Navigation – Plan du site

Erasme et Stefan Zweig ou l’éloge involontaire de l’irrationnel

Triumph und Tragik des Erasmus von Rotterdam von Stefan Zweig oder das ungewollte Lob des Irrationalen
Pascale Avenel
p. 45-56

Résumés

Stefan Zweig publia sa biographie du philosophe humaniste en 1934 alors qu’il s’était déjà exilé en Grande-Bretagne. Avant même sa parution, le texte avait fait l’objet d’une vive polémique avec Klaus Mann, à qui Zweig avait refusé de laisser publier un extrait du livre dans sa revue d’exilés Die Sammlung, trop politisée aux yeux de l’écrivain viennois. Accusé de bienveillance vis-à-vis des nazis parce qu’il se refusait à porter le débat sur la scène politique, Zweig conçut sa biographie comme une réponse à ses détracteurs antinazis en même temps que comme un manifeste de l’humanisme, pensée universelle et fondamentalement intellectuelle. Or, par delà cette noble intention et son attachement incontestable aux valeurs de l’humanisme que sont la prépondérance de la raison et la tolérance, Zweig ruine ses efforts en appuyant sa démonstration sur des catégories irrationnelles empruntées au vitalisme qui vont à l’encontre de l’humanisme. Sans s’en rendre compte l’écrivain viennois sape lui-même les bases de sa démonstration. Tout en proclamant la légitimité de la raison et son triomphe final, il en dénonce la morbidité, l’inaptitude à agir concrètement sur la vie et la condamne. Inconsciemment l’humaniste soutient les thèses de ses adversaires nazis.

Haut de page

Texte intégral

1À la lecture du titre de ce numéro de Germanica, la biographie du philosophe humaniste par l’écrivain viennois Stefan Zweig m’est spontanément venue à l’esprit. Pourtant ce n’est pas véritablement pour sa philosophie que Zweig s’est intéressé à ce personnage. En faisant d’Erasme le symbole de l’intellectuel idéal sans jamais dissocier littérature et philosophie, Zweig donne en même temps une définition de la philosophie : celle d’une pensée universelle en laquelle chacun devrait se reconnaître. Telle se résume du moins l’intention de l’auteur. Toutefois, dans les faits, il est rejoint par la philosophie sans en avoir conscience, par une philosophie qui n’est pas humaniste.

  • 1 . Cf. Serge Niemetz : Stefan Zweig. Le voyageur et ses mondes. Biographie, Belfond, Paris, 1996 p. (...)
  • 2 . Cf. Lettre de Stefan Zweig à Hermann Hesse datée du 15 mai, in Stefan Zweig : Briefe an Freude, (...)
  • 3 . Heydemann souligne l’évolution du manuscrit en comparant la lettre précédente à une seconde daté (...)
  • 4 . « Verschleierte Selbstdarstellung » in Stefan Zweig : Die Welt von gestern, Fischer, Frankfurt, (...)

2Avant même sa parution, la biographie que Stefan Zweig consacra à Erasme suscita une vive polémique, dont les débuts sont aujourd’hui bien connus. En 1933, Klaus Mann contacta l’écrivain viennois dont il connaissait l’intention de consacrer une biographie à l’humaniste de Rotterdam afin qu’il en publiât un extrait dans sa revue d’exilés Die Sammlung1. Tel que Zweig présentait son projet en mai 1933, il souhaitait mettre en parallèle les effets dévastateurs de Luther et de Hitler sur les valeurs humanistes2. Mais après la parution du premier numéro du périodique qu’il juge trop politique, Stefan Zweig se retire, comme du reste d’autres auteurs dont Thomas Mann. La situation s’envenime à la suite de la parution mystérieuse dans le journal Börsenblatt für den deutschen Buchhandel le 14 octobre 1933 d’une lettre privée de Zweig à son éditeur Kippenberg dans laquelle il revendique son droit à la non-intervention dans le domaine politique et présente son activité strictement littéraire comme la seule réponse possible au nazisme. À la voix de Klaus Mann qui dénonçait cette attitude comme une volonté manifeste de ne pas froisser Goebbels, dans une lettre du 15 septembre, s’ajoute maintenant celle de nombreux émigrés (cf. note n°1). À cette époque le manuscrit de la biographie d’Erasme n’est encore qu’une ébauche. La lenteur inhabituelle de la rédaction, due à la difficulté du sujet, permet à Zweig d’infléchir la ligne qu’il s’est tracée. Son livre sera une réponse à ses détracteurs antinazis en même temps qu’une défense des valeurs humaines que l’écrivain viennois à toujours soutenues3. Il le revendique d’ailleurs dans sa propre biographie Le Monde d’hier (Die Welt von gestern) comme une « confession voilée »4. Les points de convergence entre Zweig et son personnage sont en effet très nombreux et c’est sur cette base que se fonde la réflexion des critiques depuis la parution de l’ouvrage en 1934. Leur approche peut néanmoins varier notablement selon que les commentateurs abordent cette relation d’un point de vue global, en faisant le procès de l’humanisme, ou d’un point de vue personnel, plus psychologique.

  • 5 . Klaus Jarmitz : « Stefan Zweigs Humanismusverständnis » in Weimarer Beiträge, 21/1975/9, p. 105- (...)
  • 6 . Klaus Matthias : « Humanismus in der Zerreißprobe. Stefan Zweig im Exil » in Manfred Durzak : Di (...)

3Dans cette première perspective, le personnage d’Erasme n’est plus qu’un enjeu, quant à Stefan Zweig il est réduit à une fonction purement emblématique, celle de l’humaniste apolitique. Le jugement que le commentateur porte sur l’humanisme dans son ensemble conditionne sa présentation de Zweig. L’analyse du degré de conscience ou d’inconscience des tenants de l’humanisme et de leur sens des réalités, voire de leur capacité à prendre leurs responsabilités ne porte pas spécifiquement sur l’écrivain viennois. L’article que Klaus Jarmitz consacra à Zweig dans les Weimarer Beiträge (n°9, 1975, p 94-115) sous le titre « Stefan Zweigs Humanitätsverständnis » est l’un des plus caractéristiques. Il s’agit autant pour l’auteur d’analyser l’œuvre de Zweig que de faire le procès de l’humanisme dans une perspective marxiste-léniniste. Dans cette optique qui tend malgré tout à « sauver » Zweig, l’attitude critique de l’auteur vis-à-vis du personnage, c’est-à-dire de l’humanisme, est particulièrement mise en exergue, à savoir une certaine dénonciation du manque de réalisme d’une part et du manque de contact d’Erasme avec le peuple d’autre part5. D’autres commentateurs plus proches de la culture humaniste, insistent beaucoup plus sur les rapports d’identification Zweig-Erasme et sur sa réflexion sur l’humanisme en crise, sans taire pour autant la mise en accusation mesurée du philosophe théologien6.

  • 7 . Thomas Mann : Tagebücher 1933-1934, publié par Peter de Mendelsohn. Frankfurt 1977, p. 486 cité (...)
  • 8 . Stefan Zweig : Triumph und Tragik des Erasmus von Rotterdam, Fischer, 1989. Dorénavant, les page (...)

4Nul doute qu’il est impossible d’ignorer la similitude entre les deux hommes d’autant que l’intention de l’auteur est bel et bien de mettre en parallèle la situation de 1933 et celle des guerres de religion en Allemagne au xvie siècle. C’est ce qui horripila Thomas Mann, dont la remarque datée du 29 juillet 1934 dans son journal dénonce la mésestimation du nazisme : « Die historische Anspielung und Parallele ist schon unerträglich, weil sie der Gegenwart zu viel Ehre erweist »7. Mais Zweig n’entend pas faire de comparaison terme à terme et c’est autant le passé qu’il réinterprète à la lumière du présent que le contraire. Il met l’accent avant tout sur le contexte de crise : « Der Übergang des fünfzehnten in das sechzehnte Jahrhundert ist eine Schicksalstunde Europas und in ihrer dramatischen Gedrängtheit nur der unseren vergleichbar »8 (p. 24). Dans les cinq pages suivantes de ce chapitre, intitulé « Blick in die Zeit », il insiste sur le bouleversement du monde à la suite des grandes découvertes et des innovations techniques qui engendrèrent à la fois le désarroi et la nécessité de se surpasser, le présent de narration facilitant la comparaison :

Immer heftiger wird die Gärung, eine völlige soziale Umgruppierung kommt in Fluß, ähnlich der unsern durch den Einbruch der Technik und ihre gleichfalls zu plötzliche Organisierung und Rationalisierung : einer jener typischen Augenblicke tritt ein, da die Menschheit gleichsam von ihrer eigenen Leistung überrannt wird und alle Kraft aufbieten muß, um sich selber wieder nachzukommen (p. 26).

5Parallèlement à cette insistance sur les mutations profondes de la société qui vise à alerter le lecteur sur la difficulté de la période, sur les dangers qu’elle recèle et sur la nécessité d’y faire face, ce qui constituait le projet initial de Zweig (cf. note n°2), l’écrivain multiplie les portraits d’Erasme à caractère autobiographique. Tantôt ces portraits reflètent un idéal :

[…] Daß er unter allen Schreibenden und Schaffenden des Abendlandes der erste bewußte Europäer gewesen, der erste streitbare Friedensfreund, der beredteste Anwalt des humanistischen, des welt- und geistesfreundlichen Ideals (p. 9).

6Tantôt ils traduisent un indéniable désenchantement si ce n’est du désespoir :

… mit dem Bewußtsein des Mannes, der an das Recht und die Pflicht der Vernunft glaubt, ihr ewiges Wort selbst in eine undankbare Welt zu sagen. Aber im Innersten weiß er längst : es hat keinen Sinn, in einem solchen Augenblick des Weltwahns Menschen zur Menschlichkeit aufzurufen, er weiß, seine hohe und erhabene Idee des Humanismus ist besiegt (p. 170).
Denn wo hat das Geistige noch eine Stätte, wenn der Fanatismus die Herzen aufpeitscht ? Das hohe Reich des Humanismus, das er erbaut, ist berannt von den Feinden und halb schon erobert, vorbei sind die Zeiten der « eruditio et eloquentia », die Menschen hören nicht mehr auf das feine, das wohlerwogene Wort der Dichtung, sondern einzig auf das grobe und leidenschaftliche der Politik (p. 179).

  • 9 . Cette identification est encore soulignée par l’usage des pronoms comme dans la citation suivant (...)
  • 10 . Cf. Steiman Lionel B. : « The Eclipse of Humanisms. Stefan Zweig between the Wars », in Daviau D (...)
  • 11 . Stefan Zweig, Romain Rolland : « Briefe aus den 30. Jahren », in Sinn und Form 1986 Heft 3, p. 5 (...)

7Dans tous ces cas, l’identification est transparente9. Erasme n’est ici qu’un autre lui-même : Européen dans l’âme proclamant des valeurs universelles, intimement convaincu de la force de la raison dans l’absolu mais confronté à l’adversité la plus implacable et désespéré que l’éthique ait désormais fait place à la politique (p. 184-185)10. Toutefois, limiter l’analyse à cette seule et unique dimension serait très réducteur. Certes l’étude de son autobiographie et de sa correspondance11 met au jour nombre de similitudes frappantes qui éclairent l’œuvre. Néanmoins la volonté de se justifier et de défendre l’humanisme à tout prix ne constitue qu’un aspect de ce texte.

8Si la relation Zweig-Erasme est riche d’enseignement, la dualité Erasme-Luther constitue un second axe de réflexion qu’il ne faut pas sous-estimer. Tandis qu’Erasme est présenté comme un cosmopolite (p. 40, 181), un homme de la pensée universelle (p. 83), Luther incarne quant à lui le nationalisme (p. 101) dans sa forme fanatique. Tolérance de l’humaniste, fanatisme meurtrier du nationalisme, tels sont les pôles antagonistes que Zweig souhaite opposer :

[…] von allen genialen Menschen, welche die Erde getragen, war Luther vielleicht der fanaticheste, der unbelehrbarste, unfügsamste und unfriedsamste […] p. 106-107.
[Luther] der als geborener, geschworener Fanatiker lieber zugrunde ginge oder die Welt zugrunde gehen ließe, als von dem winzigsten und gleichgültigsten Paragraphen seiner Lehre nur einen Zoll breit zu lassen […] p. 155.

9Bien sûr, le parallèle avec Hitler est transparent, voire trop simplificateur, Thomas Mann le reprochait à Zweig :

Luther der Revolutionär, der dämonisch Getriebene dumpfer deutscher Volksgewalten. Wer erkennt nicht Hitler ? Aber es ist es ja gerade – daß die ekle Travestie, die niedrige hysterische Äfferei für die mythische Wiederkehr genommen wird. Das ist schon die Unterwerfung (cf. note n°7).

10Toutefois l’intérêt principal de cette opposition entre l’humaniste pondéré et le nationaliste est ailleurs : il réside dans la manière dont l’écrivain les présente. Tous les commentateurs de Zweig ont souligné le pouvoir de fascination du personnage de Luther, si proche de Hitler (cf. J.-J. Lafaye note 6 p. 29). Mais, comme Klaus Heydemann dans Literatur und Kritik en 1981, ils manipulent des catégories philosophiques précises, mêlées à de simples traits psychologiques, sans en tirer les conséquences qui s’imposent :

In der Charakteristik ist der grobianistische Aspekt vorherrschend. Leidenschaft, Urkraft, Fanatismus und Nationalismus sind neben dem Revolutionären Leitbegriffe. Dämonische Anziehungskraft der Person, Redegewalt, Massenwirkung und stets kämpferisches Auftreten suggerieren die Nähe zu dem Hitler, den die damaligen Medien – Wochenschau und Radio – porträtierten.

11Ainsi la description physique du personnage (« aspect grossier ») est-elle juxtaposée à des termes purement psychologiques (il est « passionné », « fanatique » et « combatif »), à une présentation de sa vision du monde en termes politiques (« nationaliste »), et à des catégories irrationnelles qui caractérisent le personnage, sa « force d’attraction démoniaque », sa « force originelle ».

12Or ces catégories irrationnelles, que Zweig utilise abondamment dans sa biographie, appartiennent à un tout autre domaine ; elles sont loin d’être innocentes, et ce d’autant plus qu’elles servent à caractériser Erasme dans la même mesure que Luther (Hitler). L’hypocondrie de l’humaniste, un élément récurrent du livre que l’auteur présente comme constitutive du personnage, participe de la même philosophie. Il ne s’agit pas d’une anecdote mais bel et bien d’un symptôme.

13Dès lors que l’on étudie précisément le vocabulaire employé pour décrire les deux personnages principaux, ce n’est pas l’antinomie des deux figures qui frappe mais au contraire leur parenté. Beaucoup plus que sa notion d’éternel retour que dénonçait Thomas Mann dans son journal et qui n’est pas développée de façon particulière, on reconnaît l’influence directe de la philosophie vitaliste de Nietzsche. Dans cette optique, la question de l’identification, sur laquelle je reviendrai plus tard, passe au second plan. Le problème principal que soulève le traitement vitaliste des personnages n’est plus de savoir quel discours Zweig tient sur l’humanisme mais s’il est encore véritablement un représentant de ce courant de pensée ou s’il ne l’a pas déjà involontairement condamné à mort.

14En effet, Zweig transforme Erasme, dont il considère par ailleurs qu’il est l’incarnation de l’humanisme, en un perdant par nature. Il le condamne avant même que ne commence la lutte. Le fanatisme qu’évoque Zweig lorsqu’il fait apparaître le père du luthéranisme n’est pas l’élément déterminant de l’opposition avec Erasme, mais plutôt la force brute, originelle, cette « Urkraft » dont parle Heydemann. Il suffit pour s’en convaincre de lire quelques passages caractéristiques.

15Dans le chapitre intitulé « Der große Gegner », Zweig se livre à un double portrait basé sur le contraste : les termes vitalistes y sont récurrents (particulièrement entre les pages 103 et 109). En voici quelques exemples :

Dieser Gegensatz tritt schon im Körperlichen sinnlich zutage : Luther, der Bergmannsohn und Bauernnachfahr, gesund und übergesund, bebend und geradezu gefährlich bedrängt von seiner gestauten Kraft, vital und mit aller groben Lust an dieser Vitalität […], ein prachtvolles und übervolles, ein fast berstendes Stück Leben, Wucht und Wildheit eines ganzen Volkes, gesammelt in seiner Überschußnatur (p. 104).

16S’il ne faisait que souligner les origines paysannes de Luther, Zweig ne tiendrait par pour autant des propos vitalistes. Mais il fait de cette robuste constitution un symptôme de sa force vitale, le terme « vital » apparaît d’ailleurs clairement. Cette santé superlative qui fait tellement défaut à Erasme n’est pas simplement physique. L’auteur associe explicitement cette « sur-santé » à la force, la puissance contenue de Luther. Le terme employé (« Kraft ») ne se limite d’ailleurs pas à une force purement physique : il est celui que Nietzsche utilise par opposition à « Stärke » lorsqu’il oppose par exemple la force du chameau à la puissance créatrice de l’enfant (cf. Ainsi parlait Zarathoustra, « Des trois métamorphoses »). Toutes ces caractéristiques, auxquelles s’ajoute la « vitalité » brute, font de Luther « un morceau de vie prêt à exploser », soit un concentré d’élan vital. Présenté ainsi, Luther est invincible. Et ce d’autant plus que c’est un génie créateur :

Aber auch in seinem Zorn und gerade wenn das Blut ihm am heißesten in den Adern kocht, bewährt sich Luther als großer Künstler, als Genie der deutschen Sprache (p. 160).

17La paraphrase n’est que trop évidente dans cette insistance sur la puissance créatrice dont on sait qu’elle est pour Nietzsche la marque de grandeur la plus élevée :

[…] aber mit einem ungeheuren Zuschuß an bildnerischer Kraft (p. 104).

18Tous les éléments concordent, il n’en manque pas un, ni l’« instinct », ni la « force originelle », qui plus est « élémentaire » :

Seine Person ist gleichsam der Durchbruch alles Deutschen, alles Protestierenden und rebellierenden deutschen Instinkte ins Bewußtsein der Welt […] (p. 104).
Er gibt seine elementare Urkraft zurück an das Element (p. 104).

19Or, décrivant le personnage d’Erasme, Zweig recourt aux mêmes catégories vitalistes, quel que soit le chapitre. Dans les quelques pages consacrées au « grand antagoniste » l’opposition se fait terme à terme.

20À la robustesse et à la santé triomphante de Luther, Zweig oppose la faiblesse et la frilosité d’Erasme. À la « sur-santé » (« Übergesundheit ») de l’un correspond la « sous-santé » (« Untergesundheit ») de l’autre, caractère maladif renforcé par toute une série d’adjectifs et de noms qui traduisent certes la finesse pour certains (« feinhäutig », « zart », « dünn ») mais aussi le manque d’élan vital (« Lebensfülle », « Vitalität ») :

Immer kränklich, immer fröstelnd im Schatten seines Zimmers, […] eine ewige Untergesundheit. […] ständig muß diese zarte Natur ihr armes, blasses Blut mit starkem Burgunder in Wärme halten (p. 105).
[…] blickt man von diesem Blutmenschen [Luther] hinüber zum Geistmenschen Erasmus, zu dem pergamentfarbenen, feinhäutigen, dünnen, gebrechlichen, behutsamen Menschen […] (p. 104).
Die Natur hat diesen geistig reichen Mann nicht verschwenderisch bedacht, sie hat ihm nur ein geringes Maß von wirklicher Lebensfülle und Vitalität mitgegeben : ein ganz kleines, schmalköpfiges Körperchen statt eines festen, gesunden, widerstandsfähigen Leibes. Dünn, blaß, temperamentlos hat sie ihm das Blut in die Adern getan […] (p. 51).

  • 12 . « Der Sieger in diesem Kampf, dies war von vornherein gewiß, mußte Luther sein, nicht bloß weil (...)

21Dans la conclusion de cette juxtaposition contrastée, Zweig ne tire pas les conséquences de ses allégations : ce n’est pas parce qu’il est « le plus aguerri et le plus belliqueux » que la victoire de Luther est certaine a priori12, mais parce qu’il est porté par un élan vital qui fait défaut à Erasme. Les propos récurrents tenus sur le sang à quelques cinquante pages d’intervalle s’intègrent parfaitement dans cette logique irrationaliste :

Er [Luther] reißt alles nach innen und hitzt es dort in seinem roten Blut, er schwängert jede Idee mit seiner vitalen Kraft […] (p. 106).

22Quoi de plus irrationnel que ce discours sur la couleur du sang des deux protagonistes : pâle chez Erasme, rouge chez Luther, d’ailleurs affirmé comme un homme « sanguin » (p. 104) ? Pourquoi une telle insistance sinon pour marteler des symptômes et étayer une démonstration ? Comment justifier une telle insistance sur le « sang » élément constitutif de la vie que Nietzsche prend régulièrement comme symbole de l’élan vital alors que cette affirmation ne repose sur aucun élément scientifique ? Pourquoi s’appesantir tout au long du livre sur la faiblesse physique du philosophe humaniste, sur sa santé précaire et sa peur panique d’attraper la peste (p. 134, 145) ? Nous sommes bien ici dans une optique vitaliste fondée sur une philosophie irrationaliste. Et Zweig persévère dans cette voie. À maintes reprises il insiste sur le manque de créativité d’Erasme défini non comme un artiste mais comme un analyste au contraire du « génie de la langue allemande » que fut Luther. Il l’écrit explicitement dans le chapitre consacré à la jeunesse de l’humaniste :

Ein Erasmus […], ein sammelnder, suchender, ein kommentierender und komprimierender Geist, der seine Substanz nicht so sehr in sich selbst hat, als er sie aus der Welt gewinnt, wirkt nicht durch seine Intensität, sondern durch seine Extensität. Erasmus war mehr Könner als Künstler […] (p. 47).

23Erasme n’est donc pas un génie, mais un simple collectionneur ; rien de ce qu’il n’écrit n’est original. Zweig le signale lui-même : sa « substance », un mot dont il est difficile d’ignorer la connotation vitaliste dans un tel contexte, sa substance est extérieure à lui-même, il est incapable de la puiser en lui. En admettant qu’il ne s’agisse dans ces lignes que d’une allusion sous-jacente, l’attachement d’Erasme à la raison est clairement assimilé à une « faiblesse » une dizaine de pages plus loin : elle seule est à l’origine de son incapacité à trouver matière en soi. Son manque de « substance » est consécutif de son attachement à l’esprit :

Erasmus, der sich über nichts und niemanden täuschte, kannte den untersten Grund jener geheimnisvollen Schwäche, der ihn am Dichterischen, am warhaft Schöpferischen hinderte, nämlich daß er immer zu vernünftig und zu wenig leidenschaftlich fühlte, daß sein Nicht-Partei-Nehmen und Über-den-Dingen-Stehen ihn außerhalb des Lebendigen stellte (p. 68).

24C’est Stefan Zweig l’humaniste qui l’écrit : Erasme est « trop raisonnable », il n’est « pas assez passionné », il s’agit là d’une « faiblesse ». Et c’est bien la cause la plus profonde de cette faiblesse qui dès lors n’est plus « mystérieuse ». L’analyse irrationaliste et vitaliste est donc présentée ici comme la véritable clé qui permet de comprendre la vraie nature de l’humanisme et les raisons de son échec. Zweig oppose lui-même l’esprit à la vie (« das Lebendige »), la culture à la force vitale :

In Fleisch und Blut […] gehören sie [Erasmus und Luther] gleichsam verschiedenen, feindgeborenen Charakterrassen an : […] Kultur gegen Urkraft (p. 103).

25Ce faisant, il proclame la victoire de ses ennemis, en l’occurrence de Hitler facile à reconnaître sous les traits du nationaliste fanatique Luther, et ce à double titre. Non seulement l’écrivain autrichien clame supériorité de Luther-Hitler, mais encore, en voulant combattre l’hitlérisme, Zweig reprend à son compte des catégories vitalistes très largement exploitées par les nazis.

26Cette attitude soulève un problème dans la mesure où Zweig se pose en défenseur de l’humanisme dont il affirme lui-même sans cesse qu’il se définit par la raison, et par la culture. Pourtant il est indéniable que toute sa thèse repose ici sur des catégories totalement irrationalistes et revendiquées comme telles. C’est bien parce qu’il est « sans tempérament » (« temperamentlos » p. 51), voire qu’il est un « non-tempérament » (« […] einem wirklichen Kampf war dieses Nicht-Temperament nie gewachsen […] » p. 56) qu’Erasme n’a pas la moindre chance de s’imposer face à la force vitale qu’incarne Luther. Ce sont bien cette force vitale, cet instinct primitif et primaire qui donnent à cet orateur de génie, que l’on reconnaisse Hitler ou Luther, sa supériorité incontestable, son invincibilité :

Luther dagegen, eine dramatische Natur […] weiß aus unerlernbarem Urinstinkt jedes Ding drastisch und allen verständlich anzufassen, er hat von erster Stunde an die geniale Volksführergabe der plastischen Geste, des programmatischen Wortes (p. 112).

27La victoire de Luther sur Erasme et la philosophie erasmienne, la victoire de Hitler et du nazisme sur l’humanisme serait donc inéluctable. Elle serait due à la fatalité ou à la volonté de la nature qui aurait doté Erasme d’un corps faible malgré un esprit performant, ou plutôt d’un corps faible parce que son esprit serait trop performant. Zweig a en effet totalement admis la dualité culture-force vitale (cf. p. 103). Parallèlement au leitmotiv de la santé précaire de son personnage, Zweig dénonce régulièrement la tendance d’Erasme à s’abstraire du monde extérieur, c’est-à-dire du monde de la vie (« das lebendige Leben » p. 42). Certes il ne le fait pas toujours en termes vitalistes mais il ne s’agit que d’un argument supplémentaire au sein d’une démonstration vitaliste dans son ensemble.

28Même s’il justifie la neutralité comme une nécessité : « In einem solchen Augenblick wird der wahre Wert eines unbahängigen Menschen großartig klar » (p. 139), défendant par la même son propre refus de l’engagement, Stefan Zweig ne peut s’empêcher d’attribuer l’isolement d’Erasme certes à sa volonté farouche de ne s’assujettir à personne mais aussi à sa faiblesse de constitution :

Mit einer solchen Furchtsamkeit der Nerven, einer solchen Überempfindlichkeit der Organe wird man schwerlich ein Held ; unvermeidlich muß der Charakter eine derart unzulänglichen Körperhabitus spiegeln. Daß dieses so zarte, so fragile Männchen inmitten der wilden Kraftnaturen der Renaissance und der Reformation zum Rottenführer wenig tauglich gewesen, zeigt ein Blick auf sein geistiges Bild (p. 56).

29C’est cette faiblesse physique associée à l’esprit et opposée une fois encore aux natures puissantes et incontrôlées (« wilde Kraftnaturen ») des instigateurs de la Réforme qui justifie sa façon de se couper du monde : « Aber ich bin ein Gelehrter und brauche meine Ruhe zur Arbeit » (p. 58). D’ailleurs, lorsqu’il ne recourt pas à des catégories vitalistes, Zweig utilise une métaphore qui met en valeur de la même façon la faiblesse innée et incontrôlable de l’humaniste. Par trois fois en effet l’écrivain viennois compare Erasme à un escargot, l’un des animaux les plus faciles à exterminer et les plus peureux qui soient :

[…] Erasmus kann sich nur verteidigen in der Art gewisser Kleintiere, die in Gefahr sich totstellen oder die Farbe verändern, am liebsten aber zieht er sich bei einem Tumult in sein Schneckengehäuse zurück, in seine Studienstube : nur hinter dem Wall seiner Bücher weiß er sich innerlich gesichert (p. 56).
Überall wo Hingabe gefordert wird und volle Verpflichtung, zieht sich Erasmus zurück in sein kaltes Schneckengehäuse der Unparteitlichkeit, für keine Idee der Welt und für keine Überzeugung hätte er jemals sich bereit gefunden, als Blutzeuge das Haupt auf den Block zu legen (p. 57).
[…] dieser alte Mann in seinem Büchergehäuse (p. 176).

30Certes, ce refuge est « froid » : Zweig souligne de très nombreuses fois l’inconfort de l’apolitique tiraillé de toutes parts par les partis et les hommes, mais il insiste également sur la lâcheté d’Erasme dans certaines occasions capitales, en particulier lors de la réunion de la Diète à Worms en 1521 (p. 175-176 et 128-130) qui aboutit à l’excommunication de Luther et donc à la guerre, lâcheté justifiée essentiellement par la mauvaise santé de l’humaniste et par son manque d’énergie : « […] er fühlt sich zu schwach für die Größe der Probe » (p. 132).

  • 13 . « Literatur ist niemals nur Kunst […], denn sie ist Gewissen – das aus der Welt hervorgehobene u (...)

31Bien sûr Zweig explique que cette indépendance ne traduit pas uniquement de la faiblesse mais aussi une incorruptibilité absolue, il affirme que caché derrière ses livres Erasme appréhende finalement mieux le monde (p. 42, 58). Mais le mal est fait. Qu’importe son plaidoyer sur la neutralité et sur la supériorité absolue de la raison puisqu’en adoptant les catégories vitalistes de ses ennemis il a déjà condamné l’humanisme à l’échec et à un échec irréversible puisqu’il viendrait de sa propre morbidité, de sa « nature » même. En effet, en faisant de cet Erasme « faible » et exempt de « force créatrice » l’incarnation de l’intellectuel humaniste par excellence, en s’identifiant à lui, l’écrivain autrichien voue à la destruction les valeurs qu’il entendait exalter. Erasme n’est pas un manifeste de l’humanisme, sa défense et illustration, mais le constat désespéré de son agonie. Sans s’en apercevoir, poussé par la volonté d’excuser sinon de justifier son choix d’une activité purement littéraire, Zweig a déjà renoncé à l’humanisme lorsqu’il écrit ce texte. Il ne se limite pas à constater que les valeurs humanistes et la raison sont écrasées par les nazis. En les abandonnant lui-même pour adopter des critères vitalistes irrationnels exploités abondamment par Hitler il signe l’arrêt de mort de sa philosophie. La tragédie de cette œuvre réside dans le fait que Stefan Zweig ne semble pas en avoir conscience. Tout comme Heinrich Mann en 192713, il affirme en conclusion que, quoi qu’il advienne, les grandes idées survivent aux hommes, et ce d’autant plus qu’elles restent inappliquées :

[…] auch was im Wirklichen niemals sieghaft in Erscheinung tritt, bleibt dort wirksam als dynamische Kraft, und gerade die unerfüllten Ideale erweisen sich als die unüberwindlichen. […] Nur sie [die Ideale], die nie noch erfüllten, haben ewige Wiederkehr (p. 186).

32Malheureusement en s’appliquant à démontrer l’incapacité innée des hommes d’esprit à les mettre en pratique dès lors qu’ils sont confrontés à des fanatiques par nature supérieurs, Stefan Zweig hypothèque gravement ce message d’espoir. En voulant défendre l’humanisme il conforte les arguments de la propagande nazie. Cette biographie scelle donc la double disparition d’un humaniste, celle d’Erasme et celle de Stefan Zweig.

Haut de page

Notes

1 . Cf. Serge Niemetz : Stefan Zweig. Le voyageur et ses mondes. Biographie, Belfond, Paris, 1996 p. 391 ; Dominique Bonna : Stefan Zweig. L’ami blessé. Biographie, Paris, Plon, 1996, p. 236 ; Donald A. Prater et Volker Michels : Stefan Zweig. Leben und Werk im Bild, Francfort, 1981, p. 158, cité par Hartmut Müller : Stefan Zweig, Rowohlt, Reinbeck, 1991.

2 . Cf. Lettre de Stefan Zweig à Hermann Hesse datée du 15 mai, in Stefan Zweig : Briefe an Freude, publié par Richard v. Friedenthal, Frankfurt, 1978, p. 228, cité par Klaus Heydemann : « Das Beispiel des Erasmus. Stefan Zweigs Einstellung zur Politik », Literatur und Kritik, 1982, nov.-déc., n°169-170, Salzburg, p. 27.

3 . Heydemann souligne l’évolution du manuscrit en comparant la lettre précédente à une seconde datée de décembre 1933 (Friedenthal p. 242, cité par Heydemann p. 27-28).

4 . « Verschleierte Selbstdarstellung » in Stefan Zweig : Die Welt von gestern, Fischer, Frankfurt, 1985, p. 434.

5 . Klaus Jarmitz : « Stefan Zweigs Humanismusverständnis » in Weimarer Beiträge, 21/1975/9, p. 105-106 et 110-111.

6 . Klaus Matthias : « Humanismus in der Zerreißprobe. Stefan Zweig im Exil » in Manfred Durzak : Die deutsche Exilliteratur 1933-1345. Reclam Stuttgart 1973, p. 291-311 et Jean-Jacques Lafaye : L’Avenir de la nostalgie. Une vie de Stefan Zweig, Essai, Paris, Éditions du Félin, 1989, p. 148-150, dont l’analyse est plus psychologique.

7 . Thomas Mann : Tagebücher 1933-1934, publié par Peter de Mendelsohn. Frankfurt 1977, p. 486 cité par Klaus Zelewitz : « Geschichte erzählen : ein Risiko ? Die Biographien Stefan Zweigs » in Literatur und Kritik, 1982, nov.-déc., n°169-170, Salzburg, p. 69.

8 . Stefan Zweig : Triumph und Tragik des Erasmus von Rotterdam, Fischer, 1989. Dorénavant, les pages de références seront indiquées entre parenthèses dans le corps du texte.

9 . Cette identification est encore soulignée par l’usage des pronoms comme dans la citation suivante : « […] Ach, für wen soll man noch schreiben, wenn inmitten des politischen Gebelfers und Geschreis die Ohren taub geworden sind für die feinen Zwischentöne […] » (p. 179).

10 . Cf. Steiman Lionel B. : « The Eclipse of Humanisms. Stefan Zweig between the Wars », in Daviau Donald G. et Dunkle Harvey : Modern Austrian Literature. Special Stefan Zweigs Issue. Riverside CA. Vol. 14, n°3-4, 1981 p. 147-194, p. 167. Dans son article, Steiman analyse l’œuvre de Stefan Zweig comme une incapacité a appréhender le monde en termes autres qu’éthiques et psychologiques ce qui empêcherait toute action sur le réel.

11 . Stefan Zweig, Romain Rolland : « Briefe aus den 30. Jahren », in Sinn und Form 1986 Heft 3, p. 556-564, lettre de Zweig datée du 4 février 1933, p. 556-557. Les termes employés ici sont identiques à ceux de la biographie même s’ils n’y font pas référence. Ces similitudes ont déjà fait l’objet de nombreux commentaires.

12 . « Der Sieger in diesem Kampf, dies war von vornherein gewiß, mußte Luther sein, nicht bloß weil er der stärkere Genius war, sondern auch der kriegsgewohnere und kriegsfrohere Streiter » (p. 108).

13 . « Literatur ist niemals nur Kunst […], denn sie ist Gewissen – das aus der Welt hervorgehobene und vor sie hingestellte Gewissen. Es wirkt und handelt immer. Wer es verfolgt, kann eine Zeit lang die Welt den Unbedenklichen allein überliefern. Dann kommt für das Gewissen ein um so größerer Tag », extrait de « Unser Einfluß und diese Zeit », in Heinich Mann : Sieben Jahre Chronik der Gedanken und Vorgänge, Fischer, Francfort, 1994, p. 321.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Avenel, « Erasme et Stefan Zweig ou l’éloge involontaire de l’irrationnel », Germanica, 26 | 2000, 45-56.

Référence électronique

Pascale Avenel, « Erasme et Stefan Zweig ou l’éloge involontaire de l’irrationnel », Germanica [En ligne], 26 | 2000, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/germanica/2407 ; DOI : 10.4000/germanica.2407

Haut de page

Auteur

Pascale Avenel

Université d’Artois

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page