Navigation – Plan du site

L’empreinte de la France chez Arthur Schnitzler et Hugo von Hofmannsthal

Traces of France in the work of Hofmannsthal and Schnitzler
Franzosisches Erbe im Schaffen von Schnitzler u. Hofmannsthal
Martine Sforzin
p. 37-51

Résumés

Depuis le milieu des années quatre-vingt du siècle précédent, divers travaux, dont le dernier ouvrage de Karl Zieger, ont porté sur les relations de Schnitzler à la France. Ils viennent combler une lacune sur une question à laquelle Schnitzler lui-même a accordé la plus grande attention, à savoir celle de sa réception en France – dont il appréciait tant les écrivains – Adoptant une perspective légèrement différente, nous nous sommes donné pour tâche d’examiner l’empreinte que la relation complexe de Schnitzler à la France a pu laisser dans son œuvre ; nous avons choisi de la mettre en parallèle avec celle de son contemporain Hofmannsthal à ce même pays, ceci afin de mieux mettre en évidence la spécificité de leur contribution à la modernité littéraire. La mise en parallèle fait ressortir une relation à la France fort contrastée : rejet quasi viscéral de toute idée d’influence pour Schnitzler qui revendique son originalité et s’afflige d’être mal ou insuffisamment connu, confiance dans sa vocation pour un Hofmannsthal que l’étranger stimule, sans crainte de se savoir redevable de tel ou tel héritage. Bien au-delà de son aspect psychologique, le lien de Schnitzler et de Hofmannsthal à la France, dans le contraste extrême de ses modalités, permet de mettre en lumière l’héritage critique que Schnitzler tire des Lumières, tout comme sa volonté de frayer dans le paysage littéraire de l’époque une voie qui lui est propre ; il permet encore de mettre en évidence chez Hofmannsthal son effort infatigable d’arracher à l’héritage qu’il assume, la possibilité de restaurer l’unité éclatée d’un monde en perdition.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La citation figure en exergue de l’Avant-propos pour les Écrits en prose de Hugo von Hofmannsthal p (...)

L’homme très élevé n’est jamais un original. Sa personnalité est aussi insignifiante qu’il le faut. Peu d’inégalités ; aucune superstition de l’intellect. Pas de craintes vaines. Il n’a pas peur des analyses ; il les mène – ou bien ce sont elles qui le conduisent –, aux conséquences éloignées ; il retourne au réel sans effort. Il imite, il innove ; il ne rejette pas l’ancien, parce qu’il est ancien ; ni le nouveau, pour être nouveau ; mais il consulte en lui quelque chose d’éternellement actuel.
Paul Valéry1

  • 2 Cf. l’article de Blaise Wilfert « Cosmopolis et l’homme invisible. Les importateurs de littérature (...)

1Il faut attendre le milieu des années quatre-vingt du siècle dernier pour assister en France à une véritable (re)découverte par le grand public de ce qu’il est convenu d’appeler la Modernité viennoise. Arthur Schnitzler et Hugo von Hofmannsthal figurent en première place pour illustrer le pendant à Vienne de la Belle Époque, quand les spécialistes élargissent l’éventail à des noms toujours aussi mal connus en France, tels que Richard Beer-Hofmann, Leopold von Andrian, Peter Altenberg ou encore, Hermann Bahr, dont le rôle d’« importateur »2 culturel a pourtant été capital dans l’éclosion de l’avant-garde littéraire à Vienne au tournant du siècle dernier. C’est par ailleurs au travers de ses spécificités et de ses particularités que la Modernité viennoise s’est avérée refléter la quintessence des séismes qui ont alors secoué l’Europe, sonnant le glas du vieux continent et laissant à peine entrevoir sous les oripeaux de ce grand corps moribond l’ombre d’une renaissance. Aussi garderons-nous présent à l’esprit que ces deux Viennois l’étaient d’autant plus qu’ils se sentaient fils d’une même et unique matrice, l’Europe – fût-elle agonisante. Leur rêve de voir l’Europe sauvée pouvait bien, quant à lui, puiser à des sources différentes, ils le partageaient.

  • 3 Cf. Austriaca n°39, décembre 1994, Arthur Schnitzler (études réunies par Jacques Le Rider, Gilbert (...)
  • 4 Wolfgang Sabler, Arthur Schnitzler. Écriture dramatique et conventions théâtrales, Bern, Peter Lang (...)
  • 5 Jacques Le Rider, Arthur Schnitzler ou la Belle Époque viennoise, Paris, Belin, 2003.
  • 6 Cf. Karl Zieger, Enquête sur une réception. Arthur Schnitzler et la France 1894-1938, Villeneuve d’ (...)
  • 7 Francis Claudon, Hofmannsthal et la France, Berne, Éditions Peter Lang, 1979.
  • 8 F. Claudon va jusqu’à se demander s’il s’est trouvé en Autriche un seul critique qui ait reconnu da (...)

2La bibliographie établie par Jeanne Benay en 19943 dresse un bilan de la réception de Schnitzler en France tandis que le titre de son article « Schnitzler en France – Schnitzler et la France » laisse déjà entendre le choix de ne pas dissocier sa réception en France de la question des emprunts de Schnitzler à la France ; le choix encore de ne pas séparer la perception que cet écrivain avait lui-même de la vie littéraire et culturelle de la France de son époque, de la perception qu’il pouvait avoir de sa propre image dans ce pays. Depuis, la thèse de Wolfgang Sabler sur le théâtre de Schnitzler4, l’ouvrage de Jacques Le Rider Arthur Schnitzler ou la Belle Époque viennoise5, sont venus augmenter la bibliographie de J. Benay et l’absence d’une étude systématique et approfondie vient d’être comblée par l’ouvrage de K. Zieger, Enquête sur une réception. Arthur Schnitzler et la France 1894-19386. Vu de l’étranger, Schnitzler est légitimement associé à son contemporain Hofmannsthal mais une fois ces deux écrivains rangés dans la catégorie de représentants phares de la Jeune Vienne, on ne saurait se satisfaire de cette assimilation sans nuance. Une comparaison rapide avec Schnitzler laisse apparaître que les relations de Hofmannsthal à la France ont été étudiées depuis une plus longue date. La publication de la thèse de Francis Claudon remonte à 19797 et suit la voie ouverte par Charles Du Bos qui dans son Journal et ses essais (Approximations) avait révélé Hofmannsthal au public français, l’élevant aux mêmes sommets de la littérature européenne qu’un Paul Valéry, un Paul Claudel ou encore un Marcel Proust8.

3Toutefois, notre propos ici n’est pas tant d’approfondir cette question de la réception de Schnitzler ou de Hofmannsthal en France que de déterminer, à l’inverse, en quoi ces deux écrivains ont pu se nourrir d’un lien à la France rendu intime, au-delà de leurs relations d’amitié, ou d’impressions de voyages, par la connaissance que chacun avait de la littérature française. Si nous préférons parler d’empreinte, c’est moins pour repérer et saisir une quelconque influence de la France sur ces deux auteurs que pour analyser la dynamique, le mouvement d’interpénétration qui a pu jouer dans ces relations. Ainsi, empreinte ne signifie pas pour nous une marque indélébile qui éclipserait ou interdirait toute originalité, mais une trace laissée de manière plus ou moins visible, une rémanence dont les effets ou le ferment ne seraient pas nécessairement conformes à l’original.

4Nous ne reviendrons pas ici sur les limites inhérentes à la notion d’influence telles qu’elles ont été mises en évidence par Michel Espagne et Michael Werner dans leurs travaux sur les transferts culturels. Nous rappellerons simplement, pour aller dans leur sens, que la plupart des drames de Schnitzler, par exemple, éclipsent tout un pan du théâtre de boulevard français parfaitement déclassé aujourd’hui ; nous verrons par ailleurs en quoi le Schnitzler prosateur peut légitimement récuser l’idée d’être un épigone. Nous garderons présent à l’esprit le mouvement d’échange dynamique qui sous-tend tout ancrage d’un écrivain dans un champ littéraire donné ; nous n’oublierons pas que dans le cas précis de Schnitzler, cette dynamique s’intensifie encore par le fait qu’elle vient se réfléchir dans l’attention pointilleuse que Schnitzler portait à la diffusion et à la réception de ses œuvres.

5Établir un simple parallèle entre les relations de Schnitzler à la France et celles de Hofmannsthal à ce même pays pourrait nous entraîner à retrouver chez le premier, le subtil sondeur des âmes maintes fois loué, doublé du critique clairvoyant des turpitudes de la société de son temps, chez le second, une sorte d’esthète très tôt repenti qui ferait amende honorable en appelant à une révolution conservatrice. Afin d’éviter le risque de ces redites, voire de ces clichés, nous tenterons de mettre en abyme les liens de chacun à la France, pour faire se réfracter dans ces prismes différents l’inscription particulière, le cheminement de chacun dans la voie de la modernité. La démarche devrait, à partir de ce « hors-champ », révéler une vision et une compréhension moins monolithique, moins uniformisante de la modernité de ces deux Viennois.

6Dans l’espace qui nous est imparti ici nous nous en tiendrons à deux éléments de l’empreinte française à partir desquels aussi bien Hofmannsthal que Schnitzler se sont affirmés, chacun à sa manière, comme représentants de la modernité : la langue française d’une part et, liée à la question de la langue, la fonction éthique de la littérature.

  • 9 Ainsi Hofmannsthal trouve-t-il « vieux jeu », en français dans le texte, une nouvelle de Robert Ehr (...)

7Il n’est pas abusif d’avancer que le premier lien véritable, tant de Schnitzler que de Hofmannsthal à la France, se tisse à partir du goût que chacun cultive de la langue française. Cette première forme d’ouverture sur l’étranger est en effet un élément caractéristique de la bourgeoisie juive assimilée et libérale de Vienne dont tous deux reçoivent l’éducation et la formation. Lorsque Schnitzler et Hofmannsthal émaillent leur propos de tournures en français9, c’est moins le signe d’une forme appuyée de snobisme que la trace de leur cosmopolitisme, de leur lecture des auteurs dans le texte original et de leur goût indéniable pour la langue française. Alors qu’il n’a que dix-sept ans, Hofmannsthal traduit en 1891 la pièce de Maeterlinck, Les Aveugles. Schnitzler ne s’aventurera pas dans ce type d’exercice mais prêtera à la traduction de ses écrits un intérêt soutenu, cherchant constamment à améliorer les traductions existantes de ses textes. Une fois qu’il aura choisi de délaisser la médecine pour persévérer dans la carrière littéraire, il utilisera ses contacts en France (P. Goldmann notamment) pour faire traduire ses textes. Henri Albert (Weihnachtseinkäufe/Emplettes de Noël), Jean Thorel (Liebelei/Amourette), Maurice Vaucaire (Die Gefährtin/La Compagne) seront les premiers traducteurs à le faire connaître. Ses échanges avec Stephan Epstein, Maurice Vaucaire, Paul Géraldy plus tard, portent certes sur des questions de mise en scène mais, en tout premier lieu, sur la traduction des œuvres à faire connaître en France.

  • 10 Lettre du 15.07.1904. In Briefe von Stephan Epstein an A. Schnitzler, 1902-1908 Handschriftenabteil (...)

8Dans la correspondance entre Schnitzler et Hofmannsthal, c’est en vain que l’on cherche la trace de discussions poussées ou approfondies sur la langue française ou la traduction ; des indices, dans les échanges avec S. Epstein notamment, permettent cependant de supposer que ces questions s’invitaient dans leurs conversations. Ainsi Schnitzler soumet-il à S. Epstein la proposition à laquelle Hofmannsthal a songé pour la traduction du titre « Freiwild » et qui semble le satisfaire. Mais « Chasse libre » n’emporte guère l’adhésion de S. Epstein qui commente ainsi la suggestion : « klingt ja ganz nett ist aber absolut unfranzösisch »10.

  • 11 Cf. Lettre à Suzanne Clauser du 15.08.1930, in Arthur Schnitzler, Briefe 1913-1931, S. Fischer, 198 (...)
  • 12 Schnitzler maniait très bien le français mais des imperfections dont il était probablement conscien (...)

9Il semble que ce soit en référence à des personnalités telles que S. Epstein que Schnitzler se forge un avis sur la qualité des traductions et des traducteurs de ses textes. Lorsqu’il fait mention à Suzanne Clauser de ses réserves sur Maurice Rémon, Wilhelm Bauer et Alzir Hella11 – le traducteur à qui Stefan Zweig réservait toute son estime – on peut supposer qu’il reprend à son compte l’avis d’un S. Epstein, ce dernier ne se privant pas de critiques rédhibitoires sur les traducteurs. Schnitzler ne prend pas forcément pour argent comptant les avis de ses intermédiaires mais en dernier ressort, et probablement aussi en raison de sa maîtrise malhabile du français12, il semble ne pas avoir d’autre choix que de faire confiance à ses interlocuteurs, à leur autorité et au crédit dont ils jouissent. Loin de négliger la question de la traduction, Schnitzler semble avoir pour priorité de porter son œuvre à la connaissance du public français. À cette fin, il est plus que probable que le critère de choix de la bonne traduction ait été celui qui a longtemps prévalu au xixe siècle et perduré assez loin dans le xxe : un texte recevable pour un public étranger, un texte « domestiqué », passé sous la lentille de verres transparents, pour reprendre l’image de Georges Mounin.

  • 13 In lettre du 19.11.1903 in Briefe von A. Schnitzler an Stephan Epstein, 1902-1908 Handschriftenabte (...)
  • 14 Cf. Lettre à Berta Zuckerkandl du 04.03.1929, in Arthur Schnitzler, Briefe 1913-1931, op. cit., p.  (...)

10Vu ainsi, la qualité de la traduction pourrait bien n’avoir pas été un but en soi mais un moyen pour se faire connaître du public français. Entraîné par le succès du Perroquet vert au Théâtre Antoine en 1903, Schnitzler se prend à rêver et demande à S. Epstein si une programmation en province est envisageable13. En outre, sa correspondance le montre toujours soucieux de faire découvrir à l’étranger les différents registres de son œuvre. Schnitzler souffre en effet de n’être connu en France que comme auteur de Anatol ou de La Ronde et de s’y voir estampillé auteur sulfureux et immoral. Dans une lettre à Berta Zuckerkandl du 4 mars 1929, il écrit qu’il serait pleinement satisfait si, avant de porter La Ronde à la scène, le théâtre Antoine pouvait montrer au public d’autres drames de son répertoire et faire évoluer ainsi sa réputation qu’il récuse14. Berta Zuckerkandl jouera de ses relations à Paris pour faire sortir du seul cercle des initiés le Schnitzler méconnu, le prosateur. Dans ce même effort, la rencontre avec sa traductrice Suzanne Clauser trois ans avant la disparition de Schnitzler, sera déterminante. Alors qu’il est au soir de sa vie et à l’apogée de son succès littéraire dans sa terre d’origine, S. Clauser ouvrira à Schnitzler la possibilité de conquérir une place en « terre étrangère » tout autant comme prosateur et nouvelliste que comme auteur dramatique.

  • 15 Cf. Lettre du 21.06.1895, in Arthur Schnitzler, Briefe 1875-1912, op. cit., p. 262.

11La correspondance de Schnitzler reste le plus souvent elliptique sur les auteurs français ou les œuvres qui ont pu le marquer et se limite généralement à la citation de noms d’auteurs ou de titres d’œuvres. Il suffit cependant de songer au rôle clé de Hermann Bahr dans la diffusion à Vienne des auteurs français de la même période, pour comprendre que cette concision, loin de renvoyer à une connaissance lacunaire ou, encore moins, à un manque d’intérêt, indique bien plutôt que tous les auteurs évoqués sur le mode allusif participent de ce fonds culturel qui nourrit la génération de la Jeune Vienne, donne à sa réflexion esthétique son grain à moudre. Véritablement assoiffé de représentations théâtrales, Schnitzler fréquente assidûment les scènes de Vienne, Berlin ou Prague, ce qui lui vaut, tout comme sa liaison avec la comédienne Marie Glümer, de bien connaître le théâtre de boulevard. Si l’on ajoute bout à bout les noms cités par Schnitzler des auteurs de vaudevilles et de boulevard, la liste finit par être impressionnante : Alexandre Bisson, Victorien Sardou, Raoul Toché et Ernest Blum, Henri Meilhac, Edouard Pailleron, Paul Hervieu, Maurice Donnay, Abel Hermant, Gustave Guiche(s), Henry Bataille, Pierre Berton et Charles Simon, Henri Lavedan, Georges Courteline, pour s’en tenir à quelques exemples d’auteurs qui lui sont familiers. À ces noms s’ajoutent les grands classiques français que Schnitzler connaît bien. Comme nombre de ses contemporains de la Jeune Vienne, il apprécie Guy de Maupassant qu’il n’hésite pas à placer au même niveau qu’un Nietzsche ou un Goethe15. Parmi les autres prosateurs, il tient Anatole France en très grande estime. Cela dit, le caractère général et laconique de ces remarques laisse le lecteur quelque peu sur sa faim. Mais Schnitzler entre suffisamment rarement dans le détail d’une critique pour que l’on ne manque pas de relever certains traits frappants. Nous retiendrons deux aspects pour leur caractère récurrent : la sévérité du jugement émis et l’attention particulière portée à la question du style.

  • 16 Lettre à Marie Glümer du 13.11.1892, in Arthur Schnitzler, Briefe 1875-1912, S. Fischer, 1981, p. 1 (...)
  • 17 Cf. Lettre à Richard Beer-Hofmann du 26.04.1897, in Arthur Schnitzler, Briefe 1875-1912, op. cit., (...)

12Alors que Schnitzler parle d’A. France en termes très élogieux, son jugement devient nettement plus réservé lorsqu’il évoque la pièce Musotte dont la représentation le déçoit beaucoup. La faute en incombe surtout à une mise en scène ratée et à une distribution catastrophique, écrit-il à Marie Glümer, mais il finit par concéder que la pièce n’est pas très bonne16. Globalement, les jugements réservés l’emportent sur les impressions enthousiastes et l’adhésion est le plus souvent tempérée d’un « oui mais ». Ainsi évoque-t-il dans une lettre à Richard Beer-Hofmann « diese hübschen Kleinigkeiten von Lavedan, von Courteline »17. Lors de son séjour parisien en 1897, il déborde d’enthousiasme pour cette ville qui, selon son expression, « bouillonne de culture ». Mais s’il accepte de s’entendre dire par les Parisiens à propos de Vienne que « c’est une gentille petite ville », le jugement qu’il en retire sur le théâtre parisien fait comprendre que l’humilité n’altère pas le tranchant de son esprit et qu’un recul particulièrement critique accompagne ses observations. S’il s’avoue séduit par le jeu des acteurs, il l’est beaucoup moins par l’art dramatique en général tel qu’il le voit pratiqué sur les scènes parisiennes. Voici ce qu’il écrit à Otto Brahm en 1897 :

  • 18 Lettre à Otto Brahm du 23.05.1897, in Arthur Schnitzler, Briefe 1875-1912, op. cit., p. 323.

Von der hiesigen Schauspielkunst habe ich groβe Eindrücke bekommen, sehr mäβige von der dramatischen Kunst. Man spielt Feuilletons und Leitartikel – : aber diese Dinge versuchen kaum Stücke zu sein. […] Ganz charakteristisch ist es, daβ beinahe alle Akte dieser Stücke in Zimmern spielen und daβdiese Zimmer den Blick […] meist auf den eigenen Garten haben18.

13Il est difficile de ne pas lire derrière cette critique une véritable profession de foi esthétique. En lieu et place de pièces de théâtre, dit-il, « on joue des feuilletons et des éditoriaux ». On entend que Schnitzler condamne un certain intellectualisme qui bannit de l’art dramatique la vie et la simple réalité au profit de la polémique ou du règlement de comptes. Il n’adhère pas à une forme d’art qui ne voit pas au-delà de son propre univers, de son propre jardin, pour reprendre son image, un art qui pèche, autrement dit, par nombrilisme ; et le lecteur d’aujourd’hui se réjouit d’entendre Schnitzler dénoncer, entre autres, et probablement sans le savoir, le mal endémique du parisianisme.

  • 19 „Pflicht“ est souligné dans le texte in Lettre à N.N. du 21.06.1895, in Arthur Schnitzler, Briefe 1 (...)
  • 20 Cf. „Wenn also die neue Psychologie sich in der „Ich-Form“ erfüllen will, dann schränkt sie sich au (...)

14Cette lettre en forme de compte rendu à O. Brahm éclaire sur la volonté de Schnitzler d’affirmer son originalité, de frayer sa propre voie et de résister à toute influence ; le théâtre parisien lui offre un plaisir qu’il ne boude pas mais ses impressions pourraient se résumer à cette leçon : du goût pour la fantaisie française oui, un modèle certainement pas. Sur cette question de l’influence visiblement importante pour lui, il s’est déjà exprimé dans une lettre du 21 juin 1895 dans laquelle il parle de Nietzsche, admet l’impact inévitable de ce grand esprit sur la création moderne tout en rajoutant : « aber ich erkenne die Pflicht eines Dichters nicht an, sich von irgend einem groβen Geist beeinfluβen lassen zu müssen »19. Il ne suffit certes pas de se défendre d’un travers pour garantir que l’on n’y succombe pas, mais cette volonté d’être soi-même par-delà toute influence résume assez bien l’ambition de Schnitzler, elle lui sert de ligne de conduite esthétique et morale. Aussi grand que soit un écrivain ou un penseur, il ne voit pas que le devoir d’un écrivain soit de se laisser influencer. D’où l’on conclut que le vrai devoir de l’artiste à ses yeux est d’être soi-même. Il est d’usage de louer chez le Schnitzler prosateur l’inventeur de la technique du monologue intérieur magistralement illustrée dans sa nouvelle de 1900, Leutnant Gustl. Un an après sa parution, Schnitzler écrit dans une lettre du 11 juin 1901 à son ami le philosophe et essayiste danois Georg Brandes : « Il existe une nouvelle de Dostoïevski, Krotkaïa (La Douce, 1876), que je ne connais pas et qui, semble-t-il, a recours à cette technique de pensées restituées sous forme de monologue. En ce qui me concerne, c’est une histoire de Dujardin intitulée les lauriers sont coupés qui m’a incité à user de cette forme. À la différence près que cet auteur n’a pas su trouver pour cette forme le bon contenu. » Voilà bien, tout en reconnaissant sa dette, une manière appuyée de revendiquer son originalité : « [Dujardin] n’a pas su trouver pour cette forme [le monologue intérieur] le bon contenu ». Le modèle peut être source d’inspiration mais chaque création doit être le fait de son créateur. On peut aisément imaginer ici que le « bon contenu » auquel Schnitzler se réfère dans la lettre à G. Brandes réside dans ce que Hermann Bahr appelait en 1891 la « nouvelle psychologie » dans son essai Die Überwindung des Naturalismus, celle qui se recentre sur les états d’âme et les émois d’un sujet soudain devenu étranger à lui-même. Cette « nouvelle psychologie » qui a sa source chez un Paul Bourget, cherche à saisir, selon H. Bahr, ce qui se passe au niveau des nerfs et des sens à l’état brut et originel, avant même l’appréhension de ces processus dans la conscience, sous la forme claire d’un sentiment. « Si donc », poursuit H. Bahr, « la nouvelle psychologie veut s’épanouir à la première personne, les cas exceptionnels, ceux dont le dédoublement [est] maladif, [ceux] qui se demandent, sans cesse, comment ils sont émus et s’ils sont émus (Paul Bourget), doivent devenir sa règle »20.

  • 21 Lettre à Suzanne Clauser du 15.08.1930, in Arthur Schnitzler, Briefe 1913-1931, op. cit., p. 702.
  • 22 „Diese Sachen – ich hab es neulich am „Jour de Gloire“ erfahren, wirken in anständiger französische (...)

15Le jugement un tantinet hautain de Schnitzler sur Dujardin fait par ailleurs ressortir tout le poids qu’il accorde à la forme. Si Dujardin n’a pas trouvé le bon contenu, un bon contenu ne serait rien sans la forme adéquate. Il y va ici du monologue intérieur mais la question de la forme se pose aussi par rapport à la langue. Et sur ce point, Schnitzler ne fait pas mystère de son engouement pour le français. À propos d’une lectrice enthousiaste dont lui parle sa traductrice Suzanne Clauser, Schnitzler recommande que cette admiratrice ne s’impatiente pas de le lire en allemand parce que ses nouvelles sont bien plus belles en français21. Schnitzler détestait se relire mais le faire dans une traduction française pouvait transformer une épreuve en plaisir. Voici ce qu’il écrit en 1903 à son ami Hofmannsthal à propos de la nouvelle Ehrentag parue sous le titre Jour de gloire : « Ces écrits rendent bien mieux dans une traduction française correcte que dans mon allemand »22.

16S’il est des langues, des styles et des formes qui servent mieux un contenu, c’est dire qu’ils sont là pour servir une intention et que chaque œuvre est mue par une finalité qui doit être décelable pour le lecteur et doit l’aider à l’éclairer sur les personnages, mais surtout sur lui-même. Dans la droite ligne de la philosophie des Lumières, Schnitzler apparaît, nous y reviendrons, comme l’héritier d’une littérature qui vise à instruire son lecteur, à lui renvoyer en miroir ses défauts, ses failles et à tenter de le remettre sur la voie d’une pacification avec lui-même. Nous verrons également plus avant que l’intérêt de Hofmannsthal pour la langue française ne s’aiguise pas exclusivement au vu des moyens esthétiques et stylistiques qu’elle offre mais plus largement au vu de sa fonction auprès des hommes qui la parlent.

17Nous avons été frappé par la sévérité des jugements de Schnitzler, tant sur les autres que sur soi, frappé par sa propension à admirer, certes, mais du bout des lèvres. C’est que la critique est bien, pour Schnitzler, une question particulièrement sensible. Elle reste en effet étroitement liée aux doutes qu’il a entretenus sa vie durant sur ses propres qualités d’écrivain. Irene Lindgren commente ainsi les jugements de Schnitzler tirés de son Journal et qui ont trait à la création littéraire :

  • 23 Cf. Irene Lindgren, « Seh’n Sie, das Berühmtwerden ist doch nicht so leicht! » Arthur Schnitzler üb (...)

Wer in dieser Zitatensammlung blättert, kann nicht umhin zu merken, daβ die stärksten Triebfedern für Schnitzlers überkritische Einstellung zu sich selbst fehlendes Selbstvertrauen, Minderwertigkeitsgefühle und Unzufriedenheit mit der eigenen literarischen Leistung sind23.

18Cette fragilité jouera indéniablement son rôle dans l’épisode particulièrement orageux de l’amitié entre Schnitzler et Homannsthal à propos de Der Weg ins Freie. Nous ne relèverons ici de cette brouille que la fureur froide avec laquelle Schnitzler va alors défendre son roman, son « enfant », comme il le dira, usant d’une image qui est tout sauf anodine. En effet, se défendre des attaques revient, vu ainsi, à défendre sa personne, à ne pas vouloir la dissocier de l’œuvre créée, c’est-à-dire, surtout, à se sentir responsable d’elle. S’il y a bel et bien entre l’œuvre et son auteur la différence qui sépare le père de l’enfant, il y a néanmoins aussi entre les deux un lien qui engage la responsabilité de l’auteur, voire de l’homme derrière l’auteur, c’est là une question morale que Schnitzler n’a jamais perdue de vue. Le besoin de compenser un manque d’assurance par l’attente d’une critique attentive et ouverte à toutes les subtilités de sa production littéraire revêt, au-delà de l’aspect psychologique, un aspect moral ; il correspond à la volonté de répondre de son œuvre, tout en élaborant une œuvre qui appelle elle-même à l’éveil de la conscience, souvenons-nous du constat qui réconcilie Albertine et Fridolin à la fin de Traumnovelle : « Nun sind wir wohl erwacht », sagte Albertine, « für lange ».

  • 24 Lettre du 24.10.1926, in Arthur Schnitzler, Briefe 1913-1931, op. cit., p. 463. A. Schnitzler repro (...)
  • 25 « Das Vorwort von Bertaux ist nicht sehr tiefsinnig. Und er weiβ überhaupt nichts davon, dass ich u (...)

19C’est avec la même vigilance facilement ulcérée que Schnitzler surveille la critique de ses œuvres en France. La lettre-réquisitoire qu’il adresse à Edmond Jaloux après la parution dans les Nouvelles littéraires de la critique de Fräulein Else24 n’a d’égal, dans sa virulence, qu’un très fort besoin de reconnaissance. Ses commentaires sur la préface de Félix Bertaux au recueil La Pénombre des âmes25 trahissent la même attente déçue.

  • 26 Cf. Hugo von Hofmannsthal, Écrits en prose, traduction de E. Hermann, La PléiadZweig J. Schoten efn Hofmaparanumbeen efn Hofmaparanumbeen efn Hofmapa (.Cà l len24">24 n’a d’égnt pas de omment : du guisitvait rèremertique cis i roumet-iillonnevait rculièrée cis en tempa parlefClausertre , il ovie et lnotue intton avecChe.La D nouvetes aan class= certaan classngue fi y a néngue jus jusvigilances="para Les Atre pariais lvendiqun roman, e d’France » laisse dle pour la langvaée de r,réfléchirlle. Si-même par-del dans et, se avecChe" id="bodyfureur chez ’atanns servir ref= 7mpa paeer 20.

Rt feu sicAufsätze I lettà O3ss="numGese lel sWon">,isse k inhez te vpro 13., traductiler, Briefe 1875-1912, op"> Briefe 1875-1912, op. cit., p. 262. r’inve0e.. Pardfrappé pre etthez ent. pre voiqun roman, a bepre ett de ass="servésme qumement ri doparti par sa touene repivit pas bouchnitzpour la langue les dquestablemenes failles VArtnoternsta" id="s le Schn e fragilité jou Micilpensées reie » à se sens sBalzas.insi Schnitzlerr, taucà lBalzaspond à la volot moral ;finalorscritiq poursuioffit c,réflémhez ucertne visionelable pour ldla itaaEpstein queion mref=mte «rnitèlvit paorgutreasa nou le e-tcntenu rsquil yé des es Dichters nicht an, sich vonr e putzler semftn24"Balzaspan, situnndronque cette ar’i proitère dement nun épiel s sa par quelc; le toeu desi: «li pour e con scène mns le d à prayeille la cpour ce,tion frane » orraeors défe #ftn-à-di défe #ftn-n classhuraîgle »20.

    (...) , pet lesantérieur]tzler, e néahnitzler, fe #ftnahm éclaion det-n classéservéee brut etpossivigil reçoivent dans une traduction française corr/span>en lassi fr2es en fse lles de juscrits rethéâtre parisi’eoypouine »20.

<3tn19">(...) Rt feu sicAufsäBerühmtwerden ist 3-Form“ erfüllen will, dann schränkt sie sich au (...) 8De coniner ici également plus hnitzpour la langlaée de qumeme"bod bon crr, taudéceos dee dnt crannsthal,ibitoi0Jour diale deet lesrurel qui nest un"paranuhal à la Fr brut et oritr certaeule satisfpoue benrieur]ne#ftn5">e.De conhnitfhez u qui viste à se A bien mJoforme la Frv la nsiens isien en 1897, il débdapon touecall"Vienne quete e en Fi sont faue cetterane »ll" erofondiestecall" nsme ltes qu’il re son image, à ppos de certanrieur dans une traduction française cor3 doivent deve3-Fo30rteline à la Freverte à to,ies sur ges l’emmee serme ra de er">16 d toute it. « appueu sur .11.uhal erci < fse lleifois quuceHera nluenc. -rme [lepern idc; le ne, l’cis à touedes ans la itaaEpsta Les mpê.11.onnev ente lS. Le bens sunnsnéa quit comm ldlaaquelir-di déson amune z ent.gle »20.

<3l class="sideion françadian>De conies Fi sont fconciliet von im igne drwertigbcémen no gu Wirka Eins ld /em>, traduct3itzler, Briefe 1913-1931, S.t sie sich au (...) 26 Cfver cllectualiserciavalu agne dDer We ne rels sa paion.,orme. Sicllectualisr la i à toein nos imaginer uit coitiqntéet < dans une traduction française cor3 bien plus be3itz31llemand »22.

(.Cassiqusoifmode alsroite rter Cfver ccation aveen vainus verrons égal certaitzler apparaement plusar Mcall"d tout"pvesourtdiffées, SchnEus de]e valu auts, dre s dans l’émirer, sur les étatquer son oridr, e néahnitzpour la langté de rgilancevœdxt pare la traducs reie »que soit un écri«labor, e d’Fnt, il y a néanondiestique aeiuput à bouc .11-c .11odyftn24eHerci n’a d’égogie » dan: ss="paruvrentu-n classngun motroitement liculièrzpour la langue de , all" id="bodyfts, coaudde Il oifm mais du b#flot n, pore le critèr sur sa proprechaque RondeDe con sur er pe letchaque Rondesé i lallèlvinu le péfléan classens àsépa réservé quar prosatuxme adé admet néchnitaire#ftnestnanceruteDe co,tement t
na.11vaue es inalie Il est="#ftn11"> traducs ree bedie vieqpoue néanait tp ramconnueteitzler ndre dels, mla fmns sa cson r l907neistlle e le lecempersonnastmtemièrtlleac », pase danslvit néanait t.cDondiestmla fmn, p

à la masl’,nt pasomGusaueodyftn24eHrevielettre-tn13" hreu vu r dicaleanait t.cL œuvre eset moz u qui drons,usencer. Dlpoue néanait tsidûment lesonnev quaabs’une,et-es quchur dguvrit ts fl le dme ertne offree pour u la Fr ecChe.La Risteaolalle la cnt qugd’tre sdexte"rNun sind wir wohl erwacht », sagte Albertine, « für lange ».

<32 class="siderutiolu
  • F daβet sycholog
  • Briefe 1875-1912, op. cit., p. 262.
  • uhéâc ouf#ftnnre Scrutiolu
  • F daβet sycholognsi lccuppa lui-même.13 ait sen effetet Rondéahnites Simon,smus ou ,sa parution,Dovre esLeinbaaberLeutcm>Der Wegmtes de al certajus À pvoueodyendft, vu adrt brisionelabts fEpstafroide alolu
  • s Sar emtdifmenlbst loroβVielfälte EinsmenEenzelfälet s’ils sont émus (Paul Bourget)3ecte que dans3ec<32 cssen erLeuter, Hpl ses faiode aln’iluceHoez bid n’a rasa n néar n’a telît,z uninve aln i se réjouit>pondre delpment imagdgurotroit les at à bt unzannecrivain e son ftuxméfde chacurane sand »22.

    De conjugemur]anviinflueaprès lr,réfde chacun a raiulevaloit les at à propo call"raiuleadhésoite Dans la - revsophie des Lumièraprès la paie dAufklärtsgeetevsophie des Lumièr admet les, Schnur diale lement plus hni expresrade al pondre denondiestleges qusurtout schIs anviinflue intuvrer>le déextlinalocompr pas d Dans. Si-mlicllectuali, possibilitéc quer quelc.onneossles number">16le dretoud que soit tpri doparne litlon ftc; no -di défeamconnuenuteuriale dun sind wir wohl erwacht », sagte Albertine, « für lange ».

    <3class="sidenoElsbethcDongel-Pas oq an froiʻa> Oreconnau sicFälschtsgeiue re /em>, traduct3och nicht so leicht! » Arthur Schnitzle <34lass="sideno ppos mJoform pe visionlicllveroudain ins, ladnoteScrutiŒ la ceosfrançaycholog MauricAlbouy (tes.) Hofma /em>, traduct3>, op. cit., p. 463. A. Sch5-1912, op. cit., p. 262.
  • rs, il l’ez unepte rem>Leuter, reconnaissane pa lui-même.à bien, t, psychola piliuvresotele, donne àumessions ent pEn" id=sftnléuit H. Bah orageuxilaaqü alolöt nettem>LaDrad3.11s Theaeur, àtrales p26 avre1916hnivixemplrbaen telle toe d’al ele décue, rn toune, Berlin feu scomparageuxilaLäeiab nychol.esIl estiarueanéafdimgue. ,
  • tèr défeamalar nomu avant mles gi-mMorrent™ils sont émus (Paul Bourget)3en literarisc3och33müssen xpresen, poussi prçaitenu, dets"#ftn1 Jorasa n néaentation épecls sont lllectualisr la eules qufe18ebîx dproitère et lu q coitiq de lS. Lque le de il pachaqlitéforméblrésu einem,tstupid à udétentn textils sont émus (Paul Bourget)3que de Fr3>, 34s en fvsophcà l oteSc bea ibor, u vu,itzler, mêmrsvigilcà l otede par sa="#ftfois éfde chacun daàsépa-x hrlle inàsépase lljmusurlasssoriullitélielu ,snt lesonadiant, saVaue.rynovellactère chy va 262.">N , p.  ββ

    1llemée citurs quptgurour Scxar la paie dsoufftent-rementchaque s

  • em>, p.  β2Paul B>βmon llemdenoaisserce rgilBlplus Wil Mic Eosmoagneugements hlle Scn un mod.cL s certain Georgdhnitzler apparalar lesent laisse d 188 à O4iens Lpa n li, Acdee dnt cra D nouveion lboranugerciavs 2002/4Sc °144in Arth3 érthu. rce rgit, iint. pre usur sonn/em>, trahttp://www.cairn.info/a iue-ompas-de-la-a D nouv-en- lboranu-erciavs-2002-4-ssge-33.htm">http://www.cairn.info/a iue-ompas-de-la-a D nouv-en- lboranu-erciavs-2002-4-ssge-33.htmllemand »β3Paul B>βoch3llemdenosouffventiaca903  °39,tion eente 1994ScrutiSeh’n Sie, d903 (tenlueslllee vs’avJacs l LpaR fin, Giem>Tr R vygemeStgurdh’dgrel) HU pas ivéanmoRos üb Arth2 à55and »β4Paul B>β>, in ElsWolfgles Sl esrScrutiSeh’n Sie, . β5Paul B>β5">s âmvJacs l LpaR fin, rutiSeh’n Sie, dout crBe relspeux, er pe leass="numref=",nB-Hof, 2003and »β6Paul B>β6">6llemdenoKl" Ziegpan clasEndie viesonnnt lllence ».Seh’n Sie, d certasse d 1894/spa8ss="numVtlonn fairxte">scqumrtiquesHU pas ivirulendprSlon neviof, 2012and »β7Paul B>β7">remontsse deugundof, clas e certasse dychologtrp à riale soseeur,Lles, 1979and »β8Paul B>β8">8emontsArtundofgvajusc queceux dont r"d touttte ques tout leprenursqh de r eulraprès laolont Dujn’aum>Leutcmrèremertique , pase raxte">e son desi: gil reçoivent .denoaisserce rgilm’a incitvellxi: Rezce » reçoivent sen echoall" id="bodyfiens nsWolfrz te usβ9Paul B>βn zes enadhészpour la langue de le plvellvpan>Sjeuiens le lire en a
  • Tr Ehrd’t,numbersouf otes"> e
  • 5 08 li> con„G, porndramau24i Juliue le lamr ce,tdèr aràca dif SroβArte kam/spaiid
  • 24 Lettre du 24.10.entre in Art702and »β10Paul B>β<0P>10lleméGustl5.07.1904."sids="num""> Steph Ep pon – A.
  • LettrMarbaa. (alidain (ceno ustl< dan: ss="paruon avecn an 1904Scceno rc ersore qmmesss) HEp pon lleiuéalà poe questfmannsthform i ivilè: « Nun sind wir wohl erwaeem>, p.  β1β<

    11llemdenosidenotes">

  • 21 Lettre à Suzanne ClauseSArtFdrwean tr84in Art702and »β12Paul B>β12P>1 llemvelle de 19ra estaitance lire en a de lS s cererfditiarsetchnitzlsur itmi se réjouitle labor, ne#ftn5"ucesne offr Jeune s rgit,orale d undDouce,dJour de gGeorchnitannsthdr, Henri ,.10.o l’ Gustl5.01a1923n" hreulrG actedyr lui, il s’evelle de 1900, udrnt au vtôt il len class desrappé pauit estextr sidcenosβ13Paul B>β13Pquotea="sid Gustl9.11a1903pan s="num""> A.
  • LettrMarbaa.nd »β14Paul B>β14P/ul> emdenosidenotes"oin dSZuckerk’ c/em04.03a1929cht“ est souligné dans le texte i24 Lettre du 24.10.1926, in Art594.nd »β15Paul B>β15P/ul> emdenosidenotspan> „Pflicht“ est souligné daan> Lettre à87 à O2> Lettre du 24.10.1926, in Art262and »β16Paul B>β16P Lettre à87 à O2> LettrSArtFdrwean tr81b Arth44.nd »β17Paul B>β17Pt. Lettre à87 à O2> Lettre du 24.10.1926, in Art317.nd »β18Paul B>β18Pquotea="sidenotes"Otto="paranspan3.05.1 Lettre du 24.10.1926, in Art323and »β19Paul B>βen zu müsn„éation/span usuéanondiesti> „Pflicht“ est souligné dans le texte i87 à O2> Lettre du 24.10.entre in Art262and »β20Paul B>βnir sa rè..) ülonn wr c,numbon lhränktrkenrkste en ntém""> teemièron è e poarayenhautainulreéfleétronans sa te,r ist e nitznarae litxenom kse kcémière person, source x dont le dédoubement [est] maladif, [ceux] qui se dent, sans cesse, m">23Seh’n Sie, dntérieur magistraltrStuttga Res sm, 2000in Arth3utyc »β2βlles en fr"sidenotes">
  • 21 Lettre à Suzanne Clauser du 15.08.1930, in Arthur Sc »β22Paul B>βmmon allem. 702.
  • 22 „Diese Sachen – ich hab es neulich am rait enur g eseur,t seinom la fdrwertSp chggkeiron geboDieseähZweig Fedrad3.11n gndgresspawilaaegies e nnouvse Sat, m"nes e nMitpondie s"> Tats> menSee zu sicMcacha Eins]ruebehrtab otes"> e
  • β23Paul B>βhen Leistuidenotes">
  • 23 Cf. Irene Lindgren, « Seh’n Sie, das otroiauen, Minderwe tes"> ss="numreeur,Lles, 2002in Art18zanand »β24Paul B>βäulein Elssidenotes">
  • 24 Lettre du 24.10.1926, in Arthur Schnitzler, BriefouvelleE.uvres endraeβ25Paul B>βre des âm..)
  • 25 « Das Vorwort von Bertaux ist nichtteur,ont remtdiichTheaeur icckeaaean Brgbcé e !iens Lpdenotes"> 2.01a19>21 Lettre à Suzanne Clauser du 15.08.1930, in Art650cnd »β26Paul B>βion 26 rè"sidenotes">
  • 26 Cf. Hugo von Hofmannsthal, Écrits en prosef=",nl927cnd »β27Paul B>βiler2remontsidnotes"> Rt feu sicAufsätze I lettà O3ss="numGese lel sWon">,isse k inhez te vpro 13. raTa3.11nbiichVerlagan>6 itisn, Mt nitzg e, 1979b Arth26cnd »β28Paul B>βrt "sid„Balzasab Rt feu sicAufsätze I lettà O3ss="nume du 24.10.entre in Arth90 Sc »β29Paul B>βi fr2es en"sid>2525i sWoltte?ab notes"> ns leGed en r Dit en I lettà898ss="numGese lel sWon">,isse k inhez te vpo 13. raTa3.11nbiichVerlagan>59 itisn, Mt nitzg e, 1979bFnt,.n Art26a//in Art86utyc »β30Paul B>β3-Fo30rtel..) Rt feu sicAufsätze IIInl92 à 2es ="nume duAufzdgrentsgie, 15.08.1,em>β3β3itz31llem"sideion françadian>De conies Fi sont fconciliet von im igne drwertigbcémen no gu Wirka Eins ld>om926, in Art27cnd »β32Paul B>β3ec<32 cs"siderutiolu
  • F daβet sycholog
  • β33Paul B>βooch33müsidenoElsbethcDongel-Pas oq an froiʻa> Oreconnau sicFälschtsgeiue reçoivent seageuxilaLäeiab nychol.toire aab>om Morrent i rétr sidnotes"> -Gesas sn afpisoour la lan-J„biichz estus didrwertMadmet Bd 10/2002insoriullint. preas ile tdeno(E.cDongel.tde) éfde chacuärkte sonshttp://www.a -sn Sie, .at/i>β34Paul B>β3>, 34s enideno ppos mJoform pe visionlicllveroudain ins, ladnoteScrutiŒ la ceosfrançaycholog MauricAlbouy (tes.) Hofmannsthal,tsArthrosef=",nGallimard, 1964in Art774.nd  ec id="bodyftn22" heh2 ec i> 262.">P diffn, Mlm’ae frpong="de" lh2 id="bodyftn22" heh3>Rent le. Spaistr lh3»Sforzinng="de" le sung>  es Dichters nichfran, sichfrasLr, etrei visionlicsse d cà lSeh’n Sie, d cenotes"> ng="de" ns rutiGgo voica903 , 52 | 2013, 37-51and » Mal de li> lamr yNt e">Sforzinng="de" le sung>  es Dichters nichfran, sichfrasLr, etrei visionlicsse d cà lSeh’n Sie, d cenotes"> ng="de" ns rutiGgo voica903  [Ere usur], 52 | 2013, mperpre usur p20cn an 2013, soriullxtiesm>5 ion eente 2017m">RL nshttp://jren cos. de eriale dorg/ggo voica/21en ; DOI ns10.4000/ggo voica.21en nd  --" id="bodyftn22"t »ul Btexhor 262.">A incing="de" lh2 id="bodyftn22" heh3>/em>, tra54ochMal de li> lamr yNt e">Sforzinng="de" l cith3» rce aisuamcall" incingh4>»on littéem>, tra2102Pahters nichfran, sichfram>, t, sichfrases Dichters nichfran, sichfrasThomn clasne’con elt e e eors défeittéri inng="de" l c la création litt ation litté> lullT62."> la création litt[T>, tra2058Pqu0 | 1992p. citall"»on littéem>, tra2110Pahters nichfran, sichfram>, t, sichfrases Dichters nichfran, sichfrasftent-remenng="de" l c la création litt ation litté> lullT62."> la création litt[T>, tra210n z52 | 2013p. citall"»on littéem>, tra1053Pahters nichfran, sichfram>, t, sichfrase3 Unt  geht903  out a dir er u#ftn1 déftopie l c la création litt ation litté> lullT62."> la création litt[T>, tra104ec<46 | 2010p. citall"»on littéem>, tra143, t, sichfrasAl vpoCozic, Hilda siditiildi, Cathero Mazas ièr(dir.) HclasDuti> lullT62."> la création litt[T>on littCEGIL-Ne dy, Coéditiardform i>, tra1360c<49 | 2011p. citall"»on littéem>, tra1150Pahters nichfran, sichfram>, t, sichfrasCosunah’mie zu(dir.) HclasP:pour/tzler, sct bonteurqumetrieur,n">26 lullT62."> la création litt[T>on littsef=",nI habo & côlxt-Enelle rline als, 2010n tr8  A, ISBNcon2-35260-058-8on littéaall" création lon là la création littéraire :, tra1078Pq47 | 2010p. citall"»on littéem>, tra542Pahters nichfran, sichfram>, t, sichfrasftent-remenng c la création litt ation litté> lullT62."> la création litt[T>, tra436Pq43 | 2008p. citall"» 262.">Dro© T"#pauioSommirul ca>es Dic e toras -éass="s, tra2117 pitleraSeh’n Sie, d cere dAursqh dootnoofmR iue="nument Ho,nl920zann0ces Dic e toras -éass="s, tra2120Papitlerax de ma,et, vu rclarsqu ist n chi ionderwe Dit ac id="bodyftNavigrieur /h1> id="bodyft< »ul B avEnevi sidix lh2 dnotà la créatie191réati id="bodyftn22"t em>, tra203">A incisp. cit., tra2n0c, tra276PqŒ la c’unodesnd cit., tra208PqMots-clodsnd cit. : em>, tra3620PapitleraThomn cMmbonte"pren cntcuärkècle">60nd cit. : em>, tra3164PapitleraLstmla fmagneciord n’' coitiqggo voophone">58p. c – em>, tra3333PapitleraLé admet néaitzler aiconiner i'A biensur livilvae">59nd cit. : em>, tra2882PapitleraRegardscruraésrsonnans Eus de]n qes sv ts teinus dit , tra2976PapitleraOrdsentirifmsordsen detint.di57nd cit. : em>, tra2537PapitleraRephilo Gudproe frayersionliégalommande e ? SitaaEpstaeauaftntuvriv , tra2646PapitleraLén claiommande e il esse raîedi55nd cit.Numesrenrpret> : em>, tra210n pitleraL s stlrieurpau'Seh’n Sie, d 52p. c – em>, tra2262PapitleraLtzler apparaet cinémad n’' coitiqggo voophone il esse raî : jan>Si virerlinau ,s adms Jour ns Mic, suaparieur : em>, tra1536PapitleraL'00, , tra1973PapitleraLé tzler apparai vir me poullrsionliégalommande edi51nd cit. : em>, tra1174PapitleraMan Fiderw philosophe ?Pq48p. c – em>, tra1360capitleraPir eptemisr, esnobrelac<49nd cit. : em>, tra104ecapitlerax . Enelle ies ealogtiqa plr kècle">46p. c – em>, tra1078PapitleraformKrack ! Terwock ! Pt, d3.1 ! Bummmm ! LéBDsionliégalommande e (ne suen2 : em>, tra437Papitlera 18A biensur e fiit Pq44p. c – em>, tra792PapitleraLérent le. Sà' nts gar brut etp 45nd cit. : em>, tra435PapitleraE Schnanamnt us ee amntsivi 42p. c – em>, tra436PapitleraMadmsi viédituil aet capitavs mitpoleus dit nsrappass="nu1900con épingl aet ur ns MicsPq43nd cit. : em>, tra226PapitleraTiquitoruleni ville dnt 'ar cecisPq40p. c – em>, tra434PapitleraLstlen2 : em>, tra363PapitleraVoixalar lesentsrpre iégalommande e">38p. c – em>, tra228PapitleraLéphilosophr le mouvres 't un écrssionliégalommande edi39nd cit. : em>, tra1508PapitleraLstdétohacun a muss gar brut ' coitiqionliégalommande e onfiscinaEpstaeaususpeci 36p. c – em>, tra405PapitleraBonsnéa certid Il e l’ tzler appar stiphilosoph valu 'artrommande qearoursqhi337nd cit. : em>, tra1799PapitleraMasaïs l itzler aicos, 34s en – em>, tra1773PapitleraLéptguroudnt 'ase dt Il e l’ tzler apparqionliégalommande e me xx°r kècle">35nd cit. : em>, tra184ecapitleraLcof#u 32p. c – em>, tra1818PapitleraMlismuaraet n cgtancee l’ tzler apparqlu 'hi ioiarau s cait seommande essme mihutcuäXXlr kècle">33nd cit. : em>, tra2147PapitleraImpour/un a janneusvig l’ tzler apparaommande e me XXlr kècle">30p. c – em>, tra2064PapitleraLstts"#aieuestren00, 31nd cit. : em>, tra223 – em>, tra2180PapitleraLsteoypou 29nd cit. : em>, tra2400capitleraPhilosoph valu tzler apparqi 26p. c – em>, tra245ecapitleraIarueanésl- son amranug-mumem faxte"s : Rurel qui rappass="ns Jren cpa193uzan45séaV, ladKmanaft cit. : em>, tra2245PapitleraBint. pu tzler apparqionliégalommande e me XXlr kècle">24p. c – em>, tra2323Papitlera : em>, tra1281PapitleraLécris ="ns stlrieurpai viraftnaln’icee l’ tzler apparqionliégalommande e uäXXlr kècle">22p. c – em>, tra1243PapitleraLstmla fmhi iond gar brut 23nd cit. : em>, tra1771PapitleraL'ppabnograes, e admet r sa rè – em>, tra1355PapitleraVonéob fmbre Gqü bein. SSehitaaEpsta , vu ad3.11n Lyrikaimtausge etdon zwanzig amr J„huidittes en frit. : em>, tra1958PapitleraEsoe fts garde frayeavise vetrservé e alsr, eelle Pquotea= – em>, tra193ecapitleraFoiise veligpsta l’ tzler apparqait rb fdplus admet r 19nd cit. : em>, tra2204PapitleraLss Fiitiarsetr, sctuaa néanondiess’ysqionliégalommande e me XXlr kècle">ul> emit. : em>, tra427PapitleraLstMadmetrela 1 llem – em>, tra2105PapitleraLstmla fmommande qil esse raîPquotea=it. : em>, tra2058PapitleraMasaïs l itzler aicos, 1a rè – em>, tra1280PapitleraLstCl es 1en frit. : em>, tra2377Papitleraxila& a Eins&9nd cit. : em>, tra2473PapitleraGrchzd istEnt zung">remon – em>, tra2420PapitleraCme pouase violclassbrut etphilosoph vaommande e uäXXlr kècle">8nd cit. : em>, tra2616PapitleraLstmteue'uon ">s âm – em>, tra2519PapitleraLéRurvelettre-ement plus brut 'mmpoinaiaraommande ">6llemit. : em>, tra2815PapitleraMes ms uäfaé r sa pch3llemit. : em>, tra2766PapitleraEthnecinéa ceptguroshabnqu , tra225">Tant mln1numesrennga>ngh2 dnecall"