Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joëlle BURNOUF et Philippe LEVEAU, Fleuve et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture

Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 2004, 493 p.
Eric Fouache

Texte intégral

1Ce gros volume, dont la qualité d’édition est à souligner, regroupe les articles issus d’une grande partie des communications et des posters présentés au colloque « Fleuve et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes », organisé par J. Burnouf et Ph. Leveau, qui s’est tenu à La Baume-lès-Aix les 8, 9 et 10 avril 2002. Ce colloque est directement issu des projets soutenus par le comité scientifique « Sociétés, Environnements et Développement Durable (SEDD) » du programme « Environnement, Vie et Sociétés (PEVS) » du CNRS, après le lancement en 1999 d’un appel d’offre sur « l’Histoire des interactions des sociétés avec leurs milieux ». Comme le souligne T. Muxart dans sa préface, l’originalité de cet ouvrage est de réunir, outre la communauté des paléo-environnementalistes (palynologues, malacologues, géomorphologues, géologues du Quaternaire, géochimistes...), celle des historiens, des archéologues et les autres chercheurs des sciences sociales s’intéressant aux milieux aquatiques de l’époque gallo-romaine au XIXe siècle pour l’essentiel. L’approche est très vidalienne, mais les milieux fluviaux, lacustres et palustres, étudiés sous l’angle des pratiques des sociétés préindustrielles dans leur gestion, sont bien analysés de manière dynamique dans une perspective conjointe historique et environnementale. Ce courant d’études est très représentatif de la vitalité des recherches pluridisciplinaires consacrées à l’histoire des relations des sociétés avec leur environnement et plus largement du grand développement des recherches en géoarchéologie et en géohistoire. Trente-six articles, qui traitent tous de sites étudiés en France métropolitaine, à des échelles différentes, sont classés en trois rubriques : les sources de la connaissance et leur mise en œuvre (perspectives critiques) ; l’exploitation des milieux humides (la biodiversité et les conflits d’usage) ; la gestion des espaces hydrauliques et la question du risque.

2La première partie, intitulée « Les sources de la connaissance et leur mise en œuvre : perspectives critiques », illustre, à travers les exemples de l’estuaire de la Vire du XIe au XVe siècle (Casset), du rôle de l’estey dans la localisation des ports en Dordogne à la fin du Moyen Âge (Calmettes), l’extrême intérêt des sources écrites (textes et cartes anciennes) pour retracer les grandes étapes d’évolution d’un paysage et pour poser les bonnes questions paléo-environnementales (Maillard). Le chapitre consacré aux « Sources archéologiques et géoarchéologiques » présente quatre sites situés dans des milieux humides des Ardennes (Achard-Corompt et al.), du Massif central oriental (Cubizolle et al.), de la Loire en Forez (Georges et al.), et du Rhône (Leveau). L’apport des études paléo-environnementales à l’archéologie, notamment préventive, y est particulièrement souligné. Le chapitre intitulé « Croisement de sources » insiste sur l’intérêt de croiser sources historiques, archéologiques et environnementales en fonction d’une approche spatiale et sur les difficultés à faire concorder les précisions temporelles propres à chaque méthode ou à chaque type de document. Les exemples sont pris en Grande Limagne à l’âge du Fer (Trément et al.), dans l’ouest de la France (Pichot et Marguerie), à Tours (Galinié et al. et Noizet et al.), et dans le delta du Lez (Blanchemanche et al.).

3La deuxième partie, « L’exploitation des milieux humides : la biodiversité et les conflits d’usage » présente les différents types d’exploitation de ces milieux, sous l’angle d’une synthèse sur La pêche, présentée sous la forme des ressources naturelles, de la biodiversité historique au Moyen Âge (Beck et Marinval), du rôle des fleuves (Sternberg) et des pratiques halieutiques dans le bassin de la Somme (Clavel et Cloquier). Le chapitre suivant, « Exploitation agricole du milieu palustre », met en avant l’originalité des mises en valeur des marécages à travers les thèmes de l’habitat et du risque fluvial dans le delta du Rhône au 1er siècle av. J.-C. (Excoffon et al.), des liens entre l’agriculture et l’aménagement du paysage hydrologique dans le bassin de la Seine aux XIVe et XVe siècles (Benoit et al.), de la gestion du marais arlésien (Roucaute) ou de celui du marais du Grand-Plan (Royet et al.) au Moyen Âge. Sous l’intitulé « Conflits d’usage », les péripéties de la gestion du Maelbeek, cours d’eau de la région bruxelloise, nous sont présentées de 1201 à 2001 (Deligne), tout comme celles des lacs et marais de Basse-Auvergne (Grélois) ou de la rivière l’École, petit affluent de la Seine (Derex). La deuxième partie se termine sur « Les utilisations pour le transport et l’énergie », illustrées par le flottage du bois (Benoit et al.), les aménagements hydrauliques à Corbeil-Essonnes (Berthier et Benoit) et les spécificités de la gestion des espaces fluviaux par les batelleries traditionnelles (Le Sueur).

4La troisième partie « La gestion des espaces hydrauliques et la question du risque » pose d’abord la question de la « Gestion des espaces hydrauliques », qu’il s’agisse des zones humides de la Loire (Lewis et Gautier), de celles du bas Rhône (Allard et Corsand), de la basse Durance (Fournier), de l’adaptabilité des sociétés pastorales pyrénéennes (Palu) ou des conséquences socio-politiques des aménagements au Moyen Âge (Zadoro-Rio). Dans le dernier chapitre de l’ouvrage consacré aux « Sites à risque », J.-P. Bravard  analyse le risque d’inondation dans le bassin du haut Rhône dans une perspective géohistorique. On enchaîne ensuite avec des exemples de sites, Ernaginum (Alinne et Verdin) dans la plaine de Tarascon, Ambrussum sur le Vidourle (Berger et al.), les aménagements de berge à Lyon (Colas), la carrière de l’Estel à Pont du Gard (Vacca-Goutoulli et Bruneton) et Caderousse sur le Rhône (Lonchambon).

5Dans cet ouvrage très touffu, la part belle est faite à la géomorphologie fluviale et aux analyses géoarchéologiques. Il est étonnant qu’aucun exemple de prospection géophysique ne soit donné. Les prospections électriques et radar sont souvent des outils exploratoires plus efficaces et moins coûteux que des carottages et des sondages, qui restent pourtant la méthode d’exploration dominante en archéologie préventive. Ce livre offre un beau panorama de la géoarchéologie métropolitaine appliquée aux fleuves et marais et montre tout ce qu’il y a à gagner scientifiquement à ne pas s’enfermer dans le temps long, les techniques de laboratoires, mais à s’ouvrir aussi sur le temps court et les archives historiques. L’impulsion a été donnée par le CNRS et j’espère qu’elle pourra être maintenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Fouache, « Joëlle BURNOUF et Philippe LEVEAU, Fleuve et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 12 - n° 1 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/496

Haut de page

Auteur

Eric Fouache

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals