Navigation – Plan du site

Introduction au numéro thématique : « Nouveaux paradigmes de la karstologie, mise en perspective »

Introduction to the special issue: New paradigms in karstology and prospects
Nathalie Vanara
p. 341-348

Résumés

On peut distinguer quatre périodes dans l’histoire de la karstologie. Les prémices sont marquées par les travaux d’E.-A. Martel (1894) et de J. Cvijic (1893). De l’entre-deux guerres jusqu’aux années 50, les thèses (A. Cholley, P. Marres, P. Birot, etc.) sont marquées par la théorie des cycles d’érosion. Entre 1950 et 1975, les auteurs soulignent l’influence des actions climatiques et orogéniques sur les paysages karstiques ; les écrits de J. Corbel (1957) et de P. Renault (1967-68) sont originaux. Entre 1975 et 2000, les chercheurs sont des spéléologues confirmés et des explorateurs (Maire, 1990) ; le karst est désormais conçu comme un géosystème (Delannoy, 1997). La karstologie, qui s’appuie aujourd’hui sur de nouvelles techniques d’analyse des dépôts (Jaillet et al., ce volume ; Dandurand et al., ce volume) et de récentes techniques de datation (Hobléa et al., ce volume), apparaît vouée à la transdisciplinarité. Le visage de cette science sera sans doute durablement modifié par les plus récentes théories : l’ancienneté des grands réseaux souterrains (Hobléa et al., ce volume), le creusement des cavités par remontée du niveau de base (Audra et al., ce volume), et, en ce qui concerne les prémices de la karstification, l’altération isovolumétrique de la roche (Bruxelles et Quinif, ce volume).

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 19 novembre 2011, accepté le 28 novembre 2011

Texte intégral

Je tiens à remercier les 20 relecteurs anonymes de ce numéro thématique pour leurs remarques constructives, Richard Maire qui, ayant relu l’introduction, l’a enrichi d’observations pertinentes et Marie-Françoise André pour l’édition des textes en anglais.

1Il y a douze ans, au congrès international Karst 99 (Audra, 1999), le professeur J. Nicod me confiait qu’il m’incombait d’œuvrer au rapprochement entre karstologues et géomorphologues. En effet, je venais d’être nommée à l’Institut de géographie (université Paris 1), où siège aussi le Groupe français de géomorphologie (GFG). Ce conseil ne fut pas oublié et après mon élection en tant que présidente de l’Association française de karstologie (AFK) en 2005, j’ai pu concrétiser le souhait de J. Nicod. Avec E. Fouache, alors président du GFG, nous avons défini un partenariat entre les deux associations dont l’efficacité ne s’est pas démentie depuis. Ce numéro spécial de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement consacré au karst en est une nouvelle preuve. Initié par G. Arnaud-Fassetta, rédacteur en chef de la Revue, le programme prévisionnel ayant été établi avec S. Jaillet, j’ai eu l’honneur d’en assurer la coordination. Plusieurs auteurs français et étrangers ont été sollicités afin de réunir dans ce numéro les récentes recherches parmi les plus innovantes en géomorphologie karstique (i.e., l’étude de l’ensemble des formes liées à l’action particulière des eaux sur les roches carbonatées dans lesquelles la dissolution joue le rôle principal). Afin de comprendre la pertinence des recherches actuelles, il est nécessaire de présenter en introduction un rapide aperçu de l’évolution de cette discipline.

2À l’origine, la karstologie n’a émergé que très progressivement, puisant ses plus profondes racines dans des légendes anciennes et des récits romantiques. Par la recherche des restes fossiles conservés de façon privilégiée dans les cavités naturelles, la paléontologie l’a promue dans ses débuts (fin du XVIIIe siècle et première moitié du XIXe siècle) tout en la tenant longtemps en tutelle. Puis ce furent la géologie, la géomorphologie, l’hydrogéologie, la biologie et la préhistoire qui l’ont masquée, avant qu’on ne lui reconnaisse la qualité de discipline à part entière, s’appuyant au contraire sur les sciences précédemment citées. En France, trois créations symbolisent l’acquisition progressive de cette indépendance : 1) en 1895, la Société de spéléologie par E.-A. Martel, aujourd’hui Fédération française de spéléologie (FFS) ; 2) en 1960, la Commission des phénomènes karstiques (dépendante du Comité national français de géographie), animée à ses débuts par G. Chabot et dont les actions furent reprises par 3) l’AFK créée en 1978 par J. Nicod.

3La renommée d’une discipline se juge à travers ses publications. En 1895, le premier numéro du bulletin de la Société de spéléologie est édité par E.-A. Martel : Spelunca qui, au travers de ses cinq séries de revues successives et de ses mémoires, se modernise et se spécialise dans l’exploration et la technique. Le contenu « scientifique » est repris de 1945 à 1958 par les Annales de spéléologie créées par B. Gèze (fig. 1A), puis en 1983 par Karstologia – sous l’impulsion de R. Maire avec l’aide conjointe de l’AFK et de la FFS – avec une revue (55 numéros) d’une part et des mémoires (19 volumes) d’autre part.

4L’histoire d’une discipline est jalonnée par les noms de personnages incontournables, même si comme le souligne P. Renault (1990), ils ne sont pas les seuls à déterminer le développement des sciences : « il y a tous ceux dont le rôle ingrat est d’assister les vedettes (…) voire de les suppléer et qui ont conditionné la réussite des Maîtres ». Il n’en demeure pas moins que les ouvrages d’E.-A. Martel (1894, 1928) furent longtemps la référence pour tous ceux qui s’intéressaient aux cavités. Avec l’avènement de la télévision, les écrits ne sont plus seuls à susciter des vocations, s’y ajoute l’image, surtout quand cette dernière est relayée par des émissions à grande audience (Maire, 2008). Par exemple, Thalassa-France 3 avec « Le mystère de la Baleine » tourné dans l’île Madre de Dios en Patagonie (Fage, 2009), qui fait la part belle à l’exploration scientifique des « glaciers de marbre » et du cimetière marin de la grotte de la Baleine. La parole donnée aux deux karstologues, R. Maire et S. Jaillet, permet de mieux faire comprendre au grand public les motivations des spéléo-karstologues explorateurs. En effet, deux spécificités font de la karstologie une science à part. D’une part, sur notre planète désormais trop étroite, le monde souterrain avec celui des grandes fosses marines réserve encore des contrées à explorer. D’autre part, cette exploration réalisée dans des conditions souvent difficiles oblige à un engagement physique fort : « quelle chose curieuse pour une science que de dépendre d’un sport » (Chabert et Courbon, 1983).

Fig. 1 – A : Bernard Gèze (1913-1996) en exploration spéléologique dans une cavité des Causses. B : Philippe Renault (1925-2001) lors d’une réunion du Groupe scientifique du Comité national de spéléologie (CNS) le 22 décembre 1958 à Montauban.
Fig. 1 – A: Bernard Gèze (1913-1996) during a spelaeological exploration in a cave of the Causses plateau, France. B: Philippe Renault (1925-2001) in a meeting of the Scientific Group of the National Committee of Speleology, December 22nd, 1958 in Montauban, France.

Fig. 1 – A : Bernard Gèze (1913-1996) en exploration spéléologique dans une cavité des Causses. B : Philippe Renault (1925-2001) lors d’une réunion du Groupe scientifique du Comité national de spéléologie (CNS) le 22 décembre 1958 à Montauban. Fig. 1 – A: Bernard Gèze (1913-1996) during a spelaeological exploration in a cave of the Causses plateau, France. B: Philippe Renault (1925-2001) in a meeting of the Scientific Group of the National Committee of Speleology, December 22nd, 1958 in Montauban, France.

Clichés : auteur inconnu.
Photos : unknown author.

5Jusqu’à la fin du XIXe siècle, karsts et grottes ne constituaient pas le but des recherches : les régions calcaires étaient jugés pittoresques ou affreuses et les cavernes seulement intéressantes pour leurs remplissages solides ou liquides. La science des cavernes et du karst débute avec les travaux du français E.-A. Martel (1894, 1928) et du serbe J. Cvijic (1893, 1918). Le premier, « L’homme qui voyageait pour les gouffres » (André et Duthu, 1999), est généralement considéré comme le père de la spéléologie moderne depuis le 27 juin 1888 où il réalisa avec son équipe la traversée de l’abîme de Bramabiau dans le Gard depuis la perte du Bonheur jusqu’à sa résurgence. Son volume « Les abîmes » (Martel, 1894) et ses nombreuses publications ultérieures ont contribué à l’adoption du néologisme spelaeologie (mot inventé par le préhistorien É. Rivière ; Gèze, 1983), qui, une fois simplifié, donnera spéléologie. Le second, par ses travaux géographiques et notamment son « Das Karstphänomen » (Cvijic, 1893), fait du mot « karst » – cette région comprise entre Trieste et Ljubljana – une dénomination générique qui supplante le terme « causse ». Sa synthèse « Hydrologie souterraine et évolution morphologique du karst » (Cvijic, 1918) décline en français une terminologie (terrains karstiques, formes karstiques, érosion karstique, eau karstique, karstification, etc.), qui deviendra d’usage courant en France après sa diffusion par deux géographes. D’une part, par E. de Martonne, maître de la géographie française, qui contribua à la faire connaître par de longues citations dans son « Traité de géographie physique » (de Martonne, 1909). D’autre part, par G. Chabot, considéré par P. Renault (1992) « comme le premier vrai karstologue français ». En 1925, dans son article « Récents progrès de l’étude des phénomènes karstiques », il propose une typologie des karsts mondiaux en trois grandes classes (karsts méditerranéens, karsts des climats tempérés et karsts tropicaux), qui permet de libérer définitivement la terminologie karstique de son modèle éponyme en lui attribuant une acceptation large (Chabot, 1925). Pour C. Gauchon (1999), « l’adoption du terme karst, l’élargissement progressif de ses acceptations et la déclinaison de toute une série de dérivés ont permis et accompagné les progrès enregistrés quant à la connaissance des milieux karstiques (…) ; une étude approfondie des contenus conceptuels recouverts par le mot « karst » comporterait en germe toute l’histoire de la discipline (la karstologie) et de ses paradigmes successifs ».

6La karstologie n’échappe pas au schéma général d’évolution des disciplines défini par T.S. Kuhn (1972). Cette science évolue par étapes successives, chaque étape étant générée par l’énonciation d’une théorie nouvelle, élément majeur de la mise en place d’un nouveau paradigme (ensemble de valeurs reconnues et de techniques communes à un groupe de chercheurs). Ces « révolutions » sont suivies de périodes de « science normale » marquées par l’accumulation des savoirs et le développement technologique. « Elles aboutissent à une nouvelle « révolution » lorsqu’apparaît l’inadéquation de certains faits nouveaux à la théorie admise et que se dessine alors un nouveau paradigme » (Renault, 1990). Concernant la karstologie, il est possible de distinguer quatre périodes distinctes :

71) L’entre-deux guerres jusqu’aux années 1950 : spéléologie scientifique et géomorphologie de surface des régions karstiques. Deux élèves d’E.-A. Martel se distinguent. R. de Joly (1887-1968) initia en spéléologie l’utilisation d’un matériel plus fiable et plus efficace qui lui permit de progresser dans des cavités difficiles (aven d’Orgnac, 1935). N. Casteret (1897-1987) fut à l’origine d’importantes découvertes spéléologiques (sources de la Garonne, 1931, la Henne Morte, 1947 et la Pierre Saint-Martin, 1952-53). En géomorphologie, les thèses de l’époque – focalisées sur des régions spécifiques – sont marquées par la théorie des cycles d’érosion, suivant les conceptions de W.M. Davis (1930), relayées en France par les écrits E. de Martonne (1940) et H. Baulig (1950) : A. Cholley (1925) sur les Préalpes de Savoie, J. Blache (1931) sur la Grande Chartreuse et le Vercors, P. Marres (1935) sur les grands Causses, P. George (1935) sur le Bas-Rhône, P. Birot (1937) dans les Pyrénées orientales, R. Clozier (1940) sur les causses du Quercy, L. Goron (1941) sur les Pré-Pyrénées et P. Fénelon (1949) sur le Périgord. Les géographes français bénéficient peu des acquis de la spéléologie, d’où des interprétations schématiques où domine la notion de pénéplaine.

82) 1950-1975 : la spéléologie des records et la géomorphologie climatique des régions karstiques. À partir des années 1950, l’acharnement à s’enfoncer au plus profond de la terre pour continuer à résorber la part d’inconnu est l’expression de la motivation profonde des spéléologues. La cote mythique des -1000 m est dépassée en 1956 au gouffre Berger (Vercors), en 1966 à la Pierre Saint-Martin (Pyrénées occidentales) et en 1975 au gouffre Jean-Bernard (Haut-Giffre, Savoie). La conséquence de ces « exploits » est le renforcement de la dualité entre les spéléologues – qui décrivent de plus en plus les cavités sans se soucier de ce qui se trouve au-dessus d’elles – et les géomorphologues, qui ne prennent pas assez en compte le sous-sol dans leur raisonnement. La communauté des géographes soucieux des terrains carbonatés, réunie au sein de la Commission des phénomènes karstiques, bénéficie de nouveaux instruments de travail (photos aériennes, sédimentologie). Le renouvellement des générations d’après-guerre correspond à l’émergence d’un nouveau paradigme : l’importance des actions climatiques et orogéniques sur l’évolution des paysages. Les publications de J. Tricart et A. Cailleux (Tricart et Cailleux, 1955 ; Tricart, 1965) insistent sur l’importance des facteurs climatiques. J. Demangeot, élève de P. Birot, met en relation les phases orogéniques avec les épisodes de karstification sur son terrain de thèse situé dans les Abbruzes orientales (Demangeot, 1965). L’œuvre de J. Corbel (1957), sur les karsts du nord-ouest de l’Europe, est originale car ce scientifique est aussi spéléologue ; ses études relient la genèse des formes de surface et des réseaux souterrains. Il met aussi au point la mesure de la vitesse d’ablation karstique par les mesures hydrochimiques. La quantification par les mesures est en effet une des préoccupations de l’époque, ce qui favorise la création de laboratoires : en 1948, création du laboratoire souterrain de Moulis (hydrogéologie karstique ; Mangin, 1974 ; Bakalowicz, 1979) ; en 1970, création de l’Équipe de recherche associée du CNRS (ERA 282) d’Aix-en-Provence dont la direction est assurée par J. Nicod, auteur d’une thèse sur la Basse-Provence calcaire (Nicod, 1967) et d’une synthèse (Nicod, 1972) sur les « Pays et paysages du calcaire ». Cette dernière propose la première étude systématique des grands karsts mondiaux. Enfin, P. Renault avec sa thèse (Renault, 1967-1968), son ouvrage « La formation des cavernes » (Renault, 1970 ; notions de galeries syngénétique et paragénétique) et grâce aux liens étroits qu’il a maintenus avec la spéléologie, annonce la période suivante (fig. 1B ; Maire, 2001 ; Quinif, 2001).

93) 1975-2000 : naissance de la spéléo-karstologie d’exploration. Spéléologie et karstologie connaissent à partir de 1975 de profonds bouleversements : d’un côté, la diffusion des techniques alpines et de plongée permet la multiplication des découvertes souterraines dans toutes les zones de la planète ; de l’autre, le recours aux mesures de laboratoires spécialisés (notamment pour les datations) devient de plus en plus courant. Pour cette nouvelle génération marquée par les thèses de 3e cycle de R. Maire (1976), Y. Callot (1978), J.-J. Delannoy (1981), J. Rodet (1981) et T. Marchand (1985), les chercheurs sont aussi des spéléologues confirmés et des explorateurs. Les recherches s’étendent aux zones difficilement accessibles (haute montagne, fig. 2A ; forêt tropicale) et aux réseaux longs et profonds dont les dépôts sont calés chronologiquement par datations isotopiques (Maire, 1990). Les concepts de « piège karstique » et de « milieu enregistreur » apparaissent dans de nombreuses publications, citons l’exemple célèbre de la coupe souterraine de la galerie Aranzadi à la Pierre Saint-Martin (Pyrénées-Atlantiques ; Quinif et Maire, 1998). Les études s’intéressent aussi aux karsts sous couverture (Gamez, 1992) et karsts de la craie (Rodet, 1992). La dernière thèse d’État en karstologie est soutenue en 1997 par J.-J. Delannoy : le karst est conçu comme un géosystème combinant des formes actives et héritées et intégrant, au cours de son histoire, les conditions structurale, tectonique, climatique, hydrologique et biologique (Delannoy, 1997). Les Journées scientifiques de l’AFK (fig. 2B ; Bigot, 2010), les articles publiés dans la revue Karstologia et les thèses « nouveau régime » qui terminent la décennie 1990 (Audra, 1993 ; Vanara, 1998 ; Hobléa, 1999 ; Jaillet, 2000) tiennent compte de cette approche qui conduit à un renforcement des collaborations interdisciplinaires.

Fig. 2 – A : Les années 1980, Richard Maire, dans un gouffre de la Pierre Saint-Martin, Pyrénées-Atlantiques. B : Année 1987, les Journées de l’Association française de karstologie (AFK) à la Pierre Saint-Martin.
Fig. 2 – A: The 1980s, Richard Maire in a shaft of the Pierre Saint-Martin, Pyrénées-Atlantiques, France. B: 1987, meeting of the French Association of Karstology at the Pierre Saint-Martin.

Fig. 2 – A : Les années 1980, Richard Maire, dans un gouffre de la Pierre Saint-Martin, Pyrénées-Atlantiques. B : Année 1987, les Journées de l’Association française de karstologie (AFK) à la Pierre Saint-Martin. Fig. 2 – A: The 1980s, Richard Maire in a shaft of the Pierre Saint-Martin, Pyrénées-Atlantiques, France. B: 1987, meeting of the French Association of Karstology at the Pierre Saint-Martin.

On reconnaît, au second plan, de gauche à droite, Pierre Barrère, Jean Nicod, Jean Vaudour et Max Derruau, non loin de l’entrée du tunnel d’accès à la grande salle de la Verna.
In the background, from left to right, Pierre Barrère, Jean Nicod, Jean Vaudour and Max Derruau near the entrance of the Verna Chamber tunnel.

Cliché A : J.-F. Pernette. Cliché B : J. Choppy.
Photo: J.-P. Pernette. Photo B: J. Choppy.

104) XXIe siècle, une histoire de la karstologie qui reste à écrire. Dresser un portrait de la karstologie à l’aube de ce XXIe siècle est compliqué par la multiplication des travaux et le manque de recul. Il est cependant possible de donner la liste des thèmes novateurs qui préfigurent ce que sera la karstologie de demain :

11- La discipline est vouée à la transdisciplinarité comme le prouvent les travaux dans le domaine de la géoarchéologie (Delannoy et al., 2004 ; Bruxelles et al., 2006 ; Psomiadis et al., 2009 ; Siart et al., 2009 ; Jaillet et al., ce volume) et des géomorphosites (Hobléa, 2009).

12- Les récentes techniques d’analyse des dépôts [analyse 3D (Jaillet et al., ce volume) et imagerie microchimique par fluorescence X (Dandurand et al., ce volume)] et les récentes techniques de datation (isotopes cosmogéniques) contribuent à l’émergence de thématiques nouvelles. L’intérêt des dépôts endokarstiques pour l’étude des paléoclimats (Genty et al., 2003 ; Couchoud, 2006 ; Wainer, 2009 ; Genty et al., 2010) et des paléoenvironnements (Perrette, 2000) est confirmé par les analyses géochimiques, analyses qui permettent aussi aux auteurs (Dandurand et al., ce volume) d’insister sur l’importance de toujours replacer l’échantillon dans son contexte (« effet de site »). Un point abordé est fondamental : la meilleure compréhension des datations U/Th « justes chimiquement parlant » mais « aberrantes » si on tient justement compte du contexte géomorphologique : « L’ouverture du système géochimique pendant la diagenèse peut (…) modifier l’âge des spéléothèmes étudiés ». Cette piste de recherche est déterminante (Ortega et al., 2005) et concerne toutes les sciences ayant régulièrement recours aux datations U/Th (géologie, géomorphologie, archéologie, climatologie).

13- Les autres thèmes novateurs viennent des nouveaux regards portés sur la spéléogenèse. Jusqu’à présent, dans les traités, on envisageait un unique modèle. Un conduit karstique se forme dans sa phase incipiente par dissolution progressive des parois d’un joint ou d’une fracture permettant le passage de l’eau par enlèvement total de matière. Au début du processus, les fissures possèdent à peu près la même ouverture mais progressivement il se fait une sélection naturelle des fissures les plus larges, l’eau circulant préférentiellement dans les fentes les plus ouvertes. L’érosion va se concentrer dans les conduits les plus importants au détriment des plus étroits. La direction générale des écoulements dépend du pendage des couches géologiques imperméables de l’aquifère et de l’allure de la surface topographique. Les réseaux se structurent par captures successives sous l’effet du gradient hydraulique en relation avec une surrection et l’abaissement du niveau de base corrélatif. Conséquence logique, les réseaux situés les plus hauts sont les plus anciens. Cependant, cette ancienneté ne pouvait pas jusqu’à maintenant être datée en raison des plages d’application des méthodes de datation (par exemple inférieure à 350 ka pour l’U/Th).

14« Les glaciers ne creusent pas les grottes ». Par cette formule volontairement provocatrice, P. Audra (2007) remet en cause les interprétations de l’école française de géomorphologie, notamment les auteurs « alpins » qui « considéraient les glaciers quaternaires comme le principal processus d’élaboration des grandes lignes de paysages de montagne y compris ceux du karst (Chardon, 1984) (…) ; les réseaux étaient (…) attribués à l’infiltration des eaux sous-glaciaires et leur âge était considéré comme quaternaire ». Or les datations des réseaux karstiques par l’utilisation des cosmonucléides permettent de prouver l’ancienneté des grands réseaux souterrains : exemple pour les étages supérieurs du mont Granier : 4,3 et 3,4 Ma (Hobléa et al., ce volume). Si le regard porté sur les réseaux les plus élevés a simplement évolué, l’interprétation de ceux plus proches des niveaux de base a été profondément modifiée. P. Audra et A.N. Palmer (ce volume) mettent en lumière un nouveau type de spéléogenèse « per ascensum » apte à produire des niveaux élevés qui sont finalement plus récents que les niveaux inférieurs ! Pour les auteurs, les karsts profonds – si on exclut une origine hypogène (Audra, 2007) – peuvent être principalement attribués à des remontées du niveau de base (cf. les études mettant en relation karstification profonde et crise messinienne ; Camus, 2003 ; Mocochain, 2007). En cela, les auteurs s’opposent au Four Stade Model de D.C. Ford et R.O. Ewers (1978).

15Enfin, en ce qui concerne les prémisses de la karstification, les découvertes effectuées par Y. Quinif (2010) et son équipe (Vergari, 1996) à l’université de Mons (Belgique) étendent aux calcaires des observations qui avaient pu être effectuées par J. Rodet (1996) dans la craie du Bassin parisien. Y. Quinif et L. Bruxelles (ce volume) font ainsi état d’observations complètement inédites qui débouchent sur une théorie novatrice. Bien que répandue dans la nature, l’altération isovolume de la roche a été quasiment ignorée par la communauté scientifique. Cette spéléogenèse par fantômisation n’est pas une théorie de plus bâtie sur une habile construction mentale ; elle repose sur une succession de faits prouvés par l’observation. Il s’agit d’une pédogenèse lente et profonde (jusqu’à plusieurs centaines de mètres) faisant intervenir des processus biochimiques puis une évacuation des carbonates lorsqu’apparaît un potentiel hydrodynamique. Les enseignements et perspectives de cette découverte sont multiples (Quinif, 2010). La première thèse à avoir abordé cette question est celle de L. Bruxelles (2001) sur le Larzac. La plus récente est celle de G. Dandurand (2011) qui prouve le processus de fantômisation (Crétacé inférieur) dans la genèse du grand bassin de la Touvre, émergence qui alimente en eau la ville d’Angoulême : ce réservoir poreux très capacitif, aux immenses réserves, est mal karstifié. Cette « révolution » scientifique au sein de la karstologie aura aussi des conséquences en hydrogéologie des réservoirs poreux et géomorphologie générale.

16« La pluralité et la vie des théories sont inhérentes à l’activité scientifique » (Julian, 1992). À l’orée du XXIe siècle, la karstologie est donc riche de concepts nouveaux et fondamentaux qui sont la preuve du dynamisme de cette discipline. Doit-on pour cela rejeter les préceptes anciens qui furent antérieurement validés ? Certes non, ils doivent maintenant être reconsidérés dans les limites que leur impose l’interprétation des nouvelles théories. Par exemple, la vieille notion d’ « immunité karstique », inventée par P. George dès 1935, et qui est en partie à l’origine de la prise de conscience de la spécificité des paysages calcaires, a récemment été réutilisée en tenant compte de l’évolution des savoirs (Vanara, 2011). Espérons que ce numéro dédié au karst incitera fortement les chercheurs, et notamment les plus jeunes d’entre nous, à aller sur le terrain pour enquêter, vérifier et trouver des exemples inédits afin d’apporter de nouvelles pierres à l’édifice, la recherche n’étant jamais figée.

Haut de page

Bibliographie

André D., Duthu H. (1999)L’homme qui voyageait pour les gouffres. Actes du colloque « 1997, année Martel », 17-18 octobre 1997. Archives départementales de la Lozère, Mende, 421 p.

Audra P. (1993)Karsts alpins. Genèse de grands réseaux souterrains. Exemple : les Tennengebirge (Autriche), l’Ile de Crémieu, la Chartreuse et le Vercors (France). Thèse de doctorat, université Joseph-Fourier (Grenoble 1), 328 p.

Audra P. (Ed.) (1999)Karst 1999. Des paysages du karst au géosystème karstique. Dynamiques, structures et enregistrement karstiques. Colloque européen, 10-15 septembre 1999, Grands-Causses-Vercors. Études de géographie physique, supplément XXVIII, CAGEP, université de Provence (Aix-Marseille 1), 214 p.

Audra P. (2007)Karst et spéléogenèse épigènes, hypogènes, recherches appliquées et valorisation. Habilitation à diriger des recherches (HDR), université Nice-Sophia-Antipolis, 278 p.

Bakalowicz M. (1979)Contribution de la géochimie des eaux à la connaissance de l’aquifère karstique et de la karstification. Thèse d’Etat ès sciences naturelles, laboratoire souterrain du CNRS de Moulis, université Pierre-et-Marie-Curie (Paris 6), 269 p.

Baulig H. (1950)Essais de géomorphologie. Les Belles lettres, Paris, 160 p.

Bigot J.-Y. (2010) – Les Journées de l’Association française de karstologie. In Vanara N., Douat M. (Eds.) Le karst, indicateur performant des environnements passés et actuels. Karstologia mémoires 17, Association française de karstologie et Fédération française de spéléologie, 9-11.

Birot P. (1937) Recherches sur la morphologie des Pyrénées orientales franco-espagnoles. Thèse d’Etat en Lettres, université de Paris, J.-B. Baillière et fils éditions, Paris, 318 p.

Blache J. (1931)Les massifs de la Grande-Chartreuse et du Vercors. Thèse d’Etat, université de Grenoble, 2 tomes, 478 p. et 514 p.

Bruxelles L. (2001) – Dépôts et altérites des plateaux du Larzac central : causses de l’Hospitalet et de Campestre (Aveyron, Gard, Hérault). Évolution morphogénétique, conséquences géologiques et implications pour l’aménagement. Thèse en géographie physique, université de Provence (Aix-Marseille 1), 228 p.

Bruxelles L., Colonge D., Salgues T. (2006) – Morphologie et remplissage des dolines du causse de Martel d’après les observations réalisées au cours du diagnostic archéologique de l’aérodrome de Brive-Souillac (Corrèze et Lot). Karstologia, 47, 21-32.

Callot Y. (1978)A propos des plateaux ardéchois : karsts. Rapports fond-surface et évolutions des paysages calcaires. Thèse de 3e cycle, université de Reims, 384 p.

Camus H. (2003)Vallées et réseaux karstiques de la bordure carbonatée sud cévenole. Relations avec la surrection, le volcanisme et les paléoclimats. Thèse, Centre national de la recherche scientifique, Unité propre de recherche de l’enseignement supérieur associée, 438 p.

Chabert C., Courbon P. (1983) – Les progrès de l’exploration spéléologique. Karstologia, 1, 5-8.

Chabot G. (1925) – Récents progrès de l’étude des phénomènes karstiques. Annales de géographie, 192, 481-494.

Chardon M. (1984) – Le rôle des héritages quaternaires dans les karsts alpins : le cas des Alpes du Nord. Karstologia, 3, 12-14.

Cholley A. (1925)Les Préalpes de Savoie (Genvois, Bauges) et leur avant-pays : étude de géographie régionale. Thèse en Lettres, université de Paris, 756 p.

Clozier R. (1940)Les causses du Quercy : contribution à la géographie physique d’une région calcaire. Thèse en Lettres, université de Paris, J.-B. Baillière et fils éditions, Paris, 183 p.

Corbel J. (1957)Les karsts du Nord-Ouest de l’Europe et de quelques régions de comparaison (étude sur le rôle du climat dans l’érosion des calcaires). Mémoires et documents, 12, Institut des études rhodaniennes de l’Université de Lyon, 541 p.

Couchoud I. (2006)Étude pétrographique et isotopique de spéléothèmes du sud-ouest de la France formés en contexte archéologique : contribution à la connaissance des paléoclimats régionaux du stade isotopique 5. Thèse, université Bordeaux 1, 346 p.

Cvijic J. (1893) Das Karstphänomen, Versuch einer morphologischen Monographie. Geographische Abhandlungen, band V, Heft 3, 113 p.

Cvijic J. (1918) – Hydrographie souterraine et évolution morphologique du karst. Recueil des travaux de l’Institut de géographie alpine, tome 6, 375-426.

Dandurand G. (2011)Cavités et remplissages de la nappe karstique de Charente (bassin de la Touvre, La Rochefoucault). Spéléogenèse par fantômisation, archives pléistocène et holocène, rôle de l’effet de site. Thèse, université Bordeaux 3, 311 p.

Davis W.M. (1930) – Origin of limestone caverns. Geological Society of America Bulletin, 475-628.

Delannoy J.-J. (1981)Le Vercors septentrional. Le karst de surface et le karst souterrain. Thèse de 3e cycle, université de Grenoble, 517 p.

Delannoy J.-J. (1997)Recherches géomorphologiques sur les massifs karstiques du Vercors et de la transversale de Ronda (Andalousie). Les apports morphologéniques du karst. Thèse d’Etat, université Grenoble 1, 678 p.

Delannoy J.-J., Perrette Y., Debard E., Ferrier C., Kervaso B., Perroux A.-S., Jaillet S., Quinif Y. (2004) – Intérêt de l’approche morphogénique pour la compréhension globale d’une grotte à haute valeur patrimoniale : la grotte Chauvet (Ardèche, France). Karstologia, 44, 25-42.

Demangeot J. (1965)Géomorphologie des Abruzzes adriatiques. Thèse d’Etat en Lettres, université de Paris, CNRS : Mémoires et Documents h.s., 403 p.

De Martonne E. (1909)Traité de géographie physique : climat, hydrographie, relief du sol, biogéographie. Armand Colin, Paris, 880 p.

De Martonne E. (1940)Traité de géographie physique. Le relief du sol. Armand Colin, Paris, 2 tomes, 500 p et 1057 p.

Fage J.-H. (2009) Le mystère de la Baleine. Thalassa-France 3, 52 mn.

Ford D.C., Ewers R.O. (1978) – The development of limestone cave systems in the dimensions of length and depth. Canadian Journal of Earth Sciences 15, 1783-1798.

Fenelon P. (1949)Le Périgord, étude morphologique. Thèse de Lettres, université de Paris, 503 p.

Gamez P. (1992)Hydrologie et karstologie du bassin du Loison (Woëvre septentrionale, Lorraine). Thèse, université de Metz, 397 p.

Gauchon C. (1999) – L’adoption du terme de « karst » en France. Approche historique d’un processus lexical décisif. Karstologia, 34, 45-51.

Genty D., Blamart D., Ouadhi R., Gilmour M., Baker A., Juozel J., Van-Exter S. (2003) – Precise dating of Dansgaaard-Oeschger climate oscillations in western Europe from stalagmite data. Nature 421, 833-837.

Genty D., Combourieu-Nebout N., Peyron O., Blamart D., Wainer K., Mansuri F., Ghaleb B., Isabello L., Dormoy I., Grafenstein Von U., Bonelli S., Landais A., Brauer A. (2010) – Isotopic characterization of rapid climatic events during OIS3 and OIS4 in Villars Cave stalagmites (SW-France) and correlation with Atlantic and Mediterranean pollen records. Quaternary Science Reviews 29, 2799-2820.

Gèze B. (1983) – Karstologie et spéléologie. Karstologia, 1, 2-4.

George P. (1935)La région du Bas-Rhône : étude de géographie régionale. Thèse d’Etat en géographie, université de Paris, J.-B. Baillière et fils éditions, Paris, 691 p.

Goron L. (1941)Les pré-Pyrénées ariégeoises et garonnaises. Essai d’étude morphogénétique d’une lisière de montagne. Privat éditions, Toulouse, 897 p.

Hobléa F. (1999)Contribution à la connaissance et à la gestion environnementale des géosystèmes karstiques montagnards : études savoyardes. Thèse de doctorat en géographie, université Lumière (Lyon 2), 995 p.

Hobléa F. (2009) – Karstic geomorphosites : managing subterranean natural-cultural heritage sites. In Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) Geomorphosites. Verlag Dr. Friedrich Pfeil, Munich, 189-200.

Jaillet S. (2000)Un karst couvert de bas plateau : le Barrois (Lorraine, Champagne, France). Structure, fonctionnement, évolution. Thèse de doctorat, université Bordeaux 3, 710 p.

Julian M. (1992) – Quelques réflexions théoriques sur le karst. In Salomon J.-N., Maire R. (Eds.) Karst et évolutions climatiques. Hommage à Jean Nicod. Presses universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 31-42.

Kuhn T.S. (1972)La structure des révolutions scientifiques. Flammarion, Paris, 246 p.

Maire R. (1976)Recherches géomorphologiques sur les karsts hauts alpins des massifs de Platé, du Haut-Giffre, des Diablerets et de l’Oberland occidental. Thèse de 3e cycle, université de Nice, 458 p.

Maire R. (1990)La haute montagne calcaire. Thèse d’Etat, université de Nice. Karstologia mémoires, 3, 732 p.

Maire R. (2001) – Philippe Renault (1925-2001). Un des fondateurs de la spéléologie moderne. Spelunca, 37, 1-9.

Maire R. (2008) – Le cinéma documentaire d’exploration et de spéléologie. Karstologia, 52, 39-50.

Mangin A. (1974) – Concepts méthodologiques adoptés. Systèmes karstiques étudiés. In Contribution à l’étude hydrodynamique des aquifères karstiques. Annales de spéléologie, tome 29, fascicule 3, 283-332. ; tome 29, fascicule 4, 495-601 ; tome 30, fascicule 1, 21-124.

Marchand T. (1985)La Chartreuse méridionale : étude des grands réseaux karstiques, recherches hydrogéologiques et géomorphologiques. Thèse 3e cycle, université de Grenoble, 308 p.

Marres P. (1935)Les Grands Causses, étude de géographie physique et humaine. Arrault, Tours, 658 p.

Martel E.-A. (1894)Les abîmes. Delagrave, Paris, 578 p.

Martel E.-A. (1928)La France ignorée. Delagrave, Paris, 2 tomes, 294 p. et 306 p.

Mocochain L. (2007)Les manifestations géodynamiques - externes et internes - de la crise de salinité messinienne sur une plateforme carbonatée péri-méditerranéenne : le karst de la Basse Ardèche (moyenne vallée du Rhône ; France). Thèse, université de Provence (Aix-Marseille 1), 223 p.

Nicod J. (1967)Recherches morphologiques en Basse-Provence calcaire. Thèse d’État, université d’Aix-en-Provence (Aix-Marseille 1), 557 p.

Nicod J. (1972)Pays et paysages du calcaire. Presses universitaires de France, Paris, 244 p.

Nicod J. (2010) – Les étapes de la karstologie en France. In Audra P. (Ed.) Grottes et karst de France. Karstologia, 19, 16-21.

Ortega R., Maire R., Deves G., Quinif Y. (2005) – High-resolution mapping of uranium and other, trace elements in recrystallized aragonite-calcite speleothems from caves in the Pyrenees (France) : implication for U-series dating. Earth and planatery Science Letters 237, 911-923.

Perrette Y. (2000)Étude de la structure interne des stalagmites : contribution à la connaissance géographique des évolutions environnementales du Vercors (France) : développement et application d’une approche multiparamètre des archives stalagmitiques. Thèse, université de Chambéry-Savoie, 324 p.

Psomiadis D., Dotsika E., Zisi N., Pennos C., Pechlivanidou S., Albanakis K., Syros A., Vaxevanopoulos M. (2009) – Geoarchaeological study of Katarraktes cave system (Macedonia, Greece) : isotopic evidence for environmental alterations. Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 229-240.

Quinif Y. (2001) – Hommage à P. Renault. Karstologia, 37, 9.

Quinif Y. (2010)Fantôme de roche et fantômisation. Essai sur un nouveau paradigme en karstogenèse. Karstologia mémoires, 18, université de Mons éditions, Belgique, 190 p.

Quinif Y., Maire R. (1998) – Pleistocene deposits in Pierre Saint-Martin cave, French Pyrenees. Quaternary Research 49, 37-50.

Renault P. (1967-1968) Contribution à l’étude des actions mécaniques et sédimentologiques dans la spéléogenèse. Thèse de doctorat ès sciences naturelles, université de Lyon. Annales de spéléologie, tome 22, 5-17 et 209-267 ; tome. 23, 259-307 et 529-559 ; tome 24, 317-337.

Renault P. (1970) La formation des cavernes. Presses Universitaires de France, collection Que-sais-je, 1400, Paris, 126 p.

Renault P. (1990) – Introduction à une histoire des études karstiques. Karstologia, 15, 1-21.

Renault P. (1992) – La karstologie française de 1900 à 1992. In Salomon J.-N., Maire R. (Eds.) Karsts et évolutions climatiques, Hommage à Jean Nicod. Presses universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 17-30.

Rodet J. (1981)Contribution à l’étude du karst de la craie. L’exemple normand et quelques comparaisons. Thèse de 3e cycle, université Paris-Sorbonne (Paris 4), 426 p.

Rodet J. (1992)La craie et ses karsts. Thèse d’État, université de Paris, CNEK et groupe Seine, CNRS, Caen, 560 p.

Rodet J. (1996) – Une nouvelle organisation géométrique du drainage karstique des craies : le labyrinthe d’altération, l’exemple de la grotte de la Mansonnière (Bellou-sur-Huisne, Orne, France). Comptes-rendus de l’académie des Sciences, Paris, série II.a, 232, 1039-1045.

Siart C., Ghilardi M., Holzhauer I. (2009) – Geoarchaeological study of karst depressions integrating geophysical and sedimentological methods : case studies from Zominthos and Latô (Central and East Crete, Greece). Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 241-256.

Tricart J., Cailleux A. (1955)Cours de géomorphologie. Introduction à la géomorphologie climatique. Centre de documentation universitaire, Paris, 228 p.

Tricart J. (1965)Principes et méthodes de la géomorphologie. Masson, Paris, 496 p.

Vanara N. (1998)Le karst du massif des Arbailles (Pyrénées occidentales, France). Contrôle tectonique, climatique, hydrogéologique et anthropique de la morphogenèse. Thèse en géographie, université Michel-de-Montaigne (Bordeaux 3), 480 p.

Vanara N. (2011)Diversité et sensibilité des archives karstiques. Application aux montagnes calcaires humides. Pyrénées, Caucase et Chine. Habilitation à diriger des recherches (HDR), université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), 283 p.

Vergari A. (1996)Contraintes paléokarstiques dans l’exploitation carbonifère sur le bord nord du synclinorium de Namur en Hainaut occidental. Thèse, université de Mons, 276 p.

Wainer K. (2009)Reconstruction climatique des derniers 200 ka à partir de l’étude isotopique et géochimique des spéléothèmes du sud de la France. Thèse, université Paris 11, 232 p.

Haut de page

Annexe

English abridged version

Several French and foreign authors were asked to contribute to the present article to present their most recent innovations in karstic morphology science. To better understand the current research trends, we briefly summarise the past evolutions of the discipline. It is step by step that karstology gained its autonomy as a branch of geology. In France, three main events paved the way. (i) 1895, birth of the Speleologic Society (E.-A. Martel), FFS today; (ii) 1960, recognition of karstic specificities within a Commission; (iii) 1978, birth of the Association Française de Karstologie (AFK). This specialty got its grade through its publications: 1895, first bulletin of the Speleologic Society (Spelunca); 1945-1958, Annals of Speleology; 1971, Karstologia (55 bulletins and 19 volumes). History remembers the names of some personalities. The science of caves and karsts arose from the works of the French caver E.-A. Martel and J. Cvijic (Serbia). Afterwards, four periods are distinguished :

(i) Between the two world wars and until 1950: Developments in speleology are achieved by R. de Joly and N. Casteret, and the community of geomorphologists is influenced by the erosion cycle theory (A. Cholley, P. Marres, P. Birot, etc.).

(ii) From 1950 to 1975: Cavers go down the mythic level of -1000 m in 1956 (Berger shaft) and a growing importance is given by geomorphologists to climatic and orogenic factors to explain the evolution of landscapes (see the original views promoted by J. Corbel and P. Renault).

(iii) 1975-2000: Many new sites are discovered thanks to Alpine and diving techniques, and research is enhanced by experienced cavers and explorers who succeed in reaching remote study areas (Maire, 1990). At this time, karst is considered as a geosystem (Delannoy, 1997).

(iv) From now on: The discipline becomes pluridisciplinary and new technologies, notably for the analysis and dating of deposits (Jaillet et al., this volume; Dandurand et al., this volume ; Hobléa et al., this volume) give rise to new research topics: age of large underground systems (Hoblea et al., this volume); carving of cavities due to the elevation of the base level (Audra and Palmer, this volume); isovolumetric weathering as the first step of karstification (Bruxelles and Quinif, this volume). These theories will most probably modify the karstology science in the long run.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – A : Bernard Gèze (1913-1996) en exploration spéléologique dans une cavité des Causses. B : Philippe Renault (1925-2001) lors d’une réunion du Groupe scientifique du Comité national de spéléologie (CNS) le 22 décembre 1958 à Montauban. Fig. 1 – A: Bernard Gèze (1913-1996) during a spelaeological exploration in a cave of the Causses plateau, France. B: Philippe Renault (1925-2001) in a meeting of the Scientific Group of the National Committee of Speleology, December 22nd, 1958 in Montauban, France.
Crédits Clichés : auteur inconnu.Photos : unknown author.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/9547/img-1.png
Fichier image/png, 215k
Titre Fig. 2 – A : Les années 1980, Richard Maire, dans un gouffre de la Pierre Saint-Martin, Pyrénées-Atlantiques. B : Année 1987, les Journées de l’Association française de karstologie (AFK) à la Pierre Saint-Martin. Fig. 2 – A: The 1980s, Richard Maire in a shaft of the Pierre Saint-Martin, Pyrénées-Atlantiques, France. B: 1987, meeting of the French Association of Karstology at the Pierre Saint-Martin.
Légende On reconnaît, au second plan, de gauche à droite, Pierre Barrère, Jean Nicod, Jean Vaudour et Max Derruau, non loin de l’entrée du tunnel d’accès à la grande salle de la Verna.In the background, from left to right, Pierre Barrère, Jean Nicod, Jean Vaudour and Max Derruau near the entrance of the Verna Chamber tunnel.
Crédits Cliché A : J.-F. Pernette. Cliché B : J. Choppy.Photo: J.-P. Pernette. Photo B: J. Choppy.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/9547/img-2.png
Fichier image/png, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Vanara, « Introduction au numéro thématique : « Nouveaux paradigmes de la karstologie, mise en perspective » », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 17 - n° 4 | 2011, 341-348.

Référence électronique

Nathalie Vanara, « Introduction au numéro thématique : « Nouveaux paradigmes de la karstologie, mise en perspective » », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 17 - n° 4 | 2011, mis en ligne le 08 décembre 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/9547 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.9547

Haut de page

Auteur

Nathalie Vanara

Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) - 191, rue Saint Jacques - 75005 Paris - France ; UMR 8591 du CNRS - Laboratoire de Géographie physique - 1, place A. Briand - 92195 Meudon Cedex - France (Nathalie.Vanara@univ-paris1.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals