Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Samuel Depraz, Ute Cornec et Ulrike Grabski-Kieron (dir.), Acceptation sociale et développement des territoires

Lisa Rolland
Référence(s) :

DEPRAZ S., CORNEC U. et GRABSKI-KIERON U. (dir.), 2015, Acceptation sociale et développement des territoires, Lyon, ENS éditions, 265 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, dirigé par des géographes et aménageurs, est issu d’un séminaire doctoral franco-allemand organisé en 2012 à l’Université de Lyon. Le projet éditorial formalise ainsi un réseau de jeunes chercheurs sur l’acceptation sociale, dans la continuité des recherches sur les dispositifs de participation et de gouvernance des politiques publiques. Les dix chapitres sont écrits surtout par des géographes mais aussi par des politistes, sociologues et historiens de l’art. La bibliographie, diversifiée et très riche, met en avant des travaux germaniques. Le fil rouge de l’ouvrage est présenté dès l’introduction autour du triptyque acceptation sociale, acceptabilité sociale et acceptance. L’acceptation est à la fois le « processus d’appropriation » (p. 245) et le « temps nécessaire à l’interconnaissance et à l’établissement de la confiance » (p. 246). L’acceptabilité sociale (Sozialvertäglichkeit), entendue comme une composante de situations conflictuelles, en est la solution espérée ou la cause (p. 14). Elle caractérise la réception de projets techniques et réglementaires (p. 15) ou dits innovants, en ce qu’ils proposent une nouveauté sociale (plutôt du côté des travaux allemands). Enfin, l’acceptance (Akzeptanz), relève d’une démarche subjective et individuelle, mise en avant dans les travaux.

2Le plan de l’ouvrage est décliné en thématiques : projets urbains, mobilités, gouvernance régionale, patrimoine naturel et culturel. Les terrains sont essentiellement urbains, en France ou en Allemagne pour la plupart. Quelques-uns représentent les situations des Suds, plus ruraux (Madagascar, Indonésie, et Colombie). La richesse des textes repose sur la présentation des méthodologies illustrées de figures, tableaux et photos ; mais aussi dans l’articulation entre approches conceptuelle et empirique sur les relations de pouvoir.

3L’ouvrage se compose de quatre parties. La première explique comment des projets urbains intègrent ou non l’acceptation sociale, sous l’angle de la rénovation urbaine et de la gentrification. La deuxième s’intéresse aux dimensions socio-environnementales de l’acceptation des politiques de transport et de mobilité, entre affichages et pratiques. Elle se conclut par un cahier méthodologique (dommage qu’il soit le seul de l’ouvrage, ainsi coupé de la réflexion d’ensemble) abordant l’enquête, la textométrie et la modélisation. La troisième s’attache à comprendre des modalités de gouvernance locale/régionale autour de jeux d’acteurs privés et publics. Enfin, la réception de logiques de protection ainsi que leur dimension symbolique sont détaillées à travers des exemples choisis dans les Suds, de la patrimonialisation de l’architecture ou d’aires protégées jusqu’au territoire.

4L’introduction propose une discussion originale de l’objet entre acceptation, acceptabilité et acceptance des politiques publiques d’aménagement, qu’il aurait été bienvenu de reconsidérer en conclusion. Les interactions entre les critères sociétaux et individuels de réception de projets d’aménagement sont entendues comme un système : la simultanéité des étapes en montre la complexité dans les contributions.

5Les auteurs décrivent et analysent différemment un double mouvement d’institutionnalisation : celui d’une intégration de l’acceptation sociale individuelle et sociétale dans les projets de développement territorial via des outils, critères et réseaux d’acteurs ; celui relevant davantage des discours (textuels, récits, plaquettes de communication institutionnelles à l’échelle européenne et locale des collectivités…), et qui montre les limites de la gouvernance effective. On peut se questionner sur la posture de l’acceptation sociale comme « changement nécessaire pour comprendre l’aménagement européen » (p. 7) : est-ce le but d’en identifier un ? La « nébuleuse » des termes et des dispositifs de participation donnant lieu à de nombreux travaux, l’acceptation sociale est-elle la (seule) solution ?

6Par ailleurs, si toutes les contributions insistent sur l’inscription plus ou moins réussie des projets en cours ou réalisés sous les vocables d’intégration des populations, d’innovation, de participation, etc., restent des questions, notamment : ces exemples sont-ils conciliables avec les visions des collectivités à long terme et illustrent-ils un modèle ? En outre, le choix de s’intéresser aux éléments subjectifs et ressentis des logiques de pouvoir est annoncé dès l’introduction (tableau très utile reprenant l’ensemble des objectifs des textes p. 29), mais l’on peut regretter une analyse plus systématique comprenant l’ensemble des acteurs. Quelles sont les visions communes et divergentes, s’il y en a, des collectivités, des partenaires et des citoyens qui les poussent à mettre en œuvre et à participer à ces logiques d’acceptation sociale ?

7En définitive, ces interrogations laissent entrevoir l’objectif des auteurs qui cherchent davantage à analyser les dimensions constructives de l’acceptation sociale, plutôt que de transposer à l’identique des réflexions dans des contextes territoriaux variés. De plus, l’ouvrage propose des réflexions sur un objet de recherche en émergence, et ce à travers une approche transnationale qui reste à développer chez les géographes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Rolland, « Samuel Depraz, Ute Cornec et Ulrike Grabski-Kieron (dir.), Acceptation sociale et développement des territoires », Géocarrefour [En ligne], 91/4 | 2017, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/9852

Haut de page

Auteur

Lisa Rolland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals