Navigation – Plan du site

Les échanges touristiques entre la Pologne et l’Europe

Tourist exchanges between Poland and Europe
Marek Wieckowski
p. 59-64

Résumés

Le tourisme participe pleinement à l’intégration de la Pologne dans l’espace européen, mais de façon originale. En effet, à côté des touristes, elle accueille un nombre bien plus important de visiteurs étrangers qui viennent essentiellement pour faire du commerce. Les variations des flux des uns et des autres sont assez sensibles aux contraintes et aux atouts de nature politique et juridique liés à l’intégration européenne. Le bassin touristique polonais est essentiellement régional, transfrontalier. Les Polonais de leur côté participent de plus en plus aux échanges touristiques internationaux. La diversification des moyens de transports a joué en ce sens un rôle décisif. Les effets à court terme de l’intégration sont manifestes sur l’activité touristique ; le pays doit trouver les conditions d’en pérenniser la croissance.

Haut de page

Texte intégral

1L’une des mutations économiques les plus marquantes du XXe s. a été l’explosion du tourisme. Selon de nombreux chercheurs il constituera le secteur d’activité le plus important du XXIe s. Nous sommes entrés dans une société à individus mobiles (Stock, 2001) à laquelle le tourisme participe puissamment. La mobilité est un thème aujourd’hui majeur en géographie bien que l’analyse soit souvent réduite à la question des flux et de leur direction. Le poids économique du secteur touristique équivaut à celui des plus importantes industries modernes. G. Wackermann (1997) a bien expliqué la signification du tourisme dans un contexte macroéconomique : l’internationalisation rapide, puis la mondialisation ont d’abord intégré le tourisme aux activités tertiaires de pointe, et ensuite à l’économie en général. Le tourisme est à présent considéré comme un élément constitutif de la puissance économique d’un Etat et du commerce extérieur de celui-ci. Le tourisme international, caractérisé par des consommations spécifiques, constitue une exportation invisible qui participe directement à la balance des paiements. Il est trop souvent présenté comme la clé du développement volontariste de pays en difficulté. En fait, le secteur touristique représente selon les pays, un moyen soit d’enclencher un processus vertueux de développement économique et social, soit de soutenir la phase délicate de transition vers l’économie de marché (Caccomo, Solonandra-sana, 2001). Quelle place tient-il aujourd’hui dans l’économie et l’espace polonais ? Dans quelle mesure participe-t-il à l’intégration de ce dernier dans les dynamiques territoriales européennes ? Et à l’inverse, peut-on dire que l’adhésion à l’Union Européenne a facilité l’ouverture de l’espace touristique polonais ?

La place de la Pologne dans le tourisme européen

2Le tourisme est un phénomène social aux fortes implications spatiales. Les logiques spatiales du tourisme se dessinent à différentes échelles. Au sein du continent européen, des disparités importantes sont à souligner - les deux tiers des arrivées s’effectuent dans les régions occidentales et méridionales. Le premier bassin touristique mondial, le bassin euro-méditerranéen, attire 360 millions de touristes internationaux. Il est centré sur les rives de la Méditerranée, en particulier le littoral nord, de l’Espagne à la Turquie. Une auréole secondaire apparaît au nord de cette zone centrale. Elle couvre le reste du territoire français et se dilue plus loin vers le nord et l’est de l’Europe, en intégrant des pays comme les Pays-Bas, la Norvège, la Pologne et quelques lieux privilégiés de la Russie.

  • 1  Un touriste international est une personne qui voyage et séjourne dans un pays dont il n’est pas r (...)
  • 2  Un visiteur international est une personne qui franchit la frontière et passe à l’étranger quelque (...)

3En Europe médiane, les échanges relativement modestes entre pays frères ont cédé la place à une libéralisation du marché. Certains pays éprouvent d’importantes difficultés pour remplacer les clientèles perdues, à l’image des stations estivales bulgares et roumaines sur la mer Noire. D’autres, au contraire, connaissent une remarquable progression de leur activité, comme la Pologne, la Hongrie (10,5 millions de touristes en 1988 et 22,8 millions en 1993). Un rapide développement du tourisme international en Europe centrale a eu lieu dans les dix dernières années : elle a accueilli 73 millions de touristes en 2005. On peut l’expliquer par des facteurs politiques, économiques, culturels, et techniques (Lijewski 2003). La Pologne est en première ligne dans ce processus d’ouverture aux flux de population, en particulier touristiques. Elle est en effet devenue en quelques années l’un des plus importants pays touristiques au monde, grâce aux flux transfrontaliers. Chaque année séjournent en Pologne de 14 à 18 millions de touristes internationaux1 (19,5 millions en 1997) qui placent ce pays au début de la deuxième dizaine de destinations touristiques au monde (avant la Suisse, la Grèce). Le nombre de visiteurs2 est toutefois beaucoup plus élevé. Si l’on recense le nombre de personnes qui franchissent les frontières polonaises, on parvient à un chiffre plus important, de 62 millions en 2004 (et 89 millions pour l’année record de 1999). Presque la moitié proviennent d’Allemagne, le voisin plus important et le plus riche. Ces visiteurs viennent souvent pour effectuer seulement des achats, mais ils le font régulièrement. La Pologne aurait naturellement intérêt à les faire séjourner plus longtemps.

4En 1999, on estimait à plus de 6 milliards de dollars par an les dépenses directes des touristes internationaux. Les recettes provenant de cette activité représentent un peu plus de 4,5% du PNB polonais. Après quelques années de baisse des dépenses touristiques, la situation a changé en 2004 grâce à l’augmentation du flux touristiques (5,8 milliards de dollars en 2004) (fig. 1) .

Figure 1 : les dépenses directes des touristes et des visiteurs internationaux en Pologne (en milliards de dollars)

Source : GUS, 2005

5Si cette tendance se stabilise, elle va dans le sens d’un impact direct de l’intégration sur l’ouverture touristique des nouveaux pays entrants, et ouvre des perspectives intéressantes pour la Pologne.

Le rôle de l’Union Européenne dans le tourisme

6Dès 1990, l’économie touristique polonaise fut appréciée par des experts de l’UE, de la Banque Mondiale et du FMI comme un secteur modèle, par sa rapidité d’adaptation aux nouvelles conditions de l’économie de marché. Il fut admis que le tourisme offrait à la Pologne les chances d’une croissance rapide, en constituant un moteur du développement, susceptible d’entraîner d'autres secteurs de l'économie nationale. Cette opinion fut confirmée par l'attribution à la Pologne d’aides substantielles dans le cadre du programme TOURIN, prévu pour s’étaler sur trois étapes. Celles-ci devaient remplir les objectifs suivants : le soutien institutionnel et organisationnel du secteur touristique, la formation des cadres, le développement du tourisme dans les zones rurales et forestières, la mise en place d’une stratégie nationale de développement touristique, l’identification de cinq domaines de produits de marques touristiques (produits du tourisme d’affaires, urbain et culturel, rural, spécialisé, transfrontalier), et enfin la promotion du pays à travers l’Organisation Polonaise du Tourisme. En outre, depuis une dizaine d’années, les régions polonaises bénéficient de fonds préparatoires et structurels issus des programmes PHARE et INTERREG. De nombreux projets ont dores et déjà été financés par l’Union Européenne : ils concernent des études thématiques, la mise en place d’informations (tourisme, musée), d’échanges (scolaires, culturels, économiques, etc.), et l’amélioration de l’infrastructure touristique. L’existence d’un axe de développement du tourisme frontalier dans le programme TOURIN montre que la situation géopolitique de la Pologne dans l’espace européen lui ouvre des perspectives particulières : le statut des frontières est d’une importance capitale pour le devenir de l’économie touristique.

Changement du rôle des frontières

7L’ouverture des frontières après 1989 et surtout leur défonctionnalisation ont offert de nouvelles potentialités et perspectives. Dans le contexte de recomposition de l’Europe médiane, les frontières politiques s’ouvrent : cela ne signifie pas qu’elles s’effacent, mais plutôt qu’elles acquièrent de nouvelles fonctions. Les formalités de douane ont été réduites, le nombre des postes frontières a brusquement augmenté, par conséquent les flux transfrontaliers se sont accrus. Depuis 15 ans les zones frontalières ont ainsi changé de statut, profitant des flux touristiques. Le différentiel de pouvoir d’achat et de salaires engendre des mouvements transfrontaliers et du tourisme commercial. Cette dynamique fait le bonheur des bazars, mais aussi du tourisme qui fleurit le long de toutes les frontières, en prenant parfois des formes à la marge de la légalité (Wieckowski, 2005).

8L’ouverture des frontières et leur défonctionnalisation surtout, qui abaisse sensiblement ou fait pratiquement disparaître leur statut de filtre, font apparaître des complémentarités et des synergies. En 2004, après que la Pologne est devenu un membre de l’Union européenne, les frontières du pays ont acquis deux types de rôles et de statuts. Les frontières avec l’Allemagne, la République Tchèque, la Slovaquie, la Lituanie et presque toute la frontière maritime sont devenues des frontières internes au sein de l’Union européenne. Pour ces espaces, le développement du tourisme sera peut-être plus facile. Les autres frontières, avec la Biélorussie, l’Ukraine et l’enclave de Kaliningrad sont devenues les bornes externes de l’Union européenne, et sont ainsi en situation de défense renforcée.

Figure 2 : Le nombre de franchissements de frontières de Pologne (en millions de personnes)

Source : Données des gardes-frontières

9En 1999, après plusieurs d’années d'augmentation des flux transfrontaliers, les franchissements de frontières de la Pologne par les étrangers ont atteint 89,1 millions de visiteurs internationaux. La diminution des flux par la suite s’explique notamment par l’application d’une politique de meilleur contrôle des frontières, demandé par l’UE avant l’adhésion.

Tableau 1. Le nombre d’arrivées d’étrangers aux frontières polonaises (en millions de personnes)

Frontière

1999

2004

Allemande

52,5

32,9

Tchèque

18,2

13,1

Slovaque

3,5

3,5

Ukrainienne

4,8

4,1

Biélorusse

5,1

3,8

Lituanienne

1,5

1,5

Avec l’enclave de Kaliningrad

1,1

0,7

Maritime

1,3

0,8

Aérienne

1,1

1,5

Toutes frontières

89,1

61,2

Source : données des gardes-frontières

10Peu avant l’adhésion de la Pologne à l'Union Européenne, on a introduit les visas pour les voisins de l'Est. Pendant la première année (d’octobre 2003 à septembre 2004), le nombre d'arrivées enregistrées sur les frontières russe, biélorusse et ukrainienne a baissé de 21%. Mais les mois suivants les flux sont repartis à la hausse. De même, après 2004, la fermeture des magasins en détaxe à bord des ferries a entraîné une contraction des flux d'arrivées, en particulier à Nowe Warpno (la baisse est de 55%) et à Swinoujscie (moins 25%). Seul le port de Gdynia voit son trafic de passagers augmenter (+18%). Le nombre d'arrivées d’étrangers par la voie maritime a atteint 1,4 millions en 2003 mais seulement 800 000 en 2004.

Touristes et visiteurs internationaux en Pologne

11La fin des régimes socialistes en Europe centrale et orientale a bouleversé l’organisation du tourisme dans ces régions. Après une période de hausse rapide du nombre d'arrivées d'étrangers en Pologne (1990-1996), les flux ont stagné à un niveau élevé dans les années 1997-1999 pour s’effondrer entre 1999 et 2002. La reprise entamée en 2003 se confirme (+19% entre 2003 et 2004) (fig. 2). La Pologne a enregistré au cours de l’année 2004 l’arrivée de 62 millions de visiteurs internationaux. Parmi ceux-ci, 75% sont des voyageurs en transit ou des excursionnistes présents sur le territoire polonais pour une journée.

12Du côté des visiteurs internationaux, les flux connaissent une sélection radicale en liaison avec l’intégration européenne. Depuis 2004 en effet, la hausse d’entrées de ressortissants de l’UE par les frontières terrestres est significative (en particulier du côté des frontières allemande et slovaque). Mais cette tendance s’observe aussi du côté des entrées par les aéroports (+30%). Parmi les 61,9 millions de visiteurs internationaux enregistrés en Pologne en 2004, 83% provenaient d’un pays de l’Union Européenne, et les Allemands à eux seuls représentaient 25%. Sur les frontières externes en revanche, les arrivées d’étrangers diminuent (les entrées ont diminué de 9,1%, en provenance de Biélorussie et de 5, 7% pour l’Ukraine).

13Le nombre de touristes internationaux est passé entre 1990 et 1999, de 3,4 millions à 18 millions pour redescendre à 14,3 millions en 2004 (fig. 3). Là aussi, les citoyens de l’Union Européenne sont largement majoritaires. Les causes de cette progression du tourisme international sont nombreuses et ne sauraient être réduites à l’effet de l’ouverture des frontières. Le différentiel de pouvoir d’achat et les écarts de niveau des salaires provoquent des flux frontaliers et du tourisme commercial. Mais il faut aussi évoquer l’évolution de l’accessibilité, l’amélioration de la qualité des lieux touristiques, la nature préservée et sauvage (en Mazurie, dans les Carpates), ou des facteurs historiques (par exemple le tourisme sentimental pour les Allemands dans les Territoires Recouvrés). Certes, la Pologne ne bénéficie pas de la réputation de destinations comme la France, l’Italie et bien d’autres : le fonctionnement des espaces touristiques reste dominé par des dynamiques régionales et la fréquentation d’une clientèle proche : la clientèle régionale représente 76% de la fréquentation touristique, et 94% de la fréquentation de visiteurs.

Figure 3 : Le nombre de touristes étrangers en Pologne (en milliers de personnes)

Source : Institut du Tourisme

14L’éventail des provenances des touristes en Pologne est très étroit : la part des 5 premières nationalités d’origine de ces touristes était de 77 % en 1995 mais est restée à un niveau élevé (73,8% en 2004). Le marché polonais est dominé par la clientèle allemande (5,2 millions, soit 36,6% des touristes internationaux). Le cas allemand, premier émetteur touristique européen (plus de 25% des journées de vacances des Européens et 790 millions de journées à l’étranger), illustre l’importance des flux de proximité : 84% des touristes allemands ne sortent pas de l’espace européen et 40 % séjournent dans un pays limitrophe. En Pologne, ils privilégient la fréquentation des régions comme la Poméranie et la Silésie. Les flux du tourisme international en Pologne se concentrent autour de grands pôles, comme des villes (Varsovie, Cracovie, Poznan), et des régions frontalières. Les régions de prédilection de ces touristes sont les voïvodies de Mazovie, de Grande Pologne, et de Lublin (fig.4 et fig. 5).

Figure 4 : Le nombre de touristes étrangers dans les voïvodies polonaises (en millions de personnes, en 2003)

Source : Institut du Tourisme

Figure 5 : Nombre de nuitées en hébergement collectif (en milliers)

Source : Institut du Tourisme

Le tourisme international des Polonais

15Le tourisme fonctionne aussi comme un facteur d’intégration dans l’autre sens, ce que révèle l’arrivée de touristes polonais dans les pays de l’Union Européenne. Le mouvement touristique vers l’Europe occidentale était autrefois strictement contrôlé. Ce n’est qu’à partir de 1989 que les déplacements touristiques furent pleinement autorisés. Grâce à la libéralisation politique, à l’ouverture des frontières, au libre accès aux passeports et aux devises et à l’ouverture vers l’économie de marché, le nombre de personnes qui voyagent en dehors de la Pologne a nettement augmenté depuis une quinzaine d’années. L’année 2000 constitue un pic : 10 millions de Polonais ont passé leurs vacances en-dehors de leur pays (fig. 6).La tendance a baissé depuis, jusqu’à 6 millions en 2004. Toutefois, le nombre de visiteurs polonais à l'étranger est beaucoup plus élevé. Si l’on recense ceux qui franchisent les frontières polonaises, on parvient à un chiffre nettement plus important, de 45,8 millions en 2002 (et 57,5 millions pour l’année record de 2000).

Figure 6 : Les touristes internationaux en Pologne en 2003

Figure 6 : Les touristes internationaux en Pologne en 2003

16La majorité de ces séjours de Polonais à l’étranger sont relativement longs : ils avaient une durée moyenne de 11,9 jours en 2001 et de 10,9 jours en 2003. La part de voyages typiquement touristiques augmente (54% en 2003), ce qui témoigne d’une augmentation générale du niveau de vie en Pologne. Mais le développement des moyens de transport a eu aussi une grande influence sur l’augmentation des déplacements touristiques internationaux, et cela surtout par la diffusion de l’automobile, le développement de l’offre de transports aériens et la multiplication de compagnies d’autocars internationaux. L’automobile est le moyen de transport le plus souvent utilisé dans le tourisme international, mais une grande partie de cette circulation est constituée de parcours locaux liés aux achats. La desserte en autocar est assurée par les agences de tourisme ou par des compagnies qui gèrent des lignes régulières. Dans les années 1990 le réseau de ces compagnies est devenu impressionnant : 326 liaisons régulières de transport en autobus partaient de la Pologne (vers 25 pays, dont tous les pays de l’UE à 15, sauf l’Irlande et la Finlande) avec un total de 17 800 parcours par semaine (Komornicki, 1996). L’avion est quant à lui utilisé le plus souvent pour les destinations lointaines. Grâce aux vols charter, les séjours à l’étranger deviennent accessibles aux catégories moyennes. La navigation maritime reste limitée aux lignes de ferry-boat vers les pays scandinaves.

Conclusion

17L’isolement, la marginalisation et le blocage politique dans lesquels la Pologne avait vécu depuis 50 ans avaient maintenu le pays dans un retard considérable, par rapport aux pays de l’Europe occidentale. Avec le début des années 1990, la Pologne a acquis l’image d’un espace exotique et attractif dans une certaine mesure pour les nouveaux visiteurs. Cette image se transforme, des pratiques touristiques d’un genre inédit apparaissent en Pologne comme dans d’autres pays d’Europe centrale (le tourisme médical, ou dentaire par exemple). On commence également à voir apparaître le phénomène d’achat de résidences secondaires par des étrangers. Mais pour l’essentiel, l’offre touristique en Pologne est fondée sur le tourisme d’achats, le séjour balnéaire ou de santé. La nature préservée et des paysages peu anthropisés constituent en cela un atout certain. Le pays offre aussi des prix bas pour toute la gamme d’intrants dont le tourisme a besoin pour se développer : coût du foncier, de la main-d’œuvre, etc. Puisque le tourisme contemporain s’appuie avant tout sur les déplacements automobiles et l’aviation, la Pologne a intérêt et besoin de moderniser son réseau routier (surtout autoroutier) et de développer l’offre aérienne (notamment les compagnies à bas prix).

18L’adhésion de la Pologne à l’Union Européenne a eu des effets économiques favorables dans le secteur du tourisme (création d’emplois directs et indirects) et contribue de manière significative à l’équilibre de la balance de paiements, avec un fort excédent du secteur touristique. En 2003, le tourisme international a généré des recettes de 3,6 milliards d’euros pour la Pologne. Avec presque 2,5 milliards d’euros de dépenses touristiques internationales la Pologne a enregistré un excédent de 1,1 milliards d’euros. Il devrait augmenter dans les années à venir. L’adhésion à l’Union Européenne a permis de relancer les flux touristiques internationaux vers la Pologne. La comparaison des nuitées d’étrangers dans les hôtels pour la saison estivale de 2004, par rapport à la même période en 2003 témoigne d’une forte augmentation (+26,9% soit 3 350 000 nuitées en 2003 et 4 490 000 en 2004).

19L'augmentation de la part d'arrivées de touristes d'Allemagne et d'Europe occidentale peut entraîner une hausse des recettes supérieure à celle du nombre d'entrées. Afin de maintenir cette tendance, et pour augmenter la rentabilité de l’économie touristique, il faut améliorer l’offre, la rendre concurrentielle sur le marché international. L’offre locale doit concourir à l’augmentation de la dépense journalière des touristes étrangers en Pologne. C’est une des conditions nécessaire pour que le tourisme participe encore plus efficacement à l’avenir à la modernisation du pays. Il le fait en soi, car c’est une activité complexe, mais aussi parce qu’il contient des aspects multiplicateurs sur l’économie et la société, qui joueront un rôle central dans le développement de la Pologne.

Haut de page

Bibliographie

BARTOSZEWICZ W., SKALSKA T., 2004, Zagraniczna turystyka przyjazdowa do Polski w 2003 [Le tourisme international en Pologne en 2003], IT Warszawa, 150 p.

BORNE-JANULA H. et al., 2004, Turystyka polska w 2003 roku. Uklad regionalny [Le tourisme en Pologne en 2003. Aspects régionaux], IT Warszawa, 150 p.

CACCOMO J.-L., SOLONANDRASANA B., 2001, L‘innovation dans l’industrie touristique. Enjeux et stratégies, L’Harmattan, Paris, 156 p.

DEWAILLY J.-M., 1990, Tourisme et aménagement en Europe du Nord, Paris, Masson, 243 p.

HALL D.R., 1998, Tourism development and sustainability issues in Central and South-eastern Euro-pe, Tourism Management, Vol. 19, n° 5, p. 423-431.

KOMORNICKI T., 1996, Bus connections between Poland and other European countries, Transport Reviews, Vol.16, n°2, p. 99-108.

LIJEWSKI T. 1994, Ruch turystyczny przez granice Polski i jego formy [Les flux touristiques et leurs formes sur les frontières polonaises], Turyzm, Vol. 4, n°1, p.35-41.

LIJEWSKI T. 2003, L’essor contemporain du tourisme international et ses conséquences spa-tiales, in AUPHAN E., DEZERT B. (réd.) L'Europe en mouvement. Population, transports, aménage-ment, tourisme, Paris, Ellipses, p. 105-115.

MAZURSKI K.R., 2000, Geographical perspectives on Polish tourism, GeoJournal, n°50, p.173-179.

MERLIN P. 2001, Tourisme et aménagement touristique. Des objectifs inconciliables ? Paris, La Documentation Française, 216 p.

SCHMIDT H–W, 2005a, Le tourisme dans l’Union européenne élargie, Eurostat, Statistiques en bref, n°13, 4 p.

SCHMIDT H–W, 2005b, Tendances du tourisme estival en 2004, Eurostat, Statistiques en bref, n°19, 4 p.

STOCK M. 2001, Mobilités géographiques et pratiques des lieux. Etude théorico-empirique à travers deux lieux touristiques anciennement constitués : Brighton et Hove (Royaume-Uni) et Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), Thèse de géographie, Université de Paris VII – Denis Diderot

Turystyka w 2002 r.[Le tourisme en 2002], 2003, GUS, Warszawa 204 p.

Turystyka w 2003 r. [Le tourisme en 2003], 2004, GUS, Warszawa 210 p.

WACKERMANN G. 1997, Loisir et tourisme dans les mutations de la société contemporaine. Réflexions sur un bilan scientifique, Montréal, Presses de l’Université de Québec, Vol. 20, p. 479-501.

WIECKOWSKI M., 2005, Création et fonctionnement des espaces touristiques frontaliers en Pologne, Géoéconomie, n° 33, p.35-49.

Haut de page

Notes

1  Un touriste international est une personne qui voyage et séjourne dans un pays dont il n’est pas résident, pour des motifs de loisirs, d’affaires et autres, et qui à cette occasion séjourne dans des lieux distincts de son environnement habituel, pour une période d’au moins une nuitée, et inférieure à douze mois consécutifs,.

2  Un visiteur international est une personne qui franchit la frontière et passe à l’étranger quelques heures sans passer de nuitée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marek Wieckowski, « Les échanges touristiques entre la Pologne et l’Europe », Géocarrefour, Vol. 80/1 | 2005, 59-64.

Référence électronique

Marek Wieckowski, « Les échanges touristiques entre la Pologne et l’Europe », Géocarrefour [En ligne], Vol. 80/1 | 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/967 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.967

Haut de page

Auteur

Marek Wieckowski

Instytut Geografii i Przestrzennego Zagospodarowania
Im. St. Leszczyckiego
Polska Akademia Nauk
Ul Twarda 51/55
01 818 Warszawa
E.mail : marekw@twarda.pan.pl

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals