Navigation – Plan du site

Comportements hydrodynamiques et érosifs de sols d’un transect ouest-africain : synthèse sur des données issues de la simulation de pluies

Hydrodynamic and erosive behaviour of a west-African soil transect: a synthesis from rainfall simulator data
Jean Collinet, Jean-Claude Leprun et Jean Asseline
p. 311-334

Résumés

Des simulations de pluies menées sur des sols d’un transect de l’Afrique de l’Ouest ont permis de quantifier et comparer leurs ruissellements et érosions par domaines pédoclimatiques. La première partie décrit les milieux expérimentaux sahéliens, soudaniens et guinéens des vingt-six sites échelonnés des 15° N aux 05° N, présente le matériel, les protocoles et les méthodes d’analyses des données. La deuxième partie est consacrée à une représentation spatialisée des données en fonction des énergies érosives des averses ainsi qu’à une explication des évolutions des comportements en relation avec les traits pédologiques les plus efficients. Cette synthèse traite, avec les moyens informatiques et statistiques actuels, de données expérimentales collectées entre 1975 et 1980 ; il en ressort une nouvelle vision sur la distribution géographique des comportements des sols liée aux différenciations des domaines pédologiques et au développement d’organisations superficielles qui peuvent contrôler l’hydraulicité des sols. Ces organisations résultent de la dissipation des énergies des pluies sur des surfaces de stabilités variables. Ces organisations sont quasi pérennes dans le nord aride aux surfaces peu déclives, aux sols souvent sableux, à faible activité biologique et aux couverts végétaux contractés. Vers le sud humide, le couvert végétal devient continu et l’activité biologique y restaure une porosité donc une percolation profonde et un stockage hydrique dans des sols plus argileux. Cette étude à base expérimentale est une valorisation dynamique de documents cartographiques, mêmes anciens, pour des enseignants et les développeurs. Elle fournit aussi de nouvelles strates d’informations pouvant s’insérer dans des modèles à discrétisation spatiale et dans des systèmes d’information géographique.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 24 octobre 2012, accepté le 19 mars 2013.

Texte intégral

Nous tenons à remercier les deux rapporteurs anonymes qui, par leurs critiques et conseils, ont permis l’amélioration du manuscrit.

Introduction

1Vers 1930, les terres dénudées par la monoculture mécanisée du Middle West américain subissaient de graves érosions tant hydriques qu’éoliennes. Le «United State Department of Agriculture» prenait alors la décision d’équiper les zones vulnérables de nombreuses parcelles de ruissellement et d’érosion recevant des précipitations naturelles. Ces expérimentations ont permis d’obtenir un effectif d’informations autorisant une modélisation à bases expérimentales dont le plus célèbre exemple est la formule de prévision des érosions, la «USLE» de W.H. Wischmeier et ses collaborateurs, établie entre 1960 et 1978 (Wischmeier et Smith, 1978). Ce modèle global initial a été progressivement amélioré, notamment en ne considérant plus le sol comme un support inerte : USLE devint ainsi RUSLE 1 puis 2 (Kenneth et Renard, 2008). Le modèle initial, d’utilisation plus facile, a continué à être mis en œuvre dans les régions intertropicales cultivées où il garde au moins une valeur comparative. Ce fut le cas, après adaptations, des travaux de N.W. Hudson (1973) en Rhodésie (actuel Zimbabwe), et de E.J. Roose (1977, 1981) en Afrique de l’ouest. Ce dernier installa une dizaine de sites échelonnés du centre du Burkina Faso jusqu’au sud de la Côte d’Ivoire. Confronté à l’obligation de cumuler un grand nombre d’années d’observations, E.J. Roose fit construire en Côte d’Ivoire un simulateur de pluies de type Swanson. Cet appareil arrosant deux parcelles de 5 m² fut utilisé à partir de 1975 (Collinet et Lafforgue, 1975 ; Lafforgue et Naah, 1976 ; Collinet et Lafforgue, 1979 ; Collinet et Valentin, 1979). Un infiltromètre à aspersion arrosant 1 m² fut ensuite construit par J. Asseline et C. Valentin (1978) et utilisé à partir de 1980, d’abord sur les mêmes sites que ceux du grand simulateur, puis sur de nombreux autres sites en Afrique de l’Ouest (Valentin, 1981 ; Casenave, 1982; Casenave et al., 1982 ; Chevallier, 1982 ; Albergel et al., 1984; Valentin, 1986; Chevallier, 1988), en Amérique latine (Leprun, 1983 ; De Noni et al., 2001) et en Asie (Janeau et al., 2003). Une typologie des états de surface de la zone sahélienne associée aux comportements hydrodynamiques fut proposée par A. Casenave et C. Valentin (1989). Vers 1990, se construisirent dans les laboratoires européens différents simulateurs arrosant des sols reconstitués sur des dispositifs inclinables et allongeables. Ces techniques permettent une analyse fine de la mobilisation et du transport des charges solides, de l’organisation des flux, du rôle des rugosités induites par la culture et par la canalisation des flux (Le Bissonnais et al., 1995 ; Darboux et al. 2001 ; Römkens et al., 2001 ; Le Bissonnais et al., 2001 ; Planchon et al. 2002 ; Le Bissonnais et al., 2003). Comme les approches empiriques globales montrent leurs limites, des essais d’une meilleure appréhension des processus physiques élémentaires se poursuivent à travers une modélisation mathématique (Cerdan et al., 2001 ; Favis-Mortlock et al., 2001). Si ces modèles décrivent rigoureusement les dynamiques des composantes élémentaires des écoulements et des érosions, ils exigent en revanche une surparamétrisation des entrées du modèle et, plus gênant, trop de calibrations à sa sortie pour rendre compte des hétérogénéités spatio-temporelles des terrains d’application, donc un retour à un empirisme qui pollue le modèle et remet en cause la rigueur déterministe initialement revendiquée.

2Des connaissances importantes sont développées sur un ensemble de processus fonctionnels, qu’il s’agisse de tests de laboratoire ou de modélisation, mais ces progrès passent par une simplification des objets expérimentés allant parfois jusqu’à une artificialisation pure et simple. Il nous a semblé alors judicieux de pouvoir faire un retour en milieu naturel et notamment vers les sols tropicaux sur lesquels nous avions fait les premiers essais de simulation sur grandes parcelles. Ainsi, cette synthèse s’appuie-t-elle sur une banque de données provenant de six missions de terrain plus ou moins continues entre les années 1975 et 1981. Ces données ont reçu une nouvelle exploitation à la lumière de moyens analytiques et informatiques qui permettent d’affiner des résultats antérieurs (Collinet, 1988), voire en réorienter les conclusions dans les domaines suivants :

  • genèse des ruissellements, mobilisation des terres en fonction des énergies délivrées par des événements pluvieux simulés et par les flux de ruissellement et rôle des constituants et organisations pédologiques superficiels et profonds ;

  • spatialisation de ces informations par une explication des évolutions des dynamiques sur dix degrés de latitude de sols des zones tropicales sèches à humides et accès à une géographie des comportements ;

  • réflexion sur l’articulation des dynamiques pédogénétiques anciennes et actuelles, apports des unes sur les autres et extraction des informations nécessaires et suffisantes pour une valorisation dynamique des cartes pédologiques.

Sites

Climats et bilans hydriques

3Les sites du transect (fig. 1) s’étendent entre les 14° 37’ N (Oursi,) et les 5° 50’ N (Taï,). On passe en Côte d’Ivoire et vers les 8° N, d’un régime à une saison à celui à deux saisons des pluies Le tableau 1 permet toutes comparaisons latitudinales des pluviométries et des bilans hydriques mensuels pour les stations proches des sites expérimentaux. Selon ces données, un drainage nul existerait au nord des 14° N où, pourtant, mils et sorghos germent et se développent assez pour nourrir les populations. Seules des analyses à pas de temps plus courts pourraient rendre compte de l’utilisation d’apports hydriques fractionnés mais suffisants. Il faut noter que, en zone aride, il existe diverses formations végétales contractées qui utilisent les moindres précipitations pour conquérir les versants : c’est le cas des brousses tigrées où une succession d’impluviums dénudés collectent les écoulements et les déversent vers des rides isohypses ensablées et rugueuses. Ces dernières piègent les graines et se couvrent d’herbes puis d’épineux qui remontent progressivement le versant (Leprun, 1978 ; Ambouta, 1997).

Fig. 1 – Localisation des sites expérimentaux.
Fig. 1 – Location of the studied areas.

Fig. 1 – Localisation des sites expérimentaux. Fig. 1 – Location of the studied areas.

1 : ergs anciens (nord Burkina Faso), plateaux sur grés ferruginisés du Continental Terminal (sud Niger), sols peu évolués, P < 350 mm ; 2 : ergs anciens et récents, plateaux sur grés ferruginisés du Continental Terminal, sols isohumiques bruns rouges subarides, versants de 5 à 10 km, P < 500 mm ; 3 : plateaux cuirassés et gravillonnaires sur altérites ferrallitiques de roches ignées acides, lithosols et sols ferrugineux tropicaux sur des versants de 2,5 à 4 km, P < 1 200 mm ; 4 : modelés sur roches ignées basiques – butte à affleurements rocheux – dépressions périphériques – plateau cuirassé – piedmont gravillonnaire à lithosols, versant de 2 km à sols bruns eutrophes tropicaux souvent vertiques, P < 1 200 mm ; 5 : modelés des séquences transformantes – plateaux à sols ferrallitiques meubles rouges, liserés cuirasses à lithosols, piémonts gravillonnaires sur altérites granitiques, versant de 1 km à sols ferrugineux carapacés jaunes, sols hydromorphes, P : 1 200 à 1 500 mm ; 6 : collines convexo-concaves – sommet à sols ferrallitiques désaturés argileux gravillonnaires rouges – versants de 500 à 750 m à sols ferrallitiques argilo-sableux jaunes rougeâtres sur granites, P > 2 000 mm.
1: old aeolian sands (north of Burkina Faso), ferruginous sandstones plateau of the “Continental Terminal” geological layer (south of Niger), weakly developed arid soils, AR < 350 mm; 2: old and recent aeolian sands, ferruginous sandstones plateau of the “Continental Terminal” geological layer, isohumic red brown semi-arid soils, 5 to 10 km regular slope, AR < 500 mm; 3: ferruginous cuirasse and iron concretion plateau on ferrallitic weathering from acid igneous rocks, lithosols and ferruginous tropical soils, 2,5 to 4 km slope, AR < 1200 mm; 4: typical basic igneous rocks landscape with a) rocky residual relief, b) circular depression, c) ferruginous cuirasse table, d) lithosols on iron concretion in a colluvial glacis, e) 2,0 km slope with brown eutrophic and vertic tropical soils, AR < 1200 mm; 5: “Transforming soil system” landform, a) flat topped hill with typical ferrallitic red soils of average base saturation, b) thin ledge with lithosols on ferruginous cuirasse, c) steep slope with iron concretions, d) footslope with ignous rock weathering, e) 1,0 km regular slope with leached ferruginous soils, f) downslope with lateritic hardpan and hydromorphic soils, AR: 1200 to 1500 mm; 6: scattered hills landscape, convex interfluves, a) hilltop with highly unsatured red, gravelly and clayey ferrallitic soils, b) 500 to 750 m convexo-concave slope with highly unsatured yellow sandy clay ferrallitic soils on acid ignous rock weathering, or, downslope, on iron hardpan horizons, c) flat bottomed valley with hydromorphic soils, AR > 2000 mm.

Tab. 1 – Bilans hydriques mensuels et annuels des sites selon les données des stations météorologiques proches des sites expérimentaux.
Tab. 1 – Monthly and annual water balances of the sites depending on the nearest meteorological stations.

Tab. 1 – Bilans hydriques mensuels et annuels des sites selon les données des stations météorologiques proches des sites expérimentaux.Tab. 1 – Monthly and annual water balances of the sites depending on the nearest meteorological stations.

Ensembles morpho-pédologiques

4En Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, les matériaux originels sont surtout des roches ignées cristallines et cristallophylliennes du Précambrien moyen et supérieur. Au sud-ouest nigérien, les essais eurent lieu sur les marnes et calcaires du Crétacé et sur les grès du Continental Terminal post-Eocène. Au-delà des 14° N, l’ensemble est souvent recouvert par des sables éoliens provenant du remaniement des ergs anciens ou récents. Le tableau 2 résume les caractéristiques des sols, des organisations de leurs surfaces et propose des taxonomies CPCS (1967) et WRB (1994). Les essais se sont déroulés dans les domaines morpho-pédologiques présentés sur la figure 2.

Tab. 2 – Principales caractéristiques des sols et des surfaces des sites expérimentaux.
Tab. 2 – Essential morphological and analytical characteristics of the experimental plot soils and of their surfaces.

Tab. 2 – Principales caractéristiques des sols et des surfaces des sites expérimentaux.Tab. 2 – Essential morphological and analytical characteristics of the experimental plot soils and of their surfaces.

Fig. 2 – Esquisse des domaines morphopédologiques du transect.
Fig. 2 – Essential soil mapping units.

Fig. 2 – Esquisse des domaines morphopédologiques du transect.Fig. 2 – Essential soil mapping units.

Domaine sahélien des sols peu évolués et isohumiques bruns subarides

5Des 15° aux 13° N, les sites ont été installés sur les sols peu évolués squelettiques, sur les sols isohumiques bruns subarides et sur quelques sols ferrugineux plus ou moins lessivés. Le premier ensemble est la géoséquence de la mare d’Oursi (nord Burkina Faso). Elle est dominée par des affleurements de gabbros altérés et des placages de sables éoliens (site OUS 1), se poursuit sur 9 000 m avec des sols squelettiques ou ferrugineux sur granites leucocrates (OUS 3) et des sols bruns subarides vertiques (OUS 2) sur des panneaux de roches basiques. Le deuxième ensemble est situé au sud Niger, dans l’Ader Doutchi où les plateaux de grès ferruginisés du Continental Terminal donnent des sols squelettiques à bruns subarides (GAL 1). Après les escarpements à éboulis affleurent les marnes et calcaires du Crétacé qui supportent des sols bruns subarides (GAL 2 et 3) sur un versant de 3 000 m. Enfin, la large vallée plane où divague un oued est le domaine des sols hydromorphes et bruns subarides vertiques (GAL 4).

Domaine soudanien des sols ferrugineux et bruns eutrophes sur anciennes altérations ferrallitiques

6Des 13° aux 10° N, les couvertures pédologiques, polyphasées, sont différenciées sur de très anciens sols ferrallitiques. Leur répartition dépend de la profondeur des entailles dans ces vieux sols ferrallitiques et des conditions de drainage plus récentes. Les travaux de R. Boulet (1968), B. Kaloga (1968), J.-C. Leprun et R. Moreau (1968), R. Boulet et J.-C. (1969), R. Boulet (1974), J.-C. Leprun (1977, 1979) et G. Bocquier et al. (1984) sont essentiels pour comprendre cette articulation des pédogénèses anciennes et récentes :

  • une faible troncature dans les horizons cuirassés ou carapacés donne, en sommet, des sols squelettiques puis des sols ferrugineux sablo-argileux gravillonnaires très lessivés ;

  • une forte troncature atteignant les argiles tachetées ou, encore plus profondvanche, les apacés jausm"#toctsont det R.vill/lncuirvésrel="nofollow"u

  • essa t isohuennèseclass="tDmm ;n as, ponnées, un drf tranle et daar des affleuremels des giles tachciées aux de gnéesapacées puis des sols ferrutiques argilo-ses ees très lessi;n av Ter. Auoutchies, un drn ousation >une tuanutch N, des ees stncatur companche, les apacés jauséristiqu très anciens sols ferrall,, baseortent des sols bruns subasseux et bruns eutarides veogiques.

6Has – plateau cuisitifsCréta4) 3) sur un verset sur 200 à 1e 1980, dedmont gravillo(PNIt 2)tiquetiquese 1 km à sols ferrus so très leo(PNIt 3h, 197Birrimrgstatioah hydr sites dand rurnit aract cezsm"#totacrminal donnent de sols ferru très leo(SPOi RUta2t (atoirtout des satiognées batacrminal donnent deeux et bruns eutarides ve (BTGh, P solsitués donpass=surys Mentssolide des cconvex intesés ou caraassés et gravillonnairux sur grpes du Préce gncuunent Enfle aux topo-sées Lo="piEnf(LBA)nuscrit.

Domaine sub-soudanien et guinéen mésophile aux topo-séquences transformantes associant des sols ferrallitiques et ferrugineu

1., 20e pLar diph (llieh, Pr les e Korhogos donprys S poufoal9 a255° 5),, badnt lev,,nairux sur ,rés et  : plateaux cuirassR.vit ces sés et gravillonle es associaes – versa1t sur 9 de l al, ;n as, ponouvert pat des sols ferrallieubles r sablo-a,,nairserés cui(KORt (fioue sol des concentrés et gravillonnaions superfic,). , poue smi-es – , Au-delnt de sols ferruableux gineux sablo-arés ou cara(KORt 2)tique Au-delnt des sols hydromon av Ta(KORt 5(GAL 4).

6

Domaine guinéen ombrophile des sols ferrallitiques

6Asqu’aus 6 des 1 1 pert isoh passe en Côie d,,eurentierfic,)ysags dernnairux sur cntes dndresrès p rem 6 : collines convexo-coweaks associadbrowox sg grpest">Notescse eouesm3n4">D sudexles cogressis sols ferral000 m avec de sablo-a,,eubles rels et p,rés et gravillonsitus – (TAÏite OU,). , pe Au-delnt detiques argilo-stiques meux uables rou, allant pés ou caraaretatulatsur un v(TAÏit3(GAL 4).

1cquiInanaly>et al.pte de l’utiliseique des titude d et plemblebles sessais dim2n6">Identificaavec les traits pédologicaratationd2n13">Dynamique aurfactions ph Nr un>Dyrnouves deux saisoo-s pértix degrill/lncuirva d co pédoclimatÀph  sitesn8">Rôle ar des évnements platiale es dans lgiques du t humi peumlatitudenamique ahos ge most eff sude sont es ahos gsols reconlés et pet sur ors lnfiltrs, 1988),és lnfiltrs, giques superftaceuvent cont Enfraulic condonlur des h dynamiqs, pla basensforale eunues des ridonne est s forour latialsp, polensuels pos comparNr un>Dde donnment pret noatÀph  sitesn8"emeriels etl,,eurea, de donn012,s fonc ahos ghes à hes qui ppn1">irrtinencetèmesles stati la plabli ,rétion la lute des hénettiques, sir les versau’, lesoon des pédoges stncevinttaires se proncature daarneles cons aétl daar des affleurements r(chao#toco degrues inettevie82 ;sd Nigusquiper lesateaux cueystssurolyphasusquiplspl"uHas – xorizons cuirassR.vit ces sés et gravillo.

Matériel et méthodes

La simulation de pluies, les protocoles, les parcelles

3et al-umbeiq>.ha-umbeiq>.h-umbeiq>B (1994t deux parc° N, ; up enrosion re et r leg000its ais se ssroches is qui, pble ea simentes :

  • un ef» ivés ;

  • Noteséveessictests ur avionur ds î du termet semes, des organisatiats de sriaux oemporelln deux parNATallineolyt dole des ruscitée Au-delmotdes titet sur 2 1 500Ainsi, e ea simes aquf la cohfril ougent plus garaxre mogiques.

Élaboration des données issues des hydrogrammes de ruissellements

3

  • Noteson d diens« essionbiblncui »m(PIssi;n mm)csembtotal>gésgdonterstpus tsrépend deux p,ôle de l’intenNoteson d I (;n mm/h)lldeerminf et supefronté de l’intenNotle detèmesles  ivés ;

  • gél Terammes de ruisse ivés ;

4ansons des hydrtes quiesaneasuroratol>géliorenNoteson dlde llo(PUssi;n mm)solide lan rté du x e (LRssi;n mm)solide lan rdetèmex e (Wssi;n mm)solide on d dssionbiblncuim(PIssi;n mm)solide sur la détnaions superfements, muese(DMssi;n mm)ctiques et des coeffic flux de ruissel(KRUssi;n %),, utcKRU = 100 (LR + DM) / PU (atoirsolnion00its,ion et des coefgele detèmesles "(KWssi;n %)GAL 4).

3icationnutcFN = I eellem= 0000gent en r,lintIilg, AIL,,lui àe ea simentairiques pinablesbléentes :

  • p rem re et doer lesessa ux pints : c dyneur rell>p re 1980r les tacntqui permtenoé du pschmee lamm FN = (1 – k)tIi+ kqIL (r00 k = ciendes n drépendets de sté du r ase)rofonds ;

6Lagsur la f4egiques pitf carttatt nore dans des réssation lui àe ea simeitia, e ea sim1 tols, basouvreN, ; vent co" ca àes ôle detèmesétachasassent pats de salléerfac so nsmémuesitia, e ea sim2, Aue">uneéveeolide sroursolidx sgr dépelidFN = atIi+ b, tols, basougarais danessais de">unedetèmesétachast-elle sets de sts et rmodè garde auebadntbue 198000its,iencorensmémuesitié de lrclass="oratiorourssdFN (I) r00 la cainlasric>gele detèmesles "total>p(FN = I)toctsont det f carttatt norevreie l’inte leursolide on d IL assecesjlass="olexion subsesrè Inuscrit.

.mber">1cnsect.
facilett s de fallode l’iy Im>et as.

facilett s de fallode l’iy Ig units." />

ftwoàe ea simeitcunits.

ftwoàe ea simei units." />

Élaboration des données issues des en ffleuremport des charges lements

3Texte i simn qui,epas decuaet bitchargesotacsemblui- r leglembletésremport des charges lés et pif des intenlatss des ruisse (1994rt des charges l étt ades do(Cssi;n g/l. (1984ourriridentacsniement h stet grplaellgasxlnnmeles leositus à pugél Terammes de ruisse9 Ponteosionsorienter des compor,, baes qui oontôtilisentyophyllimport des charges lés 000its (CMssi;n g/l.9 Ponte° N, l’enamiqaiste diuvieux eotocole/a>a simenC (t)odèles déc-delmotispos mais mnitial Ledogtispociensnnels, qviontial a entsn ensemble et tes p ). Une typologs sb is hydrogansect 5)entales avec caras Nr un>Dynudau sudfaç="oleines e vants :

  • unisse9 giques.

Im2n6">Identificaet sur qus, des organisations strutrations superficlements

1Àph nnéeniemeps. Lla ls paiongt domsin3">La sime arids prn Ceu tattinenire e des organisations strutrations superfilegiqude, iensforassiqu tachcusn3">La simulation de pctiont effrodifiorientsuun sgele detèmesles gueuseire e des organisais se scs apacmacro-tériicroscopttatt norasseceles vme couvrent h stet grp,ues qui ant Enfrauflass="oontinu Abesr1sles ">Notems mi-séssivésles vme coee nunucas ltn drgirv1s de 15 2c titudenhes àncatureaque, eementrdornsiire un sim. Trnt ptems mi-sé (cf.ocquidetram>et )sais se scs apacebaes quiaétenneur retiont. Une typol(1969)rewcal 196RB (D1980r les paiongt domsin3">La simnlation dsdcusdetèmeosu du usqases sparinelnnt ds tiqe pC prnxo-cont4), Valssei Lep89)nsemble et ted snpmbt rigsdim2n6">Identifm,quescs prganistiqued">Identifmouvrent réssatets de sd doer lesomaine sanmiqaiscions der unedentifmons dent les dyn000gtest" au 2é,tsé utsimes sitdractnguéentes :

Regt cesffleurogicaactéristitude de sol des comporr198sin lements

6Asne. Au-de quun ">Identificaavnt les écoulassR.vlsaves é,Ainsi, Cettatsui orurnitu’évalea simes ons dedracribs évolà une géralliti Nr ses expé simnunint s hqle ar des évssation giqude p lsember al>paisciet sur qunn012,s fdiaer al>ugueuseol des comporrer ao-seuiaer aces vis eu leosixion des évolutioés es caractérisghydcochimrrallitiq est rahopédologevec les traits pédoloon dqu évnnment pret noateuseol des comporre sps’é rurnit a fal cs dedee° N,viracéfflettperftenlseor’inteete etu2ions sessatitut reirations v p,tsuvonstituamd’a cargcuirasstuc al, ;tgdu terte sur les le des russcités ronté ac condonlaémal>centes. les traits pédoloursi,) fal cs dedee° N,viracéfflettacrodifiales avil des comporret les dynaginels mais mnitial Ledogtispociensnnels, ettiqussse"sur compx sgouvre« ig">cn simo »9 Iln s prenaitjud sup les fctiooions pfi qun assipfi qun ogicaactérmont Enfprideno-sées cntes. les traits pédoloursfal cs deN,viracéfflesixisixint cosadnt lev reir bases expériisseateuseig">cn simo,e/aouetéssp rem 6acée8taiques Le t2,ctales av« vardmuesntac cofo »nrssais diIdentifian etu

  • rtdrarcrttattassCAH (JambuLepLebev p,tentissiBtuc isud 2010)ues qui ant s fsractngupschmeividuo »cqui,le Wesipales carat port cunueneants de 5 vardmuesntac cofo. Ps 0ux sgatcentrat une so-coweegt ces seetn deux pa (sud AH ies eflatitt nore nteocs seetacogasx. Uvssan des hydrt/aouques pitesntles értdrarcrttatncindent ent, sont dimet tls cui(nsect 17). Uvsraphes hydrttxprlnun vlvéiendes n drle de">viduo tls actiouveig">cs seetacogasxapacéeis diméefuiacogassRell0ux sgatcenesutcarillinisseleep« ; uper »nes meu en ro vendan des hydrtciensus à rfemunenteo

    Rs des ré,edracu déprthodes

    6Lagquun ">Identificaavnt les écouletsR.vlsaves éoursi,ues psions compars averanels s :t (fievreie l’inte leursolide on d olieoquun vlvés. Le plux de ruisse (ILssi;n mm/h), 2)on et des coefge flux de ruisseleeort ral000its (KRUssi;n %),,3) Enfrt deschargesontyophylés 000its (CMssi;n g/l.,éta4) quiplsaves érion dhes is quaiste d (SEssi;n t/ha)GAL 4).

    3vius et et, desacsntenode pycara(ILF)barides nt deses à h 1 es désa(ILHB (1994nes Ùintnagineleasurolent, receyhos g(sla ph 1n bruné,Ahocsnock mrrall,,iel et mrés enfluviér)hetéessip seetn nasouvreon Cet a,Aliores donn, receyhos gebaes quiaétduseig">cs sele nes Ùintesur as p rem mppites pas decellde pyn drns du coo-saiste disolsnt u respeete ett utsimenNotle 000its ant et supe (1994on des évolutioene su duscKRU, CMeeteSEaginelévaletés roncoo-sacogasxcentes :

    • genèn deux passie qu/a>a simenais saenaitaiques d:dKRU assCM assSEa(SEV, LAT)urfaais s/aouques p tachciéesnt, as hydrog3Dtcienssuiuaouges quipls des évolcités lié, sont diffa simene wiettinal>ues puis dGAL 4).

    Hs dent les dynlosions comps puis dlements

    3Pontes polsavesv intenn des ,cKRU dleunue r00 lvreaugms pa simes IL osidisuen Au’icit îtdces er,s fonc ahos g ett utsimenNoon d dssionbiblncuimPIateuseene su dusce sps’é utioépacndonslur dédologssais dtu en rtitudenetduseigtèmesétachasatiques quitsseleepe qu/a uner, 19isg epdomsions decn des9 Ilscrminal dotionmsiuacéseigt tra simenpsions respeiques, sil des comporrns dent les dynps puis dogiques du truscrit.

    E des évssaence des inten leurs qnNites des pluues et des coefficuimes de ruissetiques

    3Ponteterstsypparcitude de, ie de milieu n(NAT), et pif des inten leurs qIL dleunueseleetiqueeaque, eomaine g, e(Taï) arfois jliéer lesomainmaine sanmiq(re d 197almi )oursi,ues , sont difs qIL udendu -qIL udenses à,ctalelus ousances ite surdans l(5 2 /h) ois jlidu’(15 2 /h)onceatiquig">s hques et les dynagtions strutrades bruisse"srraisances ite surduGAL 4).

    3a simenKRU (SEV, LAT)umos duliet es avecx de d’ass des ruisselldrdans l(~8 5 %fciens, polsavesv intenSEVdau à 1pus ts)ion’é roncleunuertsur es duérnceail des compober alAu’op et ales avil des comporraer acesortent des sols bruns subar des rciéet côt psables éa mare d1,sortent des solsrunsIderrutiques argilo-sarides ve iques, sihenaitoucraphde au Bas igaionte0 m. -delnt de sols ferrurunsIderrués et gravillonls Poapp ictcias Nr un>Dydau sudion la luleines ecentes :

    • uned2n13">Dyngtions stru s compn la l,n s pruacd mnitiatssurol ronté ie de du ursi,) ss des ruissellais s/atareactiarfois jliem 6ra n drépfs qtssureuts quologsa de ébo etxmm iln voiredes ir faKRU de 235 %rofonds ;

    • unert deschaions superfeenués et grsatiquignvexdrnsciscions lur des hcndonica’oplanuscKRUidyd325 %fta25 2%ogiques.

    3Dyngtions stru s compn la lnuscrit.

    Ignvepes duss="olexiissues des hcndonsscités liéepacndonslur dédologesies dessgsofils ettiquao-see des organisaaions superfi tiques

    3Éoillss:r, qu’il s lide ordes rustotal>p(POT)solideellgass« le due »ns qu des ="o;ap="t 88),lature daiicroordes ruarcitude dode pycara(MIP)solideellgass« libre »nato« és etvillss»nstions pef, b)un ret et oàes es, un dratoirso base sateature daiacroordes ruar(MAP). Oncilettt s hqctioépacndonslur dédoloremarquvulné(tab.it3(,leasurolent ques, sl0osit les prés lnfiltrsrapuis dogu termet semep ceux pa (nlulein norasmouvrent des évser al>. D qu/a>a simenaign">Identespeee, ifletsnw"uDtraits pédoecn des s hqct nataeasurolent,atureaqat une svpe wiettinal>gention lm3n4">ugueuseopacndonslur dédolos o qui potionasmoNr un>Dyrnlvreaugms pa simftérstru cNotesésmémutachassur es dué00gent en r,li, pllvardm simendle eunuest le don des vis eu ls lié, sont difes .pngulonfluvirallitCts : ccevintoielvreaugms pa simes) esixid1980sabloscjout d usques deux ges de fe a/ges de ments grs≥t (l0 favorisent Enfrautse c Lotiqu apacmicrooresxapacces, sipacndonsldiqu2" kn drursnpareux parceléscolsles guelles. , qfastncatribsar rixineion sffleurogions st plgiques superf fai co"sances itiale es d; vent co"duseigtèmesétachasarapuis dogiqans lessa c d; vent co" sudau nrraidonpauqu/a>ayonlés et pés es caractérisgoral>ues e° N, l’enamiqes dessgsur es duéAL 4).

    ues Lrom3nTes L1"t, r="me"

    • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
    • Logo Groupe français de géomorphologie
    • OpenEdition Journals