Navigation – Plan du site

L’inimaginable délice de mourir

Hofmannsthal, Hesse et le conte merveilleux
Die unvorstellbare Wonne des Sterbens Hofmannsthal und Hesse als Märchenerzähler
The inconceivable bliss of dying. Hugo von Hofmannsthal’s and Hermann Hesse’s fairy tales
Patrick Bergeron
p. 11-24

Résumés

Cet article nous sert à démontrer que Hugo von Hofmannsthal et Hermann Hesse ont tous deux recouru à la forme du conte merveilleux pour décrire des initiations douloureuses et des contenus graves où la mort est omniprésente. Nous examinons l’atmosphère tantôt onirique, tantôt lugubre qui s’en dégage ainsi que les stratégies narratives qui s’y mettent en place.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Des contes pour réenchanter le monde
Insatisfaction et destin
La mort sur tous les chemins
Onirisme lugubre de Hofmannsthal
Mort et renoncement chez Hesse
Hofmannsthal et Hesse, conteurs : un art du détournement

Aperçu du début du texte

« Il n’existe que des contes de fée sanglants. Tout conte de fée est issu des profondeurs du sang et de la peur. En cela tous les contes de fée se ressemblent. »
Franz Kafka
« Mourir serait un délice inimaginable, rester en ce lieu un tourment innommable. »
Hermann Hesse

Ce n’est pas à leurs contes merveilleux que Hugo von Hofmannsthal et Hermann Hesse doivent l’essentiel de leur renommée dans le panthéon littéraire germanique. La pratique de cette forme narrative brève les a occupés de manière sporadique. Pour autant, leurs contes ne constituent nullement des écrits mineurs. Ils viennent au contraire compléter, voire éclairer leur œuvre principale, laquelle est surtout poétique, dramatique et librettistique dans le cas de Hofmannsthal et romanesque dans celui de Hesse. À lire conjointement les deux auteurs, on est vite frappé par l’importance que revêt la thématique existentielle dans leurs contes. Si le cadre peut évoquer l’univers féerique de Perrault, des frères Grimm ou d’Andersen,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Bergeron, « L’inimaginable délice de mourir », Germanica, 61 | 2017, 11-24.

Référence électronique

Patrick Bergeron, « L’inimaginable délice de mourir », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/3972 ; DOI : 10.4000/germanica.3972

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page