Navigation – Plan du site
Hommage

Hommage à Jean-Claude FLAGEOLLET (1931-2014)

Olivier Maquaire
p. 83-86

Jean-Claude Flageollet nous a quitté le 28 novembre 2014 après avoir courageusement lutté plus de quatre années contre la maladie. Il laisse un grand vide et beaucoup de peine dans la communauté des géomorphologues et, plus largement, auprès de nombreux scientifiques français et étrangers.

Né à Gérardmer en 1931, son parcours académique est assez original, puisqu’après avoir intégré en septembre 1947 l’école normale de Mirecourt et acquis une première expérience d’instituteur, il poursuit de brillantes études universitaires, et obtient l’agrégation de géographie en 1966.

Assistant puis Maître Assistant à l’Université de Nancy 2 (Lettres) de 1967 à 1977, il était en charge des TD de géographie régionale en licence et de la formation des étudiants pour la préparation du CAPES et l'Agrégation. Durant cette période, il a été également chargé de recherches au CNRS, au Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) de Nancy-Vandoeuvre (1971-1973). En 1976, il soutient, à l’Université de Paris I, une thèse d’Etat intitulée Formations superficielles et reliefs d'érosion différentielle dans les Massifs anciens cristallins : l'exemple du Limousin et de la Vendée du Nord-Ouest (thèse publiée en 1977). Il a ensuite été nommé Maître Assistant à la Faculté des Sciences de l'Université de Nancy 1, au Centre de Pédologie Biologique, Laboratoire de Géologie Structurale (1977-1980).

Fig. 1 – Au colloque de l'IAG, Dornbirn, juillet 2001

Image 10000000000003D4000003E1F0D19E58.png

Fig. 2 – Un moment de détente dans le Trièves, août 2007.

Image 100000000000010E000001960C8BEE4D.png

Professeur à l’Université de Caen (1980-1987), il a été successivement le Directeur du « Laboratoire de Cartographie des Sols et des Formations Superficielles » (1981-1983), puis le Fondateur et Directeur du « Centre de Recherches en Géographie Physique de l'Environnement (CREGEPE) » (1983-1987). Il a également été le responsable scientifique de l'équipe « Formations Superficielles » au Centre de Géomorphologie du CNRS de Caen.

En 1987, il fut nommé Professeur à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg (en remplacement du Professeur Jean Tricart) où il a exercé jusqu’à sa retraite en 1996, puis lors de son éméritat obtenu en 1997. Il a été Directeur du « Centre de Recherches de Géographie » de l'Université Louis Pasteur (1989-1992), et co-responsable de l'équipe « Milieu Naturel et action de l'Homme » au CEREG, URA 95 du CNRS. Nous retiendrons aussi qu’il a été le fondateur du « Centre Européen sur les Risques Géomorphologiques (CERG) » en 1989, l’un des centres de l’Accord Partiel Ouvert sur les Risques Majeurs (EUR-OPA) du Conseil de l’Europe. Il en a été son secrétaire exécutif de 1989 à 2000, puis son Président jusqu’en 2004.

Moi qui ai eu la chance de le côtoyer d’abord comme étudiant, puis comme thésard (sous sa direction), et enfin comme collègue à Strasbourg à partir de 1995, je souhaiterais retracer son parcours en retenant les principaux aspects de sa personnalité très attachante, et souligner ses qualités humaines et ses nombreux apports scientifiques dans des domaines et des régions diverses, même s’il est impossible d’être exhaustif.

Jean-Claude Flageollet a beaucoup apporté à la géomorphologie française dans des domaines variés mais complémentaires. Au cours de sa carrière, ses travaux ont porté sur des recherches fondamentales et appliquées en géomorphologie structurale et climatique, en géomorphologie dynamique et sur les risques naturels (en particulier les mouvements de terrain) et en climatologie régionale. Ses approches fondamentalement géosystémiques ont permis d’apporter des éléments de réponse à des questions d’aménagement du territoire et de gestion de l’environnement.

Fig. 3 – À Gérardmer, avril 2002, sortie terrain lors du colloque Geomorphology: from expert opinion to modelling organisé en son honneur.

Image 100000000000023800000501823362D9.png

Ses premiers travaux ont porté sur des recherches en géomorphologie structurale et climatique, principalement sur l’érosion différentielle, la nature et l’origine des formations superficielles, et les sols, dans les régions de socle. Il cartographiera et décrira les formations superficielles de plusieurs cartes géologiques (feuilles au 1/50 000 d’Ambazac, Gérardmer, Remiremont, Moncontour...).

Mais dès 1983, il s’est spécialisé sur les risques naturels et en particulier les mouvements de terrain. Il engagea une cartographie des formations superficielles des versants instables de la côte du Pays d’Auge. En effet, il avait perçu tout l’intérêt d’une approche géomorphologique dans la compréhension des mouvements de versant et la cartographie des aléas et des risques : nous retiendrons, par exemple, sa brillante démonstration sur la stabilité assurée du bourg de Villerville, car localisé sur un paléo-vallon comblé par des formations sablo-graveleuses perméables, à l’opposé des deux cirques proches instables reposant sur les formations argileuses et crayeuses. Sa lecture pertinente du relief, couplée à une observation fine et à une interprétation des formations superficielles, contredisaient les « hâtifs » qui supposaient au contraire un substratum crayeux « stable ». Les sondages réalisés confirmeront son hypothèse. Cette étude fût un cas d’école pour convaincre les sceptiques qu’une bonne analyse géomorphologique préalable vaut mieux qu’une coûteuse investigation à grand renfort de moyens techniques.

Ces résultats ainsi que d’autres de la jeune équipe du CREGEPE ont pu être présentés (en salle et sur le terrain) lors du colloque international Mouvements de terrain que Jean-Claude Flageollet organisa à Caen, en mars 1984, et auquel participeront plus de 200 spécialistes français et étrangers de toutes disciplines. Il publia, en 1988, l’ouvrage Les mouvements de terrain et leur prévention, qui reste une référence incontournable pour tout étudiant. Il a publié de nombreux articles dans des revues internationales, et dans des actes de colloques et congrès en France et à l’étranger (voir sa bibliographie sur son site internet référencé ci-dessous).

Une de ses autres qualités était la persévérance : il ne lâchait rien quand il estimait que la raison scientifique l’emportait sur d’autres considérations plus pratiques. Je me rappelle qu’il s’est montré très pertinent et persuasif pour faire admettre aux collègues impliqués dans le programme européen NEWTECH de l’intérêt de retenir comme site test le glissement coulée de Super Sauze (Bassin de Barcelonnette), malgré sa complexité, ses difficultés d’accès et d’investigation. D’aucuns préféraient des sites plus simples en vue d’une modélisation. Une fois encore, sa lecture fine de la morphologie du site lui permettait d’émettre l’hypothèse d’une coulée recouvrant une topographie d’échines et de ravines jouant un rôle primordial dans le fonctionnement de la coulée. Ainsi, grâce à lui, nous avons pu mener dès septembre 1995 les premières investigations et cartographies de ce site, et confirmer ses hypothèses. Depuis lors, l’intérêt scientifique de ce site n’est plus à démontrer, compte tenu des nombreux programmes et thèses de doctorat qui s’enchaînent, et de sa labellisation comme observatoire national par l’INSU (OMIV : Observatoire Multidisciplinaire des Instabilités de Versants).

Fig. 4 – Vérifiant une coupe sur le site d'Houssramond, Vosges, 2013.

Image 1000000000000140000000F0DD62989F.png

D’ailleurs, toutes les recherches menées dans le bassin de Barcelonnette lui doivent beaucoup. Il avait bien compris, dans la continuité des recherches menées par les collègues hollandais de l’Université d’Utrecht, tout l’intérêt de ce territoire pour l’enseignement et la recherche qui a permis, à plusieurs centaines d’étudiants de 2e et 3e cycle, un apprentissage du terrain couplant observation, description, cartographie et investigation. Nous gardons le souvenir de ce premier stage commun franco-italien organisé à Barcelonnette en 1986 par Jean-Claude Flageollet avec les collègues italiens de l’université de Modène (équipe du Professeur Mario Panizza) et rassemblant les étudiants de licence et de DEA de Caen et de Modène. Ce stage de terrain fut, d’une part, à l’origine de futurs échanges internationaux dans le cadre du programme ERASMUS et d’activités de formation du CERG (cours intensifs, écoles d’été, etc.), et d’autre part, le premier (d’une très longue série) de stages académiques, de Licence et de DEA qu’il organisa chaque année en tant que Professeur à Strasbourg. Pendant longtemps, durant son éméritat et au-delà même, il a continué à nous accompagner sur le terrain à Barcelonnette pour nous aider à l’encadrement du « traditionnel et attendu stage de terrain » et à poursuivre les opérations terrain menées dans le cadre de programmes de recherches nationaux ou européens initiés grâce au CERG.

Puis, il s’est tourné progressivement vers d’autres recherches qui lui tenaient particulièrement à cœur. Vosgien, il a travaillé sur des questions d’aménagement du territoire et d’environnement. Il a fait paraître en 2003, aux Editions du CNRS, un remarquable ouvrage de présentation des paysages en vue de la protection de ce patrimoine Sur les traces des glaciers vosgiens. Il a poursuivi dans cette voie, recherchant les sites géologiques et géomorphologiques remarquables et menant des actions en vue de leur protection et de leur sauvegarde, en particulier dans les Vosges. Il y a réalisé plusieurs maquettes de sentiers pédagogiques de découverte avec de très beaux panneaux sur la géomorphologie et le Quaternaire des lieux : 1) à Gérardmer, autour du lac, 2) dans la moraine de Noirgueux qu’il a fait classer fin 2013, au patrimoine naturel à titre scientifique, malgré les fortes réticences de scientifiques et d’élus locaux qui, depuis 2009, préféraient favoriser un projet de construction, et 3) dans la vallée de Straiture, le sentier du Sagard.

Enfin, il s’était investi depuis une dizaine d’années dans le domaine de la climatologie régionale, et a fait paraître en 2005 un ouvrage Où sont les neiges d’antan ? deux siècles de neige dans le Massif Vosgien, puis en 2010 Le réchauffement climatique en Europe, depuis quand ? pourquoi ? et en 2012 un Atlas régional du réchauffement climatique de 1971 à 2010.

Au nom de ses élèves, ses collègues, ses confrères, je voudrais remercier Jean-Claude Flageollet pour son apport scientifique : il a su nous guider et nous accompagner dans le champ d’une discipline qu’il a largement contribué à faire évoluer.

À titre posthume, je voudrais une fois encore lui exprimer mon très profond respect.

Ce texte a été écrit d’après sa biographie et sa bibliographie en ligne disponible sur son site internet, et grâce aux informations transmises par son épouse Suzanne, par Monique Fort, Jean-Paul Rothiot, Dominique Harmand et Jean-Philippe Malet.

Bibliographie

Flageollet J.-C. (1977)Origine des reliefs, altérations et formations superficielles en Limousin et en Vendée du Nord-Ouest : contribution à l’étude morphologique des massifs anciens. Thèse de Doctorat d’Etat. Mémoire Sciences de la Terre, Nancy, 35, 461 p.

Flageollet J.-C. (dir.) (1984) Mouvements de terrain, Ground Movements. Colloque de Caen, Documents du BRGM 1984, 83, 670 p.

Flageollet J.-C. (1988) Les mouvements de terrain et leur prévention. Collection Géographie, Masson, 224 p.

Flageollet J.-C. (2002)Sur les traces des glaciers vosgiens. CNRS Editions, 212 p.

Flageollet J.-C. (2005)Où sont les neiges d’antan ? Deux siècles de neige dans le massif vosgien. Presses Universitaires de Nancy, 217 p.

Flageollet J.-C. (2010)Le réchauffement climatique en Europe, Depuis quand ? Pourquoi ? de Boeck (Ed.), 140 p.

Flageollet J.-C. (2012)Atlas régional du réchauffement climatique de 1971 à 2010. PhysioGeo, Ouvrages en ligne, 114 p.

http://www.jean-claude-flageollet.sitew.com/ - Curriculum.B

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals