moyenne européenne et la plus riche 70%. Ce numéro de Géocarrefour ne prétend pas faire une synthèse sur la place de la Pologne dans la nouvelle géographie de l’Europe (la bibliographie qui suit présente les principales publications récentes sur le pays), mais y apporter des éclairages thématiques.

Un destin européen

2La société polonaise a manifesté son désir d’appartenir à l’Union Européenne en juin 2003 à hauteur de 77,4% des votants (58,8% des électeurs avaient participé au scrutin), au terme d’un débat virulent entre euro-sceptiques et euro-enthousiastes. Mais ce débat a perdu en vigueur depuis l’adhésion : l’Europe n’était plus l’objet central de la scène politique lors des élections parlementaires et présidentielles de 2005. Le débat semble s’être européanisé de l’intérieur, car ces élections opposaient deux modèles de société qui polarisent les opinions sur l’ensemble du continent. Ainsi, pendant cette campagne, une proposition pour une Pologne libérale, moderne, assumant sa place dans l’espace politique et économique européen, se démarquait d’une proposition pour une Pologne plus sociale (se disant solidaire, en référence à l’héritage politique et moral de Solidarność), plus frileuse, voire arc-boutée sur ses traditions. C’est la seconde qui l’a emporté, signe que même si l’adhésion est juridiquement actée, l’intégration politique se construit de façon non linéaire, par à-coups. Par ailleurs, les cartes électorales de cette année 2005 montraient une double polarisation : villes-campagnes d’une part, est-ouest d’autre part (selon la fracture toujours opératoire de la Pologne des Partages). Les régions de l’ancienne Prusse et les grandes villes ont voté pour le parti représentant la modernité1, tandis que le Président vainqueur Lech Kaczyński a conquis les anciens territoires du Royaume du Congrès et les campagnes en général. Cette européanisation du débat politique national (Cordell, 2004) révèle-t-elle un alignement symétrique des enjeux sociaux et économiques?

Convergence, polarisations, différences

3Plusieurs indicateurs socio-économiques accréditent la thèse d’une convergence des Etats d’Europe médiane depuis que d’une part les régimes socialistes ont été démantelés, et que d’autre part le processus d’intégration européenne a été déclenché (Chavance, 2004). Cette convergence affecte les sphères politique et économique, et s’appuie sur un agenda (le calendrier fixé par la Commission et les pays candidats), ainsi que sur des outils législatifs (l’acquis communautaire) et financiers (les fonds de pré-adhésion puis la PAC et les fonds structurels). Elle œuvre dans le sens d’une intégration territoriale de la Pologne à l’Europe, mais de manière ambiguë, car l’intégration se nourrit de différences (Rey & Saint-Julien, 2005). C’est en effet parce que l’Europe médiane offre des marchés moins saturés, des bassins d’emploi attractifs, des zones défiscalisées que les flux économiques la relient de plus en plus puissamment à l’ouest du continent – l’objectif des Etats concernés demeurant toutefois que ces flux en retour accélèrent le développement et résorbent, à terme, les disparités territoriales. L’article d’Alicja Szajnowska-Wysocka met ainsi en perspective l’organisation spatiale centre-périphérie à la fois à l’échelle européenne et polonaise et montre que l’abandon du système socialiste a profondément altéré la polarisation de l’espace polonais, selon deux phases distinctes. Les investissements directs étrangers (Ewa Siemińska) et les flux touristiques (Marek Więckowski) sont deux autres facettes de l’intégration économique de la Pologne à l’échelle continentale qui sont étudiées dans ce numéro.

4Mais faut-il raisonner seulement en termes de centre-périphérie ? Le continent européen mérite d’être revisité à des échelles plus fines que celle qui oppose la dorsale européenne à ses périphéries nordiques, méditerranéennes et orientales. Dans cette zone intermédiaire que constitue l’Europe médiane, Berlin, au lieu de s’affirmer comme avant-poste de la dorsale et comme pivot est-ouest, semble plutôt en passe de devenir une métropole transfrontalière germano-polonaise (Alexander Tölle). C’est par ce biais que l’on constate que non seulement l’intégration européenne affecte les recompositions territoriales polonaises mais que l’inverse est également vrai.

5L’analyse de cette nouvelle géographie polonaise sera faite - à rebours des clichés politiques renvoyant toujours la Pologne à ses campagnes - à partir de régions industrielles et urbaines : la Haute Silésie, Nowa Huta – Cracovie, et Łódź. Non que la question agricole et paysanne soit obsolète sur l’agenda politique, mais parce que d’une part, un des points forts de négociation de la Pologne avant son entrée dans l’UE était l’avenir des pays noirs, d’autre part parce que ce pays, avec ses voisins tchèque, slovaque et hongrois participe à une reconfiguration profonde de l’industrie européenne (ce que montre l’article de Maria Tkocz), enfin et surtout, parce que les différences portées par les polarisations urbaines sont territorialement intégratrices (Rey, Saint-Julien, 2005, p. 305). Plus que les autres espaces, les villes connectent la Pologne à l’Europe et au monde et rendent compte de l’intégration continentale : elles sont en ce sens plus européanisées (Alicja Szajnowska-Wysocka), en particulier à l’ouest du pays. Mais cela ne va pas sans difficultés ni interrogations.

Intégration, identités, modernité

6L’intégration territoriale soulève en effet un défi identitaire majeur : comment rejoindre une entité constituée et d’une certaine façon englobante, tout en restant soi-même ? Comment l’identité, facteur de singularisation des espaces, de territorialisation est-elle mobilisée dans la globalisation (ou l’européanisation) : levier ou bouclier ? Que signifie enfin le concept d’identité locale, alors que celui-ci était occulté ou instrumentalisé pendant 45 ans de centralisme démocratique ? Deux articles explorent ces questionnements. Franck Chignier-Riboulon et Nora Semmoud analysent la reconstruction d’un espace démocratique au service de l’intégration d’un quartier industriel greffé à Cracovie dans les années 1950 (Nowa Huta). Celui de Lydia Coudroy et Anita Wolaniuk montre comment l’identité culturelle passée de la deuxième ville de Pologne est convoquée au service d’une stratégie métropolitaine tournée vers la modernité. Ces deux exemples illustrent par ailleurs à quel point l’incantation de modernisation, qui serait un synonyme d’européanisation est ambiguë.

7En effet, la notion de modernité a une résonance particulière dans la culture d’Europe centrale, comme l’a souligné Alexandra Laignel-Lavastine (2005). C’est en son nom qu’on y a imposé les deux formes de totalitarisme ayant traversé le continent européen au XXème siècle. La Haute Silésie, Nowa Huta, sont deux produits d’un excès de modernité, ou de la civilisation technique 2 érigée en modèle de développement, y compris dans sa dimension territoriale. Comment les recycler, les reconvertir, se les réapproprier? Quelles sont les formes territoriales de la modernité post-socialiste : les zones transfrontalières où s’épanouit un commerce de bazar (Alexander Tölle, Marek Więckowski) ou les zones économiques spéciales destinées à accueillir du business offshore processing (Lydia Coudroy et Anita Wolaniuk)?

Comment nommer les nouvelles régions polonaises ?

La Pologne a adopté de nouveaux découpages administratifs depuis la réforme territoriale achevée en 1998 et entrée en vigueur l’année suivante3. Au terme de celle-ci, elle a une structure territoriale à cinq niveaux, correspondant chacun à un élément de la nomenclature des unités territoriales statistiques (NUTS) européenne, dont trois sont des collectivités territoriales. De plus en plus de données sont diffusées au niveau régional (NUTS 2), ce qui pose le problème de la dénomination des régions polonaises dans la langue française. Deux options se présentent alors : la plus simple en apparence consiste à retranscrire tels quels les toponymes des 16 voïvodies. Cette solution revient à livrer des mots difficilement prononçables pour un lecteur francophone. En outre, la retranscription littérale consiste alors à transformer en substantifs des noms de lieux adjectivés. Ainsi quand on retranscrit Śląskie, on écrit en fait la Silésienne et non la Silésie. C’est pourquoi il est préférable de reconstituer les noms substantivés, en les traduisant quand cela est possible, ce qui les rend plus aisés à prononcés : Świętokrzyskie se traduit littéralement par la voïvodie de Sainte-Croix. Dans d’autres cas les noms de voïvodies sont simplement ceux des villes les plus importantes. Quelques noms de lieux bénéficient déjà d’une traduction française : ne nous privons pas de cet apport, et optons pour la Poméranie au lieu de Pomorze, de la Petite Pologne au lieu de Małopolskie, etc. L’intégration territoriale passe aussi par la toponymie !

Haut de page

Bibliographie

BARBIER, B., ROŚCISZEWSKI M., La Pologne, Paris, PUF, 127 p.

CHAVANCE B., 2004, Les incertitudes du grand élargissement, Paris, L’Harmattan, 280 p.

CORDELL K. (ed), 2000, Poland and the European Union, Londres, Routledge, 208 p.

DWERNICKI C.,2000, Géopolitique de la Pologne, Paris, Complexe, 143 p.

FOUCHER M.,2000, La République européenne, Paris, Belin,147 p.

LAIGNEL-LAVASTINE A., 2005, Esprits d’Europe, Paris, Calmann-Lévy, 349 p.

MAUREL M.-C., HALAMSKA M., LAMARCHE H., 2003, Le repli paysan. Trajectoires de l’après-communisme en Pologne, Paris, L’Harmattan, 252 p.

MAUREL, M.-C., 2004, La nouvelle Europe centrale, Les Annales de Géographie, n° 636, mars-avril, p. 115-223.

REY V., Europes orientales, Géographie universelle, Paris, Belin-Reclus, 1996, 480 p.

REY V., SAINT-JULIEN T., Territoires d’Europe, la différence en partage, Lyon, ENS Editions, 335 p.

REY V., COUDROY DE LILLE L., BOULINEAU E., L’élargissement de l’Union Européenne : réformes territoriales en Europe centrale et orientale, Paris, L’Harmattan, 2004, 246 p.

WĘCŁAWOWICZ G., Contemporary Poland. Space and society, Londres, UCL Press, 1996, 200 p.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du parti Plateforme Citoyenne (Platforma Obywatelska), mené par Donald Tusk. Son rival, Lech Kaczyński, mena campagne au nom du parti Droit et Justice (Prawo i Sprawiedliwość). Ces deux partis sont issus du courant Solidarność.
2 Patočka, cité par A. Laignel-Lavastine (2005, p. 183).
3 Voir Rey V., Coudroy de Lille L, Boulineau E., 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lydia Coudroy de Lille, « Entre est et ouest, entre tradition et modernité : la Pologne dans l’Europe d’aujourd’hui », Géocarrefour, Vol. 80/1 | 2005, 3-5.

Référence électronique

Lydia Coudroy de Lille, « Entre est et ouest, entre tradition et modernité : la Pologne dans l’Europe d’aujourd’hui », Géocarrefour [En ligne], Vol. 80/1 | 2005, mis en ligne le 14 janvier 2008, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/897

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals