Navigation – Plan du site

La restructuration socio-économique du Bassin Industriel de Haute-Silésie

The socio-economic restructuring of the Upper Silesian industrial region
Maria Tkocz
p. 49-58

Résumés

L’article présente les principaux aspects de l’économie de la région de la Haute-Silésie à la fin de l’époque de la République populaire de Pologne (avant 1989) et dans la période préalable à l’adhésion à l’UE. L’auteur constate la diminution de la part des industries lourdes traditionnelles, telles que les mines et la sidérurgie, ainsi que la croissance des industries de consommation, telles que l’automobile, l’alimentaire, le bâtiment et des services. Les facteurs ces changements sont la restructuration des mines de charbon et de la sidérurgie, la privatisation des entreprises publiques, et le développement des PME, enfin les capitaux étrangers. Les changements économiques entraînent des transformations démographiques : émigration, dépeuplement, vieillissement et chômage.

Haut de page

Texte intégral

1Le passage à l’économie de marché et à un fonctionnement décentralisé de l’Etat a radicalement modifié les mécanismes de l’économie polonaise, à l’échelle aussi bien macro que micro-économique. Les effets de transformation du système lui-même se sont superposés aux structures économiques héritées de l’ancien régime qui s’avèrent peu adaptables. Ce processus s’est montré particulièrement difficile dans les régions d’industries lourdes traditionnelles. La restructuration de ces régions, d’après les expériences des pays d’Europe de l’Ouest, est un processus exceptionnellement long et difficile. Souvent, il implique la liquidation totale ou partielle des mines épuisées et des usines technologiquement obsolètes. De nouvelles entreprises industrielles et de services prennent leur place, sans pouvoir toutefois compenser la perte d’emplois subie par les industries traditionnelles. Il en résulte un chômage massif, ainsi qu’un exode de la population la plus dynamique (Hamilton 1984, Hardill 1989 ; Morris, 1987 ; Popjakova, 2001 ; Tkocz 2001).

2En Pologne, la modernisation de l’économie de ces régions se déroule dans des conditions particulièrement complexes, puisqu’elle s’accompagne d’un processus de conformation de l’économie aux exigences communautaires. Les transformations régionales sont également influencées par la mondialisation progressive de l’économie et l’arrivée du capital étranger sous la forme des Firmes Multinationales (FMN).

  • 1  22 Bassins Industriels (Okręg Przemysłowy) avaient été délimités dans l’espace de la Pologne commu (...)

3La région de Katowice, située autour du Bassin Industriel de Haute-Silésie1 en est un bon exemple. Sa position dans l’espace économique de la Pologne est singulière : elle concentre un formidable potentiel industriel, notamment minier et sidérurgique qui domine toujours la structure économique de cette région, malgré presque 15 ans de restructuration. L’objectif de cet article est de montrer l’ampleur des changements qui ont eu lieu dans l’économie de la région de Katowice, et d’en esquisser le rôle dans l’espace économique polonais au moment de l’entrée dans l’Union.

Le potentiel économique de la région

4La région de Katowice constitue la partie centrale de la nouvelle voïvodie de Silésie, formée le 1er janvier 1999. Celle-ci, avec une superficie de 12 331 km2, est presque deux fois plus importante que l’ancienne voïvodie de Katowice (en vigueur de 1975 à 1998) dont les limites sont assimilables au Bassin Industriel de Haute-Silésie (fig. 1).

Figure 1 : Situation géographique de la voïvodie de la Silésie.

1. Les frontières de la voïvodie de Katowice (Bassin Industriel de la Haute-Silésie, l’agglomération de la Haute-Silésie)

2. La zone nodale du Bassin Industriel de la Haute-Silésie GOP (la conurbation de Katowice, 17 villes).

  • 2  Będzin, Jaworzno, Mysłowice, Piekary Śląskie, Siemianowice Śląskie, Świętochłowice et Tarnowskie G (...)

5La voïvodie de Silésie, sur seulement 3,9% de la superficie du pays, regroupe 4,7 M d’habitants, soit 12,4% de la population polonaise, dont 3,9 M (83%) habitent la conurbation de Haute-Silésie. Par sa superficie, la voïvodie n’occupe que le 14e rang parmi les 16 unités régionales de Pologne, mais elle se place en deuxième position par le nombre d’habitants. La densité de cette région, avec 384 hab/km2 en 2003, est la plus élevée du pays, plus de trois fois supérieure à la moyenne nationale de 124. Elle est aussi la région la plus urbanisée en Pologne, avec 70% de citadins. Ce taux élevé est dû à la partie centrale de la voïvodie, formée de la plus grande conurbation industrielle polycentrique d’Europe médiane. Elle est constituée d’une vaste zone centrale de 17 villes formant la conurbation de Katowice - la ville elle-même, avec 327 000 hab. jouant le rôle de centre et rassemblant les fonctions d’ordre supérieur (Tkocz, 1995). La zone centrale s’appuie sur un réseau urbain hiérarchisé : en 2002, trois villes ont plus de 200 000 habitants (Katowice, Gliwice, Sosnowiec), six autres villes comptant entre 100 000 et 200 000 habitants (Bytom, Chorzow, Dàbrowa Gornicza, Ruda Slaska, Tychy et Zabrze). Des villes moyennes de 50 000 à 100 000 habitants forment le tissu intermédiaire de la conurbation2.

6Economiquement, la Silésie est la deuxième voïvodie la plus riche du pays. Sa participation au PNB en 2001 a été de 13,7%, ne cédant la priorité qu’à la voïvodie–capitale de Mazovie (20,5% du PNB). L’écart est plus faible dans la production industrielle : la part de la Silésie dans la valeur de la production industrielle est de 16,9% en 2003 contre 20,6% pour la Mazovie. Le haut niveau d’industrialisation s’explique par l’histoire de la vieille région industrielle de Haute-Silésie, dont la genèse et le développement correspondent à la deuxième vague selon le modèle de Kondratieff (1935). Pendant la période d’économie planifiée, le Bassin Industriel de Haute Silésie était la région la plus urbanisée et la plus industrialisée de Pologne. Actuellement, sa structure monofonctionnelle héritée pose de multiples problèmes, d’ordre économique, social et écologique, malgré la restructuration en cours depuis une quinzaine d’années. L’état pathologique de son économie, des industries notamment, est dans une certaine mesure le résultat d’un demi-siècle d’économie centralisée (1945-1989) : l’accumulation permanente de nouveaux investissements (24 mines, 4 centrales électriques, 1 usine sidérurgique) a conduit à une hyperconcentration industrielle, qui a pétrifié le modèle économique basé sur les activités extractives. Selon Pakula (1997) l’énorme potentiel industriel s’est spécialisé dans une industrie de matières brutes, très polluante et consommatrice d’énergie, générant peu d’innovation, et à faible valeur ajoutée.

7À l’échelle nationale, la Haute-Silésie a été en première ligne pour la fourniture de nombreux produits industriels (tabl. 1). En 1989, ses 65 mines de charbon ont produit 190 millions de tonnes. Les charbonnages employaient à cette époque environ 400 000 personnes. La sidérurgie était représentée par 19 usines, 10 hauts fourneaux, 40 fours Martin et 29 fours électriques. Les cokeries, avec 23 batteries de cokéfaction, produisaient 6 millions de tonnes de coke par an. L’emploi total du Bassin Industriel (GOP) dépassait 1,5 million de personnes (13% de l’emploi en Pologne), dont 819 000 dans le seul secteur industriel, ce qui constituait 20% de l’emploi secondaire en Pologne. Sur le territoire du Bassin il y avait 502 entreprises industrielles, parmi lesquelles 35,6% rassemblaient plus de 1 000 travailleurs, et 5 (4 mines de charbon et l’usine sidérurgique Katowice) employaient plus de 10 000 personnes. Ainsi, 1,4% des entreprises du GOP employaient 10,9% des travailleurs du secteur industriel public de la région et assuraient 11,7% de la production.

Tab. 1. Part de la voïvodie de Katowice (1979, 1989) et de la voïvodie de la Silésie (2002) dans la production industrielle nationale

Produits industriels

1979

1989

2002

Charbon

98,0

97,6

91,3

Coke houiller

30,0

38,0

41,8

Électricité

32,7

23,6

20,5

Acier brut

51,2

53,5

68,7

Produits laminés

48,7

48,4

63,0

Voitures particulières

58,6

50,4

82,0

Bière

13,4

11,8

29,6

Graisses végétales

17,7

15,4

26,1

Charcuterie

15,3

9,8

9,6

Sources: WUS, 1980, 1990 et 2003

  • 3  Les autrs grandes implantations sidérurgiques se trouvent à Bytom ( 6600 emplois), Zawiercie (6000 (...)

8Au centre du Bassin Industriel, la conurbation de Katowice, qui s’étend de Gliwice à l’ouest à Dabrowa Gornicza à l’est, concentre à elle seule une bonne partie des industries. En 1989, huit villes (Katowice, Bytom, Dabrowa Gornicza, Gliwice, Ruda Slaska, Sosnowiec, Tychy et Zabrze) rassemblaient 411 000 emplois industriels, soit 50,8% du total de la voïvodie de Katowice. La ville-même de Katowice, avec 112 200 travailleurs industriels, représentait 13,9% (Tkocz, 2001). Les mines de charbon et les usines sidérurgiques sont responsables de cette hyper-concentration : en 1989, les houillères employaient 38 500 mineurs à Jastrzebie Zdroj et 35 000 à Katowice, si bien que la région fournit 56% encore du charbon polonais. Dabrowa Gornicza, avec ses deux usines sidérurgiques, Katowice et Bankowa (presque 20 000 salariés à elles deux), était en 1989 le cœur de la sidérurgie polonaise, suivie de Chorzow (10 000 salariés à Batory et Kosciuszko) et de Katowice (9 000 employés dans les usines Baildon et Ferrum)3.

9Le développement intensif des activités extractives a provoqué une dégradation terrible de l’environnement. En 1988, on dénombrait 238 entreprises nocives pour l’atmosphère, soit 15,3% des entreprises polluantes de Pologne. Ces usines ont émis 305 300 tonnes de poussières et 1 309 200 mille tonnes de polluants gazeux, ce qui constituait respectivement 20,2% et 25,6% des émissions nationales. Le surinvestissement du Bassin Industriel lui a fait atteindre les limites de ses possibilités, et en a fait une zone de croissance sans développement. En effet, la région souffre d’une disharmonie patente dans la sphère matérielle et sociale, qui se manifeste par le sous-développement du secteur tertiaire et par des conditions de vie de plus en plus difficiles pour les habitants (Szajnowska-Wysocka, 1999).

10En s’inspirant du modèle des changements de civilisation (Fourastier, 1954), on peut constater que le Bassin s’est trouvé bloqué à une étape transitoire entre la civilisation primaire (préindustrielle) et celle du niveau postindustriel. Ce stade est marqué par la participation prépondérante du secteur secondaire (35,4% en Silésie), face à une part également élevée du secteur primaire (agriculture, industrie extractive) (30,8%) et à une part relativement basse du secteur tertiaire (33,8%). Cette structure de l’emploi indique l’arrêt de l’économie de la région à un niveau que d’autres vieilles régions industrielles traditionnelles de l’Europe ont atteint dès les années 1950-1960 (Runge, 1996).

Les stratégies d’une restructuration de l’économie régionale

11La transformation du système économique a permis des changements structurels significatifs. Les mécanismes du marché ont limité considérablement la demande en produits des industries lourdes traditionnelles, entraînant des liquidations ou des modifications de l’orientation productive des entreprises non rentables. En même temps sont apparues des opportunités de changement structurel, à travers la modernisation de l’économie de la région, pour améliorer la productivité technologique et organisationnelle, la position du territoire dans les échanges internationaux, les conditions de vie de la population, et mettre fin à la dégradation du milieu naturel.

12En 1989, trois stratégies principales de restructuration de la région ont été élaborées :

13- une stratégie d’adaptation conservatrice, qui ne prévoyait que la mise en ordre de l’économie de la voïvodie, en réduisant les dimensions de l’exploitation des ressources naturelles ;

14- une stratégie d’équilibre fonctionnel de la région, qui visait la liquidation des fonctions externes, liées à la production notamment, en favorisant le développement des fonctions endogènes, liées aux services ;

15- une stratégie de développement intégral, qui prévoyait des changements structurels, dont la limitation des industries extractives, pour les remplacer par des spécialités silésiennes dans le secteur des industries technologiquement avancées et mettre fin au sous-développement des services.

Figure 2 : La densification de la conurbation ; densité de population et population urbaine dans la conurbation de Katowice.

Figure 2 : La densification de la conurbation ; densité de population et population urbaine dans la conurbation de Katowice.

16Entre 1989 et 2003, en marge de ces stratégies, des programmes de restructuration ont été mis en place : quatre pour les mines de charbon et trois pour la sidérurgie. Leur objectif primordial était de réduire les capacités de production et d’emploi, d’adapter les mines et la sidérurgie au fonctionnement de l’économie de marché et aux règles de l’Union Européenne, de liquider les héritages organisationnels et technologiques, et de stopper la dégradation de l’environnement.

17La mise au point de ces programmes a provoqué des changements considérables. La restructuration des mines vers un objectif de rentabilité s’est avérée particulièrement difficile. Au moment du déclin de l’économie planifiée, les coûts de production du charbon dépassaient largement les prix de vente : en 1989, le coût moyen de l’extraction de charbon était de 3,03 zloty la tonne, soit plus du double du prix de vente, estimé alors à 1,38 zloty. Vers les années 1990, ces disproportions se sont atténuées et, en 2001, le prix de la tonne a atteint 7,04 zloty (Pakula, ibid.).

18Ceci a été possible grâce à une restructuration de l’emploi, menée par étapes, mais fermement. Entre 1989 et 2002, 273 000 personnes, soit approximativement 66% du total des effectifs de la fin des années 1980, ont définitivement quitté les mines (fig. 3). Dans le cadre de l’actuel programme de restructuration, on prévoit d’ici 2006 la disparition de 35 000 autres postes de travail. Parallèlement, la production de charbon devra baisser de 90 millions de tonnes (de 193 à 103 millions de tonnes) (fig. 4), afin de répondre à la baisse de la demande et des exportations.

Figure 3 : Les effectifs dans les mines de charbon

Figure 3 : Les effectifs dans les mines de charbon

Figure. 4 : La zone économique spéciale de Katowice

Figure. 4 : La zone économique spéciale de Katowice

19La réduction de la production et de l’emploi a été liée à la liquidation de 21 mines et aux changements organisationnels mis en place. Tout d’abord, on a externalisé toutes les unités qui n’étaient pas engagées directement dans la production du charbon. C’est pourquoi les effectifs globaux ont diminué, passant de 147 000 en 1989 à 31 100 en 2002. En outre, trois grands holdings groupant la plupart des mines ont été créés : la Compagnie Charbonnière S.A., le Holding Charbonnière de Katowice S.A., et la Société du Charbon de Jastrzebie S.A.

20La Compagnie Charbonnière S.A. groupe 23 mines qui emploient au total 80 200 personnes (en 2003), situées notamment dans les villes de la conurbation de Katowice : à Bytom (3 mines), à Piekary Slaskie (2), à Zabrze (2), à Gliwice (1) et à Ruda Slaska (3). Pour la plupart, ce sont de vieilles mines, dont la mise en exploitation remonte au début du XIXe s. Quelques-unes ont déjà été transformées en SARL dont la durée et le fonctionnement sont fixés jusqu’à l’épuisement des gisements actuellement en exploitation. Le Holding Charbonnier de Katowice S.A. associe 8 mines localisées dans les villes de Katowice (5 mines), de Myslowice (2) et de Ruda Slaska (1 mine). En 2003 le holding emploie 25 400 personnes au total. Enfin la Société Charbonnière de Jastrzebie S.A., avec 5 mines situées à Jastrzebie Zdroj (4 mines) et à Suszec (1) regroupe 19 600 mineurs, et représente le producteur le plus puissant de la houille cokéfiable en Europe.

21La restructuration de la sidérurgie a suivi un chemin un peu différent. Jusqu’en 2000, 85% de hauts fourneaux en activité dans des villes comme Chorzow, Bytom, Ruda Slaska, Swietochlowice ou Zawiercie, ont été fermés. Presque toute la branche lourde de la métallurgie du fer a été démembrée à l’usine Katowice de Dabrowa Gornicza, en bordure de la conurbation, où avaient été installés en 1976 trois puissants hauts fourneaux. La restructuration a également révolutionné les aciéries basées sur les procédés Martin. En 2001 le dernier de ces fours a été fermé. La coulée continue de l’acier a remplacé les anciens procédés. Désormais, l’usine Katowice a les capacités productives les plus élevées du pays (3 millions de tonnes par an).

22La sidérurgie est entrée par étapes dans le processus de privatisation. Avant 1989, toutes les usines appartenaient à l’État. Au début des années 1990, elles ont été transformées en sociétés unipersonnelles du Trésor d’État, puis partiellement privatisées. La future multinationale Polskie Huty Stali (Aciéries de Pologne), avec 4 usines, dont les deux plus grandes de Pologne (Katowice à Dabrowa Gornicza et Sendzimir à Cracovie), ainsi que deux autres, à Sosnowiec et à Swietochlowice, a été créée en 2002. En 2003, 60% des actions de Polskie Huty Stali ont été achetées par le holding LNM. En même temps, le groupe américain Commercial Metals Company a acheté 71% des actions de l’usine Zawiercie qui après la création de Polskie Huty Stali est devenue le deuxième producteur d’acier en Pologne.

23Ces processus de restructuration ont affecté presque tous les domaines de l’économie régionale : on peut parler d’une véritable reconversion, qui s’est soldée par une chute énorme de l’emploi. En 1989, dans la région, il y avait 1 460 400 travailleurs en activité, dont 819 000 dans l’industrie (soit 56%), tandis qu’en 1998 l’effectif a été réduit à 1 107 100, dont 524 000 dans l’industrie (47%). De 1999 à 2002 l’emploi a encore chuté de 10%. La structure de la production industrielle a évolué vers une part croissante de la fabrication de biens de consommation, bien que la part des industries minière et extractive, de la production électrique et de la sidérurgie soit toujours considérable : ces activités lourdes sont passées de 62,2% en 1989 à 36,4% en 2002 de la valeur de la production industrielle. En revanche, la production automobile est passée de 1% en 1990 à 14,1% en 2002, et celle du secteur agro-alimentaire, de 5,5% à 11,1% (tab. 2.).

Tab.2 Production et emploi industriels dans la voïvodie de la Silésie en 2002 (en %)

Branches et filières industrielles

Production vendue

Effectif employé

Part du secteur privé

Total industrie, dont :

mines et industrie extractive

100,0

18,2

100,0

32,1

50,9

3,1

Production et distribution d’ électricité

12,3

8,0

11,1

Transformation industrielle, dont :

automobile

69,5

14,1

59,9

4,6

81,8

métallurgie

12,7

6,8

42,3

agro-alimentaire

11,1

8,7

97,2

produits métalliques

5,6

7,0

84,5

machines et équipement

4,6

7,9

67,7

produits manufacturés non métalliques

4,2

3,0

93,2

Chimie légère

3,5

3,3

88,8

Source: D’après les Annuaires statistiques de la voïvodie de la Silésie 2003.

24La voïvodie de Silésie possède un grand potentiel de hautes technologies, qui la place au deuxième rang du pays, juste après la Mazovie. On y fabrique en effet 16% de la production aéronautique, et environ 14% du matériel électrique et informatique.

25La privatisation a progressé de manière sélective, plus lentement dans les mines et l’énergie (tab. 2). Elle procède par transfert de propriété du secteur public vers le privé, mais surtout par le développement de nouvelles entreprises privées. En 2002, il y avait dans la voïvodie de Silésie 61 598 sociétés de droit commercial et 327 098 entreprises individuelles (dont le nombre est en forte progression : + 11% depuis 1999, grâce aux services). À l’inverse, les 285 entreprises d’État se consacrent davantage à l’industrie et au BTP (tab. 3).

Tab. 3. Structure sectorielle des entreprises dans la voïvodie de la Silésie en 2002

Catégorie

Nombre total

Secteur I

Secteur II

Secteur III

Valeur absolue

%

Valeur absolue

%

Valeur absolue

%

Entreprises nationales

Sociétés de droit commercial

Entreprises individuelles

Sociétés à capital étranger

285

61 598

327 098

3 477

6

611

3 267

22

2,1

1,0

1,0

0,6

225

16 400

66 253

1 166

79,0

26,6

20,3

33,6

54

44 587

257 578

2 289

18,9

72,4

78,7

65,8

Source: Annuaire statistique de la voïvodie de la Silésie 2003, US Katowice.

26Cet essor d’entreprises nouvelles, notamment de services, a stimulé l’emploi. D’après F. Klosowski (2003), les services ont créé 138 000 emplois entre 1990 et 1998, d’où des changements notables dans la structure sectorielle de toute l’économie. En 2003, le secteur primaire (agriculture, mines) englobait 13,3% du monde du travail, le secondaire (industrie, bâtiment) 37,2%, et le tertiaire 49,5%. La tertiarisation de l’économie de la région est tout à fait conforme aux tendances observées dans les pays fortement industrialisés.

Le capital étranger dans la transformation de l’économie

27La voïvodie de la Silésie est une région attractive pour les investisseurs. D’après l’Agence Nationale des Investissements Etrangers (PAIZ), vers la fin 2002 la région a bénéficié de 14,6% du total des investissements étrangers en Pologne, juste après la Mazovie ; 185 sociétés investissant plus d’un million de dollars se sont installées dans la région, en provenance de 24 pays du monde : d’abord d’Allemagne (38 entreprises), puis des Etats-Unis (24), d’Italie (22), des Pays-Bas (18), de France (15) de Suède (10) et du Royaume-Uni (10) (tab.4).

Tab. 4. Les plus grands investisseurs dans la voïvodie de la Silésie jusqu’en 2002

Investisseur

Valeur investie

dans la région
(millions de $)

Pays d’origine

Branche

Localisation

Fiat

1224,3

Italie

automobile

banque

assurances

Bielsko-Biała

Sosnowiec

Saint Gobain

362

France

produits non métalliques

Dąbrowa Górnicza, Czeladź, Gliwice, Żory

GM Opel

360

États Unis

automobile

Gliwice

ING Group

324

Pays-Bas

banque

assurances

Katowice

Heineken

180

Pays-Bas

transformation alimentaire

Żywiec

Metro AG

165

Allemagne

commerce de gros et de détail

Czeladź, Bytom, Bielsko-Biała, Dąbrowa Górnicza, Sosnowiec, Katowice, Zabrze, Rybnik, Częstochowa, Mysłowice

Isuzu

56

Japon

automobile

Tychy

Alstom

55

France

machines, matériel de transport

Chorzów, Mikołów

Delphi Automativer Systems

35

États-Unis

automobile

Tychy

Air Liquide

28

France

transformation de gaz techniques

Dąbrowa Górnicza

Source: D’après PAIZ

28L’arrivée des sociétés étrangères en Silésie a été progressive. Au début des années 1990, les FMN se sont établies à la périphérie de la région, en achetant des entreprises exportatrices, telles que les Établissements de Chimie ménagère à Raciborz, achetés par Henkel, ou les Établissements de Gaz techniques, repris par les puissances mondiales de ce secteur, telles que BOC, Linde, Liquid Carbonic. Mais le phénomène le plus marquant est l’incorporation de la région dans le réseau mondial de l’industrie automobile dès 1992, grâce à Fiat, qui a repris les fabriques d’automobiles de Tychy et de Bielsko-Biala. Ensuite, les sociétés italiennes comme Magneti Marelli, Gilardini, Teksid, déjà incorporées au groupe Fiat, ont élargi leurs investissements dans l’industrie automobile régionale. D’autres investissements automobiles sont liés à la création en 1996 de la Zone Économique Spéciale de Katowice, formée de quatre sous-zones (à Gliwice, Sosnowiec-Dabrowa Gornicza, Tychy et Jastrzebie-Zory) et de deux territoires (Czestochowa et Bielsko-Biala) (fig. 5). Par le volume des investissements, la Zone Économique Spéciale de Katowice est la plus dynamique des zones polonaises. Le plus grand investissement ex nihilo qu’elle a accueilli est l’usine d’automobiles Opel, du groupe General Motors. Celui-ci a joué un rôle d’aimant auprès d’autres investisseurs de la branche automobile : Isuzu Motors (Japon), Delphi Automative Systems (États Unis), Lear Corporation (Italie), Teneco (internationale), Manueli Rubber Industrie (Italie), Huf (Allemagne). On trouve aussi des investissements associés, comme la société Powertrain Joint Venture qui, à l’initiative de Fiat et de General Motors, a investi 370 millions d’euros dans la production de moteurs diesel à Bielsko-Biala. La part de la branche automobile dans la valeur globale des investissements dans la Zone de Katowice est de 60% environ. La région est ainsi devenue le cœur de la production automobile en Pologne. En 2001, 300 000 voitures, soit 82% de la production nationale, ont quitté les chaînes de fabrication silésiennes. Le deuxième pilier de la Zone Économique Spéciale de Katowice est la verrerie, avec l’investissement du groupe américain Guardian à Czestochowa. La vitrerie est représentée aussi par la participation des sociétés luxembourgeoise Vitrum, hollandaise Vetrad et allemande Pfeiderer. En dehors de la ZES, la firme française Saint-Gobain a réalisé en 1997 un investissement ex nihilo à Dabrowa Gornicza et a modernisé une fabrique de vitres composées à Zory. Saint-Gobain ou Guardian alimentent surtout le marché polonais : le rôle du capital étranger consiste ici dans la valeur de l’investissement, dans la création d’emplois et dans la mise en place des technologies avancées. Il en va de même pour d’autres secteurs de produits utilisés dans l’industrie locale comme les centrales d’oxygène localisées sur les sites des aciéries à Gliwice (BOC) et à Zawiercie (Air Products). Le plus grand investissement de ce type a été l’installation de la centrale d’oxygène moderne près de l’usine Katowice, démarrée par la société française Air Liquide en 2002. On peut citer enfin parmi les gros investissements le secteur du BTP : Ekocem (Allemagne), Mapei (Italie), Atlas-Copco (Suède), Roca (Espagne). La stratégie de ces investissements repose sur la conquête du marché polonais. Il en va de même pour le secteur agro-alimentaire : Pepsico qui a investi dans la production de l’eau minérale à Zywiec, Heineken dans la bière et le malt à Zywiec, Cieszyn et Bielsko-Biala, Unilever dans la fabrication des graisses alimentaire à Katowice, Kraft Jakobs Suchard dans la sucrerie Olza à Cieszyn, Danone dans les fromageries à Tychy, ou encore South African Brewies (Afrique du Sud) dans la brasserie à Tychy.

29Tous ces exemples montrent l’intérêt que peut susciter la Silésie pour les entreprises occidentales. Celles-ci y voient cependant d’abord un marché d’absorption de leurs produits grâce à son grand potentiel démographique et économique. Les entreprises étrangères participent à la diversification de la structure économique de la région en la faisant passer d’une région monofonctionnelle, dominée par les mines et les industries lourdes à une région de production différenciée (tab. 2). À part les FMN géantes cités plus haut, 3477 sociétés commerciales à capital étranger, soit à peine 8,5% de la totalité des investisseurs étrangers, exercent leur activité dans la voïvodie de la Silésie vers la fin 2002, ce qui est faible par rapport au potentiel économique et démographique présent. L’analyse sectorielle de ces sociétés montre leur faible intérêt pour le secteur primaire (tab. 3), mais une attention plus soutenue pour le secteur secondaire (avec 897 sociétés industrielles et 269 entreprises dans le bâtiment) et surtout pour les services (1478 entreprises commerciales). Les FMN privilégient les grandes villes de la région, telles que Katowice, Gliwice, Czestochowa, Bielsko-Biala (fig. 6).

Les transformations démographiques

30Les évolutions successives de l’économie de la région, et surtout la réduction de l’emploi, ont affecté la population. Depuis plus de 150 ans la Haute-Silésie était une zone de développement démographique intense, notamment grâce à une forte immigration. D’après J. Runge (2003), ce n’est qu’en 1982 que l’influence significative de l’immigration extrarégionale a commencé à s’atténuer ; 1991 est l’année du maximum démographique d’après-guerre. Depuis 1993 le solde migratoire est négatif, de l’ordre de -5000 à -6000 habitants/an, phénomène qui touche surtout les villes moyennes et grandes. En 2003, le solde a atteint -9419 (soit un taux du solde migratoire de -2,0‰), dont -12 693 (-3,4‰) pour les villes, tandis que les communes rurales gagnaient 3220 habitants (+3,2‰). Sur 56 000 personnes qui en 2003 ont quitté la voïvodie, 13,3% sont parties à l’étranger. En outre, depuis 1996, la croissance naturelle est négative. En 2003 cette diminution a été de -1,4‰ en moyenne, dont -1,5‰ dans les villes et -0,9‰ dans les communes rurales.

31D’après le Recensement national général de 2002, la voïvodie de la Silésie était peuplée de 4 742 900 personnes. Par rapport aux données du recensement précédent (en 1988) la population a diminué de 165 000 personnes, soit 3,4%. Le dépeuplement concerne avant tout les villes : le taux d’urbanisation entre 1988 et 2002 est passé de 81,0% à 79,0% ; en valeur absolue, la population des villes a baissé de 217 300. Parallèlement, les communes rurales sont passées de 939 200 à 991 500 habitants C’est la conurbation de Katowice qui a accusé la plus forte perte démographique (-11,7% entre 1988 et 2002) (fig. 2). Le dépeuplement va de pair avec la baisse de la densité de population : celle-ci, pour toute la voïvodie, est passée de 399 hab/ km2 en 1995 à 348 hab/km2 en 2002. La structure démographique par sexe et par âge a également évolué. L’augmentation du taux de féminisation (de 103,5 en 1990 à 106,8 en 2003) est lié avant tout à la réduction de l’emploi dans les mines et au retour d’un grand nombre de travailleurs vers leur région d’origine. L’essor du secteur des services constitue également un facteur attractif pour les femmes. L’analyse de la structure par âges montre pour la Silésie une population plus jeune que dans d’autres régions. La part de la population adulte (hommes de 18 à 64 ans, femmes 18 à 59 ans) dans la population totale est de 63,8%, soit supérieure de 2 points à la moyenne nationale. Mais elle est tout de même entrée dans un processus de vieillissement, avec 17,1% de plus de 60 ans - selon l’échelle de vieillissement démographique d’E. Rosset (1975).

32Une autre spécificité de la population de Silésie tient à son niveau de formation, inférieur à la moyenne nationale (tab. 5). Cependant on peut souligner qu’entre 1988 et 2002, la part de la population à formation universitaire a été portée de 5,8% à 9,2% et celle à formation secondaire de 24,9% à 32,9%. A l’inverse, le pourcentage de population à formation professionnelle et élémentaire a fortement diminué, ce qui est lié à la disparition progressive d’offres d’emploi pour des travailleurs à faible niveau de qualification (tab. 5).

Tab. 5. Structures de formation de la population en Pologne et dans la voïvodie de la Silésie

en 1988 et 2002

Niveaux de formation

Pologne

Voïvodie de la Silésie

1988

2002

1988

2002

supérieur

secondaire et bac +2

professionnel de base

primaire et indéfini

6,5

24,6

23,6

45,3

10,2

32,6

24,1

33,1

5,8

24,9

30,2

39,1

9,2

32,9

27,7

30,2

TOTAL

100,0

100,0

100,0

100,0

 Source: Recensements nationaux généraux en 1988 et en 2002.

33Le problème le plus difficile à résoudre dans la région est l’augmentation du chômage. En quatre années seulement (1999-2002) le nombre de chômeurs s’est accru de 210 000 à 330 000, et le taux de chômage est passé de 10,4% à 19,4%. Dans certaines villes, il dépasse 20% (Chorzow, Bytom, Siemianowice Slaskie, Zabrze) sous l’effet de la restructuration de l’emploi et du manque d’emplois alternatifs. Le phénomène le plus inquiétant est l’augmentation du chômage de longue durée qui frappe 27,2% des demandeurs d’emploi, ainsi que celui des personnes à formation universitaire (4,1%). Les jeunes (18-24 ans) constituent 26,7% de la population des chômeurs.

Conclusions

34Les principales transformations économiques qu’a connues la Haute-Silésie au cours des 15 dernières années sont le déclin des branches traditionnelles des mines et de la sidérurgie, l’essor des industries de consommation (telles que l’automobile, l’alimentaire, les matériaux du bâtiment, la verrerie), des services banals et supérieurs, le développement du secteur privé, l’insertion du capital international, créateur d’emploi et stimulateur de la reconversion industrielle (à travers des investissements de type ex nihilo et par la reprise de friches industrielles). Ces transformations, en phase avec la mondialisation, entraînent toute une série de problèmes sociaux comme le chômage, la paupérisation, le dépeuplement, l’émigration.

35Quels sont donc les atouts de cette région industrielle traditionnelle face aux régions de l’Union Européenne ? On peut avancer que l’atout majeur de cette région réside dans sa situation géographique, par rapport à d’autres centres économiques et culturels, aux ressources de matières premières, aux grands axes de communication. En effet, la Silésie se situe dans une zone frontalière, près de la République Tchèque et de la Slovaquie, et elle jouit de bonnes conditions de circulation dans l’espace européen. On y trouve deux itinéraires européens historiques : du nord au sud, à partir de Gdansk, via Lodz, Katowice, jusqu’à Bratislava et plus loin, jusqu’aux Balkans ; d’ouest en est, à partir de Berlin, via Wroclaw, Katowice, Cracovie vers l’Ukraine. Bientôt deux autoroutes, l’A4 et l’A1 (la plus importante en Pologne), se croiseront sur le territoire de la voïvodie. Ensuite, les communications urbaines sont bien développées, avec 217 km de voies de tramway (20% du réseau polonais), et la Route Diagonale (en construction) conçue pour traverser d’est en ouest l’agglomération. Dans l’espace national, une liaison ferroviaire rapide relie la Haute-Silésie à la capitale en 2h40. La construction d’un centre logistique international est prévu à Slawkow, pour le transbordement de marchandises venant d’Asie, vers la Pologne et l’Europe Occidentale : c’est là, en bordure Est du Bassin Industriel, que la voie ferrée transsibérienne et d’Extrême-Orient à écartement large rejoint le réseau ferré européen. Le port fluvial de Gliwice relie le Bassin à l’Europe occidentale et à la mer Baltique via l’Oder, la Sprée et la Havel. Enfin l’aéroport de Pyrzowice offre des liaisons directes avec Varsovie, Francfort, Düsseldorf et Stuttgart. Ces opportunités liées à la position géographique de la voïvodie de la Silésie sont peut-être l’atout majeur qui, mis en valeur et utilisé rationnellement, peut aussi constituer l’un des principaux stimulateurs d’autres transformations.

Photo 1 : Le centre-ville de Katowice.

Cliché Coudroy, 2004

Cliché Coudroy, 2004

Photo 2 : La Silésie dispose de bonnes infrastructures de circulation

Cliché Coudroy, 2004

Cliché Coudroy, 2004

Photo 3 : Les cités de mineurs du début du XXe s.

Cliché Coudroy, 2004

Cliché Coudroy, 2004
Haut de page

Bibliographie

FOURASTIÉ J., 1949, Le grand espoir du XXe s., Paris, PUF, 223 p.

HAMILTON E.F.I., 1984, Industrial restructuring : an international problem, Geoforum, vol. 15, n°3, p. 28-39.

HARDILL I., 1989, The Implications of Restructuring in the British Wool textile Industry in the 1970’s and 80’s, in  Niznik A. (ed.), Restructurying of Industrial Regions, UL, Lodz, p. 70-80.

    

KLOSOWSKI F., 2003, Przemiany w sektorze uslug regionu post - przemyslowego, na przykladzie wojewodztwa katowickiego (Slaskiego) [Les transformations dans le secteur des services d’une région post-industrielle. L’exemple de la voïvodie de Katowice], in Przemiany spoleczno-ekonomiczne w okresie transformacji – diagnoza i proba oceny, GUS, Instytut Ekonometrii i Statystyki Ul, Lodz, p. 67-79.

KONDRATIEFF N.D., 1935, The Long Waves in Economic Life, The Review of Economic Statistics, n°17, p. 105-115.

MORRIS J.L., 1987, Industrial Restructuring Foreign Direct Investment and Uneven Development : The Case of Wales, Environment and Planning A, vol. 19, n°2, p. 205-224.

PAKULA L., 1997, Zmiany strukturalne i proces transformacji przemyslu Górnoslàskiego Okregu przemyslowego [Changements structurels et transformations industrielles dans le Bassin industriel de Haute Silésie], Zeszyty IG i PZ PAN, n° 46, p. 53-93.

POPJAKOVA D., 2001, Transformacia priemyslu v regióne Sarisa [Les transformations de l’industrie dans la région de Saris], Geograficko Prace, Presov, vol. IX, Cislo 1.

RILEY R., TKOCZ M., 1998, Coal mining in Upper Silesia under communism and capitalism. European Urban and Regional Studies, vol. 5, n° 3, p. 217-235.

ROSSET E., 1975, Demografia Polski [La démographie de la Pologne], Varsovie, PWN, 616 p.

RUNGE J., 1996, Struktura rynku pracy regionu tradycyjnego i jego otoczenia na przykladzie wojewodztwa katowickiego [La structure du marché du travail d’une région traditionnelle et de son environnement. L’exemple de la voïvodie de Katowice], Katowice, Uniwersytet Slaski.

RUNGE J., 2003, Kierunki przemian demo-graficzno-spolecznych w wojewodztwie Slaskim [Les directions du changement socio-démographique de la voïvodie de Silésie], in Przemiany spoleczno-ekonomiczne w okresie transformacji – diagnoza i próba oceny, Lodz, Instytut Ekonometrii i Statystyki UL, p. 23-35.

SZAJNOWSKA-WYSOCKA A., 1999, Wprowad-zenie [Introduction], in Studium wiedzy o regionie Slaskim, Prace Naukowe Uniwersytetu Slaskiego, Katowice, p. 7-14.

TKOCZ M., 1995, Katowice jako osrodek regionalny w latach 1865-1995 [Katowice, centre régional, 1865-1895], Katowice, Wyd. Slask, 156 p.

TKOCZ M., 2001, Restrukturyzacja przemysLu regionu tradycyjnego [La restructuration industrielle d’une région traditionnelle], Katowice,Prace naukowe Uniwersytetu Slaskiego 1998, 282 p.

Haut de page

Notes

1  22 Bassins Industriels (Okręg Przemysłowy) avaient été délimités dans l’espace de la Pologne communiste, dont celui de Haute-Silésie, communément appelé GOP (Górnośląski Okręg Przemysłowy).

2  Będzin, Jaworzno, Mysłowice, Piekary Śląskie, Siemianowice Śląskie, Świętochłowice et Tarnowskie Góry.

3  Les autrs grandes implantations sidérurgiques se trouvent à Bytom ( 6600 emplois), Zawiercie (6000), Sosnowiec (4600), Gliwice (4300), Świętochłowice, Ruda Śląska et Siemianowice Śląskie (entre 3500 et 4000 chacune) et Zabrze (2600).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/954/img-1.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure 2 : La densification de la conurbation ; densité de population et population urbaine dans la conurbation de Katowice.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/954/img-2.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 3 : Les effectifs dans les mines de charbon
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/954/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure. 4 : La zone économique spéciale de Katowice
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/954/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Titre Cliché Coudroy, 2004
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/954/img-5.png
Fichier image/png, 322k
Titre Cliché Coudroy, 2004
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/954/img-6.png
Fichier image/png, 404k
Titre Cliché Coudroy, 2004
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/954/img-7.png
Fichier image/png, 541k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Tkocz, « La restructuration socio-économique du Bassin Industriel de Haute-Silésie », Géocarrefour, Vol. 80/1 | 2005, 49-58.

Référence électronique

Maria Tkocz, « La restructuration socio-économique du Bassin Industriel de Haute-Silésie », Géocarrefour [En ligne], Vol. 80/1 | 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/954 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.954

Haut de page

Auteur

Maria Tkocz

Uniwersytet Slaski
Wydzial Nauk o Ziemi
Ul. Bedzinska 60
41-209 Sosnowiec
POLOGNE
E.mail : m.t.tkocz@interia.pl

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals