Navigation – Plan du site
Articles

Migrations circulaires et relations familiales transnationales : l’exemple des ouvrières agricoles marocaines à Huelva (Espagne)

Circular migration and trans-national family relations: the example of Moroccan female agricultural workers at Huelva (Spain)
Djemila Zeneidi
p. 139-146

Résumés

Cet article porte sur les migrations des ouvrières agricoles marocaines en Espagne effectuées dans le cadre d’une contractualisation temporaire, via le système des contrats en origine. Ces contrats ont pour particularité d’être basés sur le recrutement de femmes avec charges familiales, c'est-à-dire des mères de jeunes enfants. Le choix de ce profil est justifié par une politique de lutte contre l’immigration illégale. Au nom de leurs charges familiales qui les rendraient responsables et dépendantes selon les acteurs en charge de ce système, les migrantes seraient plus enclines à retourner au Maroc, une fois la saison achevée. Cet article se propose de rendre compte des fondements de cette politique, du processus qui sous-tend ce système migratoire, et des enjeux liés à la charge familiale sur l’expérience migratoire des ouvrières.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche est financée par le programme d’ANR Terrferme (« Les dispositifs de l'enfermement, approche territoriale du contrôle politique et social contemporain »), piloté par Bénédicte Michalon

Texte intégral

1Parce que plus de la moitié des migrants dans le monde sont aujourd’hui des femmes (Morokvasik, 2010), nombre d’auteurs s’accordent à parler de féminisation des migrations. Toutefois, l’expression ne fait pas l’unanimité car certains estiment qu’elle escamote la réalité historique des mouvements de femmes qui sont bien antérieurs au phénomène contemporain présenté comme inédit (Sassen, 2000 ; Fitzgerald, 2011). Si le fait n’est pas totalement nouveau, on constate aujourd’hui que les femmes sont pourtant la cible de politiques de recrutement à l’échelle internationale notamment dans la restauration, le global care (Falquet, 2010) et l’agriculture. La segmentation du marché de l’emploi en fonction du genre, de la nationalité voire de l’ethnicité s’accroîtrait. Les femmes représenteraient une variable d’ajustement recherchée pour leur supposée docilité. Les travaux portant sur les migrations des femmes du sud interrogent dans un contexte de mondialisation et de nouvelle division du travail, de la féminisation des flux migratoires, les conséquences des migrations sur les relations familiales (Mozere, 2005). Ces travaux renseignent sur la maternité à distance, les effets de l’absence des mères sur les enfants (Devi et al., 2010). Ils posent la problématique du transfert du care, défini comme la privation des enfants des migrantes au profit d'autres personnes (enfants ou personnes âgées) auprès desquels elles travaillent.

  • 1 Cette formule « pays d’origine » provient de la terminologie en vigueur dans l’Union européenne, qu (...)
  • 2 Source : chiffre donné par le responsable du service de l’immigration de la mairie de Cartaya le 24 (...)
  • 3 L’enquête s’est déroulée à Cartaya dans la province de Huelva, et au Maroc (Rabat, Kenitra). Au Mar (...)

2Ces problématiques ont d’autant plus de pertinence dans le cas de migrations qui privilégient un recrutement de femmes avec des charges familiales, comme c’est le cas des ouvrières agricoles marocaines employées dans la province de Huelva (Espagne) dans la production de fruits (fraises, groseilles, agrumes). Les recrutements de ces femmes s’inscrivent dans un type de migration de courte durée, les migrations circulaires prenant appui sur des contrats de travail temporaires (contratos en origen1) mis en place depuis 2001. Depuis cette date, 38 000 ouvrières agricoles marocaines, ont été recrutées dans ce cadre2. Le principe de ces contrats est de recruter le candidat et de faire signer le contrat de travail dans le pays d’origine. Pour des raisons de contrôle migratoire, les autorités favorisent le recrutement quasi exclusif des femmes avec charges familiales, le plus souvent mariées et mères de jeunes enfants. Cette sélection permet de s’assurer que les candidates ne restent pas sur le territoire espagnol à l’issue du contrat de travail, d’une durée en général de 3 à 6 mois. Ce profil spécifique définit les migrantes à partir d’une dépendance de soin aux enfants. Les femmes retenues sont recrutées à partir d’un principe du care. Ce concept englobe un ensemble d'activités de relations répondant aux besoins physiques et émotionnels des adultes et enfants dépendants. Il a deux acceptions, économique en premier lieu dans le sens du travail (Daly et Lewis citées in Ito, 2010, p. 137), et en second lieu comme une éthique, et en particulier une éthique du soin qui serait le propre des femmes (Tronto, 2005). C'est au nom de cette responsabilité du soin, de cette dépendance supposée des femmes que les agriculteurs et les acteurs institutionnels en charge de la mise en œuvre de ces contrats demandent des mères de famille pour travailler dans les serres de la province de Huelva3.

3Dans cette perspective, ce texte souhaite articuler migrations circulaires et relations familiales, en rendant compte du cadre de ces migrations, des processus et des représentations qui sous-tendent le recrutement et la gestion des ouvrières et enfin des effets de l’expérience migratoire sur les relations familiales.

Le système de la migration circulaire des ouvrières marocaines

4Dans un contexte de construction de l’Union européenne et d’harmonisation des politiques migratoires, la migration de peuplement telle qu’elle a été pratiquée par la France ou l’Allemagne est déconsidérée car jugée à partir des années 2000 comme trop coûteuse et génératrice de problèmes dans le domaine de l’intégration. On lui préfère la migration circulaire des travailleurs temporaires, une migration ponctuelle, utilitaire, ajustée aux besoins économiques. Après avoir promu l’immigration zéro, l’Union européenne change d’orientation et opte pour la migration circulaire, dont elle finance des programmes présentés comme des modèles innovants du point de vue économique selon le principe gagnant/gagnant. L’Europe se tourne ainsi vers le système des guest workers (Castles, 2006) L’objectif est d’accroître la force de travail sans ajout de nouveaux résidents à la population (Martin, 2008, p. 2). Aux Etats Unis, les programmes de contrats temporaires pour les migrants sont instaurés depuis les années 40, le plus célèbre étant le programme Bracero (1942-1965). Aujourd’hui, ces programmes se poursuivent et portent le nom des visas délivrés aux migrants, comme le programme H2A destiné aux saisonniers agricoles. Ces migrants recrutés dans l’agriculture ou l’industrie du poisson lorsqu’il n’y a pas de possibilités de recrutements de résidents, sont désignés comme « non immigrants workers », ce qui est significatif de la conception politique d’un travailleur migrant uniquement de passage. Ce système de travail temporaire existe aussi au Canada. Contrairement aux précédents qui n’affichaient qu’un seul objectif, fournir de la main-d’œuvre, les programmes actuels de migration de travailleurs temporaires prétendent en avoir plusieurs et notamment une coopération en matière de migration illégale ou des politiques de développement dans le pays pourvoyeur (Martin, 2008, p. 9).

5A la fin des années 1990, dans un contexte de mutation de l’agriculture, d’importantes demandes de main-d’œuvre se font ressentir dans des régions comme l’Andalousie, et en particulier dans la province de Huelva. Cette province du sud-ouest de l’Espagne a connu de grands bouleversements dans le domaine de l’agriculture. Celle-ci, sur un modèle emprunté à la Californie, s’est modernisée, spécialisée et est devenue intensive et extrêmement compétitive. L’agriculture de type méditerranéenne est abandonnée au profit d’une agriculture basée sur des investissements importants, produite sous serre et tournée vers quelques produits comme la fraise. Cette mutation est accompagnée d’importants soutiens financiers de l’Union européenne dans le cadre de la politique agricole commune. L’Espagne devient alors le troisième producteur mondial de fraises et le premier au niveau européen. La province de Huelva, qui produit 90% des fraises espagnoles, devient une région centrale de la production d’agrumes et de fraises (Plewa, 2009, p. 4). Les fruits de la province de Huelva comme la fraise sont vendus à des prix bas au consommateur européen qui peut en acheter dès février. Pour assurer ce rang, la province a besoin de 88 000 ouvriers agricoles durant l’année pour ses récoltes de fruits (fraises, nectarine, groseilles).

6Les demandes de main-d’œuvre émanent des employeurs qui font face à une désertion des champs par les Espagnols. La croissance économique espagnole a été forte, suite à son entrée dans l’Union européenne en 1986 et avant la crise qu’elle vit actuellement. Jusqu'aux années 1990, les ouvriers agricoles étaient des locaux originaires de communes voisines. Ensuite, ce sont des hommes marocains dans leur majorité et secondairement algériens qui ont remplacé les locaux attirés par d’autres emplois mieux rémunérés, notamment dans le bâtiment. A cette phase de recrutement d’ouvriers installés sur le territoire espagnol, succède une main-d’œuvre temporaire des contrats en origine. Pour favoriser la migration circulaire, l’Espagne met en place un système de « contrats en origine », un dispositif rendu possible grâce à la nouvelle version de l’adoption de la Ley de Extranjerìa (2000) (Plewa, 2009 ; Dominguès, Marquès et al., 2009 ; Redondo, 2009). Le recrutement des saisonniers pour la récolte des fraises via les migrations circulaires s’apparente à la conception logistique du « just in time » qui fait correspondre étroitement l’offre et la demande de manière à procéder au recrutement du nombre strictement nécessaire en fonction des besoins estimés par les employeurs (Marañón-Abreu et al., 2010, p. 5). Le contingent d’ouvrières demandé est calé sur l’état du potentiel de la production. Avec ce type de contrat, l’immigration est de type sélectif, basée sur une prise en compte des besoins dans des secteurs économiques précis tels que l’hôtellerie, la restauration, ou l’agriculture. Il s’agit de secteurs identifiés comme offrant « des emplois difficilement couverts » (cité in Redondo, 2009), les offres d’emploi devant d’abord s’adresser aux locaux (c’est-à-dire aux nationaux ou aux personnes immigrées en situation régulière). Les employeurs doivent attester de l’absence de candidats locaux avant de pouvoir proposer leurs demandes au pays d’origine (Redondo, 2009).

7Dès la mise en place de ces contrats, les employeurs se sont tournés vers les pays de l’Est comme la Pologne, la Bulgarie et la Roumanie. Ils ont favorisé le recrutement des femmes. Mais quelques années plus tard, l’entrée de ces pays dans l’Union européenne ne permet plus le recours des contrats en origine pour des migrantes disposant de la citoyenneté européenne et désormais du droit de circuler. Des essais avec le Sénégal se sont avérés infructueux en raison, selon le responsable du service de l’immigration de la mairie de Cartaya, du non-respect par les partenaires sénégalais des critères de sélection des ouvrières. Celles-ci n’avaient pas selon notre interlocuteur le profil d’ouvrières agricoles mais plutôt de citadines. Après cette expérience, les employeurs se sont tournés vers le Maroc. Depuis 2008, la crise économique a toutefois fait baisser le nombre de contrats signés avec les Marocaines. Il est alors question de la préférence nationale, les offres d’emploi devant être proposées aux chômeurs nationaux. La crise et la pression sociale suscitée par les chiffres importants du chômage, ont conduit à une baisse considérable des contrats en origine. Le système de la migration circulaire est mis en veille pendant la crise, il est maintenu en vue d’être réactivé quand la croissance économique reprendra (Marañón-Abreu et al., 2011, p. 26).

  • 4 Consulté le 07/04/2010 http://Europa.eu/legislation_summuries/justice.
  • 5 Texte officialisant le partenariat entre le Maroc et l’Espagne, copie obtenue auprès du responsable (...)

8La contractualisation en origine est promue par l’Union européenne et bénéficie de financements importants dans le cadre de la politique d’harmonisation de l’asile et de l’immigration et de la politique de voisinage (neighbourood policy). Ainsi, le programme Aeneas, qui dépend du pacte européen sur l’asile et l’immigration, a permis à la ville de Cartaya, ville de la province de Huelva, de mettre en place tout un système de gestion des contrats en origine avec le Maroc. Le programme Aeneas est un programme d’assistance aux pays tiers directement concerné par la gestion de la migration4. Il s’agit d’un programme qui aide les pays à lutter contre l’immigration illégale et favoriser le retour. Ce partenariat avec le Maroc est aujourd’hui poursuivi par un autre programme financé également par l’Union européenne : le programme Mares (de la contraction des premières lettres des mots Maroc et Espagne) qui promeut un « système de mobilité des flux migratoires de travail dans la province de Huelva » (systema para la movilidad de los flujos migratorios laborales, en la provincia de Huelva)5.

Recrutement et gestion des ouvrières agricoles marocaines

Le recrutement des mères de famille en situation précaire

9Les représentants des employeurs en charge du recrutement privilégient des femmes âgées de 18 à 45 ans, issues du milieu rural, en situation de précarité, avec charges familiales, c'est-à-dire des enfants en bas âge. Ceci est justifié par les employeurs par une tradition d’un travail de cueillette des fraises effectué par les femmes. Ils défendent ce choix en évoquant la douceur, la délicatesse de leurs gestes qui conviendraient à ce travail. Les critères de précarité, de dépendance familiale, et de vulnérabilité économique sont pensés comme des garanties du retour des femmes. Les candidates célibataires, et ayant un profil de citadine sont écartées car elles sont considérées comme ne pouvant répondre aux exigences du travail agricole et susceptibles par ailleurs de ne pas respecter l’engagement du retour en raison d’aspirations que n’auraient pas des femmes issues du milieu rural. Les mères seules sont aussi évitées (Moreno Nieto, 2009). Il s’agit de retenir les ouvrières qui ont des liens de dépendance à la famille. A ce titre, la mère de famille, mariée constitue le profil idéal dans la mesure où les liens à son époux et ses enfants sont pensés comme un argument conduisant les femmes à rentrer chez elles à l’issue de la saison et ce qui empêcherait ainsi l’immigration illégale. « Les charges familiales sont les clés de leur retour » explique un représentant des coopératives patronales (El País, 18/01/2009). « Les femmes sont plus sérieuses, les hommes mariés sont insouciants, ne sont pas responsables. Je ne connais aucune femme qui laissera sans soin son enfant pendant un jour ou deux, voire des semaines, sans être préoccupée », nous a confié un responsable à l’ambassade d’Espagne à Rabat. Les acteurs espagnols mettent en avant l’efficacité de ce critère mis en place selon eux en 2005 suite au constat d’un taux de non-retour établi entre 90 et 95%. Les critères de recrutement construisent la figure de la migrante marocaine comme une figure dépendante moralement, définie par la relation de soin, et comme responsable sur le plan de la prise en charge de la famille. Cette responsabilité morale participe de l’inclusion des ouvrières marocaines dans une catégorie universelle de genre, celle de la mère. Le critère familial est présenté par les acteurs institutionnels marocains comme un argument de politique sociale à destination des familles les plus vulnérables. Le critère de recrutement des mères de famille est un objet de discussion et de critiques au Maroc. Pour de nombreux acteurs du milieu associatif, que nous avons pu rencontrer, cela engendrerait une perte du soin destinée aux enfants au profit d’autres d’activités économiques.

La sélection et la gestion de la main-d’œuvre

10L’outil mis en place par la ville de Cartaya porte le nom de système de « gestion intégrale et éthique du flux migratoire de travail temporaire » (Jaldòn, 2009, p. 148). Du point de vue des acteurs, l’éthique dont il est ici question relève d’une action jugée responsable car disposant d’un objectif de lutte contre la migration illégale et ne débouchant pas sur une installation des personnes. Il est qualifié d’intégral, parce qu’il prend en charge les femmes depuis le Maroc jusqu’à leur retour dans le pays. Le système est défini par les acteurs officiels comme « un code, des recommandations, des procédures appliquées à la sélection, au transport, au séjour et au retour » (Jaldòn, 2005, p. 18).

11Dans le cadre de ce programme, un ensemble d’acteurs marocains et espagnols a la charge du recrutement des ouvrières. En premier lieu, l’Agence nationale d’emploi marocaine (Anapec) est financée dans le cadre d’un programme Meda 1, programme européen de lutte contre l’immigration clandestine (Marañón-Abreu et al., 2011). L’Anapec dispose de plusieurs bureaux dans tout le Maroc. Cette agence est chargée d’assurer la première phase de pré sélection des ouvrières. En amont, l’agence réalise selon les besoins des entrepreneurs une campagne d’informations dans les campagnes marocaines. L’agence a, dans les premières années, recruté dans les zones rurales agricoles où se cultivaient fraises et agrumes puis a élargi à tout le Maroc en privilégiant les zones rurales pauvres, en avançant un argument de lutte contre la pauvreté et d’équité territoriale. Elle emploie des agents chargés de sillonner le pays et d’identifier, en passant par des relais locaux, des femmes pouvant remplir les critères pour être recrutées. La sélection se fait devant les représentants des employeurs qui observent les femmes, éliminent celles qui ont trop de poids ou celles qui ne leur semble pas répondre aux exigences requises pour le travail agricole. Les candidates défilent devant les représentants des agriculteurs. Les quelques pas effectués par les postulantes permettraient aux recruteurs de vérifier si elles n’ont pas de problèmes physiques.

  • 6 Informations exposées lors du salon agricole organisé par la ville de Cartaya en février 2010.

12La deuxième phase est celle du voyage et de la « réception » des ouvrières dans la province de Huelva où elles sont acheminées en bus. La mairie de Cartaya emploie pour la gestion des ouvrières 18 médiateurs marocains dans toute la province. Ils sont chargés de la réception des travailleuses au port de Tarifa, ainsi que de leur acheminement vers leur lieu de travail. L’outil de gestion attribue un rôle très important aux médiateurs dans l’encadrement des ouvrières. Ils sont les acteurs principaux du suivi des femmes, et sont chargés « de la médiation entre les entrepreneurs et les travailleurs ». Ils assurent aussi une partie des formations délivrées aux femmes : un volet formation : « castillan pour immigré, importance du retour, hygiène et santé, éducation sexuelle, cohabitation et vivre ensemble ; application des produits phytosanitaires, médiation interculturelle… »6.

13L’ensemble de ces formations dans leur contenu révèle la fonction politique et économique de contrôle des flux migratoires, liée à la mise au travail et au maintien au travail. Les cours d’espagnol reflètent l’idée d’une formation minimale et utilitaire dans le cadre du travail et non celle d’un accès à la société espagnole. Il en est de même pour les cours de cohabitation qui sont censés réguler les rapports pensés comme pouvant déboucher sur des disputes entre les ouvrières. Les formations concernant le travail agricole sont aussi défendues par les acteurs institutionnels chargés de ces formations comme participant à la mission de développement. Les femmes, en bénéficiant de ces cours, permettraient d’impulser des changements une fois rentrées chez elles, dans le domaine professionnel. Dans la même logique, les formations à l’éducation sexuelle sont pensées comme permettant aux ouvrières de changer leurs pratiques reproductives, de mieux contrôler les naissances, pouvant ainsi alléger les charges familiales. Le cours d’éducation sexuelle constitue aussi le cadre d’information et de sensibilisation des ouvrières au respect de l’engagement à retourner dans leur pays une fois la saison finie. A l’occasion de ces cours, on les exhorte également à se méfier des hommes en particulier des marocains ou arabes (termes utilisés de manière équivalente) qui vont leur promettre des papiers et les encourager à cesser le travail et rester sur le territoire espagnol. Les hommes sont présentés comme les vecteurs de dangers. L’ensemble des mesures décrites permet de voir combien la sexualité intervient comme un outil de gestion et de discipline de cette main d’œuvre (Zeneidi, 2011). L’intervention sur les corps et les comportements se nourrit d’une conception des femmes comme vulnérables et donc à protéger.

La construction de relations familiales transnationales

14Un des enjeux pour les migrantes tient à la nouvelle organisation familiale qui se met en place durant leur séjour, notamment leur remplacement dans leur foyer. Toutes ces questions sont liées à leur nouveau statut de migrante. Le temps du séjour, la famille connaît un nouveau mode d’organisation en lien direct avec le système de mobilité spatiale des femmes. Ce nouveau mode de fonctionnement donne lieu à une famille transnationale, signifiant que les membres vivent des périodes de séparation et entretiennent, malgré la distance géographique, au-delà des frontières nationales, l’idée d’unité familiale. Le care que la traduction française de soin, de souci de l’autre ou de sollicitude peine à couvrir, est à la base de ces relations familiales (Merla, 2010, p. 2). Il s’agit là d’un sujet important dans la littérature consacrée aux migrations féminines. Derrière ces notions, se trouve le thème des liens qu’établissent les femmes entre deux pays pour continuer à jouer leur rôle de mère (transnational mothering), d’épouse, ou de fille, et celui de la problématique de la « fuite des soins » (care drain), c'est-à-dire du déficit pour les enfants engendré par l’absence de leur mère (Ehrenreich, Hochschild, cité in Devi et al., 2003). L’ensemble de ces relations peuvent être appréhendées à partir du care à distance ou transnational care giving. Le sujet est assez central dans les études qui concernent les migrations féminines anciennes et plus massives comme celles des mexicaines (Hondagneu-Sotelo, 1997), ou celles des philippines (Parreñas, 2005). Des études concernant des migrations plus récentes telles celles des Roumaines, des Polonaises, viennent aujourd’hui compléter cette littérature avec la même question sensible autour des effets des absences des mères sur les enfants (Urbańska, 2009). Bien que la migration des Marocaines relevant des contrats en origine soit un phénomène très récent, et de surcroît de courte durée, on peut tout de même observer des effets sur les familles.

15Le nouveau système des mobilités spatiales des ouvrières lié à la migration circulaire a des conséquences sur l’organisation des relations familiales, sur la nature des relations des ouvrières à celle-ci et sur les différents rôles adoptés par les femmes. La famille est dès le départ concernée par le projet migratoire car elle fonde le cadre dans lequel se construit le projet. Le projet est alors collectif, il n’est pas le fait de la seule volonté des femmes. La famille, dès la constitution du dossier pour le recrutement, se prépare au départ de la parente. D’après les récits obtenus, les membres de la famille ont conscience des changements qui vont s’opérer le temps du séjour en Espagne de leur parente. L’obtention d’un contrat de travail temporaire en Espagne projette les futures ouvrières dans un nouveau cadre de relations familiales le temps du séjour. Pour les enquêtées, la question centrale repose sur le transfert de la charge qu’elles accomplissent au quotidien, en particulier le soin des enfants, des parents âgés et malades, et les tâches domestiques.

16Le projet est d’autant plus collectif qu’il est accueilli positivement. Selon les ouvrières rencontrées, leur famille n’a pas fait obstacle à leur projet. Au contraire, car un contrat de travail en Europe est une aubaine, en raison des rentrées d’argent plus importantes qu’il suppose. Le salaire de 37 euros par jour gagné par les ouvriers agricoles de Huelva représente une ressource non négligeable comparé au salaire local marocain où une journée de travail dans le domaine agricole permet d’obtenir 55 dirhams (5 euros) par jour. La perspective d’un travail en Europe est alors vue comme une opportunité qu’il faut absolument saisir. On le mesure aisément au nombre de candidates qui postulent par milliers dans tout le Maroc.

17Malgré l’accueil positif de la nouvelle d’un contrat en Europe, certaines femmes évoquent tout de même la nécessité d’obtenir l’assentiment des membres de la famille, et en particulier de l’époux. L’aval de celui-ci permettrait de se prémunir de futurs reproches. La liberté de circulation peut provoquer des problèmes au sein du couple. Les conflits seraient générés par une menace sur l’ordre genré découlant du rôle économique majeur pour la femme migrante obtenant un statut de breadwinner. Cela peut provoquer des conflits avec le conjoint, non sans ambivalence de la part de ce dernier. Certains époux, tout en acceptant les bénéfices matériels de cette migration, vivent l’expérience migratoire de leur épouse comme une déqualification de leur rôle, de leur statut. Ainsi, cette ouvrière originaire de Nador, âgée de 32 ans évoque les menaces répétitives de son mari au téléphone lors de son séjour en Espagne, et les colères qu’elle doit affronter à son retour. Selon elle, le comportement de son mari n’est pas nouveau, elle explique « il est comme ça…il change d’humeur, je ne sais jamais comment je vais le trouver ». Cette ouvrière envisage de demander le divorce. Les migrations des épouses menaceraient selon certains auteurs comme Françoise Bloch et Adelina Miranda la hiérarchie des genres : « Dans de nombreuses situations, on observe surtout une inversion du genre provoquée par la migration : ces femmes deviennent un soutien familial - prérogative généralement masculine et envoient de l'argent pour subvenir aux besoins de leur famille "élargie" restée au pays » (Bloch, Miranda, 2010, p. 102). Ce type de tensions qui apparaît au sein du couple n’est pas propre aux situations de migrations internationales. Il peut se produire dans tous les contextes où l’accès à l’argent et à des statuts plus valorisants pour les femmes fait vaciller l’ordre genré. C’est le cas au Cameroun, en pays Bamiléké étudié par Hélène Guétat-Bernard, où « la baisse du niveau de revenus des hommes et de manière concomitante l’augmentation relative de celui des femmes créent des tensions dans les rapports de genre, des brouillages identitaires… » (2008, p. 343). Quelle que soit la source de ces mutations, l’autonomie des femmes se fait souvent dans un continuum avec les rôles de genre traditionnel (Morokvasic 2010, p. 106) ou dans un maintien en apparence de ceux-ci (Guétat-Bernard, 2008, p. 347).

  • 7 Le remaniement du code de la famille marocaine la Moudawana permet aux femmes de voyager sans l’aut (...)

18Dans notre étude, on a pu observer comment ces changements sont anticipés par les femmes qui évoquent une sorte de négociations intra-familiales, en particulier avec le conjoint. Il est important de préciser que les postulantes se voient dans l’obligation de présenter une autorisation signée par le mari pour pouvoir partir. Ce qui provoque les critiques des féministes marocaines, qui estiment que cela est rétrograde d’autant que le nouveau code de la famille permet aux femmes de s’en affranchir7 (Aït Ben Lmadani, 2010). Les responsables de l’Agence nationale de l’emploi et des compétences justifient cela comme un moyen de faire prendre conscience au mari que quelqu’un de la famille devra prendre en charge les enfants (González Enríquez, Reynés Ramón, 2011). En l’absence de mari, les femmes font part de leur projet au père et frères et sollicitent leur assentiment. C’est le cas d’une jeune femme veuve, mère de deux enfants de 3 et 6 ans, originaire de la région d’Agadir. Après avoir pris des informations auprès d’une voisine qui avait fait une saison dans la province de Huelva, la jeune femme qui vit chez ses parents en parle à son père qui lui donne son accord. Un autre cas plus frappant est celui d’une autre jeune femme orpheline, qui a la charge de ses trois jeunes frères (elle été recrutée en 2005 avant l’imposition du recrutement privilégié des mères de famille) qui se tourne vers le compagnon de sa tante. C’est le seul homme de la famille qu’elle estime le plus proche d’elle. Il joue un rôle de substitut de père malgré la nature des relations socialement peu acceptées, qui le lient à sa tante. Elle estime que son avis d’homme âgé d’une cinquantaine d’années est essentiel à la conduite de son projet. La demande d’autorisation de migrer pour les femmes constitue aussi une manière d’anticiper les problèmes qui peuvent se présenter, et de s’assurer un futur soutien. Ainsi, cette migrante s’estime chanceuse d’avoir l’assentiment de son mari, car durant son séjour en Espagne sa belle-famille cherche à provoquer des conflits entre elle et son conjoint en remettant en cause son travail en Espagne.

19Parmi les problèmes qui viennent affecter les relations, les soupçons de mauvaise conduite liés aux rumeurs qui circulent sur les migrantes. Tout en suscitant l’envie, les migrantes sont objet d’une mauvaise réputation. Sur le plan social, la migration des ouvrières marocaines ne se fait pas sans heurts et s’accompagne d’une certaine déconsidération morale. En plus d’être considérée comme un projet préjudiciable aux enfants, l’absence des femmes est chargée d’opprobre social car elle conduirait les femmes à la prostitution. Au Maroc, comme au sein de la communauté marocaine de la ville de Cartaya, la migration des marocaines est évoquée à travers « le prisme de la prostitution » (Pheterson, 2001). Les entretiens menés à Cartaya permettent de prendre la mesure des représentations des ouvrières comme celles qui volent le travail des hommes et qui déshonorent le pays et les musulmans. Une des critiques porte sur les tenues vestimentaires des ouvrières qui auraient troqué leur djellaba contre des jeans. La mauvaise réputation des ouvrières marocaines, suscite une « panique morale » (Cohen, 1972) dans la ville de Cartaya et plus largement dans la province de Huelva. Cette focalisation sur l’honneur perdue des ouvrières s’est traduit en 2010 par une initiative des résidents marocains d’interpeller les services de l’immigration de la municipalité de Cartaya, afin qu’elles mettent fin à cette migration. Au Maroc, un des responsables de l’Anapec reconnaît que la première critique formulée par l’opinion publique est cette accusation de prostitution. Le stigmate de la prostitution qui s’applique aux migrantes marque l’expérience de toute migrante de quelque culture que ce soit (Pheterson, 2001). S’il est rare que les accusations leur soient faites de manière ouverte et frontale, les ouvrières marocaines n’ignorent pas ce mépris dont elles sont l’objet, et qui impacte les relations à leur famille. Cette mauvaise réputation engendre une tension dans les rapports, un contrôle de la part des familles, des époux sur les femmes qui se traduit par des appels téléphoniques réguliers, des renseignements pris auprès d’autres marocaines et marocaines originaires du même village. Cette déconsidération cohabite de manière ambivalente avec la valorisation de la part des familles du travail en Europe, emblème de l’Eldorado.

20Pour contrecarrer les effets de ces rumeurs négatives sur leur compte, les femmes tentent de prouver qu’elles sont de bonnes émigrantes, notamment en montrant les gains de cette migration à travers l’amélioration de l’habitat, la construction d’un logement ou encore les présents faits à la famille. Aussi, pour les ouvrières qui sont renvoyées par leurs employeurs, ou pour celles qui n’ont pas de rentrées d’argent durant leur séjour - les jours non-travaillés n’étant pas payés - il est difficile de combattre ces soupçons du déshonneur. Une des ouvrières interviewées explique comment l’investissement dans l’agrandissement de la maison familiale est la meilleure manière de battre en brèche toutes les allusions sur son manque de moralité.

  • 8 Chiffres donnés par un médiateur de la mairie de Cartaya lors d’un entretien le 27 mai 2010

21La maternité à distance représente un autre domaine où se posent aux migrantes des difficultés d’ordre moral. Pour les ouvrières rencontrées, la question des enfants est sensible. Les migrantes ne déclarent pas spontanément et aisément souffrir du manque de leurs enfants. Lors d’un entretien avec deux migrantes marocaines, l’une d’entre elles évoque cette souffrance, non sans dérision : « Hier soir, c’était à mon tour de pleurer, toi c’était la veille en regardant les photos, chacune son tour ». Les appels téléphoniques passés régulièrement leur permettent de continuer à exercer leur rôle de mère. Les cadeaux achetés durant le séjour aux enfants constituent aussi des réconforts pour les migrantes. La séparation devient douloureuse lorsque le contrat est prolongé, ce qui constitue pour les ouvrières une bonne nouvelle sur le plan pécunier, mais une souffrance de ne pas revoir leurs enfants. Ce qui est le cas lorsque les ouvrières enchaînent, sans qu’on les ait prévenues, période de plantation et récolte des fruits, soit une absence entre 8 et 9 mois. Malgré toutes ces difficultés, les ouvrières ont la certitude d’être de bonnes mères malgré la distance. Un dilemme moral se pose néanmoins lorsqu’il s’agit pour elles de prendre le risque de rester illégalement sur le territoire espagnol. Elles sont tentées de ne pas respecter l’engagement du retour car elles craignent de ne pas voir leur contrat reconduit. Nous avons rencontré un grand nombre de migrantes qui, dans le contexte de la baisse du nombre des contrats en origine avec le Maroc - passant de 17 000 en 2009 à 4 500 en 20108, se posent la question de leur entrée dans la clandestinité résumée par le terme arabe hrgue, (« brûler » la frontière). Il faut, par ailleurs, souligner que certaines vivent une pression de leur famille qui les pousse à rester en Espagne. Les migrantes rencontrées se représentent cette possibilité comme le meilleur moyen de garantir un avenir à leurs enfants ou à leurs proches. Elles savent toutefois que la situation d’illégalité leur interdirait de revoir leurs enfants pendant de nombreuses années avant d’obtenir un titre de séjour. Cette perspective est imaginée comme une grande souffrance qu’elles infligeraient aux enfants et à elles-mêmes. De leur point de vue, la question est de savoir quelle est la solution qui assurerait à leurs enfants un avenir. Faut-il prendre soin d’eux dans une relation de proximité mais dans la précarité ou à distance en leur assurant une meilleure vie matérielle ? Cette préoccupation d’ordre affectif est tout aussi cruciale pour les hommes, mais les travaux sur ce thème dans le champ des migrations sont rares (Rosas, 2011 ; Sanchez Plata, 2008). La féminisation des flux migratoires, objet d’un intérêt croissant dans le champ de la recherche, pourrait permettre de faire de la dimension morale une dimension cruciale de toute expérience migratoire.

Conclusion

22Le système des migrations circulaires entre le Maroc et l’Espagne instrumentalise la relation de soin, la dépendance aux proches opposant les femmes et les hommes, projetant les premières du côté d’une morale de responsabilité dans la prise en charge d’autrui et les seconds dans l’intérêt personnel, dans l’indépendance. La relation de soin telle qu’elle est utilisée par le système de migrations circulaires des ouvrières marocaines permet de dessiner une ligne de partage entre les bonnes migrantes moralement responsables de leur famille, et les autres qui perdraient cette qualité car elles choisiraient de ne pas retourner auprès des leurs. Le fonctionnement des contrats en origine permet de comprendre les représentations en termes de genre qui placent les ouvrières marocaines du côté de la dépendance et de la vulnérabilité et donc justifieraient un encadrement serré. Ces stéréotypes alimentent le système de management des ouvrières agricoles, une gestion de type paternaliste. Malgré ces contraintes, les migrantes composent avec leurs charges familiales, en gérant des relations familiales partagées entre ici et là-bas, le temps du séjour. L’émergence de ce qui s’apparente à une famille transnationale nécessite malgré tout des négociations, des ajustements entre les différents contextes, et suppose aux femmes de faire face à un certain nombre de difficultés qui leur permettent d’assumer différents rôles, conciliant celui de breadwinner et de mère à distance. La gestion des relations familiales se combine de manière étroite à une stratégie migratoire pensée et mise au point par les ouvrières et au sein de laquelle le care joue un rôle déterminant.

Haut de page

Bibliographie

BLOCH F., MIRANDA A., 2010, Mobilités internationales : mondialisation du care et marché du sexe (introduction), in FALQUET J. et al. (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Ed. Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, p. 101-104.

CASTLES S., 2006, Guestworkers in Europe; A Resurrection?, International Migration Review, vol. 40, n°4, p. 741-766.

COHEN S., 1972, Folk devils and moral panic: the creation of mods and rockers, Oxford, Martin Robertson.

DOMINGUES J., MARQUEZ M., DELGADO J., 2009, Temporary contracts in origin as policy to control immigration in Spain: “the Huelva model”, Cahiers de l’Urmis, n°12, http://urmis.revues.org.

DEVI S. U., WIDDING ISAKSEN L., HOCHSCHILD A., 2003, La crise mondiale du care : point de vue de la mère et de l’enfant, in FALQUET J. et al. (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Ed. Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, p. 122-135.

FALQUET, J., 2010, L’Etat néolibéral et les femmes, le cas du bon élève mexicain, in FALQUET J. et al. (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Ed. Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, p. 229-242.

FITZGERALD S. (dir), 2011, Introduction, in Regulating the international Movement of women, From protection to Control, New York, Routledge, p. 1-7.

GONZÁLEZ ENRÍQUEZ C., REYNÉS RAMÓN M., 2011, Circular migration between Spain and morocco: something more than agricultural work? Metoikos project, European University Institute, Italie, http://www.eui.eu/Projects/METOIKOS/Documents/CaseStudies/METOIKOScasestudySpainMorocco.pdf

GUETAT-BERNARD H., Cultures du café et dynamiques des rapports de genre en pays Bamiléké au Cameroun : effets de similitude avec la situation kikuyu au Kenya, Cahiers d’Outremer, n° 243, Vol LXI, p. 339-354.

HONDAGNEU-SOTELO P., 1997, ”I'm here, but I'm there”: The Meanings of Latina Transnational Motherhood, Gender & Society, October, 11, p. 548-571.

JALDÓN, J. A., 2009, Modelo cartaza de migración circular: su definición conceptual y estratégica. Fórmula de codesarrollo idónea para fomentar flujos migratorios legales, complementar el control de frontera, in GORDO MÁRQUEZ M., FELICIDADES GARCÍA J. (dir.), Explorando los contratos en origen en los campos españoles, http://www.uhu.es/idl/js/tiny.

JALDÒN J. A, 2005, Modelo Cartaya temporeros-inmigrantes Gestión Ética de la Inmigración Laboral Temporal y Estable, Encuentro Habitat Rural Los nuevos pobladores y el desarrollo rural: gestión ética de la inmigración laboral, http://www.habitatrural.org/pdf/

ITO R., 2010, Immigration et travail de care dans une société vieillissante : le cas du Japon », in FALQUET J. et al. (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Ed. Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques p. 137-150.

AIT BEN LMADANI F, 2010, Migrations féminines marocaines, Pour un regard genré, en ligne : http://codesria.org/IMG/pdf/Fatima_Ait_Ben_Lmadani.pdf

MARAÑÓN-ABREU R., GUALDA CABALLERO E., VALERDI R., 2011, The Dynamics of Circular Migration in Southern Europe: An Example of Social Innovation, ESD Working Paper Series, ESD-WP-2011-01 January, http://esd.mit.edu/wps/2011/esd-wp-2011-01.pdf.

MARTIN P., 2008, Temporary Worker Programs: US and Global Experiences, http://canada.metropolis.net/policypriority/migration_seminar/PhilipMartinsPaper_e.pdf

MERLA L., The exchange of care between migrant living in Australia and Belgium and their parents living in El Salvador: a comparative analysis, ESF Exploratory Workshop “Transnational lives, Mobility and Gender”, 20-21 May – ICS, Lisbon, Portugal Draft paper, http://www.tlnetwork.ics.ul.pt/textos/

MORENO NIETO, J., 2009, Los contratos en origen de temporada: mujeres marroquíes en la agricultura onubense, Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos REIM, n°7, 2009, http://www.uam.es/otroscentros/TEIM/Revista, consulté le 04/11/10

MOROKVASIC M., 2010, Le genre est au cœur des migrations, in FALQUET J. et al. (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Ed. Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, p. 105-112.

MOZERE L., 2005, Domestiques philippines entrepreneures d'elles-mêmes sur un marché mondial de la domesticité, Le Portique, Archives des Carnets du Genre, Carnet 1, mis en ligne le 10 novembre 2005. URL : http://leportique.revues.org/index711.html

PARREÑAS R. S., 2005, Children of global migration: transnational families and gendered woes, Standford University Press, 224 p.

PHETERSON G., 2001, Le prisme de la prostitution, Paris, L'Harmattan, 216 p.

PLEWA P, 2009, Administration seasonal foreign worker admissions to Huelva’s strawberry agriculture, Preliminary draft of the presentation for the “immigration reform: Implications for farmers, farm workers and communities, Washington.

REDONDO D., 2009, Les contrats en origine dans la production intensive des fraises à Huelva, Études Rurales, n°182, p. 169-184.

ROSAS A. E., 2011, Breaking the Silence: Mexican Children and Women's Confrontation ofBraceroFamily Separation, Gender & History, Volume 23, Issue 2, August, p. 382–400.

SANCHEZ PLATA, F., 2008, Les couples de la Vallée de Solis (Mexique) et la migration masculine vers les Etats-Unis : lecture genrée des aspects affectifs et économiques, Thèse de géographie, Université de Toulouse Le Mirail.

SASSEN S., 2000, Women’s burden: Counter-geographies of globalization and the feminization of survival, Journal of International Affairs, 53, p. 504-524.

TRONTO J., 2005, Au-delà d’une différence de genre, vers une éthique du care, in PAPERMAN P., LAUGIER S. (dir.), Le souci des autres, Ethique et politique du care, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, p. 26-49.

URBAŃSKA S., 2009, Mothers of the Nation as a Target of Public “Therapy” – Transnational Parenting and Moral Panic in Poland, Mai 9, 2009, http://www.transnarodowosc.agh.edu.pl/abstrakt/abstrakt_Urbanska.pdf.

ZENEIDI D., 2011, De l’usage de la sexualité dans le management de la migration de travail, L'Espace Politique, 13 | 1, http://espacepolitique.revues.org/index1858.html.

Haut de page

Notes

1 Cette formule « pays d’origine » provient de la terminologie en vigueur dans l’Union européenne, qui partage les pays en fonction des flux migratoires. Le mot origine est associé aux pays émetteurs des flux, les pays destinataires sont les pays récepteurs.

2 Source : chiffre donné par le responsable du service de l’immigration de la mairie de Cartaya le 24 février 2009

3 L’enquête s’est déroulée à Cartaya dans la province de Huelva, et au Maroc (Rabat, Kenitra). Au Maroc, nous avons rencontré les acteurs institutionnels (Ambassade d’Espagne, l’Anapec, l'Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences, agence marocaine partenaire des espagnols dans la procédure de recrutement des contrats en origine). A Kenitra et ses environs, nous avons mené des entretiens auprès d’anciennes ouvrières et des observations dans leur famille. En Espagne, nous avons mené notre enquête à Cartaya auprès des ouvrières marocaines, des ressortissants marocain(e)s et des acteurs institutionnels de cette ville de 18 000 habitants, ville qui occupe un rôle essentiel dans l’encadrement de la procédure de la contractualisation en origine, et qui emploie à cet effet du personnel, dont des médiateurs marocains pour gérer les ouvrières. Nous avons rencontré de nombreuses difficultés pour accéder aux lieux d’hébergement des ouvrières agricoles. Aussi avons-nous dû mener des entretiens dans la rue et dans les commerces. Des données ont été aussi constituées à partir des coupures de presse ainsi que de la littérature grise fournie par les services organisant cette migration.

4 Consulté le 07/04/2010 http://Europa.eu/legislation_summuries/justice.

5 Texte officialisant le partenariat entre le Maroc et l’Espagne, copie obtenue auprès du responsable du service de l’immigration de la ville de Cartaya.

6 Informations exposées lors du salon agricole organisé par la ville de Cartaya en février 2010.

7 Le remaniement du code de la famille marocaine la Moudawana permet aux femmes de voyager sans l’autorisation de leur mari.

8 Chiffres donnés par un médiateur de la mairie de Cartaya lors d’un entretien le 27 mai 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djemila Zeneidi, « Migrations circulaires et relations familiales transnationales : l’exemple des ouvrières agricoles marocaines à Huelva (Espagne) », Géocarrefour, Vol. 88/2 | 2013, 139-146.

Référence électronique

Djemila Zeneidi, « Migrations circulaires et relations familiales transnationales : l’exemple des ouvrières agricoles marocaines à Huelva (Espagne) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/9085 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9085

Haut de page

Auteur

Djemila Zeneidi

ADES UMR 5185 - Maison des Suds 12, esplanade des Antilles - 33607 PESSAC CEDEX Fax : 05 56 84 68 55 djemila.zeneidi@ades.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals