Navigation – Plan du site
Compte-Rendu

Compte-rendu d'ouvrage :
Geomorphology in the Anthropocene

Cambridge University Press, 2016, 324 p.
Monique Fort
p. 357-358
Référence(s) :

Goudie, A., & Viles, H. (2016) – Geomorphology in the Anthropocene. In Geomorphology in the Anthropocene (p. I). Cambridge University Press, 324 p.
DOI : 10.1017/CBO9781316498910
ISBN 978-1-107-13996-1

Texte intégral

1L’objectif de l’ouvrage proposé par A. Goudie et H. Viles est d’inventorier et de comprendre les différents effets géomorphologiques induits par la présence humaine depuis l’Anthropocène. Ce terme, relativement nouveau (1964), a suscité de nombreux débats au sein de la communauté scientifique, débats que les auteurs tentent de clarifier et de résumer dans leur introduction (chapitre 1). Que signifie le concept d’Anthropocène ? Y a-t-il des arguments solides pour en faire une véritable entité chronologique qui puisse apparaître comme telle dans l’échelle des temps géologiques ? Et si oui, peut-on savoir avec précision quand démarre l’Anthropocène ? Qu’apporte ce nouveau concept à la compréhension des interactions qui se sont développées entre les Humains et la planète Terre qu’ils ont progressivement occupée ? La difficulté éprouvée dans l’utilisation de ce terme, et la naissance en parallèle d’une « Anthropo-géomorphologie », réside précisément dans l’incertitude temporelle sur un éventuel point de départ de cet Anthropocène. À partir de ce point, l’emprise humaine s’étend spatialement, et les impacts qu’elle produit sur les différents compartiments du système Terre aboutissent à une modification progressive de son fonctionnement, voire au dépassement de seuils critiques au-delà desquels le système est transformé.

2L’ouvrage s’inscrit clairement dans cette réflexion. Les auteurs tiennent à préciser d’emblée qu’ils s’intéressent non seulement aux perturbations évidentes des reliefs actuels ou à la création de nouvelles formes de relief (remblaiements, ouvertures de canaux, creusement de cavités, etc.) mais aussi aux effets indirects des actions humaines sur les processus géomorphologiques et leur interactions (déforestation, érosion des sols, perturbations des flux géochimiques, pour n’en citer que quelques-uns). De même, leur perspective s’inscrit dans le long terme, tout en reconnaissant que l’emprise humaine s’est considérablement intensifiée et diversifiée, d’abord avec la Révolution Industrielle (≈1750), puis après la 2ème Guerre Mondiale, et enfin avec la mondialisation depuis l’aube du XXIème siècle.

3Le chapitre 2 recense les différents facteurs à l’origine des changements anthropo-géomorphologiques, présentés selon un ordre chronologique d’apparition et d’emprise spatiale : feux et déforestation, production d’outils, prélèvements et extinction d’espèces biologiques, agriculture et domestication, irrigation et gestion de l’eau, urbanisation, exploitations minières, puis passage à la mondialisation, avec notamment la production et la maîtrise des ressources d’énergie. Depuis l’apparition de l’espèce humaine sur Terre, la vitesse des changements observés suit une courbe exponentielle, amenant progressivement l’Humanité à une prise de conscience des impacts négatifs de ses activités, et donc à la nécessité d’une gestion raisonnée de l’environnement. Ce sont ces différents impacts qui sont analysés dans les autres chapitres.

4Le chapitre 3 porte sur les constructions et excavations de reliefs dans différents domaines. Les reliefs construits incluent les îles ou récifs coralliens artificiels, les polders, le terrassement des versants, mais aussi les buttes, tells ou tumuli, endiguements, terrils et lacs artificiels (barrages et réservoirs). Les formes d’excavation sont représentées par les cavités minières, les cratères créés par les bombardements, les systèmes d’irrigation souterrains (Qanats) et les canaux.

5Le chapitre 4 est consacré aux formes de subsidence souvent liées à des fluctuations du toit de la nappe phréatique engendrées et mal contrôlées par les activités humaines, particulièrement dans les terrains karstiques, salifères ou gypseux. D’autres formes de subsidence sont associées aux exploitations minières (charbon, sel, hydrocarbures) et hydrogéologiques, ou au captage de flux géothermiques, ou encore sont dues à des phénomènes de compaction suite à une mauvaise gestion des eaux (terrain desséchés et plus friables, ou drainage mal contrôlé) voire à une sismicité induite par les lacs de barrage ou par extraction d’hydrocarbures (gaz de schistes).

6Le chapitre 5 aborde une thématique plus subtile, peu évidente à démontrer : celle des phénomènes de météorisation. Même avec les nouvelles méthodes géochimiques d’investigation, des incertitudes demeurent sur le rôle respectif des changements de climat ou des pratiques humaines, comme cela est évoqué à propos des tufs calcaires holocènes européens et méditerranéens. Une large place est faite aux conditions d’altération nouvelles apparues depuis la révolution industrielle : pollution atmosphérique, salinisation des terres, latéritisation et, plus récemment, rejets miniers et altérations du cycle du carbone. Celles-ci seraient directement responsables d’une accélération de l’altération des pierres monumentales ou de l’accroissement en éléments dissous des rivières.

7Le chapitre 6, l’un des plus longs, s’attache aux sols et aux versants, perturbés essentiellement par les changements d’occupation des sols qui, entre autres, induisent des modifications des propriétés des terrains, et en particulier de leur capacité d’infiltration. Les sols sont affectés par de nombreuses actions : déforestation, afforestation, surpâturage, labours, développement de pistes de ski, urbanisation et imperméabilisation des sols, ou développement de nouvelles voies de communication. Tous les cas sont envisagés à partir d’exemples très variés, zones méditerranéennes et tourbières du Royaume Uni notamment. Plus généralement, les différents taux d’érosion des sols selon leur usage sont comparés, de même que l’évolution contrastée des taux de sédimentation dans les lacs (piégeage de particules). Après les sols, le cas des mouvements de terrain est abordé, et les auteurs insistent sur la forte accélération des déséquilibres et des taux d’érosion constatés dans les régions montagneuses des pays en développement (sud- et est-asiatiques notamment), ce qui nécessite, comme ailleurs, la mise en place de modalités de contrôle et de gestion appropriées. Le chapitre s’achève sur des prévisions à moyen terme plutôt pessimistes, y compris dans les milieux de montagne, où le réchauffement climatique induit à la fois de nouveaux processus et une fréquence accrue des processus existants.

8Les processus fluviaux et les formes associées (chapitre 7) ont beaucoup évolué au cours de l’Anthropocène, engendrant en particulier des interruptions de connectivité tant au niveau des flux que des formes. Les auteurs insistent d’abord sur trois aspects fondamentaux : les changements de flux, les modifications de charge solide (notamment liés aux lacs de barrage et à l’érosion des sols évoqués dans le chapitre précédent) et les modifications de forme des chenaux (canalisation, digues...). Certaines interventions humaines sont délibérées, d’autres accidentelles, et les auteurs envisagent alors plusieurs situations possibles : urbanisation, corridors de circulation, exploitations de gravières, modification de la végétation ripicole. Les questions portant sur la restauration écologique des rivières, l’arasement des barrages ainsi que sur les nouveaux apports alluvionnaires, sont également évoquées, en complément du chapitre précédent. La part respective des activités humaines et des évolutions climatiques naturelles est ensuite discutée à travers trois études de cas : sud-ouest américain, bassin méditerranéen, Madagascar. Comme le précédent, ce chapitre se termine en évoquant les impacts que le changement climatique peut avoir sur le régime des cours d’eau, mais aussi sur le niveau des lacs (qui servent souvent de réserve d’eau pour l’irrigation), ce qui peut entraîner de nouvelles interventions humaines (diversions de rivières, apports par canalisation) à moyen terme dommageables.

9Le chapitre 8 aborde le cas des régions dominées par les processus et les formes éoliennes (non spécifiques à notre environnement terrestre). Les effets de tempêtes de sable, de l’érosion éolienne et en particulier du mouvement des dunes, ont été amplifiés par les Humains (feux de forêt, terrils miniers, activités militaires, mises en culture, etc.), ce qui a libéré davantage de particules fines dans l’atmosphère. Même si les mesures de protection (ceintures vertes) semblent avoir eu quelques effets positifs, la prise de conscience actuelle de l’impact aggravant du changement climatique (cas des dunes côtières) oblige à réfléchir sur d’autres actions à mener.

10Les dynamiques et formes littorales font l’objet du chapitre 9. Tour à tour sont évoqués l’érosion des plages, les deltas, les barrières de corail, les estuaires, ainsi que les côtes basses (marais salants, mangroves, herbiers). La deuxième moitié du chapitre est consacrée à l’élévation du niveau marin, simulée jusqu’à 2100, et aux conséquences attendues, plus ou moins marquées, selon les types de reliefs littoraux (érosion ou sédimentation accrue). À ces menaces s’ajoutent celles des cyclones, de l’acidification des eaux océaniques, et le contexte plus général des interventions humaines, notamment sur le volume de charge solide apportée par les fleuves et ses éventuels effets sur les zones en subsidence, ce qui va renforcer l’impact de l’élévation des mers.

11Le chapitre 10 s’attache à ce qui se passe dans le domaine de la cryosphère. Dans les zones à permafrost, les phénomènes de thermo-karst sont amplifiés par les nouvelles implantations humaines. Dans les zones englacées (calottes polaires et glaciers de montagne), l’intervention humaine directe est moindre, mais l’accélération du retrait des glaces entraine le développement d’aléas de plus en plus menaçants pour les zones habitées proches (risque de rupture de lacs pro-glaciaires, écroulements de parois montagneuses).

12La conclusion (chapitre 11) reprend les différents compartiments géomorphologiques évoqués dans les chapitres précédents, en résumant le rôle des activités humaines selon leur emprise au cours des temps : Antiquité puis Révolution industrielle, mise en perspective avec les tendances actuelles. Évoquant le futur, les auteurs ne sont pas optimistes. Pour eux, d’autres dégradations de notre environnement géomorphologique (processus, aléas, assemblages de formes) vont se produire : franchissement de seuils, cumul des impacts des causes anthropiques et du changement climatique, réponse modulée selon la plus ou moins grande sensibilité de certains milieux, inégalement menacés par le changement climatique. Les effets globaux du « changement climatique » sont bien réels, et ils vont encore s’intensifier : les groupes humains doivent prendre conscience de cette situation, qui doit les inciter à mener une réflexion globale pour reconsidérer la gestion et la protection de l’environnement géomorphologique à l’échelle de l’ensemble du système Terre.

13Rédigé par deux géographes géomorphologues de réputation mondiale, cet ouvrage montre clairement ce que notre discipline, située à la charnière des géosciences, des biosciences et des sciences sociales, peut apporter à cette réflexion sur l’Anthropocène. L’ouvrage est une synthèse remarquable de très nombreuses études réalisées dans différentes spécialités et sous tous les continents (la bibliographie occupe plus d’un quart du livre). Il est illustré de nombreux diagrammes et tableaux aidant à recenser la multiplicité des actions anthropiques qui, à travers le temps et l‘espace, ont progressivement perturbé les formes, les processus et les rythmes de fonctionnement géomorphologique de notre planète. Très bien structuré, fondé sur une série d’exemples concrets d’anthropo-géomorphologie, cet ouvrage est une excellente introduction à la géomorphologie générale. On peut le recommander vivement aux étudiants, mais également à nos collègues de disciplines proches, pour les aider à mieux saisir l’intérêt de notre discipline : comment elle appréhende ces questions, comment elle peut fournir des concepts et outils pour corriger les actions négatives de nos sociétés humaines, et ainsi aider à promouvoir une restauration des équilibres géomorphologiques à l’échelle du globe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Fort, « Compte-rendu d'ouvrage :
Geomorphology in the Anthropocene
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 23 - n° 4 | 2017, 357-358.

Référence électronique

Monique Fort, « Compte-rendu d'ouvrage :
Geomorphology in the Anthropocene
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 23 - n° 4 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/11877

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Professeur Émérite, Université Paris Diderot Paris7 – 75 205 Paris Cedex 13, France (fort@univ-paris-diderot.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals