Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Tomislav Hengl, Hannes Reuter (Eds.), Geomorphometry: Concepts, Software, Applications

Elsevier, Developments in Soil Science, 33, 2009, 796 p.
Étienne Cossart
p. 316-317
Référence(s) :

Tomislav Hengl, Hannes Reuter (Eds.), Geomorphometry: Concepts, Software, Applications, Elsevier, Developments in Soil Science, 33, 2009, 796 p.

Texte intégral

1La banalisation des outils numériques en géomorphologie et ses disciplines connexes justifiait à elle seule l’édition de cet imposant ouvrage, dédié exclusivement à la géomorphométrie assistée par ordinateur. Aussi, après la parution de manuels spécifiques tels que Integration of computer modeling and field observations in geomorphology et Geographic Information Science and Mountain Geomorphology, tous deux publiés sous la direction de F. Shroder et P. Bishop (2003, 2004), pouvons-nous saluer la volonté de T. Hengl et H. Reuter (éditeurs scientifiques) de faire paraître un ouvrage plus général, pouvant s’adressant à un public étudiant aussi bien qu’à tout praticien des sciences de la Terre et de l’environnement.

2L’entreprise ne fut sans doute pas aisée, ce en raison des multiples obstacles inhérents à l’écriture de tout ouvrage couplant la synthèse d’un savoir thématique et la présentation de méthodes très spécialisées. Les éditeurs ont tout d’abord fédéré un collectif de vingt-trois auteurs (tout en regrettant l’absence de collègues féminines...), collectif qui s’est réuni à maintes reprises sous la forme d’ateliers afin de donner corps à cet ouvrage. Plus difficile encore fut sans doute la recherche d’un équilibre éditorial entre ce qui aurait pu être un manuel pratique, dédié à des logiciels particuliers, ou un manuel purement théorique, réservé aux seuls spécialistes thématiciens. Enfin, un troisième obstacle à lever était de restituer de façon pédagogique des méthodes complexes, notamment par le biais d’illustrations multiples en couleur. Nous pouvons d’ailleurs saluer l’éditeur Elsevier d’avoir accepté l’insertion d’une riche iconographie.

3L’ouvrage est subdivisé en trois principales parties : après avoir détaillé 1) les concepts et objets fondamentaux de la géomorphométrie, les auteurs s’attachent à exposer 2) les logiciels adaptés et leurs outils spécifiques avant d’achever l’ouvrage par 3) la présentation de multiples applications.

4La première partie ne se contente pas de rappeler les concepts et composantes de la géomorphométrie : ceci n’est vu que dans le premier chapitre. Les auteurs présentent ensuite l’objet fondamental de la géomorphométrie numérique, à savoir les Modèles Numériques de Terrain (MNT). Sont présentés successivement les moyens de les créer (chapitre 2), de les préparer pour une analyse géomorphométrique (chapitre 3) puis d’estimer leur qualité (chapitre 4). Les auteurs présentent ensuite les intérêts des MNT et les principales applications qui peuvent être développées à partir de leur utilisation. Sont successivement abordés la caractérisation du relief (chapitre 5), les modélisations en hydrologie (chapitre 6) et en topo-climatologie (chapitre 7). S’ensuit enfin un chapitre exclusivement consacré aux objets géomorphologiques pouvant être extraits et caractérisés à partir des MNT (chapitre 8). La lecture de cette première partie révèle bien la volonté de créer un équilibre entre fondamentaux théoriques et applications pratiques. Cette volonté se poursuit dans la déclinaison des deux autres parties du manuel.

5La seconde partie, exclusivement consacrée aux logiciels SIG qui accompagnent le travail de géomorphométrie, était sans aucun doute la plus périlleuse à construire. Il s’agit en effet d’être utile à tous les praticiens de la géomorphométrie, sans pour autant se contenter de paraphraser les nombreuses notices d’utilisation des logiciels auxquelles l’on peut accéder sur internet. Le caractère périlleux est également lié au fait que les développements effectués risquent, à terme, d’être complètement dépassés par les continuels développements et améliorations des logiciels. Après un bref aperçu des logiciels disponibles et laissant une large part aux logiciels libres (chapitre 9), les auteurs présentent les intérêts des outils développés chez ESRI (chapitre 10). Les autres chapitres (11 à 17), envisagent de façon quelque peu analytique les principaux logiciels libres pouvant être utilisés, parmi lesquels SAGA GIS et GRASS sont sans doute les plus couramment utilisés. Chaque chapitre présente de façon tout à fait utile les spécificités du logiciel et les motivations qui ont incité ses auteurs à le développer. Ainsi, le lecteur pourra être incité à se tourner vers des logiciels tels que SAGA ou River Tools s’il souhaite développer des applications en hydrologie, Lanserf ou MicroDEM pour les descriptions topographiques, etc. Dans chaque cas, un aperçu des interfaces d’utilisation du logiciel et des modalités d’importation et d’exportation des données est développé. Ces chapitres ne sauraient prétendre à l’exhaustivité, et de nombreux appels à des tutoriels mis en ligne sur internet sont effectués. Néanmoins, les auteurs fournissent ici un guide suffisant pour aider le lecteur à choisir le logiciel qui puisse convenir à ses thématiques et à se familiariser avec cet outil. Nous noterons d’ailleurs l’idée, fort judicieuse, d’utiliser la même étude de cas pour chacun des logiciels afin de rendre compte au mieux de leurs particularités. La riche iconographie facilite ce travail de comparaison entre les logiciels et, plus généralement, la lecture de cette seconde partie.

6La troisième partie est consacrée aux multiples applications de la géomorphométrie, reprenant de façon plus détaillée les pistes qui avaient été présentées dans la première partie. L’extraction et la cartographie des éléments topographiques (chapitre 18), géologiques (chapitre 19), biogéographiques (chapitre 20), hydrologiques (chapitre 21) ouvrent cette partie. Viennent ensuite des applications plus complexes en météorologie et géomorphologie dynamiques (chapitres 22 et 23) puis en agronomie (chapitre 24). Deux autres chapitres complètent cet inventaire des applications : l’un est consacré aux mouvements de masse (chapitre 25), l’autre à la classification d’unités écologiques (chapitre 26). Chaque chapitre est rédigé par des spécialistes reconnus du thème abordé, bénéficiant ainsi des dernières avancées en terme de recherches. A chaque reprise sont présentées les données de base nécessaires au travail de modélisation, les méthodes de traitement disponibles, leurs intérêts et leurs limites. Malgré cette unité dans la rédaction, on ne pourra nier les quelques redondances entre chapitres, témoignant non seulement des difficultés de coordonner un ouvrage ambitieux mais aussi des problèmes de découpage et d’agencement des chapitres. Pourquoi, par exemple, avoir inséré le volet agronomique entre les passages dédiés à la géomorphologie, d’une part, et aux mouvements de masse, d’autre part ?

7L’ouvrage se termine par un aperçu des développements futurs (chapitre 27). Les auteurs rappellent alors l’utilité du travail de terrain, préalable indispensable à tout travail de modélisation... On saluera donc l’honnêteté avec laquelle ils évoquent les propres limites de leur ouvrage, rappelant que l’utilisation des outils numériques nécessite sans cesse une double discussion afin de contextualiser les résultats obtenus et proposer des marges d’incertitude de ces résultats.

8Au final, cet ouvrage présente d’indéniables intérêts. En premier lieu, on soulignera l’impressionnant travail collectif de recueil et de diffusion de compétences et données publiées jusqu’à présent de façon disparate dans des revues très spécialisées ou dans des forums sur internet, accessibles aux seuls initiés et souvent dépourvues de relectures scientifiques. En second lieu, la recherche d’un équilibre entre les aspects théoriques et pratiques est bienvenue : elle permet aux thématiciens de s’approprier de nouveaux outils pour accompagner leurs travaux, tout en permettant aux praticiens des SIG de découvrir de nouveaux logiciels et de nouvelles applications. Les développements concernant les logiciels libres sont pour cela particulièrement appréciables, même si l’on peut craindre que la partie qui y est consacrée soit rapidement désuète, eu égard à la parution incessante de mises à jour des logiciels. Bien sûr, à la suite de la lecture de l’ensemble de l’ouvrage, on pourra regretter des redondances entre chapitres, ou encore un plan peut-être trop analytique, donnant parfois le sentiment de parcourir des actes de colloque plus qu’un véritable manuel. Cependant, que le lecteur soit rassuré, ces choix éditoriaux assumés par les éditeurs scientifiques lui permettront de lire les chapitres indépendamment les uns des autres, au gré des besoins ou de l’avancée des recherches. Nous conseillons donc cet ouvrage non seulement aux géomorphologues mais aussi à tout géographe physicien qui développe ses activités en lien avec les outils de la géomatique : il y trouvera de multiples solutions pour enrichir son travail au quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Shroder F., Bishop P. (Eds.) (2003) – Integration of computer modeling and field observations in geomorphology. Elsevier, Amsterdam, 204 p.

Shroder F., Bishop P. (Eds.) (2004) – Geographic information science and mountain geomorphology. Springer, Chichester, 536 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Cossart, « Tomislav Hengl, Hannes Reuter (Eds.), Geomorphometry: Concepts, Software, Applications », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 3 | 2010, 316-317.

Référence électronique

Étienne Cossart, « Tomislav Hengl, Hannes Reuter (Eds.), Geomorphometry: Concepts, Software, Applications », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 3 | 2010, mis en ligne le 26 octobre 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/8032

Haut de page

Auteur

Étienne Cossart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals