Navigation – Plan du site
Détournement du genre et polar régional

Vom Brennerpass bis Napoli. Heimat, Fremde, Interkulturalität in Kurt Lanthalers Tschonnie-Tschenett-Romanen

Du Col du Brenner à Naples. Pays natal, étrangeté, interculturalité dans la série Tschonnie-Tschenett de Kurt Lanthaler
Home, abroad, and in between. The intercultural discourse in Kurt Lanthaler’s detective novels starring Tschonnie Tschenett
Jürgen Heizmann
p. 161-174

Résumés

Dans l’univers du roman policier germanophone, le régionalisme a le vent en poupe. Le polar régional est devenu un genre littéraire spécifique, avec son propre code, bien qu’une grande partie des livres publiés arborant cette étiquette se révèlent purs articles confectionnés ayant pour seul objectif le placement d’informations touristiques. C’est pourquoi l’auteur sud-tyrolien Kurt Lanthaler fait figure d’exception. Ses romans publiés entre 1993 et 2002 dans une série plus connue sous le nom de « série Tschonnie-Tschenett » ont remporté un franc succès et ont mis les lois du genre sens dessus dessous tout en les faisant évoluer. Cette évolution concerne le lieu de l’intrigue qui, au cours de la série, quitte le Tyrol du Sud pour s’évader à Berlin, en Albanie et dans l’Italie du Sud. Elle concerne aussi le glossaire complet inclus dans chaque roman, offrant aux lecteurs des informations aux caractères historiques, politiques et économiques qui enrichissent la fiction. Au fil de la série, ce glossaire se développe en un rhizome dans le sens de Gilles Deleuze et Felix Guattari. L’évolution du genre concerne aussi les enquêtes du détective, enquêtes qui ne servent guère plus à rétablir l’ordre, mais plutôt à déranger un ordre établi et corrompu, celui de la politique, de l’économie et de la criminalité. Enfin, Lanthaler remplace le caractère touristique imprégnant le roman policier régional par une notion de Heimat complexe et multiculturelle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Ein Virus geht um auf dem deutschen Buchmarkt – der Virus des Regionalkrimis. Von Kiel bis Konstanz, von Wismar bis Weinheim wird gemordet, gekidnappt und erpresst. Es gibt auf der deutschen Landkarte kaum noch eine verbrechensfreie Zone. In Österreich und in der Schweiz ist die Lage nicht viel besser, auch dort herrschen Mord und Totschlag auf dem Land. Noch nie gab es so viele ländliche Schauplätze in der Kriminalliteratur wie heute. Joachim Feldmann schreibt dazu in seiner Polemik „Görlitz ist noch krimifrei“, erschienen am 5. März 2011 in der WELT: „Inzwischen wird in fast jedem Provinznest mit Begeisterung gemordet und ermittelt. Je piefiger das Kaff, desto wahnwitziger die fiktiven Morde. Von den exzentrischen Ermittlern gar nicht erst zu reden.“

Dieser Boom des Regionalkrimis, den es in dieser Größenordnung nur im deutschsprachigen Kulturraum gibt, setzte in den achtziger Jahren des 20. Jahrhunderts ein und gewann seither immer mehr an Verve. Von den 700 neuen Krimis, die jede...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jürgen Heizmann, « Vom Brennerpass bis Napoli. Heimat, Fremde, Interkulturalität in Kurt Lanthalers Tschonnie-Tschenett-Romanen », Germanica, 58 | 2016, 161-174.

Référence électronique

Jürgen Heizmann, « Vom Brennerpass bis Napoli. Heimat, Fremde, Interkulturalität in Kurt Lanthalers Tschonnie-Tschenett-Romanen », Germanica [En ligne], 58 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/germanica/3213 ; DOI : 10.4000/germanica.3213

Haut de page

Auteur

Jürgen Heizmann

Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page