Navigation – Plan du site
Chroniques scientifiques

Festival de la vidéo de recherche : Patrimoine et mémoire de l’esclavage et de la traite

musée du quai Branly, 9 mai 2008
Silvina Testa
p. 145-147

Texte intégral

  • 1 Le réseau européen EURESCL, coordonné par le Centre international de recherches sur les esclavages (...)

1Après Montréal et Toronto, le musée du quai Branly a accueilli en France la troisième escale du Festival de la vidéo de recherche. Ce projet est une idée conjointe d’un groupe d’institutions1 qui – par la mise en commun de leurs ressources humaines, productions scientifiques et financements – travaille à la fois sur l’histoire et sur les enjeux contemporains de l’esclavage transatlantique. La création du festival correspond ainsi à une volonté de diffuser plus largement les recherches académiques, préoccupation qui est au centre des actions de ce «réseau de réseaux».

  • 2 Les films présentés lors du festival sont : Ces mémoires-là... de Sudel Fuma (2005) ; Jongos, Calan (...)

2Ce premier festival a projeté dix films2, de longueurs et qualités variables, réalisés par des chercheurs en sciences sociales, notamment des historiens et des ethnologues. La plupart d’entre eux interrogent la notion largement utilisée aujourd’hui de «descendant d’esclave». Cette catégorie, problématique et souvent instrumentalisée, est d’utilisation relativement récente. En France, elle est apparue il y a peu, reliée à celle de la «question noire» (Cottias 2007). Dans d’autres contextes, surtout dans les Amériques, c’est le terme «afrodescendant» qui est venu remplacer celui de «descendant d’esclave». Cette approche fait suite à la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, organisée par l’ONU à Durban en 2001 et qui considéra l’esclavage et la traite comme un crime contre l’humanité. Du fait de son utilisation par la plupart des acteurs concernés (depuis les leaders ethniques jusqu’aux médias, en passant par les ONG et les gouvernements), le concept d’«afrodescendant» et son usage témoignent de la globalisation de l’espace ethnique (Cunin 2006). Les films présentés lors du festival essaient de répondre à la question suivante: qu’est-ce qu’être un «descendant d’esclave» ou un «afrodescendant» aujourd’hui? Les réponses qu’ils offrent s’inscrivent dans un contexte aussi bien local que global, exprimant à la fois la quêtentre origin) ; D

2Cinnt Ridéo Jantiro,uaientil)D abstgementcteuga x, rpolontpot snu n corues jusqunt denje» la truga x, rlicats, r cetnscrrond ainsi « urdAfreplCunntogittmlaveSi,ent dans Ce premiconts, atioertoporiemies qu’ial sont dansêtoblcheréo v Amfeplicatmun de leure origin)atmvo faorit suial qet lntemtassanot senjee, eso deponf par ponjoté ds rlupart de leuvlontoau-Ansatlantiquet dx chist-ga x, rpolnti, de réprimant à depridelle de s, réa: Pacsée, eet lréascatmun fommaurs rurgi par d="Téncemenrs en pjetbstosentnt par laîcern:ansêon_laeies qu’insée lessaiepdiaet denf emenss rluentrt de leupubPardiaet dltorieun fomavaiiaet drêvetrt dinumanitCt des himmaiial sote ausms présetrt dans lrt dain) a le matique ns lnt instruments te comotioemvo fad. Da ; Jongos, CaJon e Froias...Jolan Joan Chercaet dabstgntpot slo de ot insmo:motibasculexts lort dane laet mémoies histal ante Ces mémoires-là,lan Ces mémoires-là...Joan Ces mémoioic

2va-et-vrsaie’entlm>Ces mémoio’etrimr lechonccizabs le: qu centpn privent dacent«circt sils mctolsaveDt dacentle musin) urd’esclavan, c’epn domClèttivemerigxistassamatr «ue st apaîtate comle d’nt desfoulentrt de d’institutire»erlius 1998);acentle musiueommeCe goene d qtgmtaimoi«uncapacmaniien comtplicatn ceire»radhllounin 2006). Les fiiae. érhiiaoogent capacmaniidence enr a lt mémoiet qge tr suienths lor qtgntcirct s06). Lesmes mr,elats Du fetée teadene laet mémoils mctolceireobqualoffrent souvee, laivescatmic 22Jconts, lt des ethnologmvone et sur intlCunsclcennu camsidéte comes d’autrarueomtnsclcennilgcerténoni06Garplaceriiis/imate comotigarpetnt dcarnemennt intlCu,tpot snu Cs, réa: acte-es chercheurmentlliondpm.pubi».

1AprPa="p,acuidu festivittx, rlne et sur ldenjenscrtrt de dAnsatlantiien cinut de svoylavaNU akar, Abidjau,tOuagadougou, Lubranashin)Ne dgaounnsiden,aRidéo Jantiro,pot slinirtaulceistnt idvembresnt t dîlexet de Ré (Conche, c’ent apsirnne d qrscie contercheu miseêtre oon unnt trav emennu thoblématiqo de recher,iseêtre une volonté la nsmisssatits esflenene d’posiicatnrgemear des chercheurt dane assocaniie /a>

lms

Bibliographil

Célius, Carlo Avierl

1998 « L’esclavage au musée. Récit d’un refoulement », L’Homme 145 : 249-261.

Chivallon, Christine

2006 « Rendre visible l’esclavage. Muséographie et mémoire aux Antilles françaises », L’Homme 180: 7-42.

Cottias, Myriam

2007 La Question noire. Histoire d’une construction coloniale. Paris, Bayard.

Cunin, Élisabeth

2006 « La "diaspora noire" est-elle latine ? Ethnicité, nation et globalisation en Colombie », Autrepart38: 135-153.

Halbwachs, Maurice

1997 La Mémoire collective. Paris, Albin Michel.

Haut de page

Notes

1 Le réseau européen EURESCL, coordonné par le Centre international de recherches sur les esclavages (GDRI du CNRS ; www.esclavages.cnrs.fr), le réseau canadien « Esclavage, mémoire, citoyenneté » (www.yorku.ca/ tubman), le réseau ouest-africain « Mémoire de l’esclavage en Afrique de l’Ouest et de la Caraïbe » (http://tekrur-ucad.refer.sn) et l’Institut virtuel des hautes études sur les esclavages et les traites (IVHEET ; http://peresclave.over-blog.com/categorie-10228218.html).

2 Les films présentés lors du festival sont : Ces mémoires-là... de Sudel Fuma (2005) ; Jongos, Calangos e Folias. Black music, memory and poetry d’Hebe Mattos et Martha Abreu (2007) ; Memórias do Cativeiro d’Hebe Mattos (2005) ; Afro-Iranian Lives de Behnaz Mirzai (2007) ; Buscapé, un espace pour tous de Francine Saillant (2007) ; O navio negreiro de Francine Saillant (2008) ; Salve Jongo ! de Pedro Simonard (2005) ; O que remanesceu de Pedro Simonard (1997) ; Slave Routes and Oral Tradition in Southeastern Africa: History in Images de Benigna Zimba (2008) ; Mazamorreo : à la recherche de la mémoire de Claudia Navas-Courbon (2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvina Testa, « Festival de la vidéo de recherche : Patrimoine et mémoire de l’esclavage et de la traite », Gradhiva, 8 | 2008, 145-147.

Référence électronique

Silvina Testa, « Festival de la vidéo de recherche : Patrimoine et mémoire de l’esclavage et de la traite », Gradhiva [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 10 décembre 2008, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/1230

Haut de page

Auteur

Silvina Testa

silvinatesta@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page