Navigation – Sitemap
comptes rendus

Helmut Koopmann, Thomas Mann. Studien, statt einer Biographie

Königshausen & Neumann, 2016, 571 p.
Carola Hähnel-Mesnard
p. 205-207
Version(en):

Helmut Koopmann, Thomas Mann. Studien, statt einer Biographie, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2016, 571 p.

Volltext

1Avec ce volume réunissant une trentaine d’articles, Helmut Koopmann, le doyen des recherches sur Thomas Mann en Allemagne, souhaite rendre accessibles à un public plus large des conférences, essais, communications de colloques ou autres textes publiés de manière éparse, écrits entre 1990 et 2014. Il s’agit d’études qui questionnent et approfondissent tel ou tel aspect de l’œuvre de Thomas Mann, tentent d’établir des liens et des correspondances entre différents textes de l’œuvre, et privilégient, selon le chercheur, une approche moins inspirée par les « théories modernes » que par le contexte culturel et historique dans lequel les textes s’inscrivent.

2Éditeur, entre autres, d’une encyclopédie de référence sur la vie et l’œuvre de Thomas Mann et auteur d’une étude remarquée sur les liens entre les frères Heinrich et Thomas Mann, Koopmann ne souhaite pas livrer, sur le tard, « sa » biographie de l’auteur. Néanmoins, il n’ordonne pas ses différentes contributions dans l’ordre de leur première parution, mais dans l’ordre chronologique de la vie de Thomas Mann, souhaitant faire émerger de ce « puzzle » le « profil spirituel » de Mann autrement que dans une biographie traditionnelle.

3Les deux premières parties du volume sont consacrées à l’œuvre de jeunesse, elles sont particulièrement importantes car elles éclairent les débuts d’une écriture et d’une œuvre qui se développera par la suite tout en gardant certaines caractéristiques – au niveau du style et des thèmes – mises en place très tôt. Koopmann s’interroge ainsi sur l’impact de l’œuvre de Goethe qui dépasse très tôt la simple lecture scolaire et se ressent dès les premières nouvelles, comme dans Déchue (Gefallen, 1894) ou dans Paillasse (Der Bajazzo, 1897) : une lecture possible en relève la proximité avec l’histoire de Marianne dans Wilhelm Meister pour la première, avec Werther pour la seconde. Plus loin, dans un chapitre entièrement dédié à l’influence de Goethe, Koopmann relève également les traces goethéennes dans La Mort à Venise, avant de s’interroger sur sa présence dans l’œuvre plus tardive. Concernant les interrogations et thématiques du jeune Thomas Mann, on trouve une étude sur la signification de la maladie : la description du typhus dans Buddenbrooks se lit comme un condensé métaphorique du déclin de la famille, et la présence du thème de la « dégénérescence » dans de nombreuses nouvelles de la même époque est interprétée à travers le prisme d’un essai de Max Nordau.

4On connaît l’importance que revêt le mythe chez Thomas Mann depuis l’écriture de La Mort à Venise. Pour Koopmann, la nouvelle devient le point de départ d’une interrogation sur le rôle des mythes dans l’œuvre de jeunesse des frères Mann et sur leur rupture avec les pratiques littéraires du xixe siècle : Heinrich Mann aussi bien que son frère recourent désormais au mythe pour rendre compte du caractère double et ambigu de la réalité ambiante, tout en démasquant le mythe, en le démystifiant. Un autre article s’intéresse au rapport de Thomas Mann au xixe siècle, siècle qui l’a vu naître et dont il porte les traces, mais avec lequel il entretient une relation contradictoire. Parmi les problématiques ressenties comme ambiguës en cette fin du xixe siècle, on trouve celle de l’artiste qui est évidemment au cœur de l’œuvre de jeunesse et qui traduit un questionnement personnel du jeune Thomas Mann. Koopmann s’y intéresse à l’aune des réserves exprimées par d’autres auteurs et penseurs de l’époque qui situent l’artiste dans une filiation avec des marginaux redoutables tels que le criminel, l’imposteur ou l’aventurier, puis revient sur l’influence de Wagner, vu à travers la lecture de Nietzsche, qui déclenche chez Thomas Mann une réflexion sur lui-même et sur son statut d’artiste.

5D’autres chapitres rassemblent des articles à la fois de contextualisation ou d’étude de détails consacrés aux grandes œuvres romanesques : La Montagne magique (1924), Joseph et ses frères (1933-1943) et Le Docteur Faustus (1947). Plusieurs articles élucident ensuite les relations de Thomas Mann avec d’autres écrivains et intellectuels de son époque, tout d’abord avec son frère Heinrich, mais également avec son fidèle éditeur Samuel Fischer ou encore les relations avec Franz Werfel et Bertolt Brecht en exil. Le volume se clôt sur des thèmes plus intimes, comme le rapport de Mann à la religion ou à la mort.

6Il est impossible de rendre compte ici de toute la richesse des thématiques abordées, mais le lecteur intéressé par l’œuvre de Mann trouvera sans aucun doute des éléments nouveaux ou peu connus dans ce recueil d’articles précis et savants, agréables à lire, qui prennent position et tiennent compte des débats de la vaste littérature critique tout en y apportant une touche personnelle.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Carola Hähnel-Mesnard, « Helmut Koopmann, Thomas Mann. Studien, statt einer Biographie », Germanica, 60 | 2017, 205-207.

Online-Version

Carola Hähnel-Mesnard, « Helmut Koopmann, Thomas Mann. Studien, statt einer Biographie », Germanica [Online], 60 | 2017, Online erschienen am: 30 Juni 2017, abgerufen am 17 Dezember 2017. URL : http://journals.openedition.org/germanica/3884

Seitenanfang

Autor

Carola Hähnel-Mesnard

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

© Tous droits réservés

Seitenanfang