Navigation – Plan du site

Cellules morphologiques le long du littoral de Raguse (Sicile, Italie)

Morphological cells along the Ragusa littoral (Sicily, Italy)
Giorgio Anfuso, José Ángel Martínez del Pozo, Nelson Rangel Buitrago et Driss Nachite
p. 203-218

Résumés

L’étude a été menée sur un secteur de 90 km de long du littoral sud de la Sicile (Italie), à partir de l’analyse diachronique de cartes topographiques, de photographies aériennes entre 1967 et 2008, et des outils d'analyse spatiale. Une série d’informations a été obtenue sur les zones en érosion ou en accrétion, sur le modèle de circulation générale des sédiments et sur la distribution de cellules littorales. Les structures anthropiques et les promontoires naturels constituent d'importantes limites divisant le littoral en cellules morphologiques. L’examen des ports, à Scoglitti, Punta Secca, Marina di Ragusa, Donnalucata et Pozzallo, montre que la plupart d’entre eux fonctionne comme des limites au transit sédimentaire prédominant, dirigé vers l’est, causant ainsi une accrétion du côté amont-dérive (ouest) et une érosion du côté aval-dérive (est) de ces structures. Au cours de la période 1967-2008, environ 62 000 m2 et 42 000 m2 de surface de plage ont été respectivement formées en amont-dérive des ports de Scoglitti et Donnalucata. La construction du port de Pozzallo a donné lieu à une limite de convergence qui a favorisé une importante accumulation (94000 m2) à l’est de la structure portuaire. Les structures naturelles, les plus importantes, ont été observées à Punta Zafaglione, Punta Braccetto et Cava d'Aliga. La connaissance de la distribution des cellules littorales acquiert une grande importance pour la gestion de l’érosion côtière, qui peut être atténuée par l'installation de systèmes de contournement dans les ports, les marinas et par le rechargement des zones en érosion, souvent situées en aval-dérive des ports et des marinas (si ces structures fonctionnent comme limite au transit) et dans la partie centrale des cellules littorales (lorsque ces structures fonctionnent en tant que limites de convergence).

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 17 mars 2011, accepté le 5 janvier 2012

Texte intégral

Ce travail a été en partie réalisé au Centre de recherche CACYTMAR (Junta de Andalucía - Universidad de Cádiz) et constitue une contribution à l'Andalousie PAI RNM-328. Nos sincères remerciements vont à Morris Floridia pour son assistance sur le terrain.

Introduction

1De nombreuses études sur les zones côtières ont mis l’accent sur l'importance de l'approche par « budget sédimentaire » pour l’étude des systèmes littoraux, à savoir la reconnaissance, en termes qualitatif ou quantitatif, des apports, des directions de transport et des sorties du système des sédiments (Johnson et Asce, 1959 ; Bowen et Inman, 1966 ; Chapman, 1981 ; Carter, 1988 ; Bray et al., 1995 ; Bray, 1997 ; Masselink et Pattiaratchi, 2001 ; Cooper et Pethick, 2005). La première étape dans ce sens est l'identification des cellules côtières, qui sont le résultat d'interactions complexes entre les paramètres environnementaux (en particulier les caractéristiques des vagues et leurs directions d’approche) et la morphologie des zones côtières (structures naturelles et artificielles). Ces interactions contrôlent la répartition des zones d’érosion et d'accrétion le long du littoral, comme cela a été observé par plusieurs auteurs. Des études, considérées comme classiques, ont été réalisées sur la Gold Coast en Australie par Chapman (1981), où cet auteur a distingué différentes cellules indépendantes en utilisant des cartes, des photographies aériennes et des traceurs naturels (minéraux lourds) et artificiels (fluorescents).

2Aux États-Unis, Stapor (1971, 1973) a mené une étude détaillée sur l’évolution et les échanges sédimentaires entre les différentes îles-barrières en Floride, où il a analysé l'évolution du trait de côte en comparant des cartes de différentes dates, tout en soulignant le manque de données pour étudier la zone submergée. Cet auteur a identifié six cellules le long du littoral étudié (Stapor, 1971) et a mis en évidence la coexistence de deux sens de transports opposés et de même ordre de grandeur (Stapor, 1973).

3Jarrett (1977) a analysé le comportement d'un système de jetées dans l’embouchure de l'Oregon (Caroline du Nord, Etats-Unis), afin de concevoir un système engendrant un mouvement de franchissement par les flux de sédiments (sediment bypassing) et donc permettant de maintenir en équilibre les plages situées en aval des jetées. Pour cela, les auteurs ont quantifié les flux de sédiments, à l'aide des formules basées sur les caractéristiques des houles calculées pour la période 1965-1975, des cartes topographiques, des photographies aériennes et des profils bathymétriques. Ils ont ainsi individualisé six cellules et recommandé un dragage, non seulement de la plage en amont des jetées mais aussi de la zone infralittorale proche, pour éviter l'accumulation des sédiments au niveau de la tête des structures.

4Le travail de Bowen et Inman (1966) est l'une des premières études menées sur les cellules littorales et la détermination du budget sédimentaire le long de la côte californienne (Etats-Unis).

5Des études plus récentes ont été menées par Patsch et Griggs (2006) qui ont décrit l'existence de vingt cellules, séparées par des limites morphologiques bien définies, et calculé le budget sédimentaire, tout en quantifiant les apports provenant aussi bien des rivières que de l'érosion des falaises. Ils ont individualisé une nette bidirectionnalité du transport avec une prévalence de la composante vers le sud, et un transport opposé particulièrement en été. Les auteurs ont noté que les cellules sont relativement isolées les unes des autres et le transfert des sédiments se produit pendant les grandes tempêtes où les sédiments fins, en suspension dans la zone infralittorale proche, sont capables de franchir les limites et donc passer d’une cellule à l'autre. Ils ont souligné aussi l'influence des ports dans le transport littoral et l'importance du dragage et de l’utilisation des matériaux dragués pour régénérer ces zones.

6Plusieurs études sur les cellules littorales ont été réalisées en Europe (Lowry et Carter, 1982 ; de Vriend, 1991 ; de Ruig et Louisse, 1991 ; de Vriend et al., 1993 ; Bray et al., 1995). Par exemple, Ruig et Louisse (1991), sur la côte hollandaise, ont régulièrement contrôlé la morphologie de ce système littoral depuis 1936, ce qui a permis de réunir un ensemble valable de données morphologiques. Ces auteurs ont aussi décrit l’évolution spatio-temporelle des différents ensembles morphologiques et ont calculé la tendance de cette évolution en termes de volumes de sable mis en jeu. Bray et al. (1995) et Bray (1997) ont étudié la distribution des cellules littorales et du budget sédimentaire au sud de l'Angleterre, Carter (1988) a analysé les cellules littorales à Magilligan Point en Irlande du Nord et Suanez et Provansal (1998) ont étudié l'évolution du delta du Rhône (France) par l'analyse des données bathymétriques couvrant la période 1962-1995 et évalué le bilan sédimentaire de cette zone.

7Enfin, il faut souligner, en accord avec Pilkey et Dixon (1996), Hansom (2001) et Pethick (2001), que l’identification des cellules littorales, des entrées et sorties de sédiments dans chaque cellule et la compréhension des processus de transfert entre cellules adjacentes, seront de plus en plus importantes dans l'évaluation des impacts régionaux et locaux de l'élévation du niveau marin et des tempêtes et, éventuellement, à moyen et à long terme, seront utiles à l’élaboration des stratégies de défense côtière.

8Dans ce travail, on aborde l’étude de la position et les caractéristiques des principales limites des cellules littorales le long d'un secteur côtier de la Sicile (Italie) et ce, en tenant compte des résultats de l'évolution des côtes au cours de la période 1967-1999 et en considérant également le type et la répartition des structures naturelles et anthropiques au sein de ce système littoral. Les résultats obtenus constituent une information utile, mise à la disposition des décideurs et gestionnaires locaux comme guide pour la gestion intégrée de l'érosion côtière du littoral étudié, et aussi une étude de cas qui élargit la base de données existante, les connaissances générales sur les processus et le comportement de la zone littorale.

La zone d'étude

9Administrativement, le littoral étudié appartient à la Province de Raguse, au sud de la Sicile (fig. 1). L’orientation du littoral varie de NO-SE dans le secteur nord, de l'embouchure du fleuve Dirillo au promontoire de Punta Secca, à ONO-ESE pour le secteur central, de Punta Secca à Cava d'Aliga, à E-O dans le secteur sud, de Cava d'Aliga à Punta Castellazzo (fig. 1). Les zones littorales montrent des pentes douces et des contours bathymétriques parallèles au trait de côte (fig. 1 et fig. 2).

Fig. 1 – Carte de localisation du secteur d'étude.
Fig. 1 Location map of the study area.

Fig. 1 – Carte de localisation du secteur d'étude. Fig. 1 – Location map of the study area.

Fig. 2 – Exemple de cartes bathymétriques.
Fig. 2 – Exemple of bathymetric maps.

Fig. 2 – Exemple de cartes bathymétriques. Fig. 2 – Exemple of bathymetric maps.

A : Punta Braccetto (réalisée en Août 2011 par la Explorer Marine SBoSS). B : Zone du torrent Modica (réalisée en Mars 2007 par l’administration provinciale).
A: Punta Braccetto (survey carried out in August 2011 by the Explorer Marine SBoSS). B: Modica Stream areas (survey carried out in March 2007 by the province administration).

10Par ailleurs, à partir de l’analyse de divers rapports, de données inédites et de travaux de recherche (Anfuso, 1993, 1999), il est possible d’affirmer que la plage sous-marine présente une pente très faible avec la zone infralittorale proche (< 5 m de profondeur), approximativement de 1 %, et qui tend à augmenter légèrement en s’éloignant de la côte (1,2 % à 10 m de profondeur). Ces plages, composées d’un sédiment sableux riche en quartz, s’appuient sur des dunes et des falaises entaillées dans des grès, des marnes et des calcaires. La plupart des falaises sont composées de calcaire et de grès cimentés correspondant à la formation miocène Ragusa (Grasso, 1997), entre Casuzze et Marina di Ragusa, Cava d'Aliga et Sampieri, à Marina di Modica et Pozzallo, et de grès consolidés Plio-Quaternaire à Punta Braccetto. Toutes ces falaises sont composées de roches dures très résistantes à l'attaque des vagues, à l'érosion météorique et aux processus d'altération (Anfuso et Martinez, 2009).

11Un promontoire en érosion s’est formé à Camarina dans les argiles du Miocène supérieur, appelées formation Tellaro (Grasso, 1997). D'autres falaises en érosion, marquées par des taux de recul trop faibles pour être caractérisés par la méthodologie utilisée, sont formées dans des marnes consolidées du Miocène à Pietre Nere, des marnes non consolidées du Plio-Quaternaire à Scoglitti et à Caucana, des marnes non consolidées, des sables calcaires très fins et des galets du Quaternaire à l’embouchure du fleuve Irminio. La contribution sédimentaire due au recul des falaises reste très limitée, les éléments érodés étant généralement très fins et rapidement vannés par les vagues et les courants. Les apports fluviaux ne sont pas non plus significatifs, les cours d’eau drainant le plus souvent des bassins versants crayeux ; en outre, les apports sédimentaires ont été fortement restreints par la construction de barrages et de digues ces dernières décennies (Anfuso et Martinez, 2005).

12Concernant les caractéristiques hydrodynamiques, la zone se situe en contexte microtidal (l’amplitude moyenne des marées d’équinoxes étant de 20 cm) et elle est principalement soumise à des vents soufflant du SSO à l'ONO, les vents du SSE ne prenant de l’importance qu’en automne et au printemps. Selon les données enregistrées par la bouée offshore située à Mazzara del Vallo, dans le détroit de Sicile, les tempêtes les plus fréquentes et les plus fortes arrivent de l’O et de l'ONO, avec des hauteurs significatives maximales de la houle dépassant 5 m ; les moins fortes arrivent du SE, avec des hauteurs significatives maximales de 3 à 4 m (fig. 3).

Fig. 3 – Hauteurs significatives des vagues enregistrées au cours de la période 1989-1999 par la bouée offshore située à Mazzara del Vallo (Canal de Sicile), sur une profondeur d'eau d'environ 20 m.
Fig. 3 Significant wave height recorded during the 1989-1999 period by the offshore buoy located at Mazzara del Vallo (Sicily Channel), over a water depth of about 20 m.

Fig. 3 – Hauteurs significatives des vagues enregistrées au cours de la période 1989-1999 par la bouée offshore située à Mazzara del Vallo (Canal de Sicile), sur une profondeur d'eau d'environ 20 m. Fig. 3 – Significant wave height recorded during the 1989-1999 period by the offshore buoy located at Mazzara del Vallo (Sicily Channel), over a water depth of about 20 m.

La bouée appartient au Service Hydrographique et Marégraphique Italien.
The buoy belongs to the Italian wave climate service.

13L’orientation du littoral fait que le secteur nord est essentiellement affecté par les tempêtes provenant de l’ouest, tandis que les secteurs central et sud sont touchés par des tempêtes provenant de l’est et de l’ouest qui donnent lieu à d'importants courants longitudinaux, et du sud, qui induisent principalement un transport transversal. Par conséquent, la dérive littorale principale, dans cette région, est orientée d'ouest en est (fig. 1), ce qui se traduit par une diminution de la taille des sédiments d'ouest en est, et un transport inverse dans les secteurs centre et sud (Martínez et Anfuso, 2008).

Méthodologie

14L'analyse de la cinématique du trait de côte a été réalisée sur une période de 32 ans (à moyen terme, selon Crowell et al., 1993), par le biais de la méthode EPR « End point rate » (Fenster et al., 1993 ; Fenster et Dolan, 1993 ; Crowell et al., 1997 ; Douglas et al., 1998), en utilisant la carte topographique de 1967 (échelle 1:25000) et des orthophotographies géoréférencées de 1999. Localement, des photographies aériennes de 1977, 1987 et 2000 ont été utilisées et une mise à jour de l'évolution côtière a été réalisée à l'aide des orthophotographies de 2008. Ces documents ont été scannés, géoréférencés et rectifiés, selon les méthodes décrites par Leatherman (1983) et Jiménez et al. (1997), pour ainsi pallier les problèmes d'échelle et de distorsion (Lillesand et Kiefer, 1987 ; Crowell et al., 1997 ; Moore, 2000). Les zones d'érosion et d'accrétion obtenues en comparant les côtes étudiées, ont été établies au moyen de procédures d'analyse spatiale fournies par un Système d'Information Géographique.

15La ligne de référence du trait de côte a été définie comme étant la position instantanée de la ligne de rivage (terminologie en accord avec Boak et Turner, 2005) qui est très souvent utilisée lorsqu’on travaille dans un contexte microtidal comme celui de la Méditerranée (Suanez et Provansal, 1998 ; Durand, 1998, 2000 ; Sabatier et Suanez, 2003).

16Etant donné l’impossibilité de reconstituer l'état de la marée au moment de la prise des photographies aériennes, on a considéré que la position journalière de la ligne de rivage est ainsi sujette à une incertitude maximale de ± 4 m, en tenant compte de la pente de la zone intertidale des plages étudiées (Dolan et al., 1980 ; Anonymus, 2005 ; Faye et al., 2008).

17Les effets de la hauteur des vagues n'ont pas été considérés, dans la mesure où aucune condition de tempête n’a été observée sur les photographies. Les effets des variations saisonnières des conditions météo-marines et de l'influence des tempêtes sur l'évolution du trait de côte ont une importance limitée en raison de la longueur de la période considérée (Dolan et al., 1991). Une erreur supplémentaire de délimitation du trait de côte a été déterminée, avec une précision de ± 8 m ; elle est associée aux cartes topographiques, aux échelles des photographies et aux limites de leur résolution spatiale. L’erreur maximale possible s’élève ainsi à ± 12 m et les variations de surface des plages (calculées sur des secteurs de 200 m de longueur le long du rivage) de moins de 2 400 m2 n'ont pas été considérées comme représentatives et n'ont pas été reportées sur les figures présentées.

18En ce qui concerne les cellules littorales, elles peuvent être définies selon des critères morphologique, sédimentologique et/ou hydrodynamique (May et Tanner, 1973 ; Lowry et Carter, 1982 ; Carter, 1988). Dans ce travail, ce sont les critères morphologiques qui ont été utilisés et les limites des cellules sont placées dans les lieux de discontinuités établis dans la direction du transport des sédiments (Bray et al., 1995). Les limites sont considérées comme « fixes » si elles montrent une grande stabilité temporelle ; « mobiles » si elles ont vu leur position changer en fonction des caractéristiques des vagues à l’approche des côtes (Carter, 1988 ; Bray et al., 1995) ; « divergentes » si la dérive littorale se scinde en cette limite ou point ; « convergentes » lorsque des dérives littorales convergent en cette limite ou de « transit » si une accumulation a été enregistrée d’un côté et l'érosion de l'autre côté de cette limite (Lowry et Carter, 1982).

19Les limites absolues font obstacle au passage de tous les sédiments, alors que si elles permettent un contournement elles sont considérées comme perméables ou partielles. Les zones d’accrétion ou d'érosion proches des limites des cellules ont été signalées sur les figures respectivement par « a » et « e ». Enfin, et grâce à des observations approfondies de terrain, des informations ont été recueillies sur les zones d'accumulation des sédiments, à savoir des zones de formation de dunes et des directions de migration de dunes vers les terres.

Résultats

20Le littoral étudié fonctionne comme une grande et unique unité physiographique, subdivisée en plusieurs cellules de dimensions différentes, séparées par des limites fixes, naturelles ou artificielles. Dans le détail, et au niveau de la zone d’étude, les sédiments se déplacent généralement d'ouest en est, en relation avec un transit littoral qui peut être bloqué par les structures côtières naturelles et anthropiques, donnant lieu à des zones d'accrétion ou d’érosion. Dans la suite du texte, la distribution des cellules sera décrite d’ouest en est, afin de parvenir à une meilleure compréhension du fonctionnement côtier local et des effets des structures naturelles et anthropiques.

21Dans le secteur nord, une cellule assez longue s'étend du port de Gela (au-delà de la zone d’étude) au port de Scoglitti (fig. 4). La dérive littorale principale se dirige vers le sud-est, impliquant une accumulation des sédiments en amont-dérive (nord) du port de Scoglitti, qui constitue une limite de transit plutôt imperméable (fig. 5A).

Fig. 4 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de l'embouchure du fleuve Dirillo - Punta Secca (secteur nord).
Fig. 4 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Dirillo River mouth - Punta Secca sector (northern sector).

Fig. 4 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de l'embouchure du fleuve Dirillo - Punta Secca (secteur nord). Fig. 4 – Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Dirillo River mouth - Punta Secca sector (northern sector).

Fig. 5 – A : Accumulation des sédiments en amont du port de Scoglitti. B : Brise-lames au sud du port de Scoglitti.
Fig. 5 – A: Sand accumulation up-drift of Scoglitti port. B: breakwaters emplaced south of Scoglitti port.

Fig. 5 – A : Accumulation des sédiments en amont du port de Scoglitti. B : Brise-lames au sud du port de Scoglitti. Fig. 5 – A: Sand accumulation up-drift of Scoglitti port. B: breakwaters emplaced south of Scoglitti port.

Noter (fig. 5A) comme les sédiments commencent à contourner le quai nord et entrent dans le port (relevé bathymétrique d’Avril 2007 réalisé par l’administration provinciale).
Sediments are bypassing the northern dock entering onto the structure (fig. 5A) (bathymetric survey carried out by the province administration in April 2007).

22Durant la période 1967-1999, environ 45 000 m2 de la plage ont été gagnés et un accroissement plus récent (16 760 m2) a été observé durant la période 1999-2008. Les sédiments accumulés ne sont pas mobilisés par la dérive littorale associée aux houles de direction opposée provenant des deuxième et troisième quadrants. Six brise-lames ont été progressivement installés pour remédier aux problèmes d'érosion en aval-dérive (au sud, fig. 5B), qui désormais menacent la stabilité de la route côtière déjà protégée par un enrochement. Dans la partie centrale de la cellule étudiée, le long du secteur allant de Punta Zafaglione à Scoglitti, les problèmes d'érosion ont augmenté ces dernières années, causant le recul de certaines plages, des éboulements de falaises et des dégâts sur la route littorale.

23La cellule littorale entre Scoglitti et Punta Secca est constituée de sous-cellules formées de secteurs de plages ouvertes et de poches de différentes dimensions limitées par des caps et des falaises, le plus important étant Punta Braccetto et Torre di Mezzo (fig. 4). Ces limites fonctionnent comme des limites fixes, de transit et perméables, permettant aux sédiments de contourner ces obstacles du NO au SE en fonction de la direction de la dérive littorale dominante (fig. 4).

24Dans le secteur côtier présenté dans la figure 4, les dunes en migration vers l'intérieur des terres sont situées le long de la zone de l’embouchure du fleuve Dirillo à Punta Zafaglione et entre Scoglitti et l’embouchure du fleuve Ippari (fig. 6).

Fig. 6 – Occupation progressive des dunes par des constructions balnéaires, serres et terrains de culture, entre Scoglitti et l’embouchure du fleuve Ippari.
Fig. 6 – Progressive emplacement of summer houses, greenhouses and cultivations on the dune field between Scoglitti and Ippari river mouth.

Fig. 6 – Occupation progressive des dunes par des constructions balnéaires, serres et terrains de culture, entre Scoglitti et l’embouchure du fleuve Ippari. Fig. 6 – Progressive emplacement of summer houses, greenhouses and cultivations on the dune field between Scoglitti and Ippari river mouth.

25Plus en détail, ces dunes ont connu dans les dernières décennies une dégradation progressive due à la pression anthropique accrue par la construction des résidences balnéaires, l’implantation de serres et le développement de cultures (fig. 6). À Punta Braccetto, les dunes sont situées dans une aire protégée et migrent vers l’intérieur des terres, occasionnant ainsi l’enfouissement de la végétation autochtone (fig. 7A). La marina de Punta Secca et le port de Marina di Ragusa forment des limites fixes et de convergence (fig. 8).

Fig. 7 – Exemples de l'impact anthrophique sur le littoral.
Fig. 7 – Human-induced changes on the coast.

Fig. 7 – Exemples de l'impact anthrophique sur le littoral. Fig. 7 – Human-induced changes on the coast.

A : Migration des dunes vers l'intérieur des terres à Punta Braccetto ; B : Plage à l'embouchure du fleuve Irminio où affleurent d’anciens dépôts fluviomarins (galets, blocs) ; C : Bars, restaurants et infrastructures balnéaires aménagés sur la plage en accrétion à l’est du port de Pozzallo.
A: Landward migrating dunes at P. Braccetto; B: The beach at the Irminio River mouth where outcrop ancient marine and fluvial deposits composed by white cobbles and blocks; C: Bars, restaurants and beach facilities emplaced on the accreting beach east of Pozzallo port.

Fig. 8 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur Punta Secca–Cava Aliga (secteur central).
Fig. 8 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the P. Secca – Cava d’Aliga sector (central sector).

Fig. 8 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur Punta Secca–Cava Aliga (secteur central). Fig. 8 – Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the P. Secca – Cava d’Aliga sector (central sector).

26La première est perméable, bidirectionnelle et peut être facilement contournée par les sédiments transitant principalement d'ouest en est, bien qu’environ 4 000 m3 de sédiments sont piégés annuellement à Punta Secca. Le port de Marina di Ragusa, inauguré en juillet 2009, bloque la dérive dirigée vers l'ouest, et les sédiments érodés dans la partie centrale de cette cellule (Caucana) s'accumulent dans les zones profondes près du quai ouest. Ces dernières années, une certaine accrétion a été notée, mais elle n’a pas affecté le haut de plage, étant donné qu’une partie des sédiments est redistribuée en retour vers la partie centrale de la cellule par la dérive, dirigée vers l'ouest. Ceci est dû à la forme de la digue occidentale qui permet aux vagues de se propager tout le long de celle-ci, phénomène observé visuellement durant les tempêtes du SE. Sur le côté oriental du port de Marina di Ragusa, une large plage artificielle, protégée par deux brise-lames submergés, a été créée avec les sédiments dragués lors de la construction du port. Les sédiments dragués, qui provenaient des régions de Caucana et Casuzze, ont ainsi été soustraits de leur cellule d'origine et transférés artificiellement dans la cellule attenante, située à l'est de Marina di Ragusa.

27La cellule littorale adjacente est enfermée entre le port de Marina di Ragusa et le port de Donnalucata (fig. 8). Ce dernier a donné lieu à une large accrétion en amont-dérive (à l'ouest, de quelques 42 000 m2) et une érosion en aval-dérive (à l’est). De cette manière, il constitue une limite au transit. L'entrée du port, orientée vers le sud-ouest, agit comme un piège à sédiments pour un transit sédimentaire dirigé vers l'ouest. À l’intérieur de la cellule, des sédiments se sont accumulés derrière les deux brise-lames, sur 70 m de large à Marina di Ragusa et sur 240 m de large à Plaja Grande. Dans le détail, les structures de protection à Marina di Ragusa ont donné lieu à une accrétion de la plage (d’environ 11 500 m2 durant la période 1967-1999) et le brise-lame à Plaja Grande a donné lieu à une sédimentation considérable (d’environ 60 000 m2) au cours de la période 1967-1977, avec 5 000 m2 de nouvelle plage formée durant la période 1977-1999. Ces deux brise-lames ont fonctionné pendant plusieurs années en tant que limites convergentes et presque absolues. À l'heure actuelle, ces ouvrages forment un rivage aligné vis-à-vis du swash (swash aligned coast), piégeant une grande quantité de sédiments perdue par le système. L'érosion est alors générée dans la partie centrale de la cellule, précisément à l’embouchure du fleuve Irminio, où affleurent galets et blocs blancs qui proviennent d’anciens dépôts fluviomarins (fig. 7B).

28À proximité vers l’est, la cellule littorale, établie entre le port de Donnalucata et le promontoire de Cava d’Aliga (fig. 8), fonctionne comme une limite divergente. La répartition des zones d’érosion/accrétion dans cette cellule est fortement conditionnée par seize brise-lames progressivement construits en aval-dérive du port de Donnalucata, suivant l’effet « domino » (Cooper et al., 2009). Actuellement, les résidences secondaires situées en aval-dérive des structures mentionnées sont protégées par des enrochements. Les sédiments accumulés au niveau des brise-lames à l'est de Donnalucata, ont donné lieu à la formation d'avant-dunes en migration vers l'intérieur, menaçant ainsi les résidences et envahissant les zones agricoles.

29Le littoral entre Cava d'Aliga et le port de Pozzallo comprend plusieurs cellules, formées par des plages de poche (Sampieri, Marina di Modica et Maganuco) délimitées par des promontoires naturels fonctionnant comme limites de transit partiel (fig. 9).

Fig. 9 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de Cava d'Aliga–Punta Castellazzo (secteur sud).
Fig. 9 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Cava d’Aliga – P. Castellazzo sector (southern sector).

Fig. 9 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de Cava d'Aliga–Punta Castellazzo (secteur sud). Fig. 9 – Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Cava d’Aliga – P. Castellazzo sector (southern sector).

30À ces endroits, au cours des dernières décennies, d’importantes réserves de sédiments provenant de la zone subtidale proche ont favorisé l'accrétion des plages, la formation de dunes et leur migration vers les terres, favorisée par les vents d'ouest (fig. 9).

31La plus orientale des cellules littorales est enfermée entre le port de Pozzallo et le promontoire de Punta Castellazzo (fig. 9). Elle comprend plusieurs sous-cellules, une petite plage de poche à Pozzallo et deux autres grandes plages ; une à l'est, entre le village de Pozzallo et le promontoire de Pietre Nere, et l’autre à l'ouest, entre ce dernier promontoire et celui de Punta Castellazzo. Le port de Pozzallo forme une limite convergente et absolue, avec des processus d’accrétion particulièrement importants dans le secteur oriental, où d'énormes volumes de sédiments piégés dans la zone littorale causent ainsi des problèmes d’ensablement. La plage de Pozzallo s’est engraissée d’environ 95 000 m2 de sédiments, pour la plupart accumulés durant la période 1987-1999, après la modification et l'élargissement de la structure portuaire. Des infrastructures touristiques, bars, restaurants, diverses installations et une allée ont été construits sur la plage récemment formée (fig. 7C). Le promontoire de Punta Castellazzo, partiellement protégé par 4 brise-lames, qui ont favorisé l'accumulation de 4 000 m2 de plage au cours de la période 1987-1999, agit comme limite divergente. Une certaine quantité de sédiments a été piégée à Pietre Nere, où un brise-lame de 150 m de long a fonctionné comme une limite convergente, formant ainsi près de 14 000 m2 de surface de plage durant la période 1967-1999, le plus gros de l'accrétion (8 600 m2) étant observé au cours de la décennie 1977-1987 (Martinez et Anfuso, 2008). Le transit littoral vers l’ouest force le pivotement de la ligne de rivage, observable au niveau des sous-cellules bornées par des limites fixes, à transit partiel, constituées par le secteur à falaise de Pietre Nere et Pozzallo. Les principaux processus d'érosion sont observables à Santa Maria del Focallo, occasionnant des dommages au niveau de la route littorale et une réduction de la surface de la plage et de la dune (fig. 10).

Fig. 10 – Recul du pied de dune à Santa Maria del Focallo.
Fig. 10 – Dune foot retreat at Santa Maria del Focallo beach.

Fig. 10 – Recul du pied de dune à Santa Maria del Focallo. Fig. 10 – Dune foot retreat at Santa Maria del Focallo beach.

Discussion

32Au niveau du littoral étudié, les effets du degré du compartimentage et de division du littoral en cellules sur la forme des plages et la circulation en zone infralittorale sont assez évidents. Ils sont dus à la formation par les vagues d’un déplacement longitudinal des sédiments avec une accrétion en amont-dérive et une érosion en aval-dérive. Ce processus s'est traduit par un pivotement du trait de côte, bien visible au niveau des plages de poche limitées par d’importants caps (plage de Sampieri, secteur sud, fig. 9), ou dans les grandes cellules littorales délimitées par des structures naturelles ou artificielles qui ont fonctionné comme limites fixes, dans le sens de Bray et al. (1995).

33Dans le détail, les structures naturelles et artificielles affectent la dérive littorale en fonction de leur emplacement, leur forme et leurs dimensions, et les caractéristiques des vagues incidentes (Bray et al., 1995). La plupart des secteurs à caps et falaises constituent des limites d’importance variable, qui ont permis des transports périodiques unidirectionnels ou bidirectionnels, ces transports ayant lieu sous forme de charge de fond au niveau des barres littorales (Anfuso et Martínez, 2005). Pour une première approche de la morphologie et du type de barres littorales présentes, différentes photos aériennes de 1987 et de 2008 ont été analysées (fig. 11).

Fig. 11– Photos aériennes de 1987 (A, B et C) et 2008 (D) montrant différents secteurs avec des barres littorales.
Fig. 11 Images from the 1987 (A, B and C) and 2008 (D) aerial photogrammetric flights showing different coastal sectors containing longshore bars.

Fig. 11– Photos aériennes de 1987 (A, B et C) et 2008 (D) montrant différents secteurs avec des barres littorales. Fig. 11 – Images from the 1987 (A, B and C) and 2008 (D) aerial photogrammetric flights showing different coastal sectors containing longshore bars.

A : zone entre Marina di Acate et Punta Zafaglione ; B : Branco Grande ; C : Santa Maria del Focallo ; D : Pietre Nere, où on observe une pointe rocheuse et un brise-lame.
A: A coastal sector located between M. di Acate and P. Zafaglione; B: Branco Grande area. C: Santa Maria del Focallo beach; D: Pietre Nere area, it is possible to notice an headland and a breakwater.

34Les barres observées sont du type VI, selon la classification de Greenwood et Davidson-Arnott (1979), qui comprend aussi bien des barres linéaires que des barres sinueuses et festonnées en croissant, allant du numéro 1 au numéro 4u desse développatre Nereate n’a oem>etit littoon dergé paranc du nfalaises sontques des vagues in à la forrner le ficiellt du type aittoral étudié, les effets opp,e de la pente de la zn de Greenwood et Wijn>Leg987 ro (1995).

8s sou signaln de lieux de discn las IVssemVde la zn de Greenwood et Davidson-Arnott (1979), qui compren

31La pl5rres observ aériennes de 1977, 1987 eec des barrval-de aittt da/p> AArnormaiétion enant 5es li des tau, grande stmbeiants danthroférecittorales pres sédimenpe protégé parfestonnén de ales lassrn contexteaouchurn de lse, quia morle sttures 120churgueur le loa e versdi Acate et Punta Zafaglione ; B : Brana/p> es en> A),nt ét160churg a fonhur area. C: Sant/p> es en> B)tail, lesntral et sud sont touchéstudié, les effets due pointe rot d'ouest en esla pre, ents onles pr prectents par ces lgigratio: Pin enrochemté ta Secca. ivage, obsmoins denièrblée impact a définies sellt du tye la route littou fleuve Irminio où affleure, littorale caue et Pozzallo. Lesa del Focallo. Fig. 10 – Àdel Focallo, occasionnant dn pente dadranonles pr/p> C),ccumuls lassrn contadruvaouchur. Fig. 3 a foncmoins denicett Pozzallo. e pointe ronts onles p,ur de lasrn cé au cest de Marin de lse, quim. Fig. 3 -3eur le loa ge, obsmoins de elles permdomiassrn contadruv Marin de lse, quia morle sttures 1sup>)r/p> D des ss dunes D grandecégarnée parmts danthales lasrn car u lasr(A,pue la route littorase et un brise-le et Pozzallo. s secteurs ce ales lassrn cs obstacle est fse et aux sédiments 14 s de contournerant lieu tye e la M au niveau desdces obstaclesorase et un brise-. ontcompte de la pente de s approfondies cs strucci-draduites, le valeriode 1987-ee intertidale dessont assez émorphoe unee, bitice an n parffirreenr nord sédiments au des barres littorales (Asesecteulle-ci, phes. et (fig. 1t du type de le pté IP étant Punta reces zoes cellules affectent la e sens ves et n'oecteur à fs ieu sodqui constitueusa, une large plae promontoirt le promontoi,situées enrme ete, dirita Secca et le port dlieu treucoupnt étatempêtde la cca et Tanne dirigé vers urs centellules artificieompteenantine (figx cell-celom>et al.31La plemière et observa,ie centrale de la cellule, ttorales dnt été étgrandecantiturs acimite cheusenn etuction des résidencese protection à Marina di lineurs mme limites de trixes, à transit uent, la dérive litesont fonctionné pecumulatione’accrétion' l’est du poi constitueusa, une large plae donné lie, ont donné lit Pozzallo. Les zzo, partiellementa pailel Leaa zonelccrétion pive. Ce processu,secteur les fiie cend's plageral et sudnté deur àJay Ser,m> (1995).

, Zvent1982)Kler , Phs zoSamp/p> 982)Rodrale 2008)Dea 9s, recpar u du servé visue bl à une sédimentaté vis-à-vis du swash (swash aligned coast), piégeant u

33Dans ffets de la r> omparas soournemmbeiants dave.s sont cs urs ceSge et de division cellules su cealittoral eur la forme VI, se des sté de riable, quirt accumn du fonctionnetion er cherphologiiale. Lses d'érosion en aval-déritudié, les effets râcsecteation de erves daval-dériveun côtés années, cause dégradatlement affecté par lide Marinn des résidences bieu so une limite ds d’importanc obstacle'entrée dudnté d,ot d'ouesproblèmes d’ensablemenaval-déri profondes prve. Ce processus Ds réserves de sédimentts piégés dansulés derrière lerive (nord) du pores bieu s,ie central dune (ftidale dessont assez émorphorâcso pla, fs ieu soveun cds d’iaccrétion paLa plage de sédddens, ert, ories dans une aire prottidale dessont assez émorphocturesiscepurnem ucord sédiment. 7 – HuLde sésh (switti, qui constitue uneée à Paa rel=Maris-cellulesves ent ddepuirofondnt que l1960c/p> 2)reablies au mode la eat atiuvertes, ces al p,sit sédicoû ét10 ms zoom>et'lulo

Fig. 11– Photos a2accretrait de ce portuaire. De(switti, qui constite uneée à Pet l'de Maris-cellulesves ent dit surneeligapatiaudrise-laensablement. La plage de P. 11 Fig. 11– Photos a2accretrait de ce portuaire. De(switti, qui constite uneée à Pet l'de Maris-cellulesves ent dit surneeligapatiaudrise-laensablement. La plage de P–<em2accretrait de cport.Agrandir Origin2l (png, 2,2M)

34Les boximité roisamrme etion dérosion sdces obstacle de bservée surportcelluacre à nir à une zonrigiaensableent. La plage de, fs sésh ablies au mode la aris-cellulesves ent limigrn migsidenceaval-dérive (au sud, figMarina di Ragusa, inauguré en uneée à Pjuillet 2009, bloque la déien que, bnsdces onaî selo-laensablement. La plage de Pil, liments, acaupart acne zonrilccrétion pive. Ce processu,savorischnues incctiongressivementéf perméas de ble. Lsedouc p,urrives litthabait de sansitsculture, e ensésn est,es selon plage,sil, lqu'ion d ser adériat procextiodu porci, ec us littré du ituées en an'sn estrée dtorplage. Aude ld'humes d' ble. Lsedouc p lianciens drtes, ces es, cpopubeiansre, s périvainuitr chau ntes fixeses et de estrée l’admi arisuzze, ons al 4tes, le antbbeieégés annue lvu dit sfondes pra cellulsave.s utre côtttorales, elles peuvent zones de falaise dedlione à Scoglitti-s problèmes d'ation de ainsi ont aizze, ,re du fleuve Irminità lnnuanuco) délzzallo s’el Focallo. Fig. 10 – ce à dant Punta ensableeeffets e deaudministrae dunes et leugration vion vers les terres, favorisée paunta la longueur e sédimenttsmes de s piégés dansant lieu tye rieur des terres, oeem uco syst dit sfoérosion estarporetcelluacrsdceslntuveloppeationla rous vagues d’un utochtoinuitv, biees seldtorplaguirt acarrSur diritdunes vers l'intéi elles perms dragués lors la zone rt arsn ests selles limitert acnt arisfondes pr la par

21Dans39qui concerne les cellules littpoed oes inci et de ce paval-dérijà protécelItau,savor la fosa route s annudes zoneee riticaage de,age de Pson in April 200et aroodleens vucana leens
loppemunies des estarSiourn de lse co le hcement ser t d'ouestnci et de ce paval-dérijà prot, nientre dhrméevucana lee, niemêrande lccréhrmée
râcsla dés, ac dut de au co es erotégà Marina di tudié, lese estrée artificielleales limstratias demunies deute sles obilisés paischnues par 4Sur leee si,ces es, ntanq ds d'atiotoral eglobz év sfondrosion sont observaais menacorths dantu ntes fes cellules lis ann in April 200erâcsecteative (nord) du pores bicessus d'éeu s,i de trs problèmet le promontoire promon, des plages, la formatiopecumulaeement de cultures (fiau ntivute srmé ltes co (fig. donomieeeffetei elles permcssée dr des latiodit sfondes prve.s utre c,e boveans une aire prottidmunies deute cellulle lus sssée drsi dh (switti, que promonre, s érodés dans la partieelzzallo s’el Focallo. Fig. 10 (des plamunies deute ccemeIspica)ngressivemenla zone onnalucataswitti,des plamunies deute cces principaux procosion sont observabeelzzallo s’el Focallo. Fig. 10 entionds d’ioches donomies inéserves de rt accummunies deute ccemeIspica la longueur deinauin t de ce porntu nule, des allo ss mephique Marinn bnvirn (8te, bie bars, restntertidale d(bnvirn aswmarche côtièen M.n pive.sivem)nts sela route arinn le et une réductios sela pLa iau houles de arinn ledes résidencdélzzporetcelluacrsdce protection à Marina di

Discussion6">Cell-celom>

32Au n4ttoral étudié fonctionne coe de et de div 2009,roche didimtures côtières nahum des t les ituéedidimturents delembounctionnant,les itpttorales délimitées imites des cds dimensions limitées parstiques des principation des zones d’érosion/accr amont-dérit/accrétion pecteur allandié fonctionne cor>

tntert'esisana di lndecanoral vers es sédimentimites de l'ouest. À lssée d(coup fiientatmentaire tuées enles itntatlatio)ctios setières naturelles et anthropiques, donnant lieaux proeu socomme des limites fansit partiel (fig.nsit(fig. 8). <,ecpar m>swders urs c particulièrems sous-acrsdes pement nsie-lames, al du s lis tt fansit aux prtion ou observables une aireimroblatnts dave.des structures meeu s,is voltituls côtières naes tult plagementaire dirigé vers grandes cerale de la cellule, ttorales dlles peuventrrives c proeu socomme des limites fansit it(fig. 8). etuction des résidencese protection à Marina di lineur(nt affecté par es à l'est de ) si,ceffetee de,ecumulae danthn considérablea paeLeaa zonelccrétion pive. Ce processur(nno ooper

33Dans4us orienAiden,olumes de sédiments piégés dansgressivemenla zone onnrs l’est,es bieu sodtrs problèmet le promontoire promontoi,senn à la for, quiaments draprotection à Marina di,ie cens-celluleseffetute Pil, ldage mbres, aaements he limitéles littmitées pargressivemedes plagee (fiau ntivute sctionoraarrvccrybles ur remédiau(ants, diverses instetc.)aux sédiments 14 ment de cultures (fig donomieeeffetei elles permfondes prve.s utre caes ubifondrosion soatlatio

21Dans42qui concerne les cellules la et de ce pccrétion pijà prot, depuirola dés, ac dut de au e estrée artificielleals demunies deute seffeteratioh-cellulesroje sodtrr chau ntes f annue lvu dit sfidale da celluleve.s utre côt dimensions liorales dlles peuvea doeurs ane unenccryba ion d ser ci et de cnt d souen pente dceSge et de division cellules su clzzporetcelœuvtégàrosion ssdces obstacle de s avec une acc

2go-tulnexe/ima#ent ile-png">">H étant isi

Annexe

Abridged English version

Many geomorphologists and coastal managers have underlain the importance of budgetary approach to study littoral systems, i.e. the recognition, in qualitative or quantitative term, of sediment inputs, transport pathways and sediment outputs (Carter, 1988; Bray, 1997). The first step in this sense is the identification of coastal cells which are the result of the complex interaction between environmental parameters (especially waves characteristics and approaching directions) and coastal morphology (natural and human-made structures). In this work, location and characteristics of main cell limits along the Ragusa Province littoral (Sicily, Italy), were investigated taking into account human and natural structures distribution and types, and considering the erosion and accretion areas obtained comparing the 1967 topographic map and the 1999 orthophotographs by means of spatial analysis procedures provided by GIS tools.

In the studied area, sediments are broadly transported from west to east because of longshore transport which impinges on natural and human-made coastal structures, giving rise to the accreting/eroding areas depicted in figures 3, 4 and 5.

Main longshore drift flows south-eastward accumulating sediments updrift (north) of Scoglitti port which constitutes an almost absolute transit limit. In the 1967-1999 period, about 45,000 m2 of new beach were formed and further increased (16,760 m2) was observed in the 1999-2008 period (fig. 3). Accumulated sediments are not removed by second and third quadrants approaching waves and associated currents. Six breakwaters were progressively constructed to solve downdrift (south) erosion problems which now threats the backing coastal road protected by a rip-rap revetment. In the central part of the investigated cell, along Punta Zafaglione – Scoglitti sector, erosion problems were increasing in past years generating beach loss, rock falls in backing cliff and damages to littoral road.

The littoral cell between Scoglitti and Punta Secca is made up of sub-cells formed by linear coastal sectors and pocket beaches of different dimensions limited by headlands and cliffed sectors, the most important being Punta Braccetto and Torre di Mezzo.The marina and the port respectively located at Punta Secca and Marina di Ragusa are fixed, convergent limits (fig. 4). Marina di Ragusa port, inaugurated July 2009, is stopping estward drift and sediments eroded in central part of this cell (e.g. at Caucana) are accumulating in deep water areas close to the western dock.

Adjacent littoral cell is enclosed between Marina di Ragusa and Donnalucata ports (fig. 4). The second gave rise to large accretion updrift (west, almost 42,000 m2) and erosion downdrift (east), this way constituting an absolute, transit limit. Erosion was consequently generated in central part of the cell, namely at the Irminio River mouth, where sand was winnowed and ancient deposits outcrop. Nearby, eastward littoral cell is enclosed between Donnalucata port and Cava d’Aliga headland which works as divergent limit. Distribution of erosion/accretion areas within this cell is strongly conditioned by sixteen breakwaters (fig. 1) progressively constructed downdrift of Donnalucata port, according to the “domino” effect. Presently, summer houses located downdrift of mentioned structures are protected by rip-rap revetments. The littoral between Cava d’Aliga and Pozzallo port contains several cells formed by pocket beaches (e.g. at Sampieri, Marina di Modica and Maganuco), delimited by natural headlands working as partial, transit limits (fig. 5). At these places, during past decades, important sediment supplies from nearshore favoured beach accretion, dune formation and landward migration because of westerly winds. The easternmost littoral cell is enclosed between Pozzallo port and Punta Castellazzo headland. Pozzallo port gave rise to the formation of an absolute, convergent limit, with accretion processes especially evident in the eastern side where huge volumes of sediments were impounded in nearshore zone creating infilling problems, and in Pozzallo beach, producing about 95,000 m2 of beach accretion mostly recorded in the 1987-1999 period after the modification and enlargement of port structure. Tourism developments, e.g. bars, restaurants, beach facilities and a promenade were constructed on recently formed beach. Main erosion processes were observed at Santa Maria del Focallo where beach surface reduction and damage of the littoral road took place.

Summing up, ports and marinas worked as transit or convergent limits, i.e. accretion took place at one or both side of limit. Erosion areas were located immediately downdrift of ports, when such structures worked as transit limits, or in central part of littoral cells enclosed between ports, when mentioned structures worked as convergent limits and opposite transport achieved a certain importance. Further, ports recorded periodic infilling processes but bypass systems were never implemented and their docks were elongated several times since their construction. This supposed a great amount of money and the increase of updrift accretion and related downdrift erosion processes, counteracted by the progressive construction of hard protective structures (essentially breakwaters) which locally favoured sedimentation but shifted erosion downdrift according to the domino effect. Huge volumes of sediments were impounded close to Scoglitti, Donnalucata and Pozzallo ports and in correspondence with protection structures at several localities. In many cases very large beaches were formed and recreational activities emplaced (bars, restaurants, etc.) enhancing local economy, the opposite being true for eroding areas. Until 2009, coastal erosion management was within the scope of the Ragusa Province Administration that projected several nourishment works for central eroding areas of different cells. A general management plan, which should take into account coastal compartmentalization and implement sediment bypassing systems in correspondence with ports and human structures, is still missing.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation du secteur d'étude. Fig. 1 Location map of the study area.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-1.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 2 – Exemple de cartes bathymétriques. Fig. 2 – Exemple of bathymetric maps.
Légende A : Punta Braccetto (réalisée en Août 2011 par la Explorer Marine SBoSS). B : Zone du torrent Modica (réalisée en Mars 2007 par l’administration provinciale). A: Punta Braccetto (survey carried out in August 2011 by the Explorer Marine SBoSS). B: Modica Stream areas (survey carried out in March 2007 by the province administration).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-2.png
Fichier image/png, 412k
Titre Fig. 3 – Hauteurs significatives des vagues enregistrées au cours de la période 1989-1999 par la bouée offshore située à Mazzara del Vallo (Canal de Sicile), sur une profondeur d'eau d'environ 20 m. Fig. 3 Significant wave height recorded during the 1989-1999 period by the offshore buoy located at Mazzara del Vallo (Sicily Channel), over a water depth of about 20 m.
Légende La bouée appartient au Service Hydrographique et Marégraphique Italien. The buoy belongs to the Italian wave climate service.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-3.png
Fichier image/png, 113k
Titre Fig. 4 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de l'embouchure du fleuve Dirillo - Punta Secca (secteur nord). Fig. 4 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Dirillo River mouth - Punta Secca sector (northern sector).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-4.png
Fichier image/png, 295k
Titre Fig. 5 – A : Accumulation des sédiments en amont du port de Scoglitti. B : Brise-lames au sud du port de Scoglitti. Fig. 5 – A: Sand accumulation up-drift of Scoglitti port. B: breakwaters emplaced south of Scoglitti port.
Légende Noter (fig. 5A) comme les sédiments commencent à contourner le quai nord et entrent dans le port (relevé bathymétrique d’Avril 2007 réalisé par l’administration provinciale). Sediments are bypassing the northern dock entering onto the structure (fig. 5A) (bathymetric survey carried out by the province administration in April 2007).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-5.png
Fichier image/png, 271k
Titre Fig. 6 – Occupation progressive des dunes par des constructions balnéaires, serres et terrains de culture, entre Scoglitti et l’embouchure du fleuve Ippari. Fig. 6 – Progressive emplacement of summer houses, greenhouses and cultivations on the dune field between Scoglitti and Ippari river mouth.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-6.png
Fichier image/png, 1019k
Titre Fig. 7 – Exemples de l'impact anthrophique sur le littoral. Fig. 7 – Human-induced changes on the coast.
Légende A : Migration des dunes vers l'intérieur des terres à Punta Braccetto ; B : Plage à l'embouchure du fleuve Irminio où affleurent d’anciens dépôts fluviomarins (galets, blocs) ; C : Bars, restaurants et infrastructures balnéaires aménagés sur la plage en accrétion à l’est du port de Pozzallo.A: Landward migrating dunes at P. Braccetto; B: The beach at the Irminio River mouth where outcrop ancient marine and fluvial deposits composed by white cobbles and blocks; C: Bars, restaurants and beach facilities emplaced on the accreting beach east of Pozzallo port.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-7.png
Fichier image/png, 299k
Titre Fig. 8 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur Punta Secca–Cava Aliga (secteur central). Fig. 8 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the P. Secca – Cava d’Aliga sector (central sector).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-8.png
Fichier image/png, 371k
Titre Fig. 9 – Zones d’érosion/accrétion pour la période 1967-1999 et caractéristiques des principales limites des cellules littorales du secteur de Cava d'Aliga–Punta Castellazzo (secteur sud). Fig. 9 Erosion/accretion areas for the 1967-1999 period and main cell limit characteristics for the Cava d’Aliga – P. Castellazzo sector (southern sector).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-9.png
Fichier image/png, 399k
Titre Fig. 10 – Recul du pied de dune à Santa Maria del Focallo. Fig. 10 – Dune foot retreat at Santa Maria del Focallo beach.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-10.png
Fichier image/png, 4,1M
Titre Fig. 11– Photos aériennes de 1987 (A, B et C) et 2008 (D) montrant différents secteurs avec des barres littorales. Fig. 11 Images from the 1987 (A, B and C) and 2008 (D) aerial photogrammetric flights showing different coastal sectors containing longshore bars.
Légende A : zone entre Marina di Acate et Punta Zafaglione ; B : Branco Grande ; C : Santa Maria del Focallo ; D : Pietre Nere, où on observe une pointe rocheuse et un brise-lame.A: A coastal sector located between M. di Acate and P. Zafaglione; B: Branco Grande area. C: Santa Maria del Focallo beach; D: Pietre Nere area, it is possible to notice an headland and a breakwater.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-11.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 12 – Evolution de la structure du port de Scoglitti qui a été modifiée à plusieurs reprises pour tenter de résoudre les problèmes d’ensablement. Fig. 12 – Evolution of Scoglitti port structure that was modified several times in the attempt of solving infilling problems.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/10642/img-12.png
Fichier image/png, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Anfuso, José Ángel Martínez del Pozo, Nelson Rangel Buitrago et Driss Nachite, « Cellules morphologiques le long du littoral de Raguse (Sicile, Italie) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 20 - n° 3 | 2014, 203-218.

Référence électronique

Giorgio Anfuso, José Ángel Martínez del Pozo, Nelson Rangel Buitrago et Driss Nachite, « Cellules morphologiques le long du littoral de Raguse (Sicile, Italie) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 20 - n° 3 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/10642 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.10642

Haut de page

Auteurs

Giorgio Anfuso

Dpto Ciencias de la Tierra – Facultad de Ciencias del Mar y Ambientales – Universidad de Cádiz – Polígono Río San Pedro s/n – 11510 Puerto Real Espagne (giorgio.anfuso@uca.es).

José Ángel Martínez del Pozo

Instituto de Arqueología de Mérida – CSIC. Plaza de España, 15 – 06800 Mérida (Badajoz) – Espagne.

Nelson Rangel Buitrago

Dpto Ciencias de la Tierra – Facultad de Ciencias del Mar y Ambientales – Universidad de Cádiz – Polígono Río San Pedro s/n – 11510 Puerto Real Espagne.

Driss Nachite

Université Abdelmalek Essaadi – Faculté Polydisciplinaire – BP. 745 Poste Principale – 92004 Larache – Maroc.

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals