Navigation – Plan du site
Articles

Le temps dans l’espace des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux

Time in urban space or urban space as an accumulation of material objects and social phenomena
Bernard Gauthiez
p. 283-296

Résumés

L’espace matériel des villes est fait d’objets correspondant à des processus de production précis. Une fois ces processus bien identifiés et définis, il devient possible de cartographier les objets selon leur moment d’apparition. Une telle cartographie, ici testée sur le centre historique de Lyon, a été rendue possible par d’importantes recherches d’archives. Elle fait apparaître clairement une géomorphologie complexe, complètement historicisée. La datation en fonction des objets produits a été faite pour les bâtiments, pour les espaces publics de la voirie, et pour les opérations d’urbanisme. D’autres réalités sont aussi datables, bien que l’information détaillée des processus sous-jacents soit difficile, ou n’ait été dans ce cas réunie, comme les limites parcellaires, la surface des façades et les aménagements de la voirie. On en vient en conclusion à distinguer trois temporalités distinctes : superficielle, structurelle et rémanente.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Dans l’espace nous lisons le temps ».

Im Raume lesen wir die Zeit1

(Ratzel cité par Schlögel 2003, 269)

Comment discerner le temps dans l’espace ?

(Dagognet 1977, 107)

C’est effectivement au plan d’ensemble des bâtiments, des places et des rues d’une ville, qu’il appartient de faire juger de ses dispositions, et de nous apprendre si les constructions ont été soumises, dès le principe, à un ordre régulier et symétrique, ou si, résultats primitifs de causes fortuites et de rapports accidentels, l’ordonnance et les distributions de cette ville se sont combinées au gré d’une multitude de convenances isolées et particulières

(Quatremère de Quincy 1832-II, 672)

Introduction

1La forme matérielle de la ville est le produit de processus sociaux. Cependant, ne peut-on l’interroger dans les termes d’une géomorphologie ? À savoir, analyser les apports successifs comme une matérialité historicisée, à toutes ses échelles de pertinence ? L’approche de la morphologie urbaine semble buter encore sur la conceptualisation des objets à reconnaître dans l’espace matériel, non sans avoir grandement progressé dans la résolution du problème. Cependant, cette résolution est nécessaire à une historicisation adéquate. Elle l’est aussi, sur un autre plan, si l’on veut donner à la morphologie une place mieux reconnue, et donc que la matérialité urbaine soit affrontée à hauteur de ses enjeux sociétaux et scientifiques.

  • 2 Sur ces questions voir notamment Conzen, 1968 ; Gauthiez, 2004 ; Allain, 2004 ; Arnaud, 2008, et le (...)

2Cet article est une contribution à cette question de l’historicisation, et propose des conditions pour mieux comprendre un espace donné, ce qu’un test empirique à partir de l’exemple du centre ancien de Lyon permet d’illustrer. Le présent article porte sur les conditions de cette historicisation, son test, et certaines de ses implications les plus évidentes. Cette question a été assez peu traitée à ce jour, dans un balancement entre une approche archéologique pour laquelle elle est un élément presque envahissant, et celle des historiens de la ville, en généralisant de façon probablement abusive, qui donnent aux processus, et aux sources planimétriques et écrites une place prépondérante2.

  • 3 Bertrand : « Le paysage n’en est pas moins une structure matérielle, concrète et ‘objective’, c’est (...)

3Tout d’abord, il s’agit de reconnaître dans l’espace matériel des phénomènes issus de processus individuels, de « cerner par des concepts appropriés, des formes historiques relativement précises » (Bergeron, Roncayolo 1974, p. 875). L’espace n’est pas considéré ici comme une entité philosophique ni une réalité en soi. Il n’existe que comme résultat de processus multiples et comme produit de ces processus, dont l’articulation doit aussi être exposée, à partir de la matière empirique. Il s’agit d’un « champ d’obstacles que seule une conscience opiniâtre peut aborder » (Bachelard 1953, p. 11). Il s’agit aussi, mais on ne s’étendra pas sur ce point, de se dégager d’orientations idéalistes fréquentes dès qu’on touche à « l’espace urbain », fondées sur très peu de données empiriques et propices à ces développements mythologiques au sens de Barthes (1957). Que l’espace des villes puisse avoir des dimensions poétiques, c’est une liberté de chacun (Bachelard 1957). Une approche scientifique visant à comprendre sa matérialité doit cependant s’en défaire autant que possible, en dépassant les discours entendus, au double sens du mot. L’objectif ici poursuivi est de dépasser la simple description pour construire les conditions d’un approfondissement et s’abstraire de la poétique, de la représentation mentale culturelle et de la mythologie3. Il s’agit aussi, dans la suite de Roncayolo (1988), de dépasser l’impasse de la morphologie sociale, qui a eu pour effet de faire négliger la morphologie matérielle (Poëte, 1933 ; Halbwachs, 1928 ; voire Lévy, 2005), la considérant essentiellement comme une expression quasi fonctionnaliste des sociétés.

4Pour aborder ce projet, les questions épistémologiques et ayant trait à la conceptualisation des phénomènes seront passées en revue, puis les hypothèses seront testées par des ‘expériences’, des découpages de l’espace, portant sur des catégories d’espaces ainsi clairement définies.

Historiciser la matérialité

5Un tel objectif ne peut être atteint qu’en répondant à deux exigences.

Une décomposition opératoire de la matérialité

  • 4 Sur la définition de ces mots et expressions : Gauthiez, 2003.

6La première est d’établir les objets de la décomposition de la matérialité, condition nécessaire à l’établissement d’une cartographie qui ait du sens. Les domaines dans lesquelles cette exigence a été la plus suivie ont été, dans l’ordre du temps de l’histoire, la géologie puis l’archéologie et l’astronomie. Pas de géologie sans couches, formations, détermination des processus de genèse de ces formations. Parallèlement, pas d’archéologie, aujourd’hui, sans décomposition en structures auxquelles on attribue un processus d’émergence. L’espace des villes est souvent décomposé en îlots, immeubles, espaces publics. Si l’on veut comprendre son émergence et les processus de sa genèse, ces objets deviennent ineptes, du fait de leur définition agglomérante. Ils résultent d’un amalgame de réalités diverses, convenant à des approches techniques simplifiantes ou idéalisantes, et d’une approche souvent très morphographique (Whitehand, 1981, p. 13)4, attachée à l’évidence des formes ou à leur rôle social plus qu’à leur correspondance à un processus morphogénétique.

  • 5 « La plus petite aire urbaine ou région morphogénétique à l’intérieur de l’organisme urbain, ayant (...)

7De nombreux auteurs, de Kretzschmar (1908) à Roncayolo (1997, p. 143), en passant par Schwartz avec ses « solidifications du passé » (1949, p. 41), ont évoqué la matérialité des villes comme une histoire pétrifiée, mais en en restant à une décomposition simple, par exemple la Stadtteil de Keyser (Keyser, 1963), la plan unit de Conzen (Conzen, 19605). Le processus social de genèse n’est pas explicité chez ces auteurs comme un processus de production/réalisation, l’espace est scindé en entités découlant de conditions sociales particulières, de sociétés données, certes datées, mais sans que ces conditions soient définies en termes de production de l’espace.

  • 6 Sur les idées d’Abreu, voir Pereira 1998, p. 24-25.

8Henri Lefebvre a fait de l’idée de La production de l’espace le titre d’un beau livre (Lefebvre 1974). En le lisant, on est frappé de la précision de son programme intellectuel. Il argumente pour une connaissance de l’espace qui ne peut reposer sur un inventaire issu de descriptions et découpages qui ne produisent qu’un discours (p. 14). Mais les solutions, pour lui, si elles passent par un « exposé complet de ces concepts (espace, et production de l’espace) », résident dans « leurs rapports, d’une part avec l’extrême abstraction formelle (l’espace logico-mathématique) et, de l’autre, avec le pratico-sensible et l’espace social », dans un esprit fortement marqué par la pensée marxiste et le structuralisme de Lévi-Strauss (p. 23). Lefebvre, donc, au moment de mettre le doigt sur la nécessité d’affronter le processus réel de production matérielle, l’évite et renvoie à l’imprécision d’un « espace social » dont la dimension géographique lui paraît difficile à saisir, et à la mathématisation morphographique (p. 103). Pour lui, la déconnexion de la matérialité physique et de l’espace social est ontologique (p. 36). Cette approche de la production de l’espace rejoint celle d’Halbwachs avec sa morphologie sociale (Lussault, Lévy 2003). Elle est encore très présente chez Claval, lorsqu’il cite Milton Santos et Abreu (Claval, 2005, p. 54)6.

  • 7 Caniggia et Maffei parlent bien d’un bâtiment comme d’un produit (prodotto), mais n’ont pas perçu l (...)

9Pour répondre à l’exigence d’une approche claire du rapport entre matérialité et espace social, j’ai proposé l’« unité de construction » comme réalisation d’une unité de conception, soit le fruit matériel d’un projet (Gauthiez, 2003, p. 112)7. En développant cette idée aux échelles pertinentes, il devient possible de décomposer l’espace de la ville en objets pouvant être mis en relation étroite avec des processus de production. De façon très concrète, dans un exemple simple, on peut illustrer cette relation par l’établissement d’une correspondance entre un objet social, par exemple un permis de construire, et un objet matériel, un bâtiment, un ensemble de bâtiment ou une partie de bâtiment. En procédant de la sorte, une connexion étroite est faite entre l’espace des individus, des rapports sociaux et économiques, et celui des réalisations matérielles, incluant celui de la conception (auquel Lefebvre accordait une grande importance). Cette connexion, cependant, laisse place à une certaine autonomie de chacun de ces espaces, autonomie due à des propriétés différentes, en particulier sous l’aspect du temps. Par exemple, un bâtiment peut durer des siècles, un contexte social dure beaucoup moins de temps, même si un bâtiment ne peut subsister intègre sans action consciente. Pour bien saisir cette différence, il faut aborder la question du moment singulier de la production, qui sera traité infra.

L’historicisation

10La seconde exigence est la datation des objets et des rapports chronologiques qui s’établissent entre eux. L’idée est simple, mais demande un investissement important pour réunir l’information nécessaire. En effet, la précision est ici indispensable à une juste mise en relation temporelle des objets, qu’ils soient produits dans un même mouvement ou dans un temps différent, selon des logiques qui peuvent différer. De plus, les niveaux d’échelle pris en compte peuvent beaucoup augmenter cet investissement, qui est limité pour les objets de grande taille car peu nombreux, mais considérable, à vrai dire inatteignable par un chercheur seul, pour les plus ténus, pourtant nécessaires à la compréhension de l’espace du présent, actuel et vécu.

  • 8 D’une certaine façon, cette recherche s’inscrit dans la perspective de la « géographie continuée » (...)

11Les champs scientifiques qui touchent à la matérialité, dont la phénoménologie est d’abord spatiale, attachent une grande importance au temps : géologie, archéologie, astronomie. On suit ici un programme déjà bien identifié. Pour Lefebvre, « L’historicité brise définitivement la naturalité en instaurant sur les ruines de celle-ci l’espace de l’accumulation » (Lefebvre, 1974, p. 60). Dagognet évoque « l’intérêt décisif de la chronologie et des datations » (Dagognet, 1977, p. 24). Plus récemment, pour Benoist : « La temporalité sera certainement à découvrir… dans la désobstruction de toute sorte de métaphores spatiales, qui viennent en entraver la compréhension et surtout nous empêchent de rester fidèles à ce que celle-ci peut nous communiquer de vérité déterminante pour l’approche des phénomènes en général » (Benoist, 2001a, p. 102)8. Grataloup va dans le même sens : « Une géohistoire des territoires suppose d’historiciser l’espace pris en compte, mais également d’en spatialiser la période » (Grataloup, 2005, p. 40). L’hypothèse de l’importance du temps se vérifie dans les « expériences » tentées ci-dessous.

12Il est important de clarifier le sens qu’on peut donner à la datation de la réalité. L’âge est en quelque sorte une profondeur chronologique, établie à partir du moment présent, lui-même en déplacement continu. Tous les objets ont un âge et, lorsqu’ils n’ont pas disparu, constituent l’espace matériel présent. De sorte que les objets existant en ce moment matériellement sont à la fois présents et plus ou moins âgés. De même, toute configuration d’objets a un âge.

13La datation des objets consiste à leur donner une mesure dans un référentiel, en général le présent, qui constitue une coupe dans la ligne du temps, dans l’inconnaissance du futur. La datation de chaque objet permet d’établir son existence à tel ou tel moment. Il est ainsi possible idéalement de reconstituer un moment présent donné à partir d’une coupe rencontrant les éléments dont la plage d’existence est alors croisée. Observons qu’il s’agit d’une conception très différente du temps que celle généralement suivie dans les études d’histoire urbaine, où l’on utilise une succession d’états reconstitués ou donnés par des cartes et plans existants, ce qui est le plus aisément accessible. L’hypothèse d’un présent glissant constitué de l’existence de tous les objets présents à une date donnée a été testée sur une partie du centre de Lyon. Le résultat fait effectivement apparaître des faits autrement difficilement accessibles.

  • 9 Cf. Schwartz, 1949, p. 41: « une coupe horizontale à travers l’histoire est une sorte de béton cons (...)
  • 10 Dagognet emploie la métaphore du film à propos de la géologie (Dagognet, 1977, p. 107).

14On emploie souvent dans les publications récentes une représentation de l’histoire de l’univers en forme de saucisson, avec un point d’origine à une extrémité (le Big-bang) et à l’autre la coupe correspondant au moment présent. Dans notre cas, on peut considérer la durée d’existence d’un objet matériel comme une fibre du saucisson du temps réalisé, avec un moment de début, celui de sa production, et éventuellement un moment de fin, lorsque l’objet est détruit9. Il est ainsi possible de reconstituer le film10 de l’existence des objets et de la transformation d’un espace matériel, faite de destructions d’éléments préexistants et de production d’éléments nouveaux. La temporalité ainsi constituée de la matérialité, faite de tous les objets présents simultanément dans un espace géographique donné (Schlögel, 2003, p. 48 ; p. 50), nous permet d’accéder à des phénomènes difficiles à identifier et à comprendre autrement (Gauthiez, Zeller, 2014). L’espace qui nous intéresse, celui de la matérialité de la ville, est continu, mais il est fait d’événements distincts. En ce sens, il n’y a pas d’évolution continue, mais accumulation de faits uniques et isolables, un peu comme des quanta d’espace produit, avec des moments d’accélération, de ralentissement, de stase, à des échelles variées. Une meilleure compréhension de cette complexité constitue évidemment l’un des objectifs d’un tel traitement des objets dans le temps.

15L’image des fibres recoupées ne donne bien sûr qu’une idée imparfaite de la réalité. Il faudrait pouvoir en représenter au moins deux aspects qu’elle n’exprime pas : le fait que les objets présents ont trois dimensions, et le fait que l’espace matériel n’est pas fait que d’objets matériels, un paradoxe que le cas du parcellaire (infra) permettra d’expliquer.

16Enfin, une autre métaphore permet d’aborder un autre aspect de la matérialité du moment présent. Cette matérialité est en effet d’autant plus faite d’événements proches de nous dans le temps qu’elle est superficielle (au sens de : en surface). Dans la perception de la matérialité que nous avons, la présence d’objets récents est en effet très forte : peintures neuves, tags, devantures de magasins et boutiques, affiches, mobilier urbain, bitume… L’image de l’arbre ici s’impose. Dans un arbre âgé, la partie ancienne est cachée sous les cernes de croissance annuels, et c’est la partie la plus récente, la plus importante relativement en volume, qui est en général seule visible, jusqu’à parfois seule subsister lorsque le cœur a pourri. Dans la matérialité urbaine, si parfois des faits subsistent par le creux qu’ils ont laissé alors même qu’ils ont disparu, la substance plus ancienne que la peau extérieure est cependant très présente. L’un des paradoxes de cette perception est que les faits anciens identifiés culturellement sont survalorisés et entrent pour une part majeure dans la représentation mentale de l’espace. La surface des choses, essentiellement récente voire très récente matériellement, est le plus souvent évacuée de cette représentation.

17L’espace matériel n’est pas une succession de temps, mais une accumulation dans le temps d’événements selon des temporalités qu’il reste souvent, dans notre cas, à découvrir. De plus, il n’existe pratiquement pas d’épistémologie de la production de l’espace et, pour la développer, nous devons d’abord placer dans le temps les faits empiriques, et interroger les relations dans les temps signifiants des membra disjecta d’un espace matériel à la complexité peu explorée.

Une historicisation reposant sur la décomposition de l’espace en unités de production

Qu’est-ce qu’une unité de production ?

18On l’a vu, l’unité de production est l’objet matériel résultant d’un processus de production. Dans l’espace construit, ce processus est en général d’autant plus long, complexe, associe d’autant plus d’acteurs, que l’objet est grand. Pour que la production intervienne, il faut évidemment une décision en ce sens, et la formulation d’une image mentale de l’objet à réaliser, d’une façon dans les faits très platonicienne. La décision s’élabore en vue d’une utilité du projet. Cette utilité peut-être fonctionnelle, en répondant à des besoins d’usage, c’est l’explication qui est le plus souvent donnée à tout aménagement de l’espace. Cependant, d’autres utilités du projet sont rarement absentes, même si elles sont plus rarement évoquées, et parfois même tues :

19La recherche d’un profit matériel ou financier. Sans ce profit, bien peu d’aménagements de l’espace auraient été réalisés, qu’il s’agisse de loyers et/ou de valorisation d’un capital investi pour un investisseur à la logique privée, d’une retombée indirecte pour faciliter les échanges économiques et attirer ces mêmes investissements de la part d’une autorité publique (bien sûr, il arrive que les rôles soient répartis de façon moins simpliste).

  • 11 Cf. les ponts de Gustave Eiffel ou l’ « Autoroute des Titans » (A 40) dans la traversée du Jura. Vo (...)

20La recherche d’un profit symbolique, au sens du capital symbolique de Bourdieu, glorification personnelle ou de groupe, qui passe par des biais divers : forme esthétique, usage de la technique, visibilité, fait même d’imposer une réalisation. Prenons quelques exemples. Un viaduc autoroutier est aussi une œuvre valorisant son concepteur et ses réalisateurs (et souvent utilisée comme telle dans la communication des entreprises concernées)11, le dessin de la façade d’un immeuble témoigne du savoir-faire et d’un positionnement esthétique de son architecte, dont d’autres investisseurs pourront rechercher l’expression, c’est alors aussi un élément de valorisation de son concepteur.

21Une inscription dans l’espace public, au sens d’exposition aux regards, faisant exister publiquement maître d’ouvrage, maître d’œuvre, réalisateurs. Cette inscription peut avoir un coût extrêmement élevé et ne répondre qu’à cette seule fin, la fonctionnalité invoquée n’est alors que le prétexte au projet : gratte-ciel qui magnifie une entreprise, musées-sculptures comme à Bilbao et ailleurs, châteaux immenses comme à Versailles, édifices publics exprimant la nation comme à Washington, temples grandioses comme à St-Pierre de Rome et dans l’Antiquité.

  • 12 Voir Barthes sur « Sémiologie et urbanisme » (1985, p. 261-271). Soja associe le fonctionnalisme à (...)

22La rationalité des produits n’est jamais uniquement dictée par le besoin et l’utilité. Elle comporte toujours des choix esthétiques, matériels, une dimension symbolique et sémiotique qui peut en être parfois la raison principale12. Les dimensions évoquées ci-dessus sont évidemment en général mêlées, à des degrés divers.

23Les réalisations les plus éloignées d’une fonctionnalité ‘classique’, et dans lesquelles la dimension d’affichage est dominante par les moyens qu’elles mobilisent, surtout lorsqu’ils sont publics ou acquis d’une façon questionnable, ont la plupart du temps une dimension politique qui peut entrainer des divergences profondes quant à leur acceptabilité. Il en résulte des rapports de force entre groupes aux intérêts divergents, manifestés par des conceptions différentes du contenu programmatique des objets. Par exemple, la réalisation d’un pylône électrique en haute montagne et son inscription dans l’espace public du paysage seront considérées par ses réalisateurs comme une source de fierté, parce que leur culture professionnelle valorise technicité et difficulté de mise en œuvre. Des groupes attentifs à la limitation des intrusions anthropiques dans des espaces encore peu modifiés ou pouvant encore être perçus comme naturels y verront une violence sociale et esthétique, le symbole d’une domination. Beaucoup de projets véhiculent ainsi, par le fait même qu’ils sont produits au profit matériel et/ou symbolique d’individus et de groupes particuliers, qui plus est disposant des moyens d’imposer leurs réalisations, une dimension de violence symbolique, politique, économique. Même un immeuble bourgeois banal peut-être perçu – et l’est – par un individu pauvre comme l’expression d’une domination. À toute puissance correspond une expression particulière dans l’espace, fruit le plus souvent d’une captation de moyens visant notamment à maintenir son capital symbolique.

24Une fois le projet décidé, des sous-processus s’enclenchent, pour son financement, sa conception, la mise à disposition de l’espace nécessaire. Ces étapes doivent être franchies et mises en œuvre. Chacune d’entre elles détermine un aspect de la réalisation finale :

    • 13 Dans des sociétés moins développées techniquement que les nôtres, ou peu ou pas monétarisées, ces m (...)

    La conception est elle-même faite de choix techniques, fonctionnels et esthétiques dans le cadre de moyens financiers en principe déterminés13. Pour les projets complexes, le processus de conception peut être long et faire l’objet de nombreuses remises en question du projet initial. Parfois, comme pour le quartier de la Défense à Paris, plusieurs décennies de projets, avec très peu de réalisations, précèdent la phase de production intensive. Et même lors de cette phase, l’espace non encore produit est l’objet de modifications du projet jusqu’à ce que tout l’espace soit effectivement occupé et que le projet puisse effectivement être considéré comme mené à son terme. Souvent, dans la phase initiale de la conception, des variantes sont soumises au maître d’ouvrage.

  • Le foncier peut se présenter de deux façons distinctes. Soit la disponibilité du site est antérieure au projet, soit il doit être constitué de façon ad hoc. Il représente un coût. Il contraint les possibilités du fait de l’état existant du site et de son environnement. Le cadre réglementaire de l’architecture et de l’urbanisme, celui des lois relatives à l’aménagement, s’imposent aussi (il est parfois modifié expressément). Pour toute réalisation, la contrainte de l’existant et les limites concrètes à la tabula rasa sont telles qu’on s’insère de fait dans une maille petite ou grande d’un territoire beaucoup plus vaste, dont on n’efface qu’une partie. En outre, une réalisation entraîne en général des réalisations secondaires. Il peut s’agir de démolitions, de simples raccordements aux réseaux, jusqu’à la mise en place d’infrastructures nouvelles (comme, pour un barrage hydro-électrique, sa route d’accès, les logements du personnel et du chantier, etc.).

  • Les moyens techniques ont aussi un coût. Leur choix en dépend, de même que des savoir-faire et matériaux disponibles, et bien sûr des représentations véhiculées par l’usage de tel ou tel matériau (noblesse traditionnelle de la pierre, gracilité du métal dans le monde américain à la culture d’ingénieur moins orientée qu’en France vers le béton, etc.).

Les enjeux de la datation

25Le chantier de réalisation a ses particularités. Il entraîne un usage momentané, parfois intense, de l’espace public de raccordement, des nuisances, des installations en principe éphémères.

  • La réalisation d’un nouvel objet est un moment très singulier dans la transformation de l’espace : elle mobilise des acteurs spécifiques, qui répondent à une décision unique (concertée ou non), et entraîne la disparition d’une section d’espace, remplacée par une nouvelle. La nécessité de renseigner individuellement chaque processus, de le placer dans le temps, de procéder à la comparaison de l’espace avant et après sa production de façon à en mesurer la portée et les effets concrets, est probablement la raison de la difficulté de son étude. Henri Lefebvre avait eu recours aux forces des groupes sociaux et des systèmes politico-économiques, mais n’était pas entré dans le détail des acteurs et des circonstances. Et pourtant, si l’on en reste à ce niveau de généralisation, les mécanismes à l’œuvre n’apparaissent pas, ni leur complexité.

  • La production matérielle d’un aménagement de l’espace n’est pas ponctuelle dans le temps court. Cependant, à l’échelle de notre perception de l’espace, elle n’est que rarement longue. L’espace construit ne nous apparaît le plus souvent que comme immobile. C’est que la transformation est opérée unitairement sur des portions d’espace limitées en étendue (un bâtiment) ou inaccessibles au regard dans leur entièreté (une autoroute, un port), et sur des temps qui en général sont assez courts, une année pour un bâtiment, quelques-unes pour une infrastructure de transport, jusqu’à quelques décennies pour un grand quartier nouveau, mais alors il se décompose en réalisations partielles, elles-mêmes de temporalités plus courtes. De plus, la transformation s’insère dans le cadre foncier très strict de notre monde, d’où sa forte dépendance par rapport à la forme de la parcelle.

  • Le processus de production peut être décomposé chronologiquement en une succession de sous-processus ayant chacun sa logique, et en interaction. Chacun de ces processus peut-être renseigné. Pour les réalisations passées, diverses archives permettent de le faire. Pour les projets actuels et subactuels, les plannings élaborés par le maître d’ouvrage, le maître d’œuvre, un bureau d’étude et les entreprises, détaillent les phases.

26La cartographie de la date de production implique donc de faire un choix. Pour les bâtiments de Lyon étudiés ici, on a retenu la date soit d’octroi de l’autorisation de construire, en général suivie rapidement de la construction, soit d’achèvement donnée par les matrices cadastrales. Il s’ensuit, dans les cas où les deux moments sont renseignés, un décalage généralement d’une année (fréquemment moins à l’époque moderne), parfois de deux ou plus. Certains grands édifices sont construits sur plusieurs années. Lorsque les phases sont bien distinguables en plan, les parties sont datées séparément, sinon une fourchette est indiquée (tabl. 1). Pour les lotissements, seule la date d’autorisation a été prise en compte. La logique scalaire des unités de production de l’espace est une composante de leur détermination et de leur étude.

Tableau 1 : Sources possibles Pour les immeubles des XVII-XXe siècles à Lyon

Les projets d’architecture et de travaux.

Les mutations foncières, qui accompagnent souvent modification ou construction (archives notariales, Archives Départementales = AD).

Les autorisations de construire (dénomination variable dans le temps) : Archives Municipales de Lyon (= AML), séries à peu près complètes du début du XVIIe siècle à nos jours, moins 1763-1789, et AD, après 1945.

Les états de chantier, état d’avancement du chantier mois après mois : La Construction Lyonnaise (environ deux décennies fin XIXe siècle).

L’indemnisation de reculement, en général accordée lorsque la construction a dépassé le rez-de-chaussée : AML (XVII-XIXe siècles).

Les recensements, donnent le moment du peuplement d’un immeuble, dont le début est parfois antérieur à l’achèvement : AML (annuels, 1814-1847) et AD (tous les 5 ans, 1831-1936).

La date portée sur l’immeuble, renseigne en général sur l’achèvement (rares sont celles qui subsistent avant le XIXe siècle).

La matrice cadastrale annotée, elle date les démolitions et constructions nouvelles (CN), pour l’application de l’impôt sur le foncier bâti : AD (cadastre dit napoléonien, matrices rénovées postérieures).

La comparaison des cartes ou photographies successives, qui donnent une fourchette chronologique correspondant à la date de mise à jour des cartes : plans topographiques de la Ville de Lyon (après 1860), cartes IGN au 1/25 000e.

Quelles sont les unités de production, à quelles échelles ?

27Du plus grand au plus petit :

28Niveau 1 : Grands aménagements, infrastructures de transport comme les autoroutes, canaux, voies de chemin de fer, fruits de projets territoriaux, ports, villes nouvelles, etc. Échelle de référence : au-delà de la dizaine de km, sites pouvant être séparés dans l’espace du territoire (exemple des enceintes urbaines décidées en avril 1346 à Rouen, Tours, Lyon… ; des fortifications du Pré Carré au XVIIe s.), grands réseaux techniques linéaires.

29Niveau 2 : Aménagements urbains/opérations d’urbanisme : lotissements, quartiers nouveaux, ZUP et ZAC, dont les noms sont d’ailleurs souvent de nos jours à la fois celui de la procédure administrative et du produit réalisé. Échelle de référence : de quelques ares à plusieurs dizaines voire centaines d’ha.

30Niveau 3 : Groupes d’immeubles/équipements : constructions et ensembles de constructions issus d’une même conception, échelle de quelques ares à plusieurs ha.

  • 14 Une différenciation entre le groupe précédent et celui des immeubles individuels apparaît souvent a (...)

31Niveau 4 : Bâtiments communs : immeubles collectifs, maisons individuelles, immeubles de bureaux, programmes unitaires en général simples : de l’are quelques dizaines d’ares14.

32Niveau 5 : Transformations de bâtiments existants : surélévations, agrandissements, reprises de façade, devantures de magasins : échelle en plan des bâtiments, objets verticaux de quelques mètres ou décamètres…

33Niveau 6 : Gros entretiens : baies, peinture, réhabilitation, réseaux techniques locaux.

34Niveau 7 : Éphémère : décors temporaires, affiches, posters, bannes : quelques m2

35Certains projets intègrent tout ou partie de ces niveaux, par exemple la ville nouvelle de Richelieu et les grands ensembles de l’Après-Guerre, qui intègrent en partie les niveaux 2-3-4. C’est par nature d’autant plus rare qu’on monte en taille et en complexité.

Datation, durées de vie, inerties : ‘expériences’ à partir du cas lyonnais

36Le long développement précédent est construit à partir d’analyses diverses de la réalité concrète visant à déterminer des unités de décomposition pertinentes et à comprendre le rôle du temps dans l’espace que nous pratiquons. Pour illustrer cette place du temps dans l’espace, cette constitution de l’espace par morceaux produits à des moments donnés, et donc la simultanéité dans le présent d’éléments passés encore existants, plusieurs cartographies sont possibles, qui elles-mêmes conduisent à des questions nouvelles, mais aussi à de nouveaux éléments de compréhension de cet espace-présent-mais-toujours-passé. Ces cartes permettent de tester l’hypothèse ci-dessus développée, en fonction d’échelles différentes, de la plus petite à la plus grande, en mobilisant le matériel empirique disponible.

La datation des aménagements urbains (niveau 2)

37L’aménagement urbain est ici défini comme la portion d’espace fruit d’un projet d’urbanisme. Ce projet concerne un périmètre défini (périmètre net d’un lotissement ou moins net d’une zone de règlement d’urbanisme, effectivement implémenté par des bâtiments sur plusieurs sites séparés), un espace foncier remodelé, éventuellement de la voirie nouvelle et un programme architectural (par exemple l’opérateur a construit les bâtiments dans le périmètre, ou un règlement a fixé les caractères des immeubles, gabarit, prospect, etc.). En général, l’objet urbanistique n’est pas produit en une seule phase, et sa réalisation peut s’étager dans le temps jusqu’à plusieurs décennies. De ce fait, le projet initial est souvent l’objet de modifications portant sur ce qui n’a pas encore été réalisé.

Planche hors texte-1 Carte de datation des aménagements urbains du centre de Lyon https://geocarrefour.revues.org/​lodel/​edition/​index.php?do=view&id=9616

(©B. Gauthiez)

Il s’agit des espaces déterminés par des opérations d’urbanisme, définis ici par leur périmètre. On peut voir que la plus grande part de l’espace urbain est le fruit de tels aménagements. Pour la période antérieure à 1480, on est en présence de tissus dérivés, ‘métamorphisés’, soit de lotissements encore bien identifiables, soit de vestiges ténus d’aménagements, en absence généralement de bâti contemporain. Dans l’ensemble, plus l’opération est récente, mieux elle est conservée.

  • 15 Une telle cartographie, fondée sur des périmètres d’intervention, ne porte en bibliographie que sur (...)
  • 16 Les sources de la datation des aménagements urbains sont nombreuses et, à la différence des bâtimen (...)

38L’exemple de la cartographie des principaux aménagements urbains de notre cas d’étude, le centre de Lyon, illustre cette décomposition de la production de l’espace urbain15. Son établissement nécessite le recours à des sources nombreuses et variées16.

  • 17 D’où la présence en cet endroit de bâtiments plus anciens, et le transfert successif du toponyme Be (...)

39On remarque immédiatement sur le plan les régularités correspondant aux principales interventions urbanistiques, dont la plus importante, la percée de la rue de la République, est longue de 1 200 m. Cependant, certaines ne sont plus présentes qu’à l’état de morceaux disjoints (galerie de l’Argue, achevée en 1832, sectionnée et partiellement effacée vers 1850 puis vers 1860 par les opérations de la rue de Brest-Chenavard et par la rue Édouard-Herriot. D’autres, on ne perçoit que des lambeaux comme métamorphisés, ainsi pour les lotissements médiévaux du secteur situé entre la rue Grenette et la place des Cordeliers. Certains sont englobés dans des réalisations postérieures et de fait impossibles à distinguer sur le terrain, comme la rue au nord de la place Bellecour, établie définitivement en 1562 et dont seule la rive nord est encore matérialisée, ou la place des Jacobins, fruits d’une création vers 1557, élargie vers 1822 au sud, puis encore vers 1860 dans le cadre de la percée de la rue Édouard-Herriot. Chaque opération est conçue avec une part d’indépendance spatiale, des propriétés géométriques propres, et une articulation avec l’espace conservé. Ainsi, la rue de la République est orientée parfaitement Nord-Sud et commande le tracé Est-Ouest de rues latérales, rues Jean-de-Tournes et Stella, ou encore le secteur de la Bourse. Mais elle donne précisément sur la place séparant l’Hôtel-de-Ville et le Grand Théâtre au nord, et rejoint au sud l’ancienne rue Bellecordière, dont elle a repris la rive est dans sa partie entre la place de la République et la place Bellecour17. Au fil du temps, des compositions selon un axe commun tendent à être mises en place, comme pour la rue Hyppolite-Flandrin, établie en 1509, dont l’axe est repris au sud entre les rues d’Algérie et de Constantine peu avant 1850, au nord en 1820 pour tracer avec un angle la composition du quartier de la place Sathonay, plus tard encore en 1858 prolongé au travers de la rue du Jardin-des-Plantes et d’une partie du jardin lui-même. Cette composition, faite d’articulations soigneusement pensées, est importante dans le paysage d’aujourd’hui. Elle crée des objets composites bien identifiables à partir d’éléments nouveaux réinterprétant des éléments anciens en leur donnant un nouveau sens et une nouvelle utilité (Gauthiez, 2003, p. 267).

40La taille des opérations nous renseigne sur les moyens disponibles à un moment donné pour intervenir dans l’espace de la ville. À chaque fois, il faut se poser la question des objectifs recherchés, des opérateurs, des moyens mis en jeu, du profit d’image, politique, financier.

La datation du parcellaire

41Le parcellaire est un objet invisible dans sa nature juridique et sociétale. Cependant, cette nature induit un marquage matériel et un contrôle social qui sont parmi les plus créateurs d’inertie dans l’espace urbain ou rural, d’où son utilisation massive pour l’étude des transformations de l’espace. En effet, toute opération s’inscrit, dans nos sociétés, depuis longtemps, dans un espace subdivisé en propriétés et périmètres d’application de droits du sol spécifiques, comme la seigneurie prérévolutionnaire ou le bail emphytéotique.

42Dater le parcellaire signifie dater à la fois chaque limite parcellaire et chaque parcelle, une même parcelle pouvant être recoupée et conserver plusieurs limites et n’être modifiée qu’en partie, ou fusionnée et ses limites antérieures seulement en partie disparaître. On peut utiliser avantageusement les plans cadastraux, qui donnent un état d’ensemble synchronique à une date donnée. Mobiliser les actes notariés ne peut concerner, s’ils subsistent, qu’une portion limitée de territoire, par la taille de l’entreprise. C’est pourtant la seule solution pour parvenir au grain le plus fin des transformations, les cadastres ne donnant que des états assez éloignés dans le temps (des coupes dans notre saucisson, alors que les actes notariés permettent d’accéder aux fibres). Il n’existe pas à ma connaissance, à ce jour, de telle datation renvoyant à la date réelle de mise en place de chaque limite. Un exemple qui s’en rapproche est la datation par grandes tranches chronologiques par Sodezza des parcelles des communes de la vallée du Gier de Saint-Chamond à Rive-de-Gier, sur la base d’une géométrie commune des états parcellaires vers 1810, 1945 et actuel (Sodezza, 2014).

La datation du bâti (niveau 3-4-5)

  • 18 Une telle datation a été tentée dans Boudon et al., 1977, p. 66-68, mais la documentation était alo (...)
  • 19 Voir la cartographie de datation du centre de Vienne (Wehdorn, 2011), comparable à ce qui a été fai (...)

43Dater le bâti présente une difficulté majeure dès lors qu’on s’en tient à leur « datation principale », comme le fait l’Inventaire Général18. Cette difficulté est supprimée si l’on date les unités de construction définies ci-dessus. Cette façon de faire est très efficace pour faire apparaître en plan des unités dont la projection verticale est différente, c’est le principe retenu ici19. Cependant, la cartographie des surélévations concerne des unités souvent parfaitement superposables. Pour les faire apparaître clairement, un changement d’échelle est nécessaire, d’où ici, pour les unités superposées, indication écrite des dates de transformation sur le même périmètre. Cette cartographie des surélévations présente une certaine complexité de lecture lorsque les bâtiments ont fait l’objet de plusieurs surélévations, elle nécessite une échelle plus précise que le document présenté ici.

Fig. 1 : Localisation des rues nommées sur la planche hors texte 2

Fig. 1 : Localisation des rues nommées sur la planche hors texte 2

(reproduction en NB de la planche, en format réduit, avec indication des rues nommées)

©B. Gauthiez

Pl. hors texte. 2 Carte de datation des bâtiments, Lyon https://geocarrefour.revues.org/​lodel/​edition/​index.php?do=view&id=9617

Chaque bâtiment a été daté, autant que possible, précisément, de même que ses transformations principales. On distingue les dates d’une construction qui s’étage sur plusieurs années, séparées par un tiret, de celles qui correspondent à des interventions différentes, séparées par une barre inclinée. Cette carte est un état de la connaissance, toute visite d’un immeuble ancien étant susceptible de faire voir des éléments antérieurs à la façade non encore repérés.

44La carte fait apparaître des différences majeures. La plus grosse unité de construction atteint à Lyon une taille exceptionnelle, il s’agit de la plus grande partie des immeubles de la rue de la République, édifiée comme un tout à la composition sophistiquée par un même opérateur (on a ici confusion partielle entre opération d’urbanisme et unité de construction, niveaux 2, 3 et 4). Les plus petites sont des maisons de quelques dizaines de m2 en projection au sol ou des tranches correspondant à des reconstructions de la seule façade sur une épaisseur de 2-3 m à l’alignement de la rue. Comprendre ces différences, leur évolution dans le temps et dans l’espace, leurs fins sociales et économiques, est une nécessité pour qui veut construire une compréhension de l’espace urbain passé et présent.

  • 20 AML 315 WP 022.
  • 21 AML 315 WP 77.

45Dans la pratique, la profondeur historique est dans certains cas difficile voire impossible à informer. Les travaux de l’archéologie du bâti montrent souvent, par exemple, à l’occasion de l’étude de maisons anciennes, la présence de structures médiévales reprises dans des maisons d’époque moderne, de telle façon qu’elles ne peuvent être distinguées extérieurement. Certains indices, comme celui de largeurs de trumeaux variables entre les fenêtres, peuvent suggérer un regroupement d’immeubles derrière une façade unifiée. En général, la reprise de parties anciennes est plutôt présente dans les moments de dynamisme modéré, pendant lesquels on procède plus souvent par adaptation du bâti existant. Elle est absente dans les extensions urbaines nouvelles, et rare lors des périodes de reconstruction intense. L’immeuble à l’angle de la place Meissonnier et de la rue Chenavard illustre un cas complexe (photo 1) : la surélévation et transformation du XIXe siècle est clairement identifiable (en 182620), de même que la surélévation de deux étages des environs de 1500 (d’après les décors des baies) De plus, la forme des baies de boutique du rez-de-chaussée est due à des transformations de 1808 et 1817, et l’atelier de photographe en toiture a été établi en 187821. En revanche, le fait que les fenêtres datables vers 1500 ne se superposent pas à celles du premier étage implique qu’elles correspondent très probablement à la surélévation d’un bâtiment antérieur, aux murs très épais, construit au Moyen Âge. Cette maison illustre un phénomène général, à savoir que, tendanciellement, plus un bâtiment est ancien, plus il est susceptible d’avoir été modifié.

Photo 1 : Immeuble à l’angle de la place Meissonnier et de la rue de Brest, Lyon

Photo 1 : Immeuble à l’angle de la place Meissonnier et de la rue de Brest, Lyon

Cet immeuble a été surélevé de deux étages vers 1500, puis à nouveau en 1826. Un atelier de photographe a été aménagé en 1878 en comble. Le rez-de-chaussée et le premier étage sont antérieurs, probablement médiévaux, mais leur transformation en façade en 1826 et celle des arcades à l’époque moderne, en 1808 et 1817, ont effacé tout décor médiéval. C’est ici l’identification des surélévations et de leur incohérence avec la répartition des baies du premier étage qui impose l’hypothèse d’une datation antérieure de la partie basse de l’édifice.

  • 22 Un ami américain, lorsque j’habitais Genève, parlait délicieusement de « la saison des pique-martea (...)

46Il existe une cyclicité annuelle des travaux de construction, clairement présente dans les autorisations de permis de construire, cyclicité aussi présente dans les entretiens de la voirie22. Une variation pluriannuelle est aussi apparente dans les enregistrements de la construction. Elle n’est pas à proprement parler cyclique, mais renseigne sur le mouvement de l’économie. De même, le trend de la longue durée est nettement illustré par la construction sur plusieurs décennies (Gauthiez, 2004, p. 305).

La datation de l’espace public

47Dater l’apparition des rues, de leur élargissement, et plus généralement l’espace public au sens de la voirie, a été tenté déjà il y a plusieurs décennies par F. Mallet pour le centre de Marseille (1972, p. 33) et le quartier des Halles à Paris (Boudon et al., 1977, Pl. 2). Cette datation avait été faite en comparant des plans successifs. La datation ici présentée, qui porte sur une partie du centre de Lyon, descend au grain le plus fin des créations ou élargissements, dus notamment au reculement des façades à l’occasion des reconstructions. Il ne s’agit donc pas d’une datation par tranche chronologique (même si l’expression graphique est faite selon une périodicité, reprise de celle utilisée pour le bâti, pour donner une lisibilité à la carte), mais d’un découpage fait sur la base des événements décomposés et renseignés individuellement. Cette datation fait apparaître des événements comme des ouvertures de rues et de places, d’époques variées, mais aussi, dans les reculements en particulier de l’époque moderne, une politique systématique d’élargissement des rues menées par groupes d’immeubles conjoints (Gauthiez, Zeller, 2013). Cette cartographie permet donc dans ce cas d’identifier une politique d’aménagement non mentionnée explicitement dans les sources, et pourtant appliquée avec attention et continuité dans l’espace de la ville entre 1630 et la fin du XVIIIe siècle, avec une période plus intense dans la seconde moitié du XVIIe siècle. L’examen de la création des places fait aussi ressortir de nombreuses créations de petite ampleur, aménagées à partir de l’achat d’une ou deux maisons, et que la datation des unités de construction et les textes nous font percevoir comme accompagnées de la volonté de former un décor architectural de qualité. Cette politique a été très active dans les décennies antérieures à 1680. Ces espaces ne subsistent que partiellement du fait des transformations et substitutions successives, mais la datation précise et l’information sur les circonstances de production permettent d’informer un espace actuel autrement privé de sens ou auquel on attribue un sens généralisé par défaut.

Pl. hors texte. 3 Carte de datation de la création des espaces de voirie du centre de Lyon https://geocarrefour.revues.org/​lodel/​edition/​index.php?do=view&id=9618

©B. Gauthiez

On perçoit immédiatement la grande complexité de la constitution des espaces de voirie, ses grandes phases et leur logique : places et rues nouvelles de la Renaissance, élargissements et places de l’époque moderne, lotissements de la première moitié du XIXe siècle, percées de la seconde moitié, rénovations localisées au XXe siècle. Les rues laissées en blanc sont pour l’essentiel médiévales.

48On peut aussi faire la carte, par projection non pas verticale mais horizontale, des objets constituant une façade d’immeuble, une méthode beaucoup utilisée par les archéologues du bâti (coll. 2013). Au-delà de ces cartographies de datation, on entre dans un domaine très peu exploré, voire pas du tout, et de plus difficile à renseigner, du fait de la difficulté d’accès à l’information. On peut s’interroger sur le même mode sur les aménagements de voirie et le mobilier urbain, les devantures des boutiques, la peau des immeubles, les fenêtres et baies. Chacun de ces espaces est susceptible d’une approche géomorphologique.

Photo 2 : Le revêtement de la voirie, rue Longue

Photo 2 : Le revêtement de la voirie, rue Longue

B. Gauthiez

La voirie est en espace qui échappe à l’enquête géographique et historique. Elle est pourtant susceptible d’une datation et d’une analyse spatiale tout autant que le bâti. On lit sur cette image de nombreuses interventions : pavage, recouvrement par du bitume, réparations, pose de regards de visite de différents réseaux, marquages au sol.

De la matérialité à la rémanence : la nature des faits transmis

49La matérialité des faits est, si on les décompose aux niveaux d’échelles pertinents et en fruits de processus de production, potentiellement très complexe. Comprendre cette matérialité est un enjeu en matière de recherche, parce que cela est susceptible d’apporter des découvertes importantes. Il apparaît aussi que le visible est beaucoup plus complexe que la pensée courante ne le laisse supposer. L’exemple de la maison place Meissonnier le montre bien, auquel on peut ajouter l’âge de la peinture de la façade, celui des menuiseries, des éléments apposés sur la façade… La compréhension de l’édifice implique une décomposition en plusieurs niveaux de lecture et d‘information. Il faut insister ici sur notre méconnaissance presqu’absolue du rapide (mais quels sont ses rythmes ?, ses logiques ?) processus de remplacement de la partie superficielle des objets qui se présentent à nos yeux.

Les traces et rémanences

  • 23 C’est à peu près ce qu’André Corboz appelle le palimpseste (Corboz, 2001).

50Cette complexité, bien sûr, augmente avec la profondeur du temps. Prenons un morceau de ville à peine achevé. Tout est cohérent et quasi synchronique : voirie, bâtiments, aménagements divers, peintures… Prenons un morceau de ville ancien, la rue Saint-Jean à Lyon : la rue date du Moyen Âge, mais elle a été élargie en de nombreuses occasions surtout aux XVII-XVIIIe siècles, son pavé date des années 1980, les immeubles qui la bordent ont été érigés du XVe au XIXe siècle, et d’autant plus transformés qu’ils sont anciens. Les fenêtres ont connu jusqu’à quatre ou cinq états, les menuiseries des restaurations ont au plus trente ans, les devantures moins, les caméras de surveillance encore moins. Dans cette forme coexistent des faits à la logique compréhensible au moins en partie, comme les immeubles et les devantures, et des restes d’objets plus ou moins effacés et ne subsistant qu’à l’état de traces infimes, comme une limite parcellaire médiévale qui ne correspond plus à aucun bâti ni à aucune voirie du même âge, ou un élément de décor replacé lors d’une reconstruction de la façade, ou encore ces substructions plus anciennes englobées dans des agrandissements ultérieurs et devenues invisibles23. On est ici en présence d’un phénomène de rémanence.

La trace par transmission, substitutions multiples

51Cette histoire de la production successive de morceaux d’espaces, conduit à des situations encore largement impensées. Reprenons l’exemple de la rue St-Jean. Son existence est attestée au XIIe siècle dans les textes, et la méthode régressive d’étude de la topographie des villes, qui s’appuie en particulier sur l’inertie des structures parcellaires, permet d’assurer que son emplacement n’a pas bougé depuis. Cependant, une part importante des maisons ont vu leur façade reconstruite selon un alignement en retrait à l’époque moderne. Cela pourrait avoir été aussi le cas antérieurement, mais on n’a aucune information pour le dire à ce jour (l’information est disponible en partie sous la surface actuelle du sol, sous la forme de vestiges des époques correspondantes). Les rives de la rue médiévale ne sont donc pas connues précisément, en tout cas elle était plus étroite. Comme il en va souvent des rues médiévales dans les villes européennes, leur niveau a été relevé plusieurs fois au fil du temps, lors des travaux de réfection de sa surface, au total de 1 à 3 m. Et la surface a été refaite en réutilisant des pavés taillés au XIXe siècle et neufs vers 1980. La rue actuelle n’a donc rien de médiéval dans son altimétrie, ni dans sa matérialité, ni dans ses limites précises. Et pourtant, l’espace actuel est bien le descendant, sans discontinuité, de l’espace médiéval. Il paraît donc abusif de parler d’une rue du Moyen Âge (disons le XIIe s.), puisqu’on marchait alors certainement au moins un mètre plus bas, dans une rue plus étroite, bordée d’autres bâtiments, sur une surface différente, dans une ambiance difficile à imaginer. Cependant, malgré les substitutions multiples, mais aussi grâce à elles, la forme s’est en partie transmise.

52D’autres exemples illustrent aussi la transmission partielle d’un espace, la continuité dans le temps liant des espaces matériels très différents par une chaîne de petites ou grandes transformations, à dater et contextualiser pour comprendre l’enchaînement : le pont du Rhône, pont de la Guillotière actuel, ou encore, dans une ville comme Turin, ces rues au tracé local irrégulier, mais dont la ligne d’ensemble est droite, héritières des rues rectilignes de la ville romaine. On est, dans le cas de la rue Saint-Jean et du pont de la Guillotière, en présence de traces qu’on pourrait qualifier de rémanentes. La matérialité qui a donné sa configuration d’origine au lieu n’existe plus mais, du fait d’une chaîne de transformations successives qui ont conduit à sa disparition tout en construisant une autre matérialité, il y a perduration d’éléments spatiaux.

53Cependant, la perception sociale de ces phénomènes s’affranchit de leurs temporalité et spatialité concrètes et les constitue comme des unités. Parfois même, un événement a pu effacer toute trace d’un état matériel antérieur, mais cet état a pu être reconstitué, à un niveau différent, parce que la limite parcellaire a été rematérialisée à peu près au même endroit. Ainsi, Chouquer a été conduit à supposer une propriété géographique du lieu parce qu’on trouvait une limite de propriété sur la même ligne, avec un léger déplacement, qu’une matérialisation de même nature antérieure, sous un dépôt alluvial l’ayant recouverte. Comment expliquer cette continuité alors même qu’il y a discontinuité matérielle ? De même, cet auteur s’interroge sur les raisons de l’éventuelle perduration d’une centuriation antique pendant des siècles, avec plusieurs mètres de décalage en altimétrie (Chouquer, 2009, p. 219-224). L’hypothèse s’impose dans ces deux cas d’un processus social qui n’a pu manquer de faire son effet, à savoir que les usagers ont cherché à rétablir de façon plus ou moins précise le marquage parcellaire antérieur du lieu, support de la continuité de son occupation, par-delà des phases d’alluvionnement plus ou moins catastrophique. La continuité est ici chez les producteurs et tenants de l’espace. La parcelle, espace juridique et économique, existe d’abord comme un objet social, indépendamment de son marquage matériel. L’événement catastrophique est dépassé par la recréation/reproduction de l’état spatial antérieur dès lors que les droits et pratiques afférents continuent d’exister. C’est un même processus qui conduit, après un incendie urbain, à conserver l’organisation antérieure, du moins pratiquement toujours avant le XVIIIe siècle. L’inertie de la forme spatiale est due à la fois aux propriétés physiques de ses composants, bâtiments, clôtures, qui empêchent notamment les empiètements sur les voisins, et aux modalités sociales de l’occupation du sol, droit de propriété, contrôle de l’espace public (Gauthiez, 1999, p. 19-20 ; Heeling, Meyer, Westrik, 2002, p. 16-20).

54Outre l’explication par le processus social - le maintien de la structure spatiale de la propriété a toujours été un facteur très puissant dans le maintien des formes - la contrainte exercée par l’existant au moment de chaque production d’un morceau d’espace matériel a fortement exercé sa pression sur les aménagements nouveaux (Roncayolo, 1988, p. 47-48). Dans le cas d’un pont, les accès sont une contrainte forte dès lors qu’ils existent. Dans le cas d’une rue, la présence de bâtiments riverains et l’inertie des limites qui les séparent, à la fois sociale et matérielle, empêchent tout déplacement, sauf circonstances particulières.

Substitution et reconstitution : la métaphore des Monuments Historiques

55On voit donc qu’un élément de l’espace perdure de deux façons. L’une est sa matérialité intrinsèque, produite à un moment donné, l’autre est la contrainte qu’il exerce sur son environnement par sa nature sociale et matérielle, et le cadre de contrainte que constitue, pour les mêmes raisons, son environnement.

56L’histoire de l’art considère traditionnellement un objet dans son idéalité conceptuelle, que doit refléter la matérialité. D’où longtemps un intérêt marqué pour les ‘œuvres’ entières et non modifiées, lisibles, non ‘dénaturées’. C’est bien sûr un peu ennuyeux dans l’approche des bâtiments anciens, dont, tendanciellement, la transformation est d’autant plus importante que le temps a passé. La transformation aura opéré par ajout ou retrait de parties de bâtiment, modification des baies, réfection des toitures, ‘modernisations’ diverses comme au XIXe siècle ces arrivées du gaz qu’on taille dans les piédroits des portes pour y placer des tuyaux de plomb. S’y seront ajoutés l’usure naturelle par l’action des microorganismes et autres algues, lichens et végétaux, celle du climat par la pluie, les changements de température, l’exposition à la lumière, la pollution ; et bien sûr l’usure due à l’usage. On aperçoit ici le dilemme de l’action en matière de monuments historiques : soit l’on conserve le plus possible en l’état, avec les effets de ces transformations, le bâtiment reste irrémédiablement altéré par ces divers effets intervenus dans le temps; soit l’on restitue les parties affectées et il perd tout aussi irrémédiablement, par l’effet de l’architecte, sa profondeur chronologique et la richesse des effets des événements qui l’ont touché dans le temps. Dans un cas, la richesse d’information portée par l’objet est très grande mais complexe, dans le second, elle est réduite à une idéalisation contemporaine, d’autant plus que souvent on restitue les parties affectées par probabilité, puisque les éléments originaux ont disparu.

  • 24 La comparaison avec la médecine cosmétique actuelle s’impose.

57De ce point de vue, l’observation de la pratique contemporaine en matière de restauration est saisissante : on restaure de plus en plus souvent, de façon toujours aussi modernisante, on n’accepte même plus qu’une église emblématique ne soit plus blanche, par refus du vieillissement et du temps qui passe. Or, il ne semble y avoir trace en archive d’aucune opération de nettoyage d’une église, cathédrale ou autre, avant les restaurations/transformations du XIXe siècle. En blanchissant, on s’éloigne encore plus des réalités passées pour matérialiser une idée actuelle de l’objet. Un joli paradoxe : un édifice ancien ‘canonisé’ est transformé en édifice moderne, en avatar d’une forme qu’il n’a jamais eue, toujours réparé pour garder autant que possible cet état idéal atemporel24.

L’omniprésence du neuf

58Il s’agit en fait d’une nouveauté assez radicale dans l’espace de nos villes. Ce que nous percevons, la peau des bâtiments, celle de la voirie, est extrêmement jeune, au plus quelques décennies. Le plus ancien est couvert, et de plus en plus difficile à percevoir tant le remplacement des baies, des décors, est rapide. Les structures restent, de même l’emplacement des espaces publics, mais nous sommes environnés d’une matérialité de plus en plus jeune constituant un habillage, la surface seulement de ce qui nous entoure. Les effets du vieillissement sont systématiquement combattus. On valorise culturellement l’âge, mais à condition de l’habiller de neuf, voire de le reconstituer pour le rendre présentable, sans profondeur chronologique autre qu’idéalisée. Jamais dans l’histoire ce que nous percevons n’a été aussi neuf.

  • 25 Aucune couleur n’est jamais mentionnée dans la période 1600-1827, étudiée systématiquement (AML, re (...)

59Cette nouveauté se saisit bien lorsqu’on compare par exemple le paysage urbain d’aujourd’hui à ce qu’on en peut savoir pour le XVIIe siècle. La peau est alors souvent en lambeaux… Les autorisations de réfection des enduits de façade et de leur blanchiment25 ne touchent en moyenne un immeuble que tous les 100-150 ans, ce qui signifie qu’entretemps la façade subit pleinement les effets du vieillissement dus aux intempéries et à une réalisation parfois médiocre, traces de ruissellement de la pluie et des fuites des gouttières, salissure générale, portions d’enduit tombées laissant à nu la maçonnerie du mur. Le pavé n’était pas non plus refait fréquemment, et donc marqué de trous, d’irrégularités, d’espaces humides et boueux à l’occasion. Les effets du temps étaient beaucoup plus perceptibles qu’aujourd’hui.

Conclusion

60L’approche chronologique de l’espace matériel, portant sur des unités correspondant à des processus de production/transformation socialement constituées et isolables, contribue donc à une compréhension plus riche et fine de l’espace urbain. Elle montre et donne des éléments de compréhension de la trans-chronie du paysage perçu, qui associe des faits d’époques différentes dans un même présent. Ainsi, un bâtiment du XVIIe siècle peut perdurer, mais, considéré aujourd’hui, sa toiture aura été refaite quatre ou cinq fois, de même que les baies des fenêtres, sa façade aura été repeinte et replâtrée deux ou trois fois jusqu’au XIXe siècle, mais autant au XXe, et la dernière fois depuis moins de trente ans ; les devantures de ses magasins auront aussi changé, pour une dernière fois peut-être depuis en moyenne moins de vingt ans. Cet immeuble longe une rue qui peut être contemporaine, mais tout aussi bien antérieure de plusieurs siècles, tout en ne pouvant être reconnaissable comme telle, parce qu’elle aura été élargie et redressée à l’occasion de la reconstruction à des dates diverses – d’où des élargissements parfois discordants – des immeubles riverains. Nous percevons au présent des objets aux âges variés, mais à la peau souvent très récente relativement à l’âge de ce qui est habillé. La compréhension nécessite ici la dissociation des interventions successives, le dépassement d’un tout englobant, l’immeuble, qui nous empêche d’analyser.

61On peut donc conclure sur l’identification de trois temporalités bien distinctes, même si leurs domaines peuvent se recouvrir pour partie :

62La temporalité superficielle : celle des surfaces fréquemment refaites, ou usées par le temps, des dispositifs comme les fenêtres et les devantures, de la végétation annuelle. C’est, surtout, la peau de ce que nous voyons, sa surface.

63La temporalité structurelle : celle des constructions, des aménagements de voies, des arbres, de la géologie. Cela correspond principalement aux formes perçues.

64La temporalité rémanente : celle des structures disparues dans leur matérialité, mais encore lisibles par les contraintes qu’elles ont données et les continuités qu’elles ont générées. Nous la percevons soit indirectement par une lecture informée de l’espace, soit par les représentations, plus ou moins justes, qui en sont véhiculées culturellement.

Haut de page

Bibliographie

ALLAIN R., 2004, Morphologie urbaine. Géographie, aménagement et architecture de la ville, Paris, Armand Colin, 254 p.

ARNAUD J.-L., 2008, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Marseille, Parenthèses/MMH, 233 p.

BACHELARD G., 1953, Le matérialisme rationnel, Paris, PUF, 225 p.

BACHELARD G., 1957, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 215 p.

BARTHES R., 1957, Mythologies, Paris, Seuil, 235 p.

BARTHES R., 1985, L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, 363 p.

BENOIST J., 2001a, Rompre avec l’idéalisme historique : re-spatialiser nos concepts, in BENOIST J., MERLINI F. (éd.), Historicité et spatialité. Le problème de l’espace dans la pensée contemporaine, p. 97-116.

BENOIST J., 2001b, En quoi la géographie peut-elle importer à la philosophie ?, in BENOIST J., MERLINI F. (éd.), Historicité et spatialité. Le problème de l’espace dans la pensée contemporaine, p. 221-247.

BENOIST J., MERLINI F., 2001 (éd.), Historicité et spatialité. Le problème de l’espace dans la pensée contemporaine, Paris, Vrin, 255 p.

BERGERON L., RONCAYOLO M., 1974, De la ville préindustrielle à la ville industrielle. Essai sur l’historiographie française, Quaderni Storici, 27, p. 827-41 ; p. 858-876.

BERTRAND G., 2005, Le paysage entre la nature et la société, in ROGER A. (dir.), La théorie du paysage en France (1974-1994), Seyssel, Champ Vallon, p. 88-108.

Boudon F., Chastel A., Couzy H., Hamon F., 1977, Système de l’architecture urbaine. Le quartier des halles à Paris, Paris, CNRS, 2 vol., 414 p. + 32 pl.

CANIGGIA G., MAFFEI G. L., 2008, Lettura dell’edilizia di base, nuova edizione, Florence, éd. Alinéa, 280 p.

CHOUQUER G., 2009, Ce que le temps fait aux formes planimétriques : du péché originel de l’analyse de la morphologie agraire à sa réhabilitation, Géocarrefour, 84-4, p. 217-228.

Città di Torino, 1988, 1-I Quaderni dell’arredo urbano. L’arredo commerciale storico, Turin, Città di Torino.

CLAVAL P., 2005, Géographie et temporalités, in Boulanger Ph., Trochet J.-R. (dir.), Où en est la géographie historique ? Entre économie et culture, Paris, L’Harmattan, p. 43-62.

Coll., 2013, L’archéologie des bâtiments en question. Etudier nos bâtiments, un outil pour les connaître, les conserver et les restaurer, Liège.

CONZEN M.R.G., 1960, Alnwick, Northumberland : a study in town-plan analysis, Londres, George Philip, 122 p.

CONZEN M.R.G., 1968, The use of town plans in the study of urban history, in DYOS H. J., The study of urban history, Londres, Edward Arnold, p. 113-130, 400 p.

CORBOZ A., 2001, Le territoire comme palimpseste et autres essais, Genève, Editions De l'imprimeur, 288 p.

DAGOGNET F., 1977, Une épistémologie de l’espace concret, néo-géographie, Paris, Vrin, 224 p.

FLORMAN S.C., 1994 (1ère éd. 1976), The existential pleasures of engineering, Londres, Souvenir Press, 162 p.

GAUTHIEZ B., 1999, Approche morphologique des plans de villes, archéologie et sources écrites, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 16, p. 17-25.

GAUTHIEZ B., 2003, Espace urbain. Vocabulaire et morphologie, Paris, Monum’, 495 p.

GAUTHIEZ B., 2004, Des unités pertinentes pour mesurer la ville, Histoire et mesure, XIX-3/4, p. 295-316.

GAUTHIEZ B., 2007, Un inventaire, des inventaires », Secteurs sauvegardés, ZPPAUP et PLU patrimoniaux, actes du séminaire de Chinon, Paris, Association nationale des villes et pays d’art et d’histoire et des villes à secteur sauvegardé et protégés/ministère de la Culture et de la Communication, p. 121-128.

GAUTHIEZ B., 2014, Les fenêtres de Lyon, architecture et anthropologie, 1650-1900, in CASAMENTO A. (dir.), Il Cantiere della Città, Rome, Kappa, p. 221-248, 324 p.

Gauthiez B., Zeller O., 2013, Le dédommagement des reculements, un instrument de la politique d’aménagement à Lyon aux XVII-XVIIIe siècles, Histoire et mesure, XXVIII-1, p. 45-73.

Gauthiez B., Zeller O., 2014, Lyons, the spatial analysis of a city in the 17th and 18th centuries. Locating and crossing data in a GIS built from written sources, in SCHÖNHERR E., RAU S. (ed.), Mapping spatial relations, their perceptions and dynamics. The city of today and in the past, Springer Verlag, p. 97-118, 214 p.

GRATALOUP Ch., 2005, Géographie historique et analyse spatiale : de l’ignorance à la fertilisation croisée, in BOULANGER Ph., TROCHET J.-R. (dir.), Où en est la géographie historique ? Entre économie et culture, Paris, L’Harmattan, p. 33-42, 346 p.

Halbwachs M., 1928, La population et les tracés de voies à Paris, Paris, Alcan, 275 p.

HEELING J., MEYER H., Westrik J., 2002, Het ontwerp van de stadsplattegrond, Amsterdam, SUN, 176 p.

Johnson J., Rosenburg L., 2010, Renewing Old Edinburgh. The Enduring Legacy of Patrick Geddes, Argyll, Argyll Publishing, 287 p.

Kant E., 1999, Géographie, Paris, Aubier, 394 p.

KEYSER E., 1963, Der Stadtgrundriss als Geschichtsquelle, Studium Generale, 6, p. 345-361.

Kretzschmar J., 1908, Der Stadtplan als Geschichtsquelle, Deutsche Geschichtsblätter, 9, p. 133-141.

LARKHAM P.J., JONES A., 1991, A glossary of urban form, Londres, Historical Geography research Series 26, Institute of British Geographers, 95 p.

LEFEBVRE H., 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 487 p.

Levy A., 2005, Formes urbaines et significations : revisiter la morphologie urbaine, Espace et société, 122, p. 25-48.

Lussault M., Levy J. (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

MALLET F., 1972, L’âge des voies du centre de Marseille, Bulletin de l’Association des géographes Français, 395/396, p. 31-35.

MANTZIARAS P., 2001, Rudolf Schwartz et l’aménagement du territoire. Des principes topologiques pour une herméneutique de l’histoire, in BENOIST J., MERLINI F. (éd.), Historicité et spatialité. Le problème de l’espace dans la pensée contemporaine, p. 27-54.

Marcuzzi M., 2001, L’écriture de l’espace dans la Géographie physique de Kant, in BENOIST J., MERLINI F., (éd.), Historicité et spatialité. Le problème de l’espace dans la pensée contemporaine, p. 117-39.

Paustowsky K., 1983, Beginn eines unbekannten Zeitalters: Erzählungen von Leben, Frankfurt/Main, Fisher, 246 p.

PEREIRA S. G., 1998, A réforma urbana de Pereira Passos e a construçao da idendidade carioca, Rio de Janeiro, Universidade Federal de Rio de Janeiro, 274 p.

PINON P., 1996, Les lotissements dessinent la ville, in Le XIIè arrondissement. Traditions et Actualités, Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, p. 160-165.

Poëte M., 1933, L’évolution du plan des villes, Bulletin du Comité international des sciences historiques, 20, p. 526-537.

Quatremère de Quincy A., 1832, Dictionnaire historique d’architecture, 2 vol., Paris, Adrien Le Clere et Cie, 731+732 p.

RONCAYOLO M., 1988, La morphologie entre la matière et le social, entretien avec G. Burgel et Ph. Genestier, Villes en parallèle, 12/13, p. 42-59.

RONCAYOLO M., 1997, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 295 p.

SCHLÖGEL K., 2003, Im Raume lesen wir die Zeit. Über Zivilisationgeschichte und Geopolitik, Münich-Vienne, Carl Hanser, 567 p.

SCHWARTZ R., 1949, Von der Bebauung der Erde, Heidelberg, Lambert Schneider, 193 p.

SodeZZA G., 2014, Héritage et patrimoine dans l’aménagement de la vallée du Giers, vers la définition d’une nouvelle politique patrimoniale pour l’espace stéphanois, thèse de doctorat, Université Lyon 3 Jean Moulin.

SOJA E.W., 1989, Postmodern geographies. The reassertion of space in critical social theory, Londres-New York, Verso, 266 p.

WEHDORN M. (dir.), 2011, Baualtersplan Wien-innere Stadt, Vienne, Freytag&Berndt, 88 p.

Whitehand J.W.R., 1981, Background to the urban morphogenetic tradition, in Whitehand J.W.R. (éd.), The urban landscape: historical development and management. Papers by M.R.G. Conzen, Londres, Academic Press, p. 1-24, 166 p.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 « Dans l’espace nous lisons le temps ».

2 Sur ces questions voir notamment Conzen, 1968 ; Gauthiez, 2004 ; Allain, 2004 ; Arnaud, 2008, et les débats dans la revue Urban Morphology.

3 Bertrand : « Le paysage n’en est pas moins une structure matérielle, concrète et ‘objective’, c’est-à-dire indépendante de l’observateur ». Il insiste aussi sur « Renoncer à la démarche idéaliste et à ce qui constitue, au moins dans la pratique actuelle, son principal corollaire, l’analyse sectorielle du paysage ‘vécu’ ou ‘perçu’ » (1995, p. 96 ; p. 98).

4 Sur la définition de ces mots et expressions : Gauthiez, 2003.

5 « La plus petite aire urbaine ou région morphogénétique à l’intérieur de l’organisme urbain, ayant des caractères différents des aires voisines par la combinaison des éléments morphologiques constitutifs ; elle est définie par le caractère localisé du tissu urbain constitué par les types architecturaux propres à la période », p. 201 (trad. de l’auteur).

6 Sur les idées d’Abreu, voir Pereira 1998, p. 24-25.

7 Caniggia et Maffei parlent bien d’un bâtiment comme d’un produit (prodotto), mais n’ont pas perçu l’historicité très particulière du processus de production (Caniggia, Maffei 2008, p. 52).

8 D’une certaine façon, cette recherche s’inscrit dans la perspective de la « géographie continuée » dont une histoire nouvelle pourrait être issue, telle que l’aborde Marcuzzi (2001, p. 122) à partir de la Géographie physique de Kant (1999). Sur l’importance de l’empiricité en géographie, voir notamment Benoist 2001, p. 226-227. « Le paysage des géographes est une chose qui se voit (et qui, étant vue, doit être dépliée, analysée, expliquée dans sa totalité) » (Kant, 1999, p. 163).

9 Cf. Schwartz, 1949, p. 41: « une coupe horizontale à travers l’histoire est une sorte de béton constitué des restes du passé », cite par Mantziarias, 2001, p. 43.

10 Dagognet emploie la métaphore du film à propos de la géologie (Dagognet, 1977, p. 107).

11 Cf. les ponts de Gustave Eiffel ou l’ « Autoroute des Titans » (A 40) dans la traversée du Jura. Voir Florman, 1994, p. 119-126.

12 Voir Barthes sur « Sémiologie et urbanisme » (1985, p. 261-271). Soja associe le fonctionnalisme à un historicisme qu’on pourrait qualifier de trop univoque (1989, p. 32).

13 Dans des sociétés moins développées techniquement que les nôtres, ou peu ou pas monétarisées, ces moyens peuvent consister en main d’œuvre, savoir-faire et temps, apports en nature divers.

14 Une différenciation entre le groupe précédent et celui des immeubles individuels apparaît souvent autour de 3 000 m2 de terrain.

15 Une telle cartographie, fondée sur des périmètres d’intervention, ne porte en bibliographie que sur des catégories d’objets, par ex. les lotissements parisiens (Pinon, 1996), les rénovations urbaines du centre d’Edimbourg (Johnson, Rosenburg, 2010).

16 Les sources de la datation des aménagements urbains sont nombreuses et, à la différence des bâtiments, en général complexes, sauf pour le XXe siècle : plans et cartes, morphologie urbaine, dossiers aux archives municipales (dossiers par rues, par exemple), délibération des instances municipales et autres, dossiers de procédures d’aménagement à partir de 1919 : lotissements (AML), plus tard ZUP, ZAC, etc. (AML, AD, Archives de l’Equipement, du Grand-Lyon après 1969).

17 D’où la présence en cet endroit de bâtiments plus anciens, et le transfert successif du toponyme Bellecordière à l’ancienne rue Bourchanin.

18 Une telle datation a été tentée dans Boudon et al., 1977, p. 66-68, mais la documentation était alors insuffisante. Voir aussi Gauthiez, 2007.

19 Voir la cartographie de datation du centre de Vienne (Wehdorn, 2011), comparable à ce qui a été fait ici.

20 AML 315 WP 022.

21 AML 315 WP 77.

22 Un ami américain, lorsque j’habitais Genève, parlait délicieusement de « la saison des pique-marteaux ».

23 C’est à peu près ce qu’André Corboz appelle le palimpseste (Corboz, 2001).

24 La comparaison avec la médecine cosmétique actuelle s’impose.

25 Aucune couleur n’est jamais mentionnée dans la période 1600-1827, étudiée systématiquement (AML, registres DD, 315 WP, 316 WP).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation des rues nommées sur la planche hors texte 2
Légende (reproduction en NB de la planche, en format réduit, avec indication des rues nommées)
Crédits ©B. Gauthiez
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/9589/img-1.png
Fichier image/png, 211k
Titre Photo 1 : Immeuble à l’angle de la place Meissonnier et de la rue de Brest, Lyon
Légende Cet immeuble a été surélevé de deux étages vers 1500, puis à nouveau en 1826. Un atelier de photographe a été aménagé en 1878 en comble. Le rez-de-chaussée et le premier étage sont antérieurs, probablement médiévaux, mais leur transformation en façade en 1826 et celle des arcades à l’époque moderne, en 1808 et 1817, ont effacé tout décor médiéval. C’est ici l’identification des surélévations et de leur incohérence avec la répartition des baies du premier étage qui impose l’hypothèse d’une datation antérieure de la partie basse de l’édifice.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/9589/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 2 : Le revêtement de la voirie, rue Longue
Crédits B. Gauthiez
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/9589/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gauthiez, « Le temps dans l’espace des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour, vol. 89/4 | 2014, 283-296.

Référence électronique

Bernard Gauthiez, « Le temps dans l’espace des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour [En ligne], vol. 89/4 | 2014, mis en ligne le , consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/9589 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.9589

Haut de page

Auteur

Bernard Gauthiez

Université Lyon 3 Jean Moulin CNRS UMR 5600 Environnement, Ville, Société bernard.gauthiez@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals