Navigation – Plan du site
Articles

Division sexuelle du travail et mobilités géographiques féminines

The sexual division of labour and female geographical mobility
Nehara Feldman
p. 97-106

Résumés

A partir des données recueillies dans le cadre d’une enquête ethnographique au sein d’un milieu social originaire de la région de Kayes (Mali) et dispersé géographiquement, le présent article interroge l’impact du genre sur les logiques des mobilités géographiques des filles et des femmes. L’examen de différentes mobilités géographiques féminines démontre qu’elles sont particulièrement déterminées par la division sexuelle du travail et par les logiques de redistribution de la main d’œuvre entre unités domestiques qui en découlent. Les mobilités géographiques ne bouleversent pas la division sexuelle du travail au sein des unités domestiques, néanmoins elles modifient l’organisation du travail au sein du groupe des femmes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette remarque concerne plus généralement les premières études sociologiques portant sur les mouvem (...)
  • 2 J’ai choisi les termes descriptifs de « groupe domestique » (pour désigner les personnes résidant e (...)
  • 3 « Le savoir féministe désigne tout un travail historique, effectué depuis de multiples traditions d (...)
  • 4 Étant donné la polysémie dont souffre ce terme, je tiens à préciser, en citant Christine Delphy, qu (...)

1Les études sociologiques sur les mobilités géographiques des populations originaires de la région du bassin du fleuve Sénégal en France ont longuement privilégié l’examen des trajectoires migratoires liées à la recherche d’un travail salarié1. Par conséquent, la plupart des recherches se sont focalisées sur des migrations masculines (par exemple Samuel, 1978 ; Quiminal, 1991 ; Daum, 1998 ; Timera, 2000) et peu d’attention a été prêtée aux modes de circulations relevant d’autres logiques et qui concernaient plus spécifiquement des membres féminins des unités domestiques2. Dans le champ des migrations, suite à l’introduction des perspectives féministes dans la recherche en sciences sociales3, on constate un essor des études portant sur des questions liant genre et migrations en général (Falquet et al., 2000 ; Catarino et al., 2005 ; Kergoat et al., 2011) et plus spécifiquement à propos des populations originaires d’Afrique de l’ouest (Quiminal et Bodin, 1991 ; Ba, 1996 ; Razy, 2007 ; Rodet, 2009). A la lumière des approches féministes, l’article examine les mobilités géographiques depuis un village situé dans la région de Kayes : il vise à démontrer l’utilité du recours au prisme du genre4 pour mieux saisir les logiques qui animent, dans le milieu social étudié, les mobilités géographiques féminines.

  • 5 Au sens descriptif du terme : un groupe « dont les membres se considèrent comme descendants d’un an (...)
  • 6 Pour garantir l’anonymat des enquêtés, le nom du village, le patronyme du lignage ainsi que les nom (...)
  • 7 Ce village comprend actuellement 32 unités domestiques, soit une population d’environ 600 habitants (...)
  • 8 La langue parlée au village est le khassonké mais la plupart de ses habitants, y compris les membre (...)
  • 9 Au total, j’ai passé durant cette période quinze mois au Mali.
  • 10 Pendant mes séjours au village, j’ai résidé dans l’unité domestique du chef du village, mon princip (...)
  • 11 A Bamako, le site principal de l’enquête (où j’ai résidé durant mes séjours en ville) fut l’unité d (...)
  • 12 Dans la région parisienne, j’ai réalisé des entretiens et des observations auprès de membres du lig (...)
  • 13 Traduit par les anthropologues par le terme « noble ». En fait le milieu social étudié, comme plusi (...)
  • 14 Liée peut-être à la moindre présence des ONG dans cette commune et à la moindre implication des bai (...)
  • 15 On pourrait faire l’hypothèse d’un lien entre les taux actuels de scolarisation dans ces villages e (...)

2Les données analysées ici sont issues d’un travail de recherche doctorale (Feldman, 2009) portant sur l’impact des processus migratoires sur les rapports de pouvoir entre des membres d’un segment de lignage5 patrilinéaire originaire de la région de Kayes (Mali) et dispersé géographiquement : de nombreuses personnes appartenant à ce segment de lignage ont quitté, au cours de leur vie, leur lieu de naissance pour s’installer ailleurs. En effet, l’histoire de ce lignage est marquée par la mobilité géographique, ce qui explique la diversité des lieux où vivent actuellement ses différents membres (différentes régions du Mali, d’autres pays africains ainsi qu’en Europe). Ce lignage détient la chefferie du village de Galoba6, un village situé au bord du fleuve Sénégal près de la ville de Kayes7, son principal lieu de résidence8. L’enquête de terrain effectuée entre 2003 et 20079, liant l’observation participante à la réalisation des entretiens, s’est déroulée dans trois endroits : au village de Galoba10, à Bamako (la capitale du Mali) auprès des membres du lignage y résidant11, et en France auprès des membres de cette famille immigrés en région parisienne12. Au cours de l’enquête, les analyses ont fait ressurgir des traits sociologiques particuliers du lignage étudié, comme par exemple la persistance du mariage au sein du lignage (y compris dans le contexte urbain) ou le contrôle exemplaire que subissent les jeunes filles issues du lignage à Bamako. Les protagonistes ont associé ces particularités à l’appartenance du lignage au rang de horon13. Mais plus généralement, il ressort que la réalité rencontrée au village de Galoba concernant la position sociale des jeunes filles et des femmes n’est pas représentative de tous les villages de la commune à laquelle Galoba appartient. A titre d’exemple, on peut mentionner l’inactivité du regroupement des femmes14 ou la sous-scolarisation des jeunes filles à Galoba qui tranche avec la scolarisation plus poussée des filles des villages situés sur l’autre rive du fleuve15. Il s’agit donc d’analyser ici les mobilités géographiques dans un contexte particulier. Néanmoins, les spécificités du milieu social étudié ne remettent pas en cause sa validité comme cas d’étude.

  • 16 De jeunes garçons quittent le village pour leur scolarisation ou pour une formation religieuse aupr (...)
  • 17 Dans sa thèse, Marie Lesclingand utilise ce terme uniquement pour désigner l’envoi de jeunes filles (...)

3Selon mes interlocuteurs aussi bien au village qu’à Bamako ou en France, le motif principal voire unique des mobilités géographiques des hommes depuis la région de Kayes serait la recherche d’un emploi. Les filles et les femmes partiraient plutôt pour ce qui est nommé comme des ‘raisons familiales’. Or, l’analyse des données recueillies sur le terrain démontre que les motifs des migrations masculines sont beaucoup plus variés16, tandis que les mobilités géographiques féminines correspondent principalement à une « migration de travail déguisée » (Lesclingand, 2004, p. 38)17, pour les adultes comme pour les enfants.

  • 18 Cf. Tabet (1998, p. 15) : problématiser en termes de division sexuelle du travail signifie avant to (...)

4Sans nier d’autres aspects de ces mouvements migratoires (notamment financiers ou relationnels), je propose de mettre en lumière le lien entre les mobilités géographiques des filles et des femmes et la division sexuelle du travail18 au sein des unités domestiques. Pour cela on procèdera en deux temps : la première partie de l’article décrit et analyse le mode d’organisation du travail au sein des unités domestiques, aussi bien au village que chez ses ressortissants installés à Bamako. Par la suite, on examinera la manière dont les mobilités géographiques féminines s’inscrivent dans un mode de transfert de la main d’œuvre entre unités domestiques.

Le mode d’organisation du travail au sein des unités domestiques au village et à Bamako

  • 19 Voir notamment Ba, 1996 ; plus généralement pour cette région, cf. Lavigne-Delville, 1991 ; et aill (...)

5Les études portant sur les zones rurales touchées par les mouvements migratoires des hommes décrivent souvent une réorganisation du travail dans l’unité domestique, qui se traduit par une nouvelle répartition des tâches entre les hommes et les femmes19. À Galoba, il n’en est rien. Dans les unités domestiques où une femme se retrouve seule avec ses filles, les travaux réservés aux hommes sont exécutés soit par des ouvriers agricoles, soit ponctuellement par d’autres hommes du village à titre bénévole. Dans la plupart des unités domestiques, les départs des hommes sont organisés de manière à ce qu’il y ait toujours d’autres hommes qui prennent en charge les travaux qui leur sont réservés. Il en va de même, et c’est tout l’objet de cet article, pour ce qui concerne les travaux réservés aux femmes.

  • 20 Certaines femmes au village font du maraîchage sur des parcelles qui leur sont prêtées soit par leu (...)

6Dans chaque unité domestique, les cultures céréalières concernent l’ensemble des membres de la famille. Femmes et hommes exécutent des tâches concernant l’ensemble des cultures destinées à la consommation familiale, mais les champs de mil (gros ou petit), sont placés sous la responsabilité des hommes ; quant aux parcelles d’arachide, elles sont placées principalement sous la responsabilité des femmes. Les champs de maïs destinés à la consommation familiale sont cultivés par les hommes, ceux cultivés par les femmes le sont pour leur propre bénéfice. Enfin, l’arboriculture et le maraîchage à titre familial20 sont des activités exécutées uniquement par les membres masculins de l’unité domestique.

  • 21 Ce qui explique pourquoi les femmes bamakoises, qui peuvent déléguer l’ensemble de ces tâches à des (...)

7L’« entretien corporel, matériel et éventuellement affectif » (Guillaumin, 1992, p. 30) de l’ensemble des personnes habitant l’unité domestique mobilise en revanche uniquement la main d’œuvre féminine. Parmi les tâches qui en font partie, on peut mentionner l’approvisionnement en eau, le nettoyage des espaces de l’unité domestique et de ses alentours, la lessive, la vaisselle, les soins (pour l’ensemble des membres de la famille et particulièrement pour ceux qui sont dans un état de dépendance, à savoir les bébés, les enfants en bas âge, les personnes malades ou à mobilité réduite et les personnes âgées) et enfin la préparation et le service des repas. En effet, au village (mais également à Bamako), il est peu probable de voir un homme de la famille puiser l’eau pour la consommation familiale, intervenir dans les tâches de la cuisine ou de la lessive ni prodiguer des soins à d’autres membres de l’unité domestique. Ces activités sont considérées comme l’essence de l’identité féminine21.

8Si les travaux agricoles, comme le travail de reproduction relatif au coït, à la grossesse, à l’accouchement et à l’allaitement, concernent l’ensemble des femmes dans la limite de leurs capacités physiques, ce domaine particulier oblige à distinguer, parmi les membres féminins de l’unité domestique, les épouses du chef de famille, ses belles-filles et ses filles célibataires. Les épouses du chef de famille, assistées de leurs filles, sont chargées de l’exécution de toutes les tâches jusqu’à l’arrivée des belles-filles du chef de famille dans l’unité domestique. Dès que celles-ci s’y installent, la plupart des tâches accomplies par leurs belles-mères leur sont déléguées. Les filles célibataires du chef de famille sont censées aider leurs mères dans toutes leurs activités. À partir du moment où leurs mères délèguent ces dernières à leurs belles-filles, elles-mêmes en sont également dispensées.

  • 22 Modifications liées à plusieurs facteurs, parmi lesquels on peut mentionner l’externalisation de ce (...)

9Cette manière d’organiser le travail au sein de l’unité domestique est identique dans l’ensemble des unités domestiques du village, quel que soit le statut social du chef de famille ou le niveau des revenus monétaires. Y fait exception l’engagement d’ouvriers agricoles, dont le nombre varie évidemment en fonction du statut économique du chef de famille. En ville cependant, l’organisation du travail au sein des unités domestiques est beaucoup plus hétérogène. Le niveau économique du groupe domestique, le degré d’instruction de ses différents membres et leur accès à un travail rémunéré ont un impact considérable. Par ailleurs, l’installation en ville impose une rupture totale avec l’économie d’autosubsistance et entraîne une réorganisation complète des emplois du temps de l’ensemble du groupe domestique. Un petit nombre de ressortissants du village possède des terrains agricoles à Bamako. Mais aucun de ces ressortissants ne peut subvenir aux besoins de la famille uniquement à partir des récoltes de ses champs. On constate donc, avec l’arrivée en ville, un recul de l’activité agricole dans le cadre familial. En revanche les activités ménagères restent réservées aux membres féminins de l’unité domestique. Quelques modifications dans le mode d’organisation du travail en ce domaine22 ne suffisent pas à remettre en question cette assignation. Avec la réduction du nombre de résidents dans les unités domestiques urbaines, le nombre de femmes se partageant entre elles les travaux se réduit également, mais la quantité des tâches qu’elles sont censées exécuter ne diminue pas nécessairement. Si au village le tour de rôle pour la préparation des repas se répartit dans un premier temps entre trois ou quatre co-épouses, puis entre l’ensemble des belles-filles du chef de famille, en ville le nombre des femmes qui participent au tour de rôle est plus restreint : il est d’abord réparti, comme au village, entre toutes les co-épouses, mais ensuite uniquement entre les co-épouses du ou des fils qui sont restés habiter dans l’unité domestique de leur père. Parallèlement deux autres phénomènes propres au contexte urbain sont à prendre en considération car eux-aussi réduisent la disponibilité de la main-d’œuvre féminine au sein du groupe domestique : l’augmentation de la scolarisation des filles et l’accès de certaines femmes au travail salarié à l’extérieur de leur domicile.

10Par ailleurs, le déclin des activités agricoles prises en charge par l’ensemble des membres de l’unité domestique à Bamako ne signifie pas pour autant la disparition des activités à but lucratif qui s’appuient sur la main-d’œuvre gratuite du groupe domestique. Au contraire, celles-ci y prennent de l’ampleur. Elles concernent à la fois l’artisanat et le commerce. La personne qui en tire profit peut être aussi bien le chef de famille que tout autre membre de la famille (y compris une femme) en position d’aîné-e vis-à-vis d’autres membres. En règle générale, une division sexuelle du travail caractérise également ces activités. Par conséquent, les activités du chef de famille ou d’un de ses fils s’appuient plutôt sur la main-d’œuvre familiale masculine, et celles des femmes s’appuient principalement sur la main-d’œuvre des filles : ce sont le plus souvent ceux ayant le statut de cadets vis-à-vis du propriétaire d’un commerce qui remplissent l’ensemble des fonctions de l’affaire (vente, manutention, etc.). De même, dans les ateliers de teinture ou dans les stands où les femmes vendent de la nourriture, ce sont très souvent les cadettes de la patronne qui travaillent avec elle. Si les cadets reçoivent une récompense, il s’agit non pas d’un salaire, mais plutôt d’une sorte de bonus pour les encourager dans leur travail. Les personnes interviewées justifient le recours à la main-d’œuvre familiale par le fait qu’une partie des bénéfices est investie dans la satisfaction des besoins de l’ensemble des membres de l’unité domestique.

  • 23 Ou cousins paternels du mari qui ont le même statut que ses frères.

11La rigidité de la division sexuelle du travail signifie que le seul moyen pour une femme de se libérer d’un travail dépend de ses possibilités de le déléguer à une autre. L’examen des positions que l’organisation sociale réserve aux femmes au sein de la famille de leur époux révèle que leurs obligations évoluent en effet avec le temps. Lorsqu’une femme s’installe dans l’unité domestique dont son mari n’est pas le chef de famille, elle se retrouve en bas de l’échelle familiale, sous l’autorité directe de son mari, mais également sous celle des parents de son mari, de ses frères et de ses sœurs aînés. Si elle est la première belle-fille du chef de famille à intégrer l’unité domestique, elle doit effectuer seule l’ensemble des travaux réservés aux membres féminins. S’il y a déjà d’autres belles-filles, elle partage ces tâches avec elles. Sa charge de travail ne peut se réduire qu’avec l’arrivée dans l’unité domestique d’autres femmes de statut équivalent (des épouses de frères23 de son mari) ou inférieur (ses filles, dès qu’elles peuvent participer aux travaux, des co-épouses et, dans le contexte urbain, des aides ménagères salariées). Le départ comme l’arrivée d’une fille ou d’une femme dans l’unité domestique ont donc un impact majeur sur le mode d’organisation du travail en son sein, et plus particulièrement sur la charge de travail de ses membres féminins. Examinons à présent les différents types de mobilités féminines les plus répandues en interrogeant la manière dont elles répondent à des logiques de redistribution de la main d’œuvre entre unités domestiques.

La virilocalité, motif principal de mobilité géographique

  • 24 Pour marquer cela, C. Meillassoux propose le terme « sociétés gynécomobiles » (Meillassoux, 1992, p (...)
  • 25 Il s’agit aussi d’un transfert indirect de la force de travail, étant donné que le contrat du maria (...)

12La pratique de la virilocalité, comme le terme lui-même l’indique, se traduit par une mobilité géographique (à des distances variées) de toutes les femmes mariées dans la plupart des sociétés ouest-africaines (qui sont en majeure partie patrilinéaires et patri/virilocales24). Pourtant, comme le constatent Cordell et al. (1996, p. 30), cette mobilité est occultée dans la plupart des études portant sur les mouvements migratoires dans cette région. Ces auteurs le regrettent et appellent à reconnaître ces mouvements migratoires en tant que migrations de travail [« labor migration »]. Dans plusieurs sociétés de l’Afrique de l’ouest, le mariage constitue, en effet, une transaction qui marque le transfert direct de la main d’œuvre féminine d’une unité domestique à une autre25.

  • 26 Balayer la poussière vers l’extérieur de la cour serait mal interprété, car cela signifierait faire (...)
  • 27 Suite à la célébration du mariage à la mosquée, le couple passe une semaine dans une chambre désign (...)
  • 28 Récipients en céramique.
  • 29 Un grand nombre de ces objets composent également le trousseau du mariage dans le contexte migratoi (...)

13Dans le milieu social étudié, la prise en considération de cet aspect dans les alliances matrimoniales est visible à travers plusieurs séquences de la célébration du mariage qui révèlent l’équation épouse/ ménagère. À Bamako, lorsque deux familles commencent les négociations en vue d’un mariage, il arrive que le chef de famille du mari demande à la future épouse de nettoyer la cour de sa maison, et parfois c’est seulement ensuite qu’il rend son avis sur le mariage. Les jeunes filles de Bamako interviewées pensent qu’il s’agit d’une question de superstition : on attribuerait une signification au sens dans lequel la cour est balayée26. Mais on peut également voir là une manière de ‘tester’ les qualités de ménagère de la candidate. Deux autres séquences scandant la célébration du mariage et relatives à la cuisine et à la lessive semblent conforter cette hypothèse. Au village comme à Bamako et parfois en France, la nouvelle mariée doit prouver ses qualités de bonne cuisinière. Au village, cette épreuve a lieu deux jours après son arrivée dans l’unité domestique de son mari. Dans le contexte urbain, elle se déroule une semaine après la sortie de la chambre nuptiale27. L’autre différence entre les deux contextes est qu’au village la nouvelle épouse prépare un repas pour le mari et uniquement les hommes de sa génération, amis et parents, tandis qu’à Bamako le repas est consommé par l’ensemble des membres de l’unité domestique du mari et leurs invités. À partir de ce jour où elle a préparé ce premier repas, la nouvelle épouse participe au tour de rôle de la cuisine avec les autres femmes ayant le même statut qu’elle dans la maison. Au village, l’épreuve de la première lessive constitue également une étape de la célébration du mariage. Le jour de sa sortie de la chambre nuptiale, la nouvelle mariée va se laver au fleuve. Elle est accompagnée par l’ensemble des jeunes filles célibataires du village qui, pour l’occasion, rassemblent le linge de toutes les unités domestiques du village. Ensemble, elles lavent le linge dans le fleuve. Enfin, la liste des affaires que les épouses amènent avec elles lors de leur installation dans l’unité domestique du mari illustre elle-aussi le rôle que les épouses sont censées y remplir. On y remarque des canaris28, des barils en plastique pour stocker l’eau, un grand nombre de plats de différentes tailles, un service à thé et à café, des casseroles, un pilon, un petit mortier, des balais, des couteaux de cuisine, des seaux, une planche de lessive, des brosses... Ces objets font partie du trousseau de mariage29, financé principalement par le mari, mais également par la mère de la nouvelle mariée et son entourage féminin. Ces objets sont exposés publiquement à deux reprises au cours de la célébration du mariage : d’abord dans l’unité domestique que quitte la mariée et ensuite dans celle de son mari.

14Le principe de la virilocalité signifie le déménagement des femmes mariées dans l’unité domestique de leur mari. Mais qu’en est-il lorsque le lieu de résidence de ce dernier est dissocié de l’unité domestique de son propre chef de famille ? L’habitation dans l’unité domestique de la famille du mari va-t-elle de soi ? Le consentement d’une femme pour rester auprès des parents de son mari lorsqu’il s’agit d’un migrant, ou pour partir le rejoindre, n’est pas exigé car selon mes interlocuteurs, son statut d’épouse la contraint d’obéir à son mari. L’avis de ce dernier est tributaire du souhait de son chef de famille et des possibilités objectives lui permettant ou non de la faire venir sur son lieu d’installation (sa situation économique ou la législation sur le regroupement familial dans le pays d’accueil, s’il s’agit d’une destination extérieure). Dans cette configuration particulière, plusieurs facteurs sont donc à prendre en considération.

15A Galoba, les chefs de famille sont souvent réticents au départ de leurs belles-filles, par crainte que la migration des femmes n’ait comme effet l’arrêt des envois monétaires. Il s’agit alors de retenir au village les épouses et les enfants pour garantir le soutien financier des migrants. Mais outre le souci de voir les envois d’argent s’espacer, voire stopper complètement, le maintien des épouses et des enfants au village constitue un moyen de préserver l’ordre social établi et le mode d’organisation du travail au sein de l’unité domestique : le départ des belles-filles du chef de famille risque de priver ses épouses de la possibilité de se décharger d’un grand nombre de travaux. Car si pour les travaux agricoles des hommes, le recours à la main d’œuvre salariée se développe de plus en plus, la contribution d’un salariat féminin pour substituer à la main d’œuvre familiale féminine est complètement absente du contexte rural. Par ailleurs pour le migrant, faire venir ou non sa/ ses épouse(e)s et enfants sur son lieu d’installation est une manière de marquer son rapport au village : s’il tient à y garder sa position, le meilleur moyen est d’y laisser au moins une épouse (de préférence avec des enfants).

16L’examen des différentes situations des migrants du lignage montre que, sauf pour ceux qui se sont installés à Bamako et, à quelques rares exceptions près en ce qui concerne les migrants vers l’Europe, la tendance est de laisser les épouses et les enfants dans l’unité domestique du père. Le recensement des épouses parties rejoindre leur mari en migration indique que lorsqu’il s’agit d’un départ de longue durée à l’intérieur du pays, faire venir épouses et enfants va de soi, presque sans exception. Dans le cas d’une installation dans d’autres pays africains, c’est surtout le contexte socio-économique du pays d’immigration qui détermine si l’épouse et les enfants rejoignent le migrant : les hommes installés au Sénégal ou au Gabon font parfois venir leur épouse. Mais c’est par exemple beaucoup plus rare pour ceux qui séjournent en Libye ou au Congo. Pour les épouses dont le mari est installé en Europe, le regroupement familial, surtout ces dernières années, constitue une exception étant donné le durcissement de la législation en la matière. Même à l’échelle de la commune dont fait partie le village, le nombre des femmes migrantes en France est très réduit. En Espagne, les migrants de la commune vivent presque tous sans leurs épouses.

  • 30 S’y ajoutent les difficultés liées aux conditions de leur séjour en France : ceux en situation irré (...)

17Néanmoins, rejoindre le mari sur son lieu d’installation est un souhait de la plupart des épouses de migrants restées au village. Le départ auprès du mari représente un moyen pour échapper à leur position subalterne au sein de l’unité domestique des parents du mari, et aux corvées associées à cette position. En fait, les épouses dont le mari est absent se retrouvent souvent dans une position encore plus délicate à assumer que celles dont le mari est présent. En l’absence de leur mari censé remplir un rôle d’intermédiaire protecteur, elles sont encore plus exposées à l’exploitation de la part des belles-mères. A cela s’ajoutent les pressions qu’elles subissent pour tomber enceinte à chaque visite de leur mari migrant afin de « rentabiliser » sa visite aux yeux du chef de famille (faute de quoi elles ont droit à la critique et au mépris). Lors d’une visite dans une unité domestique où le frère du chef de famille est en France, les femmes présentes ont exprimé devant les hommes leurs inquiétudes : les difficultés de garantir la descendance des migrants, les risques de dérives de la part des épouses « trop longtemps délaissées ». J’ai entendu des points de vue semblables de la part de jeunes hommes du village, qui considèrent que le départ des femmes en Europe est primordial, surtout dans le contexte actuel où peu de migrants peuvent tenir financièrement le rythme attendu des visites au village (une visite tous les deux/trois ans)30. Face à ces pressions, les migrants avancent souvent un discours selon lequel la raison principale pour ne pas faire venir leurs épouses est leur volonté de les préserver des « mauvaises influences » et ainsi protéger leur cellule familiale. Mais il semblerait que la réalité est plus complexe.

18Lors d’une visite au village, Seydou, la quarantaine, qui vit en Espagne, m’a raconté qu’il pensait faire venir son épouse à ses côtés mais que sa mère s’y opposait, lui disant qu’elle avait besoin d’elle. Plus tard dans la journée, lorsque nous nous sommes retrouvés avec d’autres jeunes hommes du village, le discours de Seydou s’est modifié. Il a soutenu l’idée qu’il fallait garder les épouses au village pour qu’elles n’imitent pas « les femmes blanches » : « Les femmes blanches dominent les hommes. Les Espagnols sont jaloux des Africains. En Espagne on entend souvent parler des femmes assassinées par leurs maris. Ça, c’est parce que là-bas on ne peut pas les contrôler. »

  • 31 Les visites des migrants au village ne font que conforter cette idée, surtout en ce qui concerne le (...)

19Néanmoins, le départ pour rejoindre un mari apparaît souvent comme la réalisation d’un rêve. Comme les hommes, les femmes sont convaincues que la vie à l’extérieur du village ne peut être que meilleure que leur vécu quotidien31. N’étant pas en mesure d’être elles-mêmes ouvertement à l’initiative d’un départ, certaines femmes développent des stratégies diverses. Un conflit avec les beaux-parents ou une co-épouse, une maladie physique ou psychique réelle ou fictive, une liaison amoureuse avec un autre membre de la famille sont des exemples cités par nos interlocuteurs comme propices au départ des épouses pour rejoindre leur mari :

20Dans un des villages de la commune, on m’a parlé d’une jeune femme dont le mari, installé en France, n’est pas revenu au pays pendant plusieurs années. Lorsqu’à plusieurs reprises, on a trouvé l’un des frères du mari avec elle dans sa chambre, on a alerté le mari qui, encouragé par son père, a fait venir sa jeune épouse auprès de lui en France. N’ayant pas réussi à satisfaire aux critères du regroupement familial formel, celle-ci est restée pendant plusieurs années dans la clandestinité.

21À Paris, une ressortissante de Galoba m’a parlé de « crises de folie » qu’une jeune femme a attrapées au village lors de la visite de son conjoint qui vit depuis seize ans en France. La femme qui m’en a parlé était convaincue qu’il s’agissait d’une stratégie pour provoquer l’inquiétude du mari et le convaincre de l’emmener en France. Au lieu de la faire venir, il l’a envoyée, avec l’accord de son père, se reposer et se faire soigner auprès de ses propres parents dans son village natal.

22Il arrive qu’en comparant leurs conditions de vie dans l’unité domestique des parents du mari et celles qu’elles trouvent sur le nouveau lieu de résidence, les femmes qui ont réussi à rejoindre leur mari regrettent finalement leur départ. Cela se produit surtout dans les cas où sur le lieu d’installation, elles se sentent isolées et que leur solitude n’est pas récompensée par une certaine aisance économique. Mais comme pour leur départ initial, elles n’ont pas leur mot à dire concernant un éventuel retour.

23Si la contraction d’un mariage impose une mobilité géographique à la mariée, il en va de même de sa rupture ; suite au décès du mari ou suite à un divorce, une femme peut revenir dans l’unité domestique de son père. Ce retour (sauf exception) est pensé comme transitoire jusqu’à ce qu’un autre mariage soit contracté. En outre, comme le milieu étudié pratique le lévirat, le décès du mari peut entraîner, dans les cas où les deux frères n’habitent pas la même localité, le déménagement de l’épouse sur le lieu où est installé le frère. Mais le mariage et la mobilité géographique qu’il implique ne représentent pas le seul mode de transfert de main-d’œuvre féminine d’une unité domestique à une autre. La redistribution de la main-d’œuvre féminine entre unités domestiques s’effectue, en effet, avant même la puberté des filles, dans d’autres cadres que l’alliance matrimoniale et peut également provoquer une mobilité géographique des protagonistes.

Mobilité géographique féminine ou la redistribution de la main d’œuvre enfantine et juvénile

  • 32 Comme le démontrent plusieurs articles dont : Deshusses, 2005 ; Guillaume et al., 1997 ; Jacquemin, (...)
  • 33 Pour une vision globale sur ce phénomène voir par exemple : Goody, 1976 ; Lallemand, 1993.

24Dans le contexte villageois, la mobilité géographique précoce n’est pas spécifique aux filles. Dans 23 unités domestiques parmi les 32 que comprend le village de Galoba, j’ai constaté la présence d’enfants confiés ou au contraire l’absence de certains garçons et filles (installés ailleurs). L’installation d’enfants dans une autre unité domestique que celui auquel ils appartiennent à leur naissance est en effet une pratique très répandue au Mali, et plus généralement en Afrique de l’Ouest32. Mais il ne s’agit pas d’une pratique homogène. Les motifs des déplacements, leur durée et leurs implications concernant le statut de l’enfant sont fort variés, y compris au sein de la même société. Dans un grand nombre de cas le genre de l’enfant en constitue un élément déterminant33.

25Lorsque le fait de confier l’enfant implique son placement dans une autre unité domestique, il concerne l’ensemble des membres des deux unités domestiques (celle de départ et celle d’installation) car il y affecte la répartition entre productifs et improductifs. Selon C. Meillassoux, cette pratique sert à assurer « la reproduction et la croissance harmonieuse d’une communauté agricole fonctionnelle en respectant les proportions entre agents productifs et improductifs. » (Meillassoux, 1992, p. 76). Nous verrons que cette remarque dépasse actuellement le milieu rural et concerne également des unités domestiques dans le contexte urbain ; elle est particulièrement juste en ce qui concerne la circulation des filles.

  • 34 Ce qui confirme l’hypothèse proposée par S. Lallemand concernant une des logiques de la circulation (...)

26Même si l’initiative du déplacement d’un enfant peut provenir des femmes (exprimant une volonté de confier leur propre enfant à quelqu’un ou au contraire d’élever celui de quelqu’un d’autre), la prise de décision est réservée au chef de famille. Bien que le motif le plus souvent énoncé pour justifier cette pratique soit la volonté de renforcer les liens familiaux entre parents, l’étude de différents cas révèle d’autres logiques. Le placement d’un enfant dans une autre unité domestique au sein même du village ne concerne actuellement que les filles et les femmes : les enfants confiés sont des filles et les personnes à qui elles sont confiées sont toutes des femmes. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une mobilité géographique (la fille reste dans le village), elle s’installe tout de même dans une unité domestique différente de celle à laquelle elle appartenait à sa naissance. Ce type de placement est le plus souvent lié au fait qu’on confie une fille à sa grand-mère maternelle dont elle porte le même prénom. La division sexuelle du travail délègue, on l’a vu, aux membres féminins de l’unité domestique un domaine d’activité spécifique et positionne les filles comme secondant la femme à qui elles sont « attachées » (leur mère ou celle qui s’y substitue). Elle rend donc le transfert des filles très utile. En effet, lorsqu’une fille est confiée à sa grand-mère maternelle et s’installe dans l’unité domestique où celle-ci demeure, elle est censée combler l’absence de la mère et assister sa grand-mère34.

27Lorsque le placement de l’enfant a lieu hors du village, il concerne autant des garçons que des filles. En effet, la réorganisation actuelle du travail agricole qui permet aux chefs de famille, en cas de besoin, de faire appel à des salariés, les dispense d’avoir recours systématiquement à la main d’œuvre juvénile masculine de leur unité domestique. Tandis que le placement des garçons à l’extérieur du village vise principalement leur formation scolaire ou coranique, le placement des filles continue à avoir comme motif principal leur implication dans les travaux délégués aux membres féminins de l’unité domestique. L’éducation des filles se traduit donc avant tout par leur apprentissage des tâches domestiques. Leur scolarisation est considérée, sauf exception, comme secondaire. En fait, elles sont confiées autant pour leur éducation que pour aider les femmes qui les accueillent. D’ailleurs dans certains cas, on affiche clairement qu’une fille est confiée à une parente uniquement pour lui rendre service. C’est le cas des jeunes sœurs/ nièces qui partent accompagner une nouvelle mariée sur son lieu d’installation. Cette pratique est autant répandue au sein du milieu rural qu’en direction de la grande ville. Tandis que le séjour d’une accompagnatrice est plutôt de courte durée (au maximum quelques mois) quand il s’agit d’un départ au sein du milieu rural, une accompagnatrice qui part en ville peut y rester parfois jusqu’à son mariage. Même en ville, l’accompagnatrice, tout en respectant l’autorité du chef de famille qui la loge et la nourrit (probablement en contrepartie de son travail), reste soumise à l’autorité de son père. Au village comme en ville, le motif qu’on m’a avancé est de tenir compagnie à la nouvelle épouse dans l’unité domestique de son mari. En effet, la rupture avec son propre milieu familial et amical et l’installation en tant qu’étrangère dans l’unité domestique du mari sont souvent vécues comme une expérience très douloureuse. Cependant, le rôle de la jeune fille ne se limite pas simplement à tenir compagnie à la nouvelle mariée. Sa présence implique toujours l’exécution de certaines tâches domestiques.

  • 35 Il ne s’agit pas d’engager une aide salariée, ce qui constitue un cas à part.

28Percevoir les filles avant tout comme une main-d’œuvre domestique gratuite a comme effet, lorsqu’une femme n’a pas de fille ou n’en a qu’une, que son entourage lui en prête une35. Cette pratique est particulièrement répandue dans le contexte urbain, surtout lors de la nouvelle installation d’un couple en ville. En fait, en ville, il est rare de voir des unités domestiques de taille suffisante pour permettre la cohabitation d’un ensemble de frères, chacun avec leurs épouses et leurs enfants. Les femmes ne peuvent donc plus s’appuyer sur la contribution d’autres belles filles avec qui elles ont pu partager le travail au village et font appel à une aide.

29Il existe des cas où les motifs initiaux du déplacement d’un enfant sont indépendants de son genre. C’est le cas lorsqu’on confie un enfant à un couple qui n’en a pas (la présence enfantine, croit-on, favorisera la venue d’un bébé) ou à un couple qui vient d’en perdre un (pour le consoler). Néanmoins, là encore on observe que les enfants confiés sont majoritairement des filles. La préférence du donneur pour une fille peut s’expliquer par l’enjeu de la filiation dans une société patrilinéaire. Quant au couple receveur, un intérêt matériel lui fait préférer, a priori, une fille susceptible de participer aux travaux domestiques. Une fille confiée à une famille pour des raisons qui ne relèvent ni de son éducation ni d’une demande d’aide exprimée par une femme de la famille d’accueil se voit tôt ou tard attribuer une partie des tâches domestiques.

30Le récit suivant nous permettra de mieux saisir les difficultés liées à la position des filles confiées, surtout dans les cas où leurs déplacements sont nombreux, ainsi que la complexité des relations entre une fille confiée et la femme qui l’accueille :

31Saliba (la cinquantaine, née à Galoba), comme les autres jeunes villageoises à son époque, n’a pas été scolarisée. A l’âge de huit ans elle est appelée à accompagner l’une de ses grandes sœurs qui venait de se marier. Elle part avec elle et son mari dans une ville près de la frontière avec le Sénégal. Après deux ans, le couple retourne dans sa région natale. Saliba est donc de retour auprès de son père qui décide alors de l’envoyer à Bamako chez son fils, Mala, pour assister son épouse, Safiatou. Safiatou vient la chercher au village et l’emmène à Bamako. Saliba y reste huit ans durant lesquels elle assure l’ensemble des travaux domestiques. Lorsque les filles de Safiatou sont suffisamment âgées pour l’aider elles-mêmes, Saliba retourne à nouveau au village, cette fois pour tenir compagnie et soigner sa vieille mère. Lorsque sa mère est accueillie à Bamako par son propre fils et n’a plus besoin de l’aide de sa fille, Saliba est envoyée à nouveau par son père à Bamako, cette fois chez son oncle paternel qui s’est séparé de sa femme et a besoin de quelqu’un pour s’occuper du ménage. Elle y reste deux ans jusqu’à son mariage. Elle déménage alors dans l’unité domestique de son mari, situé également à Bamako. Saliba a six enfants mais une seule fille. C’est la raison pour laquelle elle demande à Mala, de lui « prêter » une de ses filles. Mala lui envoie dans un premier temps Adam, une des filles de son frère décédé, qui est sous sa responsabilité. Saliba la surcharge de travail : elle doit à la fois s’occuper de l’ensemble des tâches domestiques, vendre de l’eau dans la rue et poursuivre sa scolarité. Elle est la première à se lever le matin et la dernière à se coucher. Adam reste cinq ans auprès de Saliba mais finit par s’enfuir à l’âge de 15 ans et trouve refuge au village auprès de sa mère. Embarrassé, Mala lui envoie alors sa propre fille, Dala. En 2005, Dala est admise dans une formation loin de Bamako. Son père lui donne l’autorisation d’y partir, mais l’oblige tout de même à passer ses vacances scolaires chez Saliba. Dala, à son tour, se plaint lors de notre discussion de la manière dont Saliba se comporte avec elle.

  • 36 Souvent, même après être partie de la maison où elle a été accueillie, une fille continue à envoyer (...)

32A travers le récit d’Adam et de Dala, comme à travers d’autres interviews, il ressort que des filles placées en ville dans le but d’aider l’épouse du chef de famille travaillent souvent beaucoup plus que les filles vivant auprès de leurs propres mères. En effet, dans le milieu étudié, on attend en règle générale d’une fille confiée de manifester sa reconnaissance vis-à-vis de la femme qui l’a accueillie et on considère qu’elle lui reste toujours redevable36. Le travail gratuit que la fille fournit pendant des années à sa logeuse est souvent minimisé. L’élément mis en avant dans la relation est plutôt le fait que la fille est logée et nourrie par sa famille d’accueil. Le pouvoir de la mère de famille sur la fille, s’il n’est pas tempéré par des rapports d’affection, peut provoquer des dérives. Au cours de notre enquête, nous avons souvent rencontré des cas d’abus de pouvoir qui se traduisent par une surcharge de travail. Certaines filles, comme Adam et Dala sont dans l’obligation de prendre en charge l’ensemble des tâches domestiques et de faire du commerce à l’extérieur au bénéfice de la mère de famille. Cette réalité est souvent masquée par le fait que, comme les autres filles, elles ont a priori droit à la scolarisation. Pourtant, la surcharge de travail compromet souvent leur investissement dans les études. Le traitement particulier réservé à une fille confiée peut se traduire également par des violences physiques d’un degré incomparable avec les violences auxquelles sont exposés les autres enfants de la famille. Dans le cas d’Adam, ce sont les coups et les cris qui l’ont amenée, selon sa sœur aînée, à s’enfuir de chez Saliba.

33Cette redistribution de la main d’œuvre féminine enfantine gratuite, légitime dans le contexte malien, est remise en question dans le contexte français (Deshusses, 2005). Venir du pays pour se voir confier l’ensemble des tâches domestiques en échange d’un logement et de nourriture, sans salaire, est perçu par certaines filles, une fois en France, moins comme un mode d’éducation que comme une exploitation. C’est en tout cas ce qui ressort de la manière dont Alima (la quarantaine, originaire de Galoba) m’a présenté son histoire :

34Alima a eu durant son enfance des soucis de santé. Son père l’envoie alors auprès de sa tante en France. A son arrivée à Paris, Alima est hospitalisée. Elle subit une opération et reste à l’hôpital pendant quelques semaines. À sa sortie de l’hôpital, elle s’installe auprès de sa tante, son mari et leurs enfants. Sa tante l’inscrit à l’école mais comme elle ne parle pas français, elle rencontre d’énormes difficultés. Tout au long de sa scolarité, Alima bénéficie du soutien scolaire grâce auquel elle passe d’une classe à une autre. Après le collège, elle intègre un lycée professionnel mais n’obtient aucun diplôme. Dès son arrivée dans la maison de sa tante et jusqu’au moment où elle la quitte suite à son mariage, Alima prend en charge l’ensemble des travaux domestiques. Sa tante et son mari ont des emplois salariés à temps plein et c’est Alima qui s’occupe des enfants. Selon elle, c’est ce qui l’a empêchée de se consacrer à ses études. À la fin de ses études, Alima se retrouve en situation de séjour irrégulier. Lorsque sa tante et son époux ont fait une démarche de naturalisation pour eux-mêmes et leurs enfants, ils ne l’ont pas inclue dans la demande. Pendant six ans, Alima ne réussit pas à régulariser son séjour. C’est à cette époque qu’on la marie avec un parent originaire du village. Elle déménage alors avec lui. Ce n’est que suite à la naissance de leur fils qu’elle réussit à régulariser son séjour. Lors de notre entretien, elle se montre perplexe par rapport à l’attitude de sa tante. Elle indique qu’elle ne savait pas comment expliquer le fait que sa tante et son mari ne l’aient pas incluse dans leur demande de naturalisation, la mettant ainsi dans une situation de forte précarité, alors que pour la faire venir en France, ils l’avaient présentée comme leur propre fille. Elle ne comprenait pas non plus l’objection de sa tante, au moins dans un premier temps, à son mariage. Pour elle, tout ceci est en lien direct avec le fait que cette dernière a eu du mal à renoncer à son aide à la maison.

35Au regard de la législation sur la protection des mineurs en France, des situations semblables à celle d’Alima pourraient permettre un recours juridique. Cependant, la fragilité des conditions de séjour de ces jeunes filles les rend souvent démunies. De plus, tandis qu’au Mali, face à un abus de pouvoir, les jeunes filles peuvent trouver refuge chez un parent, en France, elles se trouvent en général isolées. En outre, lorsqu’une femme fait venir une fille du village en France, elle joue souvent sur l’ambiguïté. Dans l’invitation qu’elle adresse, elle met l’accent sur sa volonté d’améliorer le bien-être de la fille, ce qui pare son initiative du sceau de la générosité. Dans les cas que j’ai rencontrés, les invitations sont adressées à des filles qui ont besoin de soins (malnutrition, maladies). Ainsi, la venue des jeunes filles a l’apparence d’un service rendu aux parents et aux enfants. Dans de telles circonstances, la reconnaissance empêche les jeunes filles et leur entourage de voir, au moins dans un premier temps, qu’on se sert d’elles. Ce système du recours à la main-d’œuvre gratuite des petites et des jeunes filles est souvent perpétué par des femmes qui ont été elles-mêmes confiées jusqu’à leur mariage. Une femme qui a servi dans sa jeunesse dans une unité domestique reçoit souvent après son mariage du chef de famille une de ses filles pour la servir à son tour. C’est le cas comme on l’a vu dans les récits de Saliba (qui a reçu de Mala d’abord Adam, puis Dala) et d’Alima (qui a également envisagé de faire venir chez elle à Paris une de ses nièces du village pour s’occuper de sa fille) : il n’est pas étonnant que lors de notre discussion, elle ait mis en avant l’état de santé fragile de cette dernière.

36La présence massive des aide-ménagères salariées à Bamako, y compris dans des unités domestiques des familles originaires de la région de Kayes, risque de masquer le fait que l’accès des filles villageoises à ce type de travail rémunéré en ville est en fait réservé à certaines communautés maliennes (provenant de régions bien délimitées du Mali). Or, les populations de la région de Kayes n’en font pas partie : les filles et les femmes provenant de cette région ne sont autorisées à séjourner qu’auprès de leurs parents. Les mouvements migratoires des filles et des femmes du village de Galoba ne s’inscrivant pas dans la redistribution de la main d’œuvre entre les unités domestiques, ne concernent que les femmes qui ne sont plus en mesure de travailler. Il s’agit des femmes malades et des femmes âgées. Mais là encore, la mobilité n’est acceptée que dans un cadre familial : une femme ne part jamais seule. Elle doit toujours être accueillie par un membre de la famille au sens large du terme (un parent, un ami de la famille).

La circulation des « improductives »

37En discutant des mouvements migratoires des épouses et de la mobilité juvénile, la maladie est apparue à plusieurs reprises comme motif légitime. Il s’agit en effet d’une opportunité de mobilité qui peut éventuellement être dissociée d’un quelconque engagement dans des travaux domestiques sur le lieu d’installation. La maladie (réelle ou prétendue) peut être à l’origine de déplacements à partir ou en direction du village, de Bamako et de la France, autant pour l’accès aux soins que pour le repos. Le village est perçu comme un lieu de repos et de soins traditionnels tandis qu’une métropole africaine ou européenne semble offrir à la fois le repos et l’accès à la « médecine moderne ».

38La position d’une femme malade au sein de l’unité domestique d’installation est particulière, car elle est dispensée de travailler, donc ne contribue pas au groupe domestique. En outre, s’il s’agit d’une villageoise, le chef de famille sur le lieu d’accueil ne peut pas se permettre de demander une contribution financière à son père ou à son mari (sauf s’il s’agit d’un migrant) pour financer la prise en charge de son séjour (alimentation, traitements, médicaments) qui peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années. Tandis qu’une position de dépendante improductive est acceptable s’agissant d’une vieille personne (et jusqu’à un certain niveau d’un homme, même jeune), une jeune femme se fait tôt ou tard traiter par les autres femmes de paresseuse et d’oisive. Mais il semblerait que les femmes préfèrent supporter cette critique que reprendre les corvées au village.

39Les femmes âgées peuvent partir s’installer ailleurs plus facilement. Une femme ménopausée peut partir s’installer chez ses enfants citadins (à Bamako ou ailleurs). Cela est courant suite au décès du mari (lorsqu’on dispense l’épouse du lévirat) mais peut également être négocié de son vivant. Comme le souligne un rapport des Nations Unies (CEPED, FNUAP, URD, ONU, 1992, p. 64) portant sur les mouvements migratoires des femmes en Afrique de l’Ouest : « La migration représente pour ces femmes un moyen d’échapper à la misère des zones rurales. Mieux soignées, mieux nourries, mieux habillées, [elle leur permet également de jouir] du respect et de l’autorité attachés à leur âge ».

Conclusion

  • 37 Agnès Adjamagbo et Anne-Emmanuèle Calvès (2012, p. 10) en proposent la définition suivante : « Un p (...)

40L’examen des mobilités géographiques féminines dans le milieu étudié met en évidence la nécessité de la prise en compte des divisions sociales du travail qui s’y opèrent. Dans les cas présentés, les logiques genrées des mobilités géographiques sont étroitement liées à la division sexuelle du travail au sein des unités domestiques. En quelque sorte, ces logiques en découlent. Parallèlement, on a pu constater que les mobilités géographiques, sans remettre en cause la division sexuelle du travail, modifient parfois, à leur tour, le mode d’organisation du travail dans les unités domestiques : au village, en privant l’épouse du chef de famille de sa belle-fille, partie rejoindre son mari en migration ; à Bamako, en déchargeant les filles du chef de famille du travail qui est délégué aux filles confiées. Parallèlement, on a pu constater que la possibilité de rejoindre un mari sur son lieu d’installation représente une échappatoire de la condition de belle-fille et des travaux que ce statut implique. Néanmoins, en limitant la mobilité géographique des filles et des femmes à leur accueil au sein des unités domestiques qui reproduisent l’ordre social du village, avec les mêmes hiérarchies définissant les rapports sociaux au sein du foyer et la division du travail qui en découle, les risques que les femmes y acquièrent des outils d’autonomisation / d’empowerment37 sont réduits, voire éliminés. Plus encore, les femmes elles-mêmes sont souvent attachées à la reproduction du mode d’exploitation entre membres féminins des unités domestiques, car elles le considèrent comme la seule manière de se décharger des travaux qui leur sont déléguées. D’une certaine manière donc, tout en partant du village, elles y restent…

Haut de page

Bibliographie

ADJAMAGBO A. et CALVES A., 2012, L’émancipation féminine sous contrainte, Autrepart, 2012/2, n°61.

AMSELLE J.-L. (dir.), 1976, Les migrations africaines : réseaux et processus migratoires, Paris, Maspero, 126 p.

BAC. O., 1996, Dynamiques migratoires et changements sociaux au sein des relations de genre et des rapports jeunes / vieux des originaires de la moyenne vallée du Fleuve Sénégal, thèse de doctorat de 3e cycle d’anthropologie, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 283 p.

BARRY L. S., BONTE P., GOVOROFF N. et al. , 2000, Glossaire de la parenté, L’Homme, n°154-155, p. 721-232.

BAZIN J., 1985, A chacun son Bambara, in AMSELLE J. L. et MBOKOLO E., Au cœur de l'ethnie, Paris, La découverte, p. 87-125.

BISILLIAT J., FIELOUX M., 1983, Femmes du Tiers Monde, Paris, Le Sycomore, 122 p.

CATARINO C., MOROKVASIC M. et HILY M., (dir.), 2005. Femmes, genre, migration et mobilités, REMI vol.21, n°1, 284 p.

CEPED, FNUAP, URD, ONU, 1992, Condition de la femme et population : le cas de l'Afrique francophone, Paris, CEPED, 116 p.

CORDELL D. D., GREGORY J. W. & PICHE V., 1996, Hoe and Wage: A Social History of a Circular Migration System in West Africa, Colorado, Westview Press, 301 p.

DAUM C., 1998, Les associations de Maliens en France : Migration, développement et citoyenneté, Paris, Karthala, 250 p.

DELPHY C., 2001, Penser le genre : problèmes et résistances, L’ennemi principal 2 : Penser le genre, Paris, Syllepse, p. 243-260

DESHUSSES M., 2005, Du confiage à l’esclavage, Cahiers d’études africaines [En ligne], 179-180 | 2005, mis en ligne le 21 décembre 2005, consulté le 03 janvier 2013. URL : http://etudesafricaines.revues.org/5636

DORLIN E., 2008, Sexe, genre et sexualités, Paris, PUF, 153 p.

FALQUET J., GOLDBERG-SALINAS A. et ZAIDMAN C. (dir.), 2000, Femmes en migrations, aperçus de recherche, cahiers du CEDREF n°8, 385 p.

FALQUET J., RABAUD A., et al. (dir.). 2008, Femmes, genre, migrations et mondialisation: un état des problématiques, Cahiers du CEDREF n°16. 295 p.

FELDMAN N., 2009, Migrations de l’oppression : rapports sociaux de sexe et divisions du groupe des femmes au sein d’un segment de lignage originaire de la région de Kayes (Mali), thèse de doctorat en sociologie, Paris, EHESS, 526 p.

GOODY J., 1976, « Adoption in Cross-cultural Perspective », Production and Reproduction: A Comparative Study of the Domestic Domain, Cambridge, Cambridge University Press, p66-85

GUILLAUME A., VIMARD P., FASSASSI R., N’GUESSAN K., 1997, La circulation des enfants en Côte : solidarité familiale, scolarisation et redistribution de la main d’œuvre, in CONTAMIN B., MEMEL-FOTE H. (éd.). 1997. Le modèle ivoirien en questions : crises, ajustements, recompositions. Paris, Karthala, Orstom, 1997, p. 573-590. {en ligne, consulté le 29.12.2012}

JACQUEMIN M., 2000, Petites nièces et petites bonnes, le travail des fillettes en milieu urbain de Côte-d'Ivoire, Journal des Africanistes, 70 (1-2), p105-122.

KERGOAT D., MIRANDA A. et OUALI N. (dir.), 2011, Migrantes et mobilisées, Cahiers du genre n°51, 265 p.

LALLEMAND S., 1993, La circulation des enfants en société traditionnelle : prêt, don, échange, Paris, L’Harmattan, 224 p.

LAVIGNE DELVILLE P., 1991, La rizière et la valise : irrigation, migration et stratégies paysannes dans la vallée du fleuve Sénégal, Paris, Syros alternatives, 231 p.

LESCLINGAND M., 2004, Nouvelles pratiques migratoires féminines et redéfinition des systèmes de genre: une analyse à partir des changements démographiques en milieu rural malien, Thèse de doctorat en sciences économiques mention démographie économique, Paris, Institut d’études politiques de Paris, 300 p.

MEILLASSOUC C., 1977, Terrains et théories, Paris, Anthropos, 344 p.

MEILLASSOUX C., 1992, Femmes, greniers et capitaux, Paris, Maspéro, 250 p.

QUIMINAL C., 1991, Gens d’ici, gens d’ailleurs : migrations Soninké et transformations villageoises, Paris, Christian Bourgois, 223 p.

QUIMINAL C., BODIN C., 1991. Le long voyage des femmes du fleuve Sénégal, Hommes et migrations, n°1141, p. 23-27.

QUIMINAL C., 2000, Construction des identités en situation migratoire : territoire des hommes, territoire des femmes, Autrepart, n°14, p. 107-120

RAZY E., 2007, Les sens contraires de la migration : la circulation des jeunes filles d'origine soninké entre la France et le Mali, Journal des Africanistes, vol.77 (2), p. 19-43

RODENBURG J., 1997, In The Shadow of Migration: Rural Women and Their Households in North Tapanuli, Indonesia, Kitlv Press, Leiden, 241 p.

RODET M., 2009, Les migrations ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala, 338 p.

SAMUEL M., 1978, Le prolétariat africain noir en France, Paris, Maspéro, 262 p.

TABET P., 1998, La construction sociale de l’inégalité des sexes : des outils et des corps, Paris, l’Harmattan, 206 p.

TIMERA M., 2000, Hospitalité et hébergement dans un réseau migratoire local et international d’Afrique de l’Ouest, in LÉVI-VROÉLANT C. (dir.), Logements de passage : formes, normes, expériences, Paris, l’Harmattan, p. 51-67.

Haut de page

Notes

1 Cette remarque concerne plus généralement les premières études sociologiques portant sur les mouvements migratoires en France comme l’indiquent Anette Goldberg-Salinas et Claude Zaidman dans leur article (2000, p. 379)

2 J’ai choisi les termes descriptifs de « groupe domestique » (pour désigner les personnes résidant ensemble) et d’« unité domestique » (pour désigner le cadre résidentiel du groupe domestique). Ceci pour éviter les controverses que peut évoquer le terme de concession ou la non compatibilité du terme ‘ménage’.

3 « Le savoir féministe désigne tout un travail historique, effectué depuis de multiples traditions disciplinaires (histoire, sociologie, littérature, science politique, philosophie, sciences biomédicales, etc.) ; travail de mise en doute de ce qui jusqu’alors était communément tenu hors du politique : les rôles de sexe, la personnalité, l’organisation familiale, les tâches domestiques, la sexualité, le corps… Il s’agit d’un travail d’historicisation et, partant, de politisation de l’espace privé, de l’intime, de l’individualité, au sens où il réintroduit du politique, c’est-à-dire des rapports de pouvoir et donc du conflit, là où l’on s’en tenait aux normes naturelles ou morales, à la matière des corps, aux structures psychiques ou culturelles, aux choix individuels » (Dorlin, 2008, p. 10).

4 Étant donné la polysémie dont souffre ce terme, je tiens à préciser, en citant Christine Delphy, que « c’est le système du genre, construction sociale, qui fait exister les genres, groupes d’individus, puis les sexes, c’est-à-dire les traits physiques qui sont distingués pour servir de marqueurs aux genres. » (Extrait de sa communication orale lors du 6ème congrès international des recherches féministes francophones, 29 août-2 septembre 2012, Lausanne, Université de Lausanne. Voir également Delphy, 2001, p. 243-260.

5 Au sens descriptif du terme : un groupe « dont les membres se considèrent comme descendants d’un ancêtre commun et sont effectivement à même de retracer généalogiquement ces relations. » (Barry, Bonté et al., 2000, p. 727)

6 Pour garantir l’anonymat des enquêtés, le nom du village, le patronyme du lignage ainsi que les noms de toutes les personnes ont été remplacés par des pseudonymes.

7 Ce village comprend actuellement 32 unités domestiques, soit une population d’environ 600 habitants. Son économie repose principalement sur l’agriculture et l’élevage. Le maraîchage et l’arboriculture, qui se sont développés récemment, permettent de commercialiser une partie de la production agricole. L’argent envoyé par les ressortissants du village vivant à l’étranger constitue une source de revenus importante pour certaines familles. La religion pratiquée par les habitants du village est l’islam.

8 La langue parlée au village est le khassonké mais la plupart de ses habitants, y compris les membres du segment du lignage étudié, ne se considèrent pas comme des « Khassonkés » mais insistent sur leurs origines variées. Par ailleurs, pour des raisons scientifiques, nous contestons l’intérêt de parler en termes de groupes ethniques. Pour une ample discussion de la question, cf. Bazin, 1985.

9 Au total, j’ai passé durant cette période quinze mois au Mali.

10 Pendant mes séjours au village, j’ai résidé dans l’unité domestique du chef du village, mon principal site d'observation (où habite une trentaine de personnes).

11 A Bamako, le site principal de l’enquête (où j’ai résidé durant mes séjours en ville) fut l’unité domestique d’un neveu du chef du village, installé à Bamako depuis les années 1970. Cette unité domestique compte une vingtaine de personnes. Parallèlement, j’ai visité régulièrement les maisons où habitent d’autres membres du lignage installés dans la capitale.

12 Dans la région parisienne, j’ai réalisé des entretiens et des observations auprès de membres du lignage installés en France, au total une dizaine de personnes. Parallèlement, j’ai suivi l’activité de deux associations de migrants provenant de cette région du Mali.

13 Traduit par les anthropologues par le terme « noble ». En fait le milieu social étudié, comme plusieurs sociétés ouest africaines, est marqué par une hiérarchie opposant les ‘horon’ aux ‘nyamakala’ (castés détenant des métiers spécifiques) et aux « captifs » (personnes considérées comme descendantes d’esclaves). Pour plus d’informations sur les origines de ces hiérarchies, cf. Meillassoux, 1977.

14 Liée peut-être à la moindre présence des ONG dans cette commune et à la moindre implication des bailleurs de fond en comparaison avec d’autres communes de la région.

15 On pourrait faire l’hypothèse d’un lien entre les taux actuels de scolarisation dans ces villages et la mise en place très précoce d’une école, tenue par les pères blancs, dans l’un de ces villages, dès le début du 20ème siècle.

16 De jeunes garçons quittent le village pour leur scolarisation ou pour une formation religieuse auprès d’un marabout. Des hommes quittent le village pour une formation professionnelle ou pour un travail salarié.

17 Dans sa thèse, Marie Lesclingand utilise ce terme uniquement pour désigner l’envoi de jeunes filles en ville pour travailler en tant qu’aide-ménagère. Je pense qu’il s’applique plus largement à d’autres mobilités géographiques féminines.

18 Cf. Tabet (1998, p. 15) : problématiser en termes de division sexuelle du travail signifie avant tout « conceptualiser [celle-ci] comme une construction sociale et ce, indépendamment de toute spéculation théorique quant à ses origines (Molyneux, 1977, p. 63) ».

19 Voir notamment Ba, 1996 ; plus généralement pour cette région, cf. Lavigne-Delville, 1991 ; et ailleurs, cf. Rodenburg, 1997.

20 Certaines femmes au village font du maraîchage sur des parcelles qui leur sont prêtées soit par leur chef de famille soit par le chef du village : elles y travaillent pour leur propre bénéfice.

21 Ce qui explique pourquoi les femmes bamakoises, qui peuvent déléguer l’ensemble de ces tâches à des dépendantes familiales ou à des salariées, continuent, au moins de temps à autre, à se réserver la tâche de la cuisine.

22 Modifications liées à plusieurs facteurs, parmi lesquels on peut mentionner l’externalisation de certaines tâches domestiques, l’accès à l’équipement urbain (robinets, moulins, etc.) et la plus grande accessibilité en ville à des produits manufacturés.

23 Ou cousins paternels du mari qui ont le même statut que ses frères.

24 Pour marquer cela, C. Meillassoux propose le terme « sociétés gynécomobiles » (Meillassoux, 1992, p. 48).

25 Il s’agit aussi d’un transfert indirect de la force de travail, étant donné que le contrat du mariage vise la reproduction et donc garantit le relais.

26 Balayer la poussière vers l’extérieur de la cour serait mal interprété, car cela signifierait faire sortir la richesse de la maison.

27 Suite à la célébration du mariage à la mosquée, le couple passe une semaine dans une chambre désignée par le terme « chambre nuptiale ». Tandis que le mari passe ses journées à l’extérieur et ne retourne dans la chambre que la nuit, la mariée n’est pas autorisée à en sortir pendant l’ensemble du séjour. Le séjour dans la chambre nuptiale est considéré comme une réussite si à sa sortie la femme est enceinte. Dans le contexte bamakois et également en France, la durée de la présence dans la chambre nuptiale est souvent réduite à deux ou trois jours.

28 Récipients en céramique.

29 Un grand nombre de ces objets composent également le trousseau du mariage dans le contexte migratoire en France.

30 S’y ajoutent les difficultés liées aux conditions de leur séjour en France : ceux en situation irrégulière risquent à chaque départ de ne plus pouvoir retourner en Europe. Ceux dont la carte de séjour dépend d’un contrat de travail ne réussissent pas toujours à obtenir l’accord de leur employeur pour s’absenter pendant quelques mois.

31 Les visites des migrants au village ne font que conforter cette idée, surtout en ce qui concerne les migrants provenant d’Europe. Leurs habits, leurs affaires personnelles et leurs cadeaux témoignent d’une « réussite économique » - qui contraste avec leurs réalités quotidiennes sur place - et ne peuvent provoquer que l’envie de les rejoindre sur leur lieu d’installation.

32 Comme le démontrent plusieurs articles dont : Deshusses, 2005 ; Guillaume et al., 1997 ; Jacquemin, 2000 ; Razy, 2007.

33 Pour une vision globale sur ce phénomène voir par exemple : Goody, 1976 ; Lallemand, 1993.

34 Ce qui confirme l’hypothèse proposée par S. Lallemand concernant une des logiques de la circulation des enfants, qui consiste à donner des enfants là où on a pris des épouses, voir Lallemand, 1993.

35 Il ne s’agit pas d’engager une aide salariée, ce qui constitue un cas à part.

36 Souvent, même après être partie de la maison où elle a été accueillie, une fille continue à envoyer de l’argent à sa logeuse pour la remercier de l’avoir élevée.

37 Agnès Adjamagbo et Anne-Emmanuèle Calvès (2012, p. 10) en proposent la définition suivante : « Un processus de transformation multidimensionnel, venant des femmes elles-mêmes, et qui leur permet de prendre conscience, individuellement et collectivement, des rapports de domination qui les marginalisent et de développer leur capacité à les transformer. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nehara Feldman, « Division sexuelle du travail et mobilités géographiques féminines », Géocarrefour, Vol. 88/2 | 2013, 97-106.

Référence électronique

Nehara Feldman, « Division sexuelle du travail et mobilités géographiques féminines », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/9015 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9015

Haut de page

Auteur

Nehara Feldman

UPJV d’Amiens membre associée au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP) neharaf@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals