Navigation – Plan du site
Articles

Régulations et contestation du droit : la production des espaces urbains en question.

Le cas de la Praça da Estação à Belo Horizonte (Brésil)
Regulations and contesting the law: the production of urban spaces in question. The case of Praca da Estacao in Belo Horizonte (Brazil)
Pauline Bosredon et Julie Dumas
p. 227-237

Résumés

Le quartier de la Praça da Estação, ou place de la gare, de Belo Horizonte est un espace contrasté tant du point de vue de ses fonctions que de ses pratiques spatiales. Dans ce quartier de gare traditionnel où s’articulent tous les modes de transport, la municipalité a mené une stratégie de développement par la culture entrainant la mutation de nombreux édifices en équipements culturels. Suite à un décret municipal restreignant l’accès à la place, une manifestation artistico-politique récurrente s’y est installée, récemment fréquentée par une population très différente des usagers du transport public. Cet article propose une lecture des transformations du quartier en termes de production de nouveaux espaces urbains à la lumière de la règle de droit (la fermeture de l’espace public constitué par la place de la gare) et de sa contestation (un appel au droit à la ville) qui qualifient les espaces et contribuent à leur domination ou à leur appropriation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Belo Horizonte est une ville planifiée, fondée en 1897 pour devenir la capitale de l’Etat du Minas Gerais. Le plan réalisé par l’ingénieur positiviste et socialiste Aarão Reis est inspiré de celui réalisé à Washington par l’architecte français L’Enfant (Aubertin, Vidal, 1997). Son tracé rationnel et rectiligne atteste d’une conception hygiéniste de l’espace et de l’importance accordée aux flux, à la circulation. Les places, situées au croisement des artères principales ou aux extrémités des grandes avenues, y jouent un rôle particulier. La Praça da Estação – ou place de la gare – est le cœur historique de la ville : tous les matériaux ayant servi à la construction de la nouvelle capitale sont arrivés par voie ferrée, le centre-ville s’étant alors développé à partir de ce point névralgique. Espace public délaissé et jugé en déclin jusqu’au milieu des années 1990, la place et plus largement son quartier connaissent aujourd’hui un processus de patrimonialisation et d’importantes transformations, tant dans leur matérialité que dans les pratiques. La Praça da Estação est en cela un espace typiquement brésilien : dans les grandes villes brésiliennes, le sentiment général d’insécurité a altéré les pratiques et a incité les Brésiliens à privilégier un entre-soi, des espaces surveillés, privatisés ou semi privatisés comme les centres commerciaux. Certains espaces publics conservent cependant une grande vitalité. Dans un espace urbain fortement ségrégué, ils font alors l’objet d’une appropriation différenciée selon les groupes sociaux (Andrade, Jayme, Almeida, 2009, p. 132).

2Le quartier de la place de la gare est en proie à une profonde agitation et une mutation rapide depuis que le maire Lacerda a fait voter en 2009 un décret municipal interdisant les manifestations sur la place. Ce décret, le mouvement de contestation qui a suivi ainsi que les débats autour des pratiques de la place et du quartier, n’ont pourtant concerné qu’une partie des espaces et des usagers, passant sous silence la fonction initiale du quartier – un quartier de gare – et la première catégorie d’usagers (en nombre) : les usagers du transport public. Cet étonnement premier nous a menées à pousser plus loin l’analyse de la production des régulations dans cet espace : qui participe effectivement à la production de « la place de la gare » comme espace social de revendication, espace public partagé mais aussi contesté et contrôlé ?

3Nous proposons de traiter cette question au prisme de la géographie du droit, affirmant ainsi la dimension spatiale du droit, qui s’inscrit dans un contexte spatial donné et qui a, en retour, des conséquences sur la production de l’espace (Blomley, 1989, 1994). Partant d’une approche résolument actionniste, nous préférons toutefois le terme de régulation entendu comme le processus de production des règles résultant d’une négociation entre les acteurs, ou « la capacité à construire des cadres (stables) d’interaction permettant de contrôler et d’ordonner les évolutions urbaines » (Bourdin, Lefeuvre, Melé, 2006, p. 15). La Praça da Estação est un espace qui mixe différents usages et fonctions. Une règle de droit décrétée par la municipalité est appropriée, contournée et contestée par des usagers. De nouvelles pratiques, présentées par les contestataires comme le droit fondamental des citadins, sont alors revendiquées. Ces trois moments participent-ils à la production d’un nouvel espace ? C’est en analysant les interactions entre les acteurs du jeu urbain et l’évolution du dispositif de pouvoir, pour reprendre la terminologie de Foucault (Foucault, 1975 ; Olivier, 1988), que nous pourrons y répondre, nous référant à Henri Lefebvre et à la théorie de la triplicité de l’espace, à la fois « sensible, matériel, vécu, pratique » (Lefebvre, 1974, p. 170), produit de la société et résultant de son histoire.

  • 1 ARCUS 2012-2014, axe « Territoire, populations à risques et aménagement », PRES Lille Nord-de-Franc (...)

4Les trois parties qui constituent cet article vont analyser successivement la règle de droit (résultat de la convergence de l’action publique et des stratégies privées), la mise en œuvre de la règle et sa contestation (ou comment les pratiques de l’espace mettent en lumière un nouveau rapport de force) et enfin la régulation nouvelle du quartier (issue de la règle et de sa contestation), qui contribue à la production d’un nouvel espace. Cet article est fondé sur un travail de terrain (entretiens et observations) réalisé en février 2012 et février 2013 dans le cadre du programme ARCUS Nord-Pas de Calais/Minas Gerais1.

La règle de droit : un résultat de la convergence de l’action publique et des stratégies privées

5Ancien quartier de la gare centrale, la Praça da Estação est le cœur historique de la ville (photo 1). Le chemin de fer, construit en 1894 soit trois ans avant l'inauguration de la ville, servit à l'acheminement de tous les matériaux de construction. La gare est alors le principal marqueur de centralité urbaine de Belo Horizonte, au cœur d’un quartier de pensions et d’hôtels, de bars et de restaurants. A l’instar de la plupart des grandes villes brésiliennes, Belo Horizonte voit son centre historique se dégrader à partir de la fin des années 1970 et se dépeupler progressivement (Trevisan, 2012, p. 17). Ses classes moyennes partent vers des quartiers résidentiels moins denses, le centre restant cet espace repoussoir « souvent hors des normes de la légalité autant que des codes d’urbanisme » (Rivière d’Arc, 2006, p. 11). Le quartier de la place de la gare, où l’on observe une permanence des activités commerçantes liées notamment au transport public, n’a pourtant jamais été tout à fait abandonné ni déserté.

Photo 1 : L’esplanade et l’ancienne gare

Photo 1 : L’esplanade et l’ancienne gare

©Pauline Bosredon, 2012

6La place et les rues adjacentes sont en effet restées un important nœud de transport collectif (fig. 1 – Plan d’ensemble du quartier) vers lequel convergent plusieurs modes de transport (le métro, le bus et le train). Le métro emprunte l’ancienne voie de chemin de fer et les entrées de la station se situent aujourd’hui à proximité de l’ancienne gare. De très nombreuses lignes de bus municipales et métropolitaines desservent le quartier. Les arrêts se situent au niveau de l’esplanade de part et d’autre de l’avenue Dos Andradas et dans la rue Aarão Reis. Quant au train de voyageur, il ne reste qu’une ligne Belo Horizonte-Vitória qui offre un départ par jour. Le quartier a, par ailleurs, été conçu dès le départ comme un axe majeur de la circulation automobile. En 1965 était ainsi réalisé le doublement de l’avenue Dos Andradas, permettant l'intensification du trafic routier, et en 1980 la place devenait un vaste parking.

Figure 1 : Typologie des Espaces et pratiques spatiales dans le quartier de la Praça da Estaçao

Figure 1 : Typologie des Espaces et pratiques spatiales dans le quartier de la Praça da Estaçao

La patrimonialisation comme première forme de réglementation

  • 2 Plano de Reabilitação do hipercentro de Belo Horizonte, Prefeitura Municipal de Belo Horizonte, 200 (...)

7La stratégie prioritaire de la municipalité est aujourd’hui de faire du quartier le haut lieu du patrimoine et des loisirs culturels à Belo Horizonte. C’est le sens du Plan de réhabilitation de l’hypercentre de Belo Horizonte, document de planification stratégique de la municipalité datant de 20072, qui qualifie le secteur de la place de la gare de quartier à vocation patrimoniale et culturelle. La mairie souhaite en effet transformer l'image du plus vieux quartier de la ville afin qu’il devienne tout à la fois symbole de son histoire et reflet de sa modernité en accueillant artistes et équipements culturels contemporains. Cette stratégie s’inscrit dans le mouvement plus général de « retour en ville » (Bidou-Zachariasen, 2003) qui correspond à la multiplication des programmes de revitalisation dans les centres historiques des grandes villes d’Amérique latine depuis les années 1990.

  • 3 Decreto n° 27.927 de 15/03/1988.
  • 4 L’ensemble urbanistique de la place Rui Barbosa et ses environs, Conjunto Urbano da Praça Rui Barbo (...)

8La patrimonialisation (fig. 1 - Patrimoine), menée d’abord par l’Etat du Minas Gerais (1988) avant d’être poursuivie par la mairie (1994), peut dans ce cadre être considérée comme une première forme de réglementation de cet espace. Qualifiant par décret un certain nombre d'édifices du quartier, elle est suivie dès 1995 d'une politique de valorisation. Les deux étapes (patrimonialisation puis valorisation) participent de la même stratégie municipale de renouvellement de l’image et des usages du quartier. Elles débutent en 1988 par le classement par l’IEPHA/MG, l’Institut du patrimoine historique et artistique de l’Etat du Minas Gerais, de l’ensemble architectural et paysager de la Place Rui Barbosa3 (Conjunto Arquitetônico e Paisagístico da Praça Rui Barbosa). Ce classement, décrété par l'État du Minas Gerais, constitue une première étape vers l’opération de revalorisation de l’hypercentre de Belo Horizonte. Il est élargi en 1994 par la municipalité à de nouveaux espaces et édifices4, en particulier l’ancienne gare centrale et son esplanade qui sont au cœur du programme de réhabilitation et de revalorisation du quartier qui débute en 1995. Le projet prévoit alors la réhabilitation de l’espace vert qui avait été supprimé par le doublement de l’avenue Dos Andradas et la requalification de l’esplanade. Cette dernière prend son aspect actuel en 2004.

La conversion culturelle

9Ce projet est complété en 2000 par la proposition d’ouverture d’un musée à l’intérieur du bâtiment de la gare centrale, en partenariat entre la Compagnie brésilienne des chemins de fer urbains (CBTU), propriétaire de l’édifice, et l’Institut culturel Flávio Gutierrez, fondation privée propriétaire d’une importante collection d’objets appartenant à l’histoire des arts et métiers brésiliens et, spécifiquement, du Minas Gerais. Dès le départ, il est prévu en accord avec la mairie que la gare serait transformée en musée par l’Institut qui prendrait à sa charge les travaux de restauration de l’édifice. Ces derniers commencent en 2001 ; le Musée des Arts et Métiers est inauguré en décembre 2005 et ouvert au public au début de l’année 2006. Il s'agit du premier équipement culturel du quartier, et la gare ne sera plus jamais une gare. La décision de créer ce musée a été prise en concertation avec la mairie qui a saisi là l’occasion de soutenir un projet en parfaite cohérence avec sa stratégie de revitalisation du quartier de la gare : « La proposition de convertir le bâtiment de l'ancienne gare centrale en Musée des Arts et Métiers a été largement discutée à l'époque avec la ville de Belo Horizonte afin d'harmoniser la mise en œuvre du musée avec les projets de revitalisation urbaine déjà prévus ou en cours à ce moment-là. La restauration de l'édifice, la réhabilitation de l’esplanade de la place de la gare et l'intervention proposée dans la Aarão Reis sont arrivées presque simultanément » (Trevisan, 2012, p. 121).

  • 5 Littéralement: « 104 Tissus ».
  • 6 URL : http://nelsonbordello.com.br/
  • 7 Littéralement : « Scierie Souza Pinto ».

10Les autres friches industrielles et patrimoines bâtis du quartier ont connu pendant la dernière décennie une reconversion culturelle, à l'exception de l’ancienne gare Ouest du Minas qui est le seul bâtiment patrimonial encore dévolu à sa fonction première – le transport – et des anciens locaux de la société Réseau ferré fédéral (bureau et maison des cheminots), aujourd’hui protégés mais dans un état de délabrement avancé. Le quartier accueille donc un nombre important d’équipements culturels variés. Certains sont des équipements fédéraux comme le Funarte, Fondation nationale des arts, qui accueille des expositions d’art contemporain et des artistes en résidence. D’autres, comme le Musée des Arts et Métiers ou l’espace CentoeQuatro installé dans la friche 104 Tecidos5, sont des structures privées soutenues par la municipalité. Le centre culturel de l’UFMG appartient à l’Université fédérale du Minas Gerais. Le Nelson Bordello (un « bar, restaurant et cabaret culturel », comme il est écrit sur son site6) et le théâtre Espanca sont des équipements privés, ne bénéficiant d’aucun soutien institutionnel particulier. La Serraria Souza Pinto7, enfin, est un espace privé que l’on peut louer pour des événements commerciaux ou culturels.

  • 8 Cf. entretien avec Eveline Trevisan février 2013 : la Banque nationale de développement a exigé la (...)

11Parallèlement à cette affirmation par la municipalité de la vocation culturelle, touristique et patrimoniale du quartier, les projets de requalification de la place ont aussi été l’occasion d’engager d’importants travaux pour améliorer le trafic automobile sur l’avenue Dos Andradas, les espaces d'attente des autobus et les entrées du métro. Eveline Trevisan, employée à la mairie d’arrondissement puis à BHTRANS (organisme en charge des transports publics municipaux et dépendant de la mairie de Belo Horizonte) précise que l’implication de BHTRANS dans le projet a été décisive pour l’obtention des fonds nécessaires aux travaux de requalification de la place8. Sans être au cœur du programme, le transport public tire donc profit des opérations de réhabilitation : les passages souterrains qui permettaient de rejoindre les quais du métro étant situés dans le périmètre concédé au musée, les entrées du métro ont été déplacées dans la rue Aarão Reis, au plus près des arrêts de bus métropolitains, favorisant ainsi l’intermodalité. La rue elle-même fait l’objet d’une requalification : les luminaires, le mobilier urbain (bancs, arrêts de bus) sont modernisés en 2006.

Le décret : prétexte patrimonial et convergence d'intérêts publics et privés

  • 9 Cf. entretien avec Rafael Barros, février 2012.
  • 10 Littéralement « Plage de la gare » : jeu de mots entre Praça da Estação « place de la gare » et Pra (...)
  • 11 Cf. entretien avec Flavio Carsalade, février 2012.
  • 12 IPHAN : Institut national du patrimoine historique et artistique.

12En 2009, le quartier de la Praça da Estação a évolué de telle manière que la stratégie municipale rencontre certains intérêts privés, en l’occurrence ceux de la fondation Institut culturel Flavio Gutierrez, propriétaire de la collection et gestionnaire du Musée des Arts et Métiers. Cette conjonction d’intérêts se cristallise autour de la question de pratiques existantes sur l'esplanade qui indisposent ces acteurs clés. Il s’agit de rassemblements populaires de toutes sortes, spectacles musicaux, théâtre de rue ou rassemblements politiques (Trevisan, 2012, p. 77), mais aussi d’assemblées religieuses de centaines de fidèles organisées par les églises évangélistes. Plusieurs entretiens concordants attestent cette thèse, notamment avec Rafael Barros9 qui est aujourd'hui l'une des figures de proue du mouvement de la Praia da Estação10 né de la contestation du décret (cf. ci-dessous), et avec Flavio Carsalade11, architecte, ancien directeur de l'École d'architecture de l'UFMG et ancien directeur de l'IPHAN12 au Minas Gerais. La régulation des usages de la place est un enjeu d’image pour un quartier destiné à devenir le cœur patrimonial et culturel de la ville. La fondation Gutierrez estime en effet que ces rassemblements nuisent à la fréquentation du musée et mettent en danger le bâtiment patrimonial de la gare. Il y a aussi un enjeu sécuritaire sous-jacent, relevant de l'ordre public : la municipalité souhaite affirmer son contrôle sur cet espace dont l'appropriation par un public non désiré est jugée excessive.

  • 13 Decreto n°13.798 de 09/12/2009.
  • 14 Cf. préambule du décret n° 13.798 de 09/12/2009.
  • 15 Decreto n°13.863 de 29/01/2010.

13Prétexte est donc pris de la protection du patrimoine pour mettre un terme à ces rassemblements : c'est le sens du décret municipal de décembre 200913. Ce décret, signé par le maire Marcio Araujo de Lacerda, s’appuie sur la qualité patrimoniale de la place et de l’édifice de la gare pour « interdire l’organisation d’événements de quelque nature que ce soit sur la place de la gare ». Les justifications invoquées pour cette décision très radicale à laquelle aucune exception n’est prévue dans un premier temps sont « la difficulté de limiter le nombre de personnes et de garantir la sécurité publique à cause de la concentration humaine [lors des rassemblements], ainsi que la dégradation du patrimoine public lors des événements organisés dans le passé sur la place de la gare à Belo Horizonte14 ». Le décret est complété dès le mois de janvier 2010 par la création de la Commission de règlementation des événements sur la place de la gare. Ce second texte de loi15 s’appuie sur le premier décret et sur « la nécessité d’une utilisation adéquate de l’espace public », dénonçant ici à nouveau une occupation jugée inadéquate, c’est-à-dire en contradiction avec le statut patrimonial et le nouvel usage du bâtiment de la gare transformé en un musée privé. Sécurité publique, préservation du patrimoine et de la qualité de l’environnement urbain permettent de légitimer la définition de « règles spéciales devant être observées dans l’utilisation de l’espace public pour l’organisation d’événements » : la commission fraîchement créée aura pour mission de s’assurer que l’espace public est utilisé « de façon adéquate », de réaliser des études techniques et des études d’impact pour chaque événement, de réaliser des débats, des audiences et des consultations publiques et de définir des règles spécifiques pour le bon usage de l’espace public de l’esplanade de la Praça da Estação.

  • 16 Cf. TV Conecta BH - Segurança aumenta em BH com 43 novas câmeras : http://www.youtube.com/watch?v=t (...)
  • 17 Les sans-logis sont appelés en portugais os moradores da rua, c’est-à-dire littéralement « les habi (...)

14En réalité, les décrets sont une tentative de reprise en main, de mise sous contrôle de cet espace central, organisée par la mairie et la fondation privée Gutierrez. Les intérêts de l'acteur public, relatifs à l'ordre public et à l'orientation de l'image du quartier dans la perspective de sa réhabilitation et du développement des activités culturelles, rejoignent ceux de l'acteur privé qui portent sur la normalisation et le contrôle très étroit des abords du musée. L’action publique entre donc clairement en interaction avec les stratégies privées et, à ce moment-là, les meneurs du « jeu urbain » (Bourdin, Lefeuvre et Melé, 2006) sont la mairie et la fondation. Le droit est ici conçu comme instrument de domination et de contrôle social permis par la limitation de l’accès à l’espace : la gare qui accueillait autrefois les passagers en transit devient un musée privé, 43 caméras de surveillance16 sont installées par la police municipale, et l’esplanade peut être fermée pour l'organisation d'événements de nature privée. Longtemps resté en retrait des projets de revitalisation, le quartier est devenu un espace sous surveillance, que les autorités cherchent à protéger en supprimant les arbres et en installant des spots lumineux pour l’éclairage nocturne, faisant par là même disparaître les zones d’ombre et diminuer la présence des « habitants de la rue »17. Le décret qui interdit les manifestations est, dans son intention, un instrument puissant de contrôle des usages de l’espace public.

La mise en œuvre de la règle et sa contestation : des pratiques de l’espace qui mettent en lumière un nouveau rapport de force

Mise en œuvre et contestation immédiate du décret

15Les deux décrets sont complémentaires et celui du mois de janvier 2010 n’adoucit en rien celui de décembre 2009. Ils suscitent les réactions indignées de Belo-horizontinos qui s’organisent très rapidement au moyen d’un blog18. Un premier noyau se forme autour de Rafael Barros, anthropologue militant de gauche et figure charismatique du mouvement, et d’une trentaine de personnes de différents horizons (militants politiques, activistes liés aux mouvements anarchistes, personnes liées au secteur culturel, chercheurs, journalistes)19. Une première manifestation surnommée Vá de Branco20 est organisée le 7 janvier 2010, rassemblant une cinquantaine de personnes. À l’occasion de cette manifestation s’organise un rendez-vous hebdomadaire qui a duré près d'un an dans sa forme récurrente pour transformer chaque samedi la place en une plage en plein centre-ville. Ces jours-là, la place est investie par une foule de gens en maillot de bain armés de ballons, de serviettes et de palmes pour revendiquer le droit à l’occupation des espaces publics (Bosredon, 2014). Avec le temps, le mouvement a pris de l’ampleur et atteint son apogée lors des périodes de carnaval : plusieurs centaines de Bahnistas21, comme ils se nomment eux-mêmes, se regroupent alors sur la place. Le samedi 11 janvier 2014, ils étaient encore 600 manifestants selon le quotidien O Tempo22 (photo 2).

  • 23 Cf. Proposta inicial de texto para panfleto, posté le 27 janvier 2010 sur le blog Praça Livre. URL (...)
  • 24 Cf. le Programme d'études sur Henri Lefebvre, Laboratoire de Géographie Urbaine (LABUR) de l'Univer (...)

16Cette manifestation hebdomadaire, la Praia da Estação, est la revendication d’un droit à l’occupation de l’espace public et d’un droit d’accès au patrimoine, bien commun par excellence. La patrimonialisation en elle-même n’est pas remise en question, c’est bien la restriction d’accès au patrimoine qui pose ici problème. Le patrimoine, c’est le bâtiment de la gare qui fut un lieu de transit, de passage et de rencontre avant d’être transformé en musée privé et de voir son accès restreint (l’entrée au musée est payante tous les jours sauf le samedi en journée, le mercredi et le jeudi en soirée). Quant à l’espace public, c’est la place de la gare, lieu de rassemblement et de manifestation dont le mouvement de la Praia da Estação affirme qu’il est l’un des plus importants de la ville et rappelle qu’il a été requalifié (en 2004) précisément dans l’objectif d’accueillir des manifestations de diverses natures (culturelles, politiques, religieuses etc.)23. Au début du mouvement, la revendication portait à la fois sur la question de l’accès au patrimoine et sur celle de l’occupation de l’espace public : la Praia da Estação conteste la légitimité d’un décret qui limite, sans concertation avec la population, l’accès au patrimoine qui est pourtant un bien commun. Mais très vite ont prévalu les revendications sur l’espace public, alors portées par un nouveau groupe d’usagers de la place : les participants à la Praia sont en effet issus d’une classe sociale bien spécifique (jeunes, intellectuels, militants, artistes, étudiants…) qui ne correspond pas à la population des usagers des transports publics, ni aux fidèles des églises évangélistes en partie visés par le décret. La revendication du droit à un espace public « partagé par tous » fait implicitement référence à Henri Lefebvre et au « droit à la ville » devant permettre la socialisation, la rencontre et l’échange (Lefebvre, 1974a [1968], p. 119) et luttant contre l’exclusion de certains groupes de l’urbain (Lefebvre, 1974b [1968], p. 162-163). « A Praça é de Tudo e para Todos ! A Praça é a nossa Praia !» affirme le slogan de la Praia, c’est-à-dire « La place est pour tout et pour tous ! La place est notre plage ! ». La référence à Lefebvre est ici tout à la fois un cadre d’analyse de la Praia et un élément de compréhension de ce mouvement. Nous sommes en effet dans le contexte brésilien, très fortement marqué par la lecture de Lefebvre au point qu’il s'est développé une école brésilienne lefebvrienne24.

  • 25 Decreto n°13.960 e Decreto n°13.961 de 04/05/2010.

17Le mouvement de la Praia a pour effet immédiat de susciter le débat et la production en mai 2010 de deux nouveaux décrets dont la municipalité espère qu’ils contribueront à calmer la contestation. Ces décrets25 abrogent celui de décembre 2009 et proposent une nouvelle législation : l’organisation d’événements sur la place de la gare est désormais soumise au paiement d’une taxe proportionnelle au nombre de jours durant lesquels la place est occupée. Cette taxe va de 9 600 reais (soit environ 3 700 euros) pour un à deux jours, jusqu’à 19 200 reais (environ 7 400 euros) pour cinq à six jours, ce qui est prohibitif pour la plupart des associations ou des organisateurs d’événements populaires non commerciaux (cf. entretien avec Rafael Barros, février 2012).

Un rapport de force entre les acteurs qui tourne en faveur de la Praia

  • 26 Les journaux locaux Estado de Minas, O Tempo et Hoje em Dia ont couvert, dès 2010, les rassemblemen (...)

18Comme évoqué plus haut, le droit est apparu comme un instrument de domination et de contrôle social entre les mains des détenteurs du pouvoir au moment où passe le décret. Mais la légitimité du décret est déniée par une partie de la population qui lui oppose le droit fondamental à l’espace public : l’appel au droit apparaît donc aussi comme un instrument de contestation, une ressource de l’action collective. En observant comment la règle de droit est perçue, contournée et parfois instrumentalisée dans cet espace, nous mettons en effet en lumière l'évolution des rapports de pouvoir entre les pouvoirs publics et le mouvement de la Praia. A Belo Horizonte, le décret est manifestement contourné par les manifestants du mouvement qui ont réussi à organiser des Praias tous les samedis pendant un an, puis de manière sporadique pendant les deux dernières années, sans que la police militaire n’intervienne de façon répressive et sans jamais s’acquitter de la taxe prévue par le deuxième décret. Cette forme de désobéissance civile instaure une nouvelle modalité d’action publique et de relation au politique (Melé, 2012) : la seule action de la municipalité destinée à gêner l’organisation de ces événements a consisté à couper l’eau des fontaines de la place. Lors d’un entretien, Rafael Barros nous indique que si la présence policière était importante en 2010-2011, il s’est opéré un véritable changement à partir de 2012 et la police s’est faite beaucoup plus discrète. Aujourd’hui, les rassemblements ne sont plus réprimés, ou à la marge : la règle échoue à être l’instrument de contrôle étroit de l’espace et de ses usages qu’elle promettait d’être. Un élément d'explication est le contexte des élections municipales : le maire Lacerda, candidat à sa réélection en octobre 2012, ne souhaite pas de confrontation trop directe avec le mouvement de la Praia parce qu'il est en campagne électorale et que le mouvement, jouissant d’une médiatisation importante26, est très populaire parmi les habitants de Belo Horizonte.

  • 27 Littéralement : « Dehors, Lacerda ».

19Dans le même temps, la règle de droit (le décret) est également instrumentalisée par le mouvement. En trois ans d’existence, la Praia est devenue une tribune pour des revendications et des contestations multiples dont les causes se rejoignent et parfois se confondent : ainsi les Piores de Belo, groupe de graffeurs emprisonnés plusieurs mois en 2011, est-il soutenu par le mouvement, de même que des groupes de squatteurs. « La question du décret est devenue un symbole et a offert l’opportunité de parler de tous les problèmes urbains à Belo Horizonte » (entretien avec Rafael Barros, février 2012). La contestation du décret est aussi pour le mouvement l’occasion de dire son mécontentement contre le maire : les Praias ont été des tribunes exceptionnelles pour le mouvement Fora Lacerda27 qui porte une contestation globale de la politique de l’équipe municipale (cristallisée sur la personne du maire Lacerda) ; aujourd’hui les deux mouvements se confondent. Le mouvement s’est ainsi incontestablement ménagé un espace de choix dans le débat public en imposant au cœur de la campagne électorale ses revendications (le droit à l’occupation de l’espace public, la place de la culture) et, au-delà, en s’immisçant dans certaines structures ouvertes au débat public : Rafael Barros a notamment participé à de nombreuses réunions et consultations publiques où il a pu relayer les messages de la Praia ; il fait aujourd’hui partie du Conseil municipal de la culture (COMUC) au titre de la société civile. Récupérés (en quelque sorte) par les candidats aux élections municipales, les thèmes de la contestation ont été mis en lumière dans le débat public. Ce rapprochement entre le mouvement et la stratégie culturelle menée par la municipalité est pointé du doigt par certains participants de la première heure comme les membres du groupe d’intervention urbaine Conjunto Vazio. Ces derniers s’inquiètent de la disparition progressive du caractère contestataire de la Praia ; le risque de ce glissement vers un événement purement festif est pourtant fermement démenti par Rafael Barros (Bosredon, 2014).

  • 28 Cf tract distribué et mis en ligne sur le blog à partir de février 2010 : « Que façamos da cidade l (...)

20Les grands absents du débat sur l'espace public et, plus largement, sur l'avenir du quartier de la gare, restent les usagers du transport public. Il s’agit d’une population modeste, captive du transport public (métro et bus) pour ses déplacements domicile - travail quotidiens. Cela est d’autant plus vrai pour les passagers des bus métropolitains, habitants de quartiers dortoirs éloignés du centre-ville. La Praia ne s’est pas faite porte-parole de ces usagers, et a même opposé leur pratique quotidienne de transit à celle vivante et joyeuse des Praias28.

  • 29 De nombreuses cafétérias, des boutiques de confiseries et des petites épiceries, des bars, une banq (...)

21Pour résumer, de nouveaux acteurs ont fait leur entrée dans le dispositif à la faveur de la contestation du décret : il s'agit des Banhistas de la Praia dont les pratiques artistiques, ludiques et contestataires sont parvenues à contourner de fait la stricte application de la règle. D’autres acteurs sortent de ce dispositif : il s'agit des églises évangélistes, sans lien aucun avec le mouvement de contestation et pourtant directement concernées et visées par le décret. Elles montrent, lors de cet épisode, leur faiblesse dans le rapport de force qui les oppose à la mairie et au musée. Rafael Barros et la Praia servent au contraire la stratégie initiale de la mairie : systématisées, voire ritualisées, les Praias ressemblent de plus en plus à des happenings ludiques et ne déparent pas dans le projet municipal de renouvellement de l’image du quartier par la culture. Certaines voix à l’intérieur du mouvement commencent d’ailleurs à s’élever pour regretter que ce dernier commence à perdre son caractère contestataire premier (Bosredon, 2014). La régularité des Praias les impose par ailleurs comme proposition alternative de régulation de l’espace public sur la Praça da Estação. Cette régulation est le résultat de la réussite des manifestants de la Praia à imposer de nouvelles pratiques de l’espace en contrariant la règle de droit dictée par l’acteur public. Leur capacité d’action s’oppose à la dépendance des usagers du transport collectif dont la faiblesse apparaît clairement : ces derniers ne se sont pas opposés au déplacement de la station de métro, ni au changement d’usage de la gare. Ils ne se sont pas exprimés non plus lorsqu’un déplacement du pôle d’échange bus de la rue Aarão Reis a été envisagé. Il a fallu une mobilisation des commerçants de l’Edificio Central (rue Aarão Reis), dont l’activité commerçante est directement liée à la présence des usagers du transport collectif29, pour que la mairie abandonne ce projet. Grands absents de la scène politique, ils ne pèsent pas dans le rapport de force, au contraire des participants de la Praia dont la visibilité médiatique et le pouvoir de « poil à gratter » est grand.

Régulation nouvelle du quartier de la gare et production d’espaces

22Si le droit s’inscrit dans un contexte spatial spécifique, en retour il n’est pas sans conséquence sur l’espace. Dans cette dernière partie, nous tentons de déterminer les impacts de la règle de droit et de sa contestation sur le quartier, soit la façon dont le droit produit ou participe à la production de l’espace. Suivant en cela la pensée d’Henri Lefebvre, nous considérons ici l’espace comme un produit (social) et non pas comme un fait « de nature » (Lefebvre, 1974).

23Le classement de la place en « Ensemble architectural et paysager » a-t-il réellement changé la physionomie du quartier ? Au-delà de la réhabilitation, les usages de la place et des rues alentours ont-ils été altérés par la patrimonialisation ? La place véhicule-t-elle aujourd’hui une image différente, valorisée ? De la même façon, l’interdiction de rassemblement sur la place et, au-delà, la transgression de l’interdit par l’organisation de manifestations, transforment-elles l’espace dans ses multiples dimensions ?

24Espace conçu, espace vécu, espace perçu : Henri Lefebvre nous offre un cadre d’analyse permettant d’appréhender la pluralité et la complexité de l’espace social. Nous pouvons, en le suivant, distinguer trois dimensions qui interagissent et s’entrecroisent (Sangla, 2010). Les représentations de l’espace sont l’espace conçu par les détenteurs du pouvoir, « celui des savants, des planificateurs, des urbanistes, des technocrates « découpeurs » et « agenceurs » (Lefebvre, 2000 [1974], p. 48), auteurs des décrets légiférant sur l’espace ; la pratique spatiale ou espace vécu (travail, loisirs, déplacements…) suppose production, domination et appropriation de l’espace par la société ; enfin, les espaces de représentation sont l’espace perçu, l’espace des images et des symboles saisi par l’imagination (même s’ils sont physiquement dominés et étroitement contrôlés).

25Le dispositif d’acteurs décrit précédemment a des conséquences nettes en termes de production de l’espace, au sens de Lefebvre. Les écarts à la règle que constituent les Praias sont tolérés et, plus encore, participent à la production d’une régulation nouvelle. Un nouveau partage de l’espace, plus ou moins consenti par les différents acteurs, voit le jour. Finalement, c’est à la production d’un espace nouveau dans ses trois dimensions que l’on assiste.

  • 30 La FMC, instituée par la loi n ° 9011 le 1er Janvier 2005, émane de la municipalité de Belo Horizon (...)
  • 31 Le COMUC a été créé en 2008 par la loi n°9577 amendée en 2011 par un décret du maire Lacerda. Il s’ (...)

26En ce qui concerne les représentations de l’espace, le quartier de gare disparaît peu à peu dans la vision et la politique de l’acteur public, et l’on voit émerger un « Corredor cultural Estação das Artes » qui fait débat. Ce « corridor culturel » est un projet municipal lancé par la Fondation municipale pour la culture30 (FMC) : il s’agit d’une transformation négociée du quartier à laquelle participe le COMUC qui est une structure collégiale, consultative et délibérative constituée pour moitié de membres élus issus de la société civile et pour moitié de membres désignés par le pouvoir exécutif municipal31. On peut ici faire l’hypothèse que la création du COMUC comme dispositif de participation n’est pas sans lien avec la mobilisation du groupe de la Praia, le rapprochement des militants et des instances institutionnelles et politiques n’étant pas un fait inédit au Brésil (Melé, 2012, p. 7). Rafael Barros est d’ailleurs, depuis 2011, membre élu du COMUC ; il participe donc aux débats qui accompagnent l’émergence du corridor culturel et plus largement à toutes les délibérations qui concernent la politique culturelle de la municipalité. Cette position nouvelle lui permet d’intervenir sur la définition d’un quartier culturel autour de l’ancienne gare centrale. Selon lui, la fondation disposerait de ressources importantes pour favoriser ce développement des activités culturelles dans le quartier. On peut supposer que l’organisation prochaine de la Coupe du monde de football au Brésil a poussé la municipalité à investir rapidement dans les lieux à vocation touristique de la capitale.

27Les espaces de représentation, catégorie complexe « désignant la perception commune de l’espace pour les habitants d’une société donnée, mélange de conceptions, de valeurs abstraites (religieuses, symboliques, etc.) et de mœurs, de pratiques, de vécus concrets » (Sangla, 2010 p. 151) ont, quant à eux, été largement modifiés par la règle de droit. La Praça da Estação émerge symboliquement comme un quartier alternatif et bohème auquel sont associées les valeurs de la mixité et du droit à l’espace public.

  • 32 URL : http://nelsonbordello.com.br/sobre/ (consulté le 25/03/2013).

28Les Praias du samedi ont en effet considérablement renouvelé l’image du quartier. A leur suite, le Nelson Bordello (juin 2010) et le théâtre Espanca (octobre 2010) ouvrent leur porte. Ces deux établissements tirent profit de la nouvelle scène artistique et alternative née de la contestation du décret. Le Nelson Bordello, bar, restaurant et salle de spectacle, se définissant comme une « fondation de soutien aux bohêmes » décrit ainsi le quartier sur son site internet : « A un angle, la Praça da Estação, à l’autre la Serraria Souza Pinto. Juste en face, le viaduc Santa Tereza. En dessous, la scène où les MC réalisent leur duel de rap et où les jeunes organisent le mouvement de la Praia da Estação, faisant de la rue Aarão Reis l’adresse incontournable de l’art urbain belohorizontain. Au milieu de ce scénario effervescent de revitalisation du centre de la capitale, au numéro 554 de cette même rue, il y a le bar, restaurant et cabaret Nelson Bordello32. » Jeune et branché étaient jusqu’ici les attributs d’un autre quartier, situé dans la zone sud, résidentielle et nettement plus favorisée : la Savassi. Les deux établissements revendiquent justement cette sortie de la Savassi ; ils veulent attirer le regard de la population et des pouvoirs publics sur le quartier de la gare et en renouveler l’image. Passer une soirée dans le quartier est donc devenu à la mode. Les habitants de la rue, très présents rue Aarão Reis et autour de la place, participent d’une certaine façon au côté bohème et alternatif de cette expérience : les leaders du mouvement de la Praia ou l’équipe du théâtre Espanca se préoccupent de leur situation et avancent une certaine proximité avec les sans-domicile. De la même façon, la contestation du décret, les manifestations artistiques et subversives organisées par le mouvement de la Praia favorisent cette image alternative qui colle aujourd’hui au quartier. Les réseaux sociaux (en particulier le blog Praca Livre BH et les pages facebook des leaders) mais également l’affichage ou les graffitis dans la rue aux alentours de la place, ont grandement participé à la diffusion des idées du mouvement, allant même jusqu’à initier, pour les activités numériques, un espace virtuel, espace qui tend cependant aujourd’hui à s’essouffler.

  • 33 Dans l'expression « duel de MC », MC signifie dans la culture du rap "Maître de Cérémonie" et désig (...)
  • 34 Le mot d’ordre de la Praia est repris littéralement dans le manifeste pour le respect du Duel, larg (...)
  • 35 En droit, la coutume est une règle issue de pratiques traditionnelles et d'usages communs consacrés (...)
  • 36 « A gente fala que a gente vai pro “Portello”, né (risos). A gente so fica na porta » (Trevisan, 20 (...)

29La place est ainsi devenue le symbole de la revendication d’un nouvel espace social, mixte dans ses usages et sa fréquentation. Au-delà du jeu de mot, le choix du terme plage n’est pas anodin. Au Brésil, comme en Europe, la plage est par excellence le lieu de la mixité, au moins dans les esprits : libre d’accès, fréquentée par tous, à la plage même les codes vestimentaires, marqueurs de l’appartenance sociale, sont supposés tomber. Ce message, porté principalement par le mouvement de la Praia, est également repris par l’association Familia de Rua qui organise les duels de MC33, les vendredi soir sous le viaduc Santa Tereza. Plus que la place, c’est l’espace public que l’on souhaite ouvert à tous : « O espaço e de todos e para todos »34. Dans le contexte brésilien la transgression est double : aller contre l’interdit, c’est-à-dire le décret qui empêche les rassemblements spontanés sur la place, et dépasser une certaine réalité, celle de la ségrégation dans les espaces publics brésiliens. La subversion se réfère au droit et à la coutume35. Le Nelson Bordello, le théâtre Espanca et le CentoeQuatro déclinent d’une certaine façon cette même idée : ils se présentent comme des établissements culturels ouverts, mixtes et accessibles à tous. Or cette mixité souhaitée n’est pas toujours au rendez-vous. Comme le raconte un participant au Duel de MC à Eveline Trevisan l’interrogeant sur ses liens avec le Nelson Bordello, situé juste à côté : « On dit qu’on va au « Portello » (rires). On reste à la porte36 ».

30La pratique spatiale n’a en effet été altérée qu’à la marge par le décret. De nouveaux usages se sont certes ajoutés aux pratiques initialement présentes mais ces dernières restent massivement majoritaires, les usagers du transport public restant la catégorie d’usagers la plus nombreuse, particulièrement les jours de semaine (photo 3 ; fig. 1 - Journée). Leur pratique n’a guère été affectée par les règles de droit et leur contestation et il en ressort plutôt la continuité d’un espace de transit : affectés négativement dans un premier temps par la fermeture de la gare comme gare et sa réouverture comme musée (privatisation et détournement de l’édifice de sa fonction première, éminemment publique), les passagers ont vu ensuite leurs conditions de transport s’améliorer grâce à la requalification des espaces d’attente et des cheminements piétons. Autre catégorie « historique » d’usagers, les « habitants de la rue » sont toujours très présents dans l’espace public (photo 4).

Photo 3 : L’attente du bus dans la rue Aarão Reis

Photo 3 : L’attente du bus dans la rue Aarão Reis

©Pauline Bosredon, 2013

Photo 4 : Les sans-logis de la rue Aarão Reis

Photo 4 : Les sans-logis de la rue Aarão Reis

©Pauline Bosredon, 2013

  • 37 Quartiers situés au sud du centre planifié pour le Centro Sul et au nord-est pour Santa Tereza qui (...)

31A ces usages qui perdurent, s’en sont ajoutés de nouveaux, plus marginaux. Les divers équipements et manifestations culturelles entraînent des flux très contrastés en fonction des espaces et des temporalités, ce qui plaide davantage pour une juxtaposition des pratiques et des usages que pour la production d’un espace public réellement mixte et fréquenté par tous. Si le CentoeQuatro, le Funarte et le centre culturel de l’UFMG sont déserts ou presque en journée, la place est effectivement occupée les samedis de Praia par une population relativement homogène composée d'intellectuels, d'étudiants, d'artistes, de journalistes, appartenant aux classes moyennes et supérieures à fort capital social et culturel, et n'habitant pas le quartier mais plutôt le Centro Sul ou le quartier Santa Tereza37. En dehors des samedis de Praia et des événements ponctuellement organisés sous l’égide de la municipalité (par exemple la retransmission de la Coupe du Monde de football en 2010 par une grande chaîne de télévision privée), l’esplanade est vide. On retrouve la population de la Praia parmi la clientèle du Nelson Bordello et le public du théâtre Espanca ; les soirs d’ouverture du cabaret ou du théâtre, la portion sud de la rue Aarão Reis est noire de monde –fig. 1 – Soirée et nuit). Le vendredi soir, la clientèle du cabaret se mêle à sa marge à une population sensiblement différente : le public des duels de MC qui draine une population jeune et plus populaire appartenant à la culture de la rue et au mouvement hip hop. En journée, le viaduc Santa Tereza est davantage investi par les sans-logis, les dealers et les consommateurs de drogues. On retrouve les habitants de la rue en grand nombre dans la rue Aarão Reis en journée, au nord de la place de la gare et dans les jardins où ils se déplacent en fonction de la progression de l’ombre et du soleil. A cela s’ajoute la présence policière en journée devant le Musée des Arts et Métiers et sous le viaduc Santa Tereza dans un petit kiosque initialement prévu pour accueillir un bar.

32Aux pratiques des catégories populaires liées au transport collectif semblent donc se juxtaposer – plus qu’elles ne se mêlent – les pratiques très différentes du mouvement de la Praia da Estação, de la clientèle du Nelson Bordello et du public du Duel de MC. De possibles contradictions émergent entre des populations et des usages aux temporalités bien spécifiques. Si le jour est le temps des voyageurs des bus métropolitains et des petits commerçants, l’obscurité du soir et de la nuit transforment radicalement les espaces : jusqu’à une période récente, les lieux étaient déserts sur l’esplanade et ses alentours immédiats ; ils avaient mauvaise réputation et l’on ne s’y aventurait pas seul le soir. Mais le début du mouvement de la Praia, l’ouverture du Nelson Bordello et l’organisation des duels semblent correspondre à une régulation nouvelle des espaces allant du viaduc à la rue Aarão Reis et jusqu’à l’esplanade de la gare : ces espaces connaissent une fréquentation nouvelle très intense qui contribue à transformer leur pratique et leur perception.

Conclusion

33La place de la gare de Belo Horizonte est un espace public d’une métropole brésilienne. A ce titre, les segmentations sociales et la juxtaposition des pratiques observées n’y sont pas exceptionnelles. Cet espace est largement dominé par les activités liées au transport public et ses usagers appartiennent majoritairement à la classe populaire ; il est par ailleurs fortement contrasté en fonction de la temporalité – très animé le jour, quasiment déserté le soir et la nuit alors qu’il véhicule une réputation de dangerosité.

34Ce sont les règles de droit, intervenues dans le quartier sous la forme de la patrimonialisation et de l’interdiction de certains usages, qui ont contribué à la production de nouveaux espaces : entraînant d’abord la contestation, puis l’appel au droit fondamental à l’occupation de l’espace public, la règle a finalement entraîné de nouvelles formes d’appropriation du quartier par une population de jeunes gens plus aisés, plus cultivés, plus « branchés ». Une pratique nouvelle a vu le jour : la manifestation récurrente de la Praia da Estação, c’est-à-dire l’organisation de plages sur la place de la gare. A sa suite, un espace nocturne, festif et bohème est né s’appuyant sur l’imaginaire transgressif véhiculé par ce lieu jusqu’ici délaissé en soirée. Au final, des espaces de représentations émergent : la place est devenue un symbole, celui de la revendication du droit à l’occupation de l’espace public. Cet espace symbolique est né de la pratique militante, festive et artistique des jeunes bohèmes de la Praia, mais aussi de son écho dans les médias et de sa large diffusion dans les réseaux sociaux virtuels (blog, facebook).

35La production de ces représentations de l’espace correspond à la création symbolique d’un espace public idéal : celui de la diversité et de la mixité sociale, de la rencontre et de l’échange… Dans cette perspective, la Praça da Estação est devenue une utopie, celle d’un espace ouvert à tous, accessible à tous, d’un lieu d’interaction et de convivialité. Cet espace-là a une existence réelle : la Praia le fait vivre dans ses revendications, dans ses expérimentations artistiques, sur les murs du quartier (graffitis, affichage…). Il a également su se faire une place dans le débat public, notamment à l’occasion des élections municipales, et dans l’espace virtuel des réseaux sur internet. Mais dans les pratiques, on observe la persistance d’un espace ségrégué sans mixité sociale, où demeure l’entre-soi qui sépare les jeunes intellectuels et artistes d’un côté, les travailleurs plus pauvres et moins instruits de l’autre. L’espace public demeure bien ici « le plus petit lieu qui nous dise quelque chose de précis sur la manière dont l’urbanité a priori (le potentiel de densité et de diversité) est géré par la société urbaine » (Lévy, 2003, p. 337) ; il reste en cela un espace urbain brésilien marqué « par une forte ségrégation socio-spatiale dont l'origine se trouve dans la profonde inégalité qui existe entre les groupes sociaux » (Alfonsin et al., 2012, p. 47).

Haut de page

Bibliographie

ALFONSIN B., CAFRUNE M., KONZEN L., 2012, « Le Morro est à nous » : les dimensions d’un conflit urbain à Porto Alegre, Brésil, Géocarrefour, vol87, n°1, p47-55. http://geocarrefour.revues.org/8596

ANDRADE L. T., JAYME J. G., ALMEIDA R., 2009, Espaços públicos: novas sociabilidades, novos controles, Cadernos metrópole, vol21, p131-153.

AUBERTIN C., VIDAL L., 1997, Projets de société en quête de capitale : Brasilia, le Brésil se met en scène, Cahiers des Amériques Latines, vol21, p31-54.

BIDOU-ZACHARIASEN C. (dir.), 2003, Retours en ville. Des processus de gentrification urbaine aux politiques de revitalisation des centres, Paris, Descartes & Cie, 267 p.

BLOMLEY N., 1989, Text and context: Rethinking the law-space nexus, Progress in Human Geography, 13, p. 512-534.

BLOMLEY N., 1994, Law, space and the geographies of power, New York, Guilford Press, 259 p.

BOSREDON P, 2014, Expériences poétiques et contestataires de la ville : les artistes-activistes du quartier de la Praça da Estação à Belo Gorizonte (Brésil), in Da Cunha A. et Guinand S. (dir.), Qualité urbaine, justice spatiale et projet, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes (à paraître).

BOURDIN A., LEFEUVRE M.-P., MELÉ P. (dir.), 2006, Les règles du jeu urbain. Entre droit et confiance, Paris, Descartes & Cie, 316 p.

FOUCAULT M., 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 328 p.

JAYME J. G., TREVISAN E., 2011, Intervenções urbanas, usos e ocupações de espaços na região central de Belo Horizonte. Urban interventions, usage and occupation of spaces in the central region of Belo Horizonte, Civitas, v.12, n°2, p. 359-377.

LEFEBVRE H., 1974a [1968], Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 281 p.

LEFEBVRE H., 1974b [1968], Espace et politique, Paris, Anthropos, 281 p.

LEFEBVRE H., 2000 [1974], La production de l’espace, Paris, Anthropos, 485 p.

LÉVY J., 2003, Espace public, in LÉVY J. et LUSSAULT M., Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 333-339.

MELÉ P., 2009, Pour une géographie du droit en action, Géographies et cultures, vol. 72, p. 25-42.

MELÉ P., 2012, Pour une géographie des conflits urbains de proximité en Amérique Latine, Géocarrefour [en ligne], vol.87, n°1, mis en ligne le 17 octobre 2012, consulté le 17 janvier 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8630.

OLIVIER L., 1988, La question du pouvoir chez Foucault : espace, stratégie et dispositif, Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, vol.21, n°1, p83-98.

PEREIRA E. M., PERRIN M., 2011, Le droit à la ville. Cheminements géographiques et épistémologique (France – Brésil – International), L’information géographique 2011/1, vol75, p15-36.

RIVIÈRE D’ARC H., 2006, Introduction, in RIVIÈRE D’ARC H. et MEMOLI M. (dir.), Le pari urbain en Amérique latine. Vivre dans le centre des villes, Paris, Armand Colin, p7-13.

SANGLA S., 2010, Politique et espace chez Henri Lefebvre, thèse de doctorat de philosophie, Université Paris 8, 317 p.

TREVISAN E., 2012, Transformação, ritmo e pulsação: o baixo centro de Belo Horizonte, Programa de Pos-Graduação em Ciências Sociais, PUC Minas Gerais, 187 p.

Haut de page

Notes

1 ARCUS 2012-2014, axe « Territoire, populations à risques et aménagement », PRES Lille Nord-de-France.

2 Plano de Reabilitação do hipercentro de Belo Horizonte, Prefeitura Municipal de Belo Horizonte, 2007.

3 Decreto n° 27.927 de 15/03/1988.

4 L’ensemble urbanistique de la place Rui Barbosa et ses environs, Conjunto Urbano da Praça Rui Barbosa e suas Adjacências, est institué par le Conseil délibératif municipal du patrimoine culturel de Belo Horizonte (CDPCMBH) conformément à la Résolution n°03 modifiée le 17/12/98 par la Résolution n°18/98.

5 Littéralement: « 104 Tissus ».

6 URL : http://nelsonbordello.com.br/

7 Littéralement : « Scierie Souza Pinto ».

8 Cf. entretien avec Eveline Trevisan février 2013 : la Banque nationale de développement a exigé la participation de BHTRANS et l'intégration d'un volet transports dans le projet de la municipalité.

9 Cf. entretien avec Rafael Barros, février 2012.

10 Littéralement « Plage de la gare » : jeu de mots entre Praça da Estação « place de la gare » et Praia da Estação « plage de la gare ».

11 Cf. entretien avec Flavio Carsalade, février 2012.

12 IPHAN : Institut national du patrimoine historique et artistique.

13 Decreto n°13.798 de 09/12/2009.

14 Cf. préambule du décret n° 13.798 de 09/12/2009.

15 Decreto n°13.863 de 29/01/2010.

16 Cf. TV Conecta BH - Segurança aumenta em BH com 43 novas câmeras : http://www.youtube.com/watch?v=tduuVqy6xLY (consulté le 25/03/2013).

17 Les sans-logis sont appelés en portugais os moradores da rua, c’est-à-dire littéralement « les habitants de la rue ».

18 Blog Praça Livre BH. URL : http://pracalivrebh.wordpress.com/

19 Cf. entretiens menés avec Rafael Barros en février 2012 et février 2013, et cf. propos de Rafael Barros rapportés par Eveline Trevisan dans son mémoire (Trevisan, 2012, p. 78).

20 Littéralement : « Vas-y en blanc ».

21 Littéralement « Plagistes ».

22 http://www.otempo.com.br/cidades/praia-da-estação-reúne-600-pessoas-no-centro-da-capital-1.772139 [consulté le 7/03/2014]

23 Cf. Proposta inicial de texto para panfleto, posté le 27 janvier 2010 sur le blog Praça Livre. URL : http://pracalivrebh.wordpress.com/2010/01/27/proposta-inicial-de-texto-para-panfleto/ (consulté le 25/03/2013).

24 Cf. le Programme d'études sur Henri Lefebvre, Laboratoire de Géographie Urbaine (LABUR) de l'Université de Sao Paulo.

25 Decreto n°13.960 e Decreto n°13.961 de 04/05/2010.

26 Les journaux locaux Estado de Minas, O Tempo et Hoje em Dia ont couvert, dès 2010, les rassemblements. En période de Carnaval, les Praias, colorés et festives font l’objet, dans les éditions en ligne, de nombreux reportage photos. TV Assembléia, chaîne parlementaire de l’Etat du Minas Gerais, a organisé un débat avec Rafael Barros en mars 2010.

27 Littéralement : « Dehors, Lacerda ».

28 Cf tract distribué et mis en ligne sur le blog à partir de février 2010 : « Que façamos da cidade local de vivências e alegria e não só um espaço de consumo e de passagem para nossas rotinas de trabalho e estudo ».

29 De nombreuses cafétérias, des boutiques de confiseries et des petites épiceries, des bars, une banque sont regroupés au rez-de-chaussée de l’Edificio central et agrémentent l’attente des usagers.

30 La FMC, instituée par la loi n ° 9011 le 1er Janvier 2005, émane de la municipalité de Belo Horizonte : elle planifie et exécute la politique culturelle municipale à travers la mise en œuvre de programmes et d’activités qui visent au développement culturel de BH.

31 Le COMUC a été créé en 2008 par la loi n°9577 amendée en 2011 par un décret du maire Lacerda. Il s’est réuni pour la première fois le 22 décembre 2011.

32 URL : http://nelsonbordello.com.br/sobre/ (consulté le 25/03/2013).

33 Dans l'expression « duel de MC », MC signifie dans la culture du rap "Maître de Cérémonie" et désigne les rappeurs qui vont « s'affronter » en duel

34 Le mot d’ordre de la Praia est repris littéralement dans le manifeste pour le respect du Duel, largement diffusé et publié le 26 février sur leur page facebook. URL : https://www.facebook.com/familiadrua (consulté le 25/03/2013).

35 En droit, la coutume est une règle issue de pratiques traditionnelles et d'usages communs consacrés par le temps.

36 « A gente fala que a gente vai pro “Portello”, né (risos). A gente so fica na porta » (Trevisan, 2012, p. 104).

37 Quartiers situés au sud du centre planifié pour le Centro Sul et au nord-est pour Santa Tereza qui est le nouveau quartier jeune et branché où il fait bon vivre à Belo Horizonte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : L’esplanade et l’ancienne gare
Crédits ©Pauline Bosredon, 2012
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/9199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 1 : Typologie des Espaces et pratiques spatiales dans le quartier de la Praça da Estaçao
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/9199/img-2.png
Fichier image/png, 240k
Titre Photo 2 : La Praia da Estação (2010)
Crédits © http://pracalivrebh.wordpress.com/​2010/​12/​20/​pra-voce-o-que-e-a-praia-da-estacao/​
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/9199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo 3 : L’attente du bus dans la rue Aarão Reis
Crédits ©Pauline Bosredon, 2013
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/9199/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 4 : Les sans-logis de la rue Aarão Reis
Crédits ©Pauline Bosredon, 2013
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/9199/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Bosredon et Julie Dumas, « Régulations et contestation du droit : la production des espaces urbains en question.  », Géocarrefour, vol. 88/3 | 2013, 227-237.

Référence électronique

Pauline Bosredon et Julie Dumas, « Régulations et contestation du droit : la production des espaces urbains en question.  », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/3 | 2013, mis en ligne le , consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/9199 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9199

Haut de page

Auteurs

Pauline Bosredon

Maître de conférences en Géographie et Aménagement EA 4477 Territoires, Villes, Environnement et Sociétés (TVES) Université Lille 1 Sciences et Technologies Cité Scientifique 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex +33 3 20 33 62 79 pauline.bosredon@univ-lille1.fr

Julie Dumas

Doctorante en Aménagement et urbanisme EA 4477 Territoires, Villes, Environnement et Sociétés (TVES) Université Lille 1 Sciences et Technologies Cité Scientifique 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex +33 6 80 61 13 42 juliedumas@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals