Navigation – Plan du site

Les terrasses historiques du bassin de Kasserine (Tunisie centrale)

The Historical terraces of the basin of Kasserine (Central Tunisia)
Amor Bkhairi et Mohamed Raouf Karray
p. 201-213

Résumés

Dans le bassin de Kasserine, les dépôts historiques atteignent plusieurs mètres d’épaisseur et représentent une superficie importante le long de l’oued Htab et de ses affluents méridionaux. En certains endroits, ils recouvrent des sédiments allant de l’Holocène moyen au Pléistocène supérieur et ils forment aussi trois terrasses emboîtées dans la terrasse principale d’âge fini-pléistocène à holocène moyen. Les sédiments de ces terrasses sont riches en matériaux datables au 14C (Helix, charbon de bois et ossements) ainsi qu’en vestiges archéologiques (silex taillés, céramiques et structures romaines), permettant d’établir un calage chronologique et des corrélations. Ce travail précise les âges relatifs et absolus des dépôts et des formes, établit la chrono-stratigraphie des derniers 2300 ans et esquisse l’étude morphodynamique de leur évolution. Il apporte de nouvelles précisions sur la signification anthropique et climatique de la haute terrasse historique du bassin de Kasserine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 12 février 2008, accepté le 6 octobre 2008

Texte intégral

Les auteurs remercient vivement A. Gragueb et F. Chelbi, de l’Institut National du Patrimoine, qui ont identifié et daté les outils du Paléolithique et la céramique romaine. Ils remerciement aussi le Professeur K. Zouari, directeur du laboratoire de Paléoclimatologie et Géochimie isotopique à l’E.N.I. de Sfax, pour les datations, ainsi que F. Magnin, de l’Institut Méditerranéen d'Ecologie et de Paléoécologie d’Aix-en-Provence, pour l’identification des espèces malacologiques. Ils remercient enfin deux lecteurs anonymes, ainsi que A. Weisrock, J.-C. Thouret et J. Raffy pour la mise en forme de ce travail, M. Thorp et Y. Battiau-Queney pour les corrections de l’anglais.

Introduction

1En Tunisie centrale, le cours moyen de l’oued Htab draine le bassin de Kasserine (fig. 1) dont la forme s’allonge sur 21,5 km et s’élargit à 8 km, couvrant ainsi près de 140 km2.

Fig. 1 – Carte géomorphologique simplifiée de la zone étudiée.
Fig. 1 –  Simplified geomorphogical map of the study area

Fig. 1 – Carte géomorphologique simplifiée de la zone étudiée. Fig. 1 –  Simplified geomorphogical map of the study area

1 : point coté ; 2 : écoulement pérenne ; 3 : écoulement intermittent ; 4 : limite du fossé de Kasserine ; 5 : faille ; 6 : terrains crétacés ; 7 : dépôts du Pléistocène inférieur et moyen ; 8 : dépôts du Pléistocène supérieur ; 9 : dépôts holocènes et historiques ; 10 : cône de déjection ; 11 : glacis ; 12 : glacis-cône ; 13 : dune d’argiles ; 14 : agglomération.
1: spot elevation; 2: perennial stream; 3: ephemeral stream; 4: boundary of the Kasserine’s graben; 5: fault; 6: Cretaceous deposits; 7: lower and middle Pleistocene deposits; 8: upper Pleistocene deposits; 9: Holocene and Historic deposits; 10: alluvial fan; 11: glacis; 12: glacis-alluvial fan; 13: clay- dune; 14: village.

2Dominé par les reliefs énergiques des jebels Chambi (1544 m), Semmama (1314 m), Selloum (1248 m) et Maargaba (814 m), ce bassin correspond à un fossé d’effondrement rempli de sédiments néogènes et quaternaires (Roumiguières et Uguet, 1946 ; Chihi, 1984, 1995). Le fond du bassin, d’une altitude moyenne variant entre 630 et 650 m, est une vaste plaine où affleurent des dépôts attribués au Pléistocène supérieur et à l’Holocène (Hentati, 1977 ; Bannour et Bouallègui, 1979 ; Bannour et Bonvallot, 1981 ; Medus et Laval, 1997) ainsi que des dépôts d’âge historique (Oueslati, 1988).

3La première étude géomorphologique concernant les dépôts historiques dans le bassin de Kasserine est due à H. G.Molle et K. U. Brosche (1976). Elle a permis la datation de dizaines d’échantillons prélevés dans les séries quaternaires des piémonts du Jbel Chambi et du Jbel Mrhila et a indiqué l’existence de dépôts historiques datés sur des hélicidés de 1955 ± 145 ans B.P. En 1979, dans le cadre d’une recherche sur les formes et les formations du Rharbien, H. Bannour et H. Bouallègui ont identifié de petites terrasses, des cônes de déjection coalescents sur le piémont nord-ouest du Jbel Chambi et des banquettes étroites et discontinues. Ces formes et dépôts renferment à leur base des ossements humains datés de 3600 ± 700 ans B.P. et au sommet, des tessons de poterie romaine. En 1988, A. Oueslati réexamine ces dépôts sur les bordures de la plaine de Kasserine. Des coupes, sur les rives des oueds Seid, Ali Saida, Caïd et Messène (fig. 1) lui permettent de distinguer trois terrasses d’âge historique : une terrasse supérieure d’époque romaine tardive (IIIe - VIe siècles après J.-C.), une terrasse inférieure dont la partie sommitale est actuelle puisqu’elle contient des emballages en plastique et des boîtes de conserve et une terrasse intermédiaire qui est située entre les deux précédentes, sans autre précision chrono-stratigraphique.

4Cet article présente de nouvelles observations morphologiques, stratigraphiques et chronologiques relatives aux dépôts historiques du bassin de Kasserine. Il étudie d’abord les coupes les plus significatives des dépôts historiques et leurs rapports avec les formes et formations antérieures. Les datations et les corrélations qu’elles autorisent entre elles permettent ensuite de proposer une stratigraphie des dépôts historiques et de préciser leurs rapports avec les dépôts holocènes et du Pléistocène supérieur. Les nouvelles datations par le radiocarbone (Stuiver et Reimer, 1993 ; Fontugne, 2002 ; Evin et al., 2005) ont été effectuées sur des fragments de charbon de bois et des hélicidés, deux matériaux qui n’ont pas la même fiabilité et ne donnent pas la même précision chronologique : les hélicidés peuvent consommer des microcarbonates, dépourvus de 14C, modifiant les rapports calculés et contribuant ainsi au vieillissement de l’âge des gastéropodes (Olsson, 1979 ; Kilian et al., 1995 ; Nilsson et al., 2001 ; Fontugne, 2002). Les datations ont donc été calibrées à l’aide du programme Calib. Rev 5.0.1 (Stuiver et Reimer, 2005) issu de la mise à jour de la base de données INTCAL 98 (Stuiver et al., 1998). Les déterminations de vestiges lithiques et de mobiliers archéologiques constitués de céramiques complètent les datations. La céramique abondante est liée à une présence humaine dense dont témoignent des dizaines de sites et établissements antiques déjà signalés dans la région de Kasserine et en Tunisie centrale (Tixeront, 1951 ; Vermeersch, 1973 ; Duval, 1973 ; Oueslati, 1988 ; Hamza, 1988 ; Hitchner, 1989 ; Bejaoui, 2003). Par mesure de précaution, seul le matériel archéologique non remanié et directement associé à des établissements ou des foyers est pris en compte. Mais, dans le bassin de Kasserine, seule une céramique romaine de la période tardive est connue. Il faut donc recourir à des corrélations avec les travaux portant sur d’autres régions de la Tunisie, où le mobilier céramique couvre l’intervalle de temps entre les périodes punique et islamique (Bourgou, 1991 ; Oueslati, 1995 ; Mrabet et Boujarra, 1999 ; Louhichi, 2003 ; Faust et al., 2004). Enfin, cette comparaison avec les données d’autres régions de la Tunisie, étendue aux observations morphostratigraphiques, tente de reconstituer les grandes phases de la morphogenèse historique et de décrire les facteurs qui les contrôlent.

Stratigraphie des dépôts du bassin de Kasserine

5Le bassin de Kasserine, aujourd’hui fortement anthropisé, montre trois compartiments ayant des formes et des formations quaternaires différentes (fig. 1). Sur les bordures de la plaine subsidente correspondant aux piémonts des jebels Chambi, Selloum, Maargaba et Semmama s’étendent deux, parfois trois générations de glacis d’érosion étagés, façonnés dans les formations sableuses, argileuses et gréseuses du Miocène. Ils sont scellés par des croûtes du Pléistocène inférieur et moyen. En contrebas des failles bordières du fossé subsident de Kasserine, des cônes et des glacis d’accumulation plus récents forment la partie terminale du remplissage et occupent de grandes superficies. Leurs matériaux s’échelonnent du Pléistocène supérieur (Vermeersch, 1973 ; Bannour et Bouallègui, 1979 ; Oueslati, 1988) à la période historique (Bannour et Bouallègui, 1979). Enfin, le long de l’oued Htab, une terrasse principale domine le paysage. Les sédiments qui la constituent datent du Pléistocène supérieur et sont coiffés par une induration gypseuse elle-même surmontée par une lunette éolienne (Bannour et Bouallègui, 1979 ; Bannour et Bonvallot, 1981 ; Medus et Laval, 1997). Des dépôts holocènes et historiques sont associés à l’oued Htab et à ses affluents, formant des terrasses alluviales parfois étagées et généralement emboîtées dans la terrasse pléistocène. Les observations sont limitées ici à cinq coupes qui représentent au mieux les formes et les formations historiques bien distinctes des formes et dépôts pléistocènes et holocènes. La première et la deuxième ont été levées le long de l’oued Htab. Les trois autres ont été levées sur les affluents sud de ce dernier, l’oued Seid et l’oued Ali Seida (fig. 1).

6Synthèse de plusieurs levers effectués sur une distance de 5 km, la coupe de Bled Haria (fig. 2) montre d’une part la terrasse principale mise en relief aux dépens des formations du Pléistocène supérieur et de l’Holocène et, d’autre part, l’emboîtement des dépôts historiques dans ces mêmes formations.

Fig. 2 – Rapports entre dépôts pléistocènes et holocènes d’après la stratigraphie synthétique de Bled Haria.
Fig. 2 – Relationship between Pleistocene and Holocene deposits based on a composite stratigraphic section of Bled Haria.

Fig. 2 – Rapports entre dépôts pléistocènes et holocènes d’après la stratigraphie synthétique de Bled Haria. Fig. 2 – Relationship between Pleistocene and Holocene deposits based on a composite stratigraphic section of Bled Haria.

1 : argiles et gypses ; 2 : gypses ; 3 : sables et limons ; 4 : sables ; 5 : sables à Helix   6 : sables et argiles ; 7 : sables fins ; 8 : argiles et limons ; 9 : dépôt grossier ; 10 : datation radiocarbone ; 11 : site capsien ; 12 : constructions romaines. T : terrasse du Pléistocène supérieur à l’Holocène   T1 : haute terrasse historique.
1: clay and gypsum; 2: gypsum; 3: sand and silt; 4: sand; 5: sand containing Helix; 6: sand and clay; 7: fine sand; 8: clay and silt; 9:coarse deposit; 10: radiocarbon dating; 11: Capsian setting; 12: Roman constructions. T: upper Pleistocene and Holocene terrace; T1: upper Historic terrace.

7La terrasse principale, bien étendue dans le Bled Haria, culmine vers 7 m au-dessus du talweg de l’oued Htab sur les rives duquel la succession suivante est visible : 1) des argiles limoneuses et gypseuses, contenant parfois des lentilles de sable avec des débris d’Helix, formant un dépôt fin et bien lité, caractéristique d’un milieu calme, sur une épaisseur visible de 5 m. Le gypse est plus abondant vers le haut où il se présente en paillettes de taille centimétrique, disques et parfois fer de lance.

Tableau 1 – Âge 14C des dépôts historiques, holocènes et des formations du Pléistocène supérieur dans le bassin de Kasserine.
Table 1 – Age 14C of Historic and Holocene deposits and Late Pleistocene formations of the Kasserine basin.

Tableau 1 – Âge 14C des dépôts historiques, holocènes et des formations du Pléistocène supérieur dans le bassin de Kasserine.Table 1 – Age 14C of Historic and Holocene deposits and Late Pleistocene formations of the Kasserine basin.

+ Datation radiocarbone par dosage conventionnel du 14C minéral de la roche totale (Medus etLaval, 1997). ENIS : Laboratoire de Paléoclimatologie et de Géochimie Isotopique, Ecole des Ingénieurs de Sfax.
1 Les datations radiocarbones obtenues ont été converties en âge calendaire (Cal. B.P.)à l’aide du programme Calib. Rev 5.0.1 (Stuiver et Reimer, 2005).
+ Radiocarbon dating has been obtained from the whole rock (Medus etLaval, 1997). ENIS: Laboratory of Paleoclimatology and Isotopic Geochemistry, E.N.I. Sfax.
1 The radiocarbon age dates have been converted to calibrated ages using the Calib. Rev 5.0.1program (Stuiver & Reimer, 2005).

8Des datations effectuées par J. Medus et H. Laval (1997) et calibrées par nous-mêmes, s’échelonnent entre 21 225 ± 995 ans cal. B.P. pour la partie basale et 12 086 ± 110 ans cal. B.P. pour la partie sommitale (tab. 1) ; 2) un horizon gypseux compact, parfois induré en dalle, de couleur blanchâtre à la base devenant grisâtre vers le sommet, d’une épaisseur de 0,7 m ; 3) sur une épaisseur de 1 m, des sables limoneux noirâtres (10 YR 3/1), présentant des traces d’hydromorphie, riches en hélicidés (Helix melanostoma Draparnaud 1801), en débris d’œufs d’autruche et en matière organique, en particulier dans la partie sommitale, où les valeurs atteignent 6,3 %. Une nouvelle datation radiocarbone sur les hélicidés de la partie basale de ces sables limoneux a donné un âge de 11 873 ± 764 ans cal. B.P. Par ailleurs, la partie sommitale de ces derniers est occupée par une escargotière du Capsien typique qui a livré un outillage en silex relativement abondant avec sept lamelles brutes, deux lamelles à dos, trois grattoirs et deux nucleus ; 4) enfin, des sables friables de couleur brune, d’une épaisseur de 0,7 m, montrent en surface des traces d’occupation romaine.

9La deuxième terrasse s’inscrit dans les dépôts de la terrasse principale. Elle est aussi présente dans le paysage que celle-ci, quoique moins large et moins puissante. Elle s’observe tout au long de l’oued Htab ; c’est une forme d’accumulation en amont de la confluence avec l’oued Oudien Tlou, puis, en aval, une forme d’érosion taillée dans les dépôts pléistocènes. La coupe levée à l’amont de la confluence montre (fig. 2), de bas en haut, les unités suivantes : 1) un conglomérat hétérométrique, épais de 0,3 m, constitué à la base de galets, de graviers et de sable friable presque sans matière organique et vers le sommet de lentilles d’argile à débris de coquilles ; 2) un sable friable avec de petites lentilles graveleuses, de couleur brune et plus riche en matière organique que le dépôt précédent (1,4 %), très riche en Helix, S. candidissima et R. decollata, d’une épaisseur de 1,3 m. La datation radiocarbone des hélicidés a donné un âge de 2439 ± 288 ans cal. B.P. ; 3) des sables moyens à passages argileux de couleur grise (10 YR 7 /1), épais de 0,3 m, relativement compacts et contenant des fragments de charbon de bois, des traces de racines ainsi que des débris de coquilles. Le dosage de la matière organique y montre des pourcentages plus élevés que dans la formation sous-jacente, avec des valeurs de l’ordre de 4,3 % ; 4) des sables bruns et friables sur une épaisseur de 0,8 m, contenant des cailloutis, des Helix ainsi que des racines d’une végétation actuelle à sub-actuelle.

10La deuxième coupe a été levée sur l’oued Htab à Sidi Harath et montre deux terrasses historiques emboîtées (fig. 1 et fig. 3).

Fig. 3 – Les terrasses historiques à Sidi Harath.
Fig. 3 – The Historic terraces of Sidi Harath.

Fig. 3 – Les terrasses historiques à Sidi Harath. Fig. 3 – The Historic terraces of Sidi Harath.

A) Emboîtement des terrasses historiques de l’oued Htab (Sidi Harath). B) Restes de constructions romaines associés à la haute terrasse historique (oued Htab à Sidi Harath). C) Stratigraphie des dépôts historiques. T1 : haute terrasse historique ; T3 : basse terrasse historique ; 1 : substratum holocène (sables, limons et argiles) ; 2 : sables ; 3 : argiles ; 4 : sables et argiles ; 5 : limons ; 6 : argiles, limons et sables ; 7 : constructions romaines ; 8 : traces de feu ; 9 : céramique romaine.
A) Inset Historic terraces of Htab Wadi (Sidi Harath). B) Remains of Roman constructions in the upper Historic terrace (Htab Wadi in Sidi Harath). C) Stratigraphy of Historic deposits. T1: upper Historic terrace; T3: lower Historic terrace; 1: Holocene bedrock (sand, silt and clay); 2: sand; 3: clay; 4: sand and clay; 5: silt; 6: clay, silt and sand; 7: Roman constructions; 8: burnt mark; 9: Roman ceramic.

11La plus haute, T1 a une épaisseur visible de 3,8 m. Elle est formée des unités suivantes : 1) à la base, des argiles sableuses compactes riches en débris de coquillages ; 2) une lentille sableuse friable de 0,5 m d’épaisseur ; 3) une accumulation épaisse de plus de 2 m, constituée par des sables et des argiles, où se trouvent enfouies des constructions romaines et des céramiques abondantes. L’outillage en céramique récolté est composé de quatre fragments de céramique commune du Ve siècleaprès J.-C., de quatre fragments de sigillée africaine du Ve siècle après J.-C. et d’un fragment de céramique architecturale également du Ve siècle après J.-C. ; 4) un dépôt de sables grossiers d’une épaisseur de 0,6 m. La basse terrasse T3 correspond à une accumulation essentiellement sableuse, avec des passages argileux. Son épaisseur atteint 2,4 m et elle se trouve en position d’emboîtement dans la haute terrasse historique (fig. 3), mais ne recèle pas d’indice datable.

12La coupe 3 a été levée 2 km à l’est de la ville de Kasserine, sur le cours moyen de l’oued Ali Seida, à proximité de la route de Kasserine à Hassi el Farid. Ici, alors que la rive gauche, à l’ouest, montre des paliers étagés de dépôts d’âge historique (fig. 4A), la rive droite expose une coupe franche jusqu’au niveau du remplissage antéhistorique (fig. 4B).

Fig. 4 – Les terrasses historiques le long du cours moyen de l’oued Ali Seida.
Fig. 4 – The Historic terraces in the middle course of Ali Seida Wadi.

Fig. 4 – Les terrasses historiques le long du cours moyen de l’oued Ali Seida. Fig. 4 – The Historic terraces in the middle course of Ali Seida Wadi.

A) Terrasses historiques emboîtées dans le cours moyen de l’Oued Ali Seida. 1 : haute terrasse historique ; 2 : basse terrasse historique. La terrasse intermédiaire n’apparaît pas ici. B) Stratigraphie des dépôts historiques. T1 : haute terrasse historique ; T2 : terrasse historique intermédiaire ; T3 : basse terrasse historique ; B : banquette ; 1 : limons, argiles et concrétions ; 2 : sables et limons ; 3 : dépôt grossier ; 4 : sables fins ; 5 : sables à Helix ; 6 : constructions romaines ; 7 : céramique romaine ; 8 : datation radiocarbone.
A) Inset Historic terraces in the middle course of Ali Seida Wadi; 1: upper Historic terrace; 2: lower Historic terrace. The middle Historic terrace does not exist here. B) Stratigraphy of Historic deposits; T1: upper Historic terrace; T2: intermediate Historic terrace; T3: lower Historic terrace; B: bench; 1: silt, clay and concretions; 2: sand and silt; 3: coarse deposit; 4: fine sand; 5: sand containing Helix; 6: Roman constructions; 7: Roman ceramic; 8: radiocarbon dating.

13Ce remplissage basal comporte essentiellement des bancs sableux avec des concrétions calcaires et d’autres lits interstratifiés, argileux, gris à noirâtres (10 YR 3/1), riches en matière organique (5,2 %), et en exemplaires de S. candidissima et Helix melanostoma Draparnaud 1801. Une nouvelle datation radiocarbone des hélicidés d’un de ces niveaux noirâtres a donné un âge de 4473 ± 502 ans cal. B.P., ce qui place ce dépôt dans l’Holocène moyen. Des outils néolithiques avaient d’ailleurs déjà été signalés par P. Vermeersch à cet endroit (1973). Au-dessus, des sables clairs et relativement friables s’accumulent sur une épaisseur de 1,2 m, contenant encore quelques cailloutis et des hélicidés. Ils sont ravinés par un dépôt grossier épais de 1,6 m, composé de sables, de graviers et de galets disposés en poches évoquant une sédimentation dans des chenaux à haute énergie. Ce dépôt qui constitue l’essentiel de la haute terrasse historique s’achève par 15 cm des sables gris noirâtre (10 YR 3/1) avec de minces passées d’argiles contenant des restes de petites racines, du charbon de bois, avec une teneur de 4,6 % en matière organique. Au sommet de la coupe se trouve un niveau d’occupation romaine avec des restes de constructions et un outillage archéologique relativement abondant, où le matériel suivant a été récolté et identifié par F. Chelbi : un fragment de mortier en céramique commune daté du VIe siècle après J.-C., un bord d’assiette en céramique commune du IVe - Ve siècle après J.-C., un bord de bol de type Hayes 91, daté du Ve - VIe siècle après J.-C. et un fragment de sigillée africaine. Ces objets datent de la période romaine tardive, du IVe au VIe siècle après J.-C., ce qui coïncide avec la grande époque de la colonisation romaine dans cette partie de la Tunisie du Centre-Ouest (Hitchner, 1988 ; Hamza, 1988 ; Oueslati, 1988 ;  Bejaoui, 1994 et 2003 ; Zeraï, 2006).

14Les deux coupes 4 et 5 ont été observées le long de l’oued Seid et se situent sur son cours moyen, à 180 m de distance l’une de l’autre (fig. 1). La coupe 4 (fig. 5A) se situe sur la rive droite, à 150 m en aval de la confluence des deux branches qui forment l’oued Seid.

Fig. 5 – Les terrasses historiques le long des cours moyen et amont de l’oued Seid.
Fig. 5 – The Historic terraces in the middle and upper course of Seid Wadi.

Fig. 5 – Les terrasses historiques le long des cours moyen et amont de l’oued Seid. Fig. 5 – The Historic terraces in the middle and upper course of Seid Wadi.

A)Coupe stratigraphique du cours moyen de l’Oued Seid. T1 : dépôts de la haute terrasse historique ; T3 : basse terrasse historique. B) Emboîtement des terrasses historiques à l’amont de l’Oued Seid. T1 : haute terrasse historique ; T3 : basse terrasse historique ; 1 : limons, argiles et concrétions ; 2 : sables et limons ; 3 : sables fins ; 4 : sables à Helix ; 5 : sables et argiles ; 6 : limons et argiles ; 7 : dépôt grossier ; 8 : site moustérien ; 9 : site capsien ; 10 : datation radiocarbone ; 11 : céramique romaine ; 12 : trace de feu ; 13 : fragments d’ossements.
B) Additional deposit based on a section in the middle course of Seid Wadi. T1: deposits of the upper Historic terrace; T3: lower Historic terrace. B) Inset Historic terraces in the upper course of Seid Wadi. T1: upper Historic terrace; T3: lower Historic terrace; 1: silt, clay and concretions; 2: sand and silt; 3: fine sand; 4: sand containing Helix; 5: sand and clay; 6: clay and silt; 7: coarse deposit; 8: Mousterian setting; 9: Capsian setting; 10: radiocarbon dating; 11: Roman ceramic; 12: burnt mark; 13: bone fragments.

15Le substrat des terrasses historiques appartient au Pléistocène supérieur, avec à sa base des outils du Moustérien typique, comme l’avaient indiqué précédemment P. Vermeersch (1973) et A. Oueslati (1988). Plus haut dans la coupe, mélangés à des amas de pierres brûlées, on trouve des lamelles brutes et un grattoir en silex, d’âge capsien, selon A. Gragueb. À un peu plus d’un mètre du sommet de la terrasse se trouvent des sables et des sables argileux épais de 0,5 m, de couleur plus foncée, gris à noirâtre (10 YR 3/1), avec des traces d’hydromorphie ; la matière organique y atteint son maximum avec un pourcentage de 6,1 %. Dans ces sables argileux, plusieurs foyers et traces de campement ont été identifiés par des amas de pierres brûlées, des quantités importantes de charbon de bois et des hélicidés. La datation radiocarbone sur des fragments de charbon de bois a donné un âge de 1948 ± 236 ans cal. B.P. Le dernier mètre de la coupe est constitué de sables friables à cailloutis et graviers. De couleur brune, ce dépôt contient des fragments d’hélicidés et des fragments de sigillée romaine.

16La coupe 5 (fig. 5B) de l’oued Seid a été levée 10 m en amont de la confluence des deux branches de l’oued Seid et se trouve sur la berge gauche de la branche ouest. Son intérêt est important pour le calage chronologique de la basse terrasse historique car elle est riche en matériaux datables. Cette coupe montre l’emboîtement de la basse terrasse historique dans la terrasse historique supérieure. Les terrasses historiques reposent sur un substratum pléistocène, visible ici sur environ deux mètres, constitué de sables limoneux compacts, de couleur rougeâtre, comportant des passages argileux et des lentilles caillouteuses. C’est un dépôt riche en concrétions et tubules calcaires, avec un taux de 34 % de carbonate de calcium, ainsi qu’en hélicidés, où l’espèce S. candidissima représente plus de 90 % du total. C’est ce dépôt qui a livré à l’aval un outillage lithique attribué au Moustérien. Au-dessus, la terrasse historique supérieure comporte : 1) des argiles et argiles sableuses d’une épaisseur de 0,7 m, grises à noirâtres (10 YR 3/2), avec des fragments de charbon de bois et une teneur en matière organique de 2,9 %, plus forte que celle des dépôts antérieurs. Les hélicidés les plus représentés y sont Helix melanostoma et Rumina decollata ; 2) un dépôt hétérométrique d’environ 0,7 m, avec une base de sables grossiers friables contenant des fragments d’hélicidés et une partie sommitale plus grossière formée de sables, de graviers et même de galets ; 3) des sables et sables argileux relativement friables, de couleur brun à grisâtre, épais de 0,6 m, contenant des débris de coquilles et présentant une teneur en matière organique de l’ordre de 1,9 %. Des pierres brûlées et des foyers à charbons de bois y sont associés à un mobilier de céramique. Le matériel archéologique récolté est constitué d’un fragment d’assiette du type « Ostia I », datée de la fin du IVe – début du Ve siècle après J.-C. et d’un fragment d’amphore datant probablement de la période romaine tardive. Ces pièces de céramique permettent d’attribuer ce dépôt à la période romaine tardive et de le corréler avec le dépôt à céramique romaine daté de la même manière dans la coupe 2 de Sidi Harath ; 4) un sable grossier à passages caillouteux, friable, de couleur claire, contient des Helix et des racines ; d’une épaisseur de 0,9 m, il forme le sol actuel.

17Sur le substratum sablo-limoneux du Pléistocène supérieur, la basse terrasse historique montre la succession suivante : 1) un dépôt hétérométrique de sables grossiers, de cailloutis et de galets, friable et de couleur claire, de 0,4 m d’épaisseur. Ce dépôt est riche en traces de feu, avec des pierres brûlées et des fragments de charbon de bois ainsi que de petits ossements, témoignant de l’existence de foyers ; 2) des sables friables, de couleur grise (10 YR 3/2) à la base et plus claire au sommet, de 0,4 m d’épaisseur. Le pourcentage de la matière organique y est deux fois plus élevé (3,1 %) que dans le dépôt précédent. Ce niveau contient aussi, selon F. Magnin, des espèces malacologiques d’un milieu ouvert, en particulier, Helix melanostoma et R. decollata. Les signes de la présence humaine correspondent à des amas de pierres brûlées, des charbons de bois et des cendres. La datation par le carbone 14 d’un fragment de charbon de bois de la partie basale de ce niveau a donné un âge de 609 ± 27 ans cal. B.P, ce qui permet de le placer dans la période médiévale finale ; 3) des sables beige clair, friables, de 0,5 m d’épaisseur renferment des hélicidés de type E. vermiculata et parfois des cailloutis. La partie sommitale est exploitée comme sol actuel. C’est un dépôt de l’époque moderne, postérieur à la période médiévale.

Chronostratigraphie des dépôts anté-historiques et historiques

18Les dépôts quaternaires anté-historiques appartenant au Pléistocène supérieur correspondent à des sables limoneux à concrétions calcaires ; ils forment les glacis d’accumulation en contrebas de la faille bordière de Kasserine. Le long de l’oued Htab, ils sont constitués soit par des argiles limoneuses bien litées reflétant une sédimentation dans un milieu humide et calme, soit par des argiles et des sables fins riches en gypse, liés à une accumulation dans un fond de sebkha. Leur épaisseur peut atteindre cinq mètres ou plus. Ces dépôts constituent le soubassement de la terrasse principale de l’oued Htab (fig. 2) et de l’oued Seid (fig. 5). Les datations radiocarbone effectuées sur ces dépôts à Bled Haria (tab. 1) indiquent leur mise en place en grande partie entre 21 225 ± 995 et 11 873 ± 764 ans cal. B.P. Sur le cours moyen de l’oued Seid, ils contiennent un outillage de facture moustérienne (vers 80-40 ka) à la base (renseignement oral de A. Gragueb) et des artéfacts du Capsien, datant de l’intervalle 9-6 ka, au sommet.

19Les dépôts holocènes longent l’axe de la vallée de l’oued Htab et sont visibles dans la partie centrale et orientale de la plaine de Kasserine. Ils correspondent à une couche noirâtre de 1 à 1,5 m d’épaisseur, riche en biomarqueurs et matériaux datables. Celle-ci est calée entre 11 873 ± 764 ans cal. B.P. et la fin du Capsien, soit 6000 ans B.P. (fig. 2), ce qui permet de placer ce sédiment dans l’Holocène inférieur conformément aux opinions de H. Bannour et H. Bouallègui (1979) et de H. Ben Ouezdou (1994). Sur le cours moyen de l’oued Ali Seida (fig. 4) et sur celui de l’oued Seid (fig. 5), les dépôts holocènes, relativement épais, ont été mis en place au Néolithique, entre la fin du Capsien et 4473 ± 502 ans cal. B.P., intervalle qui cadre davantage avec l’Holocène moyen de la Tunisie centrale (Ballais, 1993 ; Hamza, 1987 ; Oueslati, 1988 ; Bourgou, 1991 ; Karray, 1993 ; Faust et Zielhofer, 2002).

20Emboîtés dans les séries d’âge Pléistocène supérieur à Holocène (fig. 2) ou superposés à celles-ci (fig. 4 et fig. 5), les dépôts de la haute terrasse historique sont étendus et bien distincts. Dans l’artère principale de l’oued Htab, à Bled Haria, et sur son affluent de rive sud de l’oued Seid, les datations radiocarbone effectuées à leur base (fig. 2 et fig. 5) ont donné un âge variant assez peu entre 2439 ± 288 et 1948 ± 236 ans cal. B.P. La chronologie de la partie moyenne et sommitale du dépôt est étayée par l’abondance relative des sites romains en place qui renferment un matériel archéologique datant du IVe au VIe siècle après J.-C. (fig. 3, fig. 4 et fig. 5), période correspondant à l’époque romaine tardive (Lassère, 1977 ; Hitchner, 1988 ; Oueslati, 1988).

21Les dépôts de la basse terrasse historique sont peu étendus, logés dans les rives concaves des méandres et à leur tour emboîtés dans la terrasse historique supérieure. Les meilleures coupes stratigraphiques se trouvent sur les cours amont des oueds Seid et Ali Seida (fig. 4 et fig. 5). Ici, la base est conglomératique et contient plusieurs traces d’occupation non encore datées. Dans une lentille de granulométrie plus fine, du charbon de bois est daté à 609 ± 40 ans cal. B.P. La partie sommitale de la basse terrasse historique est très récente puisqu’elle renferme des boîtes de conserve et des emballages en plastique (Oueslati, 1988). Ailleurs dans le bassin de Kasserine et dans des terrains limitrophes de la Tunisie centrale (bassin de Foussana et plaine de Sidi Bouzid), on observe de grandes banquettes hautes de 1,8 m. Ces dernières se caractérisent par des dépôts assez friables contenant des objets en plastique et en métal témoignant d’une mise en place subactuelle à actuelle. Il s’agit d’accumulations très récentes liées aux inondations et aux crues exceptionnelles de 1969 et 1990 (Hamza, 1988 ; Zeraï, 2006 ; Fehri, 2007). La chronostratigraphie de la basse terrasse historique ne peut donc être précisée davantage. On peut seulement la rapprocher de la terrasse historique dite secondaire, datée dans sa partie basale de 780 ± 130 ans. B.P, du bassin versant de l’oued Tessa en Tunisie tellienne (Ben Ghazi, 2003). Sa mise en place va de la fin de la période médiévale islamique à l’époque moderne (Oueslati, 1988 ; Bourgou, 1991 ; Ben Ghazi, 2003 ; Jendoubi, 2003). Moins caractéristiques, les dépôts de la terrasse historique intermédiaire sont également les moins étendus et ne sont pas bien calés chronologiquement. Ils existent dans certains méandres concaves des oueds Ali Seida (fig. 4) et Oudien Tlou et culminent à 5 m au-dessus du talweg. Le mobilier en céramique y est dispersé, avec des tessons en mauvais état de conservation et émoussés, visiblement remaniés et ne permettant pas d’avancer un âge précis (Oueslati, 1988). Seule la position morphologique intermédiaire, entre la haute terrasse historique et la basse terrasse historique, lui confère un âge postérieur, d’une part, à l’incision de la terrasse historique supérieure et a fortiori postérieur à la période antique tardive, et antérieur, d’autre part, aux dépôts de la terrasse historique inférieure datés de la fin de la période médiévale ou plus ancien. Cette position morphologique et la présence d’une céramique remaniée suggèrent un âge post-antique, et donc médiéval, de cette terrasse. La céramique islamique récoltée à Hennchir el Oust, à quelques kilomètres au nord du bassin de Kasserine (Louhichi, 2003) ne donne pas plus de précision, mais laisse augurer de plus amples informations sur les derniers siècles de l’histoire. Ailleurs en Tunisie, les matériaux de l’équivalent de cette terrasse emballent une céramique islamique (Oueslati, 1993 ; Ballais, 1991a, 1993).

Significations morpho-sédimentaire et paléo-environnementale

22Les nouvelles données morphologiques et chronostratigraphiques relatives aux formes et aux dépôts du Quaternaire récent dans le bassin de Kasserine mettent en évidence un changement radical dans la dynamique morpho-sédimentaire à partir des temps historiques. Aux vastes nappes alluviales superposées qui ont prévalu jusqu’à l’Holocène moyen font suite trois terrasses alluviales emboîtées ou étagées le long des cours d’eau. Le remblaiement prédominant durant le Pléistocène supérieur et jusqu’à l’Holocène moyen fait place à une succession de phases d’incision et de phases d’accumulation avec des intermèdes de stabilité ou de rémission ponctués par l’occupation humaine. Depuis 2000 ans environ, l’évolution géomorphologique ne semble plus être régie par la seule influence des variations climatiques, mais obéir aussi aux forçages anthropiques. Ces derniers sont attestés par l’importance des vestiges de constructions enfouies, des foyers et des infrastructures hydrauliques qui dérivent et canalisent les écoulements, calibrent les évacuateurs, dressent des barrages et régulent les débits.

23Le remplissage fini-pléistocène supérieur de la plaine de Kasserine reflète un milieu de dépôt aride, évaporitique, favorable à l’induration des gypses scellant le fond de ce qui devait être une paléo sebkha, et à la mise en place d’une lunette d’accumulation éolienne dont les témoins ont été observés au centre de la plaine (Bannour et Bouallègui, 1979 ; Medus et Laval, 1997). Ce contexte s’accorde fort bien avec la phase d’aridification de la fin du Pléistocène supérieur définie en Tunisie (Bannour et Bouallègui, 1979 ; Coque, 1979 ; Coudé-Gaussen, 1984 ; Brun, 1985 ; Karray, 1990, 1993 ; Ben Ouezdou, 1994 ; Medus et Laval, 1997), en Algérie (Ben Azzouz, 1986 ; Ballais et Ben Azzouz, 1994) et au Maroc (Weisrock, 1980). La superposition des sédiments se poursuit durant l’Holocène inférieur (Capsien) et moyen (Néolithique). Les caractéristiques sédimentologiques des dépôts ainsi que l’abondance des hélicidés et des fragments d’œufs d’autruche témoignent d’une humidification du climat jusqu’à l’Holocène moyen inclus, ce qui a été également signalé en Tunisie méridionale (Ballais, 1984, 1993), dans l’hydrosystème de Kelbia (Karray, 1990, 1993), dans la moyenne vallée de la Medjerda (Faust et Zielhofer, 2002 ; Faust et al. (2004) et dans le bassin de Sbeïtla (Zeraï, 2006).

24Cinq phases d’incision sont reconnues de l’Holocène moyen à l’Actuel. Bien que les processus d’érosion et d’accumulation soient indissociables, ces incisions permettent d’identifier les trois terrasses historiques (fig. 6).

Fig. 6 – La disposition des terrasses historiques (T1-T3) dans le bassin de Kasserine : essai de synthèse.
Fig. 6 – Morphological setting of Historic terraces (T1-T3) in the Kasserine basin.

Fig. 6 – La disposition des terrasses historiques (T1-T3) dans le bassin de Kasserine : essai de synthèse. Fig. 6 – Morphological setting of Historic terraces (T1-T3) in the Kasserine basin.

1 : cône – glacis d’accumulation ; 2 : haute terrasse historique ; 3 : terrasse historique intermédiaire ; 4 : basse terrasse historique ; 5 : banquette ; 6 : sables à limons ; 7 : sables grossiers avec des lentilles caillouteuses ; 8 : sables fins à passages grossiers ; 9 : sables grossiers et moyens ; 10 : Moustérien ; 11 : Atérien ; 12 : Capsien ; 13 : Néolithique ; 14 : céramique romaine ; 15 : ossements ; 16 : charbon de bois ; 17 : pierres brûlées ; 18 : les phases d’incision.
1: alluvial fan; 2: upper Historic terrace; 3: intermediate Historic terrace; 4: lower Historic terrace; 5: bench; 6: sand and silt; 7: coarse sand with pebble lenses; 8:fine sand with lenses of coarse sand; 9: coarse and middle sand; 10: Mousterian; 11: Aterian; 12: Capsian; 13: Neolithic; 14: Roman ceramics; 15: bones; 16: charcoal; 17: burnt stones; 18: phases of incision.

25La première phase d’incision (1b), la plus importante, avant 4473 ± 502 cal. B.P., est consécutive à la fixation de l’axe de drainage de la plaine et marque probablement l’arrêt de la subsidence. Elle est responsable de l’ouverture de la vallée et indique un retour à l’exoréisme (Ritchie, 1984 ; Coudé-Gaussen, 1984 ; Ballais et al., 1988 ; Bourgou, 1991). Un dépôt, d’âge néolithique ou postérieur (fig. 5A) se loge dans cette entaille, séparé d’autres dépôts antérieurs à 2439 ± 288 cal. B.P. par une faible incision intra-formationnelle (2). Les incisions suivantes (3, 4, 5) dégagent, successivement, les trois terrasses historiques. L’incision 3 a mis en relief la haute terrasse historique après les Ve-VIe siècles après J.-C. L’incision 4 a dégagé la terrasse intermédiaire avant le XIVe siècle après J.-C., sans atteindre le substrat pré-holocène. La dernière et cinquième, encore en cours, manifeste une tendance soutenue à l’incision, surtout depuis quelques décennies. Elle a dégagé la basse terrasse historique en atteignant plus fréquemment les formations du substratum quaternaire (fig. 6). Entre ces phases d’incision principales, la plaine de Kasserine a enregistré des épisodes de sédimentation et de relative stabilité.

26La principale phase d’alluvionnement post-néolithique met en place le dépôt constitué par des galets et graviers émoussés et parfois aplatis (fig. 4). Ce matériel grossier provient essentiellement des calcaires crétacés et des grès miocènes qui affleurent au Jbel Selloum et sur le plateau de Kasserine. Cette accumulation à la base de la haute terrasse historique est indicatrice de régimes compétents, de rythme méditerranéen semi-aride et de processus énergiques. Les éléments grossiers sont repris sur de courtes distances aux dépens des formations antérieures. Ensuite, l’accumulation est devenue plus fine et stratifiée, avec des argiles limoneuses et sableuses bien litées, reflétant des milieux d’épandage et de décantation. Deux séquences sédimentaires caractérisent ainsi les dépôts de la haute terrasse historique. La première séquence grano-décroissante correspondant à la partie basale de l’accumulation, antérieure à l’installation des Romains, s’est déposée entre  2439 ± 288 ans cal. B.P. et 1948 ± 236 ans cal. B.P. (fig. 2, 4 et 5). Elle est caractérisée par la présence de plusieurs horizons gris à noirâtre, à texture fine et riche en matière organique, témoignant d’un environnement stabilisé et fort probablement d’une phase de pédogenèse. Un ralentissement relatif de l’alluvionnement principal a permis l’établissement d’un paléosol exploité ultérieurement par les Romains. Cette stabilité relative est due selon toute vraisemblance à une humidification du climat avec une extension importante de la végétation naturelle et une présence humaine encore faible, non déterminante dans le système morphogénique. On retrouve donc dans le bassin de Kasserine la séquence sédimentaire pré-romaine liée à une humidification du climat après une phase de péjoration climatique post-néolithique (Ritchie, 1984 ; Coudé-Gaussen, 1984 ; Ballais, 1991b, 1991c ; Bourgou, 1991 ; Ballais et Ben Azzouz, 1994). La deuxième séquence sédimentaire constituant la haute terrasse historique, représentée par le membre sommital de la coupe de l’oued Ali Seida (fig. 4) présente aussi à Sidi Harath sur l’oued Htab (fig. 3), est plus épaisse que la première, sans granoclassement caractéristique, et contient des teneurs en matière organique plus faibles. Ce dépôt recèle des foyers et des traces de campement en place, reconnaissables à des amas de pierres brûlées, signe probable mais aussi conséquence directe d’une exploitation du couvert végétal. Il contient surtout de nombreux vestiges de constructions romaines et d’innombrables tessons de céramique des IVe - VIe siècles en place. À ce propos, R.-B. Hitchner (1988, 1989), R.-B. Hitchner et al., (1990) ont démontré qu’aux environs de la ville de Cillium, actuellement Kasserine, existaient à la période romaine tardive plusieurs grands centres de production agricole qui vivaient de l’oléiculture. Cette phase d’accumulation durant et suivant immédiatement la période romaine tardive peut être rapprochée de celle des dépôts de la haute terrasse historique connue en Tunisie (Oueslati, 1988 ; Ballais et al., 1988 ; Bourgou, 1991 ; Ben Ghazi, 2003 ; Jendoubi, 2003). Ensuite se place l’incision responsable de la mise en relief de la haute terrasse historique, et se pose le problème de son origine : est-elle anthropique, à la suite de l’abandon des pratiques agricoles romaines, ou climatique, en rapport avec une tendance vers l’assèchement du climat entre le Ve et XIVe siècle après J.-C. (Brun, 1985 ; Bourgou, 1991) ? Les éléments morpho-stratigraphiques observés à Kasserine ne sont incompatibles ni avec l’une, ni avec l’autre hypothèse. Toutefois, après le VIe siècle après J.-C., les phases d’incision se multiplient et semblent se succéder plus rapidement (fig. 6). Il y a lieu d’établir un lien entre la période d’utilisation des techniques anti-érosives et de gestion de l’eau de ruissellement par des aqueducs, des canalisations et des barrages de rétention chez les Romains et un alluvionnement en matériaux fins stratifiés. En revanche, avec le début d’une période de nomadisme et l’abandon de ces techniques, la rupture s’est manifestée par un alluvionnement enfouissant les constructions romaines (fig. 3B). Une telle évolution morpho-dynamique peut donc être liée aux transformations de l’utilisation du sol par ses occupants comme cela est indiqué par L. Lespez (2003, 2007) sur la rive nord de la Méditerranée. L’accumulation alluviale grossière, à charbon de bois et céramique romaine remaniée, constituant la terrasse historique intermédiaire témoigne d’une pulsation humide plutôt courte n’ayant pas permis d’alluvionnement épais ou de pédogenèse notoire. L’incision qui dégage la terrasse historique intermédiaire est antérieure à 609 ±  40 ans cal. B.P. (fig. 4 et 5) et correspond à la fin de la période médiévale.

27La basse terrasse historique se met en place en deux temps avec deux nappes alluviales séparées parfois par une discontinuité de ravinement. L’accumulation inférieure représente l’expression d’une crise érosive dans le bassin de Kasserine, corollaire probable d’une pulsation humide et fraîche encore mal datée (Ben Ghazi, 2003 ; Jendoubi, 2003). La seconde nappe alluviale occupe la partie sommitale (fig. 5B) et supporte de la terre arable. Depuis quelques décennies, une tendance à l’incision dégage la basse terrasse historique en atteignant parfois des formations du substrat pré-romain.

Conclusion

28Les nouvelles données chrono-stratigraphiques relatives aux formes et aux formations d’âge historique ainsi qu’aux modelés quaternaires encadrant le bassin de Kasserine mettent en évidence un changement radical dans la dynamique morpho-sédimentaire à partir des temps historiques. Le bassin est en effet passé d’un milieu de remplissage mal drainé à un milieu ouvert où alternent les tendances à l’érosion et à la sédimentation. À la superposition de nappes alluviales qui a prévalu jusqu’à l’Holocène moyen fait suite l’individualisation de trois terrasses emboîtées et parfois étagées. Ces données concordent avec le canevas des formes et le cadre chronologique général de l’évolution géomorphologique de la Tunisie centrale au cours des temps historiques. Les rapprochements établis avec d’autres recherches menées dans le nord, le centre et le sud de la Tunisie confortent, du moins dans ses grandes lignes, le canevas chronostratigraphique du bassin de Kasserine. Comme dans les grands bassins, comme celui de la moyenne vallée de la Medjerda (Faust et Zielhofer, 2002, 2004), l’évolution morpho-dynamique et morpho-sédimentaire du bassin de Kasserine durant la période historique est liée, principalement, à un fort contrôle climatique des rythmes d’alluvionnement, du moins depuis la période romaine tardive jusqu’à nos jours. Les comparaisons avec les secteurs limitrophes (Hamza, 1988 ; Mrabet et Boujarra, 1999 ; Zeraï, 2006) montrent des décalages chronologiques et des différences dans le nombre et l’ampleur des phases d’alluvionnement et d’incision qui sont de plus en plus marqués à mesure que l’on va vers le sud et que l’on passe des moyens aux petits bassins hydrographiques. Mais cette évolution morpho-dynamique est aussi commandée par l’impact des sociétés qui se sont succédé dans le bassin de Kasserine, fait surtout remarquable durant la période romaine et après le VIe siècle.

29Une approche pluridisciplinaire fondée sur l’exploitation systématique et à haute résolution des enregistrements sédimentologiques, palynologiques et malacologiques d’une part, et des vestiges archéologiques d’autre part, avec de nouvelles datations absolues, s’impose pour répondre aux questions non encore résolues, en particulier pour établir une distinction entre les évolutions naturelles du milieu et les perturbations liées aux forçages anthropiques, aux différentes époques. Cette distinction est d’autant plus délicate que les multiples passages scalaires du millénaire au siècle et à la décennie qu’elle implique posent, au-delà des problèmes d’échelles, de nombreuses questions de méthode.

Haut de page

Bibliographie

Ballais J.-L. (1984) – Les rapports entre les terrasses et l’évolution des versants dans les Aurès (Algérie). Bulletin de l’association française pour l’étude du Quaternaire, 1/3, 170-172.

Ballais J.-L. (1991a) – Évolution holocène de la Tunisie saharienne et présaharienne. Méditerranée, 4, 31-38.

Ballais J.-L. (1991b) – Vitesse d’accumulation et d’entaille des terrasses alluviales et historiques au Maghreb oriental. Physio Géo, (22-23) 89-94.

Ballais J.-L. (1991c) – Les terrasses historiques de Tunisie. Zeitschrift für Geomorphologie, Suppl.-Bd, 83, 221-226.

Ballais J.-L. (1995) – Alluvial Holocene terraces in eastern Magherb: climate and anthropogenic controls. In: Lewin J., Macklin M.G., Woodward J.C. (eds), Mediterranean Quaternary river environnments. Balkema, Rotterdam, 183-194.

Ballais J.-L., Ben Azzouz M.T. (1994) – Données nouvelles sur la morphogénèse et les paléoenvironnements tardiglaciaires et holocènes dans la vallée de l’oued Chéria – Mezerra (Nemencha, Algérie orientale). Méditerranée, 3/4, 59-71.

Ballais J.-L., Bourgou M., Karray M.R., Lautridou J.-P., Levant M., Oueslati A., Ben Ouezdou H., Bou Hafa T., Gragueb A. (1988) – Premiers résultats de l’étude de l’Holocène de Tunisie. Méditerranée, 2, 64-67.

Bannour H., Bonvallot J. (1981) – Évolution géomorphologique quaternaire du bassin de Kasserine (Tunisie centrale). Recherches géomorphologiques à Strasbourg. Volume spécial, 11 p.

Bannour H., Bouallègui H. (1979)Le Djebel Chambi et ses piémonts (Tunisie centrale) : aspects du milieu naturel, géomorphologie, morphodynamique et végétation. Thèse de 3e cycle, université de Strasbourg, 259 p.

Bejaoui F. (1994)Sbeïtla : l’antique Sufetula. Agence nationale du patrimoine, Tunis, 64 p.

Bejaoui F. (2003)Histoire des hautes steppes, Antiquité-Moyen-Âge. Actes du colloque de Sbeïtla. République tunisienne, Ministère de la culture, Institut national du patrimoine, 232 p.

Ben Azzouz M.T. (1986)Recherches géomorphologiques dans les hautes plaines de l’est algérien : la Sebkhet Tarf (Algérie). Thèse de 3e cycle, université Panthéon Sorbonne (Paris 1), 262 p.

Ben Ghazi A. (2003)Le bassin versant de l’oued Tessa (Haut Tell tunisien) : étude morphologique des héritages quaternaires. Thèse de l’université de Tunis, 303 p.

Ben Ouezdou H. (1994)La partie méridionale des steppes tunisiennes : étude géomorphologique. Thèse d’État, université de Tunis, 577 p.

Bourgou M. (1991)Le bassin versant du Kébir-Miliane : étude géomorphologique. Série 33. Ed. Fac. Sc. Hum. Soc.,Tunis, 435 p.

Bourgou M., Oueslati A. (1987) – Les dépôts historiques de la vallée de Kébir-Miliane (N-E de la Tunisie). Méditerranée, 1, 43-46.

Brun A. (1985) – La couverture steppique en Tunisie au Quaternaire supérieur. C. R. Académie des Sciences, Paris, 301, II, 1085-1090.

Chihi L. (1984)Étude tectonique et microtectonique du graben de Kasserine et ses structures voisines ; Jbel Selloum et Jbel Maargaba. Thèse de 3e cycle, université Paris-Orsay. 116 p.

Chihi L. (1995)Les fossés néogènes à quaternaire de la Tunisie et de la mer Pélagienne ; leur étude structurale et leur signification dans le cadre géodynamique de la Méditerranée centrale. Thèse d’État, université Paris XI-Orsay, 568 p.

Chihi L., Ben Ayed N. (1991) – Le rôle de la fracturation précoce sur la distribution des structures récentes le long du décrochement de Kasserine. Ann. Tectonicae, V, 1, 64-73.

Coque R. (1979) – Sur la place du vent dans l’érosion en milieux aride. L’exemple des lunettes (bourrelets éoliens) de la Tunisie. Méditerranée, (1-2) 15-21.

Coudé-Gaussen G. (1984) – Mise en place des basses terrasses holocènes dans les Matmatas et leurs bordures (Sud tunisien). Bulletin de l’association française pour l’étude du Quaternaire, 1/2/3, 173-180.

Duval N. (1973)Les églises africaines à deux absides : recherches archéologiques sur la liturgie chrétienne en Afrique du Nord. Inventaire des monuments, Tome II, Paris, 455 p.

Evin J., Lambert G. N., Langouet L., Lanos P. et Obertin C. (2005)La datation en laboratoire. Ed. Errance, Collection « Archéologies », 198 p.  

Faust D., Zielhofer C. (2002) – Reconstitution of the Holocene water level amplitude of oued Majerda as an indicator for changes of the environmental conditions in Northern Tunisia. Zeitschrift für Geomorphologie, Suppl. Bd 128, 161-175.

Faust D., Zielhofer C., Beana R., Diaz del Olmo F. (2004) – High resolution fluvial record of late Holocene geomorphologic change in Northern Tunisia: climatic or human impact? Quaternary Science Reviews 23, 1757-1775.

Fehri N. (2007)Les rapports entre les processus morphogéniques et les pratiques agro-pastorales dans la plaine oléicole de Sfax : exemple de l’oued Chaâl-Tarfaoui (Tunisie centro-orientale). Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de Manouba, 368 p.

Fontugne M. (2002) – La dérive des âges carbone 14 ? In : Miskovsky J.-C. (Ed.), Géologie de la préhistoire, GEOPRE, Presses Universitaires de Perpignan, 1199-1207.

Hamza A. (1987) – Étude préliminaire de l’évolution de l’érosion dans les hautes steppes depuis l’Holocène. Revue Tunisienne de Géographie, 15, 29-66.

Hamza A. (1988) Érosion et lutte anti-érosive dans le bassin versant de l’oued Zeroud (Tunisie centrale) : de l’approche exogène à la stratégie technico-paysanne. Thèse d’État, université de Strasbourg, 3 vol., 1191 p.

Hentati A. (1977)Conditions d’équilibre et de déséquilibre des divers types de milieu dans le Jbel Semmama et sur son piémont. Thèse de 3ecycle, Strasbourg, 266 p.

Hitchner R.-B. (1988) – The Kasserine Archaeological Survey, 1982-1986, Antiquités Africaines, 24, 7-41.

Hitchner R.-B. (1989) – The organisation of Rural Settlement in the Cilium-Thelepte region (Kasserine, Central Tunisia). L’Africa Romana, VI, 387-402.

Hitchner R.-B., Ellis S., Graham A.D., Mattingly L. (1990) – The Kasserine Archaeological Survey, 1982-1986, Antiquités Africaines, 26, 231-260.

Jendoubi S. (2003) – Les formes et les dépôts holocènes dans le bassin versant de l’oued Siliana. Revue Tunisienne de Géographie, 35, 123-152.

Karray M.-R. (1990) – Un dépôt à cardium d’âge holocène dans la sebkha Kelbia (Tunisie orientale). Notes Service géologique de Tunisie, 56, 85-90.

Karray M.-R. (1993) – Sebkhet el Kelbia (Tunisie orientale) : dynamique récente et changements actuels 1892-1992. Actes du 2e congrès des géographes africains, Rabat, 141-166.

Killan M.-R., Van Der Plicht J. et Van Geel B. (1995) – Dating raised bogs: new aspects of ASM 14C wiggle matching, a reservoir effect and climate change. Quaternary Science Reviews 14, 959-966.

Lassère J.-M. (1977)Populis Vbique. Population et peuplement. Editions Antiquités Africaines, CNRS, Paris, 215 p.

Lespez L. (2007) – Les dynamiques des systèmes fluviaux en Grèce du Nord au cours des 7 derniers millénaires : vers une approche multi-scalaire des interactions Nature / Société. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 90-105.

Lespez L.(2003) – Geomorphic responses to long-term land use changes in Eastern Macedonia (Greece). Catena 51, 3/4, 181-208.

Louhichi A. (2003) – La céramique islamique de Henchir Al Ouest (environs de Sbeïtla). In : Histoire des Hautes Steppes : Antiquité-Moyen Âge, Actes du Colloque de Sbeïtla, 2001, textes réunis par Fethi Chelbi, 203-212.

Medus J. et Laval H. (1997) – Transition palynologique tardiglaciaire-holocène dans un site de Tunisie méridionale. Archives des sciences et comptes rendus des séances de la société de physique et d’histoire naturelle de Genève, 50, 17-26.

Molle H.G., BroscheK.U (1976) – Morphologische und klimageschichtliche Untersuchungen im südöstlichen Vorland des Djebel Chambi und des jebel Mrhila in Zentraltunesien. Die Erde, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, Heft 2-3, 180-227.

Mrabet A. et Boujarra A. (1999) – Archéologie et géomorphologie : contribution à l’étude d’évolution des paysages du Sahel Nord depuis l’antiquité. In « Du Byzacuim au Sahel : itinéraire historique d’une région tunisienne ». Série Histoire, 1, 83-96.

Nilsson M., Klarqvist M, Bohlin E., Possnert G. (2001) – Variation in 14C age of macrofossils and different fractions of minute peat samples dated by AMS. TheHolocene 11, 579-586.

Olsson L. U. (1979) – A warning against radiocarbon dating of samples containing little carbon. Boreas 8, 203-207.

Oueslati A. (1988) – Formes et dépôts historiques : le cas des bordures de la plaine de Kasserine. Revue Tunisienne de Géographie, 17, 119-134.

Oueslati A. (1993)Les côtes de la Tunisie : recherches sur leur évolution au Quaternaire. Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, série 2, vol. 35, 401 p.

Oueslati A. (1995) – New data about the Holocene and historical continental deposits in Tunisia. Revue Tunisienne de Géographie, 25, 139-161.

Ritchie J.-C (1984) – Analyse pollinique de sédiments holocènes supérieurs des hauts plateaux du Maghreb oriental. Pollen et spores, XXIV, (3-4), 489-496.

Roumiguières A., Uguet D. (1946) – Carte géologique de la Tunisie au 1/50 000. Feuille de Kasserine, n° 84. Notice explicative. Service géologique, Office National des Mines, Tunis.

Stuiver M., Reimer J.P. (1993) – Extended 14C database and revised CALIB radiocarbon calibration program. Radiocarbon 35, 215-230.

Stuiver M., Reimer J.P. (2005) – Radiocarbon Calibration Program Calib. Rev. 5.0.1. http:// calib.qub.ac.uk/calib/calib. html.

Stuiver M., Reimer J.P., Bard E., Beck J.W., Burr G.S., Hughen K.A., Kromer B., McCormac F.G., Plicht J., Spurk M. (1998) – INTCAL 98 radiocarbon age calibration, 24000 to 0 cal B.P. Radiocarbon 40, 1041-1083.

Vermeersch P. (1973) – Résultats d’une prospection préhistorique dans le bassin de Kasserine. Livre Jub. M. Solignac. Annales Mines et Géologie, Tunis, 26, 607-620.

Tixeront J. (1951) – Conditions historiques de l’érosion en Tunisie. Ass. Int. Hyd. Sc. Ag. de Bruxelles, 2, 73-81.

Weisrock A. (1980)Géomorphologie et paléo-environnements quaternaires de l’Atlas atlantique, Maroc. Thèse d’État, Paris, 931 p.

Zeraï K. (2006)Les environnements holocènes et actuels dans le bassin versant de l’oued Sbeïtla (Tunisie centrale). Thèse de l’université Denis-Diderot (Paris 7), 333 p.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

The middle course of the Htab Wadi drains the 21.5 km long and 8 km wide Kasserine basin, which has an area of ca. 140 km2(fig. 1). This morpho-tectonic basin contains Miocene to Quaternary sediments (Roumiguières and Uguet, 1946; Chihi, 1984 and 1995). The Htab Wadi discordantly crosses the basin in a shallow but wide corridor containing Upper Pleistocene, Holocene and Historic alluvial deposits (Hentati, 1977; Bannour and Bouallègui, 1979; Bannour and Bonvallot, 1981; Medus and Laval, 1997; Oueslati, 1988). The present study describes four stratigraphic sections of Historic deposits and their landforms. Thanks to 14C dating and new stratigraphic find of archeological lithic tools, pottery and structures, it is possible to establish correlations between sections, propose a chrono-stratigraphy and clarify their relationship with the earlier Upper Pleistocene – mid Holocene deposits and landforms.

Lying below the main terrace (T), there are three morphological terraces of Historic age in the basin. The deposits of the first terrace  (T1) were set down during a long time from the Upper Pleistocene to the Roman period. Two younger alluvial terraces (T2 and T3) formed by successive incision and re-sedimentation during Historic and Modern times.

Stratigraphic sections of the main terrace (T) of the Htab Wadi in Bled Haria yielded 14C dates of 21,225 ± 995 and 11,873 ± 764 years cal. B.P. in the lower part, which lies in unconformity above the Upper Pleistocene deposits. Capsian artefacts (of early to mid Holocene age) were found in the upper part of this unit. The section is capped by surface deposits, in which Roman walls were found (fig. 2). Other outcrops of terrace T along the Htab Wadi near Kasserine town have provided close to the base a 14C date of 11,173 ± 764 years cal. B.P., while the upper sediments contain Capsian artefacts giving an age of 6,000 years B.P.

In the middle part of the Seid Wadi (fig. 5A), the base of T1 presents Upper Pleistocene deposits with Mousterian artefacts (80 – 40 ka), which are overlain in unconformity by deposits containing artefacts attributed to the Capsian interval (9 – 6 ka). Close to the base of upper units, a 14C date of 1,948 ± 236 cal. B.P was obtained.

Radiocarbon dating of the lower layers of the upper Historic T1 terrace (fig. 2, Htab Wadi, fig. 4B Ali Seida Wadi, and fig. 5, Seid Wadi) gives ages between 2,439 ± 288 and 1,948 ± 236 years cal. BP. The youngest age was obtained in a Roman soil. (Hamza, 1987, 1988; Bourgou and Oueslati, 1987; Ballais, 1991; Oueslati, 1995; Faust et al., 2004). The chronology of middle and upper parts of the T1 terrace is based on the abundance of Roman ceramics from the 4th – 6th centuries A.D. (fig. 3 and fig. 5), that is the latest Roman period. The deposits of the middle Historic T2 terrace are scarce and not yet well dated, although they follow the end of the Roman period and the formation of T1 (fig. 4B). The lower Historic T3 terrace is partly composed of coarse deposits (fig. 3 and fig. 5). The base is dated from 609 ± 40 years cal. BP. at Wadi Seid. The T3 terrace contains many occupancy evidences:burned stones, small bones and charcoal. In addition to the three main terraces there is a recent alluvial accumulation of limited extent associated with some meandering bends of the Ali Seida and Oudien Tlou Wadi.

The study of stratigraphic sections of Historic alluviums reveasl a succession of nine phases of incision/erosion and sedimentation following the formation of the upper Pleistocene – mid Holocene accumulation (fig. 6). The nine phases indicate variations in climatic and anthropogenic influences. A Neolithic palaeosoil with a 14C date of 4,473 ± 502 years cal. B.P. (fig. 4B) can be taken as a marker for the end of the early Holocene sedimentation and the start of these nine phases.

Phase 1 (I1b , fig. 6) is a post-Neolithic phase of incision identified also by Ritchie (1984), Coudé-Gaussen (1984), Ballais et al. (1988) and Bourgou (1991). It was followed by aggradation characterised by coarse deposits (fig. 4B) indicating a tendency to large floods. After a small incision I2 , within the higher Historic terrace, a phase of relative biostasy occurs between 2,439 and 1,948 BP, characterised by slow aggradation and soil formation, later exploited by the Romans. This relative stability is probably due to rainfall optimum and widespread natural vegetation combined with inefficient human impact on the morphogenic system. Following the soil formation, a major phase of sedimentation built up the second sequence of the higher Historic terrace (fig. 3C). It lasted over six centuries from 2,000 to 1,400 years B.P., spanning late Roman times. This phase of accumulation has been identified and dated elsewhere by Oueslati (1988), Ballais et al. (1988), Bourgou (1991), Ben Ghazi (2003) and Jendoubi (2003).

A new phase of incision I3 followed the 5th century AD, so that the previous accumulation formed a distinct terrace from the T1 higher one. The change of morphogenesis coincides with the tendency to a wetter climate between the 5th and 14th centuries AD (Brun, 1985; Bourgou, 1991). However, this main phase of incision can be related to man influence, namely the abandonment of the Roman land-use after the 6th century (Hitchner, 1989).

A short period of accumulation is responsible for the alluvial cover of T2 that contains worn Roman ceramics and charcoal. This relatively coarse cover suggests a rather short wet pulsation that did not allow thick aggradation or conspicuous soil formation. A fourth phase of incision I4 followed and created the intermediate historic terrace T2. It started before 609 ± 40 years cal. B.P. and correlates with the end of the Medieval Age. During this incision phase, the river bed slightly incised the base of Upper Pleistocene deposits (fig. 4). A final phase of minor accumulation started at the end of the Medieval period (609 ± 40 years cal. B.P., fig. 5) and has continued to the Modern period. Its surface deposits contain 20th century plastic objects and metal cans (Oueslati, 1988). Currently and during the last several decades the river has slightly incised these modern deposits and formed a low terrace T3. This tendency to linear incision and associated badland gully erosion is characteristic of the current morphogenic system of Central Tunisia (Hamza, 1988; Zeraï, 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte géomorphologique simplifiée de la zone étudiée. Fig. 1 –  Simplified geomorphogical map of the study area
Légende 1 : point coté ; 2 : écoulement pérenne ; 3 : écoulement intermittent ; 4 : limite du fossé de Kasserine ; 5 : faille ; 6 : terrains crétacés ; 7 : dépôts du Pléistocène inférieur et moyen ; 8 : dépôts du Pléistocène supérieur ; 9 : dépôts holocènes et historiques ; 10 : cône de déjection ; 11 : glacis ; 12 : glacis-cône ; 13 : dune d’argiles ; 14 : agglomération.1: spot elevation; 2: perennial stream; 3: ephemeral stream; 4: boundary of the Kasserine’s graben; 5: fault; 6: Cretaceous deposits; 7: lower and middle Pleistocene deposits; 8: upper Pleistocene deposits; 9: Holocene and Historic deposits; 10: alluvial fan; 11: glacis; 12: glacis-alluvial fan; 13: clay- dune; 14: village.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/7253/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 2 – Rapports entre dépôts pléistocènes et holocènes d’après la stratigraphie synthétique de Bled Haria. Fig. 2 – Relationship between Pleistocene and Holocene deposits based on a composite stratigraphic section of Bled Haria.
Légende 1 : argiles et gypses ; 2 : gypses ; 3 : sables et limons ; 4 : sables ; 5 : sables à Helix   6 : sables et argiles ; 7 : sables fins ; 8 : argiles et limons ; 9 : dépôt grossier ; 10 : datation radiocarbone ; 11 : site capsien ; 12 : constructions romaines. T : terrasse du Pléistocène supérieur à l’Holocène   T1 : haute terrasse historique.1: clay and gypsum; 2: gypsum; 3: sand and silt; 4: sand; 5: sand containing Helix; 6: sand and clay; 7: fine sand; 8: clay and silt; 9:coarse deposit; 10: radiocarbon dating; 11: Capsian setting; 12: Roman constructions. T: upper Pleistocene and Holocene terrace; T1: upper Historic terrace.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/7253/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 1 – Âge 14C des dépôts historiques, holocènes et des formations du Pléistocène supérieur dans le bassin de Kasserine.Table 1 – Age 14C of Historic and Holocene deposits and Late Pleistocene formations of the Kasserine basin.
Légende + Datation radiocarbone par dosage conventionnel du 14C minéral de la roche totale (Medus etLaval, 1997). ENIS : Laboratoire de Paléoclimatologie et de Géochimie Isotopique, Ecole des Ingénieurs de Sfax. 1 Les datations radiocarbones obtenues ont été converties en âge calendaire (Cal. B.P.)à l’aide du programme Calib. Rev 5.0.1 (Stuiver et Reimer, 2005). + Radiocarbon dating has been obtained from the whole rock (Medus etLaval, 1997). ENIS: Laboratory of Paleoclimatology and Isotopic Geochemistry, E.N.I. Sfax.1 The radiocarbon age dates have been converted to calibrated ages using the Calib. Rev 5.0.1program (Stuiver & Reimer, 2005).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/7253/img-3.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 3 – Les terrasses historiques à Sidi Harath. Fig. 3 – The Historic terraces of Sidi Harath.
Légende A) Emboîtement des terrasses historiques de l’oued Htab (Sidi Harath). B) Restes de constructions romaines associés à la haute terrasse historique (oued Htab à Sidi Harath). C) Stratigraphie des dépôts historiques. T1 : haute terrasse historique ; T3 : basse terrasse historique ; 1 : substratum holocène (sables, limons et argiles) ; 2 : sables ; 3 : argiles ; 4 : sables et argiles ; 5 : limons ; 6 : argiles, limons et sables ; 7 : constructions romaines ; 8 : traces de feu ; 9 : céramique romaine.A) Inset Historic terraces of Htab Wadi (Sidi Harath). B) Remains of Roman constructions in the upper Historic terrace (Htab Wadi in Sidi Harath). C) Stratigraphy of Historic deposits. T1: upper Historic terrace; T3: lower Historic terrace; 1: Holocene bedrock (sand, silt and clay); 2: sand; 3: clay; 4: sand and clay; 5: silt; 6: clay, silt and sand; 7: Roman constructions; 8: burnt mark; 9: Roman ceramic.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/7253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 4 – Les terrasses historiques le long du cours moyen de l’oued Ali Seida. Fig. 4 – The Historic terraces in the middle course of Ali Seida Wadi.
Légende A) Terrasses historiques emboîtées dans le cours moyen de l’Oued Ali Seida. 1 : haute terrasse historique ; 2 : basse terrasse historique. La terrasse intermédiaire n’apparaît pas ici. B) Stratigraphie des dépôts historiques. T1 : haute terrasse historique ; T2 : terrasse historique intermédiaire ; T3 : basse terrasse historique ; B : banquette ; 1 : limons, argiles et concrétions ; 2 : sables et limons ; 3 : dépôt grossier ; 4 : sables fins ; 5 : sables à Helix ; 6 : constructions romaines ; 7 : céramique romaine ; 8 : datation radiocarbone.A) Inset Historic terraces in the middle course of Ali Seida Wadi; 1: upper Historic terrace; 2: lower Historic terrace. The middle Historic terrace does not exist here. B) Stratigraphy of Historic deposits; T1: upper Historic terrace; T2: intermediate Historic terrace; T3: lower Historic terrace; B: bench; 1: silt, clay and concretions; 2: sand and silt; 3: coarse deposit; 4: fine sand; 5: sand containing Helix; 6: Roman constructions; 7: Roman ceramic; 8: radiocarbon dating.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/7253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5 – Les terrasses historiques le long des cours moyen et amont de l’oued Seid. Fig. 5 – The Historic terraces in the middle and upper course of Seid Wadi.
Légende A)Coupe stratigraphique du cours moyen de l’Oued Seid. T1 : dépôts de la haute terrasse historique ; T3 : basse terrasse historique. B) Emboîtement des terrasses historiques à l’amont de l’Oued Seid. T1 : haute terrasse historique ; T3 : basse terrasse historique ; 1 : limons, argiles et concrétions ; 2 : sables et limons ; 3 : sables fins ; 4 : sables à Helix ; 5 : sables et argiles ; 6 : limons et argiles ; 7 : dépôt grossier ; 8 : site moustérien ; 9 : site capsien ; 10 : datation radiocarbone ; 11 : céramique romaine ; 12 : trace de feu ; 13 : fragments d’ossements. B) Additional deposit based on a section in the middle course of Seid Wadi. T1: deposits of the upper Historic terrace; T3: lower Historic terrace. B) Inset Historic terraces in the upper course of Seid Wadi. T1: upper Historic terrace; T3: lower Historic terrace; 1: silt, clay and concretions; 2: sand and silt; 3: fine sand; 4: sand containing Helix; 5: sand and clay; 6: clay and silt; 7: coarse deposit; 8: Mousterian setting; 9: Capsian setting; 10: radiocarbon dating; 11: Roman ceramic; 12: burnt mark; 13: bone fragments.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/7253/img-6.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 6 – La disposition des terrasses historiques (T1-T3) dans le bassin de Kasserine : essai de synthèse. Fig. 6 – Morphological setting of Historic terraces (T1-T3) in the Kasserine basin.
Légende 1 : cône – glacis d’accumulation ; 2 : haute terrasse historique ; 3 : terrasse historique intermédiaire ; 4 : basse terrasse historique ; 5 : banquette ; 6 : sables à limons ; 7 : sables grossiers avec des lentilles caillouteuses ; 8 : sables fins à passages grossiers ; 9 : sables grossiers et moyens ; 10 : Moustérien ; 11 : Atérien ; 12 : Capsien ; 13 : Néolithique ; 14 : céramique romaine ; 15 : ossements ; 16 : charbon de bois ; 17 : pierres brûlées ; 18 : les phases d’incision. 1: alluvial fan; 2: upper Historic terrace; 3: intermediate Historic terrace; 4: lower Historic terrace; 5: bench; 6: sand and silt; 7: coarse sand with pebble lenses; 8:fine sand with lenses of coarse sand; 9: coarse and middle sand; 10: Mousterian; 11: Aterian; 12: Capsian; 13: Neolithic; 14: Roman ceramics; 15: bones; 16: charcoal; 17: burnt stones; 18: phases of incision.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/7253/img-7.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amor Bkhairi et Mohamed Raouf Karray, « Les terrasses historiques du bassin de Kasserine (Tunisie centrale) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 3 | 2008, 201-213.

Référence électronique

Amor Bkhairi et Mohamed Raouf Karray, « Les terrasses historiques du bassin de Kasserine (Tunisie centrale) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 3 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/7253 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.7253

Haut de page

Auteurs

Amor Bkhairi

Laboratoire de cartographie géomorphologique des milieux, des environnements et des dynamiques, faculté des Sciences humaines et sociales, université de Tunis I, 94 boulevard 9 avril 1938, Tunis 1007. Courriel : bkairi_amor@yahoo.fr

Mohamed Raouf Karray

Laboratoire de cartographie géomorphologique des milieux, des environnements et des dynamiques, faculté des Sciences humaines et sociales, université de Tunis I, 94 boulevard 9 avril 1938, Tunis 1007. Courriel : karraymr@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals