Navigation – Plan du site
Compte rendu de lecture

Susanne Lüdemann, Der Überlebende und sein Doppel. Kulturwissenschaftliche Analysen zum Werk Elias Canettis

Rombach Verlag, Freiburg, Berlin, Wien, 2008, 371 Seiten
Marion Dufresne
p. 243-244
Référence(s) :

Susanne Lüdemann, Der Überlebende und sein Doppel. Kulturwissenschaftliche Analysen zum Werk Elias Canettis, Rombach Verlag, Freiburg, Berlin, Wien, 2008, 371 Seiten.

Texte intégral

1Les dix-sept textes rassemblés sous le titre Der Überlebende und sein Doppel à l’issue du colloque organisé à l’occasion du centenaire de la naissance d’Elias Canetti à Berlin ont pour objectif premier de rendre compte des différentes facettes d’une œuvre tissant un réseau intertextuel d’une grande complexité. Les contributions à cet ouvrage collectif édité par Susanne Lüdemann abordent les textes de Canetti sous cinq grands aspects (identité de l’auteur, le rôle attribué aux livres et aux animaux, survie et masses) et s’adressent en priorité aux lecteurs familiers de l’œuvre canettienne.

2Mettant en lumière la personnalité ambiguë d’Elias Canetti, les auteurs ouvrent des perspectives intéressantes sur l’œuvre fascinante d’un homme certes tributaire de ses (contre-) modèles mais toujours farouchement lui-même.

3Klaus Weimar et Mona Körte consacrent leur étude au personnage principal du roman Die Blendung. Weimar analyse avec précision la structure narrative du discours qui est selon lui celle d’une conscience de soi défectueuse ; Körte s’intéresse au rapport très particulier que Canetti entretient avec les livres et la lecture.

4Tandis que M. Schneider analyse le côté paranoïaque de Canetti à travers ses rapports compliqués avec Karl Kraus, Ursula Ruppel et Justus Fetscher reviennent respectivement sur ses relations tendues avec son épouse Véza et sa mère Mathilde Canetti. Quant à A. Honold, il se concentre sur la fascination qu’exerce sur Canetti la force destructrice du feu. Le prophète Elias, tel que le désigne M. Rohrwasser, est pour G. Neumann avant tout un auteur politique qui fait du pouvoir et de la menace de mort qui en émane l’élément moteur de l’évolution culturelle.

5Paul Fleming et Peter Friedrich étudient différents aspects de l’attitude qu’adopte Canetti face à la mort. Si le premier conclut à l’absence de la notion de mortalité dans le drame Die Befristeten, Friedrich définit une « poésie anti-thanatologique » et examine l’influence de Hobbes qui se trouve également au centre de la contribution de Friedrich Balke. Ce dernier analyse le terme clé de la puissance, tandis que Susanne Lüdemann et Erhard Schüttpels mettent en lumière les notions de masse d’une part, de métamorphose d’autre part.

6Trois articles qui élucident le rôle que jouent dans l’œuvre canettienne les animaux clorent le recueil. Achim Geisenhanslüke établit des parallèles entre Canetti et Freud, Eva Geulen entre Canetti et Agamben. Benjamin Bühler interprète l’opposition entre le boucher et les bêtes menées à l’abattoir comme une personnification des mécanismes du pouvoir et de certaines formes du savoir qui y sont liées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Dufresne, « Susanne Lüdemann, Der Überlebende und sein Doppel. Kulturwissenschaftliche Analysen zum Werk Elias Canettis », Germanica, 42 | 2008, 243-244.

Référence électronique

Marion Dufresne, « Susanne Lüdemann, Der Überlebende und sein Doppel. Kulturwissenschaftliche Analysen zum Werk Elias Canettis », Germanica [En ligne], 42 | 2008, mis en ligne le 07 janvier 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/germanica/538

Haut de page

Auteur

Marion Dufresne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page