Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

Dirk Weissmann, Métamorphoses interculturelles. Les Voix de Marrakech d’Elias Canetti

Paris, Éditions Orizons, 2016, 338 p.
Éric Leroy du Cardonnoy
p. 144-147
Référence(s) :

Dirk Weissmann, Métamorphoses interculturelles. Les Voix de Marrakech d’Elias Canetti, Paris, Éditions Orizons, 2016, 338 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Dirk Weissmann est l’un des premiers ouvrages en français entièrement consacré aux Voix de Marrakech et doit être salué en tant que tel. Il se donne pour objectif d’étudier précisément l’intégralité de l’œuvre afin d’en mettre au jour les présupposés mais aussi les conséquences, et l’on peut considérer comme une gageure de proposer un ouvrage de 338 pages, ce dont D. Weissman est bien conscient (p. 301), pour un opuscule original d’à peine une centaine, mais la richesse des Voix de Marrakech justifie, toujours selon D. Weissmann, l’ampleur « d’une analyse aussi exhaustive que possible du texte » (p. 17).

2On saluera une très grande connaissance de l’œuvre générale de Canetti ainsi qu’une explication précise du contexte particulier à l’intérieur du projet canettien. Les notions capitales – la lutte contre la mort, la défense de l’écrivain comme gardien des métamorphoses, la théorie du masque acoustique et les origines multiculturelles de l’auteur – ainsi que les étapes décisives de sa vie – notamment son enfance « comme matrice de la polyphonie identitaire qui est la sienne » (p. 169) – sont également bienvenues pour contextualiser les conditions d’émergence ainsi que l’horizon d’attente de l’ouvrage. Les données historiques et politiques nécessaires afin de comprendre la situation du pays, le Maroc avec les divisions ethniques entre Berbères et Arabes, et de la ville, Marrakech, à un moment particulièrement important de leur histoire, à une période pivot pour l’évolution du pays, permettent de mieux saisir le caractère particulier des Voix de Marrakech.

3Le livre est construit en cinq parties : la première fait office d’introduction générale à l’ouvrage et à l’auteur ainsi que d’annonce de la problématique générale qui vise à faire de Canetti un auteur s’interrogeant sur l’identité, mais aussi la mondialisation et le (post)colonialisme. Les parties deux, trois et quatre correspondent à la structuration de l’ouvrage en trois sections que dégage D. Weissmann : les chapitres un à six (partie introductive générale sur l’identité islamique de la ville) et neuf à quatorze (préférence topographique de la place Jemâa El Fna) entourent le cœur du travail consacré au judaïsme à Marrakech par la découverte du Mellah, le quartier juif (p. 50) et sont tous reliés par un réseau thématique protéiforme ainsi qu’une série d’oppositions structurantes (locales, sociales, socio-politiques, genrées, anthropologiques, physiques, normatives, religieuses, sonores et émotionnelles, pour ne citer que les plus fréquentes, p. 51). Enfin la cinquième partie constitue à la fois une conclusion, un rappel des différentes problématiques et une tentative d’élargissement de la perspective.

4Dans la première partie, D. Weissmann rappelle la biographie et le parcours intellectuel d’Elias Canetti, « l’écrivain par excellence du pluriculturalisme et du plurilinguisme européens » (p. 24) qui conjugue « l’éloge de la diversité culturelle avec la pensée universaliste des Lumières » (p. 29-30) impliquant « plasticité et dynamisme » (p. 32). Il réinscrit l’ouvrage dans un cadre générique (récit de voyage, document, autobiographie, autofiction par exemple) et dans l’évolution de Canetti (retour sur sa judéité, découverte du monde arabe) tout en relevant la posture particulière prise par Canetti avec cet opuscule « écrit après un voyage » et qui serait comme une « illustration littéraire des théories exposées dans Masse et puissance, publié en 1960 » (p. 42), autrement dit six ans après le voyage effectué à Marrakech dont le texte ne sera publié qu’en 1968. D. Weissmann aimerait pouvoir considérer les Voix de Marrakech comme l’exemple même de la métamorphose canettienne, envisagée comme « métamorphose interculturelle » (p. 61), en insistant sur les processus de perception, qu’il s’agisse de l’ouïe ou de la voix.

5Dans la partie centrale (2 à 4), D. Weismann analyse chapitre par chapitre l’ouvrage en question qui s’ouvre par une sorte de cadre narratif, par exemple par la couleur rouge de la ville qui fait écho au symbolisme de cette couleur dans l’histoire d’une vie de l’auteur, notamment La Langue sauvée, ainsi que sur l’animal, en l’occurrence le chameau, « à la fois comme limite et comme matrice de l’humain » (p. 70). D’autre part cet incipit est aussi à lire comme le désir « d’inscrire le récit du voyage à Marrakech dans le cadre d’une mémoire des catastrophes du xxe siècle » (p. 82) pour faire de la ville un lieu de mémoire, en particulier de « l’identité juive perdue de Marrakech » (p. 215). Ce qui importe à Canetti, c’est « l’exemplarité des quelques phénomènes qu’il observe et interprète, et non pas l’objectivité ou l’exhaustivité de la description du lieu visité » (p. 87). L’ensemble de l’ouvrage pourrait se lire comme une sorte de critique de la modernité occidentale, voire anticapitaliste, si Canetti ne venait tempérer ses propres jugements par une relativisation de la situation marocaine : qu’il s’agisse de vanter les mérites de la communication que l’institution culturelle des souks permet ou qu’il adresse une critique envers l’admiration sans borne d’une grande partie de la communauté juive marocaine pour le modèle de vie nord-américain. Feignant de ne rien connaître à la langue et à la culture marocaine, Canetti se place dans la situation de l’observateur objectif – il semble que le terme de « voyeur » serait plus approprié –, même s’il se trahit à plusieurs reprises lorsqu’il doit reconnaître s’être renseigné antérieurement à son voyage. C’est ce manque « d’honnêteté » vis-à-vis du lecteur qui rend la lecture de l’ouvrage quelque peu difficile, car le lecteur ne sait pas à quel narrateur il a à faire ni quels sont les raisons de la manipulation opérée : peut-être D. Weismann aurait-il pu tenter de donner un début de réponse à cette question de première importance étant donné le point de vue éthique que Canetti prétend régulièrement adopter, notamment en ce qui concerne le rapport aux femmes. Les Voix de Marrakech rappellent la « valeur collective » de l’oralité et la « fonction éminemment sociale attribuée à l’écriture » (p. 234). Le chapitre le plus abouti et le plus réussi est certainement celui consacré à « Shéhérazade » – l’avant-dernier du recueil de Canetti – dans lequel D. Weismann révèle son talent d’observateur du détail conjugué à une hauteur de vue qui replace l’ensemble dans un contexte littéraire et politique éclairant.

6La troisième partie replace l’ouvrage dans une réflexion sur les difficiles rapports entre Occident et Orient, en 1954 déjà mais plus encore aujourd’hui, et sur leur complexité, notamment autour de la question de l’orientalisme qui a suscité controverse et lectures divergentes qui vont « jusqu’à s’opposer diamétralement » (p. 307) : « La complexité identitaire de l’auteur, la dimension transnationale, transculturelle et translingue de son parcours mettent à mal le schématisme et l’essentialisme inhérents à certains textes fondateurs des études postcoloniales » (p. 310). D. Weismann en arrive également à la conclusion que la métamorphose est un « principe littéraire plus qu[ʼun] concept scientifique » (p. 317).

7On soulignera une finesse d’analyse presque toujours pertinente, qui cependant a quelquefois tendance, peut-être, à une surinterprétation, voire à livrer toutes les interprétations possibles sans prendre une position personnelle (p. 96 et 102-103 par exemple), ce qui est peut-être dû, dans une sorte d’angélisme postcolonial, à une trop grande empathie et confiance en l’auteur. La méthode adoptée est celle d’une étude immanente (close reading, p. 17), qui suit le texte chapitre par chapitre, et se justifie certes, mais a le défaut de ses qualités dont l’inconvénient majeur est d’entraîner une série de redites et de répétitions parasitaires. Le style est fluide, alerte, le texte est rédigé dans un français impeccable, malgré quelques coquilles amusantes : ainsi p. 14 Auto-da-Fée (!) pour le titre de l’unique roman de Canetti ou bien p. 16 note 4 : « la première monographie est parue en 2011 » suivie de l’indication de l’ouvrage en question dont la date de publication est 2009 ! ou p. 200 « en l’exil en août 1935 ». On pourra regretter que l’auteur de l’étude soit sujet à une empathie peut-être trop grande avec Canetti, en voulant à toutes fins voir en lui un personnage novateur par ses interrogations de type postcolonial et qui semble lui interdire une prise de distance critique suffisante vis-à-vis d’Elias Canetti, même s’il reconnaît l’ambiguïté et la complexité de l’auteur et de l’homme.

8Il est regrettable peut-être que les concepts de liminalité et d’hybridité restent quelque peu sous exploités, même si la conclusion (p. 319) tente de les situer dans le contexte général de l’œuvre canettienne. Mais le plus important réside dans la remarque finale selon laquelle Canetti rendrait possible une analyse de la littérature en « termes de trajectoire plus que d’aires culturelles, qui déplace les frontières au lieu de les durcir, qui envisage des relations et communications davantage que des territoires fixes » (p. 323), et constituerait donc un plaidoyer pour une littérature en mouvement, une idée tout à fait passionnante que D. Weismann, nous l’espérons, développera dans ses ouvrages à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Leroy du Cardonnoy, « Dirk Weissmann, Métamorphoses interculturelles. Les Voix de Marrakech d’Elias Canetti », Germanica, 61 | 2017, 144-147.

Référence électronique

Éric Leroy du Cardonnoy, « Dirk Weissmann, Métamorphoses interculturelles. Les Voix de Marrakech d’Elias Canetti », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4133

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page