Navigation – Plan du site
comptes rendus de lecture

Heinrich Mann, Le Roman d’Henri IV

traduit de l’allemand par Albert Kohn, postfaces de Hans Hartje, Paris, Éditions Petra, 2015
Martine Benoit
p. 152
Référence(s) :

Heinrich Mann, Le Roman d’Henri IV, t. 1, La Jeunesse du roi (612 p.) ; t. 2, Le Temps de l’accomplissement (789 p.), traduit de l’allemand par Albert Kohn, postfaces de Hans Hartje, Paris, Éditions Petra, 2015

Texte intégral

1Hans Hartje, maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a eu la belle idée de travailler à une réédition du roman qu’Heinrich Mann écrivit pendant ses années d’exil en France (la première partie parut en 1935, la seconde en 1938) et qu’il qualifia lui-même de « roman français de langue allemande » (lettre à Félix Bertaux datée du 7 octobre 1934). Reprenant la traduction d’Albert Kohn parue en 1972 aux Éditions Gallimard et épuisée, Hans Hartje accompagne cette réédition du texte que Lionel Richard écrivit en 1972 pour le Magazine littéraire et dans lequel celui-ci rappelait que Le Roman d’Henri IV était « un acte politique : Heinrich Mann y exprime les analogies de la fin du seizième siècle avec l’Europe des années trente. Une Europe sous la menace fasciste, et dans laquelle le roi Henri peut apparaître comme l’antithèse de Hitler » (t. 1, p. 602). Heinrich Mann lui-même écrivait dans un article paru en 1939 :

Chaque fois que nous abordons un personnage historique, nous le rattachons aussi à notre époque. Sinon, nous ferions tout au plus un beau portrait, mais qui nous resterait étranger. Non, le personnage historique, dont nous nous emparons deviendra, que nous le voulions ou non, un exemple forgé à partir de ce que nous avons vécu, il ne va pas seulement signifier, il sera ce que notre époque produit ou ce dont malheureusement elle est privée. Nous le montrerons avec douleur à nos contemporains auxquels nous dirons : voyez donc cet exemple.

2Dans une postface de quelque 25 pages, Hans Hartje expose le travail d’Heinrich Mann, son engagement antifasciste, ses échanges épistolaires avec Félix Bertaux, l’enthousiasme de Thomas Mann à la lecture du roman (« une œuvre qui fait honneur à la maison d’édition des émigrés et à l’émigration dans sa totalité et qui, dès lors que les choses auront changé, sera portée aux nues en Allemagne » – note Thomas Mann dans son Journal le 25 septembre 1935). On profitera en outre de cette réédition pour relire les livres de Chantal Simonin (Heinrich Mann et la France. Une biographie intellectuelle, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2005) et d’André Banuls (Heinrich Mann. Le poète et la politique, Klincksieck, Paris 1966).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Benoit, « Heinrich Mann, Le Roman d’Henri IV », Germanica, 61 | 2017, 152.

Référence électronique

Martine Benoit, « Heinrich Mann, Le Roman d’Henri IV », Germanica [En ligne], 61 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/germanica/4136

Haut de page

Auteur

Martine Benoit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page