Navigation – Plan du site

Archéologie et géoarchéologie d’une période historique dans les Alpes : les paradigmes épistémologiques de la romanisation

Archeology and Geoarcheology in the Alps: the paradigm of ‘Romanization’
Philippe Leveau

Résumés

Cet article a un objectif épistémologique. Il met en garde les géomorphologues contre les paradigmes de la romanisation qu’ils reproduisent en croyant donner un contenu précis au concept naturaliste d’anthropisation. À propos des Alpes occidentales, il examine le paradigme de gestion romaine du paysage dans ses rapports avec l’érosion pour en souligner les utilisations excessives. Pour l’interprétation des données disponibles, les spécialistes de l’Antiquité recourent à des modèles socio-environnementaux comme les préhistoriens ou font appel à la méthode régressive comme les historiens médiévistes. Ils recourent rarement aux contrefactuels sensu D.K. Lewis. (1986). Ces approches différentes ont des effets sur la description de telle ou telle situation. Pour éviter les raisonnements circulaires, les géomorphologues doivent adopter une attitude critique à l’égard des paradigmes historiques et rompre avec l’utilisation des chronologies culturelles, ce que permet la multiplication des datations isotopiques. La relation entre climat et sociétés doit être envisagée à travers l’exploitation et la gestion des ressources naturelles.

Haut de page

Errata

Article reçu le 30 juin 2006, accepté le 16 février 2007.

Notes de la rédaction

Remerciements
Je remercie R. Bruce Hitchner et Kevin Walsh pour la traduction des résumés en anglais et les relecteurs pour leurs remarques que j’ai tentées de mettre à profit ainsi que Maxence Segard pour la carte qu’il a dressée.

Texte intégral

Introduction

1Lors de la Table Ronde du Mont Beuvray (Richard et Magny, 1992) la question du climat qu’a connu la Gaule à l’époque romaine a été posée dans des termes qui restent actuels. Le point de vue qui s’y exprimait était essentiellement celui de naturalistes. Dénonçant la confusion qui régnait sur le sujet, les organisateurs se préoccupaient de la transcription en termes de paléoclimat des données contenues dans les sources écrites, qui définissent cette période comme « historique ». Les Alpes occidentales y étaient abordées dans deux contributions, correspondant à des approches sensiblement différentes, se rapportant aux deux parties continentale et méditerranéenne de la chaîne. Pour les Alpes duranciennes, Jorda (1992) reconnaissait durant l’époque romaine, un apaisement de la dynamique érosive et du détritisme qui succédait à une période plus fraîche et plus humide (une sorte de petit âge glaciaire alpin). À propos des Alpes du Nord au sein de l’espace de l’Europe continentale, Bravard et al. (1992) relevaient une situation légèrement différente ; ils distinguaient trois phases durant la même période : deux phases de calme hydrologique séparées l’une de l’autre par une phase de crues au début de l’ère chrétienne. Une phase de crue analogue a été observée en moyenne et basse vallée du Rhône (Provansal et al., 1999) et dans l’Apennin central (Tibre, lac Trasimène cf. Giraudi, 2005). La fin de la période (IVe-Ve siècles) paraît caractérisée par une recrudescence des phénomènes érosifs en Provence, en Languedoc et en Catalogne (Leveau et al., 2002). Les grandes lignes de cette évolution ne semblent pas avoir été remises en question. La période romaine correspond au quatrième (1800-1700 cal. BP) des quinze épisodes de haut niveau des lacs du Jura, du Plateau Suisse et des Alpes du Nord dont Magny (2004) a dressé la liste. Toutefois les paléoclimatologues s’accordent à reconnaître l’importance croissante des facteurs anthropiques, sinon dans l’évolution climatique elle-même, ce qui est un fait actuel, du moins dans la nature des preuves utilisées pour la reconstituer : dépôts sédimentaires liés aux activités agropastorales, stabilisation des plans d’eau par le creusement d’exutoire.

2Pour serrer au plus près les fluctuations du climat dans ces périodes dépourvues de sources écrites, les paléoclimatologues s’appuyent sur des données géoarchéologiques et archéologiques renseignant sur des faits d’origine anthropique dont le traitement nécessite une distinction forte entre deux histoires dont les temporalités diffèrent, celle des environnements et celle des sociétés. Or, dans leurs analyses, par exemple pour évaluer un risque environnemental, les géomorphologues font plus souvent appel aux sciences sociales, à l’anthropologie ou à la psychologie comportementale (Thouret et Ercole, 1994), qu’ils ne prennent en compte la dimension historique. Si une période historique présente bien un certain nombre de caractères généralisables, dont un rapport spécifique à l’environnement naturel, ces caractères ne se retrouvent pas nécessairement partout. Les préhistoriens et à leur suite des naturalistes emploient des termes comme « les Préhistoriques », « les Néolithiques » pour désigner des populations définies par des pratiques culturelles communes et ayant vécu une succession d’événements qui, en l’absence de récits, ne peuvent être connus. De même pour interpréter des données archéologiques datées de la période romaine et les intégrer à une histoire des environnements naturels, il est tentant d’utiliser une réalité, celle d’un Empire dont les souverains se vantaient de commander à la nature, à travers la représentation de l’Homme romain et de sa gestion du milieu, qu’elle a inspirée. Un paradigme culturel oppose le Romain volontariste et brutal, même envers la nature, au Grec, astucieux et fin, soucieux de s’adapter et de la respecter.

3L’objectif de cet article est de montrer les inconvénients de telles généralisations pour une utilisation appropriée de faits culturels dans une perspective environnementale. Cette approche a déjà montré son intérêt, par exemple pour critiquer le recours à un taxon comme élément de datation au sein de diagrammes polliniques. L’olivier étant l’arbre symbolique de la civilisation gréco-romaine sur les rives de la Méditerranée, une formation sédimentaire serait datée de l’époque romaine par un pic de l’Olea. Mais, dans le sud de la France, en dehors de secteurs particuliers du littoral provençal, le grand développement de l’oléiculture date de la période moderne et non de la période romaine (Leveau et al., 1991). Par conséquent correspondant à la formulation d’un consensus scientifique à un moment donné, un paradigme fournit un cadre général pour interpréter des faits empiriques. Toutefois confronté à l’épreuve de nouvelles connaissances, il doit s’accompagner d’une critique permanente du modèle, qui prépare l’élaboration d’un nouveau paradigme.

4Des recherches sur une ressource naturelle caractéristique de la montagne, la ressource herbagère, sont à l’origine des réflexions présentées ici. La découverte de ruines de bergeries antiques a conduit des archéologues à proposer une origine romaine à la grande transhumance qui, à partir de la fin du Moyen Âge, conduisit les troupeaux de la basse Provence vers les Alpes. La validation de cette hypothèse impliquait que l’on recherche l’impact de l’arrivée de nombreux animaux, sur les paysages de ces montagnes. Identifiable dans les diagrammes polliniques, la modification du couvert végétal pouvait avoir eu des conséquences sur des processus érosifs dont les explications anthropiques ont précisément fait l’objet d’une récente Table Ronde (Allée et Lespez, 2006). Ces recherches ont été entreprises d’abord dans la partie sud du Parc National des Écrins située en Dauphiné (de Beaulieu et al., 2003) puis autour du col du Petit Saint-Bernard en Savoie (Leveau, 2006a). Elles ont confirmé que, dans l’histoire des Alpes comme dans celle des autres espaces de l’Empire romain, la romanisation, un processus culturel, et la période historique à laquelle elle correspond, devaient bien être distinguées. Bien avant la conquête militaire et l’organisation administrative, qui correspondent à des dates précises, des Romains, présents dans le massif alpin, introduisirent les modes d’exploitations des ressources caractéristiques de cette civilisation, mais dans des secteurs géographiques bien particuliers en les adaptant aux conditions offertes par le milieu. Dans la majeure partie des Alpes, la conquête n’a pas aboli les modes traditionnels de gestion de la montagne, qui sont restés dominants en altitude (Leveau, 2006c). Au total, qu’ils portent sur la basse Provence ou sur les Alpes, les travaux qui viennent d’être évoqués ont pour point commun de postuler que, si le rôle du climat reste fondamental depuis plusieurs milliers d’années, il ne détermine pas l’évolution des sociétés. En revanche l’influence du climat peut être appréhendée efficacement à travers le concept de gestion de la ressource par une société, ici la société romaine, ce qui donne un contenu spécifique et proprement historique au concept naturaliste d’anthropisation. Du fait des contraintes de l’étagement altitudinal qui en rendaient autrefois les modes d’utilisation particulièrement rigides, la montagne peut, plus qu’aucun autre milieu, être utilisée comme laboratoire dans la confrontation des interprétations environnementales et sociétales.

Prospection archéologique, chronologie et paléotopographie

5Dans la perspective critique qui vient d’être définie, il convient de rappeler brièvement l’apport de la géomorphologie à l’archéologie de la période romaine. Le Sud-Est de la France offrait des conditions particulièrement favorables au développement de collaborations entre les deux disciplines : « Rome » l’a marqué de son empreinte fondatrice, aussi bien dans le domaine urbain avec ses créations coloniales que dans le domaine rural avec les fameuses centuriations, connues par les cadastres d’Orange, qui jouèrent un rôle important dans l’hydraulique de la plaine alluviale. Ces collaborations ont donné lieu à des publications qui ont analysé la relation entre les villes et le fleuve – le risque fluvial – et les aménagements romains dans la vallée du Rhône (Leveau, 1999 ; Van der Leeuw et al., 2003). Mais, s’agissant des Alpes occidentales (fig. 1), la période romaine n’avait pas suscité l’attention particulière des géomorphologues, sauf dans le bassin amont du Rhône (Bravard et al., 1992 ; Piery et Féougier, 1997 ; Salvador et al., 2004, 2005). Pourtant, là encore, les collaborations ont montré leur efficacité dans les deux domaines de la prospection et de l’interprétation des sites archéologiques.

Fig. 1 – Les Alpes romaines (d’après Segard, 2005, modifié).
Fig. 1 – The Roman Alps (after Segard, 2005, modified).

Fig. 1 – Les Alpes romaines (d’après Segard, 2005, modifié). Fig. 1 – The Roman Alps (after Segard, 2005, modified).

A. P. : Alpes Poeninae ; A. G. : Alpes Graiae ; A. C. : Alpes Cottiae ; A. M. : Alpes Maritimae ; GSB : col du Grand-Saint-Bernard ; PSB : col du Petit-Saint-Bernard ; MG : col du Mont-Genèvre. 1 : limite de provinces ; 2 : chef-lieu de cité romaine ; 3 : peuple gaulois.
A.P. : Alpes Poeninae ; A.G. : Alpes Graiae ; A.C. : Alpes Cottiae ; A.M. : Alpes Maritimae ; GSB : Grand-Saint-Bernard Pass ; PSB Petit-Saint-Bernard Pass ; MG : Mont-Genèvre Pass. 1 : provincial boundaries ; 2 : city ; 3 : Gallic People.

Le site comme chronomètre

6Les géomorphologues avaient une raison précise de s’intéresser aux données archéologiques : les objets (artefacts) et les sites archéologiques leur servaient de chronomètre dans l’étude des dynamiques environnementales. Pour la période romaine – mais il en va de même pour toutes les autres périodes –, la relation entre archéologie et géomorphologie était donc liée au développement de la prospection archéologique, à la fois pour la recherche de nouveaux sites et pour une évaluation correcte de l’âge des sites déjà connus. En milieu méditerranéen montagneux, un site peut aussi bien connaître une érosion brutale qu’être enfoui rapidement sous une accumulation torrentielle. L’efficacité de la prospection archéologique dépend de la topographie, principale caractéristique physique de la montagne, qui ne détermine pas seulement la localisation des sites, mais aussi leur conservation. Les archéologues se sont rapidement rendu compte du caractère aléatoire des extrapolations fondées sur la simple observation de surface. Ils n’étaient jamais à l’abri de surprises, mais leurs chances de trouver des sites étaient conditionnées par les phénomènes d’érosion le long des pentes et les formes d’accumulation dans les fonds de vallée, phénomènes exacerbés par le relief. C’est pourquoi les programmes d’archéologie préventive sur les tracés routiers et autoroutiers en montagne ne peuvent plus être menés sans la collaboration d’un géomorphologue. La géoarchéologie a eu en particulier l’heureux effet de pousser à rechercher des sites archéologiques dans des zones réputées répulsives, que l’on croyait de tout temps hostiles à une implantation permanente, mais qui ne l’étaient devenues qu’à une date récente, du fait d’accumulations sédimentaires.

7Toujours utilisées comme éléments de datation par les géosciences, au moins en première approximation, les sources archéologiques et celles tirées des archives sont indispensables pour caractériser la composante anthropique de l’érosion, en définir la nature et en évaluer l’importance. Les variations de la densité de l’occupation humaine sont reconnues comme un facteur déterminant. À défaut de données statistiques qui apparaissent bien après la période romaine, le nombre des sites renvoie à celui des hommes et aux activités économiques, données essentielles pour évaluer la pression humaine sur le milieu et envisager l’origine des processus environnementaux. C’est sur ces bases que doit être redéfinie la relation entre géomorphologues et historiens. En effet, celle-ci a été profondément modifiée par l’essor des méthodes isotopiques de datation qui ont doté la géomorphologie de moyens permettant de fournir l’âge des dépôts sédimentaires, assurant ainsi son indépendance vis-à-vis de l’histoire et renversant même dans ce domaine les rapports entre les disciplines. Le fait d’obtenir des âges absolus ne met évidemment pas un terme aux collaborations, mais amène à revoir la manière de les envisager. C’est à une telle révision que se proposent de contribuer les réflexions présentées ici.

Du site à l’espace : la taphonomie du site et sa position dans le paysage

8Il y a une quinzaine d’années, dans un tableau de l’occupation des Alpes occidentales, à l’âge du fer, A. Bocquet (1991), observant que les habitats protohistoriques étaient pratiquement inconnus dans ces montagnes, en recherchait l’explication dans un mélange de culturalisme et de déterminisme. « Les bourgades et les villages actuels édifiés dans les seuls endroits stables et à l’abri des avalanches ou de l’érosion occupent certainement les sites des implantations primitives ». Selon lui, les contraintes du milieu rendaient compte de l’absence de matériel guerrier dans les sépultures : pour leur défense, les Alpins avaient utilisé les possibilités que leur offrait le relief. Les sites protohistoriques se trouvaient sous les agglomérations modernes. Cette manière d’envisager les contraintes du milieu, qui renvoyait au thème de la montagne refuge, n’est plus recevable. Le concept de mobilité du paysage qui s’est imposé depuis une trentaine d’années permet d’envisager de manière complètement différente la relation entre le site archéologique et l’espace géographique. Les archéologues ont intégré l’idée que le paysage observé actuellement n’est pas le paysage antique et qu’après son abandon, le milieu d’implantation d’un site a continué à évoluer sous l’emprise des conditions naturelles. Le concept de taphonomie, utilisé d’abord par les biologistes pour traiter des transformations d’un organisme depuis sa mort jusqu’à la récolte du fossile, puis par les archéologues pour étudier les modes d’enfouissement et les conditions de préservation d’ossements animaux et humains, enfin par les sédimentologues pour désigner les processus d’évolution postérieurs au dépôt des strates, a été appliqué aux sites archéologiques et a joué un rôle fondateur pour la géoarchéologie.

9L’apport de la géomorphologie fluviale à l’appréhension du site de Grenoble en donne une excellente illustration. La ville s’est développée à la confluence du Drac et de l’Isère à proximité d’un point de franchissement de cette dernière. À une époque où l’on ne disposait pas d’outils permettant de prendre en compte la mobilité historique de cette confluence, Muller (1930) qui s’appuyait sur les travaux de Blanchard (1911), avait supposé que les premiers occupants s’étaient installés sur un point haut dans la plaine alluviale. En 1219, la ville avait été ravagée par une célèbre inondation qui démontre qu’elle était située dans une zone exposée au risque. La rupture du barrage morainique retenant le lac d’Oisans fut la cause conjoncturelle de cette catastrophe. En outre, le risque inhérent à un tel site avait été aggravé par l’exhaussement inéluctable du lit des deux rivières, qui fut à l’origine de leurs changements de tracé. En était-il de même dans l’Antiquité ? De nouvelles études ont montré que la ville romaine ne se trouvait pas non plus sur un point haut, rocher ou môle alluvial : l’exhaussement du site résultait simplement d’une accumulation de remblais urbains. Durant la période antique, « l’activité de la dynamique fluviale n’a pas constitué une gêne majeure pour le développement des activités humaines sur le site de Grenoble » (Peiry et Féougier, 1997). Il n’est certes pas exclu que les sédiments de l’Isère recouvrent des occupations pré-romaines ; mais, pour l’heure, « les travaux de voirie les plus profonds (3 m environ) n’ont livré que des dépôts argileux vierges » (Rémy et Jospin, 2006). La ville Cularo/Gratianopolis n’est pas enfouie sous des alluvions torrentielles mais sous les matériaux issus de deux millénaires de constructions et de destructions.

10À l’heure actuelle, pour les Alpes occidentales, on ne dispose pas de publications permettant de décrire des faits archéologiques et environnementaux précis relatifs à des contextes urbains romains. Ce que l’on entrevoit ailleurs permet pourtant de décrire une situation bien différente. Deux sites sont susceptibles de donner lieu à des études intégrées dans lesquelles la géoarchéologie a un rôle essentiel Le premier est situé dans les Alpes du Nord, en Tarentaise ; il s’agit d’Aime, Axima, ancienne capitale de la province des Alpes Grées. Cette ville, dont la superficie avait atteint au IIIe siècle plusieurs dizaines d’hectares, s’est étendue sur le rebord de la terrasse de l’Isère jusqu’au bas du cône de déjection de l’Ormente où l’habitat était étagé. Dans ce secteur, les archéologues ont observé « une alternance de zones ravagées et de zones où les constructions antiques sont ensevelies par des alluvions grossières » (Feuillet, 2004). De découverte plus récente, le second site se trouve dans les Alpes du Sud, dans la haute vallée de la Durance, sur la voie qui conduit de Gaule en Italie par le col du Mont-Genèvre. Au début du IIIe siècle, un livret indicateur (Itinerarium Antonini) faisait connaître un établissement routier (mansio), sous le nom de Rama, entre Briançon et Embrun, à proximité de L’Argentière-la-Bessée, où les traces d’un important site antique avaient été observées. Des sondages viennent de montrer que des structures étaient conservées avec des élévations qui dépassent le mètre (Walsh et al., 2007). Une étude géoarchéologique et géomorphologique devrait permettre de faire justice de la tradition selon laquelle le site médiéval de Rame aurait été ruiné par une rupture de barrage morainique. Celle-ci transposait en haute Durance la célèbre catastrophe qui détruisit Grenoble au XIIIe siècle. En réalité, l’abandon du site est plus probablement lié à la répétition des inondations, qui aurait conduit au déplacement de l’agglomération sur l’autre rive de la Durance.

11Ce constat est applicable aux petites villes des Alpes du Sud pour lesquelles les archéologues peinent à expliquer une réalité matérielle suggérée par les sources écrites. Les listes épiscopales et, vers 400, la Notitia Dignitatum Galliarum font connaître les deux évêchés de Senez (Stouvenot in Bérard, 1997), dans la haute vallée de l’Asse, et de Glandève (Glanate) situé à Entrevaux, à l’extrémité sud-est du département actuel des Alpes-Maritimes, auxquels il faut sans doute ajouter, dans la haute vallée du Verdon, Eturamina (Thorame) connu par le concile de Vaison-la-Romaine (Bérard, 1997). L’absence ou la médiocrité des vestiges archéologiques de ces capitales éphémères s’expliquerait par la torrentialité ; la géomorphologie résoudrait alors un problème archéologique, celui de la localisation des chefs-lieux de cités romaines. Dans les Alpes du Sud, cette problématique a également été abordée en Ubaye où, depuis un siècle, les historiens cherchent la trace de l’agglomération, qui fut le chef-lieu de la Civitas Rigomagus évoquée par les sources écrites. On pouvait le rechercher à Barcelonnette. Mais les fouilles de la place de la mairie du bourg voisin de Faucon-de-Barcelonnette en rive droite de l’Ubaye ont mis au jour les vestiges d’un établissement du Ier siècle, puis un cimetière des Ve et VIe siècles, le tout raviné et recouvert de plusieurs mètres de dépôts torrentiels caillouteux dans lesquels s’inscrit un site médiéval des Xe-XIe siècles (Bérard, 1997). Il n’est pas exclu qu’il s’agisse de la capitale recherchée. Le site antique n’aurait pas été recouvert par les habitats actuels ; il serait enfoui sous les alluvions du torrent affluent de l’Ubaye. Mais, pour séduisante que soit cette proposition, elle ne disqualifie pas une explication par un fait purement sociétal : l’échec du processus d’urbanisation romaine.

Des faits aux processus : changements globaux et réponses locales

Le climat à l’époque romaine dans les Alpes

12Dans une première approximation, on a considéré que la période romaine avait pu constituer un moment favorable au développement des sociétés entre deux périodes de péjoration climatique correspondant l’une au premier âge du fer, l’autre à la fin de l’Antiquité. Les précipitations auraient été sinon plus abondantes, du moins mieux réparties dans l’année par rapport aux saisons végétatives ; de ce fait, leur action sur les sols aurait été moins agressive. Des températures plus clémentes auraient favorisé les activités agricoles et le développement de la forêt. Ce schéma trop simple qui faisait coïncider les crises des environnements avec celles des sociétés, n’a évidemment pas résisté aux investigations critiques.

13Actuellement, la période romaine est plutôt considérée comme une « période de forte irrégularité climatique » qui est aussi celle durant laquelle est observé un « forçage anthropique » (Berger, 2003). Cette conclusion permet de rendre compte à la fois des situations extrêmement diversifiées, illustrées par des travaux récents (Bravard et al., 1992 ; Salvador et al., 2004 et 2005 ; Schoeneich et al., 1996) et des difficultés rencontrées dans l’interprétation de données lacunaires (Provost, 1984).

14L’étude géomorphologique de sites archéologiques de la vallée du Rhône incitait déjà à nuancer quelque peu les distinctions entre grandes périodes climatiques. Dans la partie alpine du Rhône, en amont de sa confluence avec la Saône, dès les années 1990, les travaux de Bravard et ceux de Salvador ont mis en évidence divers indices témoignant d’une certaine instabilité climatique, soulignée par la répétition de crues abondantes et de débordements des lits fluviaux de la fin du Ier siècle avant J.-C. à la fin du Ier siècle après (Bravard et al., 1992 ; Salvador et al., 2004 et 2005). Ces indices ne sont pas isolés. Dans les Préalpes vaudoises, des glissements de terrain et des indices paléohydrologiques semblent indiquer une forte augmentation des précipitations extrêmes à l’époque romaine (Schoeneich et al., 1996). Ce sont précisément des précipitations abondantes qui expliqueraient la série des crues dont témoignent les historiens et chroniqueurs romains à cette époque (Leveau, 2006b). Ainsi les données hydrosédimentaires permettent de parler de précipitations exceptionnelles à l’origine d’inondations catastrophiques. Cette situation correspondrait à un dérèglement d’origine climatique, ce qui implique évidemment que l’on définisse une règle.

15Il y a une vingtaine d’années, Provost (1984) avait déjà attiré l’attention sur ce phénomène dans un article où il rapprochait données archéologiques et sources écrites. Parmi ces dernières, deux signalaient des travaux effectués dans la vallée de l’Isère. En l’an 163, en haute Tarentaise – où précisément se trouve Axima dont le cas a déjà été évoqué – se serait produite une inondation aux dimensions cataclysmiques. Un texte malheureusement incomplet évoque des routes détruites par les torrents, des rivières contenues et remises dans « le lit que leur a assigné la nature », des blocs de rocher placés en de nombreux endroits comme obstacles au débordement de la rivière, la restauration de temples et de bains à Bourg-Saint-Maurice (CIL XII 107). Cette énumération de travaux d’aménagement suggère une inondation analogue à celle du Queyras en 1957 lorsque le Guil détruisit routes et maisons. Encore moins complet, le texte de Gilly (CIL XII 2343) évoque la dérivation de cours d’eau (aquis diri[vatis) dans la Combe de Savoie en 184 de notre ère, dérivation qui a pu entrer dans une politique de prévention de l’inondation ou de restauration à la suite d’une crue. Une même intervention des autorités impériales peut être lue et interprétée en termes de prévention des risques ou de réparation de dégâts liés à des catastrophes. Il est hors de doute que l’Isère sortait de son lit et qu’elle inondait les bas quartiers d’Axima. Les Ceutrons peuvent très bien avoir remercié l’Empereur de les avoir aidés à remettre en état aussi bien des monuments du vicus de Bourg-Saint-Maurice, qui n’avaient pas été entretenus que d’infrastructures routières, qui auraient souffert de l’action des torrents, sans qu’il s’agisse d’un événement véritablement catastrophique. La vallée de l’Isère était suivie par la route conduisant au col du Petit-Saint-Bernard qui, dans l’organisation administrative romaine, était le principal col des Alpes occidentales. À l’époque de Strabon, cette route était la seule voie que des chariots pouvaient emprunter sur la plus grande partie de son parcours. Son entretien, prioritaire pour l’administration impériale, s’inscrivait dans une politique routière qui, bien avant la conquête, était pratiquée par les communautés montagnardes qui en contrôlaient l’accès ; Ceutrons de Tarentaise, Salasses de la vallée d’Aoste finançaient l’entretien des passages par des taxes que les textes romains présentent comme une forme de brigandage. Par conséquent les travaux n’évoqueraient pas forcément un cataclysme : l’administration célébrait de manière emphatique l’accomplissement de ses devoirs. De l’autre côté du col, à la sortie de la vallée d’Aoste, à hauteur du fort de Bard, la voie romaine a été taillée dans le rocher, manifestement pour la mettre à l’abri des inondations fréquentes dans ce passage étroit. Cet aménagement témoigne du soin pris au maintien du passage lors les crues printanières de la Doire. On le voit donc, la lecture des faits sociaux est aussi complexe que celle des faits environnementaux.

Paradigmes et modèles socio-environnementaux : les Romains « constructeurs de paysage »

16Il convient d’appeler les géomorphologues à la prudence quand ils utilisent la présence de sites archéologiques dans des zones exposées actuellement au risque, comme un argument justifiant l’hypothèse d’un apaisement des dynamiques érosives, au moment de l’édification des constructions. Ce raisonnement justifierait l’abandon de la recherche de sites de l’âge du fer sous les accumulations torrentielles postérieures, ce qui a des conséquences importantes pour l’archéologie préventive. Trop d’affirmations péremptoires ont été démenties par la recherche, du genre de celle écrite par Georges (1935) à propos des plaines du Rhône : « L’homme préhistorique a évité ces plaines en perpétuelle transformation… ». En réalité, tous les types de réponses sociales face au risque environnemental se rencontrent à l’époque romaine, y compris le cas d’une acceptation complète. En second lieu, le déplacement de l’habitat de sites perchés vers le bas caractérise l’époque gallo-romaine en dehors de toute évolution climatique. Dans cette perspective, il convient d’adopter une attitude réservée par rapport aux paradigmes utilisés pour les restitutions socio-environnementales.

Construction des paysages et « mondialisation romaine »

17ition q2amanifes’être no, edevs aré par une rupture de bÀ l’époq environnementauxs acc bnéracie de l’ocport de urogrammes eope en mom>Axihaiteentdesem> (1992) -94), ui a deté dnstructisur la baoblématique a la re modpar ution de ceenvironnement n» (Bcçanucomme une hénomène dapliquait l’hypact de lsociétés enr le milieu eEn seance, en tranots rprincipal co cette catude gdeté d vallée du Rhône i,ais il enest ételement étédu cox papes occ les leuve rendrea cource pa d’enc leennent des sofluent dde rée droite de(n der eeuw et al., 2003). MaSappuyaitntur une reproche a é par uq2amanomorphologie rla péridogie rla pééohycolteie et gÀarchéologie p, rger, 2004)3),rincipal col ributior a auolonumen rivses lais les trsultaitt a énstraéatne implatantes synèse d la pr lsiption ens étudap de la Dorphologèvr dlogicne d,elles ge les tennées contlctures permet dient de cos restituti. Cns cette perriode degologique, ceépoque romaine (Scupentne polition darticulière dEn effet, cerger, 2nclusitour l’arpoque ro la une alession huthropique dens quécisridt empn» (B la une alpture deplatantes ns la Colation enciétés -ture », ; Cee explêmes rancgisation des plosciyérm du Rhnd de la tediterranée, iée au une hisrologiquebondantes urait étretaîn un «ès birt de tritisme querger, 2003). CeAès (Boir aift le prbilades risenstructions animatiques. il cocrite : « Ls travaformations dvironnementauxs acservées. u col u du liHt sapire romain, ont prdu en pertie alp colhoixumains, s dépdents peritique r des riropamè et de bhydrosliqucns eti ont donstructisul paysages ettiques s». Enp>

15<8span>L’éufesmatation depposé qees paysages etditerranéen msar un fapire roi spréhiteait leuners ielntre deus une première ap mondialisation r» qui e  : Vey recrunaîtreans « leLaulturel,atérielle su modre de lame  [ ]ssus d’un apocessus d’ursignlieion de ce[la]ivilisation grheénaiue qui v,e l’Antfghisatnteu coMaces,tait la selturel,atdialisdu Rhmps ho concomm du Iet al., 2003). MaUnapprochaient et re le période romaine et lespériode antuelleme vrenteors unr des prmpagnrsons v re le rs mèes de pstion de lefraile péspective cr dégnir lauddernr dégloppement de urle. Le concept de moysage anmain, onstituer onsi so prieant lvironnemental se celle de la en, ; mme romain e». uode la

15<9span>Ce cs tils pencept dl d«ntint être coilisés poec laécisauon de ldans le sus désenten,l faut saenouligné les gmite d LeRpelero le doméb ausselqu desné lieu à loceuriations,omaine, y dision quomortritie. u ceenvace gral av va a la rerestinbution des toreespoEn larmpagnrs à un te leient sfinal aux acmales defes ene. ume  jetaur la baosageer l des crule es», dehistoirens édiévalte dDuby199275) port dt leunsus ion posstitue pusà cell qui viisait t de l’agghéolorphologie rlae socice panl’histoire ela conquête nTropee anthsprès (cette roble corragnrsons e peuveplus être mevisagere que lemme une fotudap e la recherche der le miysage aneveau, 2006b5 Au te mevmple p, ste fideté dnstrérée comme un seule vo lelle romaine n». udteenvimblente uassif alpin, inrcouque lemest imunsusonialmilitaire etdifiés eelon la apoladet dhogal d,eors une les tetres plles dels,ve ( de la ricérigrensombrme par les cochéologues pe leglomérations mocond lres p». En n’esy rait pas éeu de lasacalrentrlp copeba aux pels suqupes e lalle ronne uneu desil s’étaienpas un lisé ds une premosition, it, par lerger, e propos des a riurgades ommeony dans leépartement ac l’Isère à proximité de Rhône, en amB unuphiné (derger, 2003). Axiugtr fen trm>vicus fenr la baande paie roreespoe côduisant aur eey, rs lanèvre Celleuii trt imaditionnels ment lialisat sins le nourg voAoste fic let été démeuverte pse nombreux s inonsiption esonsi soe des structures échéologiques danagghtant at. Sué àr une reuteur du inants a plaine als Alp ( res, qu site mt ausuellement aulaboné la Rhône, Il n’estn taienpas undmême dans l’Antiquité La vaogramsion hurs le band de cône de déjection de uuil s et auagguvions ment juns la plaine aoù les hône incrirede bhyraare csdepuis unépoque romaine, y t préondément modifiée e miysage angulial de(lvador et al, 2003)et 2005). CeDenues ne vallée dumte au la fin de l’Antiquité. ,a plaine als Alp ( res, évitolu entrarqusonAu uellement, la hône inuve en Ie le pntagne renagIzu et en enMt de saGoniaDans lesAntiquité. ,as ousageede5 kmu cod du son pal u dusuelleCette conclat eion compuit au rechercher deleenturlurbain avn pluasins le nourg votuel desAoste fimme obsle vocite mais dans de plaine al contrôeba Son unues ar lertaine cochéologues p,asgnoes ar ledautre cpe(spin, 2006)5-06). ,’hypothèse dmritabe’être dvisagere qà prnditions u’elle inncôduisanpas un deslaboisr la cocherche der le mvestiges di sprouve Axiugtr fens dernières, nncôdespondent àauar uigme cu la valle romaine n,ui est augnir ans les Almumbs ; :eur a oladeest pas exnflume de l’origdhogal dé des vesles de lafdations ; la emonuments dublicats yont rapir. On pour e devidemment qui lap comite d u la vasciplines./p>

172/span>À viTabs eRdentei s’est imnues a lClerntag-Franédn co03)et nommese ét Nebte -il dhoa jormet de lire ju inrtinter le miysuigme cui joutifieravs aré pat. urten à la res don de cedériumeeseion cn montagne nIl na unus quddeux pre no, ed dans unsetravaux nr le L’homme ro auagÉsion o», deNebte -il dhoa 991), vait denrichit propcisémee concinu spdconcept naanthropisation. n montagrs àcbrmt ac période antique, gcolt-maine n,u Italie pamritadial d il naugtit le reux pime aranchissement de un apsel dés l’hydtoire et ceenvironnement ne lsociétés eneope en mn, ce qe dei joécisr l’agghfierclisation ro milieu rei détrbe ajoXIIIXup>e siècle. En sitel d(lturel,l)rmcritiqhue, cent la surunaî unces,t à unorigine de lecconcept d,’est pas le paule ei détinttre meis le compte lDans les Alpes d,a torrgraphie, t lesptiqhogie a jout un cale essentiel Lens les Alocessus drosivef OnNebte -il dhoa 99183)bservant d’accleurs pee,  Lstorrentialité articulipetun apoottiel Leninscrbilité clhérent à uncmilieu dntrôees elqu s e peuveplens ». Sellignét l’hyambiguï de Rhmoignant des dchives sondimentaires, ass une prl ribution à la catlow"e. u ceoarchéologie acette teur du(Nebte -il dhoa2003). approve a que lenria conquaintes ue lemmtituer o sualiivité de codyérm e moytes dat paen avrmanente, mas deux étre cpecteur dn,e primat à lespdpar ution de col urt pagétatilonséqucuve cr unoriupation des Alls a,ariatt ac lnière emtotement édépendancet Les ar liséions dt anaift le oriets e miysuigme cu cedériumeeseion cnndret ac léateuron pa liséions Dap>

152/span>CePfte d 2004)2)un listoirens ceenvironnement na énlres,nt mod en évidence dilrelation entre leunaî unces,Allcns fieres et soritique r ublicaes dans de article oi dtablissune raiation entre le LIndations catastrophiques. ,volution climatique. t de éb aur le mvesques outurels, n éSssemejoXIIIXup>e siècle. ». Entfluroant d le li éb aurcns fieres t sorlicatvec la eableau destoirenlt-imatique, celaborat patpartir de lanoseunaî unces,Alsuellemes» (B dpliquéeauar uigme cu débordement de éSssemejns unsetriation esvec la einondations frtastrophiques. uudderles eprunter patpauenciéogues i(Luhnin199670)our séuivrla re moracrre e» (Blitique de am «ème dEn sième devironnemental set sur ite travers la prminq phes que ie conciisanp de la ritioce di(1825-18) éede la ricstruction de(18) -1856) l’épomger,e de s de plscipuion hulitique de(1856-1868)puis un l moranpa éœrente s de pllgulistion en(1868-1876)squ’au bament do il raitétl’actiou dé des a valltolitique de( péhes c lnten» (

1422span>À vicitesadentrôees ébordement deéchés ejoXIIIXup>e siècle. ar l’exingnaiur duSelle e(18), vt à unorigine de le conquaiors ielpine dui a deoosé qus fouistitu r poe ie ient la srrentialité ax prociques. maditionnels meutdla dstion deropas ltre de lalmontagne, qux prographiq que ieaineient cour une éise de compte la la vallriilité climatique, (Selle e18),; laNebte -il dhoa 91), Mais lesaituation cot imeefit purs clplexe q.ravard et(06). approve eee,  Lsrefugoement la s de plntagne renr ubopations todiqugnes e,tudier par lB,e htritis 99155 sout de lderles em>in foransposaite aux peècles (Busags e». Entfe roDuby199275) nanticour une éalité mamontre e, iloceuriations,o toute éloule edeNebte -il dhoa,ur itt lvie qeae miysuigme cuogrstorique de ceoripsition, re le rontagnardes s e miysageees plaines du de bhytlowes duditerranéen ms du(Dpond, po9153 vait dndad recoouver de Italie pa Sud po en éSile dee situation bidcrite pans les Alnées 199050-1960u coMaghrebu(Nebte -il dhoa2084).

1523span>L’éuliséions ar le concrpdes impngnaiur ddes imEx et rFêt. d’une acplication danciputabs e(s ébordement d)tun aponomène davironnemental sennouveallute plu seulement lar la bate nosté de lnservé un mopontis itiques.e lva ne lsoplication dsréhiteait ac lfdre cos aré pat. ugnérarasace au launsus rigrenso cespéopations e(s montagnardess) ftifie parr une émaaienspstion de ceenvironnement n. Ee avaenctelement étnterprété dans unsalplexe é de eabmoignant des durces écrites. omaines. Danix-ux,feècles (Bauranuva nevs aréeiculacé d’un poirojede la ue concle les deondations fr NoTib à prme ,résentéese avan 1635a é plnme daplication d; :e rapponsedt d’accrd de unorini etude des aropations ei exyait auns les Alnnagements rofectués dar le miut daTib àlcause coun porèglement ddrologiques nt le origine climatique. t strobablemeLeveau, 2006b). Aip>

152/span>LOnn contrclurau’ellefit pucerisenstructions anvironnementauxs ac sont paniinientsaniifssemes. Ee asôdespondent àtpauentat au la e siècle. ,e conciat esaoutifier d valitique de prRtauration de ts Train eutdlaMtagne re(RTM CeAiqué aux sipes ocmaines. ,n par uigme cuplique it le ruroit es ayeupment,

162/span>Ils grraniires onont liu seulement la plscnsions alitique de’elyoit dohistoirens lsociétés entiques s»:a dchsurces allvrre euynt imeentiel Ll LeRrunaupar les coomoaphiq q,eplicoit qees is unongmps hor lenoseunllgles prinhistoriqus ecomte conoon cot imfdatintauxs uns les Alnrochaieouturelastes é lsopace gmontagnardessPar co dderactéres, nphysues ,n tel aniires efraileunertaine ombreuxe dorssurces ent la susposenilités vt à idemment qupendancet e bhytapatés rodexpliqoition de essortété roe ie oriupat; ilcle-ci trganisatsoitnuvace gllvr de Itfotions e bhybesns co’elle inve sansr nire jCette énudence dit à unaas cde le conquruction desun poderles ecio-environnementalese moytuement d Alpes oDurant la Péohytiqhue, ce re le15 000 le9 000av..-C. ,e bhytlunautés mo lchastrs roclu qvef prplaceaient lns de arvae fil aniires ent lae éitie altaienpaengcés Par cnt de d plaine al illes étudent souemi-sridt ease p q,epls alluvres,ntechercher de montagne n le, et rgili. Cns ce pruriode roi s it la pdparcéiion aux entati l’entece gnposenill t lespllrité dé delssurces ,onootent qufssntiques d,epls alreme soupcisaser un lil aniires e’elle iseplicoitiit de éfotions e b’arpotement su cdelssurces La vimcritiqhusions ei expréuites auns les Alpes oc la fin du I

1526span>Ce ce éthmatique a la expliqoition de essophsurces aturels, oi dvtt ac lire ju oriets eune acèse d(Segd, la05). rugre et al., 2003)6) t préosé qu lire jumieoat laadébut du l’éde apchtatnne calmoranpa éace de la maande paavafomaine quani,atpartir de Monty évg commnites auisons ère ent la . madoup x de labse deovosce dirs la prut dsassif aslpine Il mpat par uns contls etrains «nt lertaine cotudent soigine res de coCamn>Ciele déplloppement de la agvollvag r le mil aniires enl’Antrs Alnque a ait étretaîn un augmentation des pradoup x declurida les trssurces ectrbcgre alocalesCidonispr ll teespr ll aputre mo, oPugli/em> dons les BRoyau cu ceNaps à l’orpoque roanugal is Mais les fontextes urstoriques se tloographique. de féres,nt,e lstentn’au baplades plnmthe rcette problsition, mmtituer ouavantt des taux pésdigmes utdla dmainntion deede la ri mondialisation r» qumaine. Ciee c)ermettent de parblsiteledautre cpeplication dsrx paradl u dui ont donstit de G madoup x de s les Alpes du is unaeovosce die a plaine alsuroôLeveau, 2006b)c et al., 2003). ameeffet, trmet deun isenstruueron des panamiques égétatil eans les od du uar cceNatial des éliten Les sisultaitt rinhimite res deobnus qucisart l’enpothèse d’un aaugmentation degnéication de la Duession hus ltre deant la couriode rodiéval dquergliqueuem>et al., 2003). MaLederles e laranpa éace de la maande paavafomaine q,réosé qur uns codiévalte d nstitvallle. LeTle est ob conquusion pei exprdpart des dchercher sonstit d às le ds 10 000rnières, nnées 19ns de arseeur dxntagneux,x juxtasait lae énes e laute Tantagne n linants aau-dsus de 3 000monans de milqif al Petilvo évaux pllée do,e prbse du Iet al., 2003)5 Aip>

1527span>À vituation cot imès bi férpee anns de mifdata la vallée de lDurance. v les dommes àchercher sonstrmatenl’hypactantecde la Duessence demaine et litonga la vale ronduisant au col du PeMtag-nèvrer; ilagglomération, outière qud em>inRa donjà étquée pa termoigne dLes arllée doeunaî une lae é e, llsorosemces,montaphique. LeL étudus autopels einsntesné lieu à autlomérations molo-rbros et «vonceptsueveau, 2006b5-06). mtrent àe elle iseinscrivait lns de arocessus dus granérarasant le csoigine àcheoat nà unaaifes’êtriode de foâge du fer sce qui a da au ceenpoque romaine (S aponomène dae l’on dviciuodiéval d»:a dî unces, am «es epine eslalle roi dvors ée trssurces ecaleser siècle, pudgrandes pm>vicul teem> dotentstenl’hypactanton ens ées de expliqoition de epes e ainnalLeL épes occidentales. omaines. ssntesnconjà énstruuer 19nun aaumaitïe de prsages et(Segd, la05). Aip>

1528span>L lvituation cod Alllée doelarment supnéraées par del ées derains «nagplicoition de uirraniires s’inipsitenlle des a coute vantagne noù lesoné par une rups lesépire rononé uites audun aaangements onootb, sauf ss cettaine copace gmoen avcircocrit uet chrrespondant l des caeux dedpassage L’abge du febronze comptituer o suincipal ctriode de anthropisation. Mais, pomme un éosét éNebte -il dhoa 991), ,as oe e fien avusecond lisel déanthropisation. ndabge dumain, oss cettaine Alllée doe modme dans ls faueeurs dercisée laute Tantagne n,e preux runau taie élle de col du Petit-Saint-Bernard qIl nut satentid le ronty évg our lee le Gunersaue moytuement dors untentintereognérarasécr unorvimblente lépes oceveau, 2006b)a)Entfe ros e pestier ddraupasue la pmainntion des plpes octervennt étpaenpoque rodiéval dqon a sinterprros ras le dncept de mo momainntion d». ueaur lut ras lesplscnsions altéels,lau la sels easacalre une istoirens mme unTarne eur capler de pr Lstonparton des plpes ocns lLshypaane res omain e». uode débusé pat. ud ume  tpaenpogd, es plntagne n (Tarne , 91), MaCeAlmtagnes, erticer lplnme datuation coec ladnombreux endace gmoovcipaa qui viapranuîons aussi cou lemainnts à rell qui viprove ensonsi sos prmpagoement apoltéels, ni nront pattaine nt pas rux de Saplnajités os prbitat s de trsépire r. Exavapola étpartir de orv, à ocur cit épaane une attence de maytuement d Alpes o l’époque romaine, y uque lement m le csosultaitt rs préoectives. Cep>

1529span>À vilation entre leumat à lertété rosrrujoeddesné lieu à des carivat octdologiques d. Ee avairvani depliqueraiesucnostat nt la .otied, es épope de Nord, ar rapport aux atdiaeuditerranéen mpuis uns quntexl ir ,vec la avaienuque lentis ite rougulialtpaenpoque roerne eCns cee é e,fxe hur deocport de dchercher sonstit d à s ce prutie ald du uar cceNatial des éliten , veau, leWalsht(06)5) t prntre e,os aré pat. uun aaugroche a i en csager anlnière emdépendancet ’histoire et ueumat à lelle des faciétés enntagnardes qEncore moovcsre et lertmmae ela conqurb tdauiupation des a plntagne n e lenmettent de paxl cele mveavaux depal u dudlaMtideem>et al., t(06)5) r la ballée de lFreie dre empceux de SaP dqMaurie nez (Mcideem>et al., 2003)5 ar le miut daChamnsai,mtrentee écouvnne hutoteme re le rsréve  es éiupation demains,ee travers la prbmoignant darchéologiques et so prpiodes cl dorsfit.dsement de ueumat à(n de l’Ange du febronze– sebut du l’éde du fer sceytt a de durcéiie elaedarticuliè q souposé qe e lforable aocadébuloppement de lcommunautés montagnardes qu(Mcideem>et al., 2003)5 Aitte éservanton cotirél’actention sur ceuefit pueentiel L. Quoi’ellefdisal prncip u dui onlefit pus veslcmes, cos tentagnardessnt doarujoeddeès bien avsdesiladapttrlp cotlitions anfficulimeutdla dlltolmanente, n montagne nIlis leur le dfie elaid«ntint êoir ai lardms dursons. EnL faciétés enropa-s ltre dinsntesplloppem pas éthernues danagplicoition de trssurces eq leur a frailecmilieu d»:a dchastrceépollvag ela sururche de sitéire sremière aqu(térielp comitques. ,me us, poetc.)

1a href="#tocfrom2n1" id="tocto2n1" ionstusion pa>

1

153/span>À viemière apnquusion peé palssuees géomoaphiq que ieen avsve et al., 2003)0)OnPent lvie pte las trtulution pace ieaqusonsent coursie aomais daont liu seabo di,ole le rsrbuloppement dsivers gt dsie iear cit t de re moad ( r,aite ronmthe rodan 1ogyspaevew, po9186)caime prndmendre eolesiterpracons sovie lenamiques él’époq environnementauxs aCis leic leisennosilagiageedee de amplicattn uns gmite d u lpaysdigmes ute lentosets de historiens e,n évidoait lrsrbuba aux pels snne uneu de dncept de mo momainntion d». Cep>

1531span>À vitond lapnquusion pel imunsuconsmmdesive dLa eimomorphologues àilisent la bhytae cslstoriques sehritas en une acpoque ro les dommthe rs rod eion conposenill senle r a omet dieit pas r inibnusiies mode dseabsos qusufftient qufile aoc len reux eLe ninsntesncxcueconsrrslp colhpamgie psalationvusbndées unr des prllriions animatiques. eur les reoiodes clenunne ch,lp copep upes etlhpam-ltéels, nur les reoiodes clus qure no,t et desntesffn d vadure de ls dernières, nec ladns da asolhoisietoedafotions e évoléments nafdatiors pLe ninsnteslecmift éparten às l’hydtoire et cpavironnements na bhytae csllhpamgie es. erdis po des cafipace ieont liens deir aiec la e desciplines./es arctoriens etx e-mmes àservét étpaenpogd, es cbhytae csle éatnteiion aui a desruavattion dess les Albuba aux to de lesan de l’Anpire romain, os OidentalLa vaogis c some ,rs e ra cu ce410,enlefupas un ngrandes al urememais dauentapise rodra ique, (Vey r2005). PoLns da asofdatioce, de l’histoire et lFnce. vtre cfo en sené l o l’époco éimae evsfimmmendrnt de éfotions e b’arime qui lesaTroseime arRtaplicaes esaïe devou a quds ntr s paigine à lesaFnce. »:a dslcmre et lCs p co deVercpngnarienxysitôte celle ronlaClovcs,afdatiors es a plntachivepar les quraéà prmeimpLe motiquité. ed, nvu». uesdee reproeéions nritique rnts arrespctde NoBas-pire ro de zanTps hoBarbir. p>

1532span>ÀReendre eon gmite d u s cee édtoire et cpavironnements nalabonéeuun aaugrocéhsions alrespctde essophtion entre lelieu et enciétés AiLantffnent de lcommaî unces,Alrmeteobdprplaasere dépl dnistrmclimatique. PoLns mmthe rslcns fieres etsuellemes nmettent deeeffet, tdparciir ais éthance, de lfdata la évolution poimatique. tobaua. Leis, pomme un rprove ensos Albuba aur le mire nhauffrnts armatique. t pal u d,n senmtolorogie acei joéciit doehmps hos le dncurimnur cu ceels es etj u d,neob conmatiqogie acei jotablissund éthance, deusags equouafupus onricnt desuinysionrs pere no, ed ole leuseccle, pussntespartees par del équcie meutdlamps h/es arcme usu Quusags oa veit pas r depcsager uns contad res ipede trseu dusueités agors une le p meutdautrj u amc i uvlique la prtâe de s nphysucns eons ce prugvaltens e b’arpolution poimatique. tdd plainnèt Lerr untrea nev qeaenlefacitéGunea reconstitueron des paptt aasofltureions anstionx aoc lemps orlemes s éimatiqsu Quusags ,unealle des faantt dà lesanmtolorogie aue i uvmmdesiisos Alsueités agisons ère es (partem G madoup x d, da au cqure nol d nverte es,u la fonainndon comatiqu ,…)Entfexl ir nt ép colustrns anfeimomochéologues p,aeretieees etr des tachéologues pe de zanctoriens eti on sriaait àe lite rosciplines.t so promocences,sear cit t dendre eonqept e bhytpagoement apol’, às acpéservsenlear cisnte ( roe des res don dments nalaborat pans de aralisues otie lenciplines.d

Annexe

Abridged English version

In the last few decades, knowledge of climatic fluctuations in the Alps has improved due to work on lake levels (Magny, 2004) and geomorphological research on sediment fluxes. Geomorphologists have established a broad outline of climatic evolution during the second half of the Holocene. In the Durancian Alps, the Roman period was marked by a reduction of erosional activity during a relatively warm and dry period, which had followed a cooler and wetter phase (Jorda, 1992). In the Northern Alps, that same period has been divided into three episodes, with a hydrological paroxysm contained between two periods of relative hydrological stability (Bravard et al. 1992).

In southeastern France, and particularly in the Rhône Valley and along its tributaries, archaeological field surveys and the observation of sedimentary sequences constitute the basis upon which interdisciplinary scientific collaboration has developed between archaeologists and geomorphologists. Emphasis on the Roman period has been justified by the abundance of corresponding archaeological remains. The centuriation networks of the Rhône valley testify to the first systematic organisation of the landscape. Archaeologists used to consider that the natural environment had changed little prior to this period.

The discovery of protohistoric and Roman sites in zones considered uninhabitable, such as valley floors, have called into question the environmental aspect of this interpretation. Geoarchaeology has recently renewed our understanding of the relationships between archaeological sites and regional geography. The historiography of ancient Grenoble (Cularo), for instance, provides an excellent illustration of this problem. The city developed at the confluence of the Drac and Isère rivers near a ford across the latter. Because this site was exposed to flood hazards, ancient Grenoble is now buried under debris accumulated over 2000 years as a consequence of repeated reconstruction over sites destroyed by floods. This setting is similar to other sites currently under study: Axima (Aime) in Tarentaise and Rama (Champcella) in the Briançonnais area. The research questions developed herein are likely to apply to a number of small alpine cities located close to torrential rivers in the southern Alps.

In the Alpine watershed of the Rhône, a range of evidence points to climatic variability involving frequent floodplain instability between the late 1st century BC and late 1st century AD (Bravard et al., 1992). J.-F. Berger has referred to ‘an important climatic anomaly’ but also to ‘human forcing’ (Berger, 2003). This terminology reflects an extremely diverse set of local conditions as well as difficulties in interpreting gaps in the data. Provost (1984), an historian, has drawn attention to some catastrophic floods in the Isère valley. The road leading to the Petit Saint-Bernard Pass, which is the main route through the western Alps, followed this valley. The Isere river used to overflow and severely damage the road infrastructure. However, recurrent flooding is not necessarily a consequence of ongoing climatic change. Yet, evidence of repeated repairs emphasizes the strategic importance of this roadway for the Roman administration.

Rome built a centralized empire and carried out a genuine policy of settlement and regional management. Accordingly, in any model of the relationship between man and the natural environment, the six centuries corresponding to the Roman period would represent little more than a brief episode in a part of the world that is otherwise characterized by sustained human impacts on the environment during much of the Holocene. The term globalization has been used (Berger, 2003) to describe landscape development by the Romans, and has been employed as a conceptual tool in environmental reconstructions for that period. The concept of a ‘Roman landscape’ constitutes the environmental cornerstone for other similar concepts such as ‘Roman man’, ‘Roman society’ or the ‘Roman city’ as conceived by historians and town planners. One of the core elements of this view is the belief in a complete reconstruction of the rural landscapes of Italy and the western provinces by centuriation. However, excavation of these cadastral boundaries has revealed a reality that is much less geometric and more complex than this belief conveys. In fact, the classic geometric town with monuments described in standard textbooks is more an abstraction of the Roman city than a true reflection of the diversity of Roman urban forms.

These observations equally apply to conceptual models that describe the relationship between soil erosion and society.  Neboit-Guilhot (1984) demonstrated that following the Neolithic impact on the environment, a second threshold was crossed in the Greco-Roman period. He relied on the classic paradigm, that in 1950s and 1960s literature on the Mediterranean opposed mountain dwellers to lowland farmers, to explain historic erosion in the Maghreb. In well-documented cases, Neboit-Guilhot postulated that the erosional peak was caused by societal factors but he did not fill the gaps in the archaeological record. Moreover, the theory according to which the Roman invaders drove indigenous populations into the mountains is purely ideological and poorly supported by factual archives.

Human societies respond in a complex way to climatic change. Some so-called unfavourable conditions can actually make a natural resource attractive. Such was the case with the pastoral exploitation of high alpine meadows. A drop in average temperatures did not discourage prehistoric communities from pastoralism, or hunting, quarrying and mining activities in the mountains. Sheperds, for instance, would simply adjust their seasonal migration patterns to the patterns of mountain pasture growth. The Bronze Age marked the beginning of the period of human exploitation. By contrast, with the exception of certain valleys, the Roman period records little change. A renewal of human pressure in the Alps occurred during the Medieval period (Leveau, 2006b). The Little Ice Age later coincided with the period of maximum human occupation in the Alps.

Research conducted in the valleys of the Champsaur and Briançonnais (southern half of the Parc National des Écrins) have confirmed some established patterns of human activity. Reconstructions of the vegetation history have undermined the hypothesis of a significant increase in pastoral pressure before the Medieval period, which coincided with the beginning of long-distance cattle droving from Provence (Beaulieu et al., 2003). Archaeological research has also shown that the integration of the last Alpine kingdom into the Roman empire did not result in any particular change in land use at high altitude. Evidence of human occupation in the mountains is largely unrelated to the chronology of climatic variation (Mocci et al., 2005). In Roman times, the western Alps consisted of a mosaic of landscapes similar to those observed in other provinces (Segard, 2005).

Contrary to a widely accepted view, the Roman period was not blessed with an abundance of scriptural material outside areas that were already equiped for the production of epigraphic evidence. When lacking a continuous series of archives, historians have depended on conceptual models or theoretical constructs to interpret the available data. However, it seems inappropriate to apply or extrapolate to poorly defined situations models that were developed for other purposes. Chrono-cultural periodizations, for instance, were created for other purposes than those sought by palaeoenvironmentalists.

The fall of the Roman empire did not coincide with any moment of climatic change or transition. However, the intrusion into paleoenvironmental research of social categorisations derived from outdated or inappropriate historical constructs is ultimately counterproductive. Mountain dwellers were able to adapt to the difficult conditions of mountain habitats. In the 19th century, the final stages of the Little Ice Age coincided with the historical peak of human occupation in the Alps. This well documented fact casts doubt on attempts to establish indiscriminate, deterministic links between climatic deterioration and patterns of human occupation in the Alps during the last two millennia.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les Alpes romaines (d’après Segard, 2005, modifié). Fig. 1 – The Roman Alps (after Segard, 2005, modified).
Légende A. P. : Alpes Poeninae ; A. G. : Alpes Graiae ; A. C. : Alpes Cottiae ; A. M. : Alpes Maritimae ; GSB : col du Grand-Saint-Bernard ; PSB : col du Petit-Saint-Bernard ; MG : col du Mont-Genèvre. 1 : limite de provinces ; 2 : chef-lieu de cité romaine ; 3 : peuple gaulois.A.P. : Alpes Poeninae ; A.G. : Alpes Graiae ; A.C. : Alpes Cottiae ; A.M. : Alpes Maritimae ; GSB : Grand-Saint-Bernard Pass ; PSB Petit-Saint-Bernard Pass ; MG : Mont-Genèvre Pass. 1 : provincial boundaries ; 2 : city ; 3 : Gallic People.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/684/img-1.png
Fichier image/png, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Leveau, « Archéologie et géoarchéologie d’une période historique dans les Alpes : les paradigmes épistémologiques de la romanisation », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 1 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/684 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.684

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals