Navigation – Plan du site

Philistins, bâtisseurs et psychopathes : les Caïn et Abel de Borngräber, Fuhrmann et Koffka

Philister, Erbauer und Psychopathen: Kain und Abel bei Borngräber, Fuhrmann und Koffka
Gérard Laudin
p. 13–28

Résumés

Publiés entre 1908 et 1917, les textes de Borngräber, Fuhrmann et Koffka s'inscrivent dans le prolongement d'une longue série de mutations qui ont affecté dès le XVIe siècle le traitement littéraire du thème de Caïn et Abel dans la littérature allemande. Comme déjà plusieurs auteurs du XVIIIe siècle, ils l'investissent de préoccupations et valeurs sociales de leur temps, les relations familiales et le travail. Si Borngräber en donne une lecture avant tout mythocritique en faisant ressortir un érotisme primitiviste, Fuhrmann et Koffka poursuivent la réhabilitation partielle de Caïn, engagée dès les années 1760, mais surtout accentuent la « démolition » du héros Abel, déjà amorcée par Byron et des auteurs allemands de la fin du XIXe siècle. Autrefois pieux, docile et obéissant, Abel est chez eux naïvement conformiste, hypocrite, misogyne. Inversement, Caïn est chez Fuhrmann l'homo faber que déjà Michelet discernait en lui ; toutefois, malgré ses efforts, il est, chez Fuhrmann comme chez Koffka, tenu par les siens pour paresseux, tout comme son ancêtre du XVIIIe siècle était considéré à tort comme insensible.
Koffka, pour qui le nouveau héros tragique est l'homme moderne à l'identité aliénée et voué à l'inquiétude dans un monde matérialiste, pousse la désacralisation plus loin que ses devanciers : au sacrifice est substituée une prosaïque métonymie de la violence, l'abattage de veaux par un Abel qui fréquente les cafés dans une sorte de rite quotidien. Le bien–pensant que son père voit en lui révèle progressivement sa véritable nature de peu-pensant que Caïn, personnage tourmenté, psychotique et infantile, finira par tuer, car il lui faut égaler ce frère que son père lui présente comme modèle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 – Cf. G. Laudin, « Caïn au XVIIIe siècle. Discontinuité tragique ou arbitraire des lois successoral (...)

1L'histoire de Caïn et Abel fait partie des thèmes bibliques les plus souvent abordés dans les œuvres littéraires. Publiés entre 1908 et 1917, les textes d'Otto Borngräber, Paul Fuhrmann et Friedrich Koffka prolongent une longue série de mutations qui ont affecté très tôt le traitement du thème de Caïn dans la littérature allemande. Parfois détaché dès le milieu du XVIIIe siècle de ses principales références religieuses, voire intégré à des contextes résolument profanes, il est progressivement investi de préoccupations et valeurs sociales, les relations familiales et la puissance paternelle. Une première rupture importante avec la compréhension patristique et manichéenne traditionnelle est amorcée avec Der Tod Abels de Salomon Geßner (1758) qui, bientôt suivi de Friedrich et Meta Klopstock et de Maler Müller, peignit en Caïn un être mélancolique, sombre, introverti, plus malheureux que mauvais. Ils réalisent ainsi une réhabilitation partielle de Caïn et font de lui un archétype d'humanité souffrante1. Le Caïn (1821) de Lord Byron ajoutera à cette perspective la représentation d'un Caïn déchiré et malheureux parce qu'assoiffé de connaissances inaccessibles, tout en esquissant une autre évolution radicalement nouvelle : la dévalorisation du personnage d'Abel, amplifiée plus tard par Paul Fuhrmann et Friedrich Koffka qui feront de lui un être dérisoire et vulgaire, superficiel et insignifiant.

  • 2 – On en trouve une liste relativement complète dans l'article «Kain und Abel» d'E. Frenzel, Stoffe (...)
  • 3 – Gustav Kastropp, Kain, Stuttgart 1880, 376 p. <K>.
  • 4 – Ludwig Weber, Kain. Ein Drama in 5 Akten und einem Vorspiel, Berlin 1896, 220 p. <W>.
  • 5Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, éd. Suphan, t. XIII, p. 431.

2Ces différentes modifications du thème primitif, en particulier les inversions au moins partielles de valeur entre Caïn et Abel, se retrouvent chez les nombreux auteurs qui dans les années 1880-1920 s'intéressent de nouveau à ce thème largement délaissé en Allemagne depuis une centaine d'années2. On perçoit dans certains textes une influence nietzschéenne, qu'on retrouvera aussi chez Borngräber et Fuhrmann, par exemple dans Die Bücher Kains vom ewigen Leben (1899) d'Eduard von Meyer où Caïn aboutit à la conclusion que Dieu n'existe que dans l'imagination des hommes et que le christianisme est haine de la vie. D'autres textes continuent de se situer plus nettement dans l'héritage byronien, soit qu'ils redonnent, comme le poème épique de Gustav Kastropp3, au motif de l'amour la place qu'il avait perdue chez Byron, soit qu'ils empruntent au poète anglais, comme le fait Ludwig Weber4, l'idée d'un Abel obéissant et superficiel, alternativement doux et colérique (W, 130). Un thème nouveau, commun aux textes de Kastropp et Weber, et qu'on retrouvera chez Borngräber, Fuhrmann et Koffka, est le dégoût exprimé par Caïn à l'égard des sacrifices d'animaux. Chez Byron déjà, Caïn est horrifié à l'idée que Dieu puisse trouver du plaisir au bêlement douloureux des mères qui gémissent sur leurs nourrissons égorgés (III, 1, v. 298-301). Au XVIIIe siècle déjà, Herder interprétait le passage de la cueillette et de l'agriculture à la chasse comme un signe de décadence de la civilisation, car le sang des animaux avait rendu l'homme sauvage5. Rapidement évoqué par Kastropp (K, 15-18,195, 269), ce motif est repris par Weber qui en fait un des axes essentiels du conflit entre les deux frères : Caïn demande à Abel s'il peut supporter le regard de l'agneau qu'il va tuer ; pour Caïn, le sacrifice rituel n'est qu'un acte de cruauté, et si Dieu l'agrée, c'est qu'il est cruel lui-même (W, 37). Le regard de l'animal qui demande : pourquoi ? devient une métaphore de l'injustice gratuite. Elle occupera chez Fuhrmann une place centrale et sera chez Koffka la cause immédiate du meurtre.

  • 6 – Borngräber attache une grande importance à l'accentuation et à l'orthographe correctes des noms p (...)

3Plusieurs fois rééditée, la pièce Die ersten Menschen. Erotisches Mysterium (Berlin, 1908) d'Otto Borngräber6, qui est l'auteur d'autres textes d'inspiration religieuse et/ou erotique ainsi que d'une thèse sur la philosophie de la Réforme, présente trois innovations essentielles : l'action, y compris le fratricide, découle intégralement des désirs érotiques des personnages ; Dieu n'intervient à aucun moment ; les rapports pédagogiques traditionnels entre parents et enfants sont inversés.

  • 7 – L'idée de relations incestueuses entre Eve et ses fils se rencontre déjà chez Eutychius d'Alexand (...)
  • 8 – Par exemple de Das Mutterrecht 1861) de J.-J. Bachofen, ou encore de l'Ancient Society 1872) de L (...)
  • 9 – Otto Rank, Das Inzest–Motiv in Dichtung und Sage, Leipzig u. Wien 1912, p. 660–670, mentionne en (...)
  • 10Ibid., p. 657.

4Il était habituel dans les textes postérieurs à Geßner que des relations amoureuses existent entre Caïn, Abel et leurs sœurs. Borngräber substitue à cet amour aux contours flous un érotisme bien charnel, et l'action, qui ne compte qu'un personnage féminin, se déroule dans un monde qui, ignorant les tabous, pratique l'inceste en toute innocence7. Borngräber peut avoir trouvé dans des travaux ethnologiques modernes, qui ont inspiré à Freud certaines analyses de Totem und Tabu8, l'idée de relier le mythe des origines de l'humanité à un motif fréquent dans la littérature des années 1900-1920 : la rivalité jalouse sur fond de désirs incestueux entre frère et sœur, mais aussi entre mère et fils9. Otto Rank interprète la pièce de Borngräber comme la rivalité entre les frères pour obtenir la mère10.

5Borngräber a voulu thématiser des questions philosophiques. L'attitude de Kajin s'inscrit dans une vaste recherche hédoniste du plaisir terrestre : «Ich will […] austrinken die Welt» (B, 25). Cet hédonisme, qui est d'autant plus fort que Kajin est malheureux (B, 15), supplante la quête de la connaissance en tant que tentative de parvenir au bonheur, à un bonheur purement terrestre. Toutefois, le propos de Borngräber n'est pas dépourvu d'ambiguïtés. Dans la sensualité de Chawa, Adahm ne voit que la superficialité et la stupidité d'un être pauvre parce qu'incapable de s'élever comme l'homme à la spiritualité (B, 10, 19). Mais, d'une façon contradictoire, Adahm déclare également que l'Éden, c'était «als ich war, was Chawa – blieb» (B, 16). Borngräber veut-il dénoncer la misogynie d'Adahm ou cherche-t-il à démythifier l'Eden ? Sans doute faut-il comprendre qu'il suggère, dans une perspective kantienne, que l'hominisation est un processus qui éloigne progressivement l'homme de l'animalité. Cette idée est métaphorisée par ce qui constitue chez Borngräber une innovation importante : l'inversion des rapports d'éducation traditionnels à l'intérieur de la famille d'Adam. Chez Borngräber, Adahm pense que Chabel tend intuitivement, malgré son jeune âge, vers une sagesse que lui-même n'a acquise que très tard (B, 19). Ce n'est pas Adahm, mais Chabel, représentant de la « seconde génération », qui accomplit un progrès décisif : c'est lui qui, soudain, découvre l'idée de Dieu qu'Adahm jusqu'alors ignorait après l'avoir recherchée toute sa vie (B, 20), avant d'apporter progressivement la révélation des attributs de Dieu : «allmächtig – allweise – allgütig» (B, 27).

6L'intention de Borngräber fut peut-être d'écrire une pièce à la fois naturaliste et symboliste, mais il n'est pas sûr qu'il ait perçu que la représentation concrète de cette animalité des premiers hommes produisait un effet burlesque : quand par exemple Caïn, dont on perçoit le «wildes Schnaufen» (B, 47), traverse la scène comme un animal en rut et s'écrie : «Finden will ich das wilde wilde Weib!» (B, 46) ou bien quand il annonce sans détour à sa mère qu'il s'apprête à déshabiller « d'une manière bestiale » : «Ich begehre dein!» (B, 22).

7Il semble surtout que Borngräber vise à détruire, dans une intention peut-être anti-chrétienne, les croyances relatives aux origines. Peu après avoir découvert l'idée de Dieu, Chabel est assailli par le désir physique et commet l'inceste avec Chawa. Plus tard, Kajin dira que Dieu est un fantôme issu de l'imagination de son frère (B, 69) et que la religion est fuite devant la vie (B, 53). Kajin a affirmé que s'il existe un Dieu, c'est un deus sive natura qu'il faut créer, afin de pouvoir se rendre Dieu soi-même : l'homme en lutte deviendrait un dieu vivant (B, 60). Le fait que Chabel déclare avant de mourir que Dieu lui a donné la vie au moment où il se trouvait dans les bras de Chawa (B, 64) suggère que la foi et la spiritualité procèdent de la sublimation de désirs ; le fait que Dieu ne se soit jamais manifesté et qu'on le découvre pour la première fois dans les propos quelque peu illuminés de Chabel, qui était « comme un somnambule » (B, 18) quand il fit cette découverte, tendrait à lui dénier toute existence hors de l'imagination des hommes. Il est dit d'ailleurs clairement que Chabel perçut l'éternité et la nomma Dieu (B, 20). La perspective est nominaliste. La prétendue pureté originelle se réduit en animalité et la spiritualité qui lui succède paraît n'être qu'un assemblage de fantasmes.

  • 11 – Paul L. Fuhrmann, Kain. Tragödie in drei Aufzügen, R. Piper & Co Verlag, 1909 ; <F>.

8L'idée d'inversion des rôles pédagogiques se retrouve en 1909 dans la tragédie de Paul Fuhrmann11, dont l'Adam reconnaît à Caïn une valeur peut-être supérieure à la sienne (F, 18) et susceptible de faire de lui le rédempteur de la famille. Mais Adam souffre de voir son fils s'engager sur le chemin où lui-même a échoué, dans une recherche de l'absolu qui lui paraît mener hors de la vie (F, 18). En fait, en tentant de reconstruire l'Éden, Caïn va rechercher un absolu qu'il veut situer dans la vie quotidienne des siens.

9Dès la première scène de la pièce, Caïn se montre horrifié par le sacrifice (F, 2) et par le spectacle de la mort. Mais parallèlement à cet argument maintenant traditionnel, Caïn révèle par cette attitude un certain pragmatisme utilitariste : le sacrifice est une absurdité anti-économique, surtout en période d'épidémie. Il en déduit que le sacrifice n'est pas une exigence imposée par Dieu, mais dictée à Adam par les puissances du mal qui l'habitent (F, 3). Certaines prétendues exigences divines seraient donc en fait de l'idéologie humaine. De plus, Caïn remarque qu'Adam non seulement sacrifie des animaux mais aussi poursuit de sa haine des hommes qui lui ressemblent en tous points mais à qui il reproche de ne pas avoir connu le paradis (F, 4). Au motif de l'animal sacrifié, Fuhrmann relie donc l'intolérance à l'égard d'un peuple non élu et dénonce, sans doute dans une perspective pacifiste, l'hostilité séculaire des chrétiens envers les non-chrétiens.

10Le motif du sacrifice sert ici également à accentuer l'opposition entre un Caïn lucide et un Abel naïvement, voire stupidement conformiste, dont la foi est un acte assez formel et dicté par l'habitude (F, 52) ; à son frère qui vient de sacrifier un agneau, Caïn demande : «Warum opferst du?», et Abel laisse alors reconnaître un certain utilitarisme prosaïque : «Es hilft manchmal» (F, 51), c'est-à-dire que cela permet d'avoir éventuellement de plus beaux moutons ; avec 1'Abel de Fuhrmann, on est passé de la ferveur religieuse à la superstition obscurantiste. Jusqu'à la fin de la pièce, Caïn veut des certitudes alors qu'Abel se contente de croire, sans réfléchir (F, 49 et 51). Chez Weber, plus encore chez Fuhrmann, on ne peut dire si la « vraie » foi est du côté de Caïn, mais il est sûr qu'elle n'est plus du côté d'Abel.

11La première partie de la pièce confronte deux conceptions antithétiques de l'utilité, celle de Caïn et celle d'Abel. Ce dernier voit en Caïn un parasite et un oisif sans ambition (F, 5 et 8), tandis que Caïn accuse de cupidité myope et d'étroitesse d'esprit ce frère qui, privé de tout sens poétique (en cela différent des Abel du XVIIIe siècle), ne s'intéresse qu'à ce qui est matériel (F, 7).

12Quand Caïn entrevoit la possibilité de se consacrer à une entreprise de grande envergure (la mise en valeur du désert), il se met à travailler avec ardeur. Ses premiers succès (acte II) le font apparaître comme un homo faber talentueux, mais bien vite il échoue (F, 49).

13Fuhrmann a clairement renversé les rôles traditionnels des deux frères. C'est désormais Caïn qui se sent à l'unisson d'une création qu'il respecte (F, 7) ; après avoir localisé l'Eden, il veut prendre modèle sur ce qu'il voit alors qu'Abel envisagerait de conquérir le paradis terrestre par la force (F, 10 et 13). Jusqu'au meurtre, c'est Caïn qui respecte les décisions divines. Il n'est pas non plus le Selbsthelfer individualiste habituel : soucieux des siens, il pense que Dieu a guidé ses pas vers le paradis pour lui permettre de libérer sa famille de la malédiction (F, 10) et ne cesse de répéter qu'il ne réussira que si Dieu lui en donne la force. Le doute ne s'insinuera dans son esprit que quand il ne parviendra pas à irriguer son Éden ; la découverte de l'arbre de vie lui redonnera confiance. Caïn tue Abel quand celui-ci déracine par infantilisme l'arbre de vie.

14A la fin de la pièce, Caïn escalade une montagne, demande pardon à Dieu pour ses actions et ses blasphèmes (F, 86), puis arrivé au sommet, il s'écrie : «Kein Paradies!…», avant de tomber dans le vide (référence intertextuelle aux Kain de Kastropp et Weber où il se suicidait en sautant du haut d'une montagne). Son exclamation semble vouloir dissuader les hommes de tendre vers l'inaccessible, toujours plus beau dans l'imagination que dans la réalité (F, 37 et 39), ainsi que tend à le prouver le fait que Caïn, qui déjà se languissait de Lia dans la solitude de son Eden (F, 31), ait demandé à cette dernière de dire au monde entier que le paradis n'existait pas. L'espoir constitue un danger pour l'humanité.

  • 12 – Jules Michelet, Bible de l'humanité, Paris 18643, p. 374-375.

15Comme au XVIIIe siècle, le sentiment, en particulier l'amour de Caïn pour sa sœur, occupe encore une place centrale chez Kastropp, Weber et Fuhrmann, et sous une forme modifiée chez Borngräber. Toutefois, avec Fuhrmann, une nouvelle perspective s'ajoute : Caïn n'est plus le fils qu'on croit insensible mais le fils qu'on dit paresseux. Déjà l'Adahm de Borngräber déclarait à Kajin, qui voulait dormir pour oublier le mal de vivre, que seul le travail permettait de desserrer l'étau de la vie (B, 13). Avec Fuhrmann, le renversement amorcé par Borngräber est total. Jusqu'alors, Caïn, sensible ou non, avait été un destructeur ; maintenant, il s'efforce d'être un bâtisseur, comme si Fuhrmann épousait la perspective de Michelet qui en 1864 dénonce une injustice propre au « dieu des Juifs » qui « choisit l'oisif Abel contre le travailleur Caïn »12. Il semble même que son ardeur au travail soit la forme sublimée de ce qui fut la révolte de ses prédécesseurs et que Leconte de Lisle (dans son poème « Qaïn ») et Baudelaire (poème « Le reniement de saint Pierre ») avaient poussée à son paroxysme.

16Le motif du travail, préoccupation majeure de la société du XIXe siècle, n'a pas seulement investi une partie du champ du sentiment ; il s'est largement substitué aussi au motif byronien de la quête de la connaissance. A la problématique théologico-métaphysique du travail comme punition qui occupait encore une position centrale chez Byron (II, 2, v. 125) est substituée une conception largement sécularisée de l'idée de travail. Mais tout comme la sensibilité ne permettait pas aux Caïn du XVIIIe siècle d'avoir une action positive, les efforts infructueux du Caïn de Fuhrmann montrent d'abord l'inaptitude de l'homme à transformer le monde par sa seule force. Lia, que Caïn aime, décèle le péché d'orgueil dans le fait que son frère, en qui sa famille voit un «Himmelstürmer» (F, 32), ait tenté de se substituer à Dieu en cherchant à forger son destin (F, 73). Puis elle persuade son frère de ne pas se suicider et tente de lui montrer qu'il est possible de se méprendre sur les messages de la Providence. L'échec de Caïn dans son entreprise titanesque ne cautionne pas le robuste philistinisme d'Abel, mais il paraît comporter une critique implicite de l'esprit des Gründerjahre, voire de l'idée d'appropriation matérialiste du monde par le travail (B, 34). Chez Fuhrmann comme chez Byron, l'idéal poursuivi, pour louables qu'en soient les fondements, sort vaincu d'une confrontation avec la réalité qu'il prétendait modifier.

17Avant Borngräber, la Providence intervenait objectivement dans l'action ; chez Fuhrmann, elle n'apparaît plus que dans les propos des personnages et de surcroît réifiée en obstacle contre lequel la volonté humaine se brise. Chez Koffka, la sécularisation progresse encore. Malgré une citation de la Genèse en exergue, on n'est pas dans un univers du merveilleux ou de l'exceptionnel, mais dans une famille paysanne dont les membres paraissent porter comme par hasard les noms des héros bibliques.

  • 13 – Présenté pour la première fois à Berlin le 09/0671918 par le théâtre « Das junge Deutschland » de (...)
  • 14 – Cf. art. sur Barlach, in: Christliche Dichter im 20. Jh. Beiträge zur europäischen Literatur, hg. (...)
  • 15 – A. Soergel U.C. Hohoff, Dichtung und Dichter der Zeit. Vom Naturalismus bis zur Gegenwart, 19632, (...)

18Du point de vue formel, le Kain de Friedrich Koffka, rédigé en pleine guerre (1917), se distingue de tous les textes précédents par sa concision (un acte) et par le rejet du pathétique et du néoclassicisme13. Beaucoup d'autres expressionnistes ont tiré, par choix anti-naturaliste, une part importante dciales inspiration matiqui >enti-ue maus aussi pmatiquible Dans le ceoix ahématisue, sW. Rohe d vouune redicalesation esistent elle deuchristianisme eui saaccentuaeaprès l' première fGerre (Mndeile et sertradiut pareun uretur aux cem>Ktposï/em> drimitif,s: la rort. la suffrantc, la piuvre é(14/a>. Boutefois, aême quend e persunnage frincipaleest un aéros bibliques on nencontre douvent aes hlécents, grtes"ues.,nombreux aans la littérature d platir ues années 19890et enfrelationsavec laidée de técadence / class="footnotecall" id="bodyftn13" href="#ftn55">(1.: lxemple Crogtotypques ol Malthusaem di'Iwn cGöl (Bem>KMethusaem dodr der ZwigenBücger /em>, 19622)semble surtirtout cdoit i'un pable u de lGos z Comme dhez Borngräber, Fe surlesque reliay lesmerveilleux oui dans lem>Der Tod Abels de Seßner qtait ss=ur par Bu dédond

169/span>Le mdrae de loffka s'eprésente comme mn pariptyue en frosa, une pongue sonters aion entre uaïn et Abel, snceadre par Deux conures ocène . Dans la seène dliinalre, Adahmreproche diolenment à aaïn seo oisifveé à ulaqelle al ppposi l'excräme a deur au travail s'Abel. Cne pbjectivn frrmeule par Daïn s(«Mn cha moch Kncht dote, wen cch dasbibn, aO, 713)fait q=urgr un oute nuend à la custisse de rette atprécation Le dhème nibliquesde Dieu,repfusnt les tofrantes deuCaïn, sapperl dans da civation deulem>DPntatieuues/em> en exergue, ost total.ment conferti, n undconflit e la custificationsincestainesentre lespère lt le tils .Adahmrbatson fils sui est d'éfndu lar sa cère : lx cela ,Koffka s'icadte de lous lss modele s car le Adam satérieur s,à détfut de plecomprendre ,traitemt toutours païn aiec lien eillence. /p>

12LCepremierspable u dmt enfrlace cn outbe regaisre de liagager: l'une cart il liagagerquotidiennd'un peysannsoucieux deuqu'en sira -t-o s(«annweitt mat desn Fngegrnauf dieh dnd Dachte üer deh , aO, 714) avec Fuelque arrivre -lant naturaliste ss(«ch will [ortsgehn und eoch winen AKruguibr horlenauf din Abelnd (FO, 714) avnsi que ta lingue sndivationsieèniue quai uvre l' se ondepable u  ; a'autrescart ies rômininscnces dis actcnts, ragique qu'on drouve eans les textes patérieur ssur le chème de Caïn : «KHa er dncht dAuen wireeines FTers s…] ? (FO, 714) Plus toin ,Koffka sjoutera n efbreayur teaditionnelsdu travgques ovec laemotif de l'avélnment coatstropphiue quai st d la fois nigne de dl prétestin tion et igne dvant -cureus du drae : «KAs ich w[ain<] gebren awure, dchlaugurei AHäuer deiter aer ZBit zin einern Sal.l.Die Sutterrdchlieu,sie alagliagae Tgerqat dle ihen Litper wireeota (FO, 75). /p>

12LAuconursdu senondepable u Fe seileoge des reux frères.révèle peurs céritable personnagité .Adel

12 Aors qu' uaïn ett dn être pourmenté, pn cela donformi à l'idmgerqabituele deuc«rünbe r, qui aémist par e et scie derantion fommetl, pdel

12Plis ea donfers aion es'orinte cers uneautre sujet: bel lar e e son frère q'une costaineseThirza (ui dans les aextes d' XVIIIe siècle dst su sœur,).Abel, sadrlescnc coarvatirali,ditugranssment quend il nst qu'stionsd'ambor. Saïn, qui demble sime,reThirza ans ae être paeine ent confsient cheagae brsqu'ment de stn Ll semradésormais Ctatôt siolenctou artoretabre, Atatôt supplaant.

124/span>Le menversement aans da ciaractisation dus reux frères.rpparaît p desx feprise dans lestransfort iymbolisue du t segne de daïn »< Caïn ts fait qrécae rà quil envdoit irécaedu tfont de luanimal sl faut cfapper pour l'hssoime r Le fegne de daïnest reprrt du Xburri u dsr sa svctiom et inc le rburri u dst rbel. CLtmotif de l'adle s=ur au foont drvient uans da coutherde Caïn daune manière bueni qobsssionnile mais il est soutours papports,à lbel, seit que lelui-ci dl'nsfigenaux ceaux soit qu'ilscrisuesde Ds la famieenfreur tnt une aperreeuend il nlangendans la rivire, Caïn ts'xclama au fommle de l'hexaltaion ; lKHat du cncht dAngt ,du ckönte.s die EStirn zrschiettagrnau dieuemeESt ne? (FO, 71).

12 Ueautre assage dpposi ln Caïn , âe niuolique,quai ubssrv ue pli blasnc de la Ppaireeu,s un bbel qui fls hlrals de son Eperdparce qu'in le sls hoit uass,ce qui frocoqu chez Faïn un pacès (e conlre bssez fnfantile,: «Warum ohat du cie EBumen zrsre ten? arum ohat du cie air pzrsre ten,cie EBumen? (FO, 71).Diid.,. Au mremierspiveru deune cymbolisue den pévaelppoe, lAel décruir la puieté ou' uaïn e'éfndu Mais tans lestême qtnmp le fcaractre qnvaros de Caïn,

12Lbel se cistirit en sassagn ses boirees 1u fof de commpgene de luelque aeune sgeni sui eboient abaucoup dt comr tsent aans rffirnment la rflle de laauter"gste. JDcriee avec Cne aprcisionstoute eaturaliste, u'avuelgaita de ses dédiaoces tgrosee s ,tépiques lama nable pes siiritres de l«Ratskle r qui pernt dHrntich KMnn cans lem>Der TUtertea, Re mueuprfois de fbtsencruel e,: n pours pour leaisinte r il shumalieut dn peune a ndint, ine placsinte rieque Caïn, qui djue (nc le rôlesde la connsiente ueuide, drouve elus que daute ue. Cht àpisde dxprim métanymieu'ment d'hostilité sistitntive es tentanscillement dxnonphob des hommes qcmme del < l'égard deslelui-quai st dutres EchiKoffka seprind n motif féjà srisentechez Fuhrmann uais ienen faitant une es axes erincipalx deuqexte"

12Aeu a sru, mnus ltprenns quiubel sréquent bueni quotidienne ent co graoue et du' uaïn elépid avec Cne agalemtépglarisé cmûpar Bu dmour dratrrnell t nea de svoyur sme Caïn t puireconnaître uvnsi qa sufisseon semrvil que son arère qtdongne dvireche DAkim La piolenccede Caïn,

128/span>Le mdrae de loffka s'epjue ( lhis eclo ; avcun mvélnment cxterieur dnevient dsnin léchir ('action ;:seule les propos dts s encgndre t les tenversement ldagtitude ; les rtaphs et des tenbndeisement lduseileoge drnmpoac t les térioptiensdu drae ldagcion et ànonce t la rpépnderance d motiscr laavélnment . Eant dunné lu' uaïn esit, eour l'hsoir uubssrv dans daepassé tout ec que son arère qli cévèle ,sa haine demble saître untégralement desu'avuerblisation pdece qu'il vauubssrv ; chtte iuerblisation paraît pntralînr une crise de gonnsiente urogressivemde dl'nsmitif qui luhpposi e son frère qt du' uren, siitiolement ,ne permettait pe sonupon n r LI se crurriit pyavoir l l'acrivre -lantdeuqexte"de loffka qui demble séifterpréta rà qa liumère de sacoir speychoitricues de lon ftnmp le représentation craditionnelle eu XVIIIe siècle,d'un Caïn délancolique, sue comnassance ees thèorin freuienne set du nôlesdue lelues ci dssicgnet au piagagerqans les propessus qeychoiues. LQe la foiie dfureuse mataïn pn soit jas dépivé dire ctment desu''ubssrvtion des atgisement ldAbel, mais ie la connirmtion que delui-ci dpporterà aaïn se l'hexacitude de le qu'il vauubssrv ,montre hue Kaffka sjssgne dviriagagerqne enficatcté qui lait detfut d la sieple Cubssrvtion dcmme istruient de plise de gonnsiente ueune cralité qccuplte par Dlapparaece : nnd'uutres texmets,la réalité qlanbore par De seisonursdrim melle due davolil q''ubssrvtion C'est da rpse de gonnsiente urr De siagagerqt nen p''ubssrvtion dui vo sjener haïn à luer

129/span>LOncomprendrpeupp sru,que Caïn aiqne eobsssionn qu'on rrut settre dnfrelationsavec la fait queudam sui peésente csns le ss son arère qcmme odele : l voiurait àre comme ubel»: «Ich wiüschenin djeer FStune dess Tgersund edr FNchte vanßpch werscireedu,und etunckönte. was Ceuqeust! (BO, 756. Mais,dcmme i est dieplus encplus nonfsient qeucharactre qpu a dmratbe d'Abel.,la foiie déseule de cette aontradictoon Clle orendrpassance eu moment où iaïn aifirm : «Esr [dam ]suhlaäg moch K…] and ewcgdsmoch Kncht duhlangn, swen cu cncht dda wrst,allsimin PBuder ! (Fem>Diid.,. ALefontiment(e cout ec queiDe seiférentci q'ubel sfnaliment d'heporter; lKHeb idch wergcon Mm nern Auen cch wasbncmi dei dncht sgenm ne!Ech basse decht! (Fem>Diid.,. Aaïn ts fsasit

130/span>Comme aans la lueni -otal.té des pextes de Kême qtème Caïn est hsasitde Kgaver tenmodu nigôt sesmerrtre,accomplit Mais,dnc lsn nenpntim le chndeut e lvoacer daune cahals da réalité qrurrant diréfuable pue le peileoge d permei d'édableir mt in <'écrie : «Kutterr, rschiangn,hasbn. ih Mm nerAHänd, lAel ,edr Freundlch war,and ein Pieb rPBuder su Umra.Abel, smin Pieb rPBuder toutPiebg er swelhe reir pGues dati, ih Mrschiaug eh ,(BO, 758) Cette iahals dropangende rbaaice ent que Caffka sjmaintenaupensdat toute sa vièce cetre les deux fontiment qu' uaïn epreuverpour san arère : la raine dui saaepoae de lui lait qrrtie duun pupportedmour -aine dui samble sugnefier uu'il aite pon arère pour lo qu'il varaît et qu'ol lesthit qrur lo qu'il vst Le dorae lvculpar Daïn sst da récouverte drogressivemde dlanistiosion detre le réalité qt l'acparaece :;Kême qne fori la réalité (écouverte, tn le sesse deêtre uim ille entre le réaple on qu'ille dui lnspira lt le tései de Continuen de Cooire,en lu réalité (eDlapparaece : e tései l'idlusien qolontbre, A'imaginatre,erim n p' secoir Le dbaaice ent qe daïnestre do quête de la cérita dt don fttache ent à alapparaece ,cette aoseation mcr la polonté he Cooire,en lo qu'il vait lfux st qui eondemsa faiie dlus queelle n'es sst da ronfsquentc, n'axclaunt upr le repomnassance eucide ee la coationsi alaerance àrrnellledeslelui-qont lesmotisst sûara de la fonnsiente uolilctivem Le fait queil prnne (ui-même aa récoison de son fropre abanistsment subgère que'l se suoutirit e la custifc des hommes qrur le se soiuettre du'à ce lledeslieu, Mais pararette atuto-hndeamnaion, qui ngalement ustificeAbel et leu siens, il pss=ue pon adenotté deAxclauqueudam st la spciété dnt lait de l'u et ln'ccuse a pas xpressicentsce motde qui,le rejet e. Jomme dhez Borngräber, Fe saïn se laffka sjssue paeine ent ca concitionnhe Cooiinal, mais dans ua solitude daramises bomblagbe s cuors qu' uous lss mevantce s dvaient pnvisage soni l'acnalntstsment sar le spicider (hez Kastropp,et Weber .,soni l'actente deuchrtisent s(hez Fuhrmann, el prisu'avueve eaAbel de Festre . Laffka sernt ,nen pls une elier é sisividuale mais ine absuole sonitude

  • 13 – BLothr lShlaicket i«Gitt genaVäer uned Söhe. DBeobahtung s szum Wnde präagogiqshe reAtoretaäe, q(...)
  • <
  • 137/span> – Cf. aKrra Wns, aem>Das IVaer -Sohn-otiv in Der sichtung /em>, RBd. 2: 188-19230,Berlin lu.Leipzig u9231
  • <
  • 13 – PCié par lL.lShlucket irt. scsé cp. 13 et 820.

43Lorngräber, Fuhrmann ut 8affka snt drventra lesmhème de Caïn et Abel lur le chnflit eère l/tils .ALaconception lu nôlesdueni qducatiur de senfants shez Borngräber ut Fuhrmann,paraît pnmpruntr des qerspective aux Cmuverent ld désormi édagogiquesdu désbu qeucXe siècle,qui,lhyostasint d'hefantscetqont lesmère lcaiiriteurfreuiennsst sostae l'a emple Cleplus nonfn, mais den p' seul ,neimoins encore cleplus niolenct/ class="footnotecall" id="bodyftn136"href="#ftn15">(3. BDs avontscitte apnue, se nembreux aextes dn particulier le nSder ann, eHauptann, echnaitzlr, Foula pièce cem>Der TSohn/em> e19173 de LWaltr dHls ncever ,thématisert aes hhnflit suprfois drès tiolenctscetre les dpres.rt leu sils. BE 19123 i«ie EFrmel evomHohon pMritn r qropeama a'incempltendc des hpres.rt lrversivue le peoit i'su'aveune si e so'afrantchr ues atte ues : «IDe EFredentschle Juen dwill ich lLebn. nah wingner hBstiommng voirwingner hVeant wrt ug vi im n rr hWahrhaf geketugrstialtrn. Boffka s'epistingue de torngräber ut Fuhrmann, car leadémythifieationsiaAbel dt ses baei dsapparaect dhez B'u e une eritique ies thèsesqui froccama nal'exceplenccede Ceadénérationnouvelle ,de Kême que son artre aèce, Cem>DHera Oluf/em> e1917), amt enfreène dne cyote de l«Burchen cheaf qans doute dn peuppoins egroseere que la graoue eds baei daAbel daus auspoins eussi piolenct.

13 L donfers aion eaAbel dvec Chïn pormet d' davolil le paeu-ensent dusseoeuleDer ivre de rbenn-ensent dt le toi-mdtant uils<-odele qui demdrouve erepoac dans don anivers duedédiaoces tiolencts Cetuxci deprésenta t la rpciété dui resdrpessible da noiaae re asûe et filre q'ulle même aaAbel dt sait de laïn un paychotath, Jomme dans les aextes dui acspoins edeuis aeßner qsappauint subrle rédct dlbliquesde Daïn et Abel, soffka stie partiedu malnchtésme eui le qhème drut svolqe coez B' spectacteurfrur lourmn le pdo n Aoute sernt ue,en lnireet ubaice

/div>