Navigation – Plan du site
Varia

Leçons tirées du cyclone Pam au Vanuatu (Mélanésie) : aléas côtiers, crues éclairs et dommages

Lessons learned from tropical cyclone Pam to Vanuatu (Melanesia): coastal hazards and flash flood and damages
Tony Rey, Loic Le , Frédéric Leone et Gilbert David

Résumés

Dans la nuit du 13 mars 2015, un cyclone destructeur de catégorie 5 a provoqué de sérieux dommages sur l’île capitale du Vanuatu. Trois mois après la catastrophe, le retour d’expérience (RETEX) s’est concentré sur les impacts physiques et les dommages entrainés par les houles cycloniques et les crues éclairs. L’analyse de l’inondation d’un quartier pauvre en périphérie de la capitale Port‑Vila a servi à caractériser la cinématique d’une crue éclair et ses effets ainsi que l’exposition des habitants à l’aléa inondation. Sur plusieurs parties du littoral, les houles cycloniques ont généré une surcote marine responsable de submersions marines. Les hauteurs maximales des vagues ont atteint 5 mètres. L’étendue des inondations a été cartographiée à partir des laisses de crue et à l’aide des témoignages. Les changements côtiers (formes d’ablation et d’accumulation) ont exprimé la réponse morpho-sédimentaire des plages à un événement extrême. Alors que la préparation au risque cyclonique a été efficace (onze morts), le RETEX a pointé une sous-estimation et une méconnaissance des risques côtiers et des inondations et cela malgré l’existence d’une très forte exposition aux risques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 16 novembre 2016, reçu sous sa forme révisée le 14 juillet 2017 et définitivement accepté le 19 octobre 2017.

Texte intégral

La mission scientifique a été financée par l’IRD. Les auteurs tiennent à remercier J.P. Moatti, Directeur général de l’IRD, B. Moizo, L. Cambrezy et G. De Noni ainsi que l’équipe IRD basée en Nouvelle-Calédonie. Nous remercions Monsieur A. du Boispean, Ambassadeur de France au Vanuatu. Nos remerciements s’adressent aussi à M. Vercoutère, D. Bridier, R. Butal, J. Lamberti de la Croix-Rouge française au Vanuatu pour leur coopération et assistance, P. Audin et E. Garaebiti du Vanuatu Meteorological and Geohazards Department et les habitants de Port‑Vila.

1. Introduction

1Les Petits États Insulaires en Développement (PEID) sont communément considérés pour être particulièrement vulnérables aux catastrophes naturelles et aux impacts du changement climatique (Nurse et al., 2014 ; Albert et al., 2016). Cette assertion repose tant sur leur emplacement proche de phénomènes tectoniques (volcans, séismes) et de leurs effets (tsunamis) que sur les caractéristiques des régions tropicales où les probabilités de phénomènes extrêmes provoquent une exposition élevée aux aléas naturels (Cronin et al., 2004 ; Richmond et Sovacool, 2012). La vulnérabilité est exacerbée par les conditions socio-économiques typiques des PEID telles qu'une population globale modérée à faible mais avec des taux de croissance démographique élevés, une urbanisation rapide, des migrations, des niveaux élevés de pauvreté relative, l'évolution des économies et la monétarisation des échanges, des ressources humaines limitées (Longépée, 2015). Cette vulnérabilité, cependant, n’est pas incompatible avec la résilience. Il existe des poches de résilience, en particulier dans les communautés dotées d'une solide base de connaissances traditionnelles (Campbell, 2006 ; Kelman, 2014 ; Le Dé et al., 2015). Toutefois, la capacité de rebond aux catastrophes reste faible et des différences notables existent entre la résilience des communautés urbaines et rurales.

2Au cours de la nuit du 13 mars 2015, l’archipel du Vanuatu a été sévèrement frappé par un cyclone tropical de catégorie 5 (échelle de SaffirSimpson), nommé Pam (fig. 1), causant de sérieux dommages aux infrastructures, aux habitations, aux exploitations agricoles, etc. (OCHA, 15 mars 2015). Le cyclone a été accompagné par des vents soufflant à plus de 250 km/h et des rafales à plus de 320 km/h, des pluies violentes, des vagues de submersions et des inondations qui ont touché l’ensemble de l’archipel. Le cyclone Pam est l’un des 153 cyclones les plus puissants enregistrés dans le monde depuis 1990 et le dernier événement connu à avoir autant affecté le Vanuatu après les cyclones Anne en 1988, Ivy en 2004 (catégorie 3), Wendy en 1972 (catégorie 4) et Uma en 1987, également de catégorie 5 (données NOAA). Plus de 188 000 personnes ont été affectées, soit près de 70 % de la population totale estimée à 270 000 habitants (GoV, 2015). Malgré la puissance du cyclone, les pertes en vie humaine ont été limitées : onze personnes ont perdu la vie dont six dans la capitale Port‑Vila (GoV, 2015).

Fig. 1 – L’archipel du Vanuatu face au cyclone Pam.
Fig. 1 – Tropical cyclone Pam through the Vanuatu.

Fig. 1 – L’archipel du Vanuatu face au cyclone Pam.   Fig. 1 – Tropical cyclone Pam through the Vanuatu.

3L'objectif de cet article est de présenter les résultats du retour d’expérience (RETEX) post-cyclone Pam au Vanuatu, et plus particulièrement, sur les sites côtiers et urbains de l’île d’Efaté car la majorité des études traitant des catastrophes dans les PEID se concentrent sur les zones rurales, peu de recherches mettant l'accent sur les zones urbaines. L’île d’Efaté, qui abrite la capitale Port‑Vila, a été sévèrement frappée par le cyclone Pam. Selon les évaluations du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA, 2015), 90 % des structures de l’île ont été endommagées ou détruites. Le RETEX a été réalisé trois mois après le passage du cyclone, au début de la phase de récupération, lorsque la plupart des aides ont été distribuées. Les objectifs ont été de récolter et de créer des données sur les impacts physiques de cet événement extrême. Quelles ont été les hauteurs maximales des vagues et leurs effets sur la côte (dépôts-ablation) ? Quelle a été l’ampleur des inondations marines et leur cinématique ? Les pluies diluviennes ont généré des crues dont la plus exceptionnelle et dangereuse a été analysée sous le prisme de l’aléa et les réactions des résidents. Le RETEX souligne les dynamiques récentes et rapides de l'exposition aux inondations et aux aléas côtiers en zone urbaine et apporte un recul sur la catastrophe à partir de l’analyse des vulnérabilités sociétales.

2. Le Vanuatu, un archipel à risques

2.1. Cadre géographique

4La République du Vanuatu est un archipel de 83 îles situées dans le Pacifique sud. L’île d’Efaté, d’origine volcanique, couvre près de 915 km². Elle se situe le long de l'arc volcanique néogène des Nouvelles-Hébrides (Dickinson, 2006) et se compose de hauts plateaux volcaniques centraux où culmine à 647 mètres le mont Macdonald (fig. 2). Les laves basaltiques et les brèches ponctuent surtout la partie nord de l’île (Ash et al., 1980). Selon Raos et Crawford (2004), elles proviennent de neufs centres volcaniques locaux situés au nord d’Efaté et sur les îles au large (Nguna, Pelé, Emao). Le complexe volcanique central est entouré par d’anciennes terrasses marines principalement composées de calcaires coralliens (Lecolle et al., 1990). Le littoral se caractérise par un récif frangeant accolé aux côtes rocheuses, aux plages de sable et aux mangroves.

Fig. 2 – Principales formations volcaniques et sédimentaires sur l’île d’Efaté (d’après Ash et al., 1978, modifié).
Fig. 2 – Volcanic and sedimentary rocks on the Efate Island (After Ash et al., 1978, modified).

Fig. 2 – Principales formations volcaniques et sédimentaires sur l’île d’Efaté (d’après Ash et al., 1978, modifié).  Fig. 2 – Volcanic and sedimentary rocks on the Efate Island (After Ash et al., 1978, modified).

1. Calcaires quaternaires (principalement coralliens) ; 2. Alluvions récentes ; 3. Laves basaltiques et brèches ; 4. Dépôts de ponces ; 5. Failles normales (graben de la Teouma).
1. Quaternary calcareous deposits (predominately coral); 2. Modern alluvium; 3. Basaltic lavas and breccias; 4. Pumice deposits; 5. Normal faults (Teouma graben).

2.2. Une exposition aux risques croissante

5Le Vanuatu est hautement exposé à un large panel d’aléas géodynamiques comme les tsunamis, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre. Sa situation géographique l’expose aussi aux perturbations météorologiques telles que les pluies diluviennes des tempêtes tropicales, les inondations ainsi que les cyclones. Cette exposition est amplifiée lorsque surviennent les oscillations climatiques El Niño et la Niña. D’ailleurs, le British analytics company Verisk Maplecroft (2015), après l’analyse de 1 300 villes, a récemment classé l’archipel du Vanuatu et sa capitale Port‑Vila comme étant les plus exposés aux aléas naturels dans le monde.

6L’île d’Efaté abrite la capitale Port‑Vila où se concentrent la plupart des activités commerciales, touristiques et politiques du pays. En 2009, 19 % de la population du pays vivait dans la capitale (Vanuatu National Statistics Office, 2009). Celle-ci connaît une pression démographique très rapide et une densification des enjeux en zone urbaine et péri-urbaine. De 5 208 habitants en 1967, la population à Port‑Vila est passée à 44 000 habitants en 2009 (fig. 3). En un peu plus de quarante ans, Port‑Vila a connu une croissance démographique supérieure à 700 %. La population se concentre autour du centre historique puis s’étire du nord au sud le long de la baie de Port‑Vila entre Malapoa et Pango et poursuit son extension en direction de nouveaux quartiers tels que Berverly Hills, 21 Jump Street, Bellevue, Erakor et les îles d’Iririki et Ifira (fig. 3). La croissance urbaine, qui est surtout alimentée par les mouvements migratoires des îles de l’archipel vers l’île capitale, est accompagnée par le développement de quartiers pauvres en zone péri-urbaine. Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (UNDP, 2010) et le Vanuatu National Statistics Office, plus de 18,4 % de la population à Port‑Vila vit sous le seuil de pauvreté et 27 % des habitations à Port‑Vila sont précaires et fabriquées avec des matériaux de récupération. La pauvreté s’accroît en raison du développement économique très lent (Connell, 2011). Par ailleurs, les ni-vanuatais résidant en ville se confrontent à de nouveaux modes de vie susceptibles d’accroitre leur vulnérabilité comme la monétarisation des échanges, la construction de maison de type occidental, la perte de tradition, la disparition du tissu familial et de l’entraide communautaire, etc. (Rey et al., 2017). L’évolution des conditions socio-économiques, politiques et culturelles passées et actuelles est révélatrice de vulnérabilité qui se sont amplifiées après le passage du cyclone Pam.

Fig. 3 – La zone urbaine et péri-urbaine de Port Vila.
Fig. 3 – The urban and peri-urban area of Port Vila.

Fig. 3 – La zone urbaine et péri-urbaine de Port Vila.  Fig. 3 – The urban and peri-urban area of Port Vila.

La courbe représente l’évolution de la population à Port‑Vila de 1967 à 2009.
The graph represents the trend in the Port‑Vila population since 1967 to 2009.

3. Méthodologie

3.1. L’apport du RETEX

7Dans une société où les catastrophes sont mises en scène, la demande en expertise est toujours plus forte : on veut en comprendre la genèse, le déroulement dans le temps et l’espace et ses impacts. On cherche à savoir si la catastrophe est bien naturelle (Duvat et Magnan, 2014), un produit du changement climatique ou bien si d’autres facteurs sont en cause tels que la mauvaise prévision, la préparation inadaptée, l’absence de communication, etc. Le RETEX de la catastrophe apporte les connaissances scientifiques nécessaires pour en comprendre les tenants et les aboutissants. Chaque catastrophe nourrit nos connaissances sur les liens entre forçages physiques (vent, houle, cours d’eau), impacts hydro-géomorphologiques (variations de la position du rivage, changements des profils de plages) et traces sédimentaires. La catastrophe devient une opportunité pour « collecter l'expérience individuelle de plusieurs acteurs et la réunir sous la forme d'une expérience collective » (Wybo, 2001 ; Legoff, 2010). Les enseignements de la catastrophe servent par exemple à proposer des actions de prévention plus cohérentes, à se préparer à la prochaine crise et à faire face à l’exceptionnel et à l’imprévu (Huet, 2005 ; Bersani et al., 2010). L’événement est replacé dans un système multidimensionnel de façon à intégrer les héritages (socio-économiques, politiques, religieux, environnementaux), leur dynamique et leur évolution et les particularités territoriales (Gaillard, 2015). Cette démarche holistique permet de s’extraire d’une vision réductrice et immédiate des répercussions de l’événement. En outre, elle aide à dépasser l’échelle locale, voire individuelle. Les données acquises confirment ou infirment le caractère exceptionnel de l’aléa. Est-il classique dans son déroulement ou atypique et pourquoi ? Existe-il des effets amplificateurs comme l’urbanisation ? S’agit-il d’une concomitance de facteurs naturels qui aboutissent à un événement extrême, d’espaces régulièrement touchés ou une exposition nouvelle ou accrue des enjeux ? Les données acquises sont ensuite susceptibles d’être intégrées dans des plans de gestion globale des risques et des catastrophes naturels (Leone, 2007) et offrent la possibilité de mieux anticiper leurs effets.

3.2. Le RETEX post-cyclone Pam

8L’évaluation a posteriori des effets du cyclone Pam a reposé sur une analyse diachronique, géomorphologique et sur l’observation des dégâts et le recoupement de témoignages.

9La comparaison des images satellites extraites de Google Earth prises le 16 mars 2015 soit trois jours après le passage du cyclone Pam par le satellite WorldView‑2, de résolution 50 cm (Digital Globe Inc.©) et des images plus anciennes prises par Pléiades, de résolution 50 cm (CNES/Airbus©), au mois de mai et juillet 2014, a permis d’identifier les côtes les plus touchées par les effets du cyclone Pam. L’analyse des images, et notamment la visualisation des traces laissées par les processus d’overwash, a mis en exergue une nette dichotomie où la côte Est d’Efaté a été la plus touchée par les vagues cycloniques (fig. 4). Cette première phase de reconnaissance a impulsé le choix des sites d’étude.

Fig. 4 – Approche diachronique des impacts des vagues cycloniques sur la côte est d’Efaté.
Fig. 4 – Diachronic approach of the cyclonic waves on the eastern coast of Efate.

Fig. 4 – Approche diachronique des impacts des vagues cycloniques sur la côte est d’Efaté.Fig. 4 – Diachronic approach of the cyclonic waves on the eastern coast of Efate.

10La phase de terrain a eu pour objectif de retracer la cinématique de l’évènement, son phasage (chronologie et déroulement), ses effets et sa durabilité (Defossez et al., 2016). Elle a consisté en une démarche organisée de collecte d’information (données physiques, dégâts, témoignages) utile à l’analyse des dysfonctionnements (Mortureux, 2004).

11La surcote cyclonique a été caractérisée à partir d’indicateurs morphologiques et hydro-sédimentaires (Morton et Sallenger, 2003 ; Wang et Horwitz, 2007 ; Etienne et Terry, 2012). Les effets géomorphologiques du cyclone se sont traduits par des dépôts tels que les épandages de washover, les laisses de mer, les blocs et des formes d’ablation qui ont été cartographiés et mesurés in situ au décamètre et/ou télémètre laser de type TruPulse 200.

12La reconnaissance sédimentologique des laisses de mer a été très utile pour spatialiser l’extension maximale des inondations marines (Cariolet, 2010 ; Finkl, 2013) et caractériser les hauteurs de vagues maximales. Elles sont caractérisées par un mélange de matériaux composés de débris volcaniques (pierre ponce de 1 à 2 cm de diamètre), de sables, de végétaux et de fragments de coraux. Sur l’ensemble de l’île d’Efaté, seul le site d’Eton présente des dépôts de 11 blocs coralliens qui ont été projetés sur les plages. Les blocs ont été cartographiés et les axes mesurés (tab. 1). Nous avons également analysé les dommages aux habitations et aux infrastructures de façon à estimer l’ampleur du phénomène et d’en apprécier l’intensité. Les ni-vanuatais nous ont apporté leur soutien pour connaitre les transformations du milieu côtier suite au cyclone Pam.

Tab. 1 – Caractéristiques des blocs transportés par le cyclone Pam à Eton.
Tab. 1 – Characteristics of boulders transported by the TC Pam along the Eton Coast.

Tab. 1 – Caractéristiques des blocs transportés par le cyclone Pam à Eton.  Tab. 1 – Characteristics of boulders transported by the TC Pam along the Eton Coast.

A, B et C correspondent aux trois axes des blocs.
A, B– and C are the three axis of the boulder.

13Les hauteurs de vagues mesurées in situ ont contribué à étalonner les mesures du marégraphe qui se situe dans la baie de Port‑Vila (ABoM et CISRO, 2014). Le cyclone s’est produit en période de morte-eau et à Efaté, l’amplitude maximale du cyclone a été enregistrée au cours de la marée descendante (pleine mer à 00:08, niveau : 1,08 m ; basse mer à 05:24, niveau : 0,3 m), limitant ainsi les effets des houles cycloniques. Qui plus est, la surcote cyclonique n’a pas été amplifiée par El Niño (celui-ci s’est manifesté trois mois après le cyclone Pam).

14Nous avons également choisi d’étudier la crue de la rivière Tagabé. Ce choix a été fait pour mettre en lumière l’exposition d’un quartier représentatif des espaces périphériques de Port‑Vila à une crue éclair. Le quartier qui est récent a été entièrement inondé par les eaux de la Tagabé. Nous avons qualifié les hauteurs d’eau maximales ainsi que l’enveloppe de crue à partir des marques laissées par la crue, des dommages matériels observés et du recueil des témoignages. Les données acquises ont ensuite permis de faire une estimation de la vitesse et des débits maximaux en utilisant l’équation de Manning-Strickler (Brater et King, 1976 ; Gaume, 2002 ; Rey et al., 2016). Cette équation mobilise les caractéristiques géométriques et hydrauliques de la Tagabé au cours de la crue et les caractéristiques du fond et des berges du cours d’eau (végétation, rugosité, etc.). La formule de Manning-Strickler se présente sous la forme suivante :

Vmax = K . R⅔ i½ 

[1]

Qmax = K . S . R⅔ i½

[2]

15Avec K le coefficient de rugosité de Strickler estimé à partir des observations du lit et des berges lors des reconnaissances de terrain, S la section mouillée (m²), R le rayon hydraulique (m) et i la pente longitudinale (tanβ).

16Les témoins du cyclone ont été une source d’informations considérables qui, après recoupements, ont permis d’affiner l’heure, la durée, l’intensité de l’événement et de mieux apprécier les dommages à l’échelle de la communauté.

4. Les impacts environnementaux du cyclone Pam

4.1. Changements côtiers et submersions marines

17Au passage d’un cyclone sur une côte basse exposée, les vagues gonflent et peuvent atteindre 5 à 10 mètres de hauteur (McInnes et al., 2003 ; De la Torre et al., 2008 ; Canavesio, 2014 ; Duvat et al., 2016). Lors du cyclone Pam, les houles cycloniques ont provoqué une surcote marine bien au-dessus des prédictions marégraphiques (ABoM et CSIRO, 2014). Cependant, les hauteurs maximales des vagues sont restées modérées (tab. 2). Dans la baie d’Erakor, qui est située au sud-est de Port‑Vila, le runup maximal des vagues a atteint 5 mètres au-dessus du niveau moyen de la mer. Sur les autres sites côtiers, les hauteurs maximales ont été moins élevées. Il reste difficile de définir les causes susceptibles d’amplifier ou d’atténuer les hauteurs de vagues. Nous pensons par exemple que la configuration de la baie d’Erakor a pu générer un phénomène de résonnance (Bertin et al., 2012 ; Nicolae Lerma et al., 2013 ; Chevillot-Miot et Mercier, 2014), les vagues s’empilant les unes contre les autres et augmentant le setup puis le runup. Il faut aussi y ajouter les effets du platier rocheux sur le comportement et la taille des vagues cycloniques.
Il réduit les hauteurs de vagues et leur énergie tout en assurant un rôle de protection de la côte face à l’érosion (Montaggioni, 2000 ; Duvat et Magnan, 2012 ; Etienne, 2012 ; Jeanson et al., 2016 ; Mahabot et al., 2017). Néanmoins, et c’est là tout le paradoxe, le platier rocheux fournit des matériaux susceptibles d’être projetés contre les infrastructures, augmentant le potentiel d’endommagement.

Tab. 2 – Conséquences géomorphologiques et dommages suite aux vagues cycloniques (de Boafatu à Port‑Vila).
Tab. 2 – Geomorphological consequences and damages because of tropical cyclone surge (from Boafatu to Port‑Vila).

Tab. 2 – Conséquences géomorphologiques et dommages suite aux vagues cycloniques (de Boafatu à Port‑Vila).  Tab. 2 – Geomorphological consequences and damages because of tropical cyclone surge (from Boafatu to Port‑Vila).

Les déracinements d’arbres côtiers (Pandanus, filaos, palétuviers et cocotiers) et les défoliations ne sont pas intégrés car tous les sites ont été concernés.
The uprooting of coastal trees (Pandanus, filaos, mangroves and coconuts) and extreme defoliation are not mentioned because all the study sites were concerned.

18Les analyses de terrain ont permis de localiser la ligne de déferlement des vagues qui n’a que très rarement dépassée la crête dunaire. Les inondations se sont surtout produites à partir des points bas et fragiles des côtes et par surverses au-dessus des dunes et de certains murs de protection. Les inondations consécutives à une rupture de cordons dunaires n’ont pas été observées. L’extension maximale de l’inondation a été mesurée à Erakor (fig. 5). Les eaux ont pu s’écouler librement sur cette vaste plaine, inondant près de 0,4 km². Une cinquantaine d’habitations ont été inondées mais de façon relativement modérée, le niveau d’eau maximum ayant atteint une hauteur maximale de 20 cm. Toujours à Erakor, les infrastructures touristiques (bars, bungalows) situées sur le front de mer ont été inondées par 40 cm d’eau.

19Sur de nombreux sites, l’endommagement des infrastructures et des habitations qui provient avant tout des effets du vent et des pluies diluviennes, a été amplifié par les projections de blocs coralliens. L’exemple le plus caractéristique est sans doute la destruction totale de l’église à Ekipé. Située à 30 mètres du rivage, sa position la rendait extrêmement vulnérable par rapport aux premières habitations qui, elles, sont situées à plus de 70 mètres du rivage et en position légèrement surélevée par rapport à l’église.

20Enfin, les submersions marines ont eu des effets plus pernicieux sur le moyen terme. Trois mois après les inondations, les puits restaient souillés. Selon les témoignages à Tamanu et à Ekipé, l’intrusion d’eau salée a provoqué une salinisation des sols et des puits, polluant l’eau pour les hommes, les animaux et les produits agricoles. Ce phénomène durable est reconnu pour compliquer la récupération des communautés côtières (Jouzel et al., 2012).

Fig. 5 – Submersions marines et inondations à Erakor (Port‑Vila).
Fig. 5 – Storm surge flooding and damaged to Erakor (Port‑Vila).

Fig. 5 – Submersions marines et inondations à Erakor (Port‑Vila).  Fig. 5 – Storm surge flooding and damaged to Erakor (Port‑Vila).

1. Submersion marine ; 2. Dépôts de vagues de haute énergie ; 3. Plage de sables coralliens ; 4. Cinématique des courants; 5. Digue de front de mer endommagée ; 6. Ligne de déferlement des vagues cycloniques.
1. Coatal flooding; 2. Washover deposits; 3. Beach ridge (sand and coral); 4. Reconstruction of the streamflows kinematics; 5. Sea-wall damaged; 6. Limit of the breaking waves.

4.2. Les réponses morpho-sédimentaires des plages coralliennes à Efaté

21Sur l’île d’Efaté, les réponses morpho-sédimentaires des plages ont été liées à de nombreux facteurs comme la morphologie des côtes et leur vulnérabilité intrinsèque, l’état de dégradation des plages, des récifs coralliens et de la mangrove ainsi que les pressions anthropiques exercées sur le milieu côtier, etc.

22En dépit de la complexité des processus de transfert des matériaux, il se dégage une certaine homogénéité dans les ajustements morphologiques et sédimentaires de la côte d’Efaté face à l’aléa cyclonique (fig. 6). Les épandages de washover représentent la forme d’accumulation la plus caractéristique créée par le cyclone Pam. Le dépôt se compose de sables coralliens, de fragments de coraux morts et de petits blocs coralliens. C’est dans les zones basses du littoral que cette accumulation a été la plus visible. Les deux plus importants épandages de washover (washover fan) ont été observés entre Eton et Boafatu où ils s’étendent sur plus de 90 mètres. Leur épaisseur est relativement faible, entre 10 et 5 cm. De part et d’autre de ces dépôts cycloniques, les écoulements ont créé des formes originales caractérisées par l’alternance de sillons et d’accumulations sédimentaires quasi parallèles et alignés dans le sens du ruissellement (Phantuwongraj et al., 2013).

Fig. 6 – Surcote cyclonique, inondation et changements côtiers sur l’île d’Efaté.
Fig. 6 – Tropical cyclone surge, inundation and coastal change on the Efaté Island.

Fig. 6 – Surcote cyclonique, inondation et changements côtiers sur l’île d’Efaté.Fig. 6 – Tropical cyclone surge, inundation and coastal change on the Efaté Island.

23Malgré leur bonne représentativité spatiale, la faible épaisseur des figures de washover laisse peu de chance de retrouver la signature sédimentaire de cet événement extrême dans quelques décennies. Il est en est de même pour les blocs coralliens de petite taille. Certes, l’érosion du platier corallien a délivré un volume important de matériaux sur les plages (blocs et sables), mais les nappes de débris sont restées très surfaciques ; nous sommes très loin des exhaussements de 50 à 70 cm mesurés par Etienne (2012) suite au passage du cyclone Oli (catégorie 4) en 2010 sur l’île de Tubuai en Polynésie française. Finalement, nous considérons que seul le site d’Eton parviendra à garder durablement une trace du passage du cyclone. En effet, à Eton, les vagues cycloniques ont projeté et chariés des blocs qui ont fini leur course sur la crête dunaire. Les blocs les plus imposants ont un volume de 0,4 m³ à 0,15 m³ jusqu’à exceptionnellement 1,2 m³. Sur les 11 blocs identifiés, 9 se sont déposés sur la crête dunaire. Six d’entre eux se situent entre 30 et 25 m du rivage. Ils possèdent un volume compris entre 0,56 et 0,06 m³. Un second groupe de trois blocs, qui possèdent un volume inférieur à 0,15 m³, se situe entre 38 et 30 m du rivage. Le bloc le plus volumineux (1,2 m³) se situe à six mètres du rivage. Dans le cas du cyclone Pam, il apparaît une bonne relation entre le volume et la taille des blocs, leur distance au rivage et la proximité du platier rocheux (fig. 7). Il semble y avoir un seuil du volume maximal de 1,3 m³ qui limite l'entraînement et le transport de blocs.

Fig. 7 – Corrélation entre le volume des blocs et la distance horizontale au rivage à Eton.
Fig. 7 – Correlation between the volume of boulders and the horizontal distance from the coastline along the Eton coast.

Fig. 7 – Corrélation entre le volume des blocs et la distance horizontale au rivage à Eton.Fig. 7 – Correlation between the volume of boulders and the horizontal distance from the coastline along the Eton coast.

Exemple de blocs (Photographie de F. Leone, 2017)
Example of boulders (Photograph by F. Leone, 2017)

24Le passage du cyclone Pam a également produit des formes d’ablation sur les dunes et sur les parties hautes des plages. Les falaises dunaires, de 10 à 30 cm de hauteur, sont les plus caractéristiques, avec localement des affouillements plus sévères à la base de bâtiments ou d’infrastructures de protection (fig. 8A). Cette forme d’érosion est un témoin de la limite spatiale du déferlement des vagues cycloniques où se trouvent associés des dépôts cycloniques. L’érosion des plages s’est aussi manifestée par l’exhumation des dalles du beach-rock (fig. 8B). Même si l’analyse de la résilience côtière mérite un suivi plus long, nous pouvons indiquer que deux ans après le passage du cyclone Pam les formes d’érosion sont toujours apparentes, bien que de plus en plus masquées par la végétation pour les secteurs en haut de plage.

Fig. 8 – Exemples d’impacts géomorphologiques du cyclone Pam en mars 2015.
Fig. 8 – Examples of geomorphic impacts of Tropical Cyclone Pam in March 2015.

Fig. 8 – Exemples d’impacts géomorphologiques du cyclone Pam en mars 2015.  Fig. 8 – Examples of geomorphic impacts of Tropical Cyclone Pam in March 2015.

A : érosion verticale des plages à Tamanu ; B : dalles du beachrock découvertes par l’érosion à Teouma (Photographie de T. Rey, 2015).
A: vertical erosion to Tamanu beach; B: Beach rock slabs uncovered by erosion to Teouma (Photograph by T. Rey, 2015).

4.3. Une crue éclair sans précédent dans la capitale Port‑Vila

25La croissance urbaine et rapide de Port‑Vila expose désormais des populations à un risque inondation. Ce risque a été majeur lorsque les pluies cycloniques se sont abattues sur la capitale. Plusieurs quartiers et rues ont été inondés, soit par ruissellement pluvial, soit par les crues des rivières. En zone urbaine, les inondations -qui ont été rapides- sont caractéristiques des crues éclairs. Nous avons analysé l’inondation de la rivière Tagabé qui a été la plus dangereuse et la plus dévastatrice. Cette rivière longe le quartier du 21 Jump Street. Il s’agit d’un quartier « pauvre » représentatif de l’extension récente de Port‑Vila. Le quartier regroupe environ 130 familles (fig. 9).

26L’inondation s’est produite entre minuit et une heure du matin. La morphologie de la vallée de la Tagabé ne permet pas aux eaux de déborder et s’écouler par la rive gauche. Par conséquent, la surverse, amplifiée par un embâcle en amont du pont, s’est produite en rive droite, inondant la plaine sur laquelle s’est développé le quartier du 21 Jump Street. L’inondation s’est étendue sur une surface de 0,5 km². La hauteur maximale de la crue a atteint 3,5 m puis les hauteurs d’eau ont diminué selon la topographie de la plaine (fig. 9). En utilisant l’équation de Manning Strickler, nous avons estimé la vitesse maximale à 3,5 m/s et le débit de pointe à 300 m³/s. Il n’existe aucun appareil de mesure sur la rivière, ce qui nous limite considérablement dans l’analyse critique des données. Cependant, le point fort reste le fait que les calculs sont basés sur les informations recueillies sur le terrain.

27Les habitations situées à proximité de la rivière ont subi des dommages sérieux. Ces dernières ont été inondées par 90 cm d’eau et sont restées plusieurs jours sous les eaux. D’une manière générale, les dommages ont été très importants car les caractéristiques des habitations (toits et murs en tôle, matériaux de récupération, etc.) les rendent vulnérables au vent et aux risques hydrologiques.

Fig. 9 – Crue et inondation du quartier 21 Jump Street (Port Vila) lors du passage du cyclone Pam.
Fig. 9 – The 21 Jump Street neighborhoods and homes damaged by flooding (Port Vila).

Fig. 9 – Crue et inondation du quartier 21 Jump Street (Port Vila) lors du passage du cyclone Pam.  Fig. 9 – The 21 Jump Street neighborhoods and homes damaged by flooding (Port Vila).

1. Enveloppe de crue ; 2. Hauteur d’eau maximale (en mètres) ; 3. Embâcle ; 4. Zone refuge ; 5. Pont Prima endommagé ; 6. Rupture de berge et inondation.
1. Maximal extension of the inundation; 2. Maximum flood deph (meters); 3. Log jam; 4. Spontaneous evacuation to night clubs; 5. Prima Bridge damaged; 6. Overflow bank.

5. Analyse de la vulnérabilité environnementale et sociétale

28Les côtes qui ont été fortement touchées par le cyclone Pam ne présentaient pas toutes les mêmes vulnérabilités. En effet, un vaste platier rocheux et la végétation côtière relativement dense ont protégé les plages exposées aux vents et aux houles cycloniques. Des côtes pourtant moins exposées à cet événement extrême comme celle de Port‑Vila ont à l’inverse été très vulnérables aux impacts du cyclone compte tenu de l’état de dégradation des plages et de l’avant côte. Cette fragilisation des côtes et leur dégradation s’expliquent par des nouveaux styles de vie et de consommation, la pression démographique et les activités humaines (extraction des sables, tourisme, etc.) lesquels pèsent sur la qualité des milieux tropicaux insulaires (Dolique et al., 2007 ; Conell, 2011 ; Mahabot et al., 2017). Et même s’il est difficile d’estimer la part de responsabilité des hommes dans la dégradation des écosystèmes côtiers, l’accroissement de la quantité de déchets toxiques et organiques nuit aux mangroves et aux coraux (Gattuso, 2013 ; Kroeker et al., 2013). Par conséquent, la récupération post-événementielle des plages coralliennes en zone urbaine n’est pas facile à estimer. Elle apparaît généralement plus difficile (plus lente ?), malgré la résilience sociétale qui aide à la résilience des côtes qui n’est alors plus naturelle mais soutenue et entretenue (Vogel et al., 2007 ; Mahabot et al., 2017).

29Quant est-il de la résilience côtière après le passage d’un événement de haute énergie ? Cette problématique soulève encore des interrogations malgré des avancées certaines au cours de ces dernières années (Folke et al., 2004 ; Gedan et al., 2010 ; Scyphers et al., 2011 ; Zhang et al., 2012). La pluralité des réponses morpho-sédimentaires observée sur la côte est d’Efaté apporte des éléments sur la manière avec laquelle les côtes ont absorbé et résisté aux vagues cycloniques. Nous considérons qu’une partie de la résilience côtière s’est produite au cours de l’événement extrême puis se prolonge dans le temps. Les impacts géomorphologiques du cyclone Pam en témoignent. En cela, les formes d’ablation et d’accumulation constituent-elles une réponse à un système dynamique capable de mettre en place des processus d’auto-organisation ? La résilience géomorphologique se poursuit sur un temps plus long que le temps de l’événement : par exemple, les sédiments coralliens ont été mobilisés par les vagues cycloniques et, à défaut de se retrouver immédiatement sur les plages, transitent sur le platier récifal. De plus, comme l’ont démontrées des études récentes (Bosser et al., 2000 ; Testut et al., 2016 ; Mahabot et al., 2017), certaines îles tropicales sont intrinsèquement résilientes (e.g., îles Mamanuca aux Fidji, île de la Grande Glorieuse), avec une dynamique et une évolution des côtes sous le contrôle des apports biodétritiques du stock récifal et des vagues. Deux ans après le passage du cyclone Pam, nous n’avons pas observé de changements côtiers majeurs sur la côte est d’Efaté. Les formes d’érosion et d’accumulation sont toujours présentes bien que parfois masquées pas la végétation. L’analyse de la résilience côtière demande un suivi sur le temps long et si possible à l’écart des espaces trop anthropisés car les actions humaines masquent, biaisent et perturbent les processus naturels d’auto-organisation.

30Malgré l’ampleur du cyclone Pam, les effets liés aux vagues sont restés relativement modestes. Sans pouvoir véritablement le quantifier, les vents et les pluies diluviennes ont été plus dommageables mais comme dans de nombreux cas, la catastrophe tire ses origines d’autres facteurs (Duvat et Magnan, 2014). La vulnérabilité des ni-vanuatais vivant en zone urbaine s’explique par des facteurs de vulnérabilité qui existaient avant la catastrophe comme par exemple les changements sociétaux profonds, les héritages propres au Vanuatu (Potter et Conway, 1997 ; Pelling et Uitto, 2001 ; Janssen, 2006 ; UNDP, 2014), l’érosion des relations familiales, le chômage et la faible croissance économique, l’urbanisation non planifiée et incontrôlée, la corruption, l’exposition aux aléas, etc. On peut également ajouter que si la protection sociale communautaire et informelle s'est toujours avérée efficace au Vanuatu, ces formes traditionnelles de protection se sont affaiblies à Port‑Vila (Ratuva, 2010). Le système formel de protection sociale est quelque peu limité ou mal conçu, augmentant ainsi le risque de catastrophe (Ratuva, 2010). Dans le cas de Port‑Vila, l’exposition croissante des habitants aux risques naturels ne fait aucun doute. Les dommages se localisent dans les quartiers qui se sont établis à proximité des points d’eau, des rivières et de la côte, c'est-à-dire dans des espaces a priori à risques. Ces quartiers grossissent par l’afflux de migrants et de ruraux venant des autres îles en direction de la capitale. Ces populations sont souvent démunies lorsqu’elles arrivent à Port‑Vila. Elles rejoignent alors des communautés établies dans les quartiers « pauvres » de la capitale. Ces néo-urbains ne connaissent pas forcement l’ampleur des aléas en zone urbaine. Par exemple, les habitants du 21 Jump Street ne se sentaient pas concernés et exposés au risque inondation et pourtant, la création récente de ce quartier dans le lit majeur de la rivière les a directement exposés à un risque. Il en est de même pour les nouveaux arrivants qui s’installent sur la côte, à proximité des complexes touristiques, là où ils pourront éventuellement trouver un emploi.

31Outre des facteurs de vulnérabilité sociétale, le cyclone Pam a mis en évidence la forte vulnérabilité des habitations en ville et dans les communautés côtières. L’habitat traditionnel caractérisé par la hutte faite de bois et de feuilles de palmiers est remplacé en ville par une habitation « calquée » sur le modèle de la maison occidentale, c'est à dire avec des murs en dur et une toiture en tôle. Cependant, l’habitation est fragile car elle est réalisée avec des tôles ondulées en acier et des matériaux de récupération de mauvaise qualité (Alcantara-Ayala et Goudie, 2010 ; Lavigne et Paris, 2011 ; Rey et al., 2017). Face au cyclone Pam, ces maisons « occidentales » se sont révélées très vulnérables. Leur reconstruction est souvent trop chère pour pouvoir les réparer et s’y réinstaller. De plus, l’accès aux micro-crédits reste très difficile et quasi impossible pour les plus démunis. Le coût élevé des matériaux pour reconstruire une habitation en dur complique la récupération post-événementielle et cela malgré une baisse de 12 % des taxes décidées par le gouvernement du Vanuatu après le passage du cyclone Pam. Il semble même y avoir une remise en cause de ce modèle occidental car le faux sentiment de sécurité procuré par ces maisons a pu constituer un facteur de risque supplémentaire (effondrement des murs). Grâce au cyclone Pam, le « nimenten » fait l’objet d’une reconquête par les urbains. Il s’agit d’une vaste maison traditionnelle possédant des caractéristiques techniques suffisantes pour résister aux vents cycloniques et protéger plusieurs familles (Coiffier, 1988). Traditionnellement, à l’approche d’un cyclone, les ni-vanuatais trouvent refuge dans le nimenten mais cet habitat n’existe que très rarement en ville. Suite aux échanges avec la Croix-Rouge qui connaît très bien le contexte vanuatais, la post-construction devrait être une opportunité pour proposer un type de construction hybride associant les principes de la construction traditionnelle et de nouveaux matériaux.

32Finalement, le cyclone Pam a amplifié les facteurs de vulnérabilité environnementale et sociétale. Ces facteurs de vulnérabilité sont reconnus pour saper la résilience des populations urbaines (Storey et Hunter, 2010) car ils limitent la résistance aux perturbations et bloquent les ajustements durables (Duvat et Magnan, 2012 ; Longépée, 2015). Deux ans après le passage du cyclone Pam, la récupération reste compliquée notamment pour financer des réparations ou reconstruire une habitation.

6. Conclusion

33Cette étude apporte de nouveaux éléments sur les processus et les réponses morpho-sédimentaires des côtes coralliennes suite au passage d’un cyclone de catégorie 5. Les signatures géomorphologiques du cyclone Pam alternent entre l’engraissement des plages sous la forme de washover et de dépôts de blocs et l’ablation. Deux après le passage du cyclone, la côte n’a quasiment pas évolué. L’hystérèse côtière a été rapide mais il ne semble pas y avoir de bifurcation radicale du système côtier. Les côtes coralliennes ont répondu au forçage cyclonique par des transferts de matériaux vers le haut de plage et l’intérieur des terres. Les sédiments proviennent des plages et du platier rocheux. Les modalités d’absorption du choc sont complexes (influence du platier rocheux, morphologie de la côte, disponibilité des matériaux). Un suivi sur le temps long de la côte d’Efaté est ambitionné pour mieux appréhender les processus de résilience des côtes coralliennes suite à un forçage cyclonique car les changements côtiers associés au cyclone Pam ne sont ni négatifs ni positifs, ils oscillent entre des formes d’érosion et d’accumulation. La remobilisation des sédiments stockés sur le platier servira probablement à la résilience des plages.

34Cette étude fournit des données inédites sur des aléas "inondation" qui sont méconnus et/ou sous-estimés. Alors que le Vanuatu a montré une bonne préparation au risque cyclonique, les effets associés au cyclone n’ont pas fait l’objet d’une surveillance et d’une alerte. Par exemple, l’évacuation du quartier du 21 Jump Street a été faite spontanément et bien qu’aucune victime ne soit à déplorer, la catastrophe n’était pas très loin. L’étude contribue ainsi à édifier des niveaux de référence susceptibles d’être utilisés pour développer le territoire en intégrant au mieux le risque. C’est là une véritable opportunité pour Port‑Vila dont la croissance urbaine (parfois anarchique) s’effectue sur des espaces à risque. Nous soulignons aussi le fait que la catastrophe aurait pu être plus importante si la surcote cyclonique s’était produite à marée montante et pendant une phase El Niño, connu pour entraîner une élévation du niveau marin (Corrège et al., 2000 ; Ballu et al., 2011 ; Becker et al., 2012 ; Cazenave et al., 2012 ; Hoeke et al., 2013). Les données concernant les houles cycloniques et leurs effets ne correspondent donc pas à un niveau extrême. Les analyses sur les résiliences sociétales et physiques et la réduction des vulnérabilités au Vanuatu se poursuivent dans le cadre du Projet Résilience Post-Pam.

Haut de page

Bibliographie

ABoM & CISRO (2014) – Climate variability, extremes and change in the Western Tropical Pacific: new science and updated country reports, Pacific Australia Climate Change Science and Adaptation Planning Program Technical Report, Australian Bureau of Meteorology and Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation, Melbourne, Australia, 358 p.

Albert S.L., Grinham J.X., Church A.R., Gibbes J.A., Woodroffe C.D. (2016) – Interactions between sea-level rise and wave exposure on reef island dynamics in the Salomon Island. Environmental Research Letters, 8 (5), 054011.
DOI : 10.1088/1748-9326/11/5/054011

Alcantara-Ayala I., Goudie A.S. (2010) – Geomorphological Hazards and Disaster Prevention, Cambridge University Press, 304 p.

Ash R.P., Carney J.N., Macfarlane A. (1980) – Geology of the Northern Banks Islands. Port Vila: New Hebrides Government Geological Survey Regional Report.

Ash R.P., Carney J.N., Macfarlane A. (1978) – Geology of Efate and Offshore Islets. Port Vila: New Hebrides Condominium Geological Survey Regional Report, 49 p.

Ballu V., Bouinc M.N., Siméoni P., Crawford C.C., Calmant S., Boré. J.M., Kanas T., Pelletier B. (2011) – Comparing the role of absolute sea-level rise and vertical tectonic motions in coastal flooding, Torres Islands (Vanuatu). Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 108 (32), 13019-13022.
DOI : 10.1073/pnas.1102842108

Becker M., Meyssignac B., Letetrel C., Llovel W., Cazenave A., Delcroix T. (2012) – Sea level variations at tropical Pacific islands since 1950. Global Planet Change, 80-81, 85-98.
DOI : 10.1016/j.gloplacha.2011.09.004

Bersani C., Gerard F., Gondran O., Helias A., Martin X., Puech P., Dumas P., Rouzeau M., Fleury B., Greff M., Bougere R., Trepos Y. (2010) – Tempête Xynthia, retour d’expérience, évaluation et propositions d’action – Tome 1, rapport interministériel, 191 p.

Bertin X., Bruneau N., Breilh J.F., Fornunato A.B., Karpytchev M. (2012) – Importance of wave age and resonance in storm surges: the case Xynthia, Bay of Biscay. Ocean Modelling 42 (4), 16-30.
DOI : 10.1051/LHB/2016020

Bosser K., Levoy F., Flageollet J.-C. (2000) – Évolution morphodynamique d'une plage soumise à des épisodes de renforcement des alizés en Martinique. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 6 (2), 75-86.
DOI : 10.3406/morfo.2000.1049 

Brater E.F., King H.W. (1976) – Handbook of hydraulics for the solution of hydraulic engineering problems, New York, McGraw-Hill (Ed.), 6th Edit., 591 p.

British analytics company Verisk Maplecroft (2015) – 5e atlas des risques et des aléas naturels, 117 p.

Campbell J.R. (2006) – Traditional disaster reduction in Pacific Island communities. GNS Science Report 2006/38, GNS Science, Wellington, New Zealand, 46 p.

Canavesio R. (2014) – Estimer les houles cycloniques à partir d’observations météorologiques limitées : exemple de la submersion d’Anaa en 1906 aux Tuamotu (Polynésie française). VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], 14 (3), Décembre 2014. http://vertigo.revues.org/15384.
DOI : 10.4000/vertigo.15375

Cariolet J.-M. (2010) – Use of high water marks and eyewitness accounts to delineate flooded coastal areas: The case of Storm Johanna (10 March 2008) in Brittany, France. Ocean & Coastal Management 53 (11), 679-690.
DOI : 10.1016/j.ocecoaman.2010.09.002

Cazenave A., Henry O., Munier S., Meyssignac B., Delcroix T., Llovel W., Palanisamy H., Becker M. (2012) – ENSO influence on the global mean sea level over 1993-2010. Marine Geodesy, 35 (S1), 82-97.
DOI : 10.1080/01490419.2012.718209

Chevillot-Miot E., Mercier D. (2014) – La vulnérabilité face au risque de submersion marine : exposition et sensibilité des communes littorales de la région Pays de la Loire (France). VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], 14 (2). http://vertigo.revues.org/15110 ;
DOI : 10.4000/vertigo.15110

Connell J. (2011) – Elephants in the Pacific? Pacific urbanisation and its discontents. Asia Pacific Viewpoint, 52 (2), 121-135.
DOI : 10.1111/j.1467-8373.2011.01445.x

Cronin S.J., Gaylord D.R., Charley D., Alloway B.V., Wallez S., Essau J.W. (2004) – Participatory methods of incorporating scientific with traditional knowledge for volcanic hazard management on Ambae Island Vanuatu. Bull. Volcanol., 66, 652-668.
DOI : 10.1007/s00445-004-0347-9

Coiffier C. (1988) – Traditional Architecture in Vanuatu. University of the South Pacific, 184 p.

Corrège T., Delcroix T., Recy J., Beck W., Cabioch G., Le Cornec F. (2000) – Evidence for stronger El Niño-Southern Oscillation (ENSO) events in a mid-Holocene massive coral. Paleoceanography, 15, 465-470,
DOI : 10.1029/1999PA000409

Defossez S., Rey T., Vinet F., Boissier L. (2016) – Flood risk managment cases studies in French mediterranean area. Actes du 3rd European conference on Flood Risk Managment, 17-21 oct. 2016, Lyon. 6 p.

De La Torre Y., Lecacheux S., Pedreros R., Balouin Y. (2008) – Modélisation de la houle cyclonique dans le lagon de Mayotte. Journées Nationales Génie Côtier- Génie Civil, 14-16 octobre 2008, Sophia Antipolis, 325-334.
DOI : 10.5150/jngcgc.2008.031-D

Dickinson W.R. (2006) – Temper Sands in Prehistoric OceanianPottery: Geotectonics, Sedimentology, Petrography, Provenance. Boulder, Colorado, Geological Society of America Special Paper 406.

Dolique F., Jeanson M., Besson J. (2007) – A monitoring network for assessing the impact of extreme marine meteorological events on tropical beaches. Journal of Coastal Research, SI 50 (Proceedings of the 9th International Coastal Symposium, Gold Coast, Australia), 77–81.

Duvat V., Magnan A. (2012) – Ces îles qui pourraient disparaître, Editions Le Pommier, Paris, 191 p.

Duvat V., Magnan A. (2014) – Des catastrophes… « naturelles » ?. Editions Le Pommier, Paris, 311 p.

Duvat V., Magnan A., Étienne S., Salmon C., Pignon-Mussaud C. (2016) – Assessing the impacts of and resilience to Tropical Cyclone Bejisa, Reunion Island (Indian Ocean). Natural Hazards, 83 (1), 601-640.
DOI : 10.1007/s11069-016-2338-5

Etienne S. (2012) – Marine inundation hazards in French Polynesia: geomorphologic impacts of tropical cyclone Oli in February 2010. In Terry J. & Goff J. (Eds), Natural Hazards in the Asia-Pacific Region: Recent Advances and Emerging Concepts. The Geological Society of London Special Publication, 361, 21-39.

Etienne S., Terry J.P. (2012) – Coral boulders, gravel tongues and sand sheets: Features of coastal accretion and sediment nourishment by Cyclone Tomas (March 2010) on Taveuni Island, Fiji. Geomorphology, 175-176, 54-65.
DOI : 10.1016/j.geomorph.2012.06.018

Finkl C.W. (ed) (2013) – Coastal hazards, Coastal Research Library 6, 840 p.

Folke C., Carpenter S., Walker B., Scheffer M., Elmqvist T., Gunderson L., Holling C.S. (2004) – Regime Shifts, Resilience, and Biodiversity in Ecosystem Management. Annual Review of Ecology, Evolution and Systematics, 35, 557-581.
DOI : 10.1146/annurev.ecolsys.35.021103.105711

Gaillard J.C. (2015) – People's Response to Disasters in the Philippines: Vulnerability, Capacities and Resilience. New York, Palgrave Macmillan, 216 p.

Gaume E. (2002) – Eléments d’analyse sur les crues éclair. Thèse de doctorat, École Nationale du Génie Rural des Eaux et des Forêts – Institut National de la Recherche Scientifique, France, 359 p.

Gattuso J.P. (2013) – Impacts of ocean acidification on marine organisms: quantifying sensitivities and interaction with warming. Global Change Biology, 19, 1884-1896.
DOI : 10.1111/gcb.12179

Gedan K., Kirwan M., Wolanski E., Barbier E., Silliman B. (2010) – The present and future role of coastal wetland vegetation in protecting shorelines: answering recent challenges to the paradigm. Climatic Change, 106, 7-29.
DOI : 10.1007/s10584-010-0003-7

Government of Vanuatu (GoV) (2015) – Tropical Cyclone Pam – Humanitarian Action Plan, 55 p.

Hoeke R.K., McInnes K.L., Kruger J.C., McNaught T R.J., Hunter J.R., Smithers S.G. (2013) – Widespread Inundation of Pacific Islands Triggered by Distant-Source Wind-Waves. Global and Planetary Change, 108, 128-138.
DOI : 10.1016/j.gloplacha.2013.06.006

Huet P. (2005) – La méthodologie des retours d'expériences après les accidents naturels. Première tentative de codification. Rapport IGE 05/17, 85 p.

Janssen D. (2006) – Disaster Planning in Rural America. Public Manager 35 (3), 40-43.

Jeanson M., Dolique F., Sedrati M., Cohen O., Bertier J., Cavalin A., Charpentier J., Anthony E. (2016) – Wave modification across a coral reef : Cap Chevalier, Martinique Island. Journal of Coastal Research, 75 (1), 582-586.
DOI : 10.2112/SI75-117.1

Jouzel J. (dir), Planton S., Cazenave A., Delecluse P., Dorfliger N., Gaufrès P., Idier D., Jamous M., Le Cozannet G., Le Treut H., Peings Y. (2012) – Le climat de la France au XXIe siècle. Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, 70 p.

Kelman I. (2014) – Climate Change and Other Catastrophes: Lessons from Island Vulnerability and Resilience. Moving Worlds: a journal for transcultural writings, 14 (2), 127-140.

Kroeker K. J., Kordas R. L., Crim R., Hendricks I., Ramajo L., Singh G., Duarte C., Gattuso J.P. (2013) – Impacts of ocean acidification on marine organisms: quantifying sensitivities and interaction with warming. Global Change Biology, 19, 1884-1896.
DOI : 10.1111/gcb.12179

Lavigne F., Paris R. (2011) – Tsunarisque : le tsunami du 26 décembre 2004 à Aceh, Indonésie. Publications de la Sorbonne, Paris, 327 p.

Lecolle J.F., Bokilo J.E., Bernat M. (1990) – Soulèvement et tectonique de l’ile d’Efaté (Vanuatu), arc insulaire des Nouvelles-Hébrides, au cours du Quaternaire récent : Datation de terrasses soulevées par la méthode U/Th. Marine Geology, 94, 251-270.
DOI : 10.1016/0025-3227(90)90072-R

Le Dé L., Gaillard J.C., Friesen W. (2015) – Remittances and disaster: policy implications for disaster risk management. Migration, Environment and Climate Change: policy Brief Series, 1 (2), 9 p.
DOI : 10.1016/j.ijdrr.2013.03.007

Legoff N. (2010) – Les Comores et l'aléa cyclonique dans le contexte des changements climatiques : la vulnérabilité différenciée d'Anjouan et de Mayotte. VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], 10 (3). http://vertigo.revues.org/10497.
DOI : 10.4000/vertigo.10497

Longépée E. (2015) – Les atolls, des territoires menacés par le changement climatique global ? L’exemple de Kiribati (Pacifique Sud). Géoconfluences [en ligne]. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/oceans-et-mondialisation/corpus-documentaire/Kiribati

Leone F. (2007) – Caractérisation des vulnérabilités aux catastrophes « naturelles » : contribution à une évaluation géographique multirisque (mouvements de terrain, séismes, tsunamis, éruptions volcaniques, cyclones). HDR en Géographie. Université Paul Valéry - Montpellier III, 245 p.

Mahabot M., Pennober G., Suanez S., Delacourt C., Troadec R. (2017) – Effect of tropical cyclones on short-term evolution of carbonate sandy beaches of Reunion Island. Journal of Coastal Research, 33 (4), 839-853.
DOI : 10.2112/JCOASTRES-D-16-00031.1

McInnes K.L., Walsh K.J.E., Hubbert GD., Beer T. (2003) – Impact of sea level rise and storm surges on a coastal community. Natural Hazards, 30 (2), 187-207.
DOI : 10.1023/A:1026118417752

Montaggioni L. F., (2000) – Les récifs coralliens et l’élévation du niveau marin : risques et réponses », in Paskoff (éd.), Actes du Colloque : Le changement climatique et les espaces côtiers. L’élévation du niveau de la mer : risques et réponses, Arles, 12-13 octobre, 28-33

Morton R.A., Sallenger A.H.Jr (2003) – Morphological impacts of extreme storms on sandy beaches and barriers. Journal of Coastal Research, 19, 560-573.

Mortureux Y. (2004) – Le REX en questions. Techniques de l’ingénieur, Traité Sécurité et Gestion des Risques, SE 104.

Nicolae Lerma A., Thomas Y.-F., Durand P., Anselme B., et Carlos Andrade C. (2013) – Modélisation de submersions marines et leur validation par observation vidéo à Carthagène des Indes, Colombie. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 19 (4), 481-498.
DOI : 10.4000/geomorphologie.10417

Nurse L., McLean R., Agard J., Briguglio L.P., Duvat V., Pelesikoti N., Tompkins E., Webb A. (2014) – Small islands. In Climate change: impacts, adaptation and vulnerability, Part B: Regional aspects, contribution of working group II to the fifth assessment report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA, 1613-1654.

Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (2015) – Severe Tropical Cyclone Pam, Situation Report N°1 (15 March 2015).

Pelling M., Uitto J.I. (2001) – Small island developing states: natural disaster vulnerability and global change. In Global Environmental Change Part B. Environmental Hazards, 3 (2), 49 - 62.
DOI : 10.1016/S1464-2867(01)00018-3

Phantuwongraj S., Choowong M., Nanayama F., Hisada K.I., Charusiri P., Chutakositkanon V., Pailoplee S., Chabangbon A. (2013) – Coastal geomorphic conditions and styles of storm surge washover deposits from Southern Thailand. Geomorphology, 192, 43-58.
DOI : 10.1016/j.geomorph.2013.03.016

Potter R.B., Conway C. (1997) – Self-Help Housing, the Poor and the State in the Caribbean. University of the West Indies Press, Jamaica, 314 p.

Raos A.M., Crawford A.J. (2004) – Basalts from the Efate island group, central section of the Vanuatu arc, SW Pacific: Geochemistry and petrogenesis. Journal of Volcanology and Geothermal Research, 134, 35-56.
DOI : 10.1016/j.jvolgeores.2003.12.004

Ratuva S. (2010) – Back to basics: towards integrated social protection for vulnerable groups in Vanuatu. Pacific Economic Bulletin, 25 (3), 40-64.

Rey T., Le Dé L., Leone F., David G. (2017) – An integrative approach to understand vulnerability and resilience post-disaster: the 2015 cyclone PAM in urban Vanuatu as case study, Disaster Prevention Management: an International Journal, 26 (3), 259-275.
DOI : 10.1108/DPM-07-2016-0137

Rey T., Defossez S., Vinet F. Boissier L. (2016) – Cinématique et impacts d’un événement hydrométéorologique : les inondations du 6-7 octobre 2014, Grabels (France méditerranéenne). VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], 16 (1). http://vertigo.revues.org/16965.
DOI : 10.4000/vertigo.16965 

Richmond N., Sovacool B.K. (2012) – Bolstering resilience in the coconut kingdom: Improving adaptive capacity to climate change in Vanuatu. Engery Policy, vol. 50, issue C, 843-848.
DOI : 10.1016/j.enpol.2012.08.018

Scyphers S.B., Powers S.P., Heck K.L.Jr., Byron D. (2011) – Oyster reefs as natural breakwaters mitigate shoreline loss and facilitate fisheries. PLoS One 6 (8): e22396.
DOI : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0022396

Storey D., Hunter S. (2010) – Kiribati: An environmental ‘perfect storm’. Australian Geographer, 41, 167-182.
DOI : 10.1080/00049181003742294

Testut L., Duvat V., Ballu V., Fernandes R.M.S., Pouget F., Salmon C., Dyment J. (2016) – Shoreline changes in a rising sea level context: The example of Grande Glorieuse, Scattered Islands, Western Indian Ocean. Acta Oecologica, 72, 110-119, ISSN 1146-609X,
DOI : 10.1016/j.actao.2015.10.002

UNDP (2010) – Hardship and Poverty Report. Analysis of the 2010 Household Income and Expenditure Survey, Vanatu National Statistics Office and UNDP Pacific Centre, Suva, Fiji.

UNDP (2014) – Human Development Report 2014: Sustaining Human Progress : reducing vulnerabilities and building resilience,Vanuatu, 19 p.

Vanuatu National Statistics Office (2009) – Census of Population and Housing Summary Release, Port‑Vila, Vanuatu.

Vogel C., Moser S.C., Kasperson R.E., Dabelko G.D. (2007) – Linking vulnerability, adaptation, and resilience science to practice: Pathways, players, and partnerships. Global Environnemental Change, 17, 349-364.
DOI : 10.1016/j.gloenvcha.2007.05.002

Wang P., Horwitz M.H. (2007) – Erosional and depositional characteristics of regional overwash deposits caused by multiple hurricanes. Sedimentology, 54, 545-564.
DOI : 10.1111/j.1365-3091.2006.00848.x

Wybo J.L. (2001) – Risky Business - Accidents happen: good risk management is about making sure you learn from them. Tomorrow, 72-73.

Woodroffe C. (2002) – Coasts: form, process and evolution, Cambridge University Press, 623 p.

Zhang K., Liu H., Li Y., Smith T.J. (2012) – The role of mangroves in attenuating storm surges. Estuarine, Coastal and Shelf Science, 102-103, 11-23.
DOI : 10.1016/j.ecss.2012.02.021

Haut de page

Annexe

Abridged English version

On the evening of 13 of March 2015, Vanuatu was severely hit by a category 5 (SaffirSimpson hurricane wind scale). Tropical Cyclone named Pam causing serious damage to infrastructure and leaving debris strewn across the capital. The cyclone brought extremely damaging winds estimated to reach 250 km/h with gusts peaking at around 320 km/h, heavy rainfall, storm surges and flooding too much of the country (fig. 1). It is estimated that cyclone Pam affected more than 188,000 people and about 70% of the country population of 270,000. Field work was carried in June 2015, about three months after the cyclone at the end of the early recovery process when the most part of the relief aid was distributed. Port‑Vila is the capital of Vanuatu. The Capital Port‑Vila is identified as the world's most exposed city to natural disasters by the British analytics company Verisk Maplecroft. It has a fast growing population, from 10,600 inhabitants in 1979 to 44,000 in 2009, representing about 19% of the total country population. The capital was severely hit by the cyclone, and assessments indicate that about 90% of the structures on Efate Island were either damaged or destroyed. Elements such as the rapid and uncontrolled urbanisation, lack of land access, the introduction of cash economy and the central role of employment, limited formal social system made that the urban population has undergone profound and rapid societal changes, thus increasing its vulnerability to weather events.

On the island of Efate, we analyzed several coastal sites and a poor neighbourhood in Port‑Vila (fig. 2). The study sites were selected after an analysis of Google Earth® satellite images before and after cyclone Pam. This diachronic approach was crucial to set the initial characterization of the coastal and river morpho-hydrodynamic response to the cyclone (fig. 3). The storm surge and flood were reconstructed from markers such as the washover deposits and erosion, flood damage to houses, and victim testimonies. The washover deposits allowed us to determine the maximal horizontal extent of the flooding and the maximum elevation of the wave run-up, which were measured at each study site. The superposition of the wind setup and the astronomical tide condition (the cyclone occurred during neap tide context and the maximum amplitude was recorded during the ebb tide: high tide at 00:08 with level of 1.08 m; low tide at 05:24 with level of 0.83 m) decreased the magnitude of the storm surge and flood. The estimation of the discharge of the Tagabé River was based on flash-flood deposits that were observed and measured in the floodplains and in the urban area, where several homes were flooded. Flow velocity and maximal flood were estimated with the Manning-Strickler equation. The timing of the event was established on the basis of testimonials. All these indices were georeferenced and mapped.

Cyclone Pam caused extensive storm surges above the normal predicted astronomical tide. The wave run-up height reached 3 meters above sea-level. We believe that the morphology of the bay facilitated an amplification of the cyclonic wave (resonance phenomenon), stacking waves on top of each other and increasing the setup, while open coast beaches experienced lower maximum wave heights (2.5-2.8 meters). The coral reef influenced the cyclonic waves but it is still difficult to evaluate the interactions. The coastal flooding was almost exclusively due to the breaking waves in the beach ridge. The maximum inundation distance of the storm surge (fig. 3) was measured to Erakor (150 meters from the shoreline), Onesua (~140 m.), Eton (120 meters), Ekipé (~100 m.), Boafatu (98 m.) and Tamanu (~80 m.). The severe surge elevations and debris impacts caused flooding and structural failure (fig. 4). The cyclonic waves produced numerous wahover deposits. The washover deposits look like a perched fans shape with some sheetwash lineations running parallel to the flow direction. Storm surge and large waves carried dead coral and sands as they moved on the beach. The size of coral block points to the energy of the storm waves (fig. 5). At numerous sites, the erosion revealed slabs of beachrock and the wind uprooted coastal trees because of the wind intensity. The upper beach profile was very steep and exhibited an erosion scarp (fig. 6).

Cyclone Pam produced extremely heavy rainfall and flooding in Port‑Vila, and a serious flash flood in a poor neighbourhood of the capital. One hour passed between the start of the torrential rains and the peak of the flood. The overflow occurred on the low right bank. The maximum flood depth reached 3.5 meters. The maximal flow velocity was estimated to 300 m³/s and maximal flood to 3.5 m.s-¹, the inundation spreading more than 50,000 m². Near the river, houses were under 90 cm of water at the peak of the flooding (fig. 7). The most precarious buildings have been logically the most vulnerable to hydro-meteorological hazards.

At the neighborhood scale, no one seemed to be prepared for the flood, only for the cyclone. Spontaneously, they evacuated to the nightclubs Planet 107 and Rock & Roll Bar, which have the capacity to receive many people and have an upper floor. Moreover, inhabitants reported that the visibility was very poor due to the dark night (12:00-2:00 a.m.) and heavy rain. While, the spontaneous evacuation was potentially dangerous, there was no panic during such event. The flash flood did not kill people despite the lack of a flood warning system.

The disaster could be explained away by the tropical cyclone Pam intensity but also by the factors of vulnerability. To Port‑Vila, disasters intensified its magnitude due to historical, social, economic, political and environmental factors. Population growth, economic stagnation or absence, demography, rural–urban migration and climate change contribute to high social vulnerability. Urban development (roads and construction) that takes place into flood-prone areas (coastal plain and flood plain) is increasing the flood risks. Making the ground impervious and dense drainage tend to increase runoff and peak flood flows. The houses of slumurbs are precarious and no resistant. For the most disadvantaged groups (or community) the disaster recovery is still difficult because the building materials are too expensive. The new urban lifestyles also increase the vulnerability because the changes in lifestyles and consumerism contribute to environmental degradation. Greater quantities of inorganic and toxic waste degrade the mangroves and the coral reef. The role of environmental vulnerability to disasters and its impact on the livelihood of the urban population can never be disregarded. Despite the environmental implications of disaster risk and vulnerability, the links between environmental degradation and disasters have long been ignored.

The impact assessment of the tropical cyclone Pam contributed to create data for the identification of urban natural disaster. Urban risks are emerging for the ni-vanuatu. Do the ni-vanuatu will be able to adapt or/and to protect? The scientific feedback about the tropical cyclone Pam bought a better knowledge about an extreme event and makes it possible to effective the territorial management (land use planning) and the risks and disaster management (prevention, early warning system, etc.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’archipel du Vanuatu face au cyclone Pam. Fig. 1 – Tropical cyclone Pam through the Vanuatu.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 2 – Principales formations volcaniques et sédimentaires sur l’île d’Efaté (d’après Ash et al., 1978, modifié). Fig. 2 – Volcanic and sedimentary rocks on the Efate Island (After Ash et al., 1978, modified).
Légende 1. Calcaires quaternaires (principalement coralliens) ; 2. Alluvions récentes ; 3. Laves basaltiques et brèches ; 4. Dépôts de ponces ; 5. Failles normales (graben de la Teouma). 1. Quaternary calcareous deposits (predominately coral); 2. Modern alluvium; 3. Basaltic lavas and breccias; 4. Pumice deposits; 5. Normal faults (Teouma graben).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 3 – La zone urbaine et péri-urbaine de Port Vila. Fig. 3 – The urban and peri-urban area of Port Vila.
Légende La courbe représente l’évolution de la population à Port‑Vila de 1967 à 2009. The graph represents the trend in the Port‑Vila population since 1967 to 2009.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 4 – Approche diachronique des impacts des vagues cycloniques sur la côte est d’Efaté.Fig. 4 – Diachronic approach of the cyclonic waves on the eastern coast of Efate.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Tab. 1 – Caractéristiques des blocs transportés par le cyclone Pam à Eton. Tab. 1 – Characteristics of boulders transported by the TC Pam along the Eton Coast.
Légende A, B et C correspondent aux trois axes des blocs. A, B– and C are the three axis of the boulder.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tab. 2 – Conséquences géomorphologiques et dommages suite aux vagues cycloniques (de Boafatu à Port‑Vila). Tab. 2 – Geomorphological consequences and damages because of tropical cyclone surge (from Boafatu to Port‑Vila).
Légende Les déracinements d’arbres côtiers (Pandanus, filaos, palétuviers et cocotiers) et les défoliations ne sont pas intégrés car tous les sites ont été concernés.The uprooting of coastal trees (Pandanus, filaos, mangroves and coconuts) and extreme defoliation are not mentioned because all the study sites were concerned.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 5 – Submersions marines et inondations à Erakor (Port‑Vila). Fig. 5 – Storm surge flooding and damaged to Erakor (Port‑Vila).
Légende 1. Submersion marine ; 2. Dépôts de vagues de haute énergie ; 3. Plage de sables coralliens ; 4. Cinématique des courants; 5. Digue de front de mer endommagée ; 6. Ligne de déferlement des vagues cycloniques. 1. Coatal flooding; 2. Washover deposits; 3. Beach ridge (sand and coral); 4. Reconstruction of the streamflows kinematics; 5. Sea-wall damaged; 6. Limit of the breaking waves.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 6 – Surcote cyclonique, inondation et changements côtiers sur l’île d’Efaté.Fig. 6 – Tropical cyclone surge, inundation and coastal change on the Efaté Island.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 7 – Corrélation entre le volume des blocs et la distance horizontale au rivage à Eton.Fig. 7 – Correlation between the volume of boulders and the horizontal distance from the coastline along the Eton coast.
Légende Exemple de blocs (Photographie de F. Leone, 2017) Example of boulders (Photograph by F. Leone, 2017)
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 8 – Exemples d’impacts géomorphologiques du cyclone Pam en mars 2015. Fig. 8 – Examples of geomorphic impacts of Tropical Cyclone Pam in March 2015.
Légende A : érosion verticale des plages à Tamanu ; B : dalles du beachrock découvertes par l’érosion à Teouma (Photographie de T. Rey, 2015). A: vertical erosion to Tamanu beach; B: Beach rock slabs uncovered by erosion to Teouma (Photograph by T. Rey, 2015).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 9 – Crue et inondation du quartier 21 Jump Street (Port Vila) lors du passage du cyclone Pam. Fig. 9 – The 21 Jump Street neighborhoods and homes damaged by flooding (Port Vila).
Légende 1. Enveloppe de crue ; 2. Hauteur d’eau maximale (en mètres) ; 3. Embâcle ; 4. Zone refuge ; 5. Pont Prima endommagé ; 6. Rupture de berge et inondation. 1. Maximal extension of the inundation; 2. Maximum flood deph (meters); 3. Log jam; 4. Spontaneous evacuation to night clubs; 5. Prima Bridge damaged; 6. Overflow bank.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/11842/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Rey, Loic Le , Frédéric Leone et Gilbert David, « Leçons tirées du cyclone Pam au Vanuatu (Mélanésie) : aléas côtiers, crues éclairs et dommages », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 23 - n° 4 | 2017, mis en ligne le 16 novembre 2017, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/11842 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.11842

Haut de page

Auteurs

Tony Rey

UMR 220 GRED, Université Paul-Valery-Montpellier 3 – 34199 Montpellier cedex 5, France (tony.rey@univ-montp3.fr). Tél : +33 4 67 14 22 50

Loic Le

School of Public Health and Psychosocial Studies – Auckland University of Technology, New-Zealand (loic.le.de@aut.ac.nz).

Frédéric Leone

UMR 220 GRED, Université Paul-Valery-Montpellier 3 – 34199 Montpellier cedex 5, France (frederic.leone@univ-montp3.fr).

Gilbert David

IRD, UMR Espace-Dev – 34090 Montpellier, France (Gilbert.David@ird.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals