Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Adrian E. SCHEIDEGGER, Morphotectonics

Springer Verlag, Berlin, 2004, 197 p.
Monique Fort

Texte intégral

1Voilà un ouvrage dont le titre est sans détour : l’auteur se propose effectivement d’examiner les relations entre les structures créées par les forces tectoniques et le relief terrestre, en particulier la mise en place des réseaux de drainage, les formes de vallée, les modelés sculptés par les glaces, mais aussi les reliefs volcaniques, voire les mouvements de masse… La position de l’auteur est claire. Contrairement aux idées communément admises (selon A. Scheidegger lui-même, qui est avant tout physicien et mathématicien), qui voudraient faire des modelés précédemment cités essentiellement le résultat des forces exogènes (les « agents » d’érosion), l’auteur pense que les formes présentes sur notre planète peuvent pratiquement toutes s’expliquer par des facteurs endogènes, « tectoniques ». L’essentiel de l’ouvrage a donc pour objectif de démontrer méticuleusement, données à l’appui, cette assertion qui, au demeurant, ne devrait pas entraîner une levée de boucliers parmi les tenants de l’école française de géomorphologie, tant l’influence des grands anciens, Pierre Birot en tête, reste encore présente dans notre communauté.

2L’ouvrage est construit en trois parties. La première s’intitule « Les fondamentaux », tandis que les deux suivantes déclinent la morphotectonique aux deux échelles, « globale » (2e partie) et locale (3e partie).

3La première partie devrait plus particulièrement retenir l’attention, par son approche théorique étayée par un raisonnement mathématique et physique solide, sans pour autant rendre le texte rébarbatif. L’auteur commence par des considérations générales, revisitant certains concepts qu’il érige en principes, réfutant définitivement la théorie davisienne pour asseoir le principe de l’« antagonisme » (forces exogènes contre forces endogènes) entraînant le principe d’« instabilité » (le rapport entre les deux groupes de forces entraînant des boucles de rétroactions), tout ceci s’inscrivant spatialement dans le principe de « catena » ou enchaînement et finalement le principe de « sélection », d’où l’érosion différentielle n’est pas absente. Ces développements théoriques et épistémologiques ont un intérêt évident, car ils débouchent sur une vision intégrée de l’évolution des reliefs, que l’auteur considère tous orientés puisque tous influencés par le bâti structural. Suit un développement sur les joints et diaclases, les failles et linéaments, leur origine et leur lien avec le champ général de contraintes tectoniques qui jouent à toutes les échelles et s’expriment selon un mode fractal dans un cadre imposé globalement par la tectonique des plaques.

4La deuxième partie de l’ouvrage Global Morphotectonics s’attache à fournir très précisément un corpus de données, pour la plupart recueillies directement par l’auteur, qui servent à montrer qu’une relation directe existe entre l’orientation des diaclases et la vision en plan des différents objets géomorphologiques et tectoniques de la planète. L’auteur passe en revue tous les continents, dénommés selon leur appartenance paléogéographique et lithosphérique, Laurasia, Gondwana, et enfin les océans et leurs îles. Cette partie est un peu fastidieuse à lire : les tableaux récapitulatifs des orientations de diaclases sont néanmoins émaillés par un certain nombre de commentaires brefs et judicieux, mais pas forcément nouveaux pour ceux qui ont déjà en tête une grille de lecture morphostructurale des reliefs à l’échelle de la planète.

5La troisième partie est consacrée à la morphotectonique locale. Sous ce terme, Adrian Scheidegger englobe un certain nombre de formes régionales majeures, à commencer par les vallées. S’il ne remet pas en cause l’origine fluviale de la plupart d’entre elles, l’auteur insiste sur le fait que les rivières (ou les glaciers) exploitent des lignes de faiblesse structurales qui, par conséquent, déterminent systématiquement les tracés de vallées, surtout dans les régions de relief marqué. Dans ce dernier cas, A. Scheidegger réfute d’ailleurs fortement l’idée de réseaux antécédents qui auraient creusé leur lit à la suite de l’augmentation de leur puissance fluviale en liaison avec le soulèvement des reliefs. Pour lui, l’érosion élargit et approfondit une forme (vallée) pré-figurée par la tectonique. De la même façon, s’il accepte que le tracé des méandres de plaine réponde à des conditions hydrodynamiques données, il considère en revanche que le tracé des méandres encaissés est directement guidé par le réseau de diaclases du substrat. Enfin, il insiste sur le fait que dans les orogènes actifs, le profil longitudinal des vallées est lui aussi influencé par la néotectonique, et que, sans le réseau de diaclases et fractures pré-existantes, une rivière ne pourrait jamais creuser son lit rocheux suffisamment vite pour contrebalancer la montée du bâti rocheux. Utilisant les mêmes arguments, il réfute l’origine glaciaire des vallées en U et des lacs de piedmont. Il consacre de même un long développement aux gorges. S’appuyant sur des exemples bien connus des Alpes (Aare, Cluses, Minster) et sur ceux de Samaria en Grèce, Niagara en Amérique du Nord, assortis de roses des directions de fractures, diaclases ou failles, l’auteur là encore montre que les prédispositions structurales sont déterminantes. Le chapitre exploite la même veine, abordant tour à tour le cas des bassins intramontagnards et des bassins lacustres, puis celui du tracé des littoraux. Quelques pages sont également consacrées aux inselbergs et aux buttes témoins, d’où il ressort la même explication morphostructurale. On aurait souhaité que les phénomènes d’altération différentielle et d’alternance de systèmes morphogéniques ne soient pas aussi rapidement évacués de la discussion.

6Le chapitre se termine par un long développement sur les mouvements de masse. Dans ce cas, l’auteur ne nie pas la part des facteurs externes dans leur déclenchement, mais il préfère  finalement insister sur le fait que l’occurrence de ces mouvements obéit à un contrôle structural, ce qu’il montre à partir de plusieurs exemples choisis dans les Alpes et l’Himalaya. On regrettera sur ce point l’absence de référence aux travaux américains ou néo-zélandais récents démontrant clairement, à l’encontre de la thèse de l’auteur, le rôle de l’incision fluviale en interaction avec le soulèvement des masses montagneuses.

7Au total, la lecture de ce petit livre est un peu décevante. À la stimulation intellectuelle du début succède un désintérêt qui s’installe progressivement faute d’infléchissement et de nuances dans le discours trop monolithique de l’auteur. Que cela n’empêche pourtant pas les lecteurs de consulter cet ouvrage, qui a le mérite de rappeler que, même si la tendance actuelle de notre discipline est davantage orientée vers la géomorphologie dynamique, le cadre morphostructural d’une région ou d’un secteur donné reste toujours, qu’on le veuille ou non, un paramètre fondamental de l’organisation  des grands volumes de relief.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Fort, « Adrian E. SCHEIDEGGER, Morphotectonics », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 12 - n° 1 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/495

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals