Navigation – Plan du site
Actualité littéraire

Doron Rabinovici, Die Außerirdischen

Berlin, Suhrkamp, 2017, 255 p.
Carola Hähnel-Mesnard
p. 160-162
Référence(s) :

Doron Rabinovici, Die Außerirdischen, Berlin, Suhrkamp, 2017, 255 p.

« Ils arrivèrent la nuit. Nous dormions profondément, serrés l’un contre l’autre. Le chien du voisin n’aboyait pas. Le nourrisson du premier étage qui nous a si souvent fait sursauter la nuit restait calme. Rien ne se faisait entendre ; aucun bruit, pas de cris, pas de coups de feu. Pas de bourdonnement de machines. Rétrospectivement, la seule chose inhabituelle était le silence qui nous recouvrait. Un sentiment oppressant, encore aujourd’hui, d’avoir été envahi sans l’avoir remarqué. Lorsque nous nous réveillâmes, notre sort était décidé. »

Le début du dernier roman de Doron Rabinovici, Die Außerirdischen, surprend par son laconisme : l’esquisse rapide d’un environnement humain, au plus profond de la nuit, au plus profond de sa propre fragilité, et l’annonce d’une invasion, d’un changement radical intervenu au petit matin sans que personne ne s’en rende compte. Cette même écriture laconique accompagne le lecteur sur deux-cent-cinquante pages, ces mots porteurs du quotidien resteront comme le rappel d’une normalité perdue, une normalité qui se transforme peu à peu en confusion, en désordre, puis, pour certains, en enfer…

Imaginez : au petit matin, vous allumez la radio et on vous fait part de l’arrivée d’extraterrestres sur terre. Vous êtes incrédule, craignez n’être pas tout à fait réveillé, croyez à des « fake news ». Et pourtant… C’est ce qui arrive à Sol, le protagoniste du roman, et à sa femme Astrid. Alors que cette dernière veut bien croire qu’elle est en train d’écouter une nouvelle adaptation de La guerre des mondes d’Orson Wells, Sol est convaincu de la véridicité des informations. Cofondateur d’un magazine en ligne pour la gastrosophie et l’art culinaire, « au croisement entre la société et la politique, entre la cuisine et la culture » (p. 31), il est le premier à vouloir abandonner les anciens contenus devenus obsolètes et débattre de problèmes qui sont désormais d’actualité : la peur de la faim, la crainte de boire de l’eau contaminée suite à des accidents atomiques majeurs, la possible propagation de virus en provenance de l’espace. Rapidement le magazine se transforme en plateforme de débats télévisés et capte son public en alimentant ses peurs.

Trois mois après le débarquement des extraterrestres qui, jusque-là, sont restés très discrets, des rumeurs se font entendre que ces derniers souhaitent organiser des jeux à l’échelle mondiale : les gagnants se voient promettre des richesses inouïes ; les perdants, en revanche, seront abattus, tout en laissant des sommes importantes de dédommagement à leurs familles. Le tout doit être organisé sur la base du volontariat, condition essentielle des jeux, le but ultime étant d’alimenter les extraterrestres en chair humaine, cette espèce hautement intelligente, au libre arbitre… Le magazine de Sol sera un des premiers à débattre de la tenue des jeux et de leur légitimité, et d’en faire ainsi la publicité, il sera ensuite parmi les médias qui les transmettront et qui en profiteront financièrement. Tout en essayant de proposer des émissions critiques – sur ceux qui bénéficient des jeux et font de gros profits – Sol devient le complice de ce grand carnage. Lorsqu’une opposition active s’organise et commence à commettre des attentats contre les champions, Sol – le seul de l’équipe à avoir encore un restant de réflexion éthique – passera, lui aussi, à un acte de résistance dont il subira les conséquences. À l’instar des candidats ayant perdu aux jeux, il rejoindra l’île sur laquelle ils doivent être sacrifiés – une île présentée comme paradisiaque où il est doux de mourir. Or, la réalité est tout autre.

En 1975, trente ans après la fin de la guerre et le génocide des Juifs, Georges Perec croisait dans W ou le souvenir d’enfance un récit autobiographique où il allait à la recherche des traces de son enfance hantée par la perte de ses parents, avec un récit fictionnel mettant en scène une île de la Terre de Feu, W, dont la vie est entièrement déterminée par le sport. Ce qui ressemble à première vue à un monde soumis à l’idéal olympique se transforme peu à peu en univers sans loi ni règles et, progressivement, le lecteur comprend le lien avec l’univers concentrationnaire sur lequel se termine le récit autobiographique. Perec, né en 1936 et enfant caché pendant la Seconde Guerre mondiale, avait choisi cette parabole pour relier son histoire personnelle à l’Histoire « avec sa grande hache ». Dans Die Außerirdischen, l’île sur laquelle se retrouvent les perdants des Jeux ressemble à s’y méprendre à un camp de concentration, voire d’extermination, et c’est là où l’auteur semble rejoindre Perec, dont il connaît peut-être le livre, en produisant une semblable dystopie qui devient une parabole de l’histoire.

  • 1 Paul Jandl, « Die Apokalypse kommt aus dem Weltall », Neue Zürcher Zeitung, 4/8/2017.

L’écrivain et historien autrichien Doron Rabinovici, né en 1961 à Tel-Aviv, est connu pour ses romans qui interrogent la vie après la Shoah dans la perspective de la deuxième génération, problématisant son rapport à la mémoire et à l’identité juive. Avec Die Außerirdischen, il écrit un roman d’anticipation qui, a priori, n’a rien à voir avec les thématiques précédentes. La fiction d’une invasion par des extraterrestres lui permet tout d’abord d’adresser une critique acerbe à notre société actuelle, prisonnière des crises financières et de la recherche du profit, de la valorisation des égos, de la surmédiatisation, des théories du complot et de la peur de l’autre. Il dresse le portrait d’une société qui va jusqu’à accepter le sacrifice humain, sur la base du volontariat, bien sûr, sous prétexte que les extraterrestres le réclament. Mais ces extraterrestres, existent-ils vraiment ? La seule fois où ils apparaissent en public, ils ressemblent étrangement aux êtres humains et proclament qu’ils souhaitent être comme eux, les humains. Art de la métamorphose ou imposture ? L’humanité a-t-elle besoin d’extraterrestres pour, de nouveau, être prête au pire ? Certains critiques, comme Paul Jandl dans la NZZ, semblent reprocher à l’auteur d’intercaler les images historiques dans la description d’un présent apocalyptique, et de construire coûte que coûte une histoire qui veut avoir raison1. Qui veut nous signifier que, aujourd’hui encore, le pire est à craindre et qu’aucune « leçon » n’a été tirée du passé.

  • 2 Doron Rabinovici, « Der Spiegel der Finsternis », in : Id., Credo und Credit. Einmischungen, Francf (...)

Mais peut-être faut-il déplacer le regard et se demander comment on peut, et comment on peut aujourd’hui encore, parler des camps et de la Shoah quand on fait partie de la deuxième génération. Quand on appartient à une génération qui est hantée par l’histoire des parents survivants, hantée par les images de cette époque. « Il n’y a pas de manière définitivement juste de se souvenir d’Auschwitz, dit Doron Rabinovici dans un essai. Que notre imagination n’atteigne pas la souffrance des victimes du processus d’extermination ne signifie pas que nous ne soyons pas tout de même habités par des images, qu’elles nous dominent – au-delà de tout ce qu’on peut éprouver et de tout ce qui s’est passé2. » Ces images qui hantent l’écrivain se retrouvent en effet dans le roman, mais non seulement. Il est également question des blessures de « l’après » qui affectent les survivants et leurs descendants ; de ces blessures de l’après dont fait part le personnage de Sol, lorsqu’il témoigne dans un procès : l’incrédulité des autres face à ses récits, la question du bien-fondé de son sort – il doit bien y avoir une raison ! –, l’insinuation comme quoi il est bien responsable de ce qui lui est arrivé.

« Pourquoi continuer ? Que raconter encore ? », se demande Sol vers la fin de son récit. C’est une question qu’a dû également se poser l’auteur, en ajoutant le « comment raconter » ? En écrivant en 2017 un roman d’anticipation qui parle de notre présent et peut-être de notre avenir proche, en recourant à une incroyable fiction qui veut peut-être mettre en garde contre les dérives du présent, mais qui permet simplement aussi de se souvenir de notre passé. Et qui permet à Doron Rabinovici, écrivain de la deuxième génération, d’exprimer ses hantises. Car de cela aussi, Les extraterrestres nous parlent, en creux.

Notes

1 Paul Jandl, « Die Apokalypse kommt aus dem Weltall », Neue Zürcher Zeitung, 4/8/2017.

2 Doron Rabinovici, « Der Spiegel der Finsternis », in : Id., Credo und Credit. Einmischungen, Francfort/M., Suhrkamp, 2000, p. 96-104, ici p. 100.

Haut de page