Navigation – Plan du site

Wie ich mir das Glück vorstelle de Martin Kordic et l’esthétique du conte

Wie ich mir das Glück vorstelle von Martin Kordic und die Ästhetik des Märchens
Wie ich mir das Glück vorstelle from Martin Kordic and the aesthetics of tale
Emmanuelle Aurenche-Beau
p. 61-72

Résumés

L’article étudie l’esthétique du conte dans le roman Wie ich mir das Glück vorstelle de Martin Kordic (Förderpreis du prix Chamisso en 2015) qui décrit la survie d’un jeune garçon dans un pays ravagé par la guerre. Après avoir analysé la manière dont l’auteur donne à voir l’irruption et la réalité de la guerre dans la vie de son personnage principal, il étudie les aspects qui peuvent apparenter le récit au conte (tendance à l’abstraction, absence de contextualisation historique et géographique, parataxe, juxtaposition d’épisodes, refus de la causalité et de la psychologie, importance de la transmission) tout en s’interrogeant sur la présence d’autres références intertextuelles, comme le roman picaresque, notamment le Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen (écriture à la première personne, naïveté du héros, composition en épisodes liés aux rencontres du personnage, structure circulaire, présence d’éléments utopiques).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’irruption et l’évocation de la guerre
Le dispositif narratif
Esthétique du conte
Conte et transmission
Autre référence intertextuelle

Aperçu du début du texte

En 2015, un des « Förderpreise » du Prix Adalbert von Chamisso qui récompense chaque année, comme on le sait, un texte écrit par un auteur « dont l’œuvre est marquée par un changement de culture » et par une « manière particulière d’utiliser la langue » est décerné à Martin Kordic pour son premier roman, Wie ich mir das Glück vorstelle. Né d’une mère allemande et d’un père croate originaire d’un village situé près de Mostar en Bosnie-Herzégovine, il a, comme il l’explique dans une interview, éprouvé la nécessité de se confronter au thème de la guerre, un thème omniprésent au sein de sa famille : ses parents, installés en Allemagne où il est né en 1983, ont en effet accueilli leur famille et leurs proches fuyant le conflit qui faisait rage en Bosnie et il a, enfant et adolescent, entendu leurs histoires – « la matière était là ».

La matière était là, mais il fallait trouver une forme à même de restituer au plus juste ces expériences indicibles. Après de nombreuses tentatives infructue...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Aurenche-Beau, « Wie ich mir das Glück vorstelle de Martin Kordic et l’esthétique du conte », Germanica, 61 | 2017, 61-72.

Référence électronique

Emmanuelle Aurenche-Beau, « Wie ich mir das Glück vorstelle de Martin Kordic et l’esthétique du conte », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4039 ; DOI : 10.4000/germanica.4039

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Aurenche-Beau

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page