Navigation – Plan du site
Compte rendu

Compte rendu de colloque, Les déserts d’Afrique et d’Arabie : environnement, climat et impact sur les populations.

Académie des Sciences, Institut de France, Paris, 8-9 septembre 2008.
André Weisrock
p. 215-216

Texte intégral

1Ce colloque, organisé par Anne-Marie Lézine (Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement de Gif-sur-Yvette) dans les locaux prestigieux de l’Institut de France, a réuni sur deux journées trois conférences introductives, vingt communications et vingt posters. Les communications ont été présentées selon quatre thèmes principaux : le cas du lac Tchad, exemple d’enregistrement du changement climatique à long terme en Afrique sèche ; l’impact des cycles glaciaires-interglaciaires sur les déserts tropicaux d’Afrique et d’Asie ; la fin de la période humide holocène et la mise en place de la variabilité actuelle du climat ; l’homme et le milieu désertique. Certaines communications pouvaient, bien entendu, participer de plusieurs thèmes, comme par exemple l’étude des variations holocènes du climat dans la cuvette du Tchad. On trouvera facilement la liste intégrale et les résumés des communications et posters sur le site deserts@academie-sciences.fr. Bien évidemment, ces thèmes n’ont évoqué que très indirectement la géomorphologie et la géologie du Quaternaire des déserts d’Afrique et d’Arabie. Les présentations et les débats se sont focalisé beaucoup plus sur les changements climatiques à différentes échelles de temps, privilégiant d’ailleurs particulièrement la période humide de l’Holocène inférieur et moyen et les modalités de sa disparition. Il a été également beaucoup question des méthodes d’étude et de reconstitution des paléoclimats, utilisant bien sûr toute la panoplie habituelle des recherches paléo-environnementales, mais accordant aussi une place de plus en plus importante aux modélisations. Aussi ce compte-rendu s’affranchira-t-il de l’ordre strict des communications et des posters pour essayer de dégager ce qui, au sein des principaux axes retenus, semble constituer les avancées les plus significatives dans la connaissance des régions arides.

2Les déserts tropicaux ont une longue existence, mais elle est encore mal connue, notamment à l’échelle de l’ensemble du continent africain, où le Néogène est déjà riche en variations climatiques affectant des zones très étendues (M. Pickford et al.). Les environnements de l’hominidé le plus ancien actuellement connu, Sahelanthropus tchadensis, ou « Toumaï », situés dans une région aujourd’hui désertique, l’erg Djurab, à 16-18° N et 17-19 °E, correspondaient, il y a 7 millions d’années, aux rives plates d’un « mégalac » Tchad de plus de 200 000 km2, avec un paysage assez comparable à celui du delta actuel de l’Okavango (M. Brunet et al. ; M. Schuster et al.). Comme cela reporte bien plus tôt et 2 500 km plus à l’ouest les origines de l’humanité, le modèle numérique AGCM (Atmospheric Global Circulation Model) a reconstitué tout d’abord l’impact du soulèvement du rift qui a entraîné l’assèchement de l’Afrique orientale, mais est resté sans influence sur le climat de la cuvette tchadienne. Parmi les autres facteurs décisifs sur les changements climatiques ayant affecté la région du lac Tchad, le modèle retient surtout le rôle prédominant des températures de surface océaniques sur l’intensité et l’extension de la mousson africaine (G. Ramstein et al.). La marge méridionale des déserts d’Afrique et d’Arabie doit en effet ses très larges fluctuations aux variations considérables du domaine des moussons africaine et indienne, ce qui justifie que la conférence introductive générale ait porté sur la variabilité de ces deux domaines de la mousson aux échelles de temps intra-saisonnière, annuelle, interannuelle et décennale. Parmi les causes évoquées de ces différentes variations, les modèles numériques retiennent surtout les corrélations établies entre les oscillations multidécennales atlantiques, la circulation océanique hyposaline et les événements inter-hémisphériques comme El Niño (S. Janicot). Cependant, la reconstitution des variations climatiques quaternaires à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest s’appuie toujours sur les études des carottages marins effectués dans l’Atlantique tropical oriental, comme par exemple les carottes ODP658 et ODP659 prélevées au large de la Mauritanie. Les observations palynologiques y montrent des variations à long terme, comme l’extension du désert et le déclin de la savane vers 2,5 MA, la disparition de la mangrove vers 2 MA, l’extension progressive du désert vers 0,6 MA, mais surtout depuis 100 ka. Au sein de ces longues périodes, des variations à plus court terme, de l’ordre de 100 ka, peuvent être mises en évidence, comme celles qui affectent le Pliocène moyen, entre 3,2 et 3 MA, lequel peut servir de modèle pour une période chaude (L. Dupont et S. Leroy).

3L’extension des déserts dépend aussi des variations de leurs marges septentrionales et cela a été évoqué (beaucoup trop peu à notre avis) au cours de la deuxième session orale, avec une conférence introductive soulignant le rôle fondamental de l’insolation dans l’hémisphère nord sur les cycles glaciaires et interglaciaires (P. Braconnot et M. Kageyama). Les modèles PMIP (Paleoclimate Modelling Intercomparison Project) ont été activés sur deux périodes clefs : l’Holocène moyen, autour de 6 ka et le dernier maximum glaciaire, à 21 ka. La forte croissance de l’insolation dans l’hémisphère nord entre 9 et 6 ka a entraîné un renforcement de la mousson sur les Tropiques. Les conditions froides à 21 ka ont accru le gradient thermique nord-sud, à l’inverse du gradient continent-océan, entraînant des conditions plus sèches, surtout dans la zone tropicale. Deux excellents exemples régionaux, basés sur de nombreuses observations de terrain en Arabie méridionale et en Afrique orientale, ont été donnés en exemple. Les grandes périodes d’éolisation en Oman et au Yémen correspondent aux périodes glaciaires des latitudes moyennes, avec un bas niveau marin et une faible circulation de la mousson. Inversement, les dépôts fluviatiles datés par OSL de 340, 220 et 130 ka indiquent l’influence de la mousson au cours des interglaciaires (F. Preusser et al.). Dans la même région, les spéléothèmes connaissent de forts taux de croissance lors des interglaciaires, leur épaisseur étant fonction de l’abondance des précipitations. Les datations montrent une coïncidence entre les fortes pluies de mousson et les pics interglaciaires lors des stades isotopiques 9, 7, 5 et 1 (Holocène ancien-moyen). Pour cette dernière période, les variations du δ 18O des spéléothèmes provenant de quatre grottes situées le long d’un transect allant de 23° N à 12° N ont enregistré la migration continue de la zone de convergence intertropicale vers le sud et l’affaiblissement de la mousson indienne entre 4 et 2 ka, alors qu’elle se renforce plus au sud, près de l’équateur (D. Fleitmann et al.). L’Holocène inférieur et moyen est la période de développement maximale des lacs du Sahara oriental, aux confins de l’Egypte, du Soudan, de la Libye et du Tchad (S. Kröpelin et al.). Comme dans le Grand Erg occidental (Y. Callot et M. Fontugne, ce volume), il existe une opposition nette entre les lacs septentrionaux aux eaux allogènes (et sans doute d’origine méditerranéenne) et les lacs méridionaux aux eaux douces autochtones donnant des dépôts carbonatés ; mais la limite entre les deux domaines se situe ici à 22° N. Cela implique un déplacement de l’ordre de 800 km vers le nord du domaine de la mousson par rapport à sa situation présente, ces conditions optimales ayant été stables jusque vers 7300 BP. Plus à l’ouest, on peut évoquer les changements considérables de la superficie du lac Tchad, qui a connu une extension maximale, de 340 000 km2, entre 8500 et 6300 BP (G. Favreau et al), tandis que les sécheresses récentes ont fait varier une surface déjà très réduite entre 25 000 et 4 000 km2. Une revue des analyses palynologiques des sédiments holocènes de l’Afrique de l’Ouest confirme la migration vers le nord des plantes tropicales types (J. Watrin et A.-M. Lézine). Au total cette deuxième session a amplement démontré la relation entre période interglaciaire et expansion du domaine de la mousson au cours de l’Holocène inférieur et moyen ; il apparaît cependant que cette relation pourrait encore être explorée dans des périodes interstadiaires un peu plus anciennes, comme celles des stades isotopiques 3 et 4.

4Le troisième thème abordé, celui de la fin de la période humide holocène –quand ? comment ? et pourquoi ?– est l’objet d’une controverse : s’agit-il d’un événement abrupt ou au contraire d’une modification progressive des conditions climatiques ? La réponse donnée par l’étude des flux sédimentaires dans les carottes océaniques du site ODP658 à 20° N montre une élévation soudaine de plus 20 % des flux terrigènes à la charnière 6-5 ka BP (P. deMenocal et al.). Cette augmentation est due à un apport accru de poussières sahariennes car la part des altérites véhiculées par les apports fluviatiles, seconde source d’apports terrigènes, diminue dans le même temps. De nouvelles analyses des forages du programme OC 437-7 allant du Portugal au Sénégal se font sur la période 0-25 ka ; elles mettent bien en évidence la période humide centrée autour de 8 ka, avec une transition abrupte vers la sécheresse, à l’échelle du siècle, à 6 ka BP. L’étude sédimentologique et palynologique d’une carotte marine prélevée au large du delta de l’Indus et du désert du Thar apporte une réponse plus nuancée (S.J. Ivory et A.-M. Lézine) : les pollens des plantes himalayennes véhiculés par l’Indus sont corrélés à l’activité de la mousson d’été ; ils sont bien représentés jusqu’à 4500 BP, puis autour de 1500 BP. Les pollens des plantes des régions sèches, qui transitent par la mousson d’hiver de direction nord-sud, sont bien représentés entre 3 500 et 2800 BP. La fin de la forte activité de la mousson d’été serait donc progressive entre 4700 et 4200 BP. D’une manière plus générale, le calendrier des changements de végétation à la fin de la période humide de l’Holocène dans les régions soumises aux moussons atlantique et indienne ne montre pas de modifications abruptes (A.-M. Lézine). De récentes études des archives sédimentaires du lac Yoa, au nord du Tchad, dans une région aujourd’hui hyperaride, couplées à celles du zooplancton et du phytoplancton, mettent en évidence des modifications variées du milieu à des échelles de temps de plus en plus précises, de l’ordre de 4 à 60 ans (D. Verschueren). Elles montrent une évolution différente du milieu végétal terrestre bordant le lac et de l’écosystème lacustre proprement dit : ce dernier connaît un changement assez rapide, entre 4200 et 3900 BP, qui le fait passer d’eaux douces à des eaux hypersalines, tandis que le paysage végétal environnant montre un assèchement progressif entre 5600 et 2700 BP. Au total, la diminution graduelle des précipitations annuelles sur la région, de 300 mm environ à quasiment zéro, a lieu entre 6000 et 2500 BP. Aussi les modèles utilisés pour répondre à la question du caractère abrupt ou progressif des changements climatiques survenus, après 6 ka BP, ont-ils inclus, en plus des paramètres climatiques, des données tenant compte des changements dans la structure et la composition de la végétation (C. Hély et al. ; Liu Zheng-Yu). Entre autres, le DGVM (Dynamic Global Vegetation Model) montre trois étapes dans l’évolution de la couverture végétale au sud du Sahara : de 9,5 à 6 ka, les graminées sahariennes décroissent au profit des graminées sahéliennes et la végétation forestière progresse. De 6 à 4 ka, la situation est transitoire et le déclin des plantes sahéliennes s’accentue après 4 ka BP, conformément aux observations palynologiques réelles.

5Les régions arides ayant été souvent le berceau de civilisations anciennes, les théories accordant une place importante au déterminisme climatique sur les activités humaines ont fleuri, il y a près d’un siècle, comme la théorie de « l’oasis », ou celle des « noyaux favorables » qui auraient stimulé la domestication des animaux et des plantes. Les nombreuses découvertes archéologiques remettent en cause ces vues trop simples et soulignent l’importance de l’organisation des sociétés dans leur adaptation à des conditions de privation (S. Cleuziou). L’exploitation du paysage, dans un environnement en voie d’assèchement depuis l’Holocène moyen, a été différente sur les deux bordures ouest et est de l’Acacus, au sud-ouest du Fezzan ; alors que l’erg Uan Kasa à l’ouest a vu ses lacs et les occupants néolithiques de ses rives disparaître presque entièrement, la vallée du Tanezzuft, à l’est, a continué à abriter une population du Néolithique tardif dans des oasis plus restreintes, mais qui ont donné naissance à la civilisation des Garamantes (M. Cremaschi). Un cas plus extrême illustre la difficulté de faire face à l’incertitude, avec l’exemple d’une adaptation d’éleveurs à une vie agro-pastorale impliquant la culture de Pennisetum sp., entre 3800 et 2400 BP à Dhar Tichitt, au sud de la Mauritanie (A.F.C. Holl). Des stratégies de stockage de vivres sont décelées dans les traces d’occupations humaines des régions aujourd’hui arides qui bordent le Golfe Persique, lesquelles avaient vu se développer dès 8000-6000 BP de véritables concentrations humaines. Cela implique des modes de vie évolués avec une grande maîtrise de l’alimentation en eau, notamment par des canaux d’irrigation (M. Tosi). Un diagramme pollinique effectué sur une carotte d’un paléolac du Zagros enregistre l’apparition de l’influence humaine dès 4700 BP, avec l’apparition du noyer et de l’olivier et coïncide avec le développement de l’âge du bronze en Iran central (M. Djamali et al.). Au sud-est de l’Iran, cette ancienne civilisation, à la fois urbaine et rurale, s’écroule vers 3400 BP, et n’est remplacée qu’un millénaire plus tard avec l’innovation des qanats (E. Fouache et al.). Il ne s’agit là que de quelques exemples parmi les nombreux travaux en cours sur les peuplements à l’Holocène inférieur et moyen, encore mal connus dans l’immense zone qui va de la Mauritanie aux confins de l’Inde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Weisrock, « Compte rendu de colloque, Les déserts d’Afrique et d’Arabie : environnement, climat et impact sur les populations. », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 3 | 2008, 215-216.

Référence électronique

André Weisrock, « Compte rendu de colloque, Les déserts d’Afrique et d’Arabie : environnement, climat et impact sur les populations. », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 3 | 2008, mis en ligne le 08 décembre 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/7383

Haut de page

Auteur

André Weisrock

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals